« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)



Partagez
 

 [Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage

Poséïdon



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Poséïdon


╰☆╮ Avatar : Ryan Gosling ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Intrigue divine ☣ Je suis le dieu des Océans ! ϟ

☞ Surnom : seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 24

✓ Disponibilité : A la recherche de ma fille bien aimée !

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 14 Sep 2015 - 13:13


৩ Notre Testament est le miroir de notre vie... ৩


    Je me tenais devant Apollon qui se trouvait à terre. Il avait sacrément morflé et j'avais été au delà de ce que je souhaitais faire. Mais il était temps de leur montrer que Zeus était peut être encore le seul capable de faire le poids face à moi. Je n'étais pas un dieu mineur, j'étais Poséidon le dieu des océans, le plus puissant de tous les dieux. Ils ne devaient pas me sous estimer et désormais je savais qu'ils ne le feraient plus.

    J'avais vue au loin Arès se relever. Lui aussi avait perdu beaucoup trop d'énergie. Quand à Artémis, je n'avais pas encore eu l'occasion de l'affronter, gardant ma soeur préférée pour la fin, si tant est que je pouvais éviter cet affrontement. Car je ne souhaitais ni la mort d'elle, ni la mort de mes frères. Je ne voulais qu'une seule chose et je leur avais déjà énoncé mes exigences.

    Une fois à la hauteur de Apollon, je m'étais accroupis devant lui. Je tenais toujours mon Trident fermement en main et à tout moment je pouvais tuer le dieu. Si telle était ma volonté, il ne se relèverait pas. Artémis et Arès étaient bien trop loin pour agir dans l'immédiat. Ils savaient de toute façon que s'ils tentaient quoi que ce soit, ils ne pourraient pas m'empêcher de tuer Apollon. Mais contre toute attente, la seule chose que j'avais faite, c'était de poser ma main sur le torse du dieu.

    "Je ne souhaite pas ta mort, mon frère." avais-je murmuré tandis que le torse d'Apollon se soulevait tout doucement. Je me mettais peut être en danger. Je me faisais sans doute bien trop confiance. Mais je savais une chose, c'était que je souhaitais leur montrer une fois encore, que oui, je n'étais pas contre eux, mais avec eux. Que ce que je faisais c'était pour les miens, pour les leurs. Ils devaient me faire confiance et je leur prouvais une fois encore que je faisais le premier pas vers eux. A eux de le faire le suivant...

    Au moment où j'avais retirée ma main, je savais que Apollon allait déjà un peu mieux et je sentais une petite fatigue de mon côté. Je m'étais relevé pour faire face à Arès et Artémis et j'avais tendu ma main vers Apollon pour l'aider à se relever. Une fois debout, je m'étais adressé aux trois. C'était leur dernière chance, je ne comptais pas leur en laisser une autre.

    "Il est temps qu'on arrête de jouer. On doit chacun prendre nos responsabilités en main, penser avant tout aux nôtres. Je vous le demande une dernière fois. Faites moi confiance. Car si je dois une nouvelle fois lever mon Trident, l'un de vous ne se relèvera pas."

    Les choses étaient clairs... Arès devait capituler. Artémis et Apollon devaient me rejoindre. Tous les quatre on pourrait construire un avenir meilleur, ou alors je le ferai seul.


    Arès : 50%
    Artémis : 100%
    Apollon : 35%
    Poséidon : 70%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


« Papa est de retour...

...ma Melody ! »



Invité



Invité


Anonymous



[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 _


Actuellement dans :

________________________________________ Lun 14 Sep 2015 - 17:53





special trip with Poseidon...  

the sweets waves of the sea can be mortals


Il fut étonné des mots de Melody alors que le groupe arrivait devant les portes du palais atlantes. Glène la regarda dans les yeux. Il y trouva de la sincérité, et une vraie et profonde peine de sa part.
Glène baissa les yeux. Elle tenait vraiment à Jezabel en fait. Il avait jusque là eu un grand mal à accepter que Jez s'entende bien avec elle pour ce qu'elle avait fait à Las Vegas, mais en fait, peut importe a quel point elle pouvait être insupportable avec ce don de donner des envie de meurtres à ceux qui l'entourait, elle avait de vrais sentiments, et c'est en regardant dans ses yeux qu'il avait compris que l'envie de pouvoir et de souffrance ne l'animait pas, ou alors en parti.

Je suis désolé Melody, j'ai été idiot trop de fois. Excuse moi.

Il lui dit simplement cela, sans rien de plus, avec ce mal fou qu'il avait a parler sans faire trembler sa voix, sous la force de la peur et la peine. Lui pardonnait-il ce qu'elle avait fait ? Peut être pas, ou peut être a moitié, mais il lui en voulait toujours profondément, et il avait toujours de la colère pour elle. N'était-ce pas à Melody de s'excuser ? Elle le devait sûrement, mais Glène aussi quelque part. Cherchait-il a devenir l'ami de Melody ? Sûrement pas. Mais à ce stade de l'aventure, qui semblait devenir dangereuse et mortelle, après ce qu'il venait de se passer, il fallait dire ce qui devait être dit avant qu'on en perde l'occasion. Attendrait-il un retour de sa part ? Non, il avait déjà assez de mal à s'excuser auprès d'elle, il n'avait pas besoin de plus.

Il ne porta pas de regard à Jezabel, le bruit des crépitements que faisait les éclairs qui sortaient de son corps était suffisant pour Glène pour s'imaginer son état, qui lui déchirait le coeur. Alors que les portes s'ouvrirent assez rapidement -ce qui fut étonnant d'ailleurs-, Glène se répéta la phrase de Melody.
Oui, Jezabel allait être sauvée, peut importe ce qu'il fallait faire pour.

Il suivit la suivit pour entrer dans le palais. Louise, Aaron et Kida s'y trouvait.
Il y avait aussi... il reconnut le frère de Melody, dans le même état que Jezabel.

Glène observa Melody dans toute la souffrance qui s'emparait d'elle devant son frère au bord de la mort, et, la vague de souvenir qui lui monta à la tête, était comme un écho à ce que la sirène devait ressentir à ce moment là.
On lui avait arraché sa soeur jumelle aussi, qui avait était la seule famille avec qui Glène pouvait passer des journées, qui l'aider dans absolument tout, il avançait grâce à elle, elle était toit pour lui auparavant. Et le roi lui avait retiré sa soeur, sans autre forme de procès. Il l'avait perdu a jamais, Glène n'avait rien pu faire, c'était encore a ce jour l'un des pires sentiments que l'arabe avait ressenti.
Il n'eut aucun autre ressenti qu'une compassion énorme pour Melody. Non, il ne l'appréciait pas, mais, il le comprenait aujourd'hui, personne ne méritait de ressentir ce ressenti plus qu'horrible que l'on a lorsque l'on voit notre famille proche nous être arrachés. Il ne l'avait jamais vu ainsi. Mais maintenant qu'il la voyait souffrir pour son frère, Glène ne put rien voir d'autre qu'une énorme peine que nul ne devait avoir.

Il jeta un regard noir à Kida. C'était bien elle qui était responsable de toute les souffrances que le groupe ressentait, ou en grande parti. Il ne bougea pas non plus lorsque Melody sauta a la gorge d'Aaron. Il ne semblait avoir aucune réaction, désirait-il cela lui aussi ? Sur le coup, avant de chercher a comprendre davantage, il ressentit une haine pour lui aussi.

Mais, lorsque celui-ci alla jusqu'à accepter la mort lorsqu'il se sacrifia pour Egeon, Glène sut qu'il ne comprenait pas toute la situation. Il avait juste l'impression que tous dans cette histoire tombaient devant lui. Melody, Louise et lui même allaient finir par mourir aussi si on continuait dans ce rythme. Maudite cité.

Louise tenta quelque chose de désespéré pour sauver Aaron, Melody criait... Kida se sacrifia elle aussi. Glène restait la, observant la scène, respirant par la bouche assez fortement bien que ce fut insignifiant dans le son de tout ce qui se passait là.

Glène regarda Melody se précipiter vers son frère, avec un pincement au coeur, non seulement parce qu'il aurait tout donné pour vivre la même chose avec sa soeur, mais aussi parce qu'il espérait surtout que Jez soit sauvée elle aussi. Glène avait été stupide, sa lâcheté, ses peurs et ses mensonges lui avait fait perdre Jezabel tout ce temps, il n'avait pu lui dire la vérité, embrasser ses lèvres encore une fois, que ce jour-ci, il n'avait pas pu profiter du temps. Et maintenant tout cela était compromis.

Aaron et Kida revinrent, sous le regard dérouté de Glène. Finalement personne ici n'était perdu. Il manquait plus que le remède pour Jez, et ils pourraient enfin sortir de ce monde abominable. Mais rien n'allait être simple, que ce soit le premier fait, ou le deuxième.

Le tatouage atlante sur le torse d'Aaron était-ce bon signe ? Glène n'eut pas le temps de s'attarder sur cette question, que tout commença à trembler. Ce n'était pas naturel, ça venait de quelque part... Ou quelqu'un ?

Suivant Louise qui aida Aaron, il se précipita en dehors du palais, suivit de Melody avec Egeon, et Kida. Glène jeta un regard anéanti a Jezabel qui était toujours dans le même état, intouchable, mais souffrante...

Ce qui détourna Glène de Jezabel, c'était l'immense mur d'eau qui s'élevait au loin dans les airs les menaçant d'engloutir toute la cité, eux avec. Un tremblement ébranla les fondations d'Atlantis, avant qu'un champs de force de ne réapparaisse autour de la cité, les protégeant des eaux.

Un nouveau tremblement secoua l'environnement, immense, violent, comme un coup de marteau sur de l'acier, en gigantesque. Au loin, quelque chose avait percuté le champ de force avant de retomber. Ce coups immense avait suffit à fissurer le champs de force, il allait céder au moment où toutes les eaux allaient tout engloutir, c'était certain...

Avalant toute méfiance, il demanda à Kida :

On doit se protéger. Vous n'avez pas un abri pour qu'on s'y réfugie tous en cas de... ça ?

Il y en avait un effectivement. Génial, ils n'allaient pas mourir ici finalement. Enfin, c'était du moins un espoir à garder.
Il s'apprêta à suivre Kida mais se retourna alors qu'un crépitement attira son attention. Jezabel... On ne pouvait pas la déplacer, elle devait rester ici... Il y avait sûrement un moyen pour la protéger elle aussi. Glène s'approcha d'elle, il tenta de trouver un moyen de la porter, la déplacer, n'importe quoi pour qu'elle ne puisse pas être engloutie par ces eaux quand elles tomberont. Mais rien ne fut possible.
Non... Glène ne pouvait pas la laisser la, à sa mort. Et snil n'avait pas d'autre solution, Glène ne se résoudrait a rien d'autre que de rester avec elle. Prenant sûrement une décision des plus stupides, il décida de rester avec elle, peut importe le danger. Tant pis, il n'arriverait pas à aller dans cet abri en la sachant ici.

Jez était prise de tremblements. Glène, le coeur lourd, s'asseya a coté d'elle, en tentant de lui murmurer les mots les plus rassurants qu'il pouvait trouver, espérant qu'elle entendrait, cherchant quelque part à se rassurer lui même surtout...





codage by jacks ღ gifs from tumblr


Diane Moon



« Le plus beau
c'est GASTON ! »


Diane Moon


[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 378254admin

╰☆╮ Avatar : Claire Holt + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 Diplo10

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9607

✓ Disponibilité : Présente mais blindée de rps

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 _


Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Mar 15 Sep 2015 - 8:28

Le Testament de Poséidon
With your love nobody can drag me down


"La main, d'Apollon dans la mienne. C'est tout ce que je sentis, au moment, où la vague s'écrasait sur nous. Il fut chose aisée de lutter, contre le courant, moins de garder la main de mon frère dans la mienne. Je, ne voulais, pas le perdre, je ne voulais pas le lâcher. Quelque chose, en moi s'agitait, ma « sonnette d'alarme » m'indiquait de ne pas m'éloigner de lui, de ne pas que nos mains se dé lie. Et finalement, la plage m’apparus, tandis que je rejetais, mes cheveux trempés, en arrière. Nous, n'étions, clairement, plus au même endroit, on semblait au contraire, bien plus proche de notre point de départ. Mon regard embrassant, toute la surface, je tombais sur Arès, bien mal en point, et contins, à grande peine, les battements affolés de mon cœur. Que lui avait-il fait ?

Immédiatement, mes poings se serrèrent, tandis que j'enfonçais mes ongles dans ma peau, jusqu'au sang. Tant pis. Je, ne pouvais contenir, ma rage et ma colère, j'en avais assez de tout refouler. Poséidon, osait nous sortir qu'il ne souhaitait pas la guerre, mais pour un malheureux coup de poing, voilà qu'il déclenchait les hostilités, prétextant, que nous l'avions fait. Quelle hypocrisie. Ce, n'est pas comme s'il n'avait pas été prévenu. Apollon, lui avait très clairement, exprimé sa manière de penser un peu plus tôt dans la journée ou le jour précédent, a vrai dire je n'en savais rien, mais de toutes les manières, mon frère jumeau l'avait mis en garde.

Un, regard du côté d'Apollon, me fit me mordre la lèvre, je savais parfaitement, ce qu'il était en train de faire, et je le comprenais. Quel, merveilleux spectacle, nous offrions, à nos parents, peu importe l'endroit où ils se trouvaient. Un affrontement, comme parmi tant d'autres. Nous, n'étions, bon qu'à nous entre déchirer. C'était tout ce que les dieux savaient faire. Je doute, que notre mère, ai voulu cela en nous donnant la vie. Quelle piètre opinion, de nous, elle devait avoir à cet instant. C'est pourquoi, je comprenais, les excuses qu'Apollon, était en train de marmonner à voix basse. J'aurais, moi aussi, un tas d'excuses à formuler, à énormément, de gens, mais les mots, restaient, coincés dans ma gorge, à nouveau j'étais incapable, de prononcer ce que je ressentais, réellement. L'histoire de ma vie pas vrai ? Mais, si je m'en sortais, il serait temps, d'arrêter d'être comme ça. Une chose, était sure, quoi qu'il se passerait ici, je ne serais plus jamais la même...

Nos regards se croisèrent avec Apollon, tandis que la vague s'écrasait avec force sur la citée, qui tentait tant bien que mal de se défendre, à l'aide d'un bouclier. Non, nous ne pouvions, pas laisser faire ça. C'était hors de question. Parce qu'il y avait une personne à laquelle nous tenions, tous les deux, et parce que nous ne pouvions, pas laisser cette citée sombrer à nouveau bien plus profond, et se détruire.

Je restais, sur place, tremblante, tandis qu'il s'avançait vers moi, pour m'enlacer. Encore, une fois, il me fut impossible, de retenir mes larmes, entre coupés de hoquetement. Cela, sonnait bien trop comme des adieux. Mais, pouvait-il seulement, pour une fois, se rendre compte d'à quel point il me serait impossible de vivre sans lui ? Je, ne serais plus rien, s'il n'était plus au près de moi. On m'aurait enlevé la moitié de mon âme. Et comment, vivre avec une moitié d'âme ? C'est impossible. Je, ne serais qu'un être brisé, à qui l'on aurait tout pris. Les gens, se trompaient souvent, sur le sens d' « âme sœur ». Pour la plupart, il s'agissait de l'homme ou la femme qu'ils aimaient. Mais, une âme sœur, ce n'était pas ça. Une âme sœur, si on suit la définition, dans le dictionnaire, c'est une relation quasi fraternelle. Moi, je peux affirmer, qu'une âme sœur, est votre miroir, la personne qui vous complète. C'est une personne, qui dès que vous la trouvez, il vous est impossible, de vivre sans elle. Moi, mon âme sœur, c'était Apollon. Et, tandis que je m'accrochais, desesperement, à lui comme à une bouée de sauvetage, je me rendis compte de l'ironie de la chose. Un an...Un an qu'il m'était revenu, et à nouveau, nous, nous retrouvions, dans la même situation, avec quelques différences c'était vrai, nous étions tous les deux conscient, et ce n'était pas moi, prête à me sacrifier pour lui, c'était l'inverse :

Et tandis que je le voyais s'éloigner, une seule et unique émotion, s’empara de moi : la peur. Le reste...Je, le vécus, dans un état second, mon esprit était embrumé, tandis que, je venais, de plus, en plus, livide, à chaque coup, que je me prenais en double d'Apollon. Je voulais, rester droite, je voulais, rester forte, pour lui, mais je n'y arrivais, pas. Les genoux, à terre, le corps tremblant, je tentais, tant bien que mal, de me remettre droite, sur mes jambes, sans succès. Je savais, qu'il tentait de minimiser mentalement, sa souffrance, pour qu'elle ne m'atteigne pas autant. Mais, la douleur n'était pas mentale, elle était physique. Et, surtout, je ne voulais, pas qu'il la diminue pour moi. Je voulais, ressentir, chaque coup que Poséidon, osait lui porter, chaque coup que mon frère jumeau recevait. Car ils attisaient ma colère.

Pour perdre mon affection, il y avait plusieurs choses à faire, et s'en prendre à Apollon résidait tout en haut de la liste des dites choses. Généralement, après avoir fait une chose pareille, il n'y avait plus aucun moyen d'y remonter. L'on perdait, mon affection, et mon estime à jamais. Je fermais, mon cœur, à double tour, et me faisait glaciale, me dérobant, à toute tentative de retour en arrière. Parce qu'on ne touchait pas à Apollon, jamais :

Et c'est son nom que je prononçais dans un hurlement, tandis que je voyais, Poséidon, le projeter contre ce dôme. Tel l'animal blessé que j'étais, que l'on faisait encore plus souffrir, alors qu'il était déjà agonisant.

Je t'aime ne me laisse pas


Je prononçais mentalement, ces paroles, qui me permettaient de tenir, de savoir, qu'il était toujours là, parce que notre lien, je le sentais, encore. Et je me serrais, très certainement, interposé, au moment, où Poséidon, s'approchait de lui, si Arès, n'avait pas choisit, ce moment, pour se relever, et me ceinturer, de manière à m'en empêcher. Ironique, encore une fois, parce qu'il y a tout juste, un an , c'était ce qu'il avait également, fait, pour m'empêcher, d'affronter bêtement, Famine toute seule. Il, savait à quel point, je me débattais, et je savais, qu'il n'avait pas encore, totalement, récupéré, aussi, c'est en priant, mentalement, pour qu'il me pardonne, que lui assenais, un bon coup de coude, dans les côtes, lui coupant le souffle. S'il, était au maximum de ses capacités, nul doute, qu'une telle, chose ne serait jamais arrivée. En fait, c'est plutôt moi qui me le serait prit le coup de coude. Mais, il était grand temps, pour moi d'affronter, celui qui fut jadis, notre frère

Étrangement, j'étais très calme, tandis que faisant fit de la douleur, je me levais bien droite, pour être face à lui. Je, ne ressentais, plus rien, ni colère, ni haine...Juste une profonde lassitude. Il, ne comprenait décidément, rien ça en devenait navrant. Mais, il était venu l'instant pour moi, de vider mon sac, avant l'affrontement. De tenter, une toute dernière fois de le raisonner, s'il ne comprenait toujours rien...Qu'importe, je me serais battus jusqu'à mon dernier souffle

- Je l'ai pourtant dit et répété : mes filles se sont sacrifié pour leurs convictions. Quelle genre de mère serais-je moi si je capitulais à la moindre difficulté. Non, ne compte pas sur moi pour le faire. Je préfère encore mourir que de tous les voirs disparaitre et de rester, car leur perte me serait aussi cruelle que celle d'Apollon et je refuse de devenir cette coquille vide à qui l'on a prit sa raison de vivre. Je protégerais ma famille, coute que coute. Je me battrais, pour eux, je saignerais pour eux, et s'il le faut même je mourrais pour eux. C'est ma destinée, mon but et c'est pour cette raison que j'ai été crée. A présent, je m'en rends compte.

Car oui, tout ceci encore une fois, je le faisais pour les miens. Hors...Les dieux n'étaient pas les miens. Avions nous été un jour une famille ? Aucune idée. Notre naissance, remontait à bien plus loin, que ce que nous pensions. Et s'il n'y avait pas eu Apollon...Nul doute, que je serais partis, bien loin, dès les prémices du règne de Zeus

Doucement, je fermais, les yeux, me laissant, allé à mes souvenirs. Je re voyais, cette petite blonde farouche, qui venait tout juste de découvrir, la forêt dans laquelle elle était née, je la voyais, découvrir, cette présence inconnue dans sa tête, qui allait devenir son âme sœur. Et, je la voyais, lors de sa première rencontre avec la dite ame sœur : « on va se faire une promesse toi et moi : pour toujours et à jamais, on restera toujours ensemble quoi qu'il arrive d'accord ? »

Doucement, toujours les yeux fermés, et d'une voix cassé, je mit à fredonner, comme ce jour là :

And i'll take the shot for you


Un pas, en avant tandis que d'autres souvenirs, affluaient, je re voyais, nos retrouvailles, avec Aphrodite. Moi, qui était si réservée, je n'avais pas pu m'empêcher de la serrer dans mes bras ce jour là. Cette fois où j'avais cru la perdre pour de bon. Le jour où Apollon, m'avait demandé si mon projet de collocation, tenait toujours, et que j'avais attrapé, arc et carquois, pour aller à la rencontre d'Hippolyte, pour justement, lui proposer d'en faire partis. Ainsi, que lorsque dans la foulée, j'étais venu chercher Peggy, pour l'emmener avec nous. Et Louise, affreusement, timide, n'osant, pas nous tutoyer. Les regards suspicieux qu'elle nous lançait à Apo' et moi, qui ne mangions pas, et lorsqu'à minuit, bien passé elle nous avait trouver en train de rire comme deux idiots devant un film dans le salon, nous prenant ainsi pour des vampires. L'explication, qui en avait résulté : nous, nous n'étions pas des vampires, simplement des dieux, et Hippolyte était une demi déesse, la fille de notre frère Arès. Quant à Peggy, elle était en réalité Pegase, une création d'un autre de nos frères : Hermès.

Mes lèvres, formèrent un léger sourire, alors que je me remémorais d'autres choses : ma toute première rencontre avec Lily, on, ne s'était pas beaucoup parlé, jusqu'à ce qu'elle en décide de venir dans ma chambre, pour me demander quel genre de cadeau pourrait faire plaisir à ma sœur, et où j'avais pris le temps de lui répondre. Puis vinrent, Elliot et Ellie, alors que je n'étais pas au mieux de ma forme. Le duo de choc, formé par mon neveu et ma nièce, avait été un vrai booster pour le morale : je me souviendrais, toujours d'Elliot, mimant un tir à l'arc, et du surnom qu'il m'avait donné la « super héroïne des dieux ». La séance de Babysitting de Cassandre, aussi, je m'en souviendrais, toujours. Tout, comme ma discussion avec Ellie. J'avais été peinée, d'apprendre qu'elle était partis. J'aurais tellement, aimée, approfondir notre lien. Mais, j'avais respecté, sa décision, si elle était partis, c'était qu'elle devait avoir une bonne raison.

Et puis, il y avait eu Alexis, avec qui après une légère dispute, j'avais ouvert mon cœur, j'avais raconté ma vie, et elle en retour, en avait fait de même. Ce jour là, j'avais enfin fait, ce que j'avais toujours voulut faire : aider les gens que j'aimais. Avant de partir, je lui avait simplement dit, que si elle cherchait un endroit pour habiter, pour voler de ses propres ailes, j'étais en colocations, avec pleins d'autres gens, et que au vu de nos différences à tous, elle y était la bienvenue. Et enfin...Neil, ou Cassandre, sa version adulte. Si, je l'avais aimée comme une tante aime sa nièce, dès l'instant où je l'avais tenue dans mes bras alors qu'elle n'était qu'un bébé, la voir adulte, comprendre, que la femme brune que j'avais vu cette fois là dans le manoir du fils de Poséidon, était elle, n'avait fait que renforcer ce sentiment :

Aphrodite, Elliot, Ellie, Cassandre, Louise, Alexis, Peggy, Hippolyte, Lily.... Pardonnez moi, je vous aime de tout mon coeur, ce sacrifice, je le fait pour vous, vous êtes ma famille, et je me battrais pour vous, jusqu'à mon dernier souffle

Ils ne pouvaient pas m'entendre, mais cela ne faisait que renforcer, mes convictions, je refusais, de les voirs disparaître à cause de Poséidon, jamais :

I'll Give my life for you


Je continuais de fredonner, tandis que je sentais, Apollon s'agiter dans mon esprit. Pour la première fois, depuis des millénaires, je le chassais, sans vergogne de mon esprit, lui bloquant totalement l'accès, comme il m'arrivait de le faire, quand je ne voulais, pas qu'il souffre. Mais, cette fois-ci, c'était, parce que je ne voulais, pas qu'il me fasse douter, je ne voulais, pas qu'il veuille à tout prit m'épargner, ma décision était prise, je ne reviendrais, pas dessus.

Un nouveau pas, en avant, et l’élastique, qui retenait mes cheveux en tresse, à présent, autour du poignet, servit à les attacher en chignon, seule deux mèches dépassaient. Toujours, aussi déterminée, un autre souvenir la renforça d'avantage : Pitch, notre première rencontre, la fois où ils s'étaient affrontés comme deux gamins avec Apollon, la création de Séléné, et notre escapade en Louisiane, où je lui avais fait, découvrir, d'autres pan, de mon passé.

Séléné...Je, n'avais jamais je l'avoue, réellement, établit de contacte, avec elle. Et pourtant, aujourd'hui, je me rendais compte, qu'il avait voulut qu'elle ai aussi une part de moi, c'était pour cela, qu'il l'avait fasconné, avec l'une de mes mèches de cheveux, en plus de son sable noir. Il, la voulait bienveillante, différente, de ses autres créations. C'est pourquoi, il avait prit cette mèche, pour la fasconner, et pour cela, qu'elle n'était pas aussi noir, que ses autres chevaux de sable noir, mais argentée. Argentée, comme la lune, comme moi... J'avais fait une erreur avec elle, bien trop focalisé sur ce que j'avais perdu, et non sur ce que, j'avais : une amie, une compagne, permanente. Alors, pour la première fois, je fit ce que j'aurais dût faire depuis longtemps : je liais nos esprits, comme je l'avais fait avec mes filles auparavant, et en établissant, le contacte avec je lui demandais une chose, une seule et unique chose :

Séléné, je t'en pris, je t'en supplie, protège la. Fait, ce que je ne pourrais peut-être, plus jamais faire, veille sur elle, comme j'aurais aimée le faire, et toi aussi pardonne moi, j'aurais aimée apprendre à te connaitre, tu es autant une part de moi qu'une part de Pitch, porte lui mes derniers mots, dit lui à quel point je l'aimais, et à quel point le laisser seule me fait souffrir.


Et tandis que je franchissais, les derniers mètres, me séparant de Poséidon, je demandais pardon à d'autres personnes encore :

Mère, Père à vous aussi, je dois des excuses, pardonnez à votre fille, le geste qu'elle fait, mais je ne peux pas le laisser faire


Comme Apollon, auparavant, j'adressais une prière d'excuse, mais pas uniquement à Gaïa, à Hyppérion, aussi. Je, ne l'avais jamais rencontré, j'ignorais tout de lui, mais, je pense, qu'il n'aurait pas non plus, aimé nous voir nous entre tuer, de cette manière.

Et enfin, alors que mon esprit, était finalement en paix, les dernières excuses arrivèrent. Pour le seule homme que j'aurais jamais aimé :

Tu n'entendras surement jamais ces mots, et je te prie de m'en excuser il y a bien longtemps que j'aurais dût te les dire, mais encore une fois, je n'ai pas osée, comme une idiote. J'aurais aimée que tu sache à quel point, je cherris, les instants que nous avons passé ensemble. Notre relation, n'a pas démarré sous les meilleurs auspices, et pourtant...Je, ne regrette pas ce début un peu étrange, en me prenant pour ton ennemi, tu as d'abord cherché à me tuer. Quant à moi, j'ai d'abord nié l'attachement, que j'éprouvais pour toi, jusqu'à ce déclique. En croyant perdre la personne la plus importante à mes yeux, j'ai compris, que tu allais prendre une grande place, dans mon coeur. Et, j'en ai eu peur, avant de me rendre compte, que j'étais idiote, de ne pas me laisser aller. Tu auras été le premier aime, qui aura su dompter ce cœur si sauvage, qui bats dans ma poitrine, le premier à me faire ressentir de telles choses. Aujourd'hui, alors que je vais très certainement, ne plus te revoir, je te prie de me pardonner, pour ce que je vais faire, et pour ce que je n'ai pas fait. Je t'aime Pitch, toi et toi seule. Cela aurait bientôt fait un an que la lune est tombée amoureuses des ténèbres.

Mes yeux s'ouvrirent petit à petit fixant droit dans les yeux mon frère, mais mon esprit, lui...était à des lieux d'ici :

- Pardonne moi, je t'aime
si je fixais mon frère, ces mots ne lui étaient pas destiné, ils étaient pour Pitch, et uniquement pour lui :

I Won' Let him touch you...I love you

Un murmure, avait suffit à achever, l'air que je fredonnais, si il avait été adressé à Apollon, il y a un an, le « tu » était aujourd'hui remplacé par le « vous » aujourd'hui. Et ainsi, ma propre armure, apparut, pour me recouvrir, alors que dans ma main droite, mon arc d'argent prit place :

- La seule chose qui me réconforte, si nous mourrons dis-je c'est que tu auras le sang de deux de tes frères et de l'une de tes soeurs sur les mains et ça sera bien fait, parce que dans ce cas là, tu ne vaudras pas mieux qu'Athéna que tu as implicitement critiqué tout à l'heure. Après, tout c'est ce que vous savez faire le mieux vous tous, prendre la vie des autres, parce qu'ils ne sont pas d'accord avec vous. Vous piétinez cette terre depuis des millions d'années, vous considérez les mortels comme des êtres inférieurs aux grands dieux que vous êtes. Et moi, je vous ai regardé pendant des millions d'années, prétentieux et bouffis d’orgueil que vous êtes. Mais, maintenant c'est finit. Je protégerais ma famille, jusqu'au bout, et la très grande majorité des dieux dont toi, n'en faites pas partis

Et sur ces paroles je décochais à nouveau une flèche, alors que je vis le trident s'illuminer. Le rayon, me frappa en plein fouet. Nous étions quitte Aphrodite, par ma main tu avais été blessé, à présent, c'était mon tour.

J'étais vivante, pas encore morte du moins, mais avant que je n'ai pu esquisser le moindre geste, Poséidon planta sont trident sous ma gorge. Le message était clair : la capitulation ou la mort. Mon, regard se releva une dernière fois, vers lui, tandis que mes yeux brillaient, de cette sauvage faroucheté qui m'avait toujours si bien caractérisé. Je, ne, céderais pas, j'étais une guerrière, alors je mourrais en guerrière :

- Qu'importe que le vent hurle, la montagne jamais ne ploie devant lui

Silena, Cassiopée, Eulalie, Calypso, Ariane...Attendez moi...J'arrive

Encore une fois, je ne pouvais que remercier Peggy pour la collection complète des Disney, certaines répliques étaient toujours très utiles à placer. Et doucement, à nouveau je fermais les yeux. Je me serrais battus jusqu'au bout, pour ce en quoi je croyais. Que Gaïa me pardonne de n'être qu'une femme.



made by pandora.



Artémis : 50% ?
Arès : 50%
Poséidon : 70%
Apollon : 35% [Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 4037676933

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
She was like the moon
☾ ☾ ☾ She liked the moon because, like herself i shined it's brightest when no one was around to see.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74833-artemis-can-t-fight-the-moonlight http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80967-moon_light En ligne

Poséïdon



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Poséïdon


╰☆╮ Avatar : Ryan Gosling ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Intrigue divine ☣ Je suis le dieu des Océans ! ϟ

☞ Surnom : seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 24

✓ Disponibilité : A la recherche de ma fille bien aimée !

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 15 Sep 2015 - 12:04


৩ Notre Testament est le miroir de notre vie... ৩


    Il n'y avait guère victoire quand on connaissait l'issue du combat avant même qu'il débutait. Je savais qu'aucun des trois dieux ferait le poids face à moi. Je ne les avais pas sous estimé, mais je connaissais mes forces, mes faiblesses et durant toutes ces années j'avais pu étudier les leurs. En aidant Apollon à récupérer des forces, je savais que ça ne me mettrait pas d'avantage en danger. A dire vrai je ne voulais pas les voir souffrir, mais juste les observer comprendre petit à petit qui pourrait les guider vers le droit chemin.

    Quand Artémis avait décochée une flèche pour la seconde fois j'avais immédiatement agis. Mon Trident avait fait jaillir une lueur en direction de la déesse et elle avait été touchée de plein fouet. Je ne voulais pas lui laisser une cicatrice comme je l'avais déjà fait avec Apollon et Aphrodite, mais je voulais prendre le dessus sur elle. Elle était à terre et je m'étais approché, plantons mon Trident sous sa gorge. Arès avait bondis jusqu'à moi et il avait fait de même avec son Eclair, ou plutôt celui qu'il avait pris à notre frère défunt.

    Il s'était mis en danger lui aussi en donnant l'épée qu'il contrôlait le mieux à Apollon et en conservant pour lui l'éclair. C'était peut-être une arme redoutable, mais elle était bien moins puissante que celle qu'il contrôlait le mieux. J'avais maintenu ma position et il avait fait de même. Un petit sourire s'était dessiné sur mon visage. J'aurai certainement eu le temps de tuer Artémis bien avant qu'il me trancherait la tête. Mais j'aurai également perdu la vie. Je pourrai disparaître et apparaître ailleurs et il n'aurait pas le temps de me tuer, mais je savais qu'ici c'était impossible et que si on tentait tout de même de le faire, le prix à payer serait trop chers. Je l'avais déjà payé une fois par le passé.

    "On en revient au point de départ... Maître d'Olympe. La décision revient toujours à celui qui siège sur le trône. A quel prix estime tue la vie de ta soeur et de ton frère ? Car c'est la sienne et la mienne que tu as entre les mains."

    Je ne comptais pas fuir, ni même stopper mon attaque. Ils avaient choisi le combat à mort, c'était ce que j'allais leur offrir. Je ne savais pas si j'aurai le temps de mettre hors d'état de nuire Artémis et de me tourner vers Arès pour l'empêcher d'agir. Peut-être que s'il voyait sa soeur tomber, il aurait quelques secondes d'inattention, trop perturbé par ce qui se serait produit. Peut-être bien que oui, je pourrai prendre le dessus sur lui aussi. Peut-être que je ne le pourrai pas et qu'il me tuerait. J'avais tout prévu au cas où cela se produirait. Ils resteraient tous ici, condamnés pour l'éternité. Jetsam et Flotsam savaient quoi faire pour Melody et Egéon. Ils ne risqueraient rien. Je pouvais me permettre de laisser faire le destin.

    - On a tous besoin de prendre un peu de recul.

    Je n'avais pas de suite compris ses paroles, me demandant s'il n'essayait pas de juste gagner du temps pour permettre à Apollon de m'attaquer en traître. Mais ce dernier était bien trop loin pour pouvoir agir rapidement.

    - Je renonce au trône d'Olympe, à condition que tu ne le prennes pas.

    Il avait retiré son éclair de sous ma gorge et il s'était reculé d'un pas. Je ne savais pas s'il était sérieux ou s'il tentait une fois encore de ruser. C'était le dieu de la guerre, la stratégie était son fort et sur ce terrain mieux valait ne pas le sous estimer.

    - Le temps qu'on se pose, qu'on réfléchisse à ce qui est le mieux pour nous tous, quelqu'un d'autre s'occupera de gérer Olympe. D'ici quelques temps, nos frères et soeurs prendront tous ensemble la décision de qui entre nous deux prendra possession des lieux. Mais pas avant qu'on l'ait tous ensemble décidé.

    J'avais légèrement relevé le Trident pour ne plus menacer Artémis avec, mais mon regard voulait tout dire. Si elle bougeait le moindre petit pouce, je pourrai très bien la stopper définitivement.

    - Tu laisseras mes déesses magiques et cavaliers tranquille jusqu'à ce qu'on se soit tous mis d'accord sur leur sort.

    Un trône pour des vies, voilà ce qu'il me proposait. Un nouveau dieu à Olympe le temps de la transition. Un moment de réflexion avant d'agir. J'avais passé beaucoup de temps à réfléchir, le faire encore une fois ne me tuerait pas. On aurait pu prendre cette décision bien avant, mais maintenant quelque chose était brisé définitivement entre nous quatre. Quoi qu'il en soit...

    "Je prendrai part à chaque décision importante. Aujourd'hui j'ai triomphé de vous trois. Je pourrai en exiger bien plus."

    J'avais fait disparaître mon Trident. Une fois encore je me mettais en danger, mais je ne voulais pas me montrer méfiant face à eux. J'avais tourné la tête vers Artémis. Je savais que lui tendre la main pour l'aider à se relever serait très mal perçu. Je m'étais contenté de hocher la tête pour lui faire comprendre qu'entre nous, notre combat était fini. Puis, je m'étais tourné vers Apollon, qui semblait soulagé que cela prenne fin, juste avant de regarder bien droit dans les yeux Arès.

    "L'Eclair ne t'appartiendra pas. Il reviendra à celui qui montera sur le trône par la suite. Tu devras la laisser à Olympe. Quand à celui qui s'occupera de la transition, il faudra quelqu'un en qui on a tous les deux confiance."

    Hadès était le choix judicieux. Il avait une dette envers moi et je savais qu'il la payerait quel qu'en serait le prix. Mais je savais aussi que ni Arès, ni Artémis, ni Apollon accepteraient ce deal. Alors j'avais prononcé le nom de la personne de confiance la plus proche de nous deux.

    "Apollon. Il saura rester neutre entre nous deux, même si aujourd'hui il a fait preuve de faiblesses et n'a pas réussi à mettre ses sentiments de côté."

    Je m'étais tourné vers lui, en le regardant bien droit dans les yeux. Il m'avait déçu de ne pas avoir été de mon côté. Mais je ne pouvais pas me permettre de laisser Arès choisir qui serait sur le trône et y mettre quelqu'un en qui je ne pourrai absolument pas avoir confiance. Apollon ferait l'affaire... J'avais fait un pas vers Arès en tendant ma main. Les cartes étaient entre ses mains.


    Arès : 50%
    Artémis : 50%
    Apollon : 35%
    Poséidon : 70%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


« Papa est de retour...

...ma Melody ! »



Louise Hollen



« Nous tendons vers toi
notre nez mouché,
et pas mouché »


Louise Hollen


╰☆╮ Avatar : Rachel Mcadams

Ѽ Conte(s) : Les douze fréres / Les cygnes sauvages
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Elisa : la soeur

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 1519335331-lou-02

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4664


[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 _


Actuellement dans : « Nous tendons vers toi notre nez mouché, et pas mouché »


________________________________________ Mar 15 Sep 2015 - 18:38




Le testament de Poseidon



Ses jambes la lâchèrent et Louise glissa jusqu'au sol, les yeux levés vers Aaron qui semblait intouchable. Il n'entendait pas. Il ne bougeait pas. Était il encore la ? La princesse hoqueta. Elle ne pouvait rien faire. Rien. Et pour la première fois, elle regretta de ne pas être une magicienne puissante aux pouvoirs démesuré. Elle n'avait jamais autant haïs sa condition. Par sa faute, son ami se mourrait. Et elle ne pouvait rien faire pour le sauver. Toutes les personnes autour de toi finissent par souffrir. Ta mère. Ton père. Tes frères. Tes amis ... Tu es un oiseau de mauvais augure Louise. C'est a cause de toi qu'ils souffrent.

Anesthésiée, incapable de bouger, elle vit Kida s'avancer soudain et disparaître avec son ami. Qu'est ce que cela voulait il bien dire ? Allait elle continuer sa cérémonie ailleurs ou au contraire tentait elle de ramener leur ami ? Le silence lui parut soudain assourdissant. Elle n'entendait plus, ne respirait plus, n'existait plus. Alors c'était ca l'impression qu'on avait quand on vous prenait un être cher sans que vous puissiez rien faire ? Cette détresse qui broyait le cœur ? Cette douleur qui vous rendait fou, aliénait vos pensées ...

Ils réapparurent, rattrapés par Kida. Et Louise respira a nouveau. La vague de soulagement qu'elle ressentit lui fit presque perdre conscience, et ses yeux pleurèrent de plus belle, larmes de joie au lieu de désespoir. Elle se sentait vidée. Si elle avait pu, elle se serait certainement endormie sur place tant elle avait l'impression d'être fatiguée. Le sol se mit soudain a trembler avec une violence inouïe. Louise leva les yeux, cherchant instinctivement d’où provenait le phénomène, avant de voir Melody se déplacer pour soutenir son frère.

"Occupe-toi d'Aaron !"

Ces paroles furent comme un coup de fouet. Faiblement elle passa une main sur ses yeux, essuyant les traces de larmes qui marquaient ses joues. Elle inspira et avança vers son ami, passant de force l'un de ses bras sur ses épaules pour le soutenir. Son regard n'était plus perdu, mais décidé. Melody venait sans le savoir de la remettre sur pieds, et Louise ne comptait pas se laisser remettre a terre. Elle jeta un regard en arrière et avisa Kida, avant de l'appeler. Elle ne devait pas rester ici, personne ne le devait. Péniblement elle avança avec Aaron, fixant le dos de Melody un peu devant elle. Le groupe finit par émerger a l'air libre pour voir d’immenses vagues qui s’apprêtaient a leur tomber dessus. Hypnotisée, Louise ne put en détacher les yeux quand un bouclier se mit soudain en place, les protégeant.

Louise avança de quelques pas et laissa Aaron s'appuyer contre un arbre. Elle passa une main sur son front puis sa joue, le regard inquiet, cherchant a capter ses yeux.

"Ca va aller ?"


Tout a coup, un bruit de tonner la fit se retourner et elle aperçut un corps projeté centre le bouclier. Un couinement lui échappa. Diane ... Phoebus ... Non. Automatiquement elle fit un pas pour aller les rejoindre avant de s’arrêter. La princesse déglutit difficilement, et tourna les yeux vers le groupe restant. Jezabel était dans les vapes, Aaron, que Kida avait rejoint, semblait mal en point, Egeon était dans une sorte de comas étrange, Melody était crevée et Glène était .... Assis par terre. Et le sol continuait de trembler. Juste a coté, elle voyait le palais qui commençait a doucement s’effondrer sur lui même ... Une seconde ...

"Ou est Ares ? Il vas bien ?
" demanda elle soudain a Falkore d'une voix ou perçait une inquiétude non dissimulée par dessus le bruit ambiant.

Elle n'avait pas spécialement fait attention aux gens qui avaient été dans la salle tout a l'heure, beaucoup trop paniquée pour ca, mais maintenant, elle se rendait compte qu'il manquait le dieu de la guerre. Elle espérait qu'il ne lui soit rien arrivé ... Et si c'était lui la personne de tout a l'heure ... Louise inspira profondément. Bon, on était en situation de crise et mémé si elle sentait son ventre se tordre de frayeur pour ses amis dont elle n'avait plus de nouvelles, elle se devait d'assurer. Les autres étaient mal au point et son rôle était claire. Maintenant comme avant, elle serait un soutiens.

La princesse s’avança vers Melody, qui peinait visiblement a soutenir son frère. Elle passa la tête sous le bras libre d'Egéon et aida la sirène a le déplacer sur quelques pas ou elles trouvèrent un arbre sur lequel l'adosser. Elle souffla de soulagement en le lâchant et essuya son front, avant de plonger ses yeux dans ceux de Melody et de tendre la main vers elle. Avec surprise elle vit la sirène lui tendre sa main blessée devant le corps de son frère et Louise l'attrapa avec autant de douceur que possible. Elle ferma les yeux et vida son esprit pour laisser ses mains s'illuminer doucement tout en s'agenouillant au niveau de Melody. Réprimant une grimace douloureuse en sentant la douleur de la sirène passer a travers elle, elle finit par lâcher sa main et la regarda avec surprise en l'entendant grogner un "Merci" a peine audible. "De rien."

A leur cotés, le château continuait de effondrer. Mais peu importait, pour le moment ils ne semblaient pas en danger. Enfin ... Pas plus que d'habitude. Elle ne regarda pas la brune ( devenue blonde ) et attendit quelques instants avant de re fermer les yeux et de poser une main sur le front de son frère, cherchant a le soigner. Il avait beau être l'une des personnes qu'elle aimait le moins sur cette planète, elle avait de principes : On ne laissait personne derrière. Et si le demi dieux pouvait marcher au lieu de se laisser porter, ca l’arrangerait. Mais rien, elle ne sentait pas la moindre blessure en lui, pas le moindre petit bobo. Apparemment, ce n’était pas son corps qui avait été abîmé mais son esprit ...

"Désolée je ne peux rien faire"
lâcha elle a Melody avec un regard contrit.

Louise jeta un coup d'oeil a Jezabel avant de soupirer. Rien a faire non plus de son coté, les éclairs qui émanaient d'elle empêchaient de s'approcher. Elle regarda Falkore et Antiope et se leva, le fixant dans les yeux.

"Je ne cherche pas a vous commander mais ... est ce que vous savez comment ils vont ? S'il vous plais ?"


Elle savait que les dieux pouvaient faire de la télépathie entre eux, et elle supposait que c'était plus ou moins le cas avec les créatures. Alors si ils pouvaient la rassurer, lui dire qu'ils allaient bien, que Diane, Phoebus et Ares étaient en bonne santé ... Mais ce n'était visiblement pas le moment au vue des têtes qu'ils faisaient. Louise soupira et retint un sanglot avant de se tourner vers Kida. Diane avait promis de revenir. Phoebus aussi et même si Ares ne lui avait rien dit, elle était persuadé qu'il reviendrait aussi. D'un geste nerveux elle fit tourner autour de son doigt l'anneau qu'il lui avait donné. Elle devait être forte. Et leur faire confiance.

"Merci de l'avoir ramené."
lâcha elle finalement.

Oui Kida avait fait une erreur mais elle c'était rattrapée, elle n'avait pas continué en se rendant compte qu'elle blessait les autres alors ... Louise ne lui en voulait pas. Elle avait réparé son erreur. L'Atlante se contenta de hocher la tête, gênée. A ses cotés, elle observa le palais qui continuait a s’effondrer, créant une sorte de tourbillon sur lui même, raison pour laquelle les gravats ne les atteignaient pas. Dans le ciel, le cocon du cristal resta suspendu et s'ouvrit soudainement laissant apparaître le cristal. Le tourbillon entra en lui, comme si le cristal se nourrissait du palais. Alors sa théorie comme quoi tout était lié ici n'était pas entièrement fausse. Les murs qui bougeaient, l'herbe ... Ce n'était pas a la Nature qu'ils étaient liés mais au cristal.

"Qu'est ce qu'il se passe ?"
demanda elle a Kida d'une vois inquiète.

Revenez ... S'il vous plais... ajouta elle mentalement en passant une main sur le pendentif de Diane.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I don't think inside the box...
... I don't think outside the box either. I don't even know where the box is.  
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13704-louise-hollen-en-cour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13932-amis-et-enemis-de-lou http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t16326-la-vie-trepidante-ou-pas-de-louise-hollen#159259

Connor Williams*



« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Connor Williams*


╰☆╮ Avatar : Gerard Butler

Ѽ Conte(s) : Intrigue divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Arés/Mars

☞ Surnom : Arès
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1019


[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mar 15 Sep 2015 - 22:40


Le Testament de Poseidon

La principale raison de la survie des plus faibles est qu'ils connaissent leurs places



J'avais pris beaucoup de dégats, Poseidon ne m'avait pas loupé. C'était la première fois que je me battais réellement avec l'Eclair, c'était différent mais la bonne chose était que Zeus avait disparu. Les paroles de Poseidon ne me touchait pas et ne touchait aucun des jumeaux. D'ailleurs il se contredisait. Elliot n'était pas une menace mais il me reprochait sa naiassance, c'était amusant. Il avait tenté de persuader Apollon puis de nous imoser son avis, tellement sûr d'avoir raison. Apollon avait aussi morfler et maintenant Poseidon venait de menacer de nous tuer une nouvelle fois, il disait ne pas être celui qui déclarait les hostilités mais aucun de nous n'avait utilisé d'arme divine contre lui ...

Poseidon était vraiment sérieux ... Il comptait nous tuer. Le Dragon devait sûrement le manipuler. Je dois me renseigner puis nous débarasser de ce gêneur. Artémis venait de s'énerver et était elle aussi prête à aller jusqu'au bout ... Etaient ils tous fous ?! Je me levais donc tant bien que mal, ne s'était en fait passé que quelques secondes durant lesquels mon esprit avait resumé les dernières secondes, les derniers évenements. Je la ceinturais. Elle se débattait de toutes ses forces alors que mes forces revenaient lentement. Je n'avais que la moitié de ma force physique, elle tait déchainée. Un coup de coude et hop plus de souffle ! Je pris le temps de bien récupérer alors qu'elle faisait face à ntre grand frère ! J'en ai marre ! Bordel vous comprenez pas qu'aucun de nous doit mourir ! Elle comptait se sacrifier putain ! Arrête. Sérieux ... arrêtez ! Son armure sortie ainsi que son arc, elle était prête mourir contre notre frère ! Mais elle n'avait aucune chance. Elle avait renoncée au Trident.

Une fléche fut tirée mais notre frère avait dévié le tir, avant d'attaquer notre petite soeur avec un rayon du Trident pour finir par planter la dite arme sous la gorge de notre soeur. Sans une seconde, je bondis sur notre frère et l'Eclair crépitait contre la gorge de ce frère devenu aveugle. Je ne veux pas te tuer ducon ! Ne me force pas Poseidon ... Tandis que je restais impassible, lui souriait avant de prendre la parole :

On en revient au point de départ... Maître d'Olympe. La décision revient toujours à celui qui siège sur le trône. A quel prix estime tue la vie de ta soeur et de ton frère ? Car c'est la sienne et la mienne que tu as entre les mains.

Tout mes muscles étaient tendus, mon corps tout entier se tenait prêt à réagir au moindre mouvement de ce frère devenu si ... decidé. La décision me revenait c'est vrai. A mon tour, je me mis à sourire avant de jeter un coup d'oei autour de moi. Je regardais désormais notre frère puis notre soeur qui se tenait face au sol, ne tenant sa vie qu'au moindre mouvement de poignet du dieu des Océans. Je pris la parole à mon tour :

On a tous besoin de prendre un peu de recul.

Je continuais :

Je renonce au trône d'Olympe, à condition que tu ne le prennes pas.

Abandonner mon trône, mon titre n'était pas rien. Il serait content et entre mon trône et ma soeur, le choix était vite fait. Je ne devais pas l'énerver, sans toutefois plier. Proposer un deal désavantageux pour moi mais qui ne lui donnerait pas le pouvoir que je jouissais en ce moment même. Ainsi pour montrer que j'allais négocier, je m'étais reculé. Si il faisait le moindre geste, je lancerais la foudre sur lui ou alors j'utiliserais mon joker... Ma proposition n'était pas fini, je continuais donc :

Le temps qu'on se pose, qu'on réfléchisse à ce qui est le mieux pour nous tous, quelqu'un d'autre s'occupera de gérer Olympe. D'ici quelques temps, nos frères et soeurs prendront tous ensemble la décision de qui entre nous deux prendra possession des lieux. Mais pas avant qu'on l'ait tous ensemble décidé. Avant d'ajouter : Tu laisseras mes déesses magiques et cavaliers tranquille jusqu'à ce qu'on se soit tous mis d'accord sur leur sort.

Il ne menaçait plus Artémis décidant lui aussi à se reculer malgré son air de " tu bouges, je la bute ". J'étais désolé pour notre soeur qui l'avait aimé. Puis notre grand frère fanfaronnait, se pensant tout puissant. Si il savait ... Maintenant il me parlait du rôle du régent, de l'Eclair ... Je ne répondais rien hormis un hochement de tète identique à celui qu'il fit à Artémis. Apollon serait le régent, cela m'allait. Il était celui que j'aurais proposé de toutes façons. D'un geste mécanique, je serrais donc la main de notre frère avant de la lâcher et poser mon autre main sur l'épaule du dieu de la lumière :

Cela te va ?

Une fois qu'il eut répondu, je m'approchais de ma soeur avant de la prendra dans mes bras. Quelques secondes seulement avant de la regarder dans les yeux, à la fois sérieux et menaçant :

Ne pense plus jamais à te sacrifier ... Tu es l'image de notre Mère après tout ...

Je souriais avant de me mettre devant Poseidon et lui affirmer sur un ton clair et net :

Maintenant pars Poseidon, nous rentrerons avec la jeune Kida.

Aucun de nous trois ne voulaient avoir encore affaire à notre frère.

Pendant ce temps là les deux créatures faisaient face à Louise et lui répondait :

Ils sont en vie.

Le dragon et l'Amazone observait maintenant la créature de Poseidon en chien de faillance, prêt à attaquer au moindre signal.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           
My names means destruction, deaths ...  I can't be stopped !
“”

Kida



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Kida


╰☆╮ Avatar : Saoirse Ronan

Ѽ Conte(s) : L'Atlandide, le monde perdu
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kida

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 349

✓ Disponibilité : Disponible

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 16 Sep 2015 - 15:18


Le Testament de Poséidon

Tout s’était subitement mis à trembler dans le palais… Juste après une forte secousse… Une vague… une vague divine… Ils avaient eu le temps de sortir malgré les blessés, mais ils restaient néanmoins proches du lieu. Déglutissant, Kida leva lentement les yeux vers le cristal. Le cocon s’était ouvert, le joyau brillant de mille feux… Il avait en place sa protection la plus ultime… Non… NON. Tout s’effondrait… il fallait sortir de là et vite, très vite… Lorsqu’elle entendit Louise lui poser sa question, elle ne répondit rien, se contentant de crisper ses poings et sa mâchoire… Elle avait déjà vu le phénomène se produire, juste après la visite de Chronos… L’Atlantide préparait son engloutissement… mais pour aller où cette fois ? Ils étaient déjà sous l’eau… Elle tenta de garder son calme et se tourna vers l’assistance :

- Poséidon vient de faire une énorme bêtise… le cristal tente de protéger ma Cité… tout va disparaître… Je ne peux rien faire pour l’arrêter…

Son cœur battait à tout rompre. Elle disait vrai, il n’y avait rien qu’elle ne puisse faire à part regarder le désastre se produire. Kida secoua sa tête de gauche à droite en signe de dégoût et son regard se posa sur un autre groupe, pas bien loin d’eau. Une femme, blonde, et trois hommes, deux blonds et un brun qu’elle connaissait déjà… Un des deux blonds aussi elle le connaissait, et une vague de haine lui monta sur brusquement qu’elle eut l’impression qu’elle allait vomir. Poséidon, Arès… Artémis et Apollon si elle se souvenait bien de ce que lui avait dit le Roi des Dieux. Elle le dévisagea quelques instants, avant de pousser un cri vengeur et s’élança vers lui. Ce qu’elle vit dans ses yeux lui rpovoqua un ravissement tel qu’elle senti sa force se décupler dans ses jambes. Tout comme son fils, il ne l’avait pas cru en vie et il se rendait désormais compte de son erreur, là, les yeux écarquillés, abasourdi par la nouvelle. Mais c’était trop tard, elle frapperait vite, elle frapperait juste…

A moins que le destin en décide autrement. Les vrombissements de la terre la forcèrent à s’arrêter, les bras levés pour tenter de garder l’équilibre dans ce grand tremblement. Tout était en train de s’effondrer, le sol y comprit. Le choc était tellement violent qu’elle ne pouvait décidément plus avancer vers lui. Et puis elle comprenait à présent véritablement ce que le cristal était en train de faire. Atlantis n’allait pas s’engloutir dans de nouvelles profondeurs… Atlantis allait juste disparaître à tout jamais. La Cité était en train de se détruire intégralement, il n’en resterait véritablement plus rien. Elle avait espéré que cette fois-ci, ce serait son tour. Son tour à ELLE, sa victoire, sa fin heureuse, sa vengeance. Elle avait espéré que Poséidon paieraient, qu’elle retrouverait un frère, qu’elle ferait prospérer sa Cité. Mais la vie était parfois injuste… Elle ne gagnait pas, elle perdait, une fois de plus et cette fois-ci le dieu des mers lui prenait véritablement tout. Jusqu’à sa Cité. Elle n’avait plus que deux choix : mourir ou vivre ailleurs… Vivre loin de l’Atlantide, qui l’avait vu naître, qui l’avait vu grandir, qui l’avait élevé… Elle ne voulait pas partir, pas comme ça, pas à cause de lui. Elle ne voulait plus vivre alors… Mais plus vivre signifiait également tous les condamner… Sa vengeance valait-elle vraiment la peine d’être vécue si elle emportait sur son passage la vie de plusieurs innocents ? Bien sûr que non. Kida n’était pas une meurtrière… elle ne tuait pas de sang-froid, elle ne tuait pas les innocents… Le sacrifice n’était pas permis. Leur regard océan, à Poséidon et à Kida, se croisèrent l’un dans l’autre pendant une seconde et l’éclat du cristal s’intensifia tellement qu’ils détournèrent le regard ensemble pour l’observer.

Une chose s’avançait vers eux… Ou vers le cristal plutôt… C’était blanc, c’était lumineux et surtout, c’était en grand nombre… Les âmes des Atlantes morts… Un sanglot de rage, de douleur et de dégoût s’échappa malgré elle de sa bouche. Elle avait raison… C’était là fin… la preuve en était là… Tous ces Atlantes morts dans leur cocon avait gardé leur âme dans la Cité de l’Atlantide… Ce qui expliquait leur vision en hologramme… mais à présent qu’ils retournaient tous au cristal, ils ne pourraient plus jamais vivre ou s’élever dans la Cité… C’était bien le signe que tout était terminé, non ? Il fallait partir… il n’y avait vraiment plus le choix… Son regard se dirigea une nouvelle fois vers Poséidon. On y lisait toute sa fureur tandis qu’il la regardait surpris de haut en bas… Non. Son âme à ELLE n’était pas rappelée… son Hologramme ne disparaîtrait pas… Parce qu’elle n’était pas un esprit… elle était vivante et elle se tenait devant lui. Les âmes continuaient d’entrer dans le cristal à une vitesse fulgurante tandis qu’elle dévisageait responsable de son malheur. La dernière âme entra à l’intérieur et soudain… Plus rien.

Tout s’était arrêté. Le vrombissement assourdissant, les tremblements de terre, les destructions. Tout était calme… Tout allait se finir… et elle allait mourir avec tout cela, comme Poséidon… Les autres seraient sauf, ils n’auraient plus qu’à partir, mais il était hors de question qu’elle le laisse partir lui. Elle poussa un nouveau cri de chasse et s’élança une nouvelle fois vers lui, la rage au ventre, sur le visage, et les points en avait. Ses pieds poussèrent le sol avec force et elle s’éleva dans les airs, droit sur lui quand soudain… elle s’arrêta dans les airs. Son visage se détendit, à l’instar de ses muscles, ses poings se relâchèrent, et ses yeux devinrent d’un blanc laiteux. Elle continuait à léviter dans les airs, ses cheveux platine virevoltant autour d’elle. Kida n’était plus vraiment là… On avait pris possession de son corps. Comme aspirée par le cristal, sa silhouette se détourna de Poséidon et se dirigea vers le joyau. Lorsqu’elle en fut suffisamment proche, le cocon se reforma petit à petit autour d’eux, Kida en position fœtale autour du cristal. Le cocon fut alors refermé complétement et tout devant silencieux pendant quelques secondes qui parurent une éternité. Puis enfin :

BOOOOOOOOM

L’explosion aveugla d’une lumière blanche et bleuté l’assistance avant de disparaître. Il n’y avait plus de cocon, il n’y avait plus de cristal… Il n’y avait que Kida, toujours inconsciente, qui redescendait avec douceur et avec grâce sur le sol. Puis, lorsque ses pieds atteignirent la terre de ses ancêtres, elle reprit connaissance, titubant légèrement, postant sa main droite à sa tête. Le tatouage en signe atlante signifiant « Chronos » s’illumina puis disparut complétement. Un peu surprise, la jeune femme toucha sa peau, l’observa quelque seconde, complétement sous le choc. Etait-elle réellement libérée de lui ? L’avait-il enfin laissé tranquille ? Le cristal, désormais à l’intérieur d’elle, avait-il réussi à laver la marque laissée par le Titan. De toute évidence, oui. Lentement, elle se dirigea vers le groupe, le sourire faible mais le regard grave. Il l’avait sans doute nettoyé mais il s’était mis en elle… Elle possédait désormais toutes les connaissances de son peuple, du tout début, jusqu’à la toute fin… elle avait désormais leur héritage, elle était leur héritage… le cristal, le testament.

Et après un silence, le sol trembla à nouveau, plus violemment que jamais. S’en était fini… si elle avait le cristal, c’est qu’il avait senti que l’Atlantide était arrivée à sa fin… Il ne décidé de prendre possession d’un membre de la famille royal que lorsqu’il était en grand danger… mais sans le joyau, la Cité ne pouvait désormais plus survivre, c’était une certitude. Il n’était plus question de tuer le dieu de la mer, il n’était plus question de se tuer, pas maintenant et pas comme ça. Ses ancêtres lui avaient confiés une tâche, garder en elle tout ce qu’avait été l’Atlantide, elle ne pouvait plus agir égoïstement. Il fallait qu’ils sortent TOUS d’ici… elle y comprit. Arrivée à leur hauteur, elle tenta d’hurler par-dessus le bruit insoutenable de la destruction :

- Il faut que nous sortions. Sans cristal, la Cité ne peut survire ! Tout va disparaître et si nous restons, nous allons tous mourir.

Elle pointa ensuite le doigt sur Poséidon sans le regarder mais en regardant Melody, Arès, Artémis et Apollon.

- IL sait comment sortir d’ici. IL est le seul à le savoir. Je ne peux rien pour nous, j’ignore comment faire…

Et soudain, avec la présence d’une Reine, elle se tourna vers le Régicide, le regard froid mais pas haineux.

- Vous êtes le seul espoir et vous le savez. Vous avez tenté de convaincre vos frères et votre sœur ici présent de votre bonne fois, de votre volonté d’avoir un monde meilleur… C’est le moment de nous le prouver à tous… Aidez-nous…

Ils se dévisagèrent avec un silence et elle crut comprendre à quoi il pensait : le cristal…

- Si vous me laissez ici et que vous avez raison… je suis la seule arme possible de vous aider contre votre Titan Roi… Allez-vous vraiment prendre le risque de me laisser mourir ? Et si vous aviez raison ? Comment l’arrêteriez-vous à ce moment-là ?

Elle ne le regardait plus que lui. C’était à lui de prendre sa décision, c’était à lui de choisir en son âme et conscience… et les autres verraient alors le véritable visage de Poséidon… Pas celui qu’il veut montrer… mais celui qu’il est réellement… Ce sont nos choix qui montrent ce que nous sommes…




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
RESET & START AGAIN...
ANAPHORE

Phoebus Light



« Tic tac,
sonne le glas. »


Phoebus Light


[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 378254admin

╰☆╮ Avatar : Alexander Skarsgård

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Apollon, dieu de la divination, des arts, de la lumière.

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 Vox4

☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2760

✓ Disponibilité : Je suis très demandé. :uh:

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 _


Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Jeu 17 Sep 2015 - 21:27


Le Testament de Poséidon
artémis, arès, louise, poséidon, melody, égéon, jezabel, aaron, glène

Ce n'était pas un acte de gentillesse. Peu lui importait de mourir à l'instant si cela pouvait empêcher Poséidon de mettre en exécution ses plans.

« Je ne souhaite pas ta mort, mon frère. »

Il ne réussit pas à esquisser le moindre geste, ni à prononcer la moindre parole. Pourtant sa seule envie, au fond, était de lui remettre son poing en plein visage pour qu'il comprenne enfin que ces mots ne l'atteignaient pas le moins du monde. Apollon ressentait cette énergie qui se faufilait lentement à l'intérieur de lui, pour lui redonner du souffle, la force d'ouvrir les yeux. Mais ce n'était que par intérêt. Peut-être était-il vrai qu'il ne souhaitait pas le tuer, mais il n'employait pas les bonnes méthodes. Mettre le dieu au pied du mur n'était réellement pas la bonne façon pour le ranger de son côté. Il fallait procéder par étape, expliquer son point de vue, en discuter, pourquoi pas. Que chacun exprime ses raisons d'être de tel ou tel avis. Les attirer ici, pour son propre but et leur annoncer ainsi qu'il comptait mettre fin à la vie de tel ou tel individu, peu importe pourquoi, peu importe comment... Lui, n'était pas d'accord. Et lui serait prêt à le tuer pour l'en empêcher.

« Faites moi confiance. Car si je dois une nouvelle fois lever mon Trident, l'un de vous ne se relèvera pas. »

Cette fois-ci, il réussit à afficher un semblant de sourire moqueur, avant d'entendre, d'avantage en pensée qu'en réussissant réellement à entendre ce qui se passait au loin, le discours de sa jumelle. Cela lui serrait le cœur lorsqu'à présent, elle évoquait ses chasseresses, maintenant qu'il savait ce qu'elle avait dû faire pour qu'elles puissent être en paix. Le souvenir qui repassait dans sa tête lui redonnait des forces tout en le laissant incapable d'agir. Pourquoi donc repenser à ça maintenant ? Elle ne comptait tout de même pas y passer, elle aussi ?

Difficilement, Apollon se redressa sur ses coudes, tentant tant bien que mal d'observer ce qui se déroulait. Il cessa de se concentrer sur les images qui traversaient la tête de Diane, cherchant davantage à comprendre ce qu'elle allait faire. Il cherchait dans son esprit, car si son corps avait du mal à se remettre, sa conscience elle était aux aguets.

I'll give my life for you.

Il ne tentait plus d'être discret, alors qu'une expression affolée se dessinait sur son visage. Et là, il se prit le dernier coup. Comme un coup de poignard en plein cœur. Comme si on lui arrachait un membre à vif. Il n'avait plus de souffle, resta bloqué un long instant sur place, là, inerte, le regard perdu dans le vide.

Lorsqu'Artémis agissait de la sorte, il ne faisait que s'inquiéter davantage sur la suite des événements. Si elle lui fermait son esprit, elle avait des raisons. Soit, de brèves secondes, elle souhaitait trouver le temps de changer d'endroit sans qu'il ne puisse immédiatement la suivre, comme lors de cette soirée avec Aphrodite. Ou encore, elle lui en voulait pour une broutille mais cela s'arrêtait bien vite. Voir parfois pour ne pas qu'il ressente sa douleur, mais ce n'était clairement pas le cas vu sa situation actuelle. Et cela ne s'arrêtait pas. Elle ne lui redonnait pas l'accès. Il avait l'impression de ne plus être entier soudainement.

Il la fixait alors qu'elle marchait, commençant lentement à se déplacer, rampant et n'ayant pas encore trouver l'énergie suffisante pour se lever. Il étouffait ses cris de douleurs alors que sa régénération n'était pas encore complétée. Il l'entendit s'excuser en se doutant qu'elle ne parlait à personne d'ici présent, parce qu'il la connaissait mieux que personne. Et il entendit le reste de ses mots qui ne fit que confirmer sa pensée. Il n'était plus le seul qu'elle aimerait jamais. Il y en avait un autre, à présent, qui n'était pas là pour voir ce qu'elle s'apprêtait à faire.

« Artémis... »

Ce n'était qu'un chuchotement, mais de celui qui supplie, toute la tristesse de son être s'y entendant. Alors que son armure apparaissait, à elle aussi, que son arc prenait forme dans ses mains... Il cria son nom en voulant l'empêcher d'agir ainsi, sachant que les flèches seules n'auraient le dessus sur le trident. Il avait raison. Un hurlement de rage sortit de sa bouche alors que l'arme de Poséidon s'éclairait, lançant une attaque droit sur sa jumelle.

Ses yeux ne se fermèrent pas, suivant les moindres faits et gestes de sa sœur, ne pouvant même pas savoir à quel point elle souffrait, capable uniquement de le deviner. Si le coup ne l'avait pas mise hors d'état de faire quoi que ce soit, la suite, elle, fit trembler le corps tout entier d'Apollon. Elle n'eut pas le temps de bouger que leur frère se trouvait au-dessus d'elle, les pointes de son trident sous sa gorge. Arès avait agit plus vite que lui n'en était capable à l'instant, son Eclair en main et dieu qu'il s'en voulait de ne pas avoir usé de l'Epée bien plus tôt... d'avoir eu de l'espoir.

Qu'il le tue. Qu'il le tue là, maintenant. Se relevant avec difficulté, ses jambes tremblant sous son corps. Il n'écouta même pas les premières paroles d'Arès, n'étant focalisé que sur sa sœur. En danger. Ce que ferait le Seigneur d'Olympe déciderait de son sort mais, peu importe l'issue, Poséidon ne s'en sortirait pas aussi bien.

« Je renonce au trône d'Olympe, à condition que tu ne le prennes pas. »

Qu'est-ce que c'était que ses conneries ? Il avait un plan ? Pourtant, aucune parole ne lui était transmise. Il ne comprenait pas ce qu'il tentait de faire. Gagner du temps ? Apollon était prêt à agir, il ne demandait que ça, pouvoir lui arracher cette tête qu'il avait de plus en plus de difficulté à supporter. Il était trop loin, trop faible, pas assez rapide pour pouvoir l'atteindre sans qu'Artémis ne risque quoi que ce soit. Ses dents grinçaient sous l'impact de la frustration. Il ne tenait pas très droit mais, peu à peu, l'adrénaline l'aidait à reprendre le dessus.

Il osa même ricaner alors qu'Arès parlait du futur du trône. Comme si Poséidon avait la moindre chance de l'atteindre. Même Athéna, peu importe ses erreurs, ne souhaitait certainement pas cet individu pour la diriger. Elle avait peut-être des intérêts, à avoir Arès comme souverain, mais c'était encore un autre sujet. Quant au sujet des déesses et cavaliers, il n'était pour lui pas question d'y toucher. Si Arès avait montré la moindre envie de les étouffer avant qu'ils n'en sachent plus, il n'aurait pas apprécie. Au contraire, autant tenter d'en savoir le plus possible à leur sujet. Même s'ils étaient supposés finir dans le clan ennemi... qui sait, le futur n'était pas écrit.

« Aujourd'hui, j'ai triomphé de vous trois. Je pourrai en exiger bien plus. »

Levant les yeux au ciel, Apollon arriva finalement à seulement quelques mètres d'eux. La disparition du trident le fit accélérer, comme soulagé qu'elle ne soit plus en danger, allant tendre une main à sa jumelle pour l'aider à se relever. Il ne perdit pas de temps pour la prendre dans ses bras, la serrer fort contre lui, embrassant son front et passant sa main dans ses cheveux.

Son regard loin d'être cordial envers Poséidon montrait bien son ressenti à son égard. Il ne pardonnerait pas. Il était prêt à faire un effort, pour aujourd'hui, mais qu'il ne soit pas si certain d'avoir le dessus une nouvelle fois. Il n'avait plus combattu depuis longtemps contre le dieu des océans et bien que la Terre, comme il aimait le dire, soit principalement constituée d'eau... Il y avait toujours moyen de le contrôler.

« Apollon. Il saura rester neutre entre nous deux, même si aujourd'hui il a fait preuve de faiblesses et n'a pas réussi à mettre ses sentiments de côté. »

Ses sourcils froncés, il se retenu de ne pas aller de nouveau se jeter sur le dieu, lâchant sa prise sur Artémis. Pas réussi à mettre ses sentiments de côté... Lui qui avouait tout faire pour les siens, pour les « leurs ». Il n'obéissait qu'à ses sentiments à lui, là aussi, pour être prêt à sacrifier tant de vies pour la survie de son clan. Il était néanmoins surprit, ne comprenant pas l'impact exacte de cette décision qu'ils étaient en train de prendre face à lui. Lorsqu'ils se serrèrent la main, sa gorge se serra soudainement, incapable de définir ce qu'il ressentait à l'instant. Un mélange entre de l'excitation et... et de l'excitation, à dire vrai.

Un sourire sincère se dessina sur ses lèvres alors qu'Arès venait poser sa main sur son épaule. Il hocha simplement la tête à sa question, un remerciement pour cette tâche qu'on lui assignait et cette confiance totale qu'il lui montrait. Alors, au moment même où il accepta, le sceptre apparut dans la main de son frère qui le lui tendit. Ses doigts le frôlaient à peine qu'il ressentait déjà cette force s'emparer de son être, s'insinuer dans ses veines et il ne sut pas tout de suite quoi faire. Il resta à l'observer sous toutes les coutures entre ses mains, fasciné par ce qu'il dégageait. Avant de le faire disparaître. Il serait à la hauteur. Il le savait. Il fonctionnait bien différemment de ses deux grands dieux, ce rôle qu'on lui mettait sur les épaules pour un temps risquait de surprendre plus d'un des leurs, mais il... Il n'avait pas peur. Pas une seule seconde il ne ressentit de crainte à l'idée d'avoir cette responsabilité.

Abandonnant cette phase de combat qui pour lui ne serait ni oubliée, ni considérée comme achevée, il se tourna vers Artémis avec ce visage si propre à lui, bien que fatigué. Cette expression de pur bonheur un peu gamin qui lui allait si bien.

Celle-ci ne dura pas longtemps, pourtant, l'agitation autour le distrayant. Du bruit, beaucoup de bruit, vers lequel il se dirigea d'abord lentement. Avant de voir le cristal. Et le groupe. Leur groupe. Ils étaient là. Tous là ? Il se mit à avancer plus vite dans leur direction, la première qu'il chercha des yeux étant Louise, celle qu'il reconnaîtrait le plus facilement. Même si, à dire vrai, celle qu'il remarquait le plus était bien cette jeune étrangère bien différente des autres, tant par son apparence que par son aura. La princesse ? Kida dont avait parlé Arès ? Celle qui voulait réparer des erreurs qu'on ne pouvait réparer ? Il s'arrêta, d'un coup, remarquant que sa cible était Poséidon. Alors il n'était pas le seul à avoir une dent contre lui, apparemment. Ce n'était pas si étonnant.

Il ne manqua pas de remarquer les tremblements du sol, cette drôle de chose qui était en train de se passer n'était réellement pas bon signe. Il ignorait ce qui se déroulait, il ignorait quelles en seraient les conséquences, mais il savait qu'il ne fallait pas rester ici. Il fallait partir. Les spectres qui s'avançaient tous dans la direction de ce cristal brillant ne lui inspirait pas confiance, si ce n'est que pour qu'ils ne foulent plus la cité, cela ne pouvait dire qu'une chose : elle allait disparaître et ce cristal, là, allait les contenir pour les protéger, eux et leurs souvenirs.

Le bruit avait cessé. Kida s'élança à nouveau. Mais, alors que la scène semblait passée en ralenti devant ses yeux pleins d'incompréhension, Apollon resta sans voix devant la vision qui se présenta à lui. Pas une vision, non. C'était réel. La jeune femme était en l'air, semblant... semblant se diriger vers cet objet aux propriétés qu'il avait du mal à définir et... Et voilà que la lumière les aveuglait.

Mais qu'est-ce qu'elle était belle. Fasciné, un sourire s'élargit sur ses lèvres, alors qu'il fixait la scène sans oser faire le moindre mouvement de peur de casser la magie du moment. L'inconnue se retrouva au sol de nouveau, en douceur, en toute léger té. Il resta sans voix un instant, ne comprenant pas tout ce qui se passait. Il avait déjà bien en tête le plan de son rôle de... de « transition ». Une des étapes premières se trouvant à quelques mètres de lui.

Secouant la tête, reprenant ses esprits, il se tourna vers Arès. Le sol se mettait à nouveau à trembler sous la cité et il ne pouvait partir sans les autres. Poséidon n'avait pas bougé, malgré la demande de leur frère de s'en aller et, presque immédiatement, sans que Kida n'eut besoin de le dire, il devina qu'elle était incapable de les faire rentrer chez eux. Le dieu des océans était le seul pouvait le faire. Elle demanda elle-même à ce qu'il les ramène, malgré qu'elle ne semblait pas le porter dans son cœur. Elle voulait les accompagner, dans ce cas ? Après tout, l'endroit où elle vivait était en train de s'écrouler... Pourquoi était-elle vivante, contrairement aux autres ? Poséidon ne leur avait-il pas dit que les Atlantes n'étaient plus ?

Sa curiosité attendrait. Malgré l'effort de la jeune femme, Poséidon n'avait pas fait un pas. Apollon, lui, se fichait du cristal, peu importe ce qu'il était capable de faire. Il ne voulait juste pas laisser une vie s'éteindre seule ici alors, presque comme une évidence, il ne serait pas contre sa présence. Mais son frère était en train de le tester, avec ce regard qu'il lui portait. Il prenait tout cela très au sérieux et, aussi étonnant que cela puisse paraître, Apollon aussi.

« Et bien, à vrai dire j'ai envie d'une pizza et à moins que qui que ce soit ait une savoyarde avec beaucoup de fromages en stock... »

Il comprit très vite au regard de sa jumelle que la blague n'était pas très bien placée mais il avait été obligé. Pour le principe, pour détendre l'atmosphère et parce qu'en parlant très vite, il ne perdait pas trop de temps. Son visage, tout comme le ton qu'il emprunta, fut alors plus sérieux, s'adressant à toute l'assemblée.

« On rentre à la maison, ensemble. »

Il se mit alors à observer Kida, lui offrant un sourire qu'il voulait rassurant. Il ne savait ce qu'elle ressentait et ne pouvait le deviner, il était seulement prêt à être là pour l'aider.
Fixant ensuite Poséidon, il ne se montra pas impressionné par sa stature ou son charisme. Il était à présent simplement déçu de son comportement. Mais il le côtoierait si cela était nécessaire pour la survie de chacun. Et c'était le cas, pour l'instant.

« Maintenant. »

crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

DO YOU WANNA DIE ALONE
OR WATCH IT ALL BURN DOWN TOGETHER ?
This was the place I grew up now it's ashes to ashes. Memories fillin' my cup, it comes in flashes, but when it passes and I see your eyes I know there's nothin' I'll ever find better. I think I'd rather die alone, together.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14039-apollon-c-est-pas-une http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14980-avez-vous-deja-vu-un-mec-grand http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80967-moon_light

Aaron McAdams



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Aaron McAdams


[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 378254admin

╰☆╮ Avatar : Jesse Eisenberg ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Aaron ☣ un demi dieu. ϟ

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 237880snow

☞ Surnom : seb ☮
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 0

✓ Disponibilité : Au plus près d'une jeune femme qui est contre le mariage !

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 18 Sep 2015 - 9:01







    Après la tempête, tout devenait plus calme. C'était ainsi chez nous, c'était comme cela ici. La tempête c'était nous en train de fuir le palais. Le calme c'était le cristal entrant à l'intérieur de Kida. Désormais ils ne formaient plus qu'un. Elle était liée à l'ensemble des atlantes et ils étaient là pour la guider vers sa destinée. Je ne savais pas comment je pouvais savoir ces choses, car je voyais la même chose que tout le monde, mais c'était comme si une petite voix murmurait dans mon esprit ce que je comprenais bien plus vite que ceux qui m'entouraient.

    Il y avait cependant certaines choses qui me paraissaient difficiles à comprendre, comme son tatouage par exemple. Quand elle était revenue, il n'était plus là et l'espace d'un instant, j'avais entendu un murmure prononcer un nom. Ce n'était pas assez clair pour que je puisse l'entendre, mais ça ne ressemblait pas à Chronos. Je n'avais pas idée de si elle nous avait mentis ou non par rapport à ce qui était écrit sur sa poitrine, mais quoi qu'il en soit, le spectacle auquel on avait assisté était sans doute la plus belle chose que j'avais vue.

    Elle avait parlée de sortir d'ici et elle avait entièrement raison. On devait quitter Atlantis, car tout allait sombrer. C'était une protection mise en place par les anciens, peut être même par la Nature elle même. Je n'avais jamais songé au fait qu'elle pouvait être maîtresse de tout, mais aujourd'hui ça me paraissait bien plus clair. Derrière nous, j'avais vue Jezabel et Glène. Des petits éclairs émanaient toujours de la jeune femme mais je savais qu'on pouvait désormais la toucher, ou plutôt qu'eux le pouvaient. J'avais tourné la tête vers Diane.

    "On doit la prendre avec nous. Vous pouvez le faire déesse Artémis."

    Quand au fait de sortir de cet endroit, je savais que Kida avait raison. Seul Poséidon pouvait nous conduire à la sortie, mais allait-il le faire ? Si il décidait de nous laisser ici, il se sacrifierait également et il n'avait aucune raison de faire cela. Étrangement, il avait tourné la tête vers Apollon, comme s'il attendait sa réponse. Qu'est ce que ça signifiait ? Depuis quand Poséidon attendait des ordres d'autres personnes ? Je me demandais bien ce qui avait pu se passer là où ils avaient été tous les trois.

    Mon regard s'était posé sur Egéon et l'espace d'un instant j'avais ressentis quelque chose en moi. Je savais ce qu'il en était, ça sonnait comme une évidence dans ma tête mais je ne l'acceptais pas. Je m'étais dirigé vers lui, posant une main sur son torse. J'avais pu échanger ma place avec la sienne je l'aurai fait. C'était difficile de supporter cette vision de l'avenir, ce qu'il allait devenir. Mais on devait le ramener avec nous, car il y avait toujours l'espoir qu'un jour tout revienne à la normale. Quand à Poséidon, il avait dû remarquer que quelque chose clochait, vue qu'il s'était à son tour approché de Egéon. Je m'étais reculé pour le laisser faire. Peut-être que lui pourrait le sauver. Il avait pris la tête de son fils entre ses mains et je le sentais l'observer attentivement.

    - Jetsam.

    Il avait prononcé le nom de Jetsam et ce dernier était apparu à ses côtés. Il avait pris Egéon dans ses bras pour sans doute quitter cet endroit, car ça devait être la décision de Poséidon, de partir d'ici. Je m'étais approché de Louise et je lui avais fait un petit sourire se voulant rassurant. On allait rentrer, tout allait bien se passer.

    "Je veux aussi être de ta famille." lui avais-je dit en posant une main sur son bras. Je répondais à ce qu'elle m'avait dit précédemment. Quand à Arès j'hésitais à lui demander s'il accepterait de me rendre le stylo qu'il m'avait offert. C'était un cadeau non pas pour attaquer, mais pour se défendre. Il avait compris exactement ce qui m'irait. Je ne savais pas si je pouvais lui faire confiance ou non, mais il semblait être quelqu'un de bien. J'étais retourné vers Melody et une fois à sa hauteur, je m'étais mis à côté d'elle, attendant qu'on nous ouvrirait la porte de sortie. Puis, j'avais passé mon petit doigt autour du siens. Nous aussi on était de la même famille. Louise, Melody et moi. Il allait falloir qu'on se serre les coudes, car on venait de tous de prendre un sacré coup.

    Poséidon s'était approché de l'eau et il avait utilisé son trident pour créer un tourbillon, laissant apercevoir une pyramide de cristal. C'était par là la sortie ? Il suffisait de se jeter dans le tourbillon ? Tout semblait évident dans ma tête et il l'avait confirmé.

    - Passez le tourbillon et vous serez de l'autre côté. Mais Arès... Une fois rentré, nous avons chacun une part du marché à respecter. Et si par malheur on n'arrive pas à temps pour une seule d'entre elles ou d'entre eux, ça ne devra avoir aucune répercutions sur qui que ce soit. C'est à cette seule condition que vous passerez ce tourbillon sain et sauf.

    Il avait indiqué le tourbillon, décidons sans doute de le passer le dernier, puis il avait jeté un regard en direction de Kida. Pas question qu'on la laisserait ici. J'avais tourné la tête vers Melody en lui faisant un petit sourire qui se voulait lui aussi rassurant.

    "On passera le tourbillon avec Kida."

    Je ne lui avais pas demandé, j'étais catégorique. J'avais également fait un petit signe de la tête à la jeune atlante pour lui indiquer de nous rejoindre. Je savais qu'elle allait vouloir profiter de Atlantis jusqu'au dernier moment. Du coup on partira les dernier, mais elle quittera elle aussi cet endroit saine et sauve.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Qui a dit qu'il faisait chaud à Arendelle ?! »
« Dit... on peut rentrer ?! »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74526-fiche-pesonnage-aaron http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74526-fiche-pesonnage-aaron-mcadams#815327 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74526-fiche-pesonnage-aaron-mcadams#815327

Diane Moon



« Le plus beau
c'est GASTON ! »


Diane Moon


[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 378254admin

╰☆╮ Avatar : Claire Holt + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 Diplo10

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9607

✓ Disponibilité : Présente mais blindée de rps

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 _


Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Ven 18 Sep 2015 - 18:54

Le Testament de Poséidon
With your love nobody can drag me down


J'étais déterminée, j'irais jusqu'au bout. Je ne céderais, pas, je m'étais excusée au près de toutes les personnes auxquelles je tenais, et je lui avais dit tout ce que j'avais à lui dire. S'il me tuait, il ne vaudrait pas beaucoup mieux qu'Athéna, et surtout, il ne s'en sortirait pas aussi facilement. Arès, ne le gracierait pas lui, bien au contraire. S'il avait la possibilité de le tuer, il le ferait sans aucun doute. Mais contre toute, attente, alors que l'éclair était sous le cou de Poséidon, Arès se recula, annonçant que nous avions tous, besoin de prendre du recule. Qu'est qu'il faisait ?

« Je renonce au trône d'Olympe, à condition que tu ne le prennes pas. »

Mes yeux s'agrandirent d'horreur, non ! N'abdique pas ! Ne lui donne pas ce qu'il veut. Je comprenais, l'ampleur du sacrifice qu'il faisait, mais je ne pouvais m'empêcher de grincer des dents. La guerrière que j'étais n'aimait pas ce deal. Si, j'avais pu j'aurais très certainement, lâché un nouveau « hum » moqueur, quand Arès parla de l'avenir du trône, comme si Poséidon avait la moindre chance. Il, l'avait clairement dit, c'était nous, leurs frères et sœurs, qui voteraient pour qui, serait à la tête de la citée. Si l'on faisait un bref récapitulatif, des dieux vivants, Arès avait déjà deux voix, sur : celle d'Apollon et la mienne. Parce que l'un comme l'autre, nous ne voterions certainement, pas pour Poséidon. J'ignorais, quelle serait la position d'Aphrodite. Elle semblait voué, une véritable haine, au dieu de la mère, et je ne pouvais en rien la blâmer, après ce que j'avais vu. Néanmoins, ses relations avec Arès, n'avaient fait que s’envenimer, au cour de l'année qui s'était écoulée. Athéna, serait sans conteste, de son côté, ce qui faisait déjà trois voix en sa faveur. Hadès...Je n'en savais rien, pas plus que Dionysos. Nous avions donc, trois incertitudes, et trois en faveur d'Arès. Non, définitivement, il n'avait aucune chance.

Je prit partis de l'ignorer royalement, lorsqu'il dit avoir « triomphé » de nous trois. Il, n'avait triomphé de personne, Arès avait choisit la solution, permettant de ne faire aucun mort. Mais, s'il avait renoncé à l'abdication, si j'étais morte. Alors, Poséidon aussi, ne serait certainement, plus de ce monde à l'heure actuel.

La seule chose intelligente, qu'il aura fait, de toute cette mission, aura été de ne pas me tendre la main pour m'aider à me relever. Je l'aurais froidement, refusé. Qu'Apollon, qu'Arès m'aide oui, mais lui certainement pas. Et ça mon jumeau l'avait bien compris, puisqu'il fut le premier, à courir dans ma direction, pour le faire, avant de m'attirer dans ses bras, pour me serrer contre lui. Je fermais, les yeux, profitant, pleinement, de cette proximité, avec la personne, qui avait toujours été la plus importante à mes yeux. Le laissant pleinement, accéder à notre lien :

- Pardon murmurais-je d'une voix cassée à son égare

Je, n'avais jamais voulut lui faire de mal, je ne voulais que défendre, ceux qui m'étaient cher. Je savais, qu'il le comprenait, il me faisait pleinement, comprendre de ne pas m'excuser, mais je le faisais quand même. Qu'il sache réellement, à quel point, j'étais désolée.

Et puis ce fût le tour d'Arès, je baissais légèrement, les yeux telle une enfant prise en faute avant de murmurer un simple « pardon » contrit. J'étais désolée, parce que si c'était à refaire, je sais que je n'agirais pas différemment.

Ainsi, donc, Apollon était le nouveau maître d'Olympe. J'aurais tout le temps de me moquer gentiment, de lui et de le taquiner à ce sujet plus tard. Mais, il savait, que je serrais toujours là, pour couvrir ses arrières, et que ça ne changerait rien à notre relation. Il, serait toujours le premier au courant de tout, et inversement. Notre relation, était ainsi depuis la nuit des temps, il n'y avait aucune raison pour que ça change.

Et enfin, nous étions de retour. Mon regard se posa sur l'assemblée, cherchant, d'abord Louise, avant qu'il ne tombe sur une jeune femme, aux cheveux presque blanc. Kida, je n'avais pas réellement, saisit l'impacte, de ce que disait Arès, tout à l'heure, mais elle existait. Disney, en avait fait une adaptation assez fidèle, à ceci prêt que sa peau, était blanche, blanche comme du cristal, blanche comme de l'eau qui sort à peine de sa source. Et comme au ralentit, je vie ce qui semblait être des âmes se faire aspirer, avant qu'elle aussi ne soit dirigée en direction du cristal. La citée était en danger, elle semblait à nouveau vouloir sombrer. Mais, elle ? Il, n'était pas question de la laisser toute seule parmi des fantômes.

Mes pensées furent coupés cour, devant le spectacle, qui se déroulait devant nous, c'était....fascinant, il n'y avait pas d'autres mot, je restais là, à le regarder sans pouvoir m'en détacher. Je, ne connaissais pas Kida, néanmoins à cet instant, une profonde admiration teintée de respect, s’empara de moi.

Et puis, en douceur, elle atterrit devant nous, me faisant reprendre mes esprits. Mon regard croisa, celui d'Apollon, captant qu'il avait déjà décidé à quoi servirait son rôle de transition. Et lui, n'eus pas besoin de plus pour savoir que l'aiderais en toute circonstance. Parce que, j'étais la seule, à connaître son vrai visage. Ceux, qui pensaient qu'Olympe allait se transformer en colonie de vacances, ou qui croyaient pouvoir le manipuler avaient tort. Mon frère, était extrêmement fort, il se cachait derrière cette étiquette de « mec rigolo et un peu boulet », mais au fond, tout au fond, je savais ce qu'il renfermait.

Enfin, du moins jusqu'à ce qu'il ne décide de lancer une blague. Je lui jetais un regard profondément, blasée. Était-ce réellement le moment pour ça. Poséidon, le testait, il était temps de lui montrer qui tu était vraiment. Tout ça, en un regard, qu'il comprit. Je le laissais, donc, s'occuper d'assumer ses nouvelles fonctions et de montrer de quoi il était capable à notre frère. Je me dirigeais, pour ma part dans la direction d'Aaron, suite aux paroles qu'il venait de prononcer. Ignorant, la sirène à ses côtés. Tout comme son père, je me moquais de ce qu'elle pouvait penser :

- Je préfère Diane, « déesse Artémis » j'ai toujours trouvé ça trop pompeux, dis-je avec une lueur d'amusement dans les yeux. Je vais m'occuper de Jezabel, mais avant. Je sais qu'on ne se connaît pas vraiment, néanmoins, si tu as envie de passer pour discuter, ou juste pour voir Louise, tiens. On a du chocolat et des biscuits fait maison

Je lui tendis, un petit bout de papier, avec l'adresse et le numéro de téléphone, de la maison inscrit dessus, apparemment, c'était comme ça qu'on faisait quand on tentait de lié connaissance avec les gens. Quoi qu'il en soit, je me permit pour la première fois, un geste à son égare en lui ébouriffant, affectueusement les cheveux avant de tourner les talons, pour m'occuper de Jezabel, toujours inconsciente, j'ignorais ce qu'il lui était arrivée, mais mieux valait, qu'elle rentre en un seule morceau, à Storybrooke.

Poséidon, fit apparaître le tourbillon, un coup d’œil à mes frères, pour se mettre d'accord, et je le passais en première, accompagné de Flotsam, et Jezabel, toujours dans mes bras. Avant, de partir, je m'adressais une seule et dernière fois à celui que j'avais autrefois, considéré comme un grand frère :

- On, ne devrait jamais rencontrer ses héros, cela n’entraîne que de la déception.

Le ton était glaciale, mais il n'y avait plus aucune place pour lui dans ma vie et dans mon cœur. Il, n'était qu'un frère parmi tant d'autres, et je savais que pour Apollon, c'était pareil. Pour Arès, je l'ignorais. Mais, quoi qu'il en soit, il nous avait perdu à jamais, tous les deux, et honnêtement, c'était bien mieux ainsi. A mes yeux, il était déjà mort.

Je m'engouffrais dans le tourbillon, sans un mot de plus, et finalement, la plage d'où nous étions, partis se profila à l'horizon avec un visage familier. Doucement, je déposais, Jezabel à terre, je savais que Glène s’inquiétait, pour elle, et il serait plus rassuré, s'il pouvait être à ses côtés, en arrivant. Quoi qu'il en soit, la personne se tenant devant moi n'était autre que Neil, une immense vague de soulagement, s'empara de moi, elle était sauve, cela signifiait donc que les autres aussi :

- Neil !
M'exclamais-je à la fois heureuse et surprise de la voir. Comment ça se fait que tu ai réussis à parvenir jusqu'ici ?

Cela m'étonnait, je croyais que seule Poséidon en avait le pouvoir, en tout cas, c'était ce qu'il avait laissé entendre. Même si, je finissais par me dire qu'avec Neil, rien n'était impossible. Elle semblait nerveuse, en revanche, oh elle essayait de me le cacher, mais je pouvais clairement le ressentir, toute cette peur, cette crainte ce stress, un peu plus et on aurait dit moi :

"Ça...Ça, n'a pas d'importante, vous pourrez tous venir ici par la suite"

Je levais un sourcil interrogateur tandis qu'elle jetait un regard du côté de Flotsam, avant d'hausser les épaules, les réponses viendront le moment venu je suppose. Sans que je m'y attende, elle s'approcha de moi, avant de me serrer dans ses bras pendant quelques secondes. Étreinte que j'acceptais bien volontiers. Peut-être que les choses ne s'étaient pas déroulés de la même manière dans son passé, et qu'au lieu de nous en sortir vivant, nous étions mort ce jour là.

Je méditais quelques secondes là-dessus avant de laisser ça de côté, chaque chose en son temps, et j'aurais largement, celui de discuter de tout cela avec Apollon, plus tard. A mon tour je m'approchais d'elle pour la serrer dans mes bras :

- Aujourd'hui j'ai eu peur de te perdre avouais-je, de tous vous perdre.

Je me reculais à mon tour, mes mains toujours posés sur ses épaules avant de reprendre :

- J'ignore ce qui est réellement arrivé dans ton passé, mais quelques soient les erreurs qui ont été commises, nous essaieront de ne pas les reproduire. Je fis une pause, avant de reprendre la parole : Aujourd'hui, Arès a fait un immense sacrifice pour nous sauver, je lui doit la vie. Il a abdiqué, nous avons un nouveau maître d'Olympe...Apollon achevais-je en contenant un léger rire.

Le sourire, qui apparaissait sur mon visage, voulait tout dire. Neil, se contenta de sourire légèrement, avant de secouer la tête, et je lui souris en échange, je pense que le message était largement, passé d'un côté comme de l'autre :

- J'ai beaucoup de questions, à propos de Gaïa, D'Hypérion et de nous. Néanmoins si tu ne dis rien c'est que tu dois avoir une bonne raison. Alors, je ne te demanderais qu'une seule chose, si tu veux, si tu peux la réaliser : j'aimerais apprendre à te connaitre

Louise, arriva au même moment, rompant le contact, avec ma petite nièce :

"Quoi qu'il va se produire, ce n'est pas sa faute. Elle est avec nous."

Elle me toucha simplement, le bras avant de se diriger vers Louise, mon amie était suivit de Jetsam qui portait Egéon, je ne m'attardais, pas trop sur ce détail, préférant, m'accroupir au près de Jezabel, qui n'avait pas repris connaissance :

- Debout la belle au bois dormant dis-je dans une piètre tentative d'humour, le prince charmant ne va pas tarder à arriver.

Je réfléchissais aux paroles de Neil, faisait-elle référence à Kida ? Je l'ignorais, mais quelque chose, me disait que je n'allais pas tarder à le savoir.



made by pandora.




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
She was like the moon
☾ ☾ ☾ She liked the moon because, like herself i shined it's brightest when no one was around to see.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74833-artemis-can-t-fight-the-moonlight http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80967-moon_light En ligne

Contenu sponsorisé








[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 11 _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 11 sur 13
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Les mondes spéciaux :: ➹ Olympe d'Amour