Tout en d'Oh
Par Regina



Hell's War
Par Dyson



Hunger Games
Par Jean-B.









« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment :
eBay : Remise de 5 euros dès 15 euros ...
Voir le deal


٩(͡๏̯͡๏)۶ Evénement #122 : Puisse le sort vous être favorable
☆ Validité : mars 2020 - une mission de Jean Batlhazar Trapp

Partagez
 

 If our love is tragedy, why are you my remedy? (marichat)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Adrien Agreste



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Adrien Agreste


╰☆╮ Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

Ѽ Conte(s) : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

✓ Métier : éтυ∂ιαит єи ¢ιиéмα
If our love is tragedy, why are you my remedy? (marichat) - Page 2 M1ah

☞ Surnom : ¢нαт, ¢нαтσи
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 249
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

If our love is tragedy, why are you my remedy? (marichat) - Page 2 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 12 Jan 2020 - 16:24

If our love is tragedy, why are you my remedy?
If our love is insanity, why are you my clarity?


Chat Noir ne pensait pas que Marinette ramènerait autant de choses à manger. Il se sentait soudainement mal d'avoir demander ça sur un ton aussi... plaisanteur ? Il ressentait presque le besoin de s'excuser aurprés d'elle et de ses parents mais ça c'était une mauvaise idée. Si son père voyait le matou dans la chambre de sa fille, le blond allait passer un mauvais quart d'heure. Alors il se contenta juste d'afficher un petit sourire tout en restant sagement à sa place. Il aida juste l'étudiante à poser le plateau sur la petite table avant de ranger correctement les plans de Marinette. Plusieurs idées de vêtements qu'elle avait dessiné sur papier. Il mourait d'envie de les prendre en photo pour les montrer à son père mais il se retenait afin de ne pas éveiller les soupçons. C'était ça la vie de super-héros. En temps que Adrien il pourrait peut être aider Marinette à assumer son talent de créatrice parce qu'elle en avait vraiment, il n'y avait pas à dire. Le blond n'était pas un pro dans ce domaine, son père l'était. Mais pour avoir vu son père travailler quand il était petit, il pouvait déjà dire que Marinette avait énormément de talent. Faire le mannequin pour ses créations ne le dérangerait pas du tout, au contraire. Il pourrait passer plus de temps avec elle comme ça. Enfin... Qu'est ce qu'il disait. C'était une amie... Oui Marinette était une amie.

Il se racla nerveusement la gorge avant de s'asseoir sur les coussins que la jeune femme avait posé prêt de la table. Le héros fixa un moment le plateau de pâtisserie ne sachant pas par quoi commencer. Tout semblait délicieux, après tout la boulangerie de ses parents était la meilleure de Storybrooke ! Chat Noir opta pour une petite chouquette pour commencer doucement et sagement. Il devait écouter les soucis de Marinette après tout et qui aurait su que cela lui ferait le plus grand bien d'oublier son mal-être pour se concentrer sur Marinette. Enfin oublier était peut-être un grand mot. Le héros se posait tout simplement des questions, devrait-il pas abandonner avec Ladybug ? Le chat s'était dit qu'avec le temps la coccinelle finirait par accepter ses sentiments mais cela faisait déjà tellement d'années qu'il courait après elle sans réponse positive de sa part. Elle en allait même à éviter les rendez-vous qu'il lui donnait. Comme celui de ce soir. Il serait peut-être temps pour le chat de rentrer ses griffes et de simplement se concentrer sur la survie de la vie et sur la Papillon. Ses pensées se coupèrent immédiatement quand Marinette prononça les mots ''fille facile''. Le matou haussa les sourcils presque choqué parce qu'elle venait de dire. Il secoua négativement la tête avant de poser sa main sur celle de Marinette. Elle avait posé sa main sur la joue de Chat Noir, ces gestes doux et amicaux qu'ils aimaient recevoir de temps en temps.

« Femme facile ? Ça va pas Marinette. Je ne penserais jamais ça de toi. C'est pas un mal de chercher le bonheur et l'amour. Tu sors pas avec quatre mecs en même temps à ce que je sache ? » Il retroussa son nez pour montrer son mécontentement avant de retrouver son calme. « On dit que la souffrance est important. Elle a sa place dans notre vie. Elle forge notre caractère et parfois grâce à cette souffrance tu tomberas sur un meilleur destin. » Il tapota son index sur sa lèvre inférieur montrant qu'il était en train de réfléchir à un exemple. « Oui, regarde par exemple. Adrien t'a fait souffrir et moi c'est Ladybug. A cause de cette souffrance on se rencontre souvent, tu ne trouves pas ? Et on est devenue de bons amis ! »

Il afficha un immense sourire, fier de lui. Il avait réussi à trouver le parfait exemple. C'était sa mère qui lui avait appris que toutes souffrances avaient sa place dans ce bas monde. Que la souffrance permettait à l'être humain d'avancer et de s'adapter. Le blond pensait surtout à sa mort, à la souffrance que sa mort avait apporté. Cette souffrance était telle bénéfique pour sa vie et celle de son père ? Il ne pensait pas. La preuve, Grabriel Agreste ne sortait plus de son bureau. Chat Noir espérait juste ne pas dire de bêtises à la pauvre Marinette qui semblait maintenant aller un peu mieux. Le héros mangea alors un macaron au chocolat avant de pousser un petit soupir quand Marinette parla de Ladybug. Une moue reprit place sur son visage alors qu'il fixait longuement son reflet dans le thé qu'il avait dans sa tasse.

« Je n'en veux pas à Ladybug... » murmura t-il timidement. « A vrai dire, je m'en veux à moi. C'est ridicule mais je n'arrive pas à être en colère contre elle. Je vais être froid et distant avec elle mais ça ne durera pas. Ça ne doit pas être facile de se faire harceler tous les jours par ton partenaire. Je sais qu'elle en aime un autre. Tu vas voir c'est la première chose qu'elle me dira. »

Chat Noir baissa son visage, restant silencieux un long moment. Faire face à la vérité ne lui plaisait pas vraiment. Être personne pour ses proches lui faisait affreusement peur. Oui, il avait peur du jour ou Ladybug lui fera clairement comprendre qu'elle en avait marre de son comportement.

« J'ai peur, Marinette. »

Ce fût les seuls mots qui sortit de la bouche du matou. Mais malgré sa père, il était prêt à faire des efforts. Après tout, Marinette en faisait bien pour lui. Il bût alors calmement son thé, essayant de manger ce qu'il pouvait tandis que Marinette parlait de ses journées à l'école de mode. Quand son thé se termina et que les pâtisseries furent pratiquement toutes mangés, Chat Noir fixa un moment Marinette. La jeune femme lui fît comprendre que c'était le moment d'affronter son destin. Elle n'avait pas tort, il devait le faire. Le chat se leva difficilement avant de venir embrasser tendrement le front de son ami tout en la serrant des bras.

« Bonne nuit, Marinette. Courage et surtout ne l'oublie pas. Tu es forte et si besoin je serais sur les toits la nuit ! »


Il fit un petit clin d'oeil à la jeune femme et partit rapidement de sa chambre. Chat Noir avait peur mais dans un sens, il se sentait presque excité de pouvoir voir sa Lady ce soir. Cela ne faisait pas si longtemps que ça. Peut-être deux jours qu'ils ne s'étaient pas vu mais quand même. Le héros bondissait de toit en toit avant d’atterrir sur celui du lieu de rendez-vous. Ladybug était déjà là, dos à lui. Elle se tenait fièrement et semblait contempler le travail de Chat Noir avec des étoiles dans les yeux. Elle était si belle sous les rayons de la lune. Mais le jeune homme n'allait pas sortir de phrase de drague cette fois-ci, il se contenta de l'observer en silence avant de se rapprocher doucement d'elle. Il enroula ses bras autour de la taille de la jeune femme avant d'enfouir son visage dans le dos de Ladybug tout en fermant les yeux.

« Tu es là. Tu es vraiment là... Je pensais que tu m'avais posé un lapin. »


Chat Noir resta immobile contre le dos de sa coéquipière. Elle ne semblait pas se débattre alors il en profita un maximum.

« Je sais ce que tu vas me dire sur tes sentiments, tu l'as dit tellement de fois. Alors ne dis rien pour le moment. Juste quelques secondes de plus et après tu pourras me dire que tu aimes un autre garçon. »


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
- -you're stuck in my head and i can't get you out of it and i wanna hold you

Marinette Dupain-Cheng



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Marinette Dupain-Cheng


╰☆╮ Avatar : Lee Ji Eun (IU)

Ѽ Conte(s) : Miraculous Ladubug: les aventures de Ladybug et Chat Noir
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Ladybug

✓ Métier : Etudiante en stylisme
If our love is tragedy, why are you my remedy? (marichat) - Page 2 M1ah

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 151
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

If our love is tragedy, why are you my remedy? (marichat) - Page 2 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 29 Fév 2020 - 10:02





I only love you, when you don't love me

So why do you love me ?



Marinette ria face à la réaction de Chat Noir. Il avait sans doute raison, elle ne sortait pas avec les deux mais... il lui arrivait de se dire qu'elle jouait avec les sentiments des autres, tout comme les siens. Il était fascinant de voir à quel point le héros masqué pouvait être positif dans sa vision de la vie. C'est vrai, la souffrance était peut être simplement un mal pour bien. Une expérience de vie pour mieux se reconstruire et tourner la page.

Respirant l'odeur du thé, la jeune femme laissé répondre le blond en face d'elle. Elle s'en voulait toujours un peu de ne pas être apparu auprès de lui comme Ladybug. Pourtant, il savait au fond de lui ce qu'elle lui dirait déjà et c'est exactement ce qu'elle aurait fait. Mais quelque part, le voir ainsi abattu à cause d'elle lui faisait mal au coeur. Elle n'avait pas envie de le voir ainsi. De lui faire ressentir cette même souffrance. Lui qui était si confiant et enjoué, elle lui enlevait toute la gaieté du personnage qu'il était. Elle ne le méritait sans doute pas. Une fois encore, elle posa sa main sur celle du héros et lui afficha un sourire compatissant. Il avait peur, elle aussi. Elle savait qu'elle devait faire en sorte d'aller ce soir en tant que Ladybug. Elle espérait juste que ce ne soit pas la parole de trop envers lui.

Essayant de changer de sujet avant de le laisser repartir, elle lui raconta ses journées, tout ce qu'il y avait de plus banal. Mais au moins, les deux pouvaient penser, l'espace de quelques minutes, à autre chose que leur déception amoureuse. Malheureusement, pour eux deux, l'heure fatidique approchait, elle ne pouvait pas le laisser dans le flou encore plus longtemps. Elle avait besoin de s'expliquer avec lui. Mais en temps que Ladybug seulement. Et pour ce faire, Chat Noir devait quitter sa chambre. Il ne devait nullement connaître son identité. De plus, après toutes ces confessions, il risquerait de mal le prendre s'il découvrait la vérité à cet instant. Alors gentiment, elle lui intima qu'il était temps de partir et de faire face à l'héroïne. Sans se douter de rien, il posa un baiser sur son front pour la saluer, l'enlaçant par la même occasion.

- Merci pour cette soirée Chat Noir. Je n'oublierais pas tout ce que tu m'as appris. Bon courage avec Ladybug.


Repartant presque sans un bruit, la silhouette du héros masqué s’atténua dans la nuit. Sans attendre plus longtemps, Marinette se dirigea vers son lit où se reposait discrètement sa coccinelle.

- Tikki. Il est temps pour moi d'assumer mes actes.
- Tu penses faire le bon choix Marinette ?
- Je ne sais pas. Mais je n'ai pas le droit de le laisser ainsi.
- Alors je te suivrais.
- Tikki ! Transforme moi ! Cria simplement l'asiatique en signe de remerciement.

Sans perdre un instant, Ladybug se lança à toute vitesse en direction du lieu de rendez-vous. Prenant des raccourcis dans la pénombre, elle fut soulagée l'espace d'un instant d'arriver avant lui. S'essayant sur la rambarde, elle fit mine de fixer ce qu'il avait mis en place. Comme ci elle l'avait attendu là une partie de la soirée.

Décidant finalement de se rapprocher de ce qu'il avait préparé, elle se tint droite, immobile face à ce qu'il avait préparé. Elle avait beau voir cet endroit pour la seconde fois, elle le trouvait toujours aussi beau et romantique. Elle n'était certes, pas la fille qui donnerait son coeur à Chat Noir, mais il avait le sens de la mise en scène. Elle était sûre que la personne qui serait avec lui sera comblée. Au bout de quelques minutes, elle sentit deux bras se poser autour de sa taille. Sans une once de doute, elle se laissa faire, reconnaissant là, la voix de Chat Noir. Elle s'interdit un instant, de le repousser, prenant cela comme un échange de son "absence". Après la soirée qu'ils avaient mené, elle pouvait bien rester cinq minutes à ne rien faire sous le contact de son allié. Cela était même loin de la répugner, elle trouver son contact agréable et tout aussi réconfortant.

Se dégageant finalement de son emprise, elle se retourna vers lui et planta ses yeux bleus dans les yeux verts du jeune homme.

- Ce que tu as préparé ce soir est magnifique Chat Noir. Je suis... désolée de ne pas être venue. Je connaissais pleinement tes sentiments et je n'ai pas fait l'effort de les respecter. Je te prie de m'excuser pour ça. Tu sais déjà ce que je vais te dire alors je n'ai rien à ajouter. Sauf si ce n'est qu'un simple merci. Merci de m'avoir aimé, et de m'aimer encore même si je ne peux répondre à tes sentiments. Celle qui aura Chat Noir comme amant, sera certainement très heureuse. Déclara-t-elle en posant une main sur son torse. Je t'ai aperçu avec Marinette plus tôt dans la soirée, je suis heureuse qu'elle ait pu pleinement apprécier ce que tu avais préparé. Et sache que ça m'a fait très plaisir de le voir.

Elle lui sera sa main dans la sienne, le regard fuyant à une possible colère de son compagnon d'aventure.

- J'espère que tu ne m'en voudras pas trop pour cette soirée.


Ladybug constata à son grand soulagement que le blond ne lui en voulait pas. Enfin... qu'il disait. Qu'ils repartiraient à l'aventure comme à leur habitude et que tout ce passerait au mieux. Il avait même réussis à retrouver un air taquin face au visage désolé de la coccinelle. Ils passèrent quelques minutes ensemble, puis vînt le temps aux deux héros de rentrer chez eux.

- Merci encore.


D'un geste vif, elle déposa un baiser sur sa joue et lança son yo-yo sur la cheminée de l'habitation d'à côté.

- Bonne nuit mon chaton ! Hurla-t-elle en s'éloignant à son tour dans un matin qui ne tarderait pas à pointer le bout de son nez.







♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Personne ne doit savoir qui on est vraiment... Même pas nous deux.

 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

If our love is tragedy, why are you my remedy? (marichat)





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations