Gravity
FALLS !

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

L'Héritage
Perdu !
de seb


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ L'Héritage Perdu ! ☆ Evénement #97
Une mission de Lily Olyphant - Ouverture : 4 juillet 2018
« La Vérité sans Compromis ! »

Partagez | .
 

 [Fe] Les Jeux sont Faits - Evénement #37

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage

Glène Hope


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Tyler Posey

Ѽ Conte(s) : Les jumeaux maudits/Le jardin gelé
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Glène

☞ Surnom : Cyr'
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 838
✯ Les étoiles : 80328




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Ven 24 Juil 2015 - 13:50





special trip to Las Vegas...  

the closer you look, the less you see...



Avec l'aide d'Aaron, Glène attacha Muerte dans la chambre pour suivre le reste du groupe. Glène eut l'amer impression que tout était désormais louche dans cet hôtel, impression justifiée étant donné que le directeur était contre eux.

Une salle de show ? Pourquoi tu as demandé une salle de show ? Demanda-t-il à Aaron.

Glène jeta un coup d'œil à Jézabel. Elle était en colère. L'arabe soupira et baissa les yeux. Est-ce qu'un jour sa vie allait être simple ? Il le savait pourtant, qu'il ne devait pas tomber amoureux de nouveau, il le savait..

Il observa l'homme qui les emmenait, d'un regard suspect. Ce voyage était censé êtres des vacances. Et les voilà en train d'essayer d'élucider un complot. Il fallait qu'ils prennent la destination à mecs louches. Entre Muerte, le cow-boy déséquilibré mentalement, et M. Le Verrier, ils étaient servis. Glène serra le collier d'Iris dans sa main. Si jamais ils parvenaient à rentrer, il ne quitterait plus Storybrooke. Il y vivait avec Martin, passait des heures à faire les fous avec Iris et Ranko, c'est tout ce dont il avait besoin. Et maintenant, au bord de ce qui semblait être un affrontement pour sauver Melody, avec la fille dont il était amoureux furieuse contre lui,  ça lui manquait terriblement.

Il leva le regard sur Alexis, son visage l'apaisa. Ça faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu, Glène donnerait tout pour avoir un moment tranquille pour rattraper le temps perdu avec elle. Il s'approcha de la jeune femme, et lui sourit.

Ça va toi ? On a pas eu beaucoup de temps pour discuter au final. Rappelle moi qu'il faut que je t'invite à boire un verre, pour qu'on puisse parler et rattraper ça.

Ils arrivèrent à un ascenseur et s'y engouffrèrent. Glène vit les autres tirer Jézabel dans l'ascenceur, et se mordit la langue. Il la comprenait, quand quelque chose nous rendait phobique, c'était horrible de devoir l'affronter. Glène ne dit rien, sachant que de toute façon il devait prendre cet ascenseur. Il se contenta de froncer les sourcils et fermer les poings, comme partageant sa panique. Une fois dans l'ascenceur, Glène posa sa main sur son épaule.

Jézabel, tout va bien...

Mais celle-ci se dégagea et se détourna de lui, étant effectivement en colère contre lui. Serait-ce pour ce qu'il s'était passé dans la chambre ? Quoiqu'il en soit, que Jézabel se détourne de lui lui fit mal. Eden s'était détourné de lui avant de le bannir éternellement pour faire de lui un pauvre immortel prisonnier. Elle n'était pas la première, ce qui lui fit une imme se peine.

Il s'appuya alors contre la paroi de l'ascenceur ne quittant pas des yeux la jeune femme qui était dos à lui, inquiet. Deuxième soupir. Non, ça n'allait jamais être simple...

L'ascenceur s'ouvrit, et Jézabel partit avec sa super vitesse avant de se cogner violemment contre le mur. Glène s'effraya et serra les poings, n'osant pas approcher.

Ils entrèrent dans une immense salle de spectacle. Jézabel se précipita sur la batterie. Il semblait n'y avoir personne, alors Aaron suivit le mouvement de Jézabel pour détendre l'atmosphère et proposa un tour de cartes. Glène restait sur ses gardes, mais il décida de prendre part, et de choisir une carte dans le paquet que lui tendait leur magicien.

Puis ils entendirent toutes les portes se fermer, tandis que des hommes apparaissaient devant chaque porte dont un sur la scène, alors que le grand rideau dévoilait ce qui devait leur servir d'aquarium géant. Ils allaient enfermer Melody la dedans ? Il incita Jézabel à continuer de jouer, alors que Louise allait parler à l'un des hommes. Glène fut davantage tendu, et observait tout en même temps. Ils préparaient quelque chose.

Bien, c'était un très beau spectacle, autant la magie que le son, dit celui qui semblait être le chef alors que l'homme avec lequel Louise discutait se levait.
Il se tourna vers Melody, Tara, Alexis et Glène.

Vous savez, vous n'êtes pas obligés de rester. Tant que la sirène reste avec nous, vous autres vous pouvez sortir.

Pourquoi vous voulez tant Melody ? Répondit Glène sans bouger.

Ce ne sont pas vos affaires, M. Hope.

Il fit signe à un de ses hommes qui se dégagea de la porte pour l'ouvrir, nous indiquant la sortie.

On reste là. On est venu ensemble, on repartira ensemble.

Oui, et bien ce n'était pas parce qu'il détestait Melody que c'était une raison pour la laisser mourir.

Très bien, restez donc là.

La porte ouverte se referma alors que tous les hommes s'avançaient vers eux. Sérieusement ? Ils devaient se battre ? Super...

Glène s'approcha de Louise, Aaron et Jézabel qui étaient à l'écart. Ensemble, ils avaient tous une vue sur tous les hommes. Il y en avait huit en tout, plus le chef sur la scène.
L'un d'entre eux disparut soudainement dans un nuage de fumée. Glène le chercha du regard, avant qu'il n'entende Jézabel pousser un cri. L'homme venait d'apparaître derrière elle pour la prendre par la gorge avant de se transporter plus loin. Elle se débattait mais l'homme était trop fort, elle ne pouvait rien faire.

Jézabel !

Glène courut vers elle, mais un deuxième se téléporta derrière lui pour le prendre a son tour par la gorge. Il émit un râle. Sa poigne était puissante, très douloureuse alors qu'il serrait sa gorge. Il se débattait lui aussi, mais ne parvenait à rien.




codage by jacks ღ gifs from tumblr


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Rosalie, Mara, Flavie, Regina, le parc, Cendrillon & le psychopathe du cimetière

Je fête Thanksgiving avec les rebelles ici
Je suis au parc d'attraction avec Mara ici
Je ruine mon rencard avec Flavie en sauvant Cendrillon ici
Je fuis un psychopathe au cimetière avec Rosalie ici
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t45051-let-s-have-fun-let-s-try

Melody Blackstorm


« Le plus beau
c'est GASTON ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one



☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9657
✯ Les étoiles : 28121




Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Ven 24 Juil 2015 - 18:14


Les Jeux sont Faits

So I wanna know... What's the name of the game? Does it mean anything to you?

Je crevais de trouille, mais je me façonnai un masque de mépris pour le cacher. Je voulais que personne ne voit la peur dans mes yeux. Je resterai vaillante jusqu'au bout. Les paroles de Jezabel résonnaient encore dans ma tête, agissant comme une sorte d'anesthésiant sur mes émotions. "Tu peux compter sur moi." Ce n'était pas grand-chose de dire ça, mais pour moi, ça représentait beaucoup. J'avais l'impression qu'elle tiendrait parole. J'avais au moins quelqu'un qui combattrait à mes côtés.

Je frémis. Allait-on vraiment devoir se battre, se défendre ? Il fallait vraiment que je pense à prendre mon fleuret en toutes circonstances. L'escrime était le seul sport que je pratiquais, en dehors de la natation (aha.). J'étais incapable de me battre à mains nues même si j'avais plus de force que la normale. Je ne sais pourquoi, j'avais un mal fou à réagir, à coordonner mes mouvements. Il me fallait un fleuret en main pour me sentir plus centrée, plus aguerrie. C'était bizarre comme le fait de porter un objet pouvait nous changer.

L'homme envoyé par M. Le Verrier nous conduisit jusqu'à un ascenseur dans lequel Jezabel refusa catégoriquement d'entrer. Etait-elle claustrophobe ? On essaya de la pousser. Je n'y mis pas vraiment tout mon coeur car je ne voulais pas la forcer à faire quelque chose contre sa volonté. Une fois en bas, elle en sortit super rapidement.

Je pénétrai dans la vaste salle de spectacle et frémis en percevant le silence pesant qui l'habitait. Personne sur les sièges. Nous étions seuls. Ca n'annonçait vraiment rien de bon. En plus, Aaron avait l'air vraiment très au courant. Une fois encore, j'avais envie de saluer sa totale inutilité.

Un homme entra par la porte de gauche et se plaça devant. Un autre, vêtu du même costume et lunettes noires, prit place devant la porte de droite. Puis un léger cliquetis se fit entendre depuis la double porte du fond, signalant qu'on venait de nous enfermer.

Mon angoisse intérieure monta d'un cran alors que je serrai les poings tout en remuant les doigts contre mes paumes afin de les décrisper. Comme pour accentuer la tension, les lumières diminuèrent, nous plongeant dans la pénombre. Instinctivement, on se rapprocha tous les uns des autres. Subitement, un spot nous illumina.

Et tout aussi rapidement, un autre éblouit un coin du rideau, dévoilant un homme à l'allure maligne. L'éclairage le suivit tandis qu'il descendait le petit escalier de l'estrade et qu'il s'installait sur un siège.

Jezabel le prit au mot en nous offrant un solo de batterie à couper le souffle. J'aurais pu l'encourager en tapant des mains si je n'avais pas l'impression que tout mon sang s'était gelé dans mon corps.

Déconcertée, je vis Louise s'entretenir calmement avec le type mystérieux. Je m'éloignai de plusieurs pas, préférant analyser la salle sans pour autant m'éloigner beaucoup des autres. Mon regard était focalisé sur l'aquarium géant.

Un bocal, encore, songeai-je, transie d'effroi.

J'avais payé cher ma liberté durant toute mon enfance. Plusieurs fois, on avait voulu m'enfermer, me "guérir" de mes nageoires, me faire subir des opérations. Tout ça pour finir piégée dans un bocal d'eau. Je contrôlai le mieux possible les tremblements de mon corps en marchant.

Tout en avançant lentement, je murmurai à Aaron :

"Tu n'aurais pas un plan génial, par hasard ? Oh non, c'est vrai : le cerveau c'est Egéon, pas toi. Ca aurait été tellement mieux s'il avait été là. On serait déjà sorti d'affaires."

Je n'avais pas pu m'empêcher de lui sortir une pique, encore une fois. J'avais l'impression qu'il laissait faire les choses, qu'il n'essayait pas de tirer parti de la situation. Cette façon d'agir me rendait malade. Quelque part, ça prouvait bien que je ne comptais pas tant que ça, s'il ne se démenait pas pour trouver un moyen de s'échapper. Pourtant, il m'avait toujours dit qu'il fallait un plan B au cas où, une issue de secours, une échappatoire. Pas cette fois. Pas pour Melody.

Je passai la langue sur mes lèvres et le retins par le bras alors qu'il se détournait, sans doute blessé par ma remarque. J'approchai mon visage du sien pour chuchoter, les yeux baissés sur nos chaussures :

"Je ne t'en veux pas. Je ne mérite pas d'être sauvée. Tu es un type bien, Aaron. C'est moche que tu deviennes un salaud à cause de moi."

J'allais disparaître ce soir, je le savais. Je le lisais dans les yeux du type qui discutait avec Louise. J'étais peinée d'emmener Aaron avec moi dans ma chute, car en ne faisant rien pour me sauver, c'était comme s'il était leur complice. Je lui en voulais qu'il ne cherche pas de plan de secours, mais je pouvais le comprendre.

Je m'écartai de lui alors que le type qui parlait avec Louise s'était levé. Il insinua que tout le monde pouvait partir. Je fus surprise d'entendre Glène riposter. Le Minet prenait ma défense, sérieusement ? Je le dévisageai, sincèrement étonnée.

La porte que nos ennemis venaient d'ouvrir pour les laisser partir se referma dans un claquement sec. Je secouai légèrement la tête. C'était stupide. Huit hommes s'avancèrent vers nous.

L'un d'entre eux disparut brusquement dans un nuage de fumée et prit Jezabel en otage. Un autre fit de même avec Glène. Je les regardai tour à tour avant de m'écrier :

"STOP !"

Surpris par mon cri, les hommes en noir tournèrent d'un même élan la tête vers moi. Je pris une grande inspiration et prononçai, d'une voix qui me parut désincarnée :

"Laissez-les. Je suis ici de mon plein gré. Je n'opposerai aucune résistance alors laissez-les tranquille. Vous l'avez dit, ils ne vous servent à rien."

Je savais qu'ils prendraient tout le monde en otage pour me forcer à me montrer coopérative, alors autant montrer ma "bonne foi" de suite.

Le chef fit un petit signe aux hommes qui continuèrent de maintenir Jezabel et Glène, mais sans s'attaquer aux autres. Puis il s'avança de quelques pas vers moi tout en se frottant lentement les mains avec délectation.

"Donc, ça veut dire que si je vous demande d'aller dans cette cuve, vous allez le faire ?"

Je déglutis avec peine avant de lancer un regard plein d'appréhension en direction du bocal géant. Sur la paroi, un léger tourbillon se mit à faire onduler l'eau. Un portail. Je me mordis les lèvres jusqu'au sang mais esquissai un pas.

Je sentis alors quelqu'un me retenir par la main, et Aaron marmonner d'un ton presque suppliant :

"Mel..."

Sans lâcher la cuve des yeux, je tournai légèrement la tête vers lui et murmurai entre mes dents :

"Vous allez tous crever si je ne le fais pas."

Je secouai la main pour le forcer à me lâcher et m'avançai lentement vers le tourbillon. J'avais l'impression d'assister à ma propre exécution, avec le public et les bourreaux qui m'observaient. J'aurais pu me moquer d'eux. Après tout, leurs vies ne représentaient rien pour moi, mais il y en avait au moins une qui méritait que je me sacrifie pour elle...

Le goût du sang empâta ma bouche. Je me mordais tellement fort les lèvres que je venais de me blesser. Quelle importance, de toutes façons ? J'allais bientôt être un poisson éviscéré sur l'étalage d'un marchand, ou pire encore... Qu'allais-je trouver de l'autre côté de ce portail ? Qu'attendait-on réellement de moi ?

Freine ton esprit. Si ça se trouve, la seule utilité que tu aies, c'est de mourir.

Je fermai brièvement les yeux avant de les rouvrir, et de fixer le tourbillon qui s'ouvrait face à moi comme une plaie béante. Des odeurs étranges et nouvelles s'insinuèrent dans mes narines, depuis cette brèche.

J'allais traverser quand j'entendis de nombreux coups contre la double porte, suivi de :

"Scuzi ! Scuzi ! Raaah ti va t'ouvrir spèce dé porte dé muerta ?"

S'ensuivirent d'autres coups et de bruits de lutte, qui s'achevèrent dans un grand "Aaaaaïe" suraigu. Apparemment, Muerte avait tenté d'entrer et il avait rencontré des hommes en noir.

Indécis, le chef se désintéressa de moi pour fixer la porte du fond qui resta close. Il soupira légèrement et revenant à moi, me montra le portail d'un geste élégant de la main :

"Après vous..."

Il allait donc m'accompagner ? Je fronçai les sourcils. Je m'avançai de nouveau vers le portail mais il m'interrompit :

"Juste un instant..."

Sur les nerfs, je pivotai vers lui et lâchai dans un grognement :

"Faut savoir, je traverse ou je traverse pas ?"

Il planta son regard dans le mien pour m'observer d'un air à la fois intense et intrigué.

"Que vous veut-elle ? Quelle importance avez-vous ? Après tout, vous n'êtes que la fille d'un dieu. Rien de plus..."

Tandis qu'il me fixait, je sentis une sorte d'engourdissement m'envahir. Je remuai légèrement les épaules, mais le trouble ne disparut pas. Au contraire, il s'intensifia. J'avais l'impression que mes yeux s'embrasaient. La chaleur me prit et me brûla les rétines. Je soutins son regard malgré tout, je ne pouvais m'en défaire. Un poids s'abattit sur moi, comme si des milliers d'yeux me scrutaient à travers ceux de l'homme. Je dus faire un effort colossal pour parvenir à cracher ces simples mots :

"Vous n'avez qu'à lui demander à elle ! Vous faites un boulot sans savoir tout ? Ce n'est pas très malin. Et c'est qui, "elle" ?"

Brusquement, la fournaise disparut, les "autres" s'effacèrent. L'homme était de nouveau seul face à moi, seul à m'observer. Il esquissa un léger sourire.

"Vous n'en avez même pas la moindre idée ?"

Galamment, il m'indiqua de passer le portail. Alors comme ça, il voulait taper la discut' et ensuite me laisser endurer le reste ? Ca rimait à quoi ? J'étais bien décidée à traverser le tourbillon, rien que pour découvrir qui était la mystérieuse inconnue.

Un bruit léger et sec me fit tourner la tête. Je haussai un sourcil en direction d'Aaron qui battait pensivement un jeu de cartes dans ses mains. Qu'est-ce qu'il fabriquait ? Si j'avais été plus près de lui, je les lui aurais fait manger. Il avait perdu l'esprit, ou quoi ? Il trouvait que c'était le bon moment pour faire un tour de magie ?

Sans prévenir, il jeta une carte sur l'homme en noir le plus proche de lui. Comme il fallait s'y attendre, la carte heurta la veste de costume du type qui baissa la tête vers cette dernière, avant de la regarder tomber au sol. Après quoi il posa son regard sur Aaron, indéchiffrable en raison des lunettes noires.

C'était vraiment... le plus mauvais plan B de tous les temps.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

★ You get ready you get all dressed up ★
To go nowhere in particular. The world is yours and you can't refuse it. Seen so much, you could get the blues but that don't mean that you should abuse it.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Aaron McAdams


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Jesse Eisenberg ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Aaron ☣ un demi dieu. ϟ



☞ Surnom : seb ☮
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 128
✯ Les étoiles : 3088




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 25 Juil 2015 - 11:36



Les Jeux sont Faits


    Je sais que je ne t'ai encore jamais rien demandé, mais si tu pouvais juste une fois, juste cette fois, venir et jouer ton rôle de père, ça serait vraiment bien.

    Je n'avais jamais eu besoin de penser à un dieu, qu'importe lequel, de lui demander de venir m'aider, de venir aider mes amis. Egéon avait toujours dit qu'ils ne se déplacaient pas pour de simples mortels, qu'ils étaient différents de son père à lui. Poséidon était le seul dieu qui se souciait de ses créatures, de ses enfants. On m'avait toujours appris cela. Je n'avais pas la chance d'être son fils. Mon père à moi était Dyonisos, un père qui m'avait abandonné à la naissance, qui ne s'était jamais occupé de moi, qui était mort et revenu il y avait quelques temps. Il disait ne pas avoir su pour ma naissance, mais je savais qu'il mentait. Car tous les dieux sont stériles à la base et c'est eux et eux seuls qui décident quand ils enfantent. Il le savait, il ne voulait juste pas l'admettre.

    Jez était montée sur scène. Que pouvait-elle faire de plus ? On était pris au piège. Au bout de quelques minutes à l'observer, j'avais fait de même. Peut être que gagner du temps était la seule chose qui nous restait ? J'avais fait un petit tour de magie, même si le coeur n'y était pas. Quelque chose d'assez ordinaire qui consistait à montrer une carte au public, à la dissimulée dans un paquet entier et à tourner le paquet. La carte ne faisait pas partie du paquet, mais quand on montrait le verso du jeu, toutes les cartes représentaient celle qu'on avait pioché. Un tour de passe passe assez facile à mettre en place que j'avais appris dans le bouquin que j'avais trouvé dans la boutique de cet antiquaire. Tous mes tours venaient de là bas.

    Je t'en supplie, père...

    Une fois le show fini et même si je n'avais pas arrêté de penser à lui, plusieurs minutes s'étaient déjà écoulés. Bien plus qu'il lui en fallait pour apparaître ici devant nous, nous prendre la main et nous emmener loin de cet enfer. Mais la seule personne qui s'était avancée dans la salle, c'était celui qui semblait être le chef de nos agresseurs. Il nous avait proposé de partir et de lui laisser la sirène. Quand Mel était passée à côté de moi pour faire ce que l'homme lui avait demandée, je voulais lui dire que oui, j'avais un plan génial, même si il avait très peu de chances d'aboutir vue que mon père ne se déplacerait pas pour moi... Mais elle avait ajoutée que ça aurait été mieux si son frère était là, car lui aurait trouvé une solution. Je n'étais que Aaron, le mec qu'on s'encombrait à avoir depuis quelques années.

    Tandis que j'allais me détourner, elle m'avait agrippée par le bras et elle avait approchée son visage du miens. Je pouvais sentir son souffle saccadé tout contre ma peau. Je ne l'avais jamais vue inquiète, jamais douter, elle était toujours sûre d'elle, toujours prête à se battre en toute occasion. Elle avait beaucoup vécue pour son jeune âge, beaucoup souffert. Quand je me trouvais avec elle, j'avais l'impression que mon passé était moins douloureux à supporter, car elle avait connue pire. Bien plus pire.

    Elle m'avait dit qu'elle ne m'en voulait pas, qu'elle ne méritait pas d'être sauvée, qu'elle ne voulait pas que je devienne un salaud à cause d'elle. Je n'avais qu'une envie, c'était de la serrer dans mes bras. De lui dire une fois encore ce que je lui avais promis. Que je serai toujours là, quoi qu'il arriverait. Une promesse que moi j'étais prêt à tenir, pas comme cet être absent qui se faisait sentir de plus en plus.

    Jez et Glène étaient du même avis que moi, on ne pouvait pas la laisser. On ne devait pas abandonner un membre de notre groupe, mais ils avaient très vite étaient stoppés dans leurs agissements et maîtrisés par deux de ces hommes en noirs qui semblaient avoir une force surhumaine. Des demi dieux eux aussi ? Je savais bien que non. Egéon avait déjà bossé avec eux. On avait tenté de récupérer le Trident grâce à eux. Ils nous avaient fournis un grand nombre d'informations sur les habitants de Storybrooke et ceux qu'on allait rencontrer. Ils savaient plus de choses que n'importe qui. Le Dragon était quelqu'un de puissant. Mais pourquoi après nous avoir donné tant de choses et avoir permis à Egéon et Melody de se retrouver par le passé, aujourd'hui ils faisaient tout pour les séparer ?

    D'après leurs dires, ils faisaient cela pour "elle". Aux Bermudes, quelques mois auparavant, on avait été attaqué par Meduse, une créature de Poséidon qui avait elle aussi tentée de capturer Mel. Elle disait faire cela pour une tierce personne, pour sa soeur. On avait fait des recherches, on savait que le père des Mel et Egéon avait créé deux créatures qui se considéraient comme soeurs : Méduse et Ursula. C'était pour elle qu'ils faisaient cela ? Sans doute pour ça que Melody leur avait demandé, afin de savoir si c'était vraiment de Ursula dont il s'agissait. On avait rien trouvé sur elle dans nos livres. Poséidon n'en avait pas une seule fois fait référence. C'était dur de combattre quelqu'un qu'on ne connaissait pas.

    J'avais machinalement sortit un jeu de cartes de ma poche, tout en regardant en direction de Alexis et Tara. Elles étaient avec nous prises aux pièges mais elles n'auraient pas dû l'être. Tout comme Jezabel et Glène. Ils risquaient d'être des dommages collatéraux. Je venais juste de les rencontrer et je n'avais pas envie de les perdre. Quand à Louise... Quand mon regard se posa sur elle, je sentais mon coeur s'accélérer. Je pouvais lui dire de sortir, de partir. Si je le faisais, si j'abandonnais Mel ici, d'autres me suivraient sans doute et on pourrait en sauver quelques uns. J'avais tourné la tête en direction de la sirène, battant toujours mes cartes et nos regards s'étaient croisés. Une nouvelle fois mon coeur s'était accéléré. Je ne pouvais pas l'abandonner. Je ne pourrai jamais l'abandonner.

    J'avais pris une carte, stoppant mon battement et je l'avais faite tournoyé dans mes doigts avant de la lancer en direction de l'homme en noir le plus proche. La carte l'avait heurtée de plein fouet sur la veste de son costume sans rien lui faire du tout, car ce n'était qu'une carte. Elle était tombée à terre et il avait baissé les yeux. Puis, il m'avait observé, se demandant sans doute si la carte était piégée ou autre. Elle l'était. C'était l'as de pique doublon qu'il y avait dans le paquet. Un autre tour que j'avais gardé pour plus tard.

    "Tara, la fille blonde a failli me tuer mais c'est l'arbre qui se trouvait derrière moi qui a tout pris. Quand à Jezabel, je l'ai vue foncer à une telle vitesse que s'en était pas croyable. Elle est la mort à ce qu'elle prétend."

    Je la croyais quand elle disait qu'elle l'était. Du moins elle l'était bien plus que ce fou qui nous avait poursuit de partout.

    "Si Glène frappe aussi bien qu'il embrasse, ça doit faire vraiment très mal. Quand à Louise, elle est tellement intelligente qu'elle a déjà dû songer à dix façons de nous sortir de là."

    C'était sans doute la personne la plus futée que j'avais rencontrée. Sherlock Loulou. Pour ça que je m'étais mis aux Arlequins. Parce que vue ce que ça produisait sur elle, ça aurait peut être pour effet de me rendre bien plus fort et intelligent. Plus futé, plus doué pour comprendre les choses. Parce que pour le moment, c'était pas ça...

    "Alexis est..."

    "Oui, on sait. C'est une déesse magique. Mais où voulez vous en venir mon garçon ?"

    Il m'avait coupé. Je pensais le prendre par surprise en lui disant que Alexis était dangereuse avec une poêle, mais il avait dit totalement autre chose et... Quoi ? Une déesse magique ? Fallait que je mette cette information de côté au cas où on s'en sortirait, car là c'était pas trop le moment.

    "Où je veux en venir ?"

    J'avais observé une nouvelle fois chaque personne présente autour de moi. S'ils me suivaient on aurait peut être une chance, mais on avait aucune idée de combien d'autres hommes en noir il y avait et je savais qu'ils étaient bien plus fort qu'ils ne semblaient le laisser présager.

    "On est ses amis. On a chacun un petit truc qui fait de nous des gens différents et tous ensemble je crois qu'on peut suffisamment être assez fort pour vous botter le popotin et sauver notre amie."

    J'étais vraiment, mais alors vraiment pas sûr du tout de mon coup. Ce qui comptait à l'heure actuelle c'était de sauver Mel. On ne pouvait plus gagner du temps, car personne finirait par venir nous sauver. On était seuls, mais on était seuls à sept. Ca nous laissait une chance. Petite, mais une chance quand même. Je sentis le regard de leur chef surpris, mais il semblait aussi amusé... Ok, peut être qu'on avait aucune chance finalement.

    J'avais tout de même sortit mon arme ultime... mon téléphone portable. J'avais commencé à taper des numéros dessus et j'avais mis le téléphone à mon oreille sous le regard amusé de leur chef. Voyons que ça sonnait dans le vide, j'avais recommencé à entrer le numéro et appelé une nouvelle fois Egéon. Mais pareil, ça servait à rien.

    "Inutile de poursuivre. Rien entre, rien sort, quand on est là."

    Ok... C'était bien ce que je pensais. Car quand mon père ne répondait pas, j'avais essayé avec Judah. Il me devait toujours quelque chose depuis sa précédente défaite à une partie de poker. Ce n'était pas que mon père ne voulait pas venir, c'était qu'il ne pouvait pas m'entendre. Personne pouvait nous venir en aide. Personne entrerait nous sauver. Personne sortirait d'ici vivant. Super... J'avais laissé échapper un petit sourire en rangeant mon portable dans la poche arrière de mon pantalon.

    "C'était pour être sûr. Sûr d'avoir essayé toutes les méthodes les plus censés, avant de passer aux plus stupides."

    J'avais repris mon paquet de cartes et je l'avais jeté en l'air. Bien entendu, le regard des hommes en noirs c'était dirigé vers le haut. Quand j'avais dit mon plan était stupide, je ne me trompais pas. J'avais foncé tête baissé vers celui qui était le plus proche, espérant que chacun ferait de même et tenterait de se débarrasser d'un d'entre eux. J'étais pas sûr d'y arriver, car il était loin et franchement c'était stupide, mais fallait essayer. Un bon coup de poing, voir un coup de pied. Si je pouvais l'étrangler ou l’assommer. J'étais prêt à tout pour nous sortir de là. Le directeur du casino que j'avais croisé à l'étage m'avait dit qu'à Vegas tout était possible, qu'on pouvait en sortir transformer, qu'il ne fallait pas laisser passer une occasion d'être ici. Peut être qu'il avait raison. Tout allait être différent ensuite. Je n'avais tué personne. Il fallait un début à tout...


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« C'est moi ou ce mec est bizarre ?! »
« Euh... ben toi aussi en fait... ! »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74526-fiche-pesonnage-aaron http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74526-fiche-pesonnage-aaron-mcadams#815327 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74526-fiche-pesonnage-aaron-mcadams#815327

Louise Hollen


« Faisons comme si j'étais Merida.
Parlez-moi, je suis tout ouïe »


avatar


╰☆╮ Avatar : Rachel Mcadams

Ѽ Conte(s) : Les douze fréres / Les cygnes sauvages
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Elisa : la soeur



☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5979
✯ Les étoiles : 2402




Actuellement dans : « Faisons comme si j'étais Merida.Parlez-moi, je suis tout ouïe »


________________________________________ Sam 25 Juil 2015 - 15:20



Les Jeux Sont Faits !


Bon, la situation était catastrophique mais elle avait déja vécu pire non ? Au moins, ce "méchant" la avait un peu de conversation. Louise déballa un bonbon et le glissa entre ses lèvres. Le Dragon. En voila un sur lequel elle ferait bien de faire de véritables recherches. Elle l'avait totalement oublié depuis l'épisode de Londres, se disant qu’après ca, il ne reviendrai plus les embêter. Stupide idée. Aujourd'hui, ils lui prouvaient qu'ils avaient beaucoup plus de moyens que ce qu'elle avait crue au départ. La première fois ils avaient eut besoin d'Egéon et Melody pour essayer d'obtenir le trident. Maintenant, en les voyant comme ca, elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu'il était bien plus puissant que ce qu'elle croyait.

Elle eut un sourire satisfait quand Glène repoussa l'offre de l'homme. Pensait il réellement qu'ils allaient laisser quelqu'un derrière pour s'en tirer tranquillement ? C'était mal les connaitre, mais bon joueur de leur laisser une chance, elle devait au moins leur reconnaitre ca. Et le combat débuta. Jezabel et Glène furent soudain pris en otages quand tout a coup, Melody cria. Et se livra elle même, sous les yeux éberlués de la princesse. Jamais elle n'aurait pensé que la sirène ferait une chose pareille, ce n'était vraiment pas son genre.Mais la brune s’avança, le regard rivé sur le bocal. Non, il était hors de question de laisser faire ca. Elle ne se rappelait que trop bien sa réaction quand, dans le temple de son père, elle avait été enfermée.

Attentive, la princesse cherchait une solution, observant son environnement. Les lourds rideaux, la scène, les sièges, les spots ... Les idées lui venaient les unes après les autres, qu'elle repoussait. Non. Impossible. Trop risqué. Louise s’avança sur le coté pour mieux voir. Elle devait trouver une solution. Maintenant.

Et tendis qu'elle cherchait, elle ne perdait pas une miette de la conversation. "Elle". Certainement la Gorgogne qu'elle avait rencontrée sous le temple. Elle était retournée dans son mur la dernière fois, mais rien ne disait qu'elle n'en était pas ressorti. Qui savait ce qui c'était passé avec Flotsam ou Jetsam, elle ne savait pas lequel.

Louise gonfla les joues. "Seulement" la fille d'un dieu ? Non mais il se rendait compte ? Elle n'était pas n'importe quelle fille d'un dieu, elle pouvait se changer en sirène et pour autant que Louise le sache, Hippolyte et Aaron ne pouvaient pas en faire autant. Donc non, même si elle était totalement invivable, Melody n'était pas n'importe qui. D'un geste nerveux, la princesse remit une mèche de cheveux derrière son oreille. Que faire, que faire ...

Louise se mordilla a lèvre, en pleine réflection. Trois idées revenaient en boucle dans son esprit, trois solutions qui pouvaient marcher, et chacune avec leur parts de danger. Aaron énuméra les différentes forces de chacun, et a sa grande surprise, lâcha quelques mots sur elle.

"Quand à Louise, elle est tellement intelligente qu'elle a déjà dû songer à dix façons de nous sortir de là."


Pardon ? Dix plans ? Il en demandait peut etre un peu trop ... Et puis elle n'était pas si intelligente que ca bon sang ! Sinon elle aurait certainement déja trouvé la solution parfaite et le dragon ne les aurait pas enfermer la. Et puis pourquoi il lui faisait des compliments d'abord ? C'était vraiment pas le moment de la déconcentrer. C'était pas le moment tout court ! Les joues rouges, elle se mit a furieusement fixer le plancher, tentant de faire fonctionner ses neurones.

"Zut zut et zut." marmona elle entre ses dents.

Une déesse magique ? Bon, ca, c'était a retenir pour plus tard. Si elle pouvait faire de la magie elle aussi, ce serait utile ... Quoi qu'il en soit, elle approuvait les paroles d'Aaron. Oui ils allaient leur botter les fesses, il fallait juste trouver comment faire.

"Aaron a raison, vous pensez peut être savoir a qui vous avez a faire mais vous nous sous estimez."
Elle laissa passer le "notre amie", après tout il fallait montrer front unis non ?

Elle était trop loin de Tara ou Alexis pour mettre en place le plan numéro un, donc elle allait devoir passer au numéro deux. Le plan numéro trois, a savoir appeler Diane ou Phoebus ( voir même les deux qui savait ) a la rescousse ne l'enchantais pas du tout. Elle se l'était promis, plus personne n'entrerai dans sa tête, même si elle leur faisait confiance. Non, il y avait la dedans trop de souvenirs qu'on pourrait utiliser contre elle, trop de choses qu'elle préférait ne pas dévoiler.

Alors elle attendit le bon moment, celui ou Aaron jeta en l'air les cartes pour foncer sur l'un des hommes. Louise en profita et bondit sur l'estrade en passant derrière les rideaux. Il y avait une chance sur deux que son plan marche .. Oui ! Le voila ! En quelques pas, Louise fut sur le levier. elle leva les yeux pour voir Melody et Monsieur Dragon un peu plus loin, avant de faire un grand sourire et de pousser sur le bout de bois de toutes ses forces.

Immédiatement, la trappe qui se trouvait sous le bocal de verre s'ouvrit et celui ci disparut sous la scène ou il se fracassa en milles morceaux, rependant son eau sur le sol dans un bruit de tonner. Une seconde après, Louise refermait la trappe et sautait a terre.

"Ca, c'est fait" lâcha satisfaite, elle en s'époussetant les main.

Plus de bocal, plus de passage, plus de problème. Il serait désormais beaucoup plus difficile pour le dragon d'emporter Melody. Ils devraient partir par des moyen plus classiques, sortir de la pièce. A ce moment la, il serait beaucoup plus simple de contacter Artémis et Appolon.

Premier devoir du magicien : être le plus malin dans la salle. "

C'était peut etre un peu prétentieux, mais pour cette fois, elle laissait passer. De toute façon, elle n'avait quasiment pas rencontrer les autres dieux. Elle n'avait vue Ares qu'une seule fois, Aphrodite cela avait été a Londres et sous la mer, quand au dernier ... Non, ce n'était pas le moment, surtout quand elle vit trois hommes s'approcher d'elle, l'air particulièrement mécontent.

D'un coup d'oeil, elle regarda autour d'elle. Alexis et Tara avaient chacune un homme a combattre, tout comme Glène et Jezabel. Le chef était toujours avec Melody et Aaron avec son propre homme. Donc il lui en restait trois. Lentement elle recula, sa main se glissant dans son sac. Un briquet, un déodorant et la batte de Mary. Le reste ne lui serait d'aucune utilité pour combattre. Elle ne disait rien, ca n'en valait pas la peine, et préférait se concentrer. Gloups.

Tous trois levèrent un doigts vers elle et soudain, des jets de feu en sortirent pour foncer droit sur elle. Brusquement, elle recula, fuyant cet élément maudit qu'elle ne voulait plus approcher. Le feu la terrifiait, lui faisait revivre le moment ou elle avait faillit être brulée vive pour
sorcellerie. Elle se jeta au sol en esquivant les deux premiers jets, mais le troisième l'atteint a l'épaule, la faisant crier. Elle sentit le tissu bruler sur sa peau, et celle ci fondre légèrement avant que ca ne s’arrête.

Elle avait mal, elle avait peur, et elle était fatiguée. Levant les yeux, elle aperçut Aaron qui se battait contre l'un des hommes en noir. Il tenta un coup de poing que l'autre esquiva avant de riposter pour envoyer le jeune homme valdinguer a travers la pièce.
Louise tremblait. De tous ses membres, avec une violence extrême. Et elle pleurait. Personne ne lui faisait toucher du feu, personne ne la reverrai la bas. Non. D'un geste brusque elle tira sa batte de Base Ball se son sac, se leva d'un bond et l'envoya de toutes ses forces dans la tête de l'homme le plus proche d'elle.

Ce fut comme frapper sur un tronc d'arbre. La force de l'impacte lui remonta violemment dans le bras, la faisant grimacer. Mais l'homme était a terre, sonné pour au moins quelques minutes, c'était toujours un peu de répits de pris... La princesse ramena ses cheveux en arrière et observa autour d'elle, avant de voir Aaron qui se relevait et regardait vers elle pour voir si elle allait bien. L'homme qu'il avait combattu allait revenir a la charge mais fut intercepté par Melody.

Le demis dieu fit un signe a Louise pour voir comment elle allait, et pour toute réponse, la princesse plongea la main dans son sac et attrapa un arlequin qu'elle lui lança, avant d'en prendre un pour elle même. Elle se sentait faible, mais ce n'était pas le moment de se laisser aller.
Sherlock Loulou : 30%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I don't think inside the box...
... I don't think outside the box either. I don't even know where the box is.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13704-louise-hollen-en-cour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13932-amis-et-enemis-de-lou http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t16326-la-vie-trepidante-ou-pas-de-louise-hollen#159259

Alexis E. Child


« Admirateur de la Serviette
Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


avatar


╰☆╮ Avatar : Kaya Scodelario

Ѽ Conte(s) : Aucun
☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5020
✯ Les étoiles : 5266




Actuellement dans : « Admirateur de la Serviette Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


________________________________________ Dim 26 Juil 2015 - 11:43




Las Vegas Baby



Melody m’avait un peu remballé… ça m’étonnait, non pas vraiment… Elle était un peu grognon cette fille…je savais pas si c’était naturel ou si c’était juste le voyage… Quoi qu’il en soit, j’avais pas trop eu le temps de poser la question que déjà on se retrouver en plan de crise dans le salon. Visiblement y’avait pleins de trucs qui s’étaient passés depuis mon absence et j’arrivais pas tout suivre… Visiblement, y’avait une enquête qui avait commencé, on voulait Melody et… mais BORDEL on pouvait pas faire une virée tranquille non ?! A chaque fois que je prenais des « vacances » ça finissait comme ça… Je m’étais installée dans le canapé, relevant les jambes sur ma poitrine en me renfrognant à cette pensée et soudain… Un inconnu se fit maîtriser, un espèce d’espion qui disait travailler à son compte avec un accent espagnol bizarre et une forte odeur de transpi… Non mais attendez ! Je m’étais relevé d’un bon, j’avais couru vers le mec et m’était accroupi pour regarder son visage, à moitié écrabouillé sur la moquette.

- Non mais je rêve !! C’est VOUS ?!

Je m’étais retournée vers les autres en tendant les mains vers… « La Chose », le visage ahurit :

- C’est LUI !!

Bien sûr personne ne pigeait rien, je le voyais bien à leur tête. Comment expliquer à ces gens que ce type-là, Muerté de son petit nom, je l’avais déjà vu quand j’étais partie avec Killian et toute la clique à la recherche de poussière de fée ? On l’avait croisé dans un fast-seafood étrange appelé « Chez Joe’s » et il avait essayé de nous braqué. Mais on l’avait maîtrisé, on l’avait laissé là-bas et maintenant il était là ?! Pourquoi il était toujours dans des histoires plus ou moins impliquées avec la mer celui-là ? Il était un hippocampe dans une autre vie ou bien ? Je n’eus pas le temps de trouver les réponses ni même d’expliquer ce que j’avais tenté de leur dire que déjà les ennuis frappaient à la porte… Pile à l’heure si j’oserais faire de l’humour.

Il nous avait fait rentrer dans un ascenseur ou Jezabel semblait être tétanisée. Je lui jetais un rapide regard compatissant avant de fixer l’indicateur des étages à m’en briser les yeux, tout en déglutissant. Moi aussi j’aimais pas ça… La claustrophobie, ça me connait et le fait d’être coincés comme des sardines en boîtes (oui oui j’ai mangé du clown ce matin) dans ce truc de métal me faisait franchement pas aller mieux. Je commençais à penser à des trucs débiles du genre « on est tellement que si l’appareil se bloque, on aura pas assez d’oxygène pour tout le monde, avec la panique, on va pas rester plus de quelques minutes éveillés… » quand les portes de l’ascenceur s’ouvrirent et que je me précipitais dehors. Généralement je prenais les escaliers, toujours même, mais là, c’est pas comme si j’avais eu trop le choix avec les malabars.

On arriva dans un salle de concert un peu étrange et les portes se refermèrent sur nous… Super et maintenant on fait un feu de camp, on grille des marshmallow et on joue du Banjo ? Plus ou moins apparemment car Jezabel était déjà en train de nous jouer un petit air. Du Green Day !! Et « Know your Ennemy », juste adéquate cette chanson !! Je l’aimais bien cette fille… Je commençais à dodeliner de la tête en tapant du pied au sol en rythme quand la dure réalité nous rattrapa. Il voulait la sirène, (c’était une sirène Melody ?! Sérieux ?! Trop cooooool !!), il voulait la faire passer je sais pas trop où, ils travaillent pour « elle »… on pouvait arrêter de parler en codé oui ?! Alors Aaaron tenta de calmer la situation ou de l’empirer, je sais pas trop, en parlant des qualités de chacun. J’avais déjà mis une main sur ma hanche en levant un sourcil… il allait où comme ça lui ? Il allait quand même pas nous faire un prix de groupe pour qu’on se fasse tous embarquer, si ? Quand il arriva à moi, j’eux un petit pouffement de rire accompagnée d’un sourire… Il allait parler de quoi, de ma superbe faculté à exploser une poêle sur la tronche des gens ?

Mais c’est l’un des molosses qui le devança, le chef à vrai dire et ce qu’il dit me coupa l’envie de rire tout net. C’est à peine si je m’étouffais pas d’ailleurs, les yeux exorbités.

- JE SUIS QUOI ?!

C’était sorti tout seul, j’avais hurlé ma question sous le coup de la surprise, puis j’avais rapidement porté ma main à ma bouche pour me faire taire mais aucun des mecs en noir ne semblait troublé par moi, continuant à fixer Aaaron. Non…Non Non… Ils faisaient erreur sur la personne, c’était pas possible…Je venais du monde réel… J’étais personne… mais c’était QUOI ce délire bordel ?! La plage de Neverland me revint comme un boomerang dans la tête : la plage, l’Ombre, les éclairs, la salle, les trônes, Emma, Elsa, Alexis… Elliot… Et la voix de l’autre débile-là… Skunk « ça va ? »…Non décidément ça allait pas non. J’avais toujours la main sur la bouche, j’avais complétement déconnecté de la situation, trop choquée pour réagir… J’avais pas rêvé… j’avais pas halluciné… J’avais VRAIMENT créé ces éclairs… Je sentais les larmes qui me montaient aux yeux, la boule dans ma gorge, j’allais pleurer, hurler, faire quelque chose quoi… Pourquoi moi ? J’étais personne ok ? Et pour la première fois de ma vie je VOULAIS être personne… J’avais même pas réagi qu’Aaron se l’était jouée en mode « Gladiator », je m’étais juste senti tirée en arrière, tandis qu’un des types en noirs passait son bras autour de ma gorge pour me maîtriser. J’essayais de me tortiller pour sortir mais il me tenait fermement. Je tentais de lui écraser les pieds mais rien à faire, ce type semblait insensible à la douleur. Mon cœur battait à tout rompre, ma tête semblai engourdie tant le sang y affluait et mes doigts… mes doigts fourmillaient… Attendez… j’avais déjà ressenti ça…

Je relevais lentement ma main droite, toute tremblante pour observer des petits éclairs qui faisaient des arcs entre mes doigts… certains partaient de ma paume, tout recommençait… Je respirais plus fort, je paniquais et plus je le faisais, plus les arcs grandissaient… Des larmes coulèrent de mes joues… C’était pas possible, j’étais en plein délire... Puis soudain, sans crier « gare ! », je posais mes deux mains sur le bras du molosse me fermant les yeux et en me concentrant très fort… Je sais pas trop ce que j’avais fait mais il m’avait lâché au moins… J’étais alors partie me réfugier en courant, me cacher dans les coulisses, entre deux salves de rideaux. Je pouvais voir les autres mais pas sûre que eux me voyaient. Assise le dos contre le mur, les jambes repliées vers ma poitrine, je me balançais d’avant en arrière, complétement paniquée, les mais au niveau de ma tête, sans pourtant la toucher de peur de m’envoyer un propre coup de jus. Mes larmes ne cessaient de couler, dans un flot impressionnant. Fallait que je me calme… Calme-toi Alexis… Respire… réfléchit… Mais j’étais pas une guerrière bon sang ! Moi j’aimais les livres, les échecs, les énigmes et les aventures… En fermant les yeux, le visage de Wendy m’apparut… Elle c’était une vraie guerrière… Je la revoyais me dire qu’elle était comme moi : pas de pouvoir ni rien, juste elle, sa force et son courage…Je n’étais visiblement plus comme elle… et pourtant si… il le fallait. Je serais les dents en rouvrant les yeux. J’allais être une guerrière, comme Wendy, mais il fallait d’abord penser le plan d’attaque et comprendre ce qui se passait. Refléchis Alexis… Je refermais les yeux…

« C'est risqué mais... dans tous les cas on est déjà dans le filet du pêcheur. » … « Know your Ennemy »… « Inutile de poursuivre. Rien entre, rien sort, quand on est là. » … « Premier devoir du magicien : être le plus malin dans la salle. »… Toutes ces phrases tournaient dans ma tête sans ne plus s’arrêter et quand je rouvris les yeux… Je me sentais plus alerte…j’avais compris quelque chose… Ou plutôt je croyais… J’avais vu Aaaron tripoter ses cartes plusieurs fois au court du séjour… Et encore là, de loin, il me semblait qu’avant de les lancer il les avait tripotés. Il y avait un tour qu’il semblait affectionner… Celui de la carte inconnue… une carte qui n’était normalement pas dans le paquet mais une fois mise dedans, toutes les autres cartes pointaient vers celle-là… Et Louise qui nous disait que le magicien était le plus malin de la salle… Qui était le plus malin ici… Certainement pas moi, complétement terrorisée dans les coulisses… Mais y’en avait une qui s’en sortait pas si mal… Melody… Attendez ATTENDEZ je vois déjà vos regards pleins de haine et de dégoûts posés sur moi… Oui ok, elle est en danger… Je jouais peut-être trop aux échecs mais LE coup le plus connus et le plus fort quand on savait l’utiliser, c’était de sacrifier la Reine, pièce maîtresse, pour atteindre le Roi, pièce la plus faible… Et si Melody était la Reine… Si c’est elle, la fameuse « elle » ? Oooh vous pouvez me faire les gros yeux mais moi je la connais pas cette fille hein, donc je peux tout supposer, ok ? Et vous avez jamais lu Agatha Christie, c’est souvent celui qu’on ne soupçonne pas qui est le tueur… Vous avez jamais lu « Le Noël d’Hercule Poirot » ? Ben le tueur c’est… ouais non je ne vous spoil’ pas, mais ça suit la même logique ! Et qui soupçonnerait la victime ?

Mais si Melody est la Reine… Alors il y a un Roi… Masculin ou féminin, humain ou objet… C’est ça qu’ils veulent, c’est CA qu’ils cherchent… Melody n’est là que pour détourner l’attention, telle la Reine dans un jeu d’échec, telle l’assistante dans un tour de magie… mais alors qu’est-ce qu’ils veulent bordel ?!

J’étais toujours cachée, à observer la scène, en réfléchissant à toute vitesse. Je ne pouvais décidément pas partager mon idée avec les autres… j’étais la petite dernière du groupe, j’aurais même pas dû être là, Melody avait des amis, tout ce que je gagnerais à dire un truc du genre ce serait m’attirer la haine des autres et je perdrais leur confiance… Il fallait que je la joue différemment… C’était comme ce truc, c’était bizarre… Ils nous avaient d’abord dit qu’on pouvait partir et maintenant ils nous disaient que plus personne sortait… forcément… imaginez que la personne qu’ils veulent ou que l’objet qu’ils veulent se casse en disant « ben ok, prenez la sirène, moi je me tire, je m’en balance de cette histoire de thon ! » ? Tout tombe à l’eau… Tant que Melody inspire le dépit et pousse à l’aide, tout le monde restera coincé ici… Je pourrais tenter de partir… Si c’est moi, ils m’auront pas… mais si c’est pas moi… Ben je laisse la vraie victime ici et ça, hors de question fois d’Alexis ! Oh PUNAISE !!!!

Mes yeux s’étaient arrêtés sur une flaque, non loin des combats… C’était pas la première qu’on voyait des flaques comme ça… Et y’avait aucune raison qu’elle soit là celle-là… Prenant une forte inspiration puis expirant avec la même force, je me relevais et me jetais hors de la scène. Fallait que j’en ai le cœur net. Je m’étais mise à quatre pattes, la volonté passant au-dessus de la peur et réduisant les espèces d’arcs électriques qui sévissaient entre mes doigts. Passant entre les combats qui faisaient rage, j’accélérais le mouvement en passant toujours à quatre pattes tout en marmonnant :

- Vous en faîtes pas pour moi, je fais que passer…

J’avais pu m’empêcher de pousser un petit cri d’excitation en atteignant mon but. Flaque ô flaque magique à la moquette, dis-moi qui est la plus belle et pure… Ben quoi ? Y’avait de quoi devenir zinzin ok ? Je me penchais sur celle-ci tandis que je voyais des gouttelettes à l’intérieur. Plutôt bizarre dans de l’eau, non ? Me laissant pas démonter, je remis une mèche de cheveux derrière mon oreille et me penchait un peu plus, toujours à quatre pattes, tout en prenant bien soin de laisser mes mains loiiiiin de l’eau… Vous connaissez Claude François ? On vous a jamais dit que l’électricité et l’eau ne font pas bon ménage ? Soudain, mes yeux s’écarquillèrent sous la surprise. Deux gros yeux jaunes étaient en train de me fixer. Sans réfléchir, je me mis à dire :

- Aidez-nous !!!

Mais le truc me fixait toujours et je savais pas vraiment de quel côté il était… Regardant aux alentours, voyant les autres toujours occupés dans leurs combats, je plongeais sans réfléchir ma tête dans l’eau… est-ce que j’allais basculer ailleurs ? Ma tête ne semblait plus vraiment au même endroit que mon corps, dont les mains tenaient toujours fermement la moquette pour pas tomber. La sensation était des plus bizarres… Je me sentais comme étourdie… C’était indescriptible comme sensation, il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressentais alors… Une petite décharge me picota et je retirais ma tête en me ressuyant le visage et élançant mes cheveux en arrière. Personne n’avait vu ça au moins ? Et c’était quoi ce truc ? Manque de pot, je n’eus pas vraiment le temps de réitérer l’expérience que je vis le chef des baraqués m’observer au loin. Oups… Déglutissant avec difficulté, je le vis regarder autour de lui, perplexe, comme si quelque chose clochait… Puis il s’avança vers moi tandis que je reculais en position de « l’araignée », comme à la maternelle. Mais il me rattrapa bien vite et finit par me dire d’une voix calme et dépourvue de sentiment :

- Ne tentez rien de stupide, Mademoiselle Child. Ne gâchez pas votre potentiel en prenant une mauvaise décision au mauvais moment.

Je le regardais avec des yeux ronds en déglutissant. Bon il connaissait mon nom mais à la limite je m’en foutais, il avait carrément dit que j’étais une déesse magique, un truc que j’ignorais complétement moi-même. Potentiel… il parlait de quoi là ? De l’électricité et de la foudre que je pouvais, semblait-il créer ? Une mauvaise décision ? Mais c’était quoi la mauvaise décision ? De réitérer l’expérience ? De tenter de sauver la personne ou la chose qui cherchaient ? J’étais pour ainsi dire estomaquée, je savais plus quoi faire et je restais plantée là, à le regarder en réfléchissant, comme une idiote.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


if you can dream it you can do it


(c)Miss Pie

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19802-n-oublie-pas-qui-tu-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20958-once-upon-a-time-alexis-stories

Jezabel Chapman


« You Are Not Alone »


avatar


╰☆╮ Avatar : Marie Avgeropoulos.

Ѽ Conte(s) : La Légende de Manolo.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Celle qui est faite de délicieuses sucreries, qui veille sur le royaume des Âmes Chéries. J'ai nommée La Muerte.



☞ Surnom : June.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3530
✯ Les étoiles : 14166




Actuellement dans : « You Are Not Alone »


________________________________________ Lun 27 Juil 2015 - 1:02


The game is made
Welcome to Las Vegas ..
.



J'ai vraiment cru que j'allais faire mon show toute seule, à frapper ma batterie. Que tout le monde allait me prendre pour une folle ou bien m'applaudir. C'est bien d'applaudir aussi, ça encourage ! J'aperçus même Alexis qui semblait bouger sur mon petit rythme. Oh, elle connaissait Green day ! Aaron finit par me rejoindre avec ces cartes. Du coin de l'oeil je pouvais apercevoir Louise aller rejoindre le veille homme et parler avec. Sauf que je ne pouvais pas entendre ce qu'ils disaient, s'en était bien dommage. Glène aussi montait sur la scène et se laissa distraire par le jeu d'Aaron. Mais je ne sais pas pourquoi, je sentais que quelque chose ne collait pas. Même en frappant la batterie de toutes mes forces, mes yeux ne pouvaient s'empêcher de se balader si et là, d'aller des Men in Black au chef qui discutait avec Louise. bien, c'était un très beau spectacle, autant la magie que le son, vous savez, vous n'êtes pas obligés de rester. Tant que la sirène reste avec nous, vous autres, vous pouvez sortir. Hors de question que je leur laisse Melody ! Je ne l'avais pas sauvé d'un arbre pour qu'elle se fasse enlever par des hommes en noir ! Puis même. Je l'aimais bien moi, Melody. Peu être que les autres avaient un peu de mal avec elle, mais moi ce n'était pas mon cas. Et il était hors de question que je laisse quelqu'un de notre équipe derrière nous. Glène répondit à l'homme, lui demandant ce qu'il voulait tant de Melody. Je m'arrêtais de jouer de la batterie et contemplais le spectacle assis sur mon siège. Je crois que les choses devenaient désespérément sérieuses. Mauvaisement sérieuse.

L'un des gros macaques de l'homme se dégagea de la porte, nous indiquant la sortie. Je les toisais avec dureté. Lançant mon plus beau regard noir, le regard noir de la mort. Il n'était pas question que je m'en aille. Et l'envie subite de revenir devant Melody pour m'assurer que personne ne la prenne me prit. La porte se referma. Mon cœur tressaillit dans ma poitrine, je sentais comme une tension m'envahir. Je jetais un regard sur tous les hommes qui approchait. Je reculais de mon siège d'un saut en arrière, et un homme, juste devant moi disparu dans un nuage de fumée. Je perdis les autres de vue, soudainement hantée par la vague impression qu'il allait réapparaître pas loin de moi. Je jetais des regards dans tous les sens, affolés. Il est ou, le drôle d'oiseau ? J'utilisais ma super vitesse pour partir derrière moi en courant, mais l'homme réapparu et sa main s'entre choqua avec ma gorge. Mes pieds perdirent le contact du sol et je tombais à la renverse, sur le dos. Le choc de sa main contre ma gorge m'avait coupé le souffle. Je sentais une horrible pression se resserrer et je cherchais désespérément l'air. La douleur qui enflammait ma colonne vertébrale suite à la cascade me lançait, m'arrachant un gémissement. L'homme s'accroupi et resserra sa prise. J'étais sur le dos, avec une main sur ma gorge. Mes mains lui frappèrent le visage plus d'une fois, mais c'était comme frappé un mur. Il resserra plus, et toujours plus. Un toussotement me prit, m'indiquant de me calmer.

▬ « Ta de ces muscles bon sang ! Toi, tu t'entraînes tous les jours où je ne m'y connais pas ! C'est du bodybuilding, hein, c'est ça ? N'en fais pas trop parce qu'après ça devient très moche… » Il me fusilla du regard et sa prise se resserra, assez forte pour que ça me coupe la voix... Je positionnais mes mains sur sa grosse paluche qui serrait mon cou et jetais des coups d'oeil désespérés dans la salle. La panique et la peur me tétanisaient. Je n'avais encore jamais connu la peur. C'était nouveau. C'était déroutant, tétanisant. Ma respiration s''accéléras en même temps que mon cœur entamait une course à vive allure. J'avais mal au dos, très mal au dos. Je voyais aussi des étoiles danser devant mes yeux. J'entendis mon nom, et je levais les yeux pour découvrir avec effrois Glène, une main d'un des hommes sur sa gorge. Je croisais son regard qui était aussi inquiet que moi. Dans la salle, un cri retentit, attirant l'attention de tous. Melody. "Laissez-les. Je suis ici de mon plein gré. Je n'opposerai aucune résistance alors laissée-les tranquilles. Vous l'avez dit, ils ne vous servent à rien." Non, elle ne devait pas faire ça ! Elle ne devait pas suivre ces sales rats. Ils ne devaient pas avoir ce qu'ils veulent au contraire ! C'est avec tristesse que je regardais Melody s'engouffrer sur le chemin. La scène contenait un énorme cube d'eau, avec quelque chose qui tournoyait au fond. Je ne suis pas très douée pour les devinettes, mais… Un portail ? Pour conduire où ? Je me suis mis à me débattre en hurlant, et l'homme me fit un coup dans la tempe, juste là où je m'étais recousue quelques heures plus tôt avant l'accident. Ce fut assez pour me calmer et me faire hurler de douleur à la fois. La douleur me lança de nouveau atrocement. Comme ci quelqu'un m'appuyait sur la tête avec une force inouïe.

Et bien entendu, il me l'avait rouverte, l'enfoiré. Le sang coula contre ma joue et finissait sa course dans la grosse main de l'homme qui me maintenant le cou. Je respirais bruyamment, comme essoufflée d'une course que je venais d'entamer alors qu'il n'en était rien. Je croisais le regard fou de l'homme qui me bloquait toujours par terre. Je tournais mon regard vers Melody qui était près de la cuve. Ils la maintenaient fermement, jusqu'à ce qu'elle se dégage de leur prise. "Vous allez tous crever si je ne le fais pas." Que pouvais-je faire ? Rien, absolument rien. J'attendais juste le feu vert de quelqu'un. Quelqu'un qui me dise que je pouvais utiliser mes pouvoirs. Que j'ai une chance d'essayer de sauver tout le monde. Et Melody, une deuxième fois. Je croisais d'ailleurs le regard de la sirène, plein de supposition. "Scuzi ! Scuzi ! Raaah Ti va t'ouvrir espèce dé porte dé muer ta ?"

▬ « Roh mais ce n'est pas vrai, stupide boulet... » Lâchais-je d'une voix étouffer à cause de la main de l'homme. Mais cela eut le don de me faire rire. C'était une situation sérieuse, on était limite en train de se faire tuer et … Le boulet se ramène. Encore et toujours. Vous êtes sûr que ce mec n'est pas un demi-dieu ? Non parce qu'on sait jamais, pour être aussi tenace ! Un gémissement avec une plainte se fit entendre. Oh mince alors, la petite mort avait rencontré un gros macaque, veuillez réessayer plus tard. Après cette petite distraction, je reportais mon attention sur l'homme qui avait l'air de questionner Melody. Il ne l'avait toujours pas fait sauter. En revanche, je me joignais à la question que tout le monde devait se poser. C'est qui, elle ? Aaron battait son jeu de cartes, avec un air énigmatique qui cachait surement une panique en lui. Il lança sa carte sur l'homme, qui vint se coller à lui. Il allait faire quoi avec sa carte ? Lui faire un petit tour de magie ? Non parce que je sais par vous, mais ce n'est pas comme ça que nous allons aider qui que ce soit. "Tara, la fille blonde a failli me tuer, mais c'est l'arbre qui se trouvait derrière moi qui ai tout pris. Quant à Jezabel, je l'ai vu foncer à une telle vitesse que ne s'en était pas croyable. Elle est la mort à ce qu'elle prétend." Mais je prétends rien ! J'en étais blessée a force, qu'ont me croivent pas ! je laissais échapper un " Ehhhh ! " de protestation. "Si glène frappé aussi bien qu'il embrasse, ça doit faire vraiment très mal. Quant à Louise, elle est tellement intelligente qu'elle a déjà dû songer à dix façons de nous sortir de là." Oh ça oui, Glène il embrasse bien. Bah quoi ?

▬ « On est le Scooby-gang ! Et le Scooby-gang n'abandonne jamais ces membres ! » Déclarais-je sur le ton que je voulais le plus sérieux du monde. Bien que nous comparer à un dessin animé avec un chien trouillard et des gamins fouineurs… « Mais si je vous jure ! Aaron, il est comme Fred, il a toujours des plans ! Melody euh … Elle a du tempérament comme Daphné ! Vous avez jamais vu le film ou quoi ? Elle se bat super-bien Daphné. Et Louise c'est Vera ! Oui bon Vera elle est moche, mais Louise, elle est canon et aussi intelligente qu'elle ! Lui là-bas, celui qui m'aime pas parce que je suis la mort, bah lui, il me fait penser à Sammy. » Puis j'ajoutais d'un air timide « Et Sammy n'est jamais sans son Scooby-Doo... Et là, on en vient à moi ! Moi, je suis aussi marrante que le chien ! Et j'aime bien manger aussi. » Manquaient plus qu'Alexis et Tara. Mais je ne savais pas trop ce qu'elles étaient dans Scooby-doo. Il ne restait plus assez membre. « Oh et on s'en fiche, Alexis et Tara font aussi partie du Scooby-Gang et... Aïe ! Okay je me tais, sale macaque ! » Insultais-je l'homme qui venait de me mettre un nouveau coup pour me faire taire. Une situation aussi sérieuse et je sors du Scooby-doo. je peux aller me cacher. S'il vous plaît. "On est ses amis. On a chacun un petit truc qui fait de nous des gens différents et tous ensemble, je crois qu'on peut suffisamment être assez fort pour vous botter le popotin et sauver notre amie." Tout à fait ! Je tournais soudainement un regard brûlant d'envie vers le monsieur. Brûlant d'envie de le ruer de coup. Puis des bruits de luttes s'élevèrent autour de moi. Des cartes volèrent dans tous les sens. J'aperçus du coin de l'oeil Alexis Électrocuté l'homme qui la maintenait. Puis elle partit en courant se cacher. Trop bien ! Moi aussi, je veux électrocuter les gens ! Moi aussi, je veux être une Minie Zeus !

Un bruit sonore attira mon attention. Louise venait de casser l'énorme bocal qui contenait le portail. J'étais choquée. Quand je disais qu'elle était comme Vera ! Intelligente, sur pour sûr ! Puis elle dégaina une batte de base-ball qui vola en pleine d'être d'un homme baraqué. Wouah ! C'était super-méga géniale ! L'action qui se déroula autour de moi me remplit d'excitation. Je commençais à me trémousser en lançant un regard noir vers l'homme qui me maintenait toujours. Toi mon coco, tu es dans la merde ! Je plaçais mes paumes sur sa main et des flammes apparurent, dansant entre mes doigts. Le but était de le brûler. Sauf que…

▬ « QUOI ? » M'écriais-je en me rendant compte que ça n'avait aucun effet sur lui. Il me regardant avec un air espiègle dans les yeux. D'accord, mon gaillard, tu l'auras voulu ! J'étais choquée que quelqu'un résiste à mon feu. Mais ce gars-là n'avait rien de naturel. Je me concentrais et mon corps entier pris feu, des flammes s'échappaient de toute part, de la tête aux pieds. Même mes yeux avaient repris leur flamme. Mais rien. Nada. Je me transforme en chandelle géante et il n'en a rien. Mais ! En revanche, le sol était noirci par les flammes. J'éteignais les flammes et passais au plan B. Je le regardais un instant et mon corps entier changea, rétrécissant pour devenir celui d'une petite fille de cinq ans. Mon cou n'avait plus la même envergure que celle de mon apparence de jeune fille brune. J'étais à présente petite, blonde et avec des yeux bleus. L'écart que représentait sa main entre mon cou était assez vide pour que je lui donne un coup de pied, dégageant sa grosse paluche. J'en profitais pour ramper hors de son chemin. Mais il me choppa le pied. Reprenant ma forme normale, celle d'une brune, je lui lançais un coup de pied en pleine tête et finis par me relever. Je le regardais faire de même. Il essaya de me donner un premier coup que j'évitais avec ma super vitesse. J'en profitais pour me ramener vers lui et en lui en donner un dans le sternum.

Mais son bras fut plus rapide et je sentis une brûlure dans mes côtes. Je… Je venais d'être brûlée ? Non, c'était impossible ! On ne pouvait pas me brûler… Je brûlais moi-même ! J'étais insensible au feu normalement ! Surprise, je ne vis pas son poing s'écraser contre ma mâchoire. Je volais par terre, et ma tête frappa le sol. Des points noirs obscurcissaient mon regard et une douleur insoutenable battait à mes tempes. La respiration rude, l'homme sauta dans ma direction. Avec ma super vitesse, je l'évitais et atterrissais derrière lui. Je n'étais pas dupe pour comprendre qu'a lui, son heure allait venir dans quelques minutes. Une idée m'effleura l'esprit pour venir à bout de ce mastodonte insensible à mon feu. Je m'écartais rapidement de son poing qui vint s'abattre quelques secondes où je me tenais plutôt. Le temps que cette distraction l'occupe, je me suis mis à courir autour de lui à toute vitesse. Plus la vitesse augmentait, plus un cercle de lumière enveloppait l'homme. On ne le voyait plus, enfermer par toute cette lumière et tous ces pétales. Je continuais de courir en rond autour de lui, formant presque une tornade de pétales. Puis s'en crier gare, je surgis de mon cercle lumineux, propulsé par ma vitesse et lui donna un énorme coup dans la tête. Il s'écrasa sur le sol dans un hurlement strident. Mais je ne lui laissais pas le temps de reprendre ces esprits. J'agrippais mes mains sur son corps et l'emmenais avec moi dans ma super vitesse. Je fonçais sur le premier mur, l’écrasant contre, et fis de même vers le mur opposé. À chaque fois, j'abattais son corps contre le mur. Je le lâchais et il s'écroula par terre, ensanglantée, bougeant à peine. Je m'arrêtais à bout de souffle et contemplais le corps, ébahis. Je venais de jouer au flipper avec un macaque divin.

Mon regard se posa sur la scène qui se présentait devant mes yeux. Tout le monde se battait. Mais mon regard s'arrêta sur le chef des hommes. Il me regardait moi. Un drôle d'éclat brillait dans ces yeux. Une lueur étrange, comme… Pleine d'admiration ? Il s'approcha de moi, des étoiles dans les yeux. Restant sur mes gardes, je le dévisageais.

"Vous avez un énorme potentiel. Vous devriez mieux choisir vos fréquentations."

Pardon ? Bon, il est vrai que le compliment m'allait droit au cœur. Ce n'est pas tous les jours qu'on pouvait me dire ça. Mais quand même venant d'un méchant ça sonnait comme "' Lâche tous ces tocards et rejoins mon gang de méchants, tous ensemble, nous allons gagner !'' Et envahir le monde et patati et patata. Non. J'étais fidèle à mes amis, moi. Jamais je ne les lâcherais, que ce soit pour une quelconque offre !

▬ « Merci du compliment ... » Dis-je à bout de souffle. Puis une adrénaline s'empara de moi. « Mais elle est toute choisie ! » Et d'un hurlement de rage, je sautais sur lui. Ces bras passèrent autour de moi et je me sentis bloquer. J'essayais de me débattre, mais rien à faire. Une chaleur commençait à m'irradier de l'intérieur. Et ça ne venait pas de moi. Ça venait de lui. Je laissais échapper un hoquet de surprise, me débattant encore plus avec fougue et rage.

"Vous pensez pouvoir gagner ? Vous croyez contrôler le feu mieux que personne ? Mieux que le Dragon ? Vous n'avez pas idée de qui nous sommes."

Oui ! Moi oui ! Comme monsieur semblait vouloir m'enflammer sur place, je laissais moi-même échapper des flammes de mon propre corps. Oui, j'essayais aussi de le brûler. Mais c'était une allumette à côté d'un incendie. Mon feu ne valait rien face aux siens. Quelque chose attira mon attention. Quelqu'un était en train de prendre feu.

▬ « Non ! » Hurlais-je en me débattant follement. Mes yeux étaient pleins de flamme. J'avais la rage qu'on m'emprisonne aussi facilement. C'était la première fois que j'avais à faire à quelque chose d'aussi fort que moi. C'était nouveau, c'était… Non, c'était horrible de se sentir impuissant comme ça ! Et plus je me débattais, lançant des coups pied et des coups de tête rageurs, plus mon souffle se faisait irrégulier. Je sentais la fatigue m'envelopper tandis que je respirais bruyamment. Je m'arrêtais de me d'abattre. J'y arrivais plus, il était trop fort pour moi. Alors je misais encore une fois sur la super vitesse. Je fis un écart rapide avec l'homme à gauche. Puis je retentais une nouvelle fois à droite. Mais il ne me lâcha pas. Trop fatiguer, je regardais les autres impuissantes. L'un des hommes attrapa le bras de Glène et les vêtements de son bras prirent feu. Était-il en train de me provoquer ?

▬ « Non ! » Hurlais-je en essayant de me débattre à nouveau. Mais la fatigue qui enveloppait mes muscles ne donnait rien de plus. Je passais mes mains sur les bras qui m'enveloppait et essayait de décerrer sa prise.

"Vous voulez vraiment voir combien de temps il pourra résister à notre puissance ? Avoir un petit ami est un point faible miss Chapman. "

▬ « Non d'accord, je ferais ce que vous voudrez, je rejoindrais votre espèce d'armée puisque vous avez l'air captivée par moi, mais s'il vous plaît laissez le tranquille ... » Pour une fois, ma voix sonnait désespérément. Les larmes me montèrent aux yeux. Je ne voulais pas qu'on s'attaque à Glène. C'était la chose que je ne supporterais pas. Les voir lui faire du mal et ne pouvoir rien faire. Je ne pouvais plus me battre. Les voir toucher à Glène me faisait affreusement mal. Je plongeais mon regard dans celui éloigné de Glène. Mon cœur battait à mes tempes, le sang coulait le long de mon front. Mes côtes avaient souffert d'une brûlure affreusement moche et on me maintenait assez fermement pour que je n'arrive pas à m'échapper. J'étais comme une souris piégée entre les pattes d'un chat. Et je détestais ça. Mon regard quitta les yeux de Glène pour aller se réfugier dans ceux de Melody. Et maintenant ? La peur me gagnait à nouveau. C'était fichu hein ? Dites-le que c'est fichu.

Jez : 80%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥



LES LAMENTATIONS DES VIVANTS SONT UN CHANT POUR LES MORTSAnd breaking down I feel my time is running out The fire in my heart will burn me to the ground I did my part, I tried my best, the things I'm fighting to protect always shatter into pieces in the end i'm broken and i'm barely breathing i'm falling 'cause my heart stopped beating if this is how it all goes down tonight, if this is how you bring me back to life(c) crackle bones


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t45540-bring-me-back-to-life-jezabel#429596

Melody Blackstorm


« Le plus beau
c'est GASTON ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one



☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9657
✯ Les étoiles : 28121




Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Lun 27 Juil 2015 - 18:49


Les Jeux sont Faits

I've played all my cards. And that's what you've done too.
The winner takes it all. The looser has to fall.
It's simple and it's plain. Why should I complain?

Le Scooby-Gang, sérieusement ?

Malgré mon angoisse incommensurable, malgré le sang à mes tempes qui égrenaient des secondes incroyables courtes, l'ombre d'un sourire se dessina sur mes lèvres en entendant Jezabel. Qui était cette fille, à la fin ? La Mort, okay, mais elle était bien davantage. Jamais encore je n'avais vu quelqu'un prendre la vie comme ça. Même dans les heures les plus sombres, elle pouvait apporter la lumière. Je savais que ça ne nous sauverait pas, mais c'était nettement plus réconfortant que d'entendre Aaron énoncer des stupidités sans aucun intérêt dans l'espoir que ça effraye les hommes en noir.

Soudain, il lança ses cartes en l'air dans une tentative de diversion foireuse mais efficace. Louise en profita pour abaisser un levier qui fit disparaître la cuve sous la scène. Un grand bruit d'eau et de verre brisé nous parvint avant que la trappe ne se referme. J'avais sursauté, car si j'avais esquissé un pas de trop, je serais également sous la trappe à l'heure qu'il est, à giser parmis les débris de verre et l'immense flaque d'eau. Je jetai un coup d'oeil mauvais à Louise, me demandant si elle l'avait fait exprès ou pas.

Dans le même temps, Jezabel se battait avec un agresseur. Alexis avait disparu, Aaron mettait la misère à un type qui tomba à terre. Il était lui-même au sol et était en train de se relever quand l'homme en noir se dirigea de nouveau vers lui, bien décidé à le vouer au silence pour toujours. Oubliant tout le reste, je me précipitai et me jetai sur lui. Je le poussai contre une poutre. Sa tête la heurta dans un "Dong !" particulièrement creux avant qu'il ne s'écroule par terre. Je me retournai ensuite vers Aaron et sentis l'amertume envahir chacune de mes cellules alors que je le voyais attraper un Arlequin que Louise venait de lui lancer. Rien ne pouvait séparer ces deux-là. J'avais beau lui avoir sauvé la vie, il n'y en avait que pour cette fille !

Je me mordis furieusement les lèvres et tournai la tête vers le reste de la salle. Non loin, j'aperçus Alexis à quatre pattes sur le sol, tout près d'une étrange flaque d'eau. Elle était menacée par le chef des hommes en noir. Une déesse magique, tu m'étonnes que ça l'intéressait... Encore une information qu'Aaron n'avait pas jugé utile de partager avec moi. Je me demandais ce qu'il me cachait d'autre. Sans doute trop de choses. Qu'importe, je savais qu'il n'était pas digne de confiance. Pour l'instant, il fallait sauver sa peau.

Une idée m'était venue. C'était risqué, de la pure folie, mais avait-on vraiment le choix ? Jezabel avait donné tout ce qu'elle avait, et au final, un homme en noir était en train de transformer Glène en torche humaine. Un Minet, ça brûle plutôt bien. Pourquoi avais-je un pincement au coeur en l'entendant hurler de douleur ? Je commençais à trop m'attacher aux gens. C'était... problématique.

Jezabel venait de capituler, ce qui me conforta dans l'idée qu'il fallait agir. Et vite. Elle était actuellement notre meilleure arme face à l'ennemi, mais il en existait une autre. Une botte secrète, un dernier tour de magie...

Je glissai vers Louise et me plantai devant elle en lui disant :

"C'est très courageux ce que tu vas faire."

Elle me décocha un regard à la fois indécis et méfiant. Sans la lâcher des yeux, je poursuivis d'une voix calme et assurée :

"On se souviendra tous du sacrifice que tu fais. Pour nous sauver."

Sans prévenir, je lui saisis la main et la pressai fortement dans la mienne. Un bruit court et profond se fit entendre, mais uniquement dans nos propres oreilles. Les yeux de Louise s'écarquillèrent alors qu'elle manqua d'avaler son Arlequin de travers. J'aurais dû la prévenir de ne pas manger avant d'aller dans l'eau...

Mon regard se fit plus intense, presque extatique.
Autour de nous, rien n'avait changé. Je me détournai d'elle et lui lâchai la main pour observer le chef des hommes en noir. Il avait levé une main qu'il referma et je vis son poing trembler dans le vide. Mes narines palpitèrent légèrement. Il savait. Il avait peur car il savait ce que je venais de faire. Malgré tout, son regard était parfaitement impassible.

Une vibration lointaine fit trembler la flaque d'eau à côté d'Alexis.

"Si j'étais toi, je me pousserais."
lui conseillai-je.

Le chef des hommes en noir ne m'avait pas lâchée des yeux. Brusquement, il rouvrit la main et tous ses sbires s'évanouirent en fumée qui s'éparpilla sous l'effet d'un courant d'air impalpable. Après quoi il joignit les mains dans son dos pour s'avancer lentement vers moi.

"Vous êtes comme votre père. Vous vous servez des autres pour vous en sortir. Vous ne reculez devant rien pour parvenir à vos fins."

Je soutins son regard d'un air méprisant. Il venait de faire disparaître ses alliés, pourquoi ? Ne voulait-il pas les abîmer dans l'acte final ?

"Je fais ce qu'il faut pour que le spectacle continue." dis-je en haussant un sourcil éloquent. "C'est vous qui vouliez un show, il faut assumer les caprices de l'artiste."

Un tremblement ébranla la salle, puis un deuxième. Je passai la langue sur mes lèvres, savourant la tension qui se lisait dans les yeux de l'homme.

"Vous êtes prête à les sacrifier tous ? Vous savez qu'il ne fera aucune différence."

"J'ai obtenu son respect." assurai-je. "Il m'obéit."

"Ca ne suffira pas à la sauver. Les autres voudront la protéger et périront. Mais puisque vous êtes persuadée de lui faire entendre raison..."

Le reste de sa phrase fut noyée par le tremblement intense qui saisit toute la salle. C'était comme si on venait de tous nous placer sur une machine à laver géante qui venait de passer en mode essorage. Je manquai de perdre l'équilibre tout en regardant le sol et les sièges de l'immense salle onduler sous un courant invisible. Brusquement, le décor se gondola davantage jusqu'à s'élever jusqu'au plafond et se transformer en une pieuvre géante dont les deux yeux jaunes nous fixaient en-dessous de son crâne boursoufflé. Un vague sourire se dessina sur mes lèvres. Il était venu jusqu'à moi, il m'avait entendu ! Jamais encore je ne l'avais invoqué aussi loin de l'océan.

Je jetai un coup d'oeil vers l'homme en noir qui avait mis les mains dans les poches. Il ne semblait plus si inquiet, tout compte fait. Cherchait-il à ne pas montrer sa peur ? C'en était carrément ridicule.

"Kraky ?" m'exclamai-je. "Attaque-le !"

Je désignai notre ennemi du bout du doigt, assurée. Cependant, mon kraken ne réagit pas, ce qui me surprit.

"Tu m'écoutes ? Je te demande de le détruire !"

"On ne peut attaquer ce qu'on ne voit pas."

Le ton tranquille de l'homme en noir me hérissa toute entière. Je me tournai vers lui avec un regard assassin, avant d'insister :

"Il est là, juste à côté de moi ! Je veux que tu le réduises en miettes pour poissons rouges !"

Kraky émit un léger "Mouwaaap !" mouillé avant de grogner. Je fronçai les sourcils tout en me mordant les lèvres. Le regard sardonique de l'homme en noir ne me disait rien qui vaille.

"Vous ne vous êtes jamais demandée comment qu'on pouvait savoir autant de choses ? Comment on pouvait même connaître ce genre de détails-là ?" déclara-t-il en désignant Alexis.

Il secoua légèrement la tête d'un air désabusé tout en m'observant. J'avais envie de lui griffer le visage, de faire le travail moi-même, mais je savais que je n'en étais pas capable.

Brusquement, il se tourna vers Kraky et prononça des paroles étranges dans un dialecte qui ne m'évoquait rien de précis. Sans nul doute une langue ancienne et oubliée. Qui était-il donc ?

"Qu'est-ce que vous faites ?"

Je détestais le ton de ma voix, bien trop faiblard. Je déglutis avec peine en voyant Kraky poser ses gros yeux jaunes sur moi. J'avais l'impression de ne plus exister dans son regard.

"Vous voulez savoir ce que je lui ai dis ?" fit l'homme en noir d'un ton faussement surpris. "Je lui ai simplement demandé de nous offrir un spectacle. Vous l'avez dit vous-mêmes : le show doit continuer. D'ailleurs, pour que chacun puisse en profiter pleinement, je consens à vous faire partager mot pour mot ce que je lui ai dit."

Il me lança un regard empreint de mystère et de malice avant d'ajouter, en articulant chaque syllabe avec délectation :

"Bon ap-pé-tit !"

Tous laissèrent alors échapper un cri de douleur. Aaron, Glène, Jezabel, Alexis, Tara... Epouvantée, je vis des flammes lécher une de leurs mains pour ensuite disparaître et ne laisser qu'une marque noire au creux de leur paume.

LA marque noire.

Mon coeur palpita dans ma poitrine alors que je restai tétanisée. La panique m'envahit plus vite qu'un poison. Kraky agita ses tentacules d'un air menaçant. Il allait passer à l'attaque ! Je connaissais sa tactique. Il adorait jouer avec ses victimes. Il les malmenait un moment avec ses tentacules pour ensuite les gober dans sa gueule béante. Il les digérait ensuite pendant de longues semaines. Ses proies restaient conscientes jusqu'à la toute fin, car l'acide de son estomac les nourrissait. Ils avaient tout le loisir d'apprécier leur souffrance.

"Non ! NON !"
hurlai-je. "Laissez-le tranquille ! Trouvez-moi un autre portail, je plonge dedans sans hésiter mais arrêtez ça ! C'est pas une marionnette, vous n'avez pas le droit de jouer avec lui !"

Kraky n'était pas un pantin. Il était un incompris, comme moi. Forcé de tuer par nature, à cause de son instinct. Je ne voulais pas qu'il s'en prenne à eux. Pas à tous, en tous cas.

"Oh, vous me faites tellement de peine." dit l'homme en noir. "Si je le pouvais, je vous garderais rien que pour moi. Mais elle vous réclame et le prix a été plus que conséquent. Nous pourrons discuter portail après. De toutes façons, votre kraken peut être invoqué n'importe où. Nous pourrions faire une escale à Portland ensuite, qu'en dites-vous ?"

Notre hôtel. Egéon. Mon sang se figea dans mes veines tandis que Kraky plongeait ses tentacules vers nous. Je savais qu'il m'éviterait. Je n'étais pas marquée. Il ne me reconnaissait plus.

L'homme en noir s'était écarté pour lui laisser le champ libre.

"NON ! NON !"
hurlai-je, impuissante.

Je prenais conscience de l'inutilité de mes cris, mais je ne m'arrêtais pas pour autant. J'avais l'espoir qu'il m'écoute, qu'il m'entende et qu'il s'arrête.

Titubante, j'aperçus quelque chose étinceler sur le plancher. Je me mis à quatre pattes pour mieux regarder. Il s'agissait d'un éclat de verre d'à peine cinq centimètres. Quel était le pourcentage de chance qu'en explosant, la cuve projette un débris avant que la trappe ne se referme ?

"C'est un bon présage..."
murmurai-je, tremblant de la tête aux pieds. "C'est le grand final avant le tomber du rideau."

Je m'en saisis et testai le bord du bout de l'index. Aiguisé comme un rasoir. Sans me donner le temps de réfléchir plus longtemps, je le pressai contre mon poignet et grimaçai en me mordant les lèvres pour m'empêcher de crier. La douleur entra par vagues dans ma blessure.

Si je me blessais, l'homme allait stopper Kraky. Je n'avais aucune valeur morte. Ca, c'était une certitude. Je regardais le liquide écarlate couler de ma plaie et goutter sur le plancher. Il fallait que je me concentre sur quelque chose pour ne pas devenir folle avec tous ces cris autour de moi.

Ca allait bientôt cesser. Tout serait bientôt terminé.
Celle qui me voulait et qui avait payé le prix fort ne m'aurait pas.
Pas vivante, en tous cas.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

★ You get ready you get all dressed up ★
To go nowhere in particular. The world is yours and you can't refuse it. Seen so much, you could get the blues but that don't mean that you should abuse it.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Tara Duncan


« Le Brocoli
c'est exquis ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6473
✯ Les étoiles : 15305




Actuellement dans : « Le Brocolic'est exquis ! »


________________________________________ Mar 28 Juil 2015 - 23:08

Nous avions tous finis par remonter dans la chambre, fatigués ou par manque d’envie de faire la fête. J’avais voulu aller m’allonger pour colmater quelques minutes, mais, au moment où ma tête toucha l’oreiller moelleux de la chambre, Louise tambourina à la porte pour une réunion stratégique. Contente qu’elle soit revenue mais déçue de ne pas pouvoir dormir un peu, j’étais sorti de la chambre pour rejoindre les autres. Un peu en retrait, je m’étais assis sur un fauteuil pour écouter ce que la jeune femme avait découvert. Sérieusement, il s’était passé autant de chose durant son absence ? Moi qui pensais que Muerte était notre plus gros problème, j’ai été bien naïve. Le directeur de l’hôtel… Mais pourquoi Melody ? D’accord, elle était une sirène, mais je ne comprenais pas ce qu’elle pouvait lui apporter. Concentrée sur les propos du groupe, je sursautais en entendant un éternuement derrière moi. Dans le même élan que le groupe, je me retournais, un air consterné sur le visage en voyant Muerte. Toujours aussi doué celui-là. Il maugréa quelques menaces comme à son habitude avant de se faire prendre d’assaut par les filles et Glène. Ça ne lui ferait pas de mal et ça lui remettrai les idées en place. Tandis que l’homme se faisait maîtriser, Melody prit la parole pour exposer son point de vue. On était donc bel et bien coincé. De pire en pire. La jeune femme qui se prônait forte et indépendante laissa apparaître lors d’un cours instant un visage plus doux et moins sûr d’elle. Comme tout le groupe, la question de la laisser entre les mains de cet homme ne se posait même pas. Personne ne mérite ça.

A peine les explications terminées, quelques coups à la porte résonnèrent. Mon cœur rata un battement tandis que je regardais les autres, anxieuse. Maintenant, on ne pouvait plus reculer. Je me levais de mon siège, pour marcher vers la sortie de la chambre. Etonnée d’apprendre qu’Aaron avait réservé une salle, je suivais le petit groupe jusqu’à l’ascenseur. L’atmosphère était pesante, je n’avais aucune envie de regarder les hommes de mains du directeur et encore moins de parler. Les problèmes arriveraient bien assez vite. En sortant de l’ascenseur, j’eu la surprise de découvrir une salle immense avec en prime une scène gigantesque. Il était dur de ne pas avoir les yeux pleins d’étoiles face au spectacle. Je gardais dans un coin de ma tête de rester vigilante, pourtant, il n’y avait l’air de n’avoir personne à l’horizon. Certains montèrent sur la scène s’amuser tandis que je rejoignais Glène et Alexis et Louise dans le public. J’écoutais distraitement la musique en souriant tout en regardant l’ébauche de spectacle qui se déroulait sous nos yeux. Une porte non loin de nous se ferma à clé, nous enfermant dans la grande salle. Génial… Anxieuse, je tentais de garder une respiration calme pour ne pas paniquer. Les spots éclairèrent un homme plutôt âgés et aux traits durs. Il nous recommanda de continuer notre « spectacle » avant qu’il nous montre le sien. Merci, très peu pour moi, je me passerai volontiers de voir ce qu’il nous réserve. Je regardais Louise parler à l’un des hommes du coin de l’œil, vérifiant que la jeune femme ne se faisait pas attaquer.

L’homme finit par revenir vers nous, nous éclairant sur la raison de sa venue. Ce qui n’était pas franchement une surprise. Plantée sur mes pieds comme le reste du groupe, personne ne bougea lorsqu’il nous proposa de partir sans encombre. C’était évident que nous n’allions pas abandonner la sirène à son sort. Les hommes firent un pas vers nous, agressif. Le tout était de les tenir à distance. Vu l’entraînement et la force que chacun devait avoir, il ne fallait pas se faire toucher. Un coup pouvait être fatal. Le premier passa à l’offensive en apparaissant derrière Jezabel, la menaçant d’un couteau sous la gorge. La voix de Melody résonna dans la salle, me faisant sursauter. La jeune femme s’avança, se livrant d’elle-même aux hommes. Non… Il devait bien y avoir un autre moyen. Je regardais les autres, à la recherche de soutiens ou d’une idée. Mes mains commençaient à crépiter légèrement à cause de mon anxiété. Melody et l’homme s’approchaient dangereusement du tourbillon. Une idée, une idée… Attaquer comme ça ne servirait à rien si ce n’est à faire un carnage. Soudain, une carte s’écrasa contre l’un des hommes en noir. Incrédule, je lançais un regard vers Aaron, me demandant si son cerveau n’avait pas subit une surtension pour faire quelque chose d’aussi risqué. Il passa en revu chacune de nos compétences… Ce qui ne put m’empêcher de me sentir une nouvelle fois mal à l’aise suite à notre première rencontre. Bon, j’étais un boulet, mais ça, il n’avait pas franchement besoin de le savoir.

Le cri d’Alexis résonna dans la salle. Reprenant mes esprits, je fronçais les sourcils en entendant l’homme parler de déesse magique. Waouh. C’était puissant ce genre de chose non ? Mais comme elle n’avait pas l’air au courant… Je me posais de sérieuse question sur l’exactitude de ses propos. N’ayant pas le temps de m’attarder plus sur ces révélations, je regardais Aaron sortir un portable et tenter d’appeler quelqu’un en vain. Forcément, tout aurait été bien trop facile si cette technique avait été utile. D’un geste rapide, il avait envoyé son paquet de carte en l’air avant de se ruer sur son attaquant. Réagissant au quart de tours, j’avais laissé mes mains libérer assez de magie pour bruler l’homme qui me tenait prisonnière. Une fois hors de sa portée, j’avais envoyé un jet de magie qui s’était écrasé contre le thorax de l’homme, l’envoyant bouler bien plus loin. Remarquant un des projecteurs au-dessus de sa tête, j’ai joué la sureté en faisant disparaître le bras qui le tenait au mur tout en le regardant s’écraser sur la tête de l’homme. Là, c’était sûr, il allait dormir un bon petit moment. Un bruit sourd me fit tourner la tête vers l’estrade d’où le bocal géant avait disparu. Louise, non loin du dit lieu, nous regardait, un air triomphant sur le visage. C’était une idée géniale, qui nous ferait gagner du temps pour trouver autre chose. Avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, un homme s’en prit à elle, la brulant à l’épaule. Inquiète en la voyant immobile, j’avais commencé à courir dans sa direction avant de la voir se relever, une batte de baseball à la main.

Décidément, tout le monde s’était mis en tête de crier, après Louise, Alexis recommença tout en regardant fixement une flaque d’eau. Ca y est ? Elle était folle ? Non, quand même pas. Intriguée, je me demandais ce qu’elle pouvait bien voir là-dedans. Dans un hoquet de surprise, je la regardais plonger sa tête dans la flaque. Frottant mes yeux, je regardais de nouveau la scène. J’étais vraiment fatigué ou… Lorsqu’elle ressortit la tête de l’eau, la flaque vibra sous l’œil impassible de Melody. C’était un plan B ? Si s’en était un, j’espérai fortement qu’il soit utile. Certains des hommes en noirs se volatilisèrent, nous laissant dans une salle tremblante. Oui tremblante. Plusieurs secousses me soulevèrent le cœur avant l’ultime. Tremblante, je perdis l’équilibre lorsque la salle bougea dangereusement. Après m’être rattrapé inextrémis sur mes mains, j’avais levé la tête vers le Kraken, comprenant finalement le plan de Melody. Non… Non, non non ! Mais quelle idée ! Elle ne pouvait pas faire pire ! On allait tous mourir. Autant nous que nos adversaires. Et elle s’en sortirait peut être. Surement en fait. Génial.. Absolument, fantastique. Melody, qui devait avoir pris un sérieux coup sur la tête, désigna l’homme en demandant au Kraken de l’attaquer. De la même façon que si la bête avait été un ptibull. Non pas que je sois une experte, mais je ne pense pas qu’une chose comme ça obéisse à de vulgaires ordres.

Comme prévu, le Kraken ne réagit pas, écoutant ce que l’homme lui marmonnait. Là où j’étais, j’avais été incapable d’entendre un traitre mot. Une vive douleur à la main me fit lâcher un cri. Je regardais cette dernière s’enflammer pour laisser apparaître la marque noire. Je levais des yeux paniqué vers Melody qui n’avait pas l’air de savoir quoi faire. Mon regard dévia sur le Kraken qui fonça droit sur moi. Paniquée, je fis marche arrière, courant le plus rapidement possible. Malheureusement, les tentacules de la bête ne mirent pas longtemps à s’approcher dangereusement de moi. Dans un dernier espoir, j’orientais mes mains vers le sol pour laisser échapper une forte dose de magie qui m’envoya valser à plusieurs dizaine de mètre du Kraken, laissant une trace fumante sur le sol. Me relevant difficilement, je grimaçais suite à la chute avant de sentir des mains s’enrouler autour de ma taille. « Non ! Lâchez-moi ! » Avant que je ne puisse me débattre, l’homme me jeta dans les griffes du Kraken qui m’assena plusieurs coup de tentacule. Un jet de magie brulant s’écrasa contre une de ses tentacules, le surprenant. Profitant de ce moment d’inattention, je courrais loin de la bête, tentant de chercher un refuge.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Techniquement, on est des princesses ?
Bah oui, t'es la princesse d'Arendelle, et on est dans un pays qui y ressemble, donc...


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Louise Hollen


« Faisons comme si j'étais Merida.
Parlez-moi, je suis tout ouïe »


avatar


╰☆╮ Avatar : Rachel Mcadams

Ѽ Conte(s) : Les douze fréres / Les cygnes sauvages
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Elisa : la soeur



☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5979
✯ Les étoiles : 2402




Actuellement dans : « Faisons comme si j'étais Merida.Parlez-moi, je suis tout ouïe »


________________________________________ Mer 29 Juil 2015 - 21:39



Les Jeux Sont Faits !


Elle avait la tête qui tournait et une nausée insupportable. Louise manqua de tomber et s'appuya sur l'estrade en fixant les deux hommes qui étaient encore face a elle, alors que le troisième remuait faiblement sur le sol. Elle les fixait d'un oeil noir, entendant uau loin les cris de glène et Jezabel qui brulaient. Instinctivement, elle recula. Le feu c'était dangereux ... trop dangereux. Tout a coup elle sentit une présence a ses cotés et, tournant les yeux, planta son regard fatigué dans celui de Melody.

"Du sacrifice ? "

Lentement une idée germa dans sa tête, quand Melody lui attrapa brusquement le poignet. Et elle entendit un son et manqua de s'étouffer. Non, pas ca ! Pas maintenant ... Mais si ... si c'était le seul moyen alors ... La princesse arracha brutalement sa main de la poigne de Melody, les larmes aux yeux. Lentement, ses doigts se délièrent jusqu’à ce que sa batte ne tombe au sol dans un bruit sourd. Le regard rivé sur le sol, Louise ramena ses bras contre elle, soudain frigorifiée, tremblante comme sous l'effet d'un mauvais courant d'air. Elle ne voulait pas les affronter. Si se faire dévorer par le Kraken était la seule solution, elle l'accepterai alors. Mieux valait elle qu'un autre, non ? Elle était tellement ... normale et insignifiante.

Alors pourquoi n'arrivait elle a a se sentir soulagée que les autres puissent vivre si elle mourrait ? Pourquoi se retenait elle de pleurer en sachant qu'ils reverraient le soleil ? Elle avait toujours crue qu'elle offrirait sa vie "avec joie" pour aider les autres et se rendait soudain compte que non. Que c'était avec tristesse et dégout d'elle même. Et lorsqu'il arriva, lorsqu'elle vit l’immense pieuvre sortir de sous la terre, elle ne put s’empêcher de pousser un couinement apeurée.

Tout a coup, alors que l'homme en noir se décalait, la princesse vit l'un des tentacules foncer droit sur elle et la saisir par la taille avant de brutalement la rejeter contre le mur. Louise le percuta de plein fouet et glissa au sol comme une poupée de chiffon inanimée. Son corps était en feu, sa respiration la brulait et a chaque fois qu'elle respirait, elle sentait ses cotes, certainement cassées. Difficilement, elle leva les yeux et aperçut Jezabel qui se prenait a son tour un coup. La princesse poussa sur ses bras et regarda autour d'elle, avant de constater que le monstre l'avait renvoyait là ou elle se tenait quelques instants plus tôts. Quel manque d'imagination ...

Puis elle vit Melody. Sa main tremblante. Le bout de verre. Le sang. Quelle conne. Louise se traina difficilement jusqu’à elle et d'un geste brusque lui attrapa le poignet en serrant de toutes ses forces, faisant grimacer la demi-déesse sous la douleur. Elle planta ses yeux dans les siens, avant de lui mettre une gifle qui résonna dans ses oreilles.

"Espèce d’imbécile, tu pense vraiment que c'est tout ce que tu peux faire ? Léve toi et remet les idées de ta bestiole a l'endroit ! Tu va laisser Aaron et Jezabel mourir sans rien faire ? Non ! C'est trop facile de se tuer pour ne pas avoir a affronter ses erreurs. La vie c'est bien trop précieux pour être gaché comme ca ... C'est ton Kraken alors répare tes erreurs au lieu de pleurnicher. " Elle s’arrêta pour reprendre sa respiration, avant d'ajouter "Tu peux le faire."

Et elle la relâcha avant de s'appuyer le dos contre l'estrade. Et voila qu'elle se mettait a encourager la fille qu'elle supportait le moins sur cette planète ! Sa main couverte de sang, s'éteignit doucement tendis qu'elle fermait les yeux, laissant le poignet de la sirène totalement intacte, vierge de toute coupure. Quand a Louise, sa tête lui faisait un mal de chien et le monde tournait autour d'elle. Maintenant, elle avait envie de dormir. Oui, on bon sommeil réparateur, ou elle n'aurait plus a se battre. Lentement mais surement, la princesse commença a s'enfoncer dans l'inconscience en luttant pour rester réveiller.
Sherlock Loulou : 15%
Jezabel : 70 % ( désolée )
Melody : -5% ( et c'est tout )

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I don't think inside the box...
... I don't think outside the box either. I don't even know where the box is.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13704-louise-hollen-en-cour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13932-amis-et-enemis-de-lou http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t16326-la-vie-trepidante-ou-pas-de-louise-hollen#159259

Glène Hope


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Tyler Posey

Ѽ Conte(s) : Les jumeaux maudits/Le jardin gelé
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Glène

☞ Surnom : Cyr'
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 838
✯ Les étoiles : 80328




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Mer 29 Juil 2015 - 23:31





special trip to Las Vegas...  

the closer you look, the less you see...


Glène leva un regard intrigué à Aaron. Bon, il essayait, il ne pouvait rien lui reprocher la dessus. Mais la poigne de l'homme qui le tenait par la gorge était tellement puissante qui lui faudrait serrer un peu plus pour que la tête de Glène finisse par terre. Alors agresser un homme avec une carte à jouer pour ensuite énumérer les mérites de chacuns pour tenter de le faire peur, il n'était pas obligé d'essayer, vraiment. Quand il vient à dire que Jezabel était la mort, il baissa les yeux. Non, ça ne le dérangeait pas du tout, il s'en fichait royalement, il l'aimait qu'importe qu'elle royaume elle gouverne ou non. Mais ça lui rappellait que tout était compliqué en ce moment. Ce qui le fit soupirer (et étouffer aussi, il ne fallait pas oublier la grosse palourde autour de son cou qui impose dans le paysage, soupirer n'était pas la meilleure chose à faire).
Tout ça pour dire que Glène frapperait très fort s'il le fait aussi bien qu'il embrasse. L'ombre d'un sourire passa sur son visage. Il n'espérait pas qu'il se battait aussi bien qu'il embrassait, ça voudrait dire qu'il embrasse assez mal. Et puis c'est lui qui l'avait embrassé un peu plus tôt, et c'est lui qui embrassait assez bien. Pas aussi divinement que Jezabel, mais ça en restait pas mal du tout. Bref... On s'égare.

Glène fit les gros yeux et jeta un regard un peu choqué à Alexis. OK, ils avaient vraiment beaucoup de choses à se dire. Parce que devenir une déesse magique n'est pas anodin. Ou du moins si ça l'était, ça ne sonnait pas du tout comme normal.

Jezabel vint renchérir le discours d'Aaron en comparant leur groupe à celui du Skoubi-Gang. Hein ? C'était quoi le Skoubi-Gang ? On dirait un nom de jeu vidéo de chien. N'empêche que la description l'amusa, et que la comparaison avec Sammy lui alla parfaitement, si ce gars n'était jamais sans Skoubidou qui lui représentait Jezabel.

Aaron poursuivit son plan. Il avait quelque chose derrière la tête finalement. Un bouquet de cartes se dessina en l'air. Glène sentit que son assaillant ne se concentrait plus sur sa décapitation à mains nues. Il en profita pour donner un coup de pied au hasard, qui tomba sur le juste milieu. Glène ne sut pas s'il avait vraiment mal, ces hommes ayant une force clairement anormale. Cela n'empêchait pas le fait que le cri qu'il avait laissé échapper était le cri le plus aigu que Glène n'ait jamais entendu. L'homme le lacha donc, de douleur ou de surprise, et Glène prit ses jambes à son cou. Mais l'homme eut vite fait de le rattraper. L'arabe prit une chaise et la fracassa sur le crâne du mini-titan -il avait crut entendre la chaise rire tant le coup n'avait rien fait sur lui-. Il retenta le coup. Ouah, encore plus inutile que le premier. L'homme prit la chaise qu'il envoya si fort qu'elle voltigea à travers la pièce pour s'écraser à l'opposé. Il lui prit les épaules et le força à se retourner. Alors Glène perdit tous ses réflexes et cessa de se défendre quand il vit la douleur de Jezabel. Elle se faisait bruler ? Le feu semblait pourtant sa spécialité. Il n'entendit pas ce que le chef disait, mais l'homme qui le maintenait réagit et commença à faire apparaitre une boule de feu dans sa main qu'il fit lentement glisser sur la peau de Glène au niveau du bras. Glène hurla. Il n'avait probablement jamais hurler aussi fort, n'avait jamais eut autant mal physiquement, ou du moins rarement. L'homme s'en amusait, il l'entendait rire. L'homme s'arrêta soudainement. Glène rouvrit les yeux. Il pouvait maintenant entendre ce que Jezabel disait. Il fit des grands yeux, lui lançant le plus grand regard noir qil pouvait.
QU'EST-CE QUE TU FOUS ? T'ES MALADE ? LA FERME JEZABEL ! NOOON !

Il se surpassait niveau cris ce soir la décidément.
Là, il ne rigolait plus. Il était vraiment, mais alors vraiment en colère. Quand tout ça sera fini, Jezabel allait entendre Glène et pas qu'un peu. Parce qu'il en avait déjà ras le bol qu'on le protège sans cesse, alors si on devait se sacrifier pour le faire, surtout s'il s'agissait d'elle, il ne l'accepterait pas. À cet instant il avait juste envie de se briser chaque milimètres des os de son bras pour coller le plus grand poing que ce vieux fou aura eu de sa vie.

Le sol trembla tout d'un coup. Violemment. Quelque chose arrivait. Glène n'avait pas fait attention à ce qu'il se passait autour de lui, mais il vit Melody, Louise à coté, inquiète. Ce qu'elle avait dit dans l'avion lui revient. La marque noire. Oh... Ça vit hors de l'eau un Kraken ? Une réponse négative n'aurait pas été de refus.

L'immonde chose sortit de... De qu'importe où ça a bien pu diable sortir, tandis que les hommes disparaissaient. Elle était plus qu'inquiétante. Melody prétendait être aux ordre de ce monstre. Sauf que le mystérieux homme décidément plein de ressources avait plus d'un tour dans son sac. Et Melody n'était plus la meilleure amie pour la vie de l'erreur de la nature.
Glène sentit du feu caresser la paume de sa main. Il hurla de nouveau, pas seulement de douleur, mais aussi de peur. Son bras était totalement brulé, la peau y était carbonisé et ressemblerait à de la chair vive pour le restant de ses jours très probablement. Alors oui, ça l'avait un peu traumatisé du feu. Il préférait presque le temps où il était immortel et pouvait souffrir sans avoir de blessures physiques.

Glène regarda sa main. La marque, la même que celle de Louise, y était dessinée. Ils étaient tous marqués. Cette chose allait tous les tuer un par un. Mais pourquoi a-t-il accepté le voyage tout pourri d'un inconnu louche qui lui a fait chercher des cartes en pleine nuit dans un trou à chouette ? Qu'est-ce qu'il pouvait être stupide parfois, se disait-il.

Le poulpe attaqua d'abord Tara, qui aurait pu réussir à en échapper si ce maudit mini-titan ne l'avait pas repoussé. Il regarda d'un œil inquiet son amie. Puis le monstre s'attaqua à Louise et... Jezabel. Il avait été énerve il y a quelques minutes ? Maintenant il voyait assez rouge pour être capable d'ouvrir Muerte et le faire bouffer ses intestins s'il venait encore les déranger. Il prit une chaise qu'il lança sur le Kraken, et en prit une autre pour taper contre le mur derrière lui pour avoir l'attention de la créature.

Oh ! Vache A Ventouse ! Viens là, j'ai a te causer saleté !

Vache A Ventouse fonça sur lui. Il attendit le dernier moment et plongea sur le coté pour le laisser s'écraser violemment contre le mur, explosant une partie du plancher. Il vit un bout de boit projeté devant lui. Pointu, il formait un énorme pieu. Parfait. Il le prit en main et s'avança vers la créature.

Ma patience a des limites, alors je vais te dire une chose. Ne TOUCHE PLUS JAMAIS À JEZABEL !

Il lui planta le pieux tout en criant. Mais le coup ne fut que douloureux. Le Kraken s'éloigna et se plaça au centre de la pièce. Avec stupeur, Glène vit qu'il avait rapetissé légèrement. Avec un peu de chance, s'ils le faisaient assez mal, il allait se désintégrer. La petite colère passée, Glène reprit sa respiration, tout de même toujours remonté.


Vache A Ventouse : 70%
Glène : Toujours à 70%




codage by jacks ღ gifs from tumblr


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Rosalie, Mara, Flavie, Regina, le parc, Cendrillon & le psychopathe du cimetière

Je fête Thanksgiving avec les rebelles ici
Je suis au parc d'attraction avec Mara ici
Je ruine mon rencard avec Flavie en sauvant Cendrillon ici
Je fuis un psychopathe au cimetière avec Rosalie ici
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t45051-let-s-have-fun-let-s-try

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 7 sur 9
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

[Fe] Les Jeux sont Faits - Evénement #37





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Les Etats Unis