« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)



Partagez
 

 [Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13
AuteurMessage

Louise Hollen



« Nous tendons vers toi
notre nez mouché,
et pas mouché »


Louise Hollen


╰☆╮ Avatar : Rachel Mcadams

Ѽ Conte(s) : Les douze fréres / Les cygnes sauvages
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Elisa : la soeur

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 1519335331-lou-02

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4664


[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 _


Actuellement dans : « Nous tendons vers toi notre nez mouché, et pas mouché »


________________________________________ Jeu 24 Sep 2015 - 13:42




Le testament de Poseidon



La nouvelle avait été difficile a avalée. Ce jours la, Louise leur avait dit au revoir, et était rentrée avec Diane. La déesse était allée faire du chocolat tendis que la princesse se laissait tomber dans un canapé, exténuée. Elle aurait voulu disparaître, oublier cette sensation infernale d'immobilité forcée, cette pression qui l'avait presque écrasée. Alors elle c'était concentrée sur les battements réguliers de son cœur, sur le bruit calme de sa respiration, sur les cliquetis discrets qui lui parvenaient de la cuisine. Le calme, la sérénité. Brisé.

Elle c'était levé d'un bond, en alerte, le cœur battant a tout rompre pour se diriger vers la cuisine et voir Diane chamboulée. Et c’était la qu'elle l'avait appris. Elle était restée sous le choc. Ca faisait longtemps qu'elle n'avait pas vue Hippolyte. Alors l'imaginer morte .. Elle n'y arrivait tout simplement pas. Ca ne passait pas. Elle n'avait pas pu se résoudre a pleurer ce jours la. Incompréhensiblement, c'était trois jour plus tard, alors qu'elle était penchée sur un ouvrage dans la boutique, qu'elle c'était tout simplement effondrée. Elle ne comprenait pas pourquoi. Est ce que tout cela avait un sens ? Ces morts, ces dangers ... Et elle avait réfléchie, un long, un très long moment. Tout repris a zéro depuis la levée de la malédiction, vue comment elle avait changée, réfléchis a ce qui l'attendait. Plusieurs voix s'offraient a elle, laquelle prendre ?

Elle avait pensé a Connor, il n'était pas venu a la collocation pour voir Diane ou son frère. Ce devait être dure pour lui... D'un geste machinale elle avait tourné autour de son doigt la bague qu'il lui avait offert. Plus que jamais il devrai se montrer fort, et a son image, elle aussi allait le devenir. Elle était rentrée, et ce soir la, avait pris ses affaires de sport pour partir courir un long moment. Se vider l'esprit, enfin. Arriver a cesser de penser. Elle avait couru le long de la plage, réfléchis. Sur elle même, sur ses amis, sure ce qu'elle voulait être pour eux. Devait elle s'éloigner ? Se protéger en les oubliant ? Attendre tranquillement que sa vie passe en les laissant régler leurs problèmes divins qui en soi ne la concernaient pas ?

Le bruit du ressac. Le sable humide sous ses doigts fin lorsqu'elle c'était effondrée sur le sol, essoufflée, incapable de faire un pas de plus. Non. Ce n'était pas son genre. Elle ne laisserai pas tomber ses amis. C'était décidé. Elle ne serait plus cette fille passive qui attendait que les événements lui tombent dessus. Elle deviendrai ... active. Elle les devancerait. Elle chercherai par elle même une solution. Ce serait certainement difficile, long. Mais pouvait elle réellement faire comme si de rien n'était ? Ils étaient en guerre, ni plus ni moins, et c'était seulement maintenant qu'elle s'en rendait compte.

La jeune femme était rentrée a la collocation et avait sauté sur Apollon dés qu'il avait posé un pieds a la maison. Il était très occupé mais elle ne voyait pas a qui d’autre s'adresser. Elle lui avait demander. Marre d'être la demoiselle en détresse, elle en avait marre de ne pas pouvoir défendre ses amis, de ne pas pouvoir les protéger. Marre d'être la faible humaine qu'elle était. Alors le soir, quand il avait le temps, il lui apprenait l'auto-défense. Ce n'était pas grand chose, pas de quoi tuer un homme, il ne fallait pas non plus exagérer. Mais se dégager d'une prise. Immobiliser quelqu'un. Esquiver un coup. Ca les faisaient rire et durant ses séances, bien que leurs gestes soient des plus sérieux, ils parlaient tranquillement de tout et de rien, en profitaient l'un et l'autre pour se changer les idées. Penser a autre choses, oublier leurs responsabilités, leurs questionnements, rire quand elle se ratait et tombait maladroitement sur les tatamis. Plus que jamais, elle souriait, se montrait heureuse. Ils en avaient besoin, et elle aussi. Ne pas se laisser submerger par la tristesse.

Quand a Diane ... Elle c'était accroché a elle comme immédiatement son rocher. Un moment, elle avait eut peur de la voir se renfermer sur elle même, mais Diane semblait avoir compris qu'il est impossible d’éloigner certaines personnes. Et elle lui avait parlé. Elle lui avait dit se qu'elle pensait, ce qu'elle comptait faire. Au début elle avait cru que la déesse refuserai ca, qu'elle ferait tout pour l'en empêcher, l'éloigner du danger. Mais ... Non. Peut être c'était elle dit qu'a force de la tenir éloigner de tout ca, Louise chercherai d'autres moyens de les aider, plus dangereux. Ou peut être avait elle simplement été heureuse de l'avoir a ses cotés. Allez savoir.

Mais la princesse ne lui avait pas demandé une réponse immédiate. Comme avec Apollon, elle avait voulu leur laisser le temps de réfléchir, de peser le pour et le contre.

Le temps avait filé, aussi vite que la mer descendante. Sur sa table de nuit, précieusement enrobés dans du papier, les deux statuettes Atlantes attendaient d'être rendu a leur propriétaire. Elle n'avait pas revu Kida depuis la dernière fois, mais c'était dis qu'il ne lui restait rien de sa cité. Alors elle avait montré leurs présent a Diane et Phoebus et c'était excusée en leur disant que bien qu'elle les ai pris pour eux, elle ne pouvait plus leur donner. Kida aurai certainement envie d'avoir un souvenir de son chez elle. Et puis Louise avait quand même de quoi se rappeler cette aventure car en plus de la bague d'éclairs qui ne la quittait plus, elle avait rangée sa tenue Atlante dans sa malle au trésors. Un souvenir de plus.

"Très bien, a dans trois jours Aaron. Fais attention a toi."
avait elle fait avant de raccrocher.

Depuis quelques jours, elle avait prévue de voir Aaron, de l'accompagner. Il faisait parti de sa "famille" maintenant, et pour elle, ce n'avait pas été des paroles en l'air. Alors prendre de ses nouvelles régulièrement, et prévoir cette petite escapade a deux lui avait semblé ... normal.

Elle leva les yeux, contempla les nuages gris qui se formaient a l'horizon, annonciateurs de pluie, d'orages. Elle soupira d'aise, la soirée s’annonçait belle. Louise parcouru rapidement la maison et alla frapper a la porte de Diane.

"Je vais acheter du maïs, ca te tente une soirée pop-corn avant que je parte ?"


Elle s’arrêta, apercevant son visage. Il n'y avait pas besoin de mot. Son air grave, décidé, la lueur qu'elle avait dans les yeux en regardant son amie valait tous les discours. Doucement, Louise lui fit un sourire. C'était parti, c'était le début. Leur nouveau départ.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I don't think inside the box...
... I don't think outside the box either. I don't even know where the box is.  
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13704-louise-hollen-en-cour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13932-amis-et-enemis-de-lou http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t16326-la-vie-trepidante-ou-pas-de-louise-hollen#159259

Melody Blackstorm



« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


Melody Blackstorm


[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 378254admin

╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, la fille de Poséidon

✓ Métier : Héritière de l'empire Blackstorm
[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 974834boite

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2283

✓ Disponibilité : Dans son bocal

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 _


Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Jeu 24 Sep 2015 - 15:35


Nous sommes tous des causes perdues.

Lonely rivers flow to the sea, to the sea
To the open arms of the sea. Lonely rivers sigh "Wait for me, wait for me."
I'll be coming home, wait for me...


Unchained Melody Instrumental - Ghost Soundtrack

Quelques jours après...

"Je suis allée chercher ton cappuccino au Starbuck aujourd'hui, je sais pas pourquoi..."

On ne peut pas quantifier la perte. Elle est infinie.

"Ted, tu sais le serveur... Il m'a demandé comment tu allais."

On devient aveugle. On se heurte aux murs du monde. On titube, on s'effondre. Et on ne se relève jamais.

"J'ai fondu en larmes."

Ma voix me semble lointaine. Elle est chevrotante. J'essaie de rester forte mais chaque jour qui passe me semble plus pénible que le précédent. J'ai l'impression que la plaie ne se refermera jamais et qu'elle s'agrandit à chaque minute. Dès que je plonge mon regard dans le sien et que je ne m'y retrouve pas, je sais que c'est un pas de plus vers la mort. La nôtre. Nos âmes croisées sont en train de se disloquer. Je titube, je m'effondre.

J'aimerais mourir à chaque seconde. Ou me fondre dans son corps et lui insuffler ma vie.

Je fixe le gobelet blanc sur lequel est dessiné une femme verte couronnée. Dessus est griffonné "Egéon." De la fumée s'échappe de la petite fente du couvercle. La chaleur me brûle les paumes mais je m'en moque. Je ne le poserai pas sur la desserte. Je veux le garder jusqu'à ce que je me consume.

"Tu te souviens du jour où on s'est retrouvé ?"
je demande d'une voix brisée.

Je l'enveloppe d'un regard tendre et embué de larmes. Il est flou mais tellement beau. Assis dans un fauteuil, il me fait face. Il me regarde sans me voir. Ses yeux sont vides, ternes. Il est ainsi depuis notre retour d'Atlantide. Là-bas, quelque chose lui a dévoré l'esprit. Il n'est plus qu'une coquille vide. Mon coeur se serre et chavire à chaque fois qu'il entrouvre les lèvres, car j'espère alors... un mot, un seul. Une preuve qu'il est toujours là. Qu'il n'est pas un fantôme matériel. Mais rien. Le silence. Toujours.

Je me mords les lèvres et passe une main nerveuse dans mes cheveux emmêlés. Non, bien sûr qu'il ne se souvient pas de nos retrouvailles. Ca ne fait rien. Je peux m'en rappeler pour deux.

"Tu avais un café de chez Starbucks dans les mains. Tu as failli le faire tomber en me voyant car tu as su... Il t'a suffi d'un regard pour me reconnaître." dis-je en reniflant.

L'ombre d'un sourire traverse mon visage, illuminé quelques instants par les bribes du passé.

"J'avais froid, j'étais trempée. Je n'avais qu'une couverture sur les épaules. Tu m'as donné le gobelet et ça m'a réchauffée. C'était la première fois qu'on partageait quelque chose."

Depuis, chaque semaine, je me rendais au Starbucks de Londres, puis à celui de Portland pour nous ramener à tous deux un cappuccino, en souvenir de nos retrouvailles.

Je déglutis avec peine. Une boule m'obstrue la gorge. Je toussote et pose une main contre ma poitrine haletante. Des larmes roulent sur mes joues. Je n'en peux plus...

Espérant malgré tout, je lève la tête et observe une fois de plus Egéon. Il n'a pas remué d'un millimètre. Il me fixe d'un air vide. Je pose enfin le gobelet et plaque mes mains contre mon visage mouillé. Je reste ainsi quelques instants et soupire. Puis, je me redresse et pose une main sur son épaule. Il ne tressaute pas, ne réagit pas. Il ne tourne même pas la tête vers moi.

"Tu seras vengé."
je déclare d'un ton étranglé. "Je te le promets. Je vais aller au bout de ce qu'on a prévu et ils le payeront tous."

Je dépose un baiser sur son front tiède et m'écarte de lui. Je le laisse dans la chambre d'hôpital, je referme la porte derrière moi. Je sors du bâtiment comme une ombre. Je ne veux pas parler aux médecins. Ils ne savent pas ce qu'il a. Ils ne peuvent pas trouver. Ils ne lui sont d'aucune aide.

Je sais qui aller chercher pour obtenir justice. Père ne sera pas difficile à convaincre. Je m'avance d'un pas vaindicatif. La vengeance est tout ce qu'il me reste désormais. Absolument tout.


***

"Jamie."

Un mot, un seul. Père m'observe, évalue la valeur de mon information. Sous son regard inquisiteur, je me sens aussi fragile que la grève menacée par la marée. J'espère toujours obtenir son pardon pour mon audace concernant le médaillon. Je le porte sous mes vêtements, je sens le petit coquillage doré contre ma peau. Je voudrais que Père ne m'en veuille plus. J'aimerais avoir toujours toute son affection. C'est bien trop dur d'être seule. Pour rien au monde je n'aurais voulu le décevoir. J'aimerais lui avouer mes peurs, mes faiblesses mais... je ne peux pas. Il ne faut pas que je me montre fragile. Ce serait le décevoir une fois de plus. Alors, je garde la tête haute, le front volontaire. Je suis prête à me battre, même si je suis terrifiée.

"Il est un Cavalier. Il a été choisi par Chronos."
je lui certifie. "Il est de notre côté. Il a même accepté d'espionner Olympe pour nous. Je puis vous assurer qu'il ne nous trahira pas."

Impossible de lire le regard de Père. Son silence m'inquiéte. N'est-il pas heureux de mon initiative de rassembler une armée pour notre cause ? Mon coeur s'emballe. Ai-je tout raté, encore une fois ?

"Je peux vous conduire à lui si vous le souhaitez."
j'ajoute avec une once d'anxiété.

Il me fixe encore un peu et soudain, il tend son bras. D'un geste mécanique, j'enroule mon bras frêle autour du sien. Je lui explique où nous devons nous rendre et nous disparaissons. Tandis que je parle, je sens un métal froid sur la peau de mon bras. Je regarde Père et voit son armure se matérialiser autour de lui, alors que dans sa main libre apparaît le Trident. Je frissonne, figée par l'inquiétude. Et si j'avais fait le mauvais choix en lui parlant de Jamie ? Il n'a pas confiance. En moi. En ce Cavalier.

Mon coeur chavire à nouveau alors que nous disparaissons. Je ne réparerai jamais ce qui a été brisé. Mon lien avec Père est détruit, tout comme l'est l'esprit d'Egéon.

Une seconde plus tard, nous arrivons dans un salon un peu à l'abandon. Je chancelle, je n'apprécie pas particulièrement la téléportation. Je cherche Jamie des yeux, angoissée.

Et si j'avais tout détruit à nouveau ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

« L'ivresse des profondeurs », est un phénomène naturel, due à un excès d'azote qui, par conséquent, agit sur le système nerveux et provoque des troubles comportementaux. Tomber amoureux ou mourir noyé, c'est la même chose.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Invité



Invité


Anonymous



[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 _


Actuellement dans :

________________________________________ Jeu 24 Sep 2015 - 16:20


Le Testement de
Poseidon
Bring me back to life
.



Une pression abominable. Quelque chose de fort, trop fort. Comme un poids qui s'écroule sur vous. Ne plus pouvoir bouger, une horrible sensation que m'avait déjà fait subir Arès. Alors en subir une de plus, mais avec cette fois-ci une pression plus forte que le normal, cela finit par alerter mes sens. J'ignorais ce qu'il s'était passé pendant que j'étais inconsciente. Je ne savais pas du tout ce qui était arrivé alors que j'étais plongé dans un noir complet. Je risquerais de poser la question aux autres plus tard. Un regard en coin, car c'était la seule chose que je pouvais faire, m'indiquais que je n'étais pas la seule prise comme une marionnette dans des files aussi puissantes qu'une araignée. Même les dieux l'étaient, et à leur regard, je compris que ce n'était pas quelque chose de bien. Que c'était quelque chose de grand, de menaçant. Les regards sombres des dieux m'inquiétaient. Plus puissant qu'un dieu, ça craint. Enfin la pression partit, et je me sentis de nouveau respirer, comme si je venais de sortir de l'eau et que je m'étais retenu en apnée. Jetant un dernier coup d'oeil autour de moi, je m'approchais de Diane et fus très vite téléporté sur la grande place de Storybrooke. Je baissais le regard un moment, reculant de quelques pas et regardant la déesse partir à son tour. Je fixais Glène. Pendant ce noir complet, ça m'avait énormément fait réfléchir. Qu'avais-je fait de bien avec lui, si ce n'est que souffrir plus d'une fois ? On n'avait rien apporté de bon tous les deux, absolument rien. Et mon cœur me criait de ne pas continuer. De ne rien continuer. De m'éloigner le plus possible de l'agente masculine. Prendre des vacances avec Calliope, le chat, et Jezallio. Et Jamie si l'envie le lui en donnait.

▬ « Aurevoir, Glène. » Murmurais-je. Des paroles lourdes de sens, qui voulait tout dire, dire ce qu'il devinait évidemment. Sans lui laisser le temps de répondre, parce que je ne voulais pas de sérénade, je partis à toute vitesse jusque chez moi. Les éclairs bleutés mêler à ma super vitesse.

Des jours plus tard …
J'entamais comme à mes habitudes une longue nuit à la morgue. J'attendais juste qu'un cas vienne, et j'étais encore une fois toute seule. La journée, j'avais le droit à la compagnie d'Alexis et Judah, voire même mon apprenti Faust. Mais la nuit bien sûr, c'était moi qui m'y collais ! Alors pour bien rester éveiller, je m'amusais à la seule chose qui m'occupait : les Sim's. J'en avais créé des tas, et à l'image de tout le monde ! Mais quand je dis tout le monde, c'est vraiment tout le monde ! La tasse de café en mains, j'essayais d'étudier les besoins de chacun. Je cliquais vers une maison ou l'icône d'Apollon regardait la télé avec Poséidon. Tiens donc ! Ils n'étaient pas sensés ne pas s'aimer ceux-là ? Du moins, c'est ce que j'avais pu ressentir sur la plage à l'égard de ces deux-là. Apollon rigolait avec le roi des océans, une canette de bière à la main. Je cliquais sur le personnage, pour les mettre à se détester. Mais ils semblaient de plus en plus s'apprécier. En fait, une bulle avec un cœur sortait de la tête de Poséidon, m'indiquant qu'il aimait Apollon. Je plaquais mes mains sur l'écran de l'ordinateur, les yeux écarquillés. C'est quoi cette blague ? Je ne veux pas qu'ils se mettent ensemble ! Non non !

▬ « Apollon mais non ! N'embrasse pas Poséidon... mais, quoi ? Emménager ensemble comment ça ? » M'écriais-je. J'avais placé Louise avec Apollon parce que je les trouvais mignons tous les deux, mais ils en avaient fait qu'a sa tête et il c'était invité chez Poséidon ! Oh la loose. Je secouais la tête d'un air blasée, tandis qu'Apollon et Poséidon déclaraient se marier bientôt avec une mère porteuse pour leur future enfant. D'accord, je ne pouvais plus rien pour ces deux-là. Je cliquais sur l'icône de Louise, qui discutait avec Aaron. Pourquoi elle est avec Aaron ? Lui, il est censé aller voir Mélody et... OH BON SANG ! Diane et Melody sont en train de se battre ! Je cliquais sur l'icône de l'une des deux, alors que des vases explosaient les murs. Je crois que je les ai faits un peu trop réelle. Je regardais l'image affoler de Diane roulant en terre-à-terre avec la sirène.

▬ « Mais Diane ! Relâche Melody ! Non Melody pourquoi tu mords Diane ? Mais arrêtez ! » Trop tard. C'était de la nourriture qui volait à présent dans la pièce. Et Aaron et Louise venait de s'enfuir ensemble pour vivre leur vie dans les déserts de Las Vegas. Je cliquais de nouveau sur l'icône, les voyant sur une voiture décapotable en train de se papouiller. Avec un air écoeuré, je changeais de personne directe, pour tomber sur Arès. Il était endetté, il n'avait plus d'argent et venait de finir à la rue.

▬ « Arès, mais qu'est-ce que ? NON LAISSE LA POUBELLE TRANQUILLE ! » Il avait la tête dedans. Du coin de l'oeil j'aperçus Hadès qui s'approchait de lui avec un couteau à la main. Oh non, il va tuer Arès ! Trop tard. Arès était mort. Je frappais ma tête contre le bureau, blasée de ce jeu qui n'en faisait qu'a sa tête. Un clic me fit relever les yeux, pour voir que Diane et Melody s'étaient offert des vacances à Cuba, et qu'ils allaient être demoiselle d'honneur du Mariage d'Aaron et Louise. Apollon et Poséidon seraient leurs témoins, avec leur nouvelle enfant Kida. Et y avait Egeons qui était devenu mannequin…

▬ «  Il est débile ce jeux ! Je suis sur que c'est Judah qui la trafiquer ! » Déclarerais-je en fronçant les sourcils. Mon attention fut retenu par Jezabel et Melody qui causait bien, un peu trop bien même … Un choc emplit mes yeux stupéfait.

▬ « Mais mais, Jezabel pourquoi tu te mets en couple avec Melody ? Ça va pas la tête ! NON PAS D'ENFANT ! » Cette fois-ci je venais bel et bien de hurler dans la morgue. Heureusement que personne ne m'entendait. J'étais choquée, oui cette fois-ci j'étais sur à cent pour cent sur, Judah avait bien trafiqué mon jeu ! Je cliquais sur la fin du jeu, trop dégoutée pour continuer à jouer. C'est génial, Diane était devenu une droguée schizophrénique, Poséidon et Apollon vivaient leur idylle en Amérique du sud, Louise était devenu inspecteur de police. Melody et Jezabel elevait des lamas en Alaska, Aaron était devenu homme de famille et s'occupait de ses enfants pendant l'absence de Louise et pour clôturer le tout Hadès était devenu le plus grand serial killer de tous les temps. Même Diane l'avait rejoint et ils formaient un couple de tueurs à gages. Ah c'était trop pour ma cervelle là, il fallait que j'éteigne ça …

▬ « Aller, au lit les sim's ! J'ai dis au lit bébé Kida ! » Me plaignit-je alors que le jeu me faisait un gros plan sur le bébé. L'ordinateur c'était éteins, me laissant dans le noirs complet.


Une semaine plus tard …

Le vent glacial fouettait mon visage. Mon regard se perdait dans l'horizon de l'océan. Debout sur la plage de Storybrooke, je fixais les vagues faire des allées retour. J'avais une idée précise en tête, et je ne comptais pas la lâcher. L'expérience d'Altantide me revenait en mémoire. Courir sur l'eau … La sensation de liberté, mes pas qui claquait en projetant des vagues derrières moi. Je pris une grande inspiration, une goulée d'air frais se répandit dans mes poumons. Puis je m'élançais. Mes pieds claquèrent sur l'eau, et je voyais l'océan défiler à toute allure devant moi. C'était génial. J'avais envie de le faire depuis un moment, mais je n'en avais pas encore trouvé l'occasion. Je risquais un coup d'oeil vers moi, l'eau ce mêlant avec les éclairs bleus dans une belle harmonie. Un sourire au coin des lèvres, je regardais de nouveau devant moi. Sauf que je la vis pas. J'aperçus une sirène au loin qui semblait m'avoir reconnu. Je plissais des yeux pour reconnaître les traits de Melody. Un élan de panique me prit alors que je fonçais à toute vitesse vers elle. Je tentais de m'arrêter, mais j'étais trop élancé dans ma course.

▬ « Pousse toi ! Tire toi de là ! » La prévint-je en battant des bras pour la prévenir. Je fermais les yeux, m'attendant un énorme choque emplit d'une douleur. Mais rien. Rien du tout. Je les rouvris pour voir avec choc que je venais de passer à travers elle. Attendez une seconde. Passer à travers elle ? Mais comment est ce possible ? Trop déroutée, je ne vis cependant pas le rocher devant moi. Une explosion de lumière illumina mon crâne, avant que je ne tombe à l'eau.


To be continued ….

Jamie Skyrunner



« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Jamie Skyrunner


╰☆╮ Avatar : Garrett Hedlund

Ѽ Conte(s) : La Planète au Trésor
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jim Hawkins

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 Generation-Kuzco-1

☞ Surnom : Jay
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1069


[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Jeu 24 Sep 2015 - 21:43

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 Tumblr_nmawuePbNU1rmbtmjo8_r1_250[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 Tumblr_mkrl3faKKw1r9pt1so1_250
The final masquerade

Ce n'était pas ce qu'il voulait. Ce n'était pas ce qu'il avait prévu mais il fallait se rendre à l'évidence. Il n'avait pas de meilleure option. Il avait d'autre choix. Mais rien d'aussi certain que ce qu'il lui proposait. ça lui arrachait peut-être le coeur de l'avouer mais c'était malheureusement la seule solution viable qui se proposait à ses yeux et il n'avait pas le temps d'en trouver une autre. Tout arrivait trop vite. Bien trop vite. Robyn s'était déjà teint les cheveux. Il était déjà amoureux. Il ne pouvait pas se permettre de prendre trop de risques. C'était l'unique solution. La plus sécurisante pour l'instant.
D'un geste un peu sec, Jamie releva les yeux, les plantant dans ceux de Poséidon. Il s'était attendu à ce qu'il ressemble plus à Melody. Qu'elle soit plus représentative de son paternel plutôt. C'était le cas, mais de la mauvaise façon. Toute la fraicheur de Melody, il la transformait en froideur. Si elle était l'ondée froide d'une source, il était le courant gelé et impitoyable d'une tempête au large. Ils étaient semblables. Mais absolument pas similaire. Poséidon le regardait avec une distance presque intimidante, même si il n'avait pas porté son armure de boss de dernier niveau. Sérieusement, c'était nécessaire? Cela dit, Jamie comprenait. Lui aussi aurait porté une armure pour se rencontrer. Mais il aurait attendu un peu pour ça... Quelques moi, visiblement, à l'allure où allait les choses. Aussitôt, une pierre tomba dans son coeur, tandis qu'il songeait à Robyn. Oui. Il n'avait pas d'autres solutions.
Sèchement, il inclina la tête en direction de Poséidon.
-D'accord. Je serais à votre service, dit-il avec amertume, tout en fixant son plan de travail.
Alea jacta es. C'était ce que Callio disait tout le temps.

Quelques minute plus tôt

Un courant d'air froid. C'était ce qui lui avait fait relevé la tête. Ou peut-être était-ce un pressentiment. En tout cas, il s'était figé dans son mouvement, avant de tourner la tête vers son salon. Et de remarquer les deux silhouettes qui venaient de se matérialiser entre lui et son canapé. Superbe. Pour être franc, Jamie aurait pu avoir une crise cardiaque. Ou une crise de tétanie. Ou même une crise d'angoisse. Il aurait pu prendre son mug pour le balancer en direction de intrus, voir sauter sur n'importe quel des instruments de cuisine présent autour de lui pour se défendre. Ou attaquer. Parce que c'était nécessairement une attaque. ça ne pouvait être que ça. Ce mec en armure clinquante ne pouvait qu'être là pour l'attaquer. Le tuer. Essayer du moins. Sauf qu'il y avait une fille avec lui, et que Jamie reconnut les cheveux ternes de Melody. Ou peut-être sa silhouette frêle. Ou peut-être encore sa fébrilité, à tourner la tête dans tous les sens. Peu importait. Parce que la voir lui permit de comprendre. De réaliser.
Du coup, Jamie n'eut pas peur. Ce fut même plutôt... Calme, comme sentiment. Doux, peut-être. En tout cas, il reposa simplement son mug sur le plan de travail, faisant juste assez de bruit pour que Melody se retourne d'un sursaut et pose un regard soulagé sur lui. ça ne dura que quelques secondes cela dit car elle le reporta aussitôt sur l'homme qui l'accompagnait. Poséidon. Jamie en était certain. ça ne pouvait qu'être lui, après tout. Et puis le Trident était un bon indice. Malgré lui, Jamie sentit son coeur ralentir. Parfait. Du pur service à domicile. ça l'aurait presque fait sourire, si tout n'avait pas été si morbide. Se redressant, Jamie se tourna pour faire face au Dieu des Océan. Ainsi donc, c'était le père tant attendu. Jamie l'avait imaginer plus vieux. Plus barbu aussi. La faute à Connor peut-être. ça n'avait pas d'importance.
Les yeux du Dieu se posèrent sur lui avec une certaine... Platitude. Etudiée. Car au fond de ses yeux, Jamie pouvait voir une étincelle de curiosité. Que lui avait dit Melody à son sujet, exactement? Vu la fébrilité qu'elle affichait, son statut n'était plus inconnu mais quels échos est-ce que cela avait pour le Dieu? Il avait été absent longtemps. Est-ce que ça changeait quelque chose?
Le silence s'installa pendant un long moment, les deux hommes s'étudiant avec réserve, sous les aller-retour visuel de Melody, puis finalement, ce fût Poséidon qui parla en premier.
-Ainsi, c'est le Cavalier?
Sa façon de ne s'adresser ni à Melody ni à lui sembla étrange à Jamie, mais Melody hocha furieusement la tête. Est-ce qu'il s'agissait de sa façon de lui parler? Etrangement, cela dérangea fortement Jamie. Il connaissait la dévotion de la sirène envers son père et il lui semblait que ça méritait un minimum d'égard. Cela le rendit un tout petit peu... Agressif.
-C'est ça, siffla-t-il en croisant ses bras sur son torse.
ça semblait tellement étrange. Un Cavalier mortellement dangereux faisant face à un Dieu en armure de guerre et sa fille sirène, au beau milieu de sa cuisine. C'était surréaliste.
-Si vous êtes là, reprit-il après un instant. C'est que votre fille à réussi.
Ce n'était pas vraiment des éloges, mais Jamie détestait vraiment la façon qu'avait d'agir le père avec sa fille. Elle avait l'air tellement.... Impressionnée par lui. Elle semblait tellement chercher un regard, un hochement de tête, un mot de sa part. Quelque chose d'autre que cette... Froideur de glace.
-Et qu'elle vous a parlez de ma requête.
Le dieu releva un sourcil, et Melody sembla essayer de se cacher dans ses cheveux. Pourtant, le dieu finit par hocher la tête.
-Je ne veux qu'une seule chose. J'avais promis à Melody de l'aider pour vous retrouvez, c'est chose faîte. Maintenant, je voudrais que vous fassiez quelque chose pour moi.
ça semblait tellement présomptueux de sa part. Et surtout tellement avilissant. Toujours dépendre des Dieux... Au moins, ce serait bientôt terminé.
-Je veux que vous me tuiez. Maintenant.
Il s'était attendu à un peu d'émotions, mais rien ne vint. Peut-être qu'il avait déjà fait son deuil. En tout cas, ce ne fut pas le cas de Melody. Le regard qu'elle planta sur lui fût affolé. Pourtant, Jamie ne cilla pas. Il garda son regard bien fixe dans celui de Poséidon, attendant, simplement. Longuement.
-Pourquoi?
Cette fois, l'interrogation fût sincère. C'était légitime. Pourtant Jamie aurait aimé éviter. C'était assez... Privé comme requête. Peu de gens étaient au courant, pour son futur, pour les visions, pour tout en fait. Peu de gens connaissaient sa létalité. Et personne ne connaissait ses réelles intentions.
-Je suis réaliste, lança-t-il, un peu gêné, en serrant plus fort ses poings contre lui. Je suis quasiment immortel et je suis dangereux. Je ne suis absolument pas certain de pouvoir contrôler mes pouvoirs sur le long terme, ajouta-t-il, en essayant de mentir avec conviction. C'est beaucoup trop risqué de continuer.... A vivre. Je ne veux pas mourir, ajouta-t-il après un silence. Mais ce sera mieux pour tout le monde comme ça.
Cette fois, Jamie évita soigneusement le regard de Melody. C'était déjà assez compliqué de mentir convenablement, tout en cachant ses sentiments, alors si en plus il devait soutenir le regard d'une amie alors qu'il demandait à mourir....
-Vous avez une arme divine. Vous pouvez me tuer. Alors faîtes le.
Il hésita un instant à ajouter un 's'il vous plait' mais il ne parvint pas à s'y résoudre. Sa tête sembla se vider entièrement, alors qu'il attendait que le Dieu lui donne la mort. Est-ce que cela ferait mal? Jamie était près à le parier. ça serait douloureux. Pour effacer les brûlures, il faut brûler plus fort. Jamie se surprit à serrer les dents. Il s'était préparé à ça. Il s'était préparé depuis longtemps. Pourtant, il se rendit compte qu'il aurait aimer faire encore beaucoup de choses. Dire au-revoir. Laisser un mot. Demander pardon. Profiter encore une dernière fois du rire de Wilson, des blagues d'Opy. Des boutades de Callio, des remarques maladroites d'Eve. Des yeux de Robyn. De la voix de Robyn. De la peau de Robyn, qu'il aurait aimé serrer, caresser, embrasser, découvrir plus longuement. Des lèvres de Robyn. De Robyn. De Robyn, encore. C'était tout de même stupide de réaliser combien il l'aimait au moment de mourir.
Sa gorge se serra et soudain, Poséidon eut un sourire.
-Non.
Ce fût comme si son monde s'effritait devant ses yeux. Malgré lui, il prit une grande respiration. Il n'avait réaliser qu'il la retenait depuis la fin de sa tirade.
-Qu... Quoi?!
ça lui échappa. Il aurait préféré quelque chose de plus éloquent, de quelque chose de spirituel peut-être, mais ça lui avait sembler tellement évident! Qu'il puisse refuser ne lui avait même pas traversé l'esprit.
-Non, répéta calmement Poséidon, sans bouger d'un centimètre.
Aussitôt, Jamie sentit son sang se mettre à bouillir dans ses veines, et quelque chose de noir s'y mêler. C'était tellement brutal qu'il eut beaucoup de mal à reprendre une respiration normal. Tout autour de lui se teinta de rage, comme ça n'avait pas été le cas depuis un moment. Les entrainements sur l'Olympe étaient complètement vains. Mais sur l'instant, cela lui apparut secondaire. Tout ce qu'il désirait soudain, c'était d'enlever ce petit sourire arrogant de cet enfoiré de Dieu en armure. De l'enlever à coups de poings, de pieds et de tête, n'importe quoi, juste por qu'il cesse de le narguer comme le salopard qu'il était. Pourtant, il n'en eut pas le temps, car il releva l'index vers lui.
-Parce que j'ai une meilleure offre à te proposer, Jamie.
Cela ne le calma pas aussitôt. Pour être franc, ça le surprit, mais son sang continua de bouillir dans ses veines. A tel point qu'il ne réalisa pas qu'il avait déserrer les bras et qu'il s'était mit en garde, si bien qu'il ne comprit pas vraiment la réaction de Melody, qui recula d'un pas. Toute son attention était focaliser sur le Dieu, qui lui, ne semblait nullement impressionné. Il eut même le culot d'attendre un peu avant de s'expliquer sur ses dires.
-Corrige moi si je me trompe, mais ce que tu essaies de faire, c'est de protéger le plus de personnes possible, c'est ça?
Les dents serrées, Jamie mit du temps à répondre, tant sa colère envers le Dieu était forte.
-Oui, crâcha-t-il avec amertume.
-Peut-être même des personnes... En particulier?
Cette fois Jamie ne répondit pas.
-Or, continua-t-il, même si je te tue, il restera une menace pour le monde, et je pense que tu vois de qui je veux parler.
Un frisson coula le long de son échine, et les yeux de Jamie perdirent leur coloration obscure. Ce fût comme si on avait claquer un fouet ou rappeler un chien en laisse. Chronos. Jamie osait à peine penser ce nom. C'était comme si un interdit millénaire pesait dessus. C'était peut-être d'ailleurs le cas. Voyant que Poséidon attendait une réponse, Jamie se contenta de hocher la tête, croisant à nouveau ses bras sur son torse.
-Oui, murmura-t-il, comme pour lui même. Il va détruire le monde aussi facilement qu'on écroule un château de sable trop sec. Alors, à quoi aura bien servit ton sacrifice Jamie? Tous ceux que tu auras cherché à protéger mourront avec son règne.
-Ce sera encore plus rapide si je reste en vie, le coupa Jamie, acide.
-Pas nécessairement. Réfléchis Jamie. Chronos est bien plus puissant que nous. Il et un Titan alors que nous ne sommes que des Dieux. Mais toi, ajouta-t-il, avec un sourire, toi tu es autre chose.
A nouveau, Jamie baissa les yeux, serrant plus fort les bras autour de son torse.
-Avec toi dans mes rangs, nos chances de vaincre Chronos seront triplés! Peut-être même plus, ajouta-t-il doucement, en voyant Jamie relever la tête vers lui.
-Quoi?
-Je prévois de tuer Chronos répéta calmement le Dieu, sans ciller.
-C'est impossible.
-Tu le penses? Ou c'est plus facile de le croire et de choisir de mourir comme un lâche?
Les poings de Jamie se serrèrent violemment, mais il refusa de répondre à l'agression. Sa curiosité s'était réveillé. Il refusait de croire à ses paroles, pourtant sa traîtresse curiosité n'avait pu s'empêcher de glisser un peu d'espoir dans le 'et si' qu'elle venait de formuler. Non. C'était impossible. Tout bonnement impossible...
-Je peux y arriver Jamie. Je le désire autant que toi. Chronos est une menace, et pas seulement pour les humains.
Il eut une sorte de geste, comme pour se tourner vers sa fille et Jamie sentit son coeur se fendre face au regard que lui dédia Melody.
-J'ai aussi trop de choses à perdre. Nous avons tous trop à perdre.
Il eut un mouvement de tête, comme pour demander confirmation et Jamie haussa les épaules.
-Pourquoi devrais-je vous croire?
-Melody t'as dis combien je suis puissant. Beaucoup plus que mes frères et soeurs. Et j'ai aussi beaucoup plus de volonté et de motivation qu'ils n'en auront jamais. Songes-y Jamie. Si nous allions nos forces, nous pouvons inverser la tendance. Je pourrais t'entrainer, bien plus efficacement que mes frères et soeurs doivent le faire sur l'Olympe! Si je parviens à te rendre invincible, tu pourras défier Chronos. Peut-être même gagner! Ou mourir en essayant. Comme tu le désires tant...
Au ton de sa voix, Jamie comprit que Poséidon doutait de son courage, à vouloir mourir, et Jamie manqua de hausser les épaules à nouveau.
-Voilà ma proposition, Cavalier. Si tu rejoins mes rangs, si tu rejoins ce qui semble être la rébellion de ce monde contre son extinction imminente, je t'entrainerais, je te formerais, je ferais mon possible pour te donner une chance de détruire Chronos et son règne. Je te promet aussi de mettre dès aujourd'hui les personne qui te sont chères sous protection. Et je te promet que si j'échoue à ta formation, ou que si après avoir vaincu Chronos, tu désires toujours mourir, alors je te promet de le faire.
Comme pour signer sa promesse, Poséidon inclina la tête, et Jamie eut soudain envie de croire ce petit 'et si' qui pulsait dans ses oreilles. Il venait de lui faire la promesse de le tuer. Il venait d'accéder à sa requête, sans qu'il s'agisse de ce qu'il avait espérer. Il venait de lui promettre un moyen de détruire Chronos. Peut-être. C'était... Ce n'était pas ce qu'il avait espérer. Mais... Malgré lui, Jamie senti son coeur se serrer. Il protégerait Robyn. Il protégerait Wilson. Il pourrait faire en sorte que l'on veille sur eux. Certes, vu comme il semblait veiller sur Melody cela ne semblait pas vraiment être sa plus grande qualité mais c'était déjà beaucoup mieux que ce qu'il pouvait leurs offrir. Ils seraient protéger. Peut-être même de lui.
-Si je... Si j'accepte. Si je vous rejoins. Est-ce que vous pouvez m'assurer que certaines personnes seront... Mises à l'abri? Peu importe ce qui arrive? Ce qui m'arrive?
Le Dieu hocha la tête et Jamie sauta sur l'occasion.
-Wilson Wallander, Robyn Candy, Calliope Lloyd-Webber. Promettez moi de tout mettre en oeuvre pour les protéger.
-Accordé.
-Très bien.
Une nouvelle fois, Jamie serra les poings avant de plonger dans le silence. C'était le mieux qu'il pouvait leur offrir. C'était.... C'était tout ce qu'il pouvait leur offrir. Alors si pour cela il fallait pactiser avec un ennemi... Les ennemis de mes ennemis sont mes amis, n'était-ce pas ce que l'on disait? Alors les ennemis de mon pire ennemi...
-D'accord. Je serais à votre service, dit-il avec amertume, tout en fixant son plan de travail.
Alea jacta es. C'était ce que Callio disait tout le temps.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Like a flower made iron

Bring me champagne when I'm thirsty and reefer when I want to get high. When I'm lonely bring my woman and set her right down here by my side. Well you know there shouldn't be no law, for people that wanna smoke a little dope. You know it's good for your head it will relax your body, don't you know. Well you know I'm gonna get so high, sho' nuff it's my way !

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7536-jamie-skyrunner-je-veu http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t25959-chevalier-servant-a-temps-plein#225393 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8333-tu-ne-te-doutes-pas-une-seconde-que-ton-histoire-pourrait-changer#67963

Connor Williams*



« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


Connor Williams*


╰☆╮ Avatar : Gerard Butler

Ѽ Conte(s) : Intrigue divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Arés/Mars

☞ Surnom : Arès
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1019


[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 _


Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Ven 25 Sep 2015 - 2:38


Le Testament de Poseidon

La vengeance est un plan qui se mange froid




Nous allions rentrés quand ... une énergie illimitée, invincible nous prit de part. Je la connaissais, je lui avais déjà fais face. Chronos et il était libre. Quelle journée de merde. Mais au final depuis le début tout cela n'était qu'une question de temps. Et apparemment Kida en était la clef. C'est triste à dire ... mais elle aurait du mourir. Mais le Titan Roi devait avoir plus d'un tour dans son sac titanesque. Au final c'était une bien belle vie que nous avions eu là et il restait toujours notre marché. J'avais peur, bien sûr. Sa seule présence nous avait cloués au sol mais nous n'y pouvions rien pour le moment. Il y avait aussi toujours une solution, si il n'y avait pas de solution alors ... il n'y avait pas de problème. Puis que ce soit par Poseidon, les Cavaliers ou Chronos au final mourir revenait au même. Ce qui m'inquiétait était que Neil le savait et qu'elle n'avait rien fait. Pourquoi était elle là ? Elle n'était au final qu'une gamine apeurée, en sachant juste trop. D'un haussement d'épaules proche de la résignation, je disparus après que Diane eut emmené à Olympe une Kida inconsciente.

J'avais confirmation, toutes les déesses magiques étaient en vie ainsi que Wilson. Une bonne nouvelle pour une si belle journée. Je me téléportais donc à mon Immeuble à New York prêt à embrasser Hippolyte qui souhaitait de plus en plus à retourner à Storybrook. Elle voulait faire la surprise à Artémis durant le prochain week end. Je l'acceptais et cela avait été des mois merveilleux en sa compagnie. J'étais fatigué et j'entrais donc dans notre appartement. Les lumières étaient éteintes mais je les rallumais aussitôt. Peut être dormait elle ... J'entrais dans sa chambre pour l'embrasser quand ... je la vis, allongée sur le sol, inerte. Je me précipitai vers elle, la tenant dans mes bras. Des lueurs bleutées se faisaient voir de partout, durant quelques secondes tout l’appartement en fut même ébloui. Mais rien n'y fit, je l'examinais ... Elle était morte ... Elle était morte, elle, ma fille ! Mes yeux se firent humides en même temps qu'ils brûlaient mes paupières, je tapotais la joue hâlée de mon unique fille en sanglotant :

Hippolyte ! Hippolyte ! Hippolyte !

Je criais à me rompre les poumons, la tristesse envahissant tout mon être. J'avais compris, je le savais dés que j'avais vu son corps au sol, mais l'information ne voulait pas entrer dans mon cerveau, la raison se bloquait. Je continuais à l'appeler, je la secouais ... Mais rien n'y fit. Je la gardais contre moi, tentant de réchauffer le cadavre de celle qui était ma fille. Aucun parent ne devait connaitre ce sentiment, c'est pour cela que je murais : je ne ferais plus jamais d'enfants. Les quelques secondes passèrent et je fis apparaître un cercueil. Un magnifique cercueil de chêne avec le symbole d'une lance en or par dessus. Je le savais mais je n'étais pas préparé.

Je m'étais levé, faisant quelques pas de recul. Elle était humaine, elle était fragile. J'avais pensé à ce qu'on appelait une attaque cardiaque mais maintenant que j'étais lucide ... Non ... Cette chambre puait, l'appartement puait, cette ville puait ... Une odeur infâme ... Je fronçais les sourcils, les narines retroussés quand je compris une nouvelle fois. Cette fois là à Paphos c'était la même odeur, ces hommes aux yeux enflammés ... le Dragon. Mon corps fut parcouru de spasmes, tout mon être tremblait y compris mon âme. Je me mouvais tel une marionnette, faisant quelques pas désaticulés. Mes larmes avaient disparue, d'abord un sourire discret puis plus large avant de mettre avant de rester impassible. Les yeux grands ouverts, je me mis à rire. Un fou rire des plus nerveux alors que je parlais sur un ton digne de Joker dans Batman :

Ahahahahaha le Dragon ... Je vois ...

Je souriais puis faisait de nouveau disparaître toute émotion sur mon visage. Seule la haine transparaissait. Hippolyte fut conduite à l’hôpital, non autopsiée. Son enterrement était prévue dans un mois à Storybrook. Je fis passer le message à Diane d'abord puis au reste de ma fille avant de faire disparaître ma présence.

Je resta d'abord toute la nuit durant ... je dis disparaître tout ce qui existait dans l'appartement. La moitié fut brûlée, l'autre moitié apportée à mon domaine. Je restais allongé, à l'endroit où j'avais retrouvée le corps de ma fille. Au levée du jour je connaissais son odeur par cœur. Je ne m'étais pas changé, je n'avais pas dormi. A peine l'astre d'Apollon était il apparu que j'avais disparu.

Me voilà seul, sur un trône d’ébène à Fort Noir. Les collines rougeâtres me font face, le regard perdu et cerné mes trois dernières jarres de sable noir devant moi me font face, me jugent, elle se moquent de moi ! Diverses créatures me regardent certaines terrifiés, d'autres inquiètes. Mais toutes disparaissent du château lorsque je leur fais signe. Une traînée de sable noir se mouvait devant moi ... J'ai le teint pâle et les yeux assombris par la haine qui m'habite. J'hurle la mort de ma fille en éjectant l'étrange matériau mais celui-ci explose. M'éjectant de plusieurs dizaines de mètres et explosant la façade en brique sombre. Le château se régénère aussi rapidement que mon enveloppe alors que je souris, une peinture d'Hippolyte apparaissant à son tour sur le mur à l'instant détruit ... Je ne regardais pas autour de moi, mon esprit, mes yeux étaient ailleurs ... Ils cherchaient tandis que j'expérimentais certaines choses avec ce que j'avais en ma possession.

J'avais récupéré l'Epée lorsque j'avais vu le corps de feu ma fille, j'étais seul et j'étais en guerre. Je tuerais, détruirais le Dragon. Il ne pouvait se cacher plus longtemps ... J'étais certes à mon domaine mais je pouvais sentir sa puanteur ...

Quelques jours plus tard, en Australie ...


Le soleil tapait fort. Je ne savais pas vraiment exactement où j'allais, je ne faisais que suivre cette aura abominable, écœurante. L'Australie était un de mes pays préféré et cela me faisais presque vomir de savoir une de ces ordures foulant ce sol, mon sol. Ils allaient tous payer, ils seraient détruits l'un après l'autre. Je les trouverais, je les tuerais. Ce n'était pas une menace mais une promesse, faite envers moi même mais aussi envers l’âme d'Hippolyte. Il(s) l'avai(en)t tué ! Ces ordures ! Ces chiens ! Je trouverais le Dragon et il me suppliera de le tuer mais je lui ferais connaître la pire des douleurs et ce pour l'éternité. Cela mon spectacle préféré. Il apprendra à me craindre. Je ne m'étais pas vraiment penché sur lui, l'oubliant peu à peu mais il était allé trop loin. Il l'avait réveillé, le Dieu de la Guerre était de retour et il était furieux, assoiffé de sang. Seule ma vengeance m'importait, plus rien n'existait.

Je portais un long manteau en cuir, me faufilant dans la foule. J'étais invisible, imperceptible, une ombre, un fantôme. La foule me bousculait mais je ne répondais pas, avançant les yeux vers l'horizon. Il n'était plus très loin, il ne savait pas que la Mort s'approchait à grand pas. Ce n'était pas assez puissant pour être le Dragon mais assez perceptible pour être ressenti, assez fort pour se distinguer des hommes aux yeux enflammés.

Je pars à l'extrémité de la ville avant de finir devant un entrepôt. Mes mains tremblent, ma victime est ici. Mon corps ne peut résister à la haine et l'excitation qui m'anime. Mes bottes claquent contre le sol alors qu'un homme, assez âgé me fait face seul. Je suis méconnaissable avec la tête que je porte en plus de ma présence caché. Il me demande ou m'ordonne de partir. Je lui souris prenant une voix amusé :

Je ne crois pas non.

Je souris avant de m'approcher vers lui, les yeux le menaçant. Mon regard et mes yeux en disent assez sur mes attentions, il ne me reconnait pas. J'ai l'air d'un vieux junkie aussi me prend il pour un simple humain. Je tremble encore, mes jambes menaçant de s'écrouler à chacun de mes pas. Ses yeux se mettent ensuite à s'allumer avant que la veste de ma manche ne se mette à prendre feu. Je garde mon calme alors que le feu commence à dévorer la chaire de mon bras. J'y jette un bref coup d'oeil puis les flammes disparaissent avant que ma veste ne se recoude seule. Le prêtre est surpris, affolé. Le voilà immoblisé, à ma merci. Je me léche les babines, m'approchant de lui à la manière d'un serpent. Ses yeux s'éteignent, il ne fait pas le poids et le sait. Il ne peut qu'attendre la mort comme l'a fais ma fille ! Mes sourcils se froncent alors que je pose ma main sur son crâne, scrutant le moindre de ses souvenirs. Je lui fais ensuite face, tout sourire avant de caresser le peu de cheveux qu'il lui reste. Il attends que je le tue. Je deviens gentil et daigne lui accorder ce qu'il demande.

Le poing gauche depuis le commencement serré, j'ouvre peu à peu la paume y faisant voir un grain de sable noir. Je souffle dessus et celui se loge dans la bouche de ma victime, surprise. Je lui tourne le dos alors qu'après quelques pas, une explosion se fait sentir. Pulverisé, désintégré. Il ne reste qu'une flaque flasque et rougeâtre sur le sol alors que tout ce qui nous entoure se met à exploser, tandis qu'une inscription se forme à l'aide du sang, sur le sol. On peut y lire visiblement : "Je te trouverais :) "

Suite à cela je disparais. Les jours se suivent dans mon domaine et je continue ce que je cherche à faire. Le sable pourrait peut être me servir d'autres manières ?

Une semaine plus tard, Storybrook.


Ma croisade, ma guerre, ma chasse continuait. Mais il me fallait une planque, une endroit où dormir. Je tenais à peine debout, avançant avec peine vers la porte. Je lençais un regard hagard aux alentours, personne. Un des seul endroits en lesquels j'avais confiance. Soulevant mes muscles avec difficulté, je frappais à la porte. La personne à qui appartenait la maison ouvrit avant de la fermer derrière elle. Me faisant face, le regard perdu j'osais de commencer la conversation, une vois assez faible :

Puis je rester ici ?

La personne prit la parole en même temps :

Ca vous arrive souvent, d'embrasser une femme, et de ne plus donner de nouvelles pendant un an ?

Je ne répondis pas alors qu'elleme jaugeait avant de m'ouvrir la porte en soupirant :

Oublions cela, ce n'est pas très important.

Nous entrâmes tout les deux alors que devant le portail on trouvait une boite aux lettres écrit " April King ".



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           
My names means destruction, deaths ...  I can't be stopped !
“”

Chronos



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Chronos


╰☆╮ Avatar : Sean Penn

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine ღ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Chronos... le Titan !

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 25 Sep 2015 - 12:35

Post générique du "Testament de Poséidon"

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 718814poseidon1banpromo


    Il y a très longtemps...

    « Après avoir passé tant d'années à créer la vie, on en oublie que la mort existe. Mais on a fait ce qu'on pouvait, il ne reste plus qu'à laisser aux autres le soin de poursuivre ce qui a été accompli. On a fait ça pour eux. »

    J'avais détruit les Bâtisseurs. Ils gisaient tous autour de moi et mon poing s'était écrasé contre le Maître des lieux. Pendant près d'un milliard d'années, ils avaient oeuvrés pour l'Empire Titanesque, créant le nouvel âge d'or. Mais ils avaient commis une erreur. Une seule et unique erreur qui leur avait été fatale.

    Je sentais le regard de Jamie sur moi. J'avais le genou à terre, les poings serrés reposant contre le sol. Je tentais de canaliser toute ma colère, ma haine envers ces êtres et envers moi même. Tout aurait dû marcher comme je l'avais décidé. Rien avait été laissé au hasard et pourtant tout avait basculé.

    Des bruits de pas précipités nous arrivaient aux oreils. Elle venait d'entrer dans la pièce, son armure rouge et or recouvrant son corps. Lui aussi était là. C'était sans doute celui qui comprendrait le mieux ce que j'avais fait et pourquoi je l'avais fait. Je m'étais relevé tandis qu'elle s'était mise à parler et que je sentais sa voix tremblante. Puis, je m'étais tourné vers elle, même si affronter son regard me semblait terriblement douloureux.

    "Pourquoi ? POURQUOI ?" avait-elle hurlée à mon encontre avant d'avancer les poings serrés elle aussi. Jamie s'était interposé, comme il le faisait toujours, même si je n'avais pas besoin d'être protégé.

    "Tu n'aurais jamais dû ! Ils ne sont pas responsables de tes erreurs !!"

    Pour simple réponse, je m'étais contenté d'observer Wilson qui se tenait juste à côté d'elle. Je voyais à ses yeux humides qu'on avait tous les deux perdus quelque chose de précieux et que lui aussi était en colère.

    "Si j'avais su je ne l'aurai pas envoyée là bas... Avant de reconstruire, je devais les venger. Tu me comprends, n'est ce pas ? Ils ont payés pour leurs actes. Ils ont payés pour ce qu'ils nous ont fait."

    Chaque parole que je prononçais devait être comme un coup de poignard pour mon vieil ami. Mais je savais qu'il m'écouterait, qu'il me ferait confiance, qu'il savait que tout ceci n'était pas de ma faute.

    "Je consacrerai tout mon temps à les faire revenir, tu as ma parole, Wilson." avais-je dit en m'approchant de lui.

    "Plus de peine, plus de chagrin, plus de larmes, juste la vie comme elle devrait être avec ceux qu'on aime, ceux qui nous sont chers."

    Ma main était venue se poser sur l'épaule du jeune homme. Je sentais sa peine et elle m'atteignait en plein coeur, mais on partageait le même chagrin. Ensemble on allait être beaucoup plus fort pour supporter la douleur en attendant de les faire revenir. Je m'étais reculé, les contemplant à tour de rôle.

    "Je tiens à vous quatre plus qu'à n'importe lequel d'entre eux. Perdre l'un d'entre vous, revient à perdre une partie de moi même."

    J'avais regardé une nouvelle fois vers Wilson qui était sans doute celui qui avait le plus de mal à s'en remettre, ce qui était compréhensible. Puis j'avais été interrompu par Neil une nouvelle fois.

    "Je ne peux pas te laisser faire ! Vous ne pouvez pas accepter cela..." avait-elle finie par murmurer aux siens. J'avais levé la tête vers elle, observant son chagrin se dessiner sur son visage. Elle souffrait elle aussi et j'aurai voulu l'aider, mais elle ne comprenait pas, elle n'acceptait pas ce que je proposais, ce qui était le mieux pour nous tous.

    "Je souffre tout autant que vous, mais on ne peut pas aller contre notre mère à tous. On ne peut pas tenter le diable ! Aussi difficile que ce soit, on doit surmonter ensemble cette épreuve et oeuvrer pour le mieux."

    Elle avait tournée la tête vers mes cavaliers, les yeux humides, la voix qui tremblait, mais elle semblait si sûre d'elle, si forte. Pour la première fois, j'avais ressentis une certaine crainte face à quelqu'un.

    "Je tenais beaucoup à Eve, tout comme à Robyn. Je tenais beaucoup à chacun de ceux qu'on a perdu, mais elles n'auraient jamais voulu qu'on prenne autant de risques et qu'on finisse par tout perdre, tout sacrifier..."

    Neil s'était approchée de Wilson et elle avait posée ses mains sur ses épaules, tentant de le convaincre de se tourner contre moi, de choisir l'autre camps.

    "Elle aimait la nature plus que tout. Elle trouvait chaque plante, chaque arbre, magnifique. Elle avait foi en toi, plus qu'en n'importe qui d'autre."

    Puis, elle avait fait les pas qui la séparait de Jamie et elle avait posée sa main sur son bras.

    "Ne te laisse pas avoir encore une fois..."

    Quand elle s'était tournée vers moi, je m'étais demandé si tout ceci avait un sens, si ce qu'on allait accomplir marcherait. Mais quel qu'en était l'issue, je n'avais pas le choix. Je devais prendre le risque et elle lisait dans mon regard que j'étais décidé et qu'elle n'arriverait pas à me faire changer d'avis, quoi qu'elle ferait ou dirait.

    "Tu vas salir leurs mémoires. Leur existence n'aura eu aucun sens. Je ne te laisserai par leur faire ça. Je ferai tout ce que je pourrais, mais je ne te laisserai pas faire !"

    J'avais beau voir les larmes couler le long de ses joues, je ne ressentais rien. Elle pleurait autant qu'on avait tous pleuré. Elle avait perdue autant que nous, mais je lui pardonnerai de ne pas m'avoir suivi aujourd'hui. Car elle était encore jeune et elle n'avait pas idée de ce qu'elle faisait.

    Une fois qu'elle avait quittée les lieux, j'avais hésité un petit instant avant de tourner la tête en direction de Jamie. Il était le plus fort de mes cavaliers, le plus fidèle, le plus dévoué. Il avait autant à y gagner que moi dans tout ça. Je savais que je pourrai lui faire confiance.

    "Aujourd'hui, est un nouveau jour..."

    Le décors avait changé. On se trouvait désormais devant la forteresse d'Olympe, plusieurs millions d'années plus tard. Le temps n'avait pas de secret pour moi. Je contemplais le temple de Zeus avant de poser mon regard sur Jamie.

    "Tu connais leurs faiblesses. Tu as tout appris d'eux. Tu es le plus apte à accomplir cette mission."

    J'avais vue le regard de Wilson se poser sur moi. Il ne comprenait pas encore pourquoi je faisais cela, mais ça viendra avec le temps.

    "Ils vont tout faire pour nous stopper. Ils la suivront. Ils l'écouteront. Ils se rassembleront... Si ils y arrivent, tous nos efforts auront été en vain et nous ne pourrons plus jamais retrouver les nôtres. Tu dois les arrêter coûte que coûte. A commencer par elle..."

    Je regardais la Cité majestueuse où j'avais jadis siégé, avant de fermer les yeux quelques instants. Un énorme tourbillon s'était créé tout autour d'elle et un vortex avait pris forme au dessus de nos têtes, bien haut dans le ciel, utilisant la Cité d'Olympe comme énergie vivante pour le maintenir en place.

    "Wilson... elle doit venir au monde, mais elle ne devra pas grandir avec eux. Tu me l'amèneras. Quand à toi Jamie... tu sais que nous avons besoin de chacun d'entre eux. Libère les tous, mais divise les. Montre leur ce que tu souhaites leur montrer, change leur vision des choses et créé un lien avec ici. Le vortex s'ouvrira à leur époque et nous changeront le futur. Je compte sur vous deux..."

    Une fois tous les deux partit, je m'étais assis par terre, fermant les yeux. Je tentais de voyager dans le temps, me rendre à leur époque, préparant le terrain pour leur venue. Le haut d'un immeuble pour créer le premier, celui d'un autre pour créer le second. Un petit bond dans le présent pour régler les derniers détails et ils étaient arrivés... Je les avais enclenchés, faisant apparaître un cheval devant eux, avant de revenir ici et d'attendre pour voir quel héritage ils allaient me laisser.




A suivre dans...

Les Cavaliers de l'Apocalypse
(déjà réalisé sur le forum)

Et prochainement dans...
Les Plaines de Vigrid !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 2cit

Contenu sponsorisé








[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43 - Page 13 _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 13 sur 13
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

[Fe] Le Testament de Poséidon - Evénement #43





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Les mondes spéciaux :: ➹ Olympe d'Amour