« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

-22%
Le deal à ne pas rater :
Acer Nitro QG241YM3BMIIPX – Ecran PC Gaming 23,8″ Full HD
139.99 € 179.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage


Meredith P. Newton
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Meredith P. Newton

| Avatar : emily blunt

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Fh0w
it's complicated to explain

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Reveus10

| Conte : mary poppins
| Dans le monde des contes, je suis : : mary poppins

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Childh10

| Cadavres : 1606



Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] _



________________________________________ 2020-10-14, 21:33

FLAMME ASSOUPIE APPARAÎT...
◇ ◆ ◇
Je m’étire et me lève difficilement de ma chaise, les heures passées assise sur ce maudit tabouret se faisaient sentir dans l’ensemble de mes lombaires. Il fallait vraiment que je trouve un moyen d’être mieux positionnée quand je m’occupe des peintures dans la réserve, il fallait vraiment que je pense à mettre en place une « bourse » pour pouvoir améliorer les situations de travail au sein du musée. Enfilant ma veste, je m’empare de mon sac et de mon parapluie avant de quitter la réserve, éteignant la lumière derrière moi. Quittant le musée en début de soirée, je rentre rapidement après être passée à l’Orphelinat pour m’occuper un peu de Claire afin de pouvoir me préparer pour la soirée de la Mairie.

Après une bonne douche, je me dirige vers mon armoire avant d’en sortir une longue robe blanche aux manches bouffantes. L’enfilant, je me coiffe rapidement, me maquille et mes chaussures enfilées, j’embrasse ma chienne sur la tête avant de quitter mon appartement. Par chance, je ne vivais pas trop loin de la mairie. Mon sac dans la main et mon manteau sur les épaules, je me dirige jusqu’à la Mairie. Arrivée à l’entrée, je montre mon carton d’invitation avant d’entrer à l’intérieur. Après avoir déposé mon manteau, j’entre dans la salle de réception.

Me dirigeant vers le buffet, je m’empare d’un verre de jus de fruit avant de poser mon regard sur Violette. La jeune femme était en partie à l’origine de cette soirée, c’était peut être l’occasion d’aller l’en féliciter. Un sourire perle sur mon visage tandis que je m’approche de la jeune femme. Quand elle pose son regard sur moi, je m’installe à ses côtés.

« J’ai entendue dire que c’était en partie une de tes idées Violette ? Je t’en félicite. » énonçais-je avec un sourire bienveillant.

⇜ code by bat'phanie ⇝
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80965-i-suspect-and-i-m-nev https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89853-never-be-enough-regina-and-the-other-s-links https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89853-never-be-enough-regina-and-the-other-s-links https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89458-appartement-de-meredith-quartier-est#1283285 https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80975-theralmarypoppins_


*Violette Parr
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

*Violette Parr

| Avatar : Danielle Campbell

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] 33ur

*Quelle belle bouche. STOP ! ARRETE DE PENSER*

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] 8uer
Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Ehgw

| Conte : Les Indestructibles
| Dans le monde des contes, je suis : : Violette Parr

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Ahg2

| Cadavres : 6502



Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] _



________________________________________ 2020-10-19, 23:12

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle
ft. Meredith P. Newton


Octobre était le mois de la consécration. Comme quoi, Violette était bien meilleure au sein de la Mairie qu’elle ne l’avait été au sein de la police. Et même si la police lui manquait parfois, Violette se sentait à sa place dans l’équipe de la Mairie. La preuve : elle avait réussi à faire réélire Hadès en tant que Maire de Stoybrooke. Vu le mandat relativement catastrophique qu’il avait fait, ça n’avait pas été chose facile. Mais il fallait croire que Violette était douée. Ou peut-être que c’était autre chose. Cette réélection lui avait permis d’obtenir une précieuse promotion, signifiant une augmentation de salaire. De simple secrétaire, elle était passée adjointe, chargée de la communication et de la presse. C’était un comble lorsque l’on connaissait le passif timide maladif de la brune. Violette en avait parcouru du chemin, depuis son enfance. Elle évoluait et c’était la suite logique de la vie. Et Violette était fière d’elle. Elle espérait que sa famille l’était aussi.

Première bonne action en tant qu’adjointe à la Mairie, Violette avait réussi à faire changer d’avis Hadès. Plutôt imbu de lui-même, il avait voulu faire une fête pour célébrer la nouvelle Mairie le jour de son anniversaire. Très mauvaise communication. Et ça, Violette lui en avait fait part. Il avait même accepté. Du moins, c’est ce qu’elle pensait. Car la chute fut quelque peu brutale lorsqu’elle reçut le carton d’invitation.

« C’est une blague ?! »

Violette avait relu plusieurs fois le carton, croyant à une mauvaise blague. Et quelques jours plus tard, c’est une Violette quelque peu remontée qui était arrivé au lieu de la réception. Il n’y avait pas encore les invités, seulement quelques personnes préparant la salle, quelques personnes de la Mairie et surtout Hadès. Sans perdre une seconde de plus, Violette était allée à la rencontre de son patron, le carton d’invitation à la main. Arrivée à la hauteur de Hadès, Violette mit le carton devant ses yeux.

« Je pensais que tu avais dit que tu m’écouterais ! »

Hadès recula d’un grand pas. Il mit une main dans sa poche de costume pour en sortir une paire de lunettes. Il les mit sur le nez avant de prendre le carton pour mieux regarder le mot.

« Tu as amené un cadeau ? »

Il était carrément culoté. Répondre à une affirmation par une question c’était pas sympa de sa part. Quelque peu agacée par cette situation, Violette reprit brusquement le carton, de peur que la réponse à sa question ne lui plaise pas.

« Bien sûr que non. Je t’ai offert le poste de Maire ! Et toi ? Tu m’as offert un cadeau ? »

Hadès retira ses lunettes pour mieux observer Violette. Il les rangea de nouveau dans son costume, sous le regard interloqué de Violette.

« Je t’ai offert une augmentation. »
« C’est vrai. »
répondit Violette avec un léger mais franc sourire. « Nous sommes donc quitte. Tu auras peut-être un cadeau le 31 Octobre. D’ailleurs moi c’est le 3 Novembre mon anniversaire. L’oublie pas cette fois. »
« Tiens c’est juste après ! Faudrait organiser un truc ! Soirée pyjama ? »
« Euuuuuuh »
hésita Violette en le dévisageant. « Merci mais…non merci ! Le prend pas mal mais ça pourrait mal tourner si tu organises quelque chose. Y a qu’à voir le voyage à Minotaure’ville »
« Pas de fête. Pas de cadeaux. C’est logique. » annonça-t-il après avoir pris un air triste.
« Y a pas besoin de faire de fête pour offrir des cadeaux. » rétorqua la brune en croisant les bras, déçue elle aussi.
« Mais si. C’est important. Sans fêtes les cadeaux ne sont pas spectaculaires. » commença Hadès avant d’ajouter : « T’es venue avec qui ? »
« Mouais. Tu n’as pas complètement tort. »
répondit-elle avant de froncer les sourcils. « Personne ! Pourquoi ? »

Hadès sembla surpris.

« Personne, personne ? Genre … personne ? »

Hadès mit sa paume de main vers le sol, mimant quelque de petit et grand. Violette soupira, comprenant alors à qui il faisait référence.

« Il me semble que notre accord était clair non ? »

La laisser tranquille avec Peter. Elle n’avait aucun compte à lui rendre. Et encore moins depuis qu’ils avaient passés ce fameux marché.

« Accord ? »
« Roh. Les lunettes c'est parce que tu commences à te faire vieux ? Il y a aussi la mémoire qui déraille apparemment ! Tu devais me laisser tranquille Peter et moi. Genre aucun compte à te rendre. De toute façon, ce genre de soirée n'est pas pour lui. Bien trop adulte. »
« Heeeee y’a du punch ! Et y’a Norbert. »
commença-t-il avant de regarder autour de lui sans le voir. « …enfin il est censé être là. » Il regarda une nouvelle fois autour de lui. « C’est bizarre de ne pas l’avoir à côté. J’ai la sensation d’être nu sans lui. »

Violette leva les yeux au ciel, avec un léger sourire amusé. Hadès était un boulet mais un boulet amusant.

« Tu devrais le chercher avant que les invités arrivent. Il te faut un minimum de sécurité quand même ! »
« Ouais c’est sûr. J’aurais dû l’habiller en rouge, il aurait été plus facile à repérer. »


Violette hocha la tête, bien d’accord avec lui.

« La prochaine fois, tu le sauras. Sinon, tout est prêt ? Car je crois que les premiers invités ne vont pas tarder à arriver. »
« Presque. Il manque ton cadeau et Norbert. »
« Tu as déjà eu mon cadeau le 5 Octobre. »
répondit une Violette les sourcils froncés, exaspérée. « Et pour Norbert, je te laisse le chercher. Allez, je te laisse profiter de cette soirée. »

Heureusement, la soirée allait réellement commencer. Il fallait accueillir les invités. Certaines commençaient déjà à arriver. Alors Violette s’était éloignée d’Hadès sans se retourner, accueillant les premiers invités. Après avoir passé plusieurs dizaines de minutes à saluer les différents habitants de la ville, Violette eut le bonjour de Leo, un de ses amis. Le sourire aux lèvres, Violette lui fit la bise chaleureusement.

« Bonsoir Léo. Toujours aussi élégant ! »
« Merci Vio. Élégant oui mais je ne porte pas une tenue hollywoodienne non plus. Sinon ma fiancée va penser que je suis parti flirter. Donc je me suis dit pourquoi pas sortir avec mon style année 50. Toi aussi tu es vraiment belle ! C’est pour la soirée ou ton petit copain que je n'ai pas rencontré d’ailleurs il est où ? »


Le regard de Violette changea, devenant surpris voir choqué. Par plusieurs choses.

« Comment ça mon petit copain ? Quel petit copain ? Attends quoi, ta fiancée ??? »

Comment Leo pouvait-il être au courant de sa relation avec Peter. Même elle n’arrivait pas à mettre un mot sur leur relation, alors de là à le nommer « petit ami » c’était un peu trop. Mais le pire n’était pas là. Elle avait l’impression d’avoir raté un train dans la vie de son ami. Depuis quand avait-il une fiancée ?

« T’as un petit copain non? Si je me suis trompé désolé. Tu sais Storybrooke parait énorme, moins que la galaxie, mais en faites non. Tout le monde parle sur tout le monde. Et cette nouvelle gazette n'aide pas. T’as l'impression d’avoir des paparazzis qui te surveillent. Si fiancé. » annonça-t-il en lui montrant le jonc à son doigt. « Tu ne lis pas la Gazette ça m'étonne vu ton job ! Tu l'aurais su, ça que dans deux mois je vais être papa ! »
« Disons que c’est un peu…beaucoup compliqué. Mais parlons pas de moi ! Tu suis tellement heureuse pour toi ! Je t’avoue que la Gazette je la lis en diagonale. J’avais tellement de chose à lire lorsque j’étais secrétaire. Alors un papier rempli de rumeurs, je passe mon tour. Mais ravie de te voir complètement épanoui ! Bientôt marié et père ! Ouawh ! Bravo ! »


La jeune femme observa le bouquet que Leo avait dans les mains, elle le pointa du doigt.

« Et j’imagine que ce bouquet est pour ta fiancée ? Il faudra que tu me la présente un de ces jours ! »
« Quand ça sera moins compliqué. J'espère que tu me le présenteras. Moi je veux que ma copine soit entre de bonnes mains. Si c'est un imbécile, je le fais dégager. Tu mérites un garçon qui te rendra aussi heureux que moi. Même s'il y a des bas et des hauts dans ma vie. Parfois les hormones, ça te donne envie de retourner au ciel. Mais je reste par amour de ma fiancé et mon bébé. Non le bouquet c’est pour toi, ma copine est la maison à cause des complications de grossesse. Mais si tu veux des que le bébé sera là je t’inviterais, j’ai envie de faire un baby shower. »
« Oh ! C’est vraiment très gentil Leo. Merci beaucoup. Et j’en fais pas pour moi ! En tout cas, avec plaisir pour l’invitation. Je te souhaite une excellente soirée ! »


Léo parti, Violette resta tout de même vers le buffet. Après toutes ses discussions, elle avait bien mérité d’avoir un verre de punch et quelques petits fours. Quelques gorgées plus tard, Violette fut rejoint par Meredith, qui la félicita à son tour, pour l’organisation de cette fête.

« Bonsoir Meredith. Oh, je ne suis pas la seule organisatrice de cette fête. C’est toute l’équipe de la Mairie. Mais merci beaucoup. »

Détachant son regard de la soirée, Violette se concentra sur la nounou magique.

« Comment vas-tu depuis le temps ? »

Elles s’étaient quittées sur la mort de sa fille. Et Violette ne savait pas si elle avait commencé son deuil ou si elle était toujours dévastée par l’événement. Remarquant que ce n’était absolument pas sympa de sa part de remuer le couteau dans la plaie, la jeune femme décida de changer rapidement de sujet.

« Est-ce que par hasard tu aurais ton sac magique ? J’aurais besoin de ranger ce bouquet de fleur, le temps de la soirée. »

Violette leva le bouquet qu’elle avait dans une de ses mains et que Léo lui avait offert juste avant. C’était adorable de sa part mais la brune ne savait pas du tout quoi en faire. Elle n’avait pas envie de les laisser dans un coin, de peur de les oublier, de les perdre et de se les faire voler.

☾ ANESIDORA
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81260-a-lone-girl-a-lone-wo https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81777-chaque-personne-fait-partie-d-un-groupe-relationnel https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85481-la-trepidante-vie-de-violette-parr-miss-indestructible https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81497-_littlehappyvi


Meredith P. Newton
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Meredith P. Newton

| Avatar : emily blunt

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Fh0w
it's complicated to explain

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Reveus10

| Conte : mary poppins
| Dans le monde des contes, je suis : : mary poppins

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Childh10

| Cadavres : 1606



Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] _



________________________________________ 2020-10-22, 23:29

FLAMME ASSOUPIE APPARAÎT...
◇ ◆ ◇
Je souris à Violette avant de faire un léger signe de tête. « En tout cas, c’est du très bon travail. » énonçais-je avec un sourire. Je n’avais pas revu Violette depuis notre aventure à Castlerock et je dois avouer que ça me faisait plaisir de tomber sur elle, pour sûr qu’il faudrait que je prenne le temps de lui en reparler car je prévoyais un dernier petit voyage dans mon ancien monde afin de régler les derniers problèmes et rendre ses véritables couleurs à ce monde. J’hausse les épaules avant de reprendre la parole.

« Oh ça va. Je passe beaucoup de temps à l’Orphelinat auprès des enfants, ils me rendent heureuse et puis il y a une petite fille là-bas que j’aime énormément, elle ne le sait pas encore mais j’ai commencé à entreprendre la mise en place pour l’adoption. » avouais-je à la jeune femme « Nina me manque beaucoup mais je dois avancer pour son souvenir et puis, pour mon bien également. » énonçais-je à la jeune femme. J’ignorais bien sûr pour l’heure que Nina était toujours en vie mais ça, je ne l’apprendrais que bien plus tard. Un léger sourire perle sur mon visage.

« Viens avec moi, je l’ai laissé au vestiaire. Tu pourras les mettre dedans. » énonçais-je avec un sourire. Nous nous rendons toutes deux aux vestiaires avant de revenir dans la salle de réception au moment du discours d’Hadès. « Merci à tous d'être venu pour mon anni... » il se coupe rapidement en croisant le regard de Violette, ce qui fait naître un léger sourire sur mon visage avant qu’il ne reprenne finalement la parole « ...une fête de la nouvelle Mairie ! Nouvelle, parce que... elle est neuve. Et nouvelle aussi, parce que... on a refait la peinture du plafond. ». Un petit rire m’échappe devant le discours du Maire mais je me surprends à malgré tout lever le regard vers le plafond pendant quelques courtes secondes.

« Cette année sera une grande année ! Déjà, parce que Autumn, ma fille viens de passer le cap des 3 ans, et marche sur ses 4 ans. Mais aussi parce que Elliot, mon fils, va détruire le monde. » Pardon ? Fronçant les sourcils, je fixe le Maire qui reprend la parole alors que je commençais à me dire que mon pressentiment récent commençait vraiment à me mettre en garde contre cette soirée et si finalement je n’aurais pas mieux fait de rester chez moi ? « J'ai une vraie blague par contre. C'est un juif, un hindou et un... » son micro se coupe et un petit sourire perle sur mes lèvres lorsque je vois Violette débrancher la sono.

Elle finit par revenir vers moi au moment où Hadès ajoute simplement de vive voix « Amusez vous bien tous ! Et que la fête commence ! » des ballons rouges tombent soudainement du plafond. Trop de ballons. La salle finit rapidement par en être remplie, m’empêchant même de percevoir ne serait-ce que la personne devant moi. Bien vite, je me rends compte que je me sens pas dès plus à l’aise. Où était passé Violette ? Il fallait que je la retrouve, ça commençait à être important ou au moins quelqu’un que je connaisse. Des ballons éclatent sous mes pas, me faisant légèrement sursauter avant que je commence à en voir de moins en moins tandis que je m’avance vers ce qui semble être la sortie. La lumière du jour en pleine soirée…Après tout pourquoi pas, on est bien à Storybrooke non ?

Poussant la porte, je sors à l’extérieur mais je comprends rapidement que je ne suis pas à Storybrooke, toute ma tenue a changée. J’y suis assez habituée lorsque je visite les mondes picturaux ou de porcelaine mais là…non je n’étais ni dans une peinture ni dans quoi que ce soit de ce type là. Regardant autour de moi, je pose mon regard sur la Tour Eiffel. Donc je me trouvais à Paris mais pas à l’époque actuelle. Mon regard se pose sur la bâtiment en face de moi. Le Bazar de la Charité. Le bazar de la charité ? Mais il n’était pas censé avoir brûlé depuis plusieurs centaines d’années ce machin là dans le monde réel ? Je venais de comprendre que j’avais remontée le temps. Je tourne la tête et pose mon regard sur mon reflet dans la vitrine, je portais une robe verte avec des teintes bleutés, surmontée d’une cape de la même couleur et mes cheveux devenus roux tombaient en cascade sur mes épaules « Adrienne ! » une voix féminine qui semble proche « Adrienne De Lenverpré, ici ta sœur. » je finis par me tourner et croise le regard d’une femme blonde qui semble me parler à moi, donc je m’appelle Adrienne et elle, c’est ma sœur. De plus en plus étrange « Bonjour… » énonçais-je simplement.

Un homme d’âge mur s’approche de la jeune femme et passe son bras autour de ses épaules « Bonjour Adrienne, Mathilde ne t’a pas fait peur au moins. Elle n’a pas eu de nouvelles de toi pendant plusieurs jours, tu connais ta sœur. » « Auguste s’il te plait. » « Je ne dis que la vérité ma chère. Où est Alice ? » « Elle ne devrait plus tarder. Oh la voilà. » Je souris avant de me tourner en même temps qu’eux pour poser mon regard sur Alice qui s’avérait être en réalité Violette mais apparemment elle aussi elle possédait une autre identité et d’après ce que je venais de comprendre, il s’agissait de leur fille et donc accessoirement de ma nièce. Que ça allait être compliqué tout ça. Je ne tarde pas à croiser son regard et lui souris « Mathilde, Auguste, je vous emprunte Alice. Retrouvons nous à l’intérieur. » énonçais-je avec un sourire avant de me diriger vers Violette et de la prendre par le bras pour aller un peu plus loin « je crois qu’on a un soucis. » énonçais-je à la jeune femme « apparemment, je m’appelle Adrienne De Lenverpré et il semblerait que je sois ta tante vu que je suis la sœur de la blonde là-bas qui est ta mère d’après ce que j’ai compris. Et je crois qu’on a remonté le temps… » terminais-je dans un murmure.

⇜ code by bat'phanie ⇝
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80965-i-suspect-and-i-m-nev https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89853-never-be-enough-regina-and-the-other-s-links https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89853-never-be-enough-regina-and-the-other-s-links https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89458-appartement-de-meredith-quartier-est#1283285 https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80975-theralmarypoppins_


*Violette Parr
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

*Violette Parr

| Avatar : Danielle Campbell

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] 33ur

*Quelle belle bouche. STOP ! ARRETE DE PENSER*

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] 8uer
Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Ehgw

| Conte : Les Indestructibles
| Dans le monde des contes, je suis : : Violette Parr

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Ahg2

| Cadavres : 6502



Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] _



________________________________________ 2020-10-26, 18:45

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle
ft. Meredith P. Newton


« C’est gentil. »

Le sourire aux lèvres Violette écoutait la plus célèbre des nounous lui raconter les nouvelles de sa vie. A première vue, et surtout à l’entendre, elle semblait aller mieux et ça faisait plaisir à Violette. Le fait que Meredith se soit attaché à une petite fille de l’orphelinat ne pouvait que l’aider à aller mieux, à donner l’amour qu’elle aurait dû donner à Nina. Il était évident que de là-haut, sa fille devait être fière de sa mère. Néanmoins, Violette n’arrivait pas à imaginer la douleur que l’on pouvait ressentir face à la perte d’un proche. C’était ce qu’elle redoutait le plus, c’était sa plus grande peur. Et par chance, elle ne l’avait encore jamais vécu.

« Tu es tellement courageuse. Je ne préfère même pas m’imaginer si je devais perdre quelqu’un de ma famille ou Dyson. Ma vie s’écroulerait sous mes pieds je pense. »

Buvant une gorgée de ce merveilleux punch, Violette secoua sa tête pour chasser ses idées noires. Il ne fallait pas penser à ça. Les deux amies se rendirent aux vestiaires afin de déposer le bouquet de fleur dans le sac magique de Meredith. Et c’est lorsqu’elles revinrent dans la salle de réception que Violette remarqua qu’Hadès était déjà sur scène.

« Je dois te laisser ! Il faut absolument que je m’occupe de la sono. Celui qui devait s’en occuper nous a lâché au dernier moment. »

Et comme souvent, c’était Violette qui tentait de rattraper les choses. Alors elle prit place non loin de la scène, à l’endroit où était géré la sono. Violette pouvait voir tout le monde et si on observait bien, on pouvait également l’apercevoir. Dès les premiers mots d’Hadès, Violette hésita à couper. Elle avait bien entendu le début du mot anniversaire. Qu’est-ce qu’il pouvait être pénible parfois ! C’était pas faute d’en avoir discuté avec lui quelques instants auparavant. Violette soupira, restant aux aguets pour la suite de son discours.

De mieux en mieux. Après avoir rattrapé sa gourde en évoquant la mairie, il évoquait désormais la fin du monde orchestré par Elliot. A cet instant, Violette aperçut un jeune homme sortir avec une jeune femme. Il fallait être bête pour ne pas comprendre qu’il s’agissait d’Elliot. La brune ne le connaissait pas. Elle avait simplement entendu parler de lui, et pas forcément en bien. Perdue dans ses pensées, Violette ne pensa pas à stopper la sono…jusqu’au moment où elle revint à la raison, entendant qu’Hadès allait raconter une blague. C’était trop. Sans prévenir personne Violette débrancha brusquement la sono.

« Quelle plaie ! »

Soupirant longuement, Violette revint ensuite vers Meredith. Elle l’observa avec un peu de gêne.

« Parfois on se demande comment il a fait pour être réélu ! »

Mais Hadès était loin d’être méchant. Il était même plutôt sympa et son côté boulet le rendait attachant. Violette adressa un sourire amusé à Meredith avant de regarder les ballons tombés. C’était prévu. C’était sympa. Mais les sourcils de Violette se froncèrent au fil des longues secondes. C’était tout de même étrange. Il ne devait pas y avoir autant de ballon. C’était limite dangereux puisque Violette ne voyait plus rien, même pas Meredith qui se trouvait pourtant il y a quelques instants à côté d’elle. La brune commença à éclater les ballons les uns après les autres, tentant d’y voir plus claire. Mais elle resta sur place. C’était plus prudent.

Au bout de quelques instants, les ballons commencèrent à se faire moins nombreux, jusqu’à complètement disparaître pour laisser place à décor complètement différent : une rue. Comment Violette était-elle passée de la salle de réception à la rue sans bouger d’un mètre ? Le pire n’était pas là. Car Violette ne reconnaissait absolument pas la rue. Ce n’était clairement pas Storybrooke.

Au-delà de l’endroit, sa tenue aussi avait changé. Sa robe était longue, son manteau aussi. Et ses cheveux étaient coiffés…d’ailleurs, en prenant une de ses mèches, Violette eut la désagréable surprise de constater qu’ils n’étaient plus bruns mais blond. C’était quoi cette blague.

« Encore un coup d’Hadès ça ! »
« De qui parles-tu ma fille ? »


Fronçant les sourcils, Violette remarqua que les deux personnes devant elle s’étaient retournées et venaient de s’adresser à elle. Alors là c’était encore plus étrange car ils n’avaient rien à voir avec ses parents. Plutôt que de s’enfoncer encore plus, Violette resta silencieuse.

« Allez dépêche-toi, nous sommes attendus. »

Toujours muette, Violette resta plantée quelques instants dans la rue, tandis qu’ils avaient avancé vers un grand bâtiment. C’est à ce moment-là que Violette remarqua qu’il n’y avait aucune voiture, qu’il n’y avait aucune technologie…Mais rester là ne l’aiderait pas. C’était comme lorsqu’elle s’était retrouvée coincée dans les années 60. Elle était surement endormie. Elle rêvait peut-être. Alors autant se laisser guider. Violette décida donc de les suivre. Les rejoignant rapidement, Violette ne put s’empêcher de sourire lorsqu’elle aperçut Meredith….en rousse ? Elle aussi avait subi un changement capillaire. Ses sourcils se froncèrent une nouvelle fois lorsque Meredith appela Violette Alice.

« Eh oh ! Je m’appelle Violette, pas Alice ! Tu connais ces gens ? Tu sais où nous sommes ? Et surtout à quelle époque ? Parce que vu leurs tenues vestimentaires, leur façon de parler et leur calèche, on est clairement pas en 2020. »

Le stress parlait. Comment en étaient-elles arrivées là ? Violette se stoppa brusquement, prit une grande inspiration et lâcha tout dans un rire nerveux.

« Adrienne De Lenverpré ? C’est quoi ce prénom ? Ah non mais clairement, des noms aussi pourri, c’est interdit depuis des centaines d’année non ? »

Constatant que tout le monde la regardait bizarrement, Violette se calma, se redressa et prit un air plus neutre.

« Je te jure qu’Hadès va regretter ce qu’il a fait ! »

Il ne pouvait pas y avoir d’autres coupables.

« Quand tu disais à l’intérieur, tu parles à l’intérieur de ce bâtiment ? »

Violette pointa son doigt vers l’immense bâtiment dans lequel une foule de personne assez chic entrait.

« Tu sais ce que c’est ? »

Apparemment Meredith était beaucoup plus à l’aise dans cette époque que Violette. Elle avait même l’air d’avoir des connaissances sur le lieu et l’époque…chose que Violette n’avait pas.

☾ ANESIDORA
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81260-a-lone-girl-a-lone-wo https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81777-chaque-personne-fait-partie-d-un-groupe-relationnel https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85481-la-trepidante-vie-de-violette-parr-miss-indestructible https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81497-_littlehappyvi


Meredith P. Newton
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Meredith P. Newton

| Avatar : emily blunt

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Fh0w
it's complicated to explain

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Reveus10

| Conte : mary poppins
| Dans le monde des contes, je suis : : mary poppins

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Childh10

| Cadavres : 1606



Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] _



________________________________________ 2020-10-30, 00:05

FLAMME ASSOUPIE APPARAÎT...
◇ ◆ ◇
« Je garderais la blessure, au fond de moi. Tout au fond, mais au dessus, je te jure que j’effacerais son nom. Je dois garder la tête haute, autant pour Nina que pour les enfants qui ont besoin de moi à l’Orphelinat. » énonçais-je avec un sourire à la jeune femme.

Oui ils avaient tous besoin de moi, je ne pouvais me laisser aller comme j’aurais cependant eu le droit de faire. Non, je restais après tout Mary Poppins et de ce fait, je devais être à peu de choses près parfaite en tout point, c’était comme ça et pas autrement. La jeune femme vint à me laisser seule pour aller s’occuper de la sono d’Hadès, surtout pour l’arrêter dans ses bêtises.

Quand elle revient vers moi, j’hausse les épaules avant de laisser échapper un petit rire.

« Je me pose également la question tu sais. » avouais-je avec un clin d’œil.

Cependant, la suite des événements ne semblaient pas dès plus tranquille. Une chute de ballons rouges, un peu trop avant qu’on ne se retrouve au beau milieu de Paris, le jour apparemment de la grande ouverture du Bazar de la Charité. J’avais lu pas mal de choses sur cette histoire qui avait eu lieu dans le monde réel. Cela avait fait énormément de morts et je commençais à me dire qu’on avait remonté le temps et apparemment, pour tous ceux qui se trouvaient ici, on appartenait à cette époque. Ma tenue l’évoquait, tout comme celle de Violette. Je l’avais prise à part avant de demander à « ses parents » de nous attendre à l’intérieur.

« Parle doucement Violette. » énonçais-je en lui faisant signe de baisser le volume sonore.

Une fois que nous fûmes assez éloignées des oreilles indiscrètes, je vins à lever le regard vers la jeune femme.

« Si mes souvenirs ne me trompent pas, on est en 1897. Et apparemment, on est toutes les deux des aristocrates, tout du moins, c’est ce que nos tenues prouvent. Je t’avoue que je ne suis pas non plus ultra fan de ce nom mais c’est celui que je porte ici et c’est comme ça qu’il faut que tu m’appelles tout comme moi je dois t’appeler Alice. N’oublie pas, je suis ta tante. »

Les choses commençaient déjà à se compliquer, je le sentais et ça ne présageait rien de bon.

« Je te prêterais mains fortes pour le tuer si tu veux. » énonçais-je à cette dernière avant de reprendre « Oui je parlais d’entrer à l’intérieur de ce bâtiment. C’est le Bazar de la Charité, j’ai lu des choses là-dessus à Storybrooke. C’est un peu comme les Galeries Lafayette, sauf que c’est de la vente pour les nécessiteux. Tout l’argent récolté revient aux personnes dans le besoin. » expliquais-je à Violette « allons-y, c’est ce qu’on a de mieux à faire je crois. » ajoutais-je.

Nous entrons à l’intérieur et retrouvons rapidement Mathilde et Auguste. Ma « sœur » s’approche de moi.
« Adrienne, tout va bien avec Marc-Antoine ? » « Pardon ? » « Il sait que tu veux divorcer ? » « Je… » je tourne le regard vers Violette avant de reprendre contenance « Tu le connais, c’est…compliqué. » avouais-je à la blonde à mes côtés « oui justement, fais attention à toi. Je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose. » « Ne t’en fais pas, je suis prudente. » énonçais-je avec un sourire « Eh bien, quand on parle du loup. » je tourne le regard pour le poser sur un homme aristocrate qui me fit rapidement frissonner. Apparemment, Marc-Antoine de Lenverpré était mon mari.

« Adrienne, je peux te parler ? » « Oui, bien sûr. » « Tu sais que je t’aime non ? » « Pourquoi…pourquoi tu me dis ça ? » « Répond à ma question. »

Il me tire par le poignet pour m’emmener un peu plus loin. Je lève le regard et croise le sien.

« Je t’interdis de divorcer. Tu vas te comporter comme une bonne épouse et me faire honneur. Si tu tentes quoi que ce soit contre moi, je te le ferais regretter Adrienne et je ne m’arrêterais pas uniquement à envoyer Camille en pension. Je suis capable du pire quand je suis en colère. Tu le sais non ? »

Je n’arrivais pas à tout comprendre mais je fis un signe positif de la tête avant d’avaler difficilement.

« Oui. » « Bien, je préfère ça. Je ne vais pas rester, j’ai rendez-vous au Sénat. Je reviendrais te chercher à 21h. »

Je le regarde s’éloigner avant de tourner le regard vers Violette que je ne tarde pas à rejoindre et suis même rassurée de la voir seule. Apparemment Mathilde et Auguste semble occupés à discuter avec des exposants.

« C’était vraiment perturbant. Apparemment, cet homme est mon mari et je lui ai dit que je voulais divorcer mais il m’a menacée de me le faire payer et que ce serait plus cruel qu’envoyer Camille en pension. Si je suis pas trop bête, je pense que Camille est ma fille. Pourquoi cette situation est si compliquée ? » demandais-je à la jeune femme « et dire qu’en vivant à Storybrooke, je pensais avoir tout vu. » soufflais doucement à la jeune femme.

Etonnement, depuis la mort de Nina, j’avais l’impression que je me trouvais au creux d’un mauvais détour, en ces moments où l’on teste la force de nos amours. Comme si finalement, tout ce que je vivais depuis son absence n’était qu’un test pour voir jusqu’où mon amour pour elle est capable d’aller. Je finis par reprendre contenance avant de me tourner vers Violette.

« Pardon, je m’étais perdue dans mes pensées… »
avouais-je à la jeune femme « l’idée que cet homme utilise une petite fille pour faire mal à sa femme, j’ai eu l’impression que c’était un test…dans le sens où j’ai perdu Nina et qu’être privé d’un enfant ébranle l’amour d’une mère…enfin bref…j’ai qu’une envie, c'est aller au cinéma ! » avouais-je à la jeune femme.


⇜ code by bat'phanie ⇝
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80965-i-suspect-and-i-m-nev https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89853-never-be-enough-regina-and-the-other-s-links https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89853-never-be-enough-regina-and-the-other-s-links https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89458-appartement-de-meredith-quartier-est#1283285 https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80975-theralmarypoppins_


*Violette Parr
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

*Violette Parr

| Avatar : Danielle Campbell

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] 33ur

*Quelle belle bouche. STOP ! ARRETE DE PENSER*

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] 8uer
Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Ehgw

| Conte : Les Indestructibles
| Dans le monde des contes, je suis : : Violette Parr

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Ahg2

| Cadavres : 6502



Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] _



________________________________________ 2020-11-01, 17:27

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle
ft. Meredith P. Newton


Violette soupira lorsque Meredith commença à lui donner des ordres. Violette n’aimait pas du tout ça. Elle avait l’impression d’avoir ses parents en face d’elle. Il n’y avait même pas un s’il te plait. Non, c’était clairement un ordre. Levant les yeux au ciel, Violette écouta tout de même Meredith. Après tout, elle en savait beaucoup plus que Violette sur l’endroit et l’époque. Jusqu’au moment où Meredith en rajouta une couche en exposant le fait qu’elle ne devait pas oublier qu’elle était sa tante. Un nouveau soupir et cette fois, la coupe était pleine. L’alcool devait sans doute faire son effet aussi. Peut-être était-il renforcé avec ce voyage dans le temps ?

« Oui. Seulement ma tante. Et en plus qu’ici. Tu n’es pas ma mère alors évite de me donner des ordres, Tante Adrienne. Tu deviens limite plus relous que mes parents ! »

Il y avait aussi le stress de ce voyage dans le temps qui la rendait moins sympa. Après tout, aucune des deux ne savaient comment retourner à Storybrooke, en 2020. Violette ne répondit rien aux nouvelles explications de Meredith sur le lieu dans lequel elles allaient pénétrer. Cependant, cela laissait Violette dubitative. Si Meredith savait autant de chose sur le Bazar de la Charité, ça voulait dire qu’il y avait eu un événement dedans. Sinon, personne ne se souviendrait de ce bâtiment, aussi imposant soit-il. Violette aurait voulu lui demander mais en entrant dans le Bazar, elles tombèrent rapidement sur ses parents. Du moins, ses parents de l’époque. Sa mère parla avec Meredith, au sujet d’un homme. Tandis que son père se retourna vers Violette.

« Julien devrait être ici. C’est l’occasion, pour vous, de passer du temps ensemble. »

Julien ? C’était qui lui ? Apparemment quelqu’un d’important pour Alice et que son père appréciait beaucoup. Qu’importe, ça n’intéressait que très peu Violette. Elle se contenta alors simplement de sourire.

« Oui, vous avez raison père. »

Impossible de savoir si elle tenait le bon mode de communication de l’époque. Mais ça sembla passer puisque les parents d’Alice partirent plus loin, visitant le Bazar, parlant à plusieurs exposants différents. Violette tourna les talons lorsqu’elle fut rejointe par Meredith/Adrienne.

« Bah alors, tu étais où ? »

Meredith lui expliqua alors tout ce qu’elle venait de vivre et d’entendre. Cette époque était abjecte. D’abord car la différence entre les pauvres et les riches étaient flagrantes mais en plus il y avait un tel manque d’équité entre les femmes et les hommes.

« Les hommes dans cette époque sont encore plus pourri que ceux de la nôtre. C'est tout ce qui nous divise, ici. Les hommes VS les femmes. Les pauvres VS les riches. La société nous rapproche et nous éloigne de tout ce que les gens disent. »

Violette soupira avant de regarder les alentours. L’ambiance à l’intérieur était beaucoup plus sympa qu’à l’extérieur. Il y avait de nombreux petits spectacles, il y avait de nombreux exposants. C’était chaleureux. Mais une question trottait toujours dans l’esprit de Violette.

« Dis, Mer…Adrienne, pourquoi le Bazar de la Charité est connu, encore en 2020 ? Qu’est-ce qui s’est passé ici ? »

Violette fronça les sourcils, attendant une réponse franche de Meredith. Mais au même moment un homme les rejoignit.

« Alice ! Je te cherchais ! Je suis ravi de te voir ici. »
« Bonjour…euh…moi aussi je suis ravie… »
« Bonjour Mme De Lanverpré. Je suis Julien de la Ferté. »


Oh ! C’était donc lui le fameux Julien. Il porta de nouveau son attention sur Violette.

« Nous devrions aller voir ce pourquoi ton père est le président d’honneur du Bazar de la Charité. J’ai hâte de savoir ce qu’ils ont mis au cinématographe »

Violette observa Meredith puis Julien.

« Oui, pourquoi pas. Allons-y ! »

Evidemment, Violette espérait que Meredith les accompagne. Il ne fallait absolument pas qu’elles s’éloignent l’une de l’autre.

☾ ANESIDORA
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81260-a-lone-girl-a-lone-wo https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81777-chaque-personne-fait-partie-d-un-groupe-relationnel https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85481-la-trepidante-vie-de-violette-parr-miss-indestructible https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81497-_littlehappyvi


Meredith P. Newton
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Meredith P. Newton

| Avatar : emily blunt

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Fh0w
it's complicated to explain

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Reveus10

| Conte : mary poppins
| Dans le monde des contes, je suis : : mary poppins

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Childh10

| Cadavres : 1606



Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] _



________________________________________ 2020-11-09, 23:11

FLAMME ASSOUPIE APPARAÎT...
◇ ◆ ◇
Je ne quitte pas Violette des yeux et avale difficilement avant de froncer les sourcils mais de faire un signe de tête.

« D’accord… » soufflais-je simplement.

Elle avait raison, j’étais sa tante, simplement sa tante et juste ici qui plus est. Par la suite, je vins à lui expliquer tout ce que je savais sur le Bazar de la Charité mais je n’avais pas parlé de l’incendie. Nous entrons à l’intérieur et nous tombons rapidement sur les parents d’Alice. Je vins à parler avec ma « soeur » avant d’être prise à part par Marc-Antoine qui apparemment était mon époux et me fit comprendre que c’était surtout un grand malade et que je comprenais pourquoi je n’aimais pas cette époque. Par chance, je finis par pouvoir rejoindre Violette qui se trouvait en compagnie d’un jeune homme.

Je lui explique ce qui vient de se passer et me pince les lèvres à sa réponse. J’étais totalement d’accord avec elle concernant la gente masculine à cette époque, et encore, nous n’avions pas vécue le pire.

« Je n’aurais pas mieux dit moi-même, je n’aime pas cette époque. » énonçais-je « mais au moins, on est pas trop mal tombée, on est pas des bonnes, c’est déjà ça… » énonçais-je avant de me reprendre « mon dieu, mais c’est horrible ce que je viens de dire… »

Alors que je m’apprêtais à répondre à sa question concernant le lieu dans lequel nous nous trouvions, nous sommes rattrapées par le dit jeune homme avant qu’il ne se présente. Ah c’était donc le fameux Julien dont Alice était apparemment amoureuse, tout du moins, c’est ce qui semblait être mais qui ne concernait pas Violette.

« Bonjour Julien. » énonçais-je avec un sourire.

Ce dernier ne tarde pas à proposer d’aller au cinématographe. C’était ça…c’était ça l’évènement ! Je regarde Violette puis Julien avant de reprendre la parole.

« Je vais vous accompagner, je suis assez intriguée par le cinématographe. » énonçais-je en posant mon regard sur Violette.

Nous nous dirigeons vers la salle du cinématographe avant que je ne sois rejointe par Mathilde. Cette dernière s’approche et me sourit avant de poser son regard sur « Alice » et Julien.

« Vous allez voir le cinématographe ? Je me demande s’ils ont mis en place la 4DX, ça doit être complètement ouf les sièges qui bougent. »

Je tourne le regard vers Mathilde qui me fixe, n’ayant apparemment pas compris ce qu’elle venait de dire.

« Euh…oui on y va. Tu viens avec nous. » « D’accord, Auguste est pris dans la discussion de toute façon. »

Je m’approche un peu de Violette avant de lui murmurer à l’oreille.

« Alors ça, c’était super bizarre… »

Une fois installée dans la salle du cinématographe, je tourne le regard vers Violette, Mathilde était ma droite et Julien était à la gauche de Violette. Je me penche vers la jeune femme.

« Le cinématographe va prendre feu, c’est pour ça que ce lieu est si connu même encore en 2020, c’est parce que l’incendie du Bazar de la Charité a fait des centaines de morts, presque que des bourgeoises et leurs bonnes. » murmurais-je à Violette « mais on ne peut pas agir, on va être prises pour des folles. » avouais-je à la jeune femme, doucement avant que le premier court métrage était lancé.


⇜ code by bat'phanie ⇝
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80965-i-suspect-and-i-m-nev https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89853-never-be-enough-regina-and-the-other-s-links https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89853-never-be-enough-regina-and-the-other-s-links https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89458-appartement-de-meredith-quartier-est#1283285 https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80975-theralmarypoppins_


*Violette Parr
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

*Violette Parr

| Avatar : Danielle Campbell

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] 33ur

*Quelle belle bouche. STOP ! ARRETE DE PENSER*

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] 8uer
Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Ehgw

| Conte : Les Indestructibles
| Dans le monde des contes, je suis : : Violette Parr

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Ahg2

| Cadavres : 6502



Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] _



________________________________________ 2020-11-11, 21:42

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle
ft. Meredith P. Newton


Ce n’était pas dans les habitudes de Violette de parler mal aux personnes qu’elle appréciait. Mais le stress lui donnait un comportement inhabituel. Et maintenant qu’elles étaient seules, il était temps pour la jeune femme de s’excuser.

« Excuse-moi de m’être emporté toute à l’heure. Même si tu n’es pas quelqu’un de ma famille, tu restes quelqu’un que j’apprécie et tu es plus âgée. Je te dois donc naturellement le respect. »

Elle aurait voulu lui en dire plus mais Julien les avaient rejoint puis Mathilde, sa « mère ». Apparemment, elle voulait les accompagner au cinéma. Mais son discours fut quelque peu étrange. Violette avait même froncé les sourcils. La jeune femme ne s’y connaissait pas tant que ça en langage mais « complètement ouf » n’était sans doute pas approprié pour l’époque. Et si c’était la naissance des cinémas, alors la 4DX était bien loin d’exister. Le pire là-dedans c’est que Mathilde ne semblait pas avoir compris ce qu’elle avait dit. Comme si elle avait été possédée. Très étrange. Violette resta silencieuse, suivant le petit monde vers le lieu du cinématographe.

« C’était plus que bizarre. Comme si elle jouait mal son rôle. Tu penses qu’on est fermé dans une mauvaise comédie ? »

Un peu comme le film The Truman Show. Si c’était le cas, Violette n’appréciait pas du tout. Mais finalement, elle oublia son idée lorsque Meredith lui expliqua enfin pourquoi le Bazar de la Charité était célèbre.

« C’EST UNE BLAGUE ?? »
« Chut ! »


Tout le monde s’était retourné vers le quatuor. Mathilde et Julien avaient tourné leur tête vers Violette. Cette dernière prit un air désolée et chercha une excuse rapidement.

« Désolée. Je pensais qu’un autre film serait montré. »

Violette s’accrochait aux branches. Au moins, elle s’était rattrapée. Personne ne la prit pour une folle. Et finalement, tout le monde se reconcentra sur l’écran au bout de la salle. Violette se pencha vers Meredith.

« Tu sais que ça va prendre feu et tu nous fais quand même rentrer à l’endroit exact où ça va cramer ? Tu veux qu’on meure brûler vif ? »

Violette commença à stresser.

« Comment ça on ne peut pas agir ? On est obligé d’agir. Je ne vais pas regarder des pauvres innocents mourir dans d’atroce souffrance. Je ne veux pas mourir non plus. »

Comment Meredith pouvait-elle aussi résigner ? A première vue elles étaient bloquées dans cette époque. Alors si elles vivaient l’incendie, elles risquaient d’y laisser leur vie. Quelque chose d’impensable pour Violette.

« Et tu sais quand exactement le cinématographe va pren… »

Pas besoin de demander puisque ça venait de se passer. Une petite détonation et le cinématographe prit feu. Peut-être une surchauffe. Qu’importe, Violette n’avait pas envie de savoir. Surtout que la foule commença à se poser des questions en voyant l’écran noir. Puis l’odeur de brûlé. La jeune femme se pinça les lèvres.

« Veuillez quitter la salle, un petit dysfonctionnement nous empêche de continuer la projection. Sortez dans le calme. »

Un petit dysfonctionnement. Bah voyons ! C’était quand même un départ de feu. Un départ de feu qui allait causer la mort de beaucoup d’innocent. Mathilde, la « mère » de Violette/Alice, se tourna l’air paniquée vers Julien, Violette et Meredith.

« Il faut partir et retrouver Auguste. Allons-y, Violette Parr. Mais pourquoi vous n’êtes pas à Storybrooke ? Et vous, Meredith ? »

Violette fit les yeux ronds. Oh punaise, qu’est ce qui se passait ? Violette regarda Meredith très surprise. Elle ne savait pas trop comment réagir. Heureusement pour elle, Mathilde reprit la parole.

« Oh punaise. Qu’est-ce que je dis ? Ça doit être le stress, ou la fumée qui commence à m’atteindre ! »

C’était forcément ça. Violette hocha la tête vivement avant d’adresser un léger sourire à sa « mère ».

« Ne vous inquiétez pas mère, ça va aller. Maintenant sortons d’ici. »

Car oui, avec leur petite discussion, ils avaient perdu du temps. Le quatuor sortit de la salle de projection. Ils croisèrent plusieurs personnes avec des seaux d’eau. La situation semblait s’aggraver et le climat devenait anxiogène.

☾ ANESIDORA
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81260-a-lone-girl-a-lone-wo https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81777-chaque-personne-fait-partie-d-un-groupe-relationnel https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85481-la-trepidante-vie-de-violette-parr-miss-indestructible https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81497-_littlehappyvi


Meredith P. Newton
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Meredith P. Newton

| Avatar : emily blunt

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Fh0w
it's complicated to explain

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Reveus10

| Conte : mary poppins
| Dans le monde des contes, je suis : : mary poppins

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Childh10

| Cadavres : 1606



Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] _



________________________________________ 2020-11-14, 20:46

FLAMME ASSOUPIE APPARAÎT...
◇ ◆ ◇
Un petit dysfonctionnement. Juste un petit dysfonctionnement. Ils se foutaient de nous là ou quoi ? Cependant, n’attendant pas plus, je me lève avant de voir le regard paniqué de ma « soeur » qui se tourne vers nous. Et encore une phrase étrange. Mais qu’est-ce-qu’il était en train de se passer ? Vu le regard de Violette, je n’avais pas rêvé.

« Oui Mathilde, ça va aller. Sortons, je crois que tu as besoin d’air. » énonçais-je à la blonde avant de me tourner vers Violette, lui adressant simplement un regard mais qui était très compréhensible.

Je commençais vraiment à me sentir mal. Les flammes commençaient à prendre déjà de l’ampleur, les personnes se poussaient pour sortir, je voyais sans pouvoir agir les hommes frapper les bourgeoises avec leur cannes pour pouvoir leur marcher dessus afin de sortir. Saisissant la main de Violette, j’agrippe aussi celle de Mathilde par instinct sans doute avant de tenter d’aller vers la sortie mais c’était trop tard, la sortie était bloquée et la fumée commençait à devenir sombre, intense, et dangereuse. Elle commençait à me rentrer par les narines, ma gorge commençait à me brûler et mon visage à se brunir à cause des cendres. Je me tourne vers Violette et les autres.

« On doit trouver un moyen de sortir, il faut trouver un moyen de sortir. On ne peut pas rester là. Il faut qu’on puisse sortir. »

J’entendais les cris, j’entendais les pleurs. Ma main lâche celle de Violette alors que je tombe à genoux sur le sol. Les yeux clos, j’essaie de respirer, avec grande difficulté. Je voyais les flammes qui flottaient sur les murs, je sentais la détresse de toutes ces personnes, toutes celles qui étaient mortes. Je voyais tout se détruire autour de nous.

« Meredith ! Relèves toi ! Il faut sortir, il va y avoir beaucoup trop de victimes mais je fais la promesse que tu feras pas partie de la centaine de bourgeoises ! » hurla ma « soeur » « il faut sortir d’ici et retrouver une vie normale ! »

J’attrape sa main mais malgré toute notre bonne volonté, les flammes se propagent beaucoup trop vite et bien vite, je ne peux plus avancer et elle non plus. Je pose rapidement mon regard sur Violette, je tente de courir vers elle avant de poser ma main sur son épaule, remarquant que Julien n’est pas avec elle.

« Où est… » commençais-je avant de tousser fortement « Où est Julien ? »

Apparemment, il l’avait abandonnée. Le bougre. Je commençais à paniquer, j’avais peur qu’on ne sorte jamais d’ici. J’entends la voix d’Auguste qui parvient jusqu’à nos oreilles. Il hurlait nos noms. A l’instant où mon regard croise le sien, une poutre enflammée lui tombe dessus, le tuant sur le coup. J’hurle sous le choc avant de me mettre à pleurer. Je sers un peu plus fort la main de Violette dans la mienne alors que je commence à manquer d’oxygène.

« Viens…il faut qu’on essaie de trouver un moyen de se protéger des flammes. »

Accompagnées de Mathilde qui ne cessait de parler de 2020 et de Storybrooke ainsi que d’un nombre incalculable de choses dont elle ne pouvait pas connaître l’existence et qu’elle semblait prendre comme totalement normal cette fois ci, on se baisse sous une table assez loin des flammes mais pas assez pour être protégées du reste. De nouveaux hurlements parviennent à nos oreilles quand devant nous deux femmes se retrouvent à brûler vive à cause du tissu de leur robe qui venait de prendre feu. Leurs cris, leurs hurlements, la douleur, la peur, les larmes, je sentais la crainte de mourir gravir le tréfonds de mes entrailles et me faire paniquer un peu plus. Le Bazar de la Charité était fait en grande partie de bois, il brûlait beaucoup beaucoup trop vite.

Nous étions couchées sur le sol, essayant de garder conscience. Je ne quittais pas Violette des yeux, serrant sa main dans la mienne.

« On va s’en sortir, c’est promis. On va rentrer à la maison. » hurlais-je alors que de nouvelles larmes perlaient sur mes joues devant toute cette horreur. Mathilde tourne le regard vers nous « oui, vous allez rentrer à Storybrooke, Violette retournera à la Mairie et vous Meredith retournerez à vos peintures. Vous retrouverez la modernité que vous aimez tant, vos cinémas en 4DX, vos réalités virtuelles, vos iPhones et autres smartphones et toutes les récentes technologies. » elle nous fait un grand sourire, apparemment, elle semble très bien réagir à ce qu’elle viens de dire alors qu’elle n’est pas censée connaître tout ça. Nous ne sommes plus que six. Mon regard se pose sur les personnes qui sont à nos côtés et qui regardent Mathilde étrangement mais elle ne réagit pas.

Mon regard se pose sur un amas de lumière plus loin de nous. Un léger sourire espérant naît sur mes lèvres alors que les flammes sont presque trop proches de nous. Les premiers tissus des rideaux de là où nous sommes prennent feu. Mes cheveux à l’origine attachés convenablement tombent désormais totalement sauvage sur mes épaules. Ma peau est pleine de cendres et mes yeux me brûlent. Je secoue Violette.

« Regarde, les pompiers arrivent. Je te jure qu’on va sortir de là. »


Une immense poutre tombent non loin de nous, me faisant sursauter et accentuant les flammes de plus belles.

« Il faut qu’ils se dépêchent, le bâtiment va tomber ! Je veux pas mourir ! » hurlais-je.

Les pompiers finissent par réussir à nous sortir des lieux à temps avant que le bâtiment ne continue de brûler derrière nous, s’écroulant lentement. Une fois sur le sol de l’extérieur, je prend une énorme respiration, assise sur le sol. M’approchant de Violette, il se met pleuviner quelques gouttes. Un léger sourire rassuré perle sur mes lèvres même si on a failli passer aux portes de la mort, brûlées vives. Je m’assieds au côté de Violette et prend une profonde respiration même si mes poumons me font mal.

« Jure moi de me prêter mains fortes pour tuer Hadès ! » lançais-je entre deux toux.

Sa « mère » nous rejoins. Quand mon regard croise le visage de Mathilde à nos côtés, dans un état aussi pitoyable que nous, sa robe blanche étant désormais obscure, elle me regarde fixement.

« Vous avez un magnifique ballon rouge. »

Je lève le regard avant de me rendre compte que je tenais un ballon rouge dans ma main, tout comme Violette. Je commençais à me dire que y’avait clairement quelque chose de pas net là derrière. Et c’est quand plus Mathilde semble émerveillée par ce ballon.

« Euh… » commençais-je en me pinçant les lèvres « Ne le lâchez pas, sinon vous ne pourrez par repartir. Et… »

Elle se stoppe. Je tourne le regard vers Violette alors que Mathilde nous fixe et devient vraiment flippante. Puis elle sourit. Elle fait un très grand sourire.

« Et ça serait dommage n’est-ce-pas ? » et le pire c’est qu’elle continue de sourire vraiment beaucoup.

Je me recule instinctivement vers Violette, tenant fermement le ballon dans ma main. Mathilde fouille dans la poche de sa robe avant d’en sortir une sarbacane. Pourquoi pas ouais…et c’est qu’elle la charge en plus ! Mais c’est un cauchemar là ! Elle tire dans ma direction en plus. Elle veut percer mon ballon où je rêve ? Mon coeur rate un battement avant que je ne remarque qu’elle venait de le louper « Arf. J’ai jamais été douée pour viser. Mais bon, on peut recommencer ? N’est-ce-pas ? Et si votre ballon fait boom, vous resterez ici à jamais ! »

Je reprends rapidement contenance avant d’aider Violette à se lever.

« Rêve toujours ma vieille ! » grommelais-je avant de me tourner vers Violette « il faut qu’on trouve un moyen de partir d’ici ! Il faut qu’on lui échappe ! » énonçais-je alors que Mathilde nous souriait de plus belle.

⇜ code by bat'phanie ⇝
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80965-i-suspect-and-i-m-nev https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89853-never-be-enough-regina-and-the-other-s-links https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89853-never-be-enough-regina-and-the-other-s-links https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89458-appartement-de-meredith-quartier-est#1283285 https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80975-theralmarypoppins_


*Violette Parr
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

*Violette Parr

| Avatar : Danielle Campbell

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] 33ur

*Quelle belle bouche. STOP ! ARRETE DE PENSER*

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] 8uer
Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Ehgw

| Conte : Les Indestructibles
| Dans le monde des contes, je suis : : Violette Parr

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] Ahg2

| Cadavres : 6502



Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] _



________________________________________ 2020-11-18, 19:04

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle
ft. Meredith P. Newton


La situation avait empirée en quelques instants. Les flammes se faisaient de plus en plus importantes et elles se propageaient à grande vitesse sur la charpente en bois. Violette avait perdu Meredith et Mathilde quelques secondes. Mais assez pour inquiéter Violette qui s’était automatiquement retournée vers la dernière personne qu’elle « connaissait » ici : Julien. Mais ce dernier avait pris le devant, tentant de se frayer un passage dans l’énorme foule de personnes paniquées.

« Quel salopard ! »

La panique gagnée aussi Violette. Elle tournait sur elle-même dans tous les sens. Elle voyait des scènes effroyables sous ses yeux. Des personnes prenaient littéralement feu devant elle et les hommes tentaient de prendre la fuite en tapant sur les femmes, en les poussant au sol. Puis soudain, une main stoppa Violette. C’était celle de Meredith.

« On va mourir. »

La peur se lisait sur le visage de Violette. Elle avait peur de brûler vive ou de mourir étouffée par l’air impur qu’ils respiraient. La jeune fille sentait son énergie quitter son corps petit à petit. Ses cheveux étaient devenus sales, ébouriffés. Sa peau était devenue noire, à cause de la fumée. Sans dire aucun mot, à l’inverse de Mathilde qui ne cessait de faire référence à Storybrooke, Violette se laissa entraîner par Meredith. Elles trouvèrent refuge en dessous d’une table, encore éloignée des flammes.

« Je… »

C’était trop dur. Allongée au sol, Violette n’arrivait même plus à parler. Elle avait déjà du mal à ne pas fermer ses yeux. L’air était tellement chaud, ça brûlait les yeux, ça brûlait la gorge, ça brûlait partout. La seule chose que Violette parvenait à faire c’était pleurer. Silencieusement, mais à chaude larme.

Puis soudain la délivrance. Les pompiers de l’époque étaient arrivés à temps pour sauver le petit groupe. Quelques minutes près et le bâtiment aurait écrasé et tué Meredith et Violette. Mathilde avait été sauvée aussi. Mais le comportement de la « mère » de Violette restait toujours aussi étrange.

Reprenant difficilement ses esprits et son souffle, Violette ne répondit pas à Meredith. Bien qu’évidemment elle était totalement d’accord avec elle et qu’elle tuerait Hadès de ses propres mains si Violette sortait blessée de cette époque. Ce fut encore les paroles de Mathilde qui intriguèrent Violette. A tel point qu’elle s’était relevée en la regardant puis en regardant sa main.

« Qu’est ce…. »

L’avertissement de Mathilde ne fut pas pris à la légère. Violette resserra sa main sur la ficelle du ballon. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Quand est-ce que toute cette mauvaise blague serait finie ? S’agissait-il d’une caméra cachée ? Violette observa tous les alentours. Les blessés semblaient vraiment blessés, le bâtiment s’était vraiment effondré…

Le bruit d’une flèche passant à proximité de l’oreille de Violette la fit sursauter et surtout la fit ramener à la réalité. Cette réalité. Tout était vrai. Et si ce ballon était vraiment leur porte de sortie, alors il fallait absolument fuir.

« Cours ! »

Main dans la main, Meredith et Violette se mirent à courir. Ce n’était pas facile du tout car Violette manquait cruellement de souffle. Et Mathilde s’était mise à courir à son tour, tentant de les rattraper.

« Mais ne courrez pas, je n’arrive pas à viser quand on court ! »

Et bien tant mieux ! Sauf que Violette n’avait aucune idée de la direction qu’elle prenait. Peut-être qu’elles allaient tomber sur un endroit pire. Un quartier malfamé ? Qu’importe. Elles n’avaient pas le choix. Il fallait fuir.

Soudain, une porte fit son apparition. Comme par magie. Et Violette, désormais habituée, savait que la magie ne pouvait venir que de Storybrooke. Voilà leur vraie porte de sortie. Ce n’était pas ce fichu ballon rouge. Mais l’indication en lettre lumineuses et clignotantes fit hésiter Violette.

« C’est un peu gros pour être réellement la sortie ça, non ? »

Mais en jetant un coup d’œil derrière son épaule, Violette aperçut Mathilde qui commençait à les rattraper. Violette soupira longuement, paniquée à l’idée de faire une boulette. Mais elle décida de franchir la porte avec Meredith. Et….

VICTOIRE ! Elles étaient revenues à la salle des fêtes de la Mairie. Violette s’arrêta net. Elle se plia en deux, mettant ses mains sur les genoux. Elle haletait. Elle avait eu tellement peur. Entre la mort qu’elle avait évité et cette course poursuite, son état émotionnel en avait pris un sérieux coup.

« On est vivant. Putain. On est vivant. »

Puis, Violette fronça les sourcils. Elle se releva brusquement puis zieuta toute la salle. Apparemment tout le monde semblait avoir vécu des choses incroyables, dangereuses et parfois folles. Mais la personne qu’elle cherchait c’était Hadès.

« Lui il va mourir par contre ! »

☾ ANESIDORA
https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81260-a-lone-girl-a-lone-wo https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81777-chaque-personne-fait-partie-d-un-groupe-relationnel https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85481-la-trepidante-vie-de-violette-parr-miss-indestructible https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81497-_littlehappyvi


Contenu sponsorisé




Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE] _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Flamme assoupie apparaît, dans la nuit projette tes raies et brûle ma belle, brûle [FE]





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville :: ➹ La Mairie