Magic
League 3

de Dyson

MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


14.11.18
Disney Rpg


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League, chapitre III ☆ Evénement #98
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : septembre 2018
« La Chute des Héros ! »

Partagez | .
 

 I need answers ▼ Regina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Stanford Pines


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Harrison Ford

Ѽ Conte(s) : Gravity Falls
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : the author of the journals !

✓ Métier : Investigateur et grand scientifique


☞ Surnom : Sixer / Ash'
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 287
✯ Les étoiles : 1710




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Jeu 4 Oct 2018 - 19:07





I need answers
Ft. Regina


Après la levée de la malédiction, je passai une des nuits les plus longues de toute mon existence, moi qui pensais pourtant en avoir vécu de bien pire à Gravity Falls avec un démon qui hantait mon esprit ou bien encore dans d'autres dimensions, entourées de créatures qui ne me permettaient pas de fermer l'œil une seconde. Chacune de ces nuits avait sa petite particularité et celle que je venais de vivre sembla être la plus... frustrante. J'étais tombé malade les premières heures qui suivirent le retour de mes souvenirs, passant la soirée avec des maux de ventre et de tête atroces. Mon cerveau dû assimiler deux vies opposées et pourtant similaires que ma réflexion ne s'empêcha d'analyser. J'étais perdu et avec tant de questions que je passai la nuit à les écrire, remettre en ordre mes idées, celles de Ford - mon autre identité - ses souvenirs et les miens... J'avais l'impression d'être atteint d'un trouble dissociatif de l'identité. Le bureau de notre père fût ravagé de papiers, de notes et de recherches sans quoi je ne pouvais m'organiser. Il y avait beaucoup trop d'informations dans ma tête et je ne savais comment les prendre. Qu'est-ce que je devais en faire ? L'accepter ? Non, ce n'était pas digne d'un savant. Un savant recherche la cause de l'effet. Il se demande "comment" puis il répond à la question. C'était ainsi que je procédais mais des pièces manquantes faisaient obstacles à mes recherches. J'avais besoin d'une aide extérieure et cette personne figurait justement la cause de tous les problèmes... Regina Mills.

Dans un autre monde, elle serait la Méchante Reine du conte des frères Grimm, celle qui aurait jalousement empoisonné sa belle-fille car décrétée plus jolie selon un miroir magique. Je dus me renseigner sur le conte en lui-même mais je savais déjà que, finissant par jeter une malédiction, l'histoire n'était pas exactement similaire à l'originelle. Quelque chose différait et nous embarqua nous tous, les personnages des autres dimensions mondes, à Storybrooke. Était-ce une histoire de vengeance ? D'amour ? De jalousie ? L'identité maudite en moi cherchait déjà à rassembler les pièces de cette femme tandis que pour ma part, j'essayais de scientifiquement comprendre comment j'avais pu être transporté ici... Et comment je pouvais repartir. Pire qu'une simple volonté, j'avais besoin de réponses et cela même s'il fallait escalader la façade blanche comme neige (le jeu de mot est involontaire) de la demeure du Maire pour me faire entendre. C'était une fois le soleil levé que je me tentai à aborder Regina, seulement je remarquai bien vite que la moitié de la ville faisait déjà la révolte devant chez elle. J'aurais du m'en douter, forcément. Après tout, je n'étais pas le seul à avoir subitement récupéré la mémoire et la ville semblait bien remontée sans que je n'eus besoin d'y ajouter ma part. À l'écart, derrière un arbre, je compris que je n'allais pas pouvoir atteindre la reine de cette manière et en un sens, je me disais que ce n'était pas plus mal. Moi-même, j'avais passé une nuit abominable et sous l'effet de la colère, j'aurais pu me joindre à la bande révoltée sur le seuil si je n'avais pas moi-même compris ce que ça pouvait être à l'intérieur de la maison... Se sentir haï, rejeté. Cette simple idée calma mes nerfs en un temps record et je fis demi-tour vers la boutique de Stanley.

J'attendis deux, trois puis finalement quatre jours avant de retourner chez le maire pour trouver réponses à mes questions. J'étais certes plus reposé que la première nuit, mais la simple idée d'avoir deux vies dans la tête, moi qui divisait déjà la première en une bonne dizaine, hantait chacune de mes pensées qui ne semblait plus être les miennes, désormais. C'est une drôle d'impression et je pense que seul un Storybrookien peut la comprendre. J'étais perdu mais heureusement, encore déterminé. C'est sous cet esprit-là que je contournai le grand bâtiment dans le froid de l'hiver et que j'atteignais la terrasse. Il était aux alentours de 20h que la nuit tomba déjà, cachée sous d'épais nuage gris. J'étais vêtu de mon fidèle épais et long manteau marron qui me suivait toujours depuis avoir été abandonné par ma fausse famille... Disons simplement depuis que je suis dans ce monde. Je préférais celui que j'avais à Gravity Falls - il avait plus de poches - mais qu'importait sur le moment puisque c'est désarmé que j'arrivais à la porte de derrière. La dernière fois, je souhaitais résoudre une enquête impossible entre l'antiquaire et le maire sans même comprendre que le véritable problème était bien plus grand et important que je n'aurais pu le croire. Je ne ferais pas deux fois la même erreur.

Appuyant doucement sur la poignée, je ne la sentis pas résister et ouvris étonnement la porte comme si j'entrais dans ma propre maison. Avec le monde qui était venu la dernière fois, je savais que je n'étais pas le premier à avoir tenté d'atteindre la terrasse. Pour preuve, un rosier se trouvant dans le périmètre avait été coupé de manière sauvage et brutale. Je remarquais les tiges froissées, parfois cassées, mais aucunes ne gisaient pour autant par terre. Il n'y avait plus de traces des roses... Regina Mills était donc venue récemment ici pour récolter les dégâts ? Sortant et entrant par la porte que je venais de franchir, elle n'avait pas du utiliser le verrou par simple oubli ou parce que les visites se firent de moins en moins fréquentes entre temps. Je crois me rappeler qu'Emma Swan, la shérif mais aussi une certaine Sauveuse sur laquelle je dois également porter mon attention, avait demandé aux habitants de ne pas se laisser aller à la haine et au mépris qui ne menait nul part. Si mes hypothèses étaient correctes, alors Regina ne redoutait plus d'invité surprise... Jusqu'à maintenant.

Alors que je balayai la pièce du regard, la porte se claqua violemment après un coup de vent que je ne contrôlai pas. J'entendis des talons frappaient sous des bruits sourds les marches d'un escaliers menant à l'entrée principale, avant d'arriver jusqu'à moi. Regina Mills me trouva contre un mur, mains plongées au fond de mes poches, le regard qui croisa le sien. J'étais expressivement neutre même si au fond de moi, mon pouls se faisait plus rapide. Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait face au danger, plongé dans mon laboratoire à me droguer comme si la terre avait arrêté de tourner.

"Madame le Maire." Articulais-je simplement en premier approche.

"Avant que vous ne disiez quoique ce soit, sachez que je ne suis pas là pour vous insulter ou vous critiquer. Ce n'est pas l'objectif de ma venue et si vous me laissez le temps de m'expliquer je suis certain que vous ne verrez pas en moi la menace que je peux sembler être."

J'avançais de deux pas dans sa direction sans la quitter une seule seconde des yeux. À le croire ou non, je n'avais jamais approché cette femme durant ma période d'amnésie même si je connaissais très bien ses cheveux d'ébènes, son regard noir et pourtant si glacial, ses sourcils froncés lorsqu'elle est déçue de quelque chose - ou de quelqu'un - et sa posture toujours si royale qu'on a l'impression d'être affreusement inférieur à ses côtés.

"Mon nom est Stanford Pines. Vous ne m'avez sans doute que peu vu en ville, ça se comprendrait... Je ne suis pas de ceux qui sortent énormément pour se montrer. Mais si je suis là aujourd'hui, c'est... Je baissai un instant le regard. Et bien, vous devez sûrement l'avoir déjà deviné. Je le remontai, d'un fin sourire qui demandait compassion à peine perceptible. Je souhaite comprendre ce qu'il s'est passé. Et cela, seule vous en avez la réponse."



codage by jacks ღ


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
The war is over
It's us. ○ Yes, we're back again, here to see you through till the days end. And if the night comes... And the night will come. Well, at least, the war is over.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79365-ne-faites-confiance-a http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79451-o-il-y-a-peu-d-amis-sur-lesquels-je-peux-compter-o-stanford-pines#963477 En ligne
 Page 1 sur 1

I need answers ▼ Regina





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Manoir Mills