Intrigues
Disney Rpg

Au Violent de
nos Songes
Juin 2017


Par delà
les Mers

Juillet 2017

Zootopie II
#ZozoTopie
Juillet 2017


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Par delà les Mers - le 81ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Ellie Sandman ♥ - Maître du jeu : Anatole Cassini ♥
La mort est une journée qui mérite d'être vécue !

Partagez | .
 

 Evénement Divin #19 {64} : Enfants des Dieux [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage

Eloise A. St-James


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Eva Green

Ѽ Conte(s) : Hercules
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Athéna

☞ Surnom : Licia



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8180
✯ Les étoiles : 14




Actuellement dans :

________________________________________ Mar 13 Sep - 23:57

La situation était assez étrange. Apple qui gouvernait les momies. Le Grand Prêtre hors d'état de nuir... Ils ne leur restaient plus qu'à retrouver Diane, Arès et Mina. Et bizarrement, comme si son souhait avait été exaucé avant même qu'elle ne le formule, la déesse vit sa famille et Mina dans l'aquarium géant. Avec un serpent géant aux fesses. Les momies s'occupèrent de briser l'aquarium et Robyn terrassa le serpent. Puis il fallut remettre Arès sur pied. C'était lui qui avait été contaminé, comme elle l'avait senti.

Une fois Arès sur pied, Ellie chercha à activer le mécanisme pour fermer l'Arche mais le résultat ne fut pas celui escompté. Tant pis. Ils avaient autre chose à faire. Quand les momies voulurent lui mettre des bandelettes pour l'emprisonner un peu, Athéna se laissa faire, après avoir échangé un regard avec Arès. Si l'entité reprenait le dessus, ça n'allait pas les arrêter, mais bon. Ils étaient des dieux de la guerre, l'un comme l'autre et des bandelettes ne suffiraient pas à les entraver très longtemps.

Puis ils sortirent de la pyramide. Et Athéna sentit un changement. L'entité n'était plus là. Et mieux que tout... Ses pouvoirs étaient revenus ! Le reste aussi, bien évidemment, mais c'était si bon de se retrouver comme avant ! Puis une femme apparue. La Titanide sans doute... Celle qui était responsable de tout cela... Elle discuta un instant avec Arès, mais la guerrière avait d'autres questions en tête...

- Pourquoi n'êtes-vous pas intervenue pour arrêter le règne de terreur des entités qui s'amusent à posséder les gens d'ici ? Demanda-t-elle avant de faire une pause. Savez-vous ce que ce sont ces entités d'ailleurs ? Ajouta-t-elle.

Mais rien. Aucune réaction. Enfin... Pas totalement. Sans qu'elle ne comprenne pourquoi, la Titanide, en plus de la snober, la regardait d'un air méchant. Et lorsqu'elle regardait dans sa direction, Athéna ressentait un vif ressentiment envers elle. C'était comme si l'aura de la Titanide se noircissait à chaque fois qu'elle la regardait. Non mais c'était quoi son problème à cette tante horrible ?!

"Pourquoi suis-je la seule à pouvoir lire l'écriture titanesque ?" Demanda Ellie.

Sa nièce avait sans doute senti le malaise ambiant. Epiméthée répondit sans la regarder :

"Tu as le savoir en toi."

Ellie détourna les yeux sans comprendre mais l'observa de nouveau quand Epiméthée ajouta :

"Tu l'as toujours eu."

La Titanide fixa la jeune femmen durant quelques instants avant de battre des cils comme si... Comme si elle éprouvait une sorte d'absence. Puisqu'elle obtenait des réponses, Ellie en profita pour continuer à interroger la Titanide :

"Etes-vous vraiment là ?"

"Mon esprit est parmi vous, mais mon corps est à Titania. Était. C'est une sensation nouvelle."

Alors quoi ? Elle était morte et son esprit apparaissait pour les guider ? Façon Charmed quand les soeurs étaient en danger et que les fantômes de Patty et Penny apparaissaient pour leur prodiguer des conseils ? C'était étrange... Mais la Titanide semblait vraiment perturbée, comme si elle venait juste de se rendre compte de tout cela.

"Que peut-on faire pour vous ?" Demanda Ellie avec sollicitude.

"Survivre." Répondit la titanide d'une voix rude.

Puis Elle disparut peu à peu et se transforma en papillon jaune dans une gerbe d'étincelles, avant de s'évanouir à son tour. Sa nièce s'approcha de la guerrière.

"Peut-être qu'elle n'a pas entendu tes questions...?" Tenta-t-elle de la réconforter.

Athéna lui sourit, mais n'ajouta rien de plus. Il était parfaitement évident que la Titanide l'avait entendu. Mais qu'elle n'avait pas voulu lui répondre, parce qu'elle ne l'aimait pas. Mais alors, pas du tout. Décidément, cette famille était vraiment accueillante...

- T'en fais pas va... C'est une vieille peau aigrie. Dit-elle en haussant les épaules. Si on allait au village ?

Puis sur ces mots, Athéna toucha l'épaule de Robyn et celle de Mina puis se téléporta dans le village. Les autres suivirent et emmenèrent ceux qui en avaient besoin. Quand ils arrivèrent au village, les habitants étaient là, dehors, à les attendre. Ils paraissaient très heureux et les accueillaient en héros. Bien, ça ne faisait pas de mal cette petite vague d'acclamations. Parmi eux, Jun. Le gamin, tout heureux, sauta dans les bras d'Arès pour l'embrasser, ce qui fit ricaner la guerrière.

"Vous vivants ! Vous tous là ! Vous très braves !"

- Ouais ouais. C'est grâce à Apple, elle contrôlait les momies. Expliqua rapidement la déesse.

Puis elle embarqua Mina dans un coin et la força à s'asseoir. Sans rien dire, Athéna se mit à soigner les plaies de la brune. En temps normal, tout aurait été soigné rapidement, mais là, elle pouvait juste refermer les plaies. Les siennes étaient elles-mêmes entrain de se refermer.

- Désolée de ne pas pouvoir faire plus.

Mais tant qu'elle n'aurait pas retrouvé ses pleines capacités, le reste devrait attendre un peu.

Athéna : 50% en pleine régénération

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Par delà les Mers...

D'après le code de Grey Wind
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18984-tremblez-athen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19285-qui-osera-venir-vers-la-deesse-de-la-guerre http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19919-les-etapes-d-un-vaste-plan-divin-ou-les-peregrinations-d-une-deesse#183523

Anatole Cassini


« Somewhere beyond the sea »


avatar




╰☆╮ Avatar : ➹ Dylan O'Brien

Ѽ Conte(s) : ➹ Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ Un mystère

☞ Surnom : ➹ seb



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7877
✯ Les étoiles : 111




Actuellement dans : « Somewhere beyond the sea »


________________________________________ Mer 14 Sep - 10:57



« C'était peut-être une idée stupide... »

« Mais je voulais juste faire naître l'espoir grâce à elle... »





    « Pourquoi toujours Jules Verne ?! » m'exclamai-je, agacé, en constatant qu’Ellie venait de faire apparaître un livre dans ses mains.

    Elle ne pouvait pas s'en empêcher de penser à lui constamment. La jeune femme avait tournée la tête dans ma direction et c'était à ce moment là, que la titanide était apparue derrière nous. Diverses émotions s'étaient emparée de moi. Je me sentais aller mieux, mais aussi avoir la sensation qu'une immense force s'emparait de moi. C'était donc cela qu'on ressentait en présence d'un Titan ? Je ne l'avais jamais éprouvé, c'était... majestueux. Plus elle parlait, plus son aura diminuait, remplacée par une autre que je connaissais bien.

    « Pourquoi suis-je la seule à pouvoir lire l'écriture titanesque ? »

    Voilà ce qui intriguait la jeune femme. Quand Epiméthée lui répondit, la Titanide tourna la tête dans ma direction. J'avais légèrement secoué la tête de gauche à droite, tandis qu'elle avait une nouvelle fois penchée son regard vers Ellie pour lui répondre à sa dernière question.

    « Mon esprit est parmi vous, mais mon corps est à Titania. Était. C'est une sensation nouvelle. »

    Maintenant elle savait. Le temps finissait toujours par nous rattraper. Un majestueux papillon pris sa place et disparu à son tour. Je restai quelque instants à contempler l'espace vide avant que le groupe se décide à retourner vers le village. En l'espace d'un instant on avait quitté ce lieu pour se retrouver entouré de gens qui nous acclamaient. Je reconnaissais June qui hurlait qu'on était vivant et qu'on avait survécu. Un peu comme la Titanide l'avait souhaitée. Mais à quel prix cette survie ?

    « Allez s'il te plaît ! » suppliai Apple en parlant à Ellie.

    « Non, c'est hors de question. Ca risquerait de les effrayer. »

    « Mais je leur expliquerai. Tout va bien se passer. »

    Les filles étaient un peu à l'écart du groupe et semblaient en désaccord sur quelque chose. Je m'étais tourné vers elle, sans pour autant m'en approcher, tandis que les autres ne semblaient pas avoir remarqué quoi que ce soit, trop accaparés par les villageois. Ellie regarda blasée Apple et finalement soupira.

    « Ca risque de créer un mouvement de panique. Alors prépare les, le temps que je revienne. »

    Apple hocha la tête d'un air assuré, tandis qu'Ellie disparut. La jeune fille était retournée vers les villageois, se faisant acclamer de plus belle pour ses exploits avec les momies. Elle eu un grand sourire.

    « J'ai une surprise pour vous ! Euh... les momies vont arriver et elles vous feront aucun mal. J'ai pris la décision de vous les donner. De cette façon, elles vous protégeront si des gens mal intentionnés veulent vous faire du mal. »

    Je sentais au regard des villageois qu'ils n'étaient pas très rassurés. J'étais resté en simple spectateur quand Ellie était revenue accompagnée d'une poignée de momies. Elles marchaient toutes d'un pas cadencé, l'air important et se stoppèrent d'un même élan en arc de cercle devant les villageois. Apple s'approcha d'elles.

    « Alors, je ne peux pas vous emporter avec moi, là où je vais aller. Même si j'en aurai eu très envie... alors vous allez rester avec les villageois. Vous devez les protéger, sinon votre reine sera très mécontente. »

    Elles semblaient comprendre et accepter leur tâche, même si l'une d'entre elle se mit à pleurer en saisissant que la séparation était inéluctable. Tandis que je me demandais pourquoi elles avaient choisi Apple pour Reine. Il devait y avoir une raison à cela.

    « Tu as bien fait. » dis-je à Ellie qui était qu'à quelque pas de moi. Elle n'avait pas semblée sûre de son coup, mais faire venir les momies ici et leur demander de protéger les villageois c'était la meilleure chose à faire.

    « J'espère que les momies ne vont pas démembrer quelqu'un en pensant que c'est une bonne chose. » dit-elle d'un ton à la fois sarcastique et anxieux. Je lui avais répondu par un faible sourire. « Ca va être étrange de retrouver une vie normale. »

    Cette fois ci, je ne pu m'empêcher de rire.

    « Quoi ? » laissa t'elle échapper.

    « Je n'ai jamais trouvé que notre vie était normale. Mais si ça peut te rassurer, oui on va retrouver la stabilité qu'on avait avant. » ajoutai-je avant de réfléchir sur un autre point et de revenir immédiatement dessus. « C'était quoi ce regard ? »

    « Quel regard ? » me répondit-elle d'un ton méfiant.

    « Quand on était dans la pyramide. Au moment où tu as sauvé la vie à Arès. Pourquoi tu m'as regardée d'un air si... gênée, juste après que... tu vois, n'est ce pas ? »

    Son regard se ferma immédiatement et elle s'éloigna d'un pas rapide, m'ignorant totalement. Quand à moi, j'avais simplement continué à la regarder s'éloigner, tout en souriant.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Je naviguerai, tempête ou pas tempête,
je naviguerai même pour l'éternité...


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t69248-chronologie-rp-s-de-anatole-cassini#670683 En ligne

Diane Moon


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10393
✯ Les étoiles : 93




Actuellement dans :

________________________________________ Jeu 15 Sep - 1:06

Enfants Des Dieux
On peu rien faire de gentil sans que ce soit mal interprété sur cette foutue planète ?


Étant donné, l'échange entre Athéna, et notre « tante ». J'étais au final bien contente de ne pas avoir cherché à entrer plus que cela en contact avec elle. Je me contentais de me réjouir intérieurement du retour de mes pouvoirs. Cela signifiait que mes plaies se refermeraient y compris celle à la cheville causé par le monstre. Une déesse de la chasse boiteuse, ce n'était pas très glorieux. De toute façon, en un rien de temps nous étions de retour au village, acclamé par ses habitants. Je les laissais faire, n'y prêtant pas plus d'attention que cela jusqu'à ce que Jun ne porte son regard sur mes « blessures de guerre » en train de cicatriser :

"Vous faire comme Râ ! Lui aussi guérir ses bobos tout seul sans remède !"

Encore ce « Râ » ? Se pourrait-il que l'un des nôtres soit déjà venu ici ? C'était probable, après tout, vu tout ce qu'il nous arrivait. Mais, c'était également l'occasion d'en savoir un peu plus. Qui sait, c'était peut-être de la faute de celui ou celle qui était venus avant toute cette histoire, et dans ce cas là, s'il était à Storybrooke, j'irais me faire une joie d'aller lui tordre le cou moi même. J'avais un trop plein d'agressivité à évacuer apparemment :

- Dit moi Jun, est-ce que tu as déjà aperçu Râ tu sais de quoi il a l'air ? Tu pense que tu pourrais me le décrire ?

"Moi jamais voir Râ. Lui être venu il y a trèèèès longtemps. Conteur du village nous raconter histoire de lui. Râ être arrivé un beau jour et lui avoir appris beaucoup de choses à mon peuple. Lui protéger nous grâce à collier précieux."

Et sur ces belles paroles, il m'indiqua une maison me faisant signe de le suivre très certainement à l'intérieur. Je haussais les épaules et lui emboîtait le pas, n'ayant rien à perdre. Si je pouvais découvrir l’identité de « Râ » je pourrais sûrement convaincre Apollon, de m'aider à lui tordre le cou, vu que de base c'est sensé être lui. Je n'étais pas sûr qu'il apprécie que l'on utilise son nom ou tout du moins, l'un de ses noms à tort et à travers. Surtout, s'il n'avait pas été inclus dedans, le connaissant il allait bouder, et si je lui proposais de réparer cet affront, il ne dirait pas non. Suffisait, de savoir s'y prendre avec lui, et j'avais de très longues années de pratique derrière moi. Si lui pouvait obtenir quasiment tout ce qu'il voulait de moi, c'était la même chose de mon côté avec lui. Enfin, je décidais de laisser cela de côté pour le moment, afin de me concentrer sur l'intérieur de la maison, qui semblait être un genre d'autel pour prier où ne se trouvait qu'un seule et unique coffre que Jun ouvrit afin de m'en montrer le contenue. Un affreux collier en plastique avec un soleil. Le genre que l'on pouvait trouver dans les distributeurs de « surprise » des super marché fût une époque. Bizarrement, je commençais à avoir de sérieux doute, concernant l'identité de « Râ ». J'espérais simplement que je faisais fausse route.

"Relique sacrée. Collier précieux de Râ." Expliqua Jun d'un ton solennel

Heinhein, est-ce que je lui disais clairement qu'il s'était fait arnaqué ou bien, est-ce que je le laissais continuer de croire qu'il s'agissait de la huitième merveille du monde ? Franchement, à bien y réfléchir, j'étais fatiguée, j'en avais plein le dos, je voulais partir et aussi stupide que cela puisse paraître, j'avais besoin d'un câlin histoire de me dire que tout ceci n'avait été qu'un mauvais moment à passer. Hors la seule personne qui pouvait faire ça, n'était hélas pas avec nous. Donc, je n'avais vraiment aucune envie de partir dans un quelconque pseudo débat sur le fait qu'ils s'étaient fait avoir et que des trucs pareils on en trouvait en achetant un magasine destiné aux enfants, aussi ne fis-je aucun commentaire

"Râ être parti un jour sans retour.  Poursuivit-il d'un ton triste Sans se retourner, ne pas regretter. Lui avoir dit à ancêtres de moi que lui devait aller danser sous le soleil des tropiques. Depuis, plus jamais Râ être revenu, mais protection être là."

D'a...ccord. Récapitulons, un pseudo dieu du nom de « Râ » est apparût du jour au lendemain, a donné une breloque pour gamins à une tribus autochtone un peu naïf et puis est partis en disant qu'il devait allé « danser sous le soleil des tropiques ». Ça ressemblait, un peu trop à une certaine personne de ma connaissance, ça faisait même un peu trop de coïncidences à mon humble avis. Aussi, décidais-je de tenter le tout pour le tout histoire d'être vraiment sur que je ne me trompais pas :

- Et personne ne sait à quoi est-ce qu'il ressemble ? On ne vous a jamais fait de description physique ?

"Conteur nous raconter que Râ avoir barbe et longs cheveux noirs comme nuit sans lune. Lui choisir plus jolies filles du village pour rituel nocturne. Lui être beau et grand."

Franchement, on ne pouvait pas faire plus blasée en cet instant là que moi. Comme quoi, je ne m'étais malheureusement pas trompé. J'aurais préféré. Mais malheureusement, j'avais eu raison. Et apparemment, il y a pas à dire, la beauté c'est franchement subjectif. Non parce que pour moi, Hadès s'apparentait plus au hippie mal coiffé qu'à l'homme « grand et beau ».

- Vous ne devez pas croiser beaucoup d'étranger dans les parages
dis-je non sans une légère pointe de sarcasme qui sembla passer totalement inaperçu au vu du sourire que m'offrait Jun. Non, parce que pour trouver Hadès « beau », j'étais toujours partis du principe qu'il fallait ou avoir les neurones complètement grillé, soit être aveugle. Mais ne pas voir souvent d'étranger pouvait aussi s'ajouter à ma liste.

"Vous partir comme lui ?" Demanda brusquement le gamin me tirant de mes pensées. Qu'est que je pouvais lui dire ? Évidemment, qu'on allait partir. Notre vie était à Storybrooke. Nous étions arrivé ici par hasard, et notre objectif avait été depuis le début de trouver un moyen de nous en aller. Mais je pouvais pas lui dire ça comme ça. Il avait l'air suffisamment abattu comme ça. Aussi esquissais-je un sourire désolée et repris-je doucement :

- On doit rentrer chez nous, nos familles nous attendent

Sans compter, que je n'allais pas priver Arès, de son tête à tête avec Apollon. D'ordinaire j'étais pas mesquine, mais là, on va dire que c'était un peu ma vengeance pour avoir été le cinquième à vouloir attenter à mes jours. Je lui laissait, « radio potin », parler de tout sauf des choses importantes ainsi que le mal de tête qui allait avec. Alors, oui il y avait bien un fond de vengeance mesquine, et je le disais sans absolument aucune honte. Je n'avais rien dit aux quatre premier. Arrivé au cinquième c'est bon, je sature. Il avait qu'à passer avant Phobos. Mon seuil de tolérance s'arrêtait avec mon fils.

"Moi comprendre..."
Répondit Jun, en regardant le sol "Vous revenir ?"

Non, pas les grands yeux plein d'espoir. Pitié tout sauf ça. J'allais avoir envie d'être gentille, et éviter au maximum de lui faire de la peine après. Sauf que je ne pouvais pas faire de promesse, que je n'allais pas tenir. Je veux dire, soyons honnête. Il était plus que hors de question, que je remette un pied sur cette planète un jour. S'ils voulaient, je leur envoyait Apollon, et j'incluais Hadès dans le lot tant qu'à faire -quoi que pas sur que ça soit une excellente idée- mais, j'avais de très gros doute concernant l'envie des autres membres de « l'expédition » à revenir ici :

- Disons qu'on va essayer

Voilà, je ne promettais absolument, rien ce qui m'arrangeait, et je ne le froissais pas, ce qui m'arrangeait également. J'étais beaucoup trop gentille, vraiment. Sans compter que je n'oubliais pas le fait qu'il m'avait piqué un bracelet, que je le voyais porter fièrement à son poignet. Bon. On allait, enterrer la hache de guerre, et en même temps, j'avoue que j'avais un peu pitié de lui et de son admiration, pour le « collier » inutile d'Hadès. D'accord, ils étaient tous un peu nœud nœud. Mais j'estimais que ce n'était pas une raison légitime pour les laisser juste avec « ça » en guise d'objet sacré. Aussi décidais-je à faire apparaître une petite breloque en forme de croissant de lune, que je lui lançais. Disons, que je faisais « amende honorable » à la place d'Hadès qui ne le ferait jamais. J'étais d'ailleurs certaine que si je lui en parlais, il ne s'en souviendrait même pas. Il avait tendance à avoir une mémoire sélective étrangement :

- Tiens cadeau je te l'offre pour mettre sur ton bracelet dis-je avec un sourire en coin

Étant donné son regard humide, et sa manière de me regarder comme s'il n'avait jamais rien vu de plus beau je supposais que ça lui avait plu. J'avais donc remplit ma part du contrat, et je pourrais repartir l'esprit tranquille

"Vous m'avoir donné cadeau de mariage ? Vous revenir et être ma femme ! Moi pas oser vous demander mais vous... alors, vous avoir dit oui ?" fit-il tout ému en glissant la breloque à son bracelet

Là vraiment, je n'ai pas pu m'en empêcher, la main est venu rencontrer le front toute seule. Finalement, non je leur enverrais pas Apo'. Jun, avait la même capacité que lui à m'émouvoir et à m'exaspérer dans la seconde qui suivait. Est-ce que l'on ne pouvait rien faire sans que cela soit interprété comme une demande en mariage sur cette foutu planète ? Quoi qu'il en soit, je me devais de mettre les choses au point :

- Trouve toi une gentille fille au village, qui te feras des tonnes d'enfants à qui vous pourrez continuer de raconter l'histoire de Râ. Je crois que je suis un peu trop...âgée pour toi. Tu as l'âge d'être mon fils.

"Moi pouvoir faire tonne d'enfants à vous."
Assura Jun "Vous être vieille mais jolie quand même. Et vous être courageuse."

…. Non mais il le faisait exprès ou tout comme Apollon il faisait l'interprétation qui l'arrangeait ? Bon du calme Artémis, ne t'énerve pas cela ne sert strictement à rien :

"C'est...gentil à toi mais je suis déjà maman et crois moi mon fils me suffit amplement, je n'ai nullement l'intention d'en avoir d'autres. De plus, son père et moi sommes très heureux. Chez nous, la coutume veut que l'on offre des présents aux gens que l'on considère comme nos amis. Tu es donc un ami...Un ami un peu simplet mais un ami quand même."


"Dommage. Mais moi accepter être ami simplet de vous."
répondit-il en haussant les épaules et en s'éloignant faisant tinter sa breloque comme hypnotisé. On pouvait vraiment leur faire gober n'importe quoi, ça en était presque effrayant. Il avait de la chance que ça soit moi. D'autres auraient largement profité de la situation. Il y avait qu'à voir Hadès par exemple. C'était étrange comme j'avais envie de l'étrangler en cet instant



made by pandora.



Artémis : 60% en cours de régénération

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

In the woods i stand alone
Into the hills we go. I don't know if i could live much more, didn't know that I could feel this great life's to waste higher higher

©BESIDETHECROCODILE
En ligne

Apolline Méléon


« Tu aimes les cacahuètes?
On aime tous les cacahuètes! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Sabrina Carpenter

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La fille du draméléon et de la déesse de l'amûûûr

☞ Surnom : Natoune

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1870
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Tu aimes les cacahuètes?On aime tous les cacahuètes! »


________________________________________ Jeu 15 Sep - 18:12

Enfants des Dieux
Tick Tock on the clock!

Apple and co.

La pomme que tonton Arès m'avait offerte était incroyablement sucrée. Je l'avais savourée comme jamais. Je lui en aurais bien demandé une autre mais l'arrivée de la femme -homme ?- en armure m'obligea à garder le silence. J'avais suivi le bref échange tout en grignotant mon fruit, beaucoup plus intéressée par la nourriture que par la conversation.

Finalement, nous nous étions téléportés au village dans lequel nous fûmes accueillis en véritables héros. Je rentrai la tête dans les épaules, un sourire jusqu'aux oreilles, en entendant Athéna dire que tout était grâce à moi. Ce n'était pas vrai. J'avais juste donné un petit coup de pouce sans le vouloir en devenant reine des momies. En tous cas, j'étais flattée que ma tante, la déesse de la guerre et de la sagesse, me fasse ce compliment. Ca représentait beaucoup pour moi.

L'euphorie générale régnait dans le village. Tous les habitants étaient réunis autour de nous et chacun s'éloignait plus ou moins, accaparé par une personne ou une autre. J'aperçus Robyn qui était en grande conversation avec un villageois qui arborait une peinture d'éléphant sur la joue. Je haussai les épaules et avisai Ellie pour la convaincre de faire venir mes momies. J'avais pris une grande décision : comme je ne pouvais les laisser sans occupation, et que je ne pourrais pas les emmener à Storybrooke -même si j'aurais aimé- j'avais trouvé une solution pour qu'elles poursuivent leur existence sur cette planète. Ma soeur fut difficile à convaincre, mais elle finit par téléporter mes sujets dans le village. Les habitants n'étaient pas très emballés, et ils observèrent les momies d'un oeil méfiant même après que j'eus exposée mon idée : à savoir, mettre mes sujets à leur service. J'étais certaine qu'ils pouvaient co-exister ensemble. Les momies les aideraient à se défendre si jamais d'autres serpents venaient leur chercher des noises.

J'étais fière de moi. J'avais fait une bonne action. Une momie se mit à sangloter en comprenant que j'allais bientôt partir, et je me reculai de quelques pas prudents, craignant qu'elle ne vienne me pleurer dans les bras. J'avais beau m'être attachée à elles, je préférais qu'elles ne me touchent pas. Elles étaient tout de même moisies et ne sentaient pas très bon.

J'avais une idée pour leur remonter le moral. Je cherchai Ellie des yeux car une fois encore, j'avais besoin d'elle. Je n'osais pas demander à mon oncle ou mes tantes de faire apparaître quelque chose, j'aurais eu l'impression d'abuser de leur gentillesse. Avec ma soeur, ce n'était pas pareil.

Je me rendis compte qu'elle était perchée sur le toit plat d'une maison en pierre, assise avec les jambes ramenées contre elle. Qu'est-ce qu'elle fichait là-haut ? Elle faisait encore une crise de solitude aiguë ? Je ne comprenais pas ce qu'elle adorait tant dans le fait d'être seule. Moi, je trouvais ça flippant. Je montai par une échelle posée contre le mur et la rejoignis, manquant de tomber en enjambant le rebord, à cause de ma robe encombrante.

Ellie était abîmée dans la contemplation de la pyramide au loin, qui scintillait dans la nuit naissante. Je fronçai les sourcils, réalisant qu'elle brillait bel et bien, comme si elle était faite en cristal ou en diamant.

"On dirait une boule à facettes triangulaire." fis-je remarquer.

Ma soeur n'eut aucune réaction, les yeux rivés sur l'horizon. J'esquissai une moue soucieuse.

"Tu réfléchis à ce que t'a dit la dame en armure, c'est ça ? Ne te prends pas la tête. Elle a peut-être juste cherché à t'embrouiller."

Et puis, pourquoi voulait-elle toujours tout comprendre ? Elle était capable de lire une vieille écriture, c'était plutôt cool. Au moins elle, elle savait lire. Je baissai la tête et déglutis avec peine, me sentant une nouvelle fois complètement dévalorisée. Je ne lui arrivais pas à la cheville. Je ravalai mon amertume car je l'aimais bien trop pour lui en vouloir d'être géniale, et lui demandai avec un enthousiasme forcé :

"Tu pourrais faire apparaître un smartphone avec des super musiques dessus, s'il te plaît ? J'en ai besoin ! C'est urgent !"

Mon téléphone avait définitivement rendu l'âme et si je voulais mener mon idée à terme, il m'en fallait un autre. Ellie soupira comme si ma requête était sans intérêt, et fis apparaître un smartphone qu'elle me tendit d'un air désabusé. Je l'attrapai et parcourus la playlist avec avidité, avant de plisser des yeux.

"On a dit 'bonnes musiques' ! C'est quoi ça Chopin et Debussy ?" fis-je, méfiante.

Il n'y avait que des compositeurs poussiéreux de ce genre. J'aurais vraiment dû demander à Arès. Lui au moins, il avait bon goût.

"Ce sont des musiciens de talent."
déclara Ellie d'un ton pincé.

"Et tu danses comment sur un truc qui s'appelle 'Tristesse' ?" répliquai-je en louchant sur les titres.

Elle me reprit le téléphone des mains.

"Cite-moi une chanson que tu aimes."
dit-elle, lassée.

"Hum... Tick Tock de Ke$ha, ça fera l'affaire." estimai-je. "Ou prends plutôt la version de Glee, elle est beaucoup mieux."

Ma soeur cligna des yeux tout en me fixant, et je lus dans son regard qu'elle se demandait si j'avais de la semoule en guise de cerveau. Je levai le nez en l'air, prête à défendre bec et ongles mes goûts musicaux, mais elle évita le conflit en me rendant mon téléphone.

"Voilà. J'espère que c'est ça. C'est difficile de faire apparaître quelque chose que je n'ai jamais entendu."

"Merci !"

Je la laissai sur son perchoir et redescendis sur le sable. Les momies se rassemblèrent aussitôt autour de moi. Je les observai tour à tour et déclarai d'un ton fataliste :

"Je vais bientôt devoir partir, mais je vais vous donner de quoi rester positives et optimistes. Quand on a le blues, je ne connais qu'un seul remède : danser et chanter."

La momie émotive pleura de plus belle et se moucha dans les bandelettes de sa voisine. Je fronçai le nez et brandis le téléphone. Elles levèrent la tête d'un même élan en poussant un "Ooooh..." émerveillé. Sûrement que les deux qui avaient dansé dans le couloir de la pyramide avaient raconté aux autres à quel point la musique, c'était cool. J'esquissai un sourire mutin et appuyai sur On. Tick Tock débuta aussitôt, le volume poussé à fond. Les momies commencèrent à se déhancher en rythme et je les imitai, leur montrant ensuite des enchaînements sympas. J'avais l'impression de jouer à Just Dance en live.

Bientôt, des villageois se joignirent à nous, intrigués et enchantés par la bonne humeur qui se dégageait de notre petit groupe. Ils ne dansaient pas très bien mais ça allait de paire avec les momies, quoique certaines avaient un sacré rythme dans les os !

Je remarquai soudain Anatole qui nous observait, un peu plus loin. Je me mordis les lèvres, hésitai un peu et finalement allai le voir en pas chassés rythmés. Il m'avait fait très mal au coeur, mais quoi qu'il puisse arriver, je ne pouvais pas vivre sans lui.

"Viens danser avec nous ! Et ne fais pas celui qui ne sait pas ! Tu as dansé le charleston une fois, je t'ai vu !" fis-je en le mettant au défi de mentir.

"Tu m'as vu danser sur ce genre de musique ?"
demanda-t-il en haussant un sourcil.

"Non, et justement, je veux voir !" exigeai-je.

Le jeune homme regarda Diane, qui venait de sortir d'une maison, comme s'il se souvenait de quelque chose et il déclara :

"Ok."

A ma grande surprise, il commença à avancer vers moi en bougeant les jambes en rythme, même si ça se sentait qu'il n'était pas très à l'aise. J'eus un grand sourire et tournoyai sur moi-même, les bras levés vers le ciel. Puis, je secouais la tête au son de la musique et bougeais les épaules.

Put your hands up! Put your hands up!

Dans mon dos, momies et villageois levèrent les mains en beuglant Poutyurhedop!

Je sautillai sur place comme eux pour les rejoindre, et me souvenant brusquement de quelque chose, je m'approchai d'une momie.

"Qui vous a dit que je m'appelle Aphrodite ?"
lui demandai-je en mentant sur mon identité pour mieux savoir la vérité. "Et qui vous a dit que j'étais votre reine ?"

La momie me fixa de ses orbites vides et subitement, elle alla chercher une de ses "collègues" qui sortit une caméra ensablée de sous ses bandelettes. Elle marmonna quelque chose d'incompréhensible et ajouta d'un ton caverneux :

"Archiiiiiives..."

Elle me colla une vidéo sous le nez, visible depuis le petit écran abîmé de la caméra. On y voyait tonton Judah assis sur le trône de la pyramide, l'air très content de lui, avec les momies prostrées à ses pieds. La vidéo ne durait que quelques secondes, mais je l'avais bien reconnu. Mon cher tonton qui avait voyagé sur d'autres planètes pour me faire un cadeau ! Bon, de base c'était pour ma mère vu que les momies m'appelaient Aphrodite, mais je n'allais pas le répéter. Je fis un sourire rayonnant aux momies qui me le renvoyèrent, en beaucoup moins charmant.

La musique arriva à la fin mais une autre momie appuya sur le téléphone, la relançant de plus belle. Les villageois et les momies poussèrent un "Ouaaaais !" d'une seule voix en se dandinant de nouveau.

"Arès, Robyn, Diane, veneeeez ! C'est super génial !" criai-je en renversant la tête en arrière et en secouant mes cheveux.

Je n'avais pas appelé Athéna et Midnight car je ne savais pas où elles se trouvaient. Quant à ma soeur, elle était trop coincée pour danser.


Apple : 90%
***
Code by AMIANTE

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Poussière vivante, je cherche en vain ma voie lactée.
Et je divague, j'ai peur du vide. Mais mon dieu de quoi j'ai l'air ? Je sers à rien du tout. Et qui peut dire dans cet enfer ce qu'on attend de nous ?
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t54668-i-m-in-the-middle-of-starting-over-apple

Robyn W. Candy


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar


╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux

☞ Surnom : Even

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2002
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Ven 16 Sep - 0:49





Dance Magic Dance

Et divorce?

J'avais à peine fini d'apparaître dans le village, au milieu des habitants surexcités à l'idée de nous revoir, que j'avais senti quelqu'un m'attraper par le cou pour me serrer très très fort contre lui. Je suffoquais, en écarquillant de grands yeux ahuris, incapable de bouger ou tenter une prise pour me défaire de l'étreinte qui me broyait la nuque.

- Femme de retour ! Femme entière !

«Lily » pouvait pas s'empêcher de me caresser les cheveux, à croire que c'était un fétichiste des tignasses mal coiffées et pleines de sable. Il fini par me lâcher quand il entendit mon appel au secours qui ressemblait plus à une râle de douleur, à deux doigts de m'évanouir parce que l'air avait arrêté de s'infiltrer dans mes poumons. Je comprenais mieux pourquoi certaines personnes disent que l'amour tue !

- Moi pas vouloir étrangler femme ! Moi être trop content de la revoir !

Je levais une main pour le faire taire, en me massant la gorge avec l'autre. Si il y avait pas été aussi con, sûrement que j'aurai pensé à un meurtre prémédité pour récupérer ma pâtisserie. La recette du gâteau à la banane et au nutella, ça vaut clairement des millions vu comment c'est trop bon !

- Ouais bah ta femme, t'as failli plus la voir du tout là ! Tu fais de la muscu ou quoi ?

Il avait pas l'air d'avoir beaucoup de muscles, vu ce que son espèce de toge dévoilait. Par contre, il avait toujours son dessin d'éléphant sur la joue. Ça partait ce truc ou c'était un tatouage avec une aiguille qui met de l'encre sous la peau et tout ? Y avait pas de sang partout et j'avais pas été réveillée de ma gueule de bois par des hurlements de souffrance, donc je penchais surtout pour le dessin au feutre ou avec un marqueur. Ils ont une papeterie dans le coin ?

- Moi fort ! Moi pouvoir porter toi ! Même si toi lourde !

Il avait plié le bras pour gonfler son biceps quasiment inexistant, avec un air fier. À sa place, je l'aurai pas trop ramené hein. Et comment ça, j'étais lourde ? Putain mais ils avaient quoi tous à me donner l'impression que je pesais une tonne ? Il dû voir que j'étais pas du tout ravie de sa remarque parce qu'il sorti quelque chose de la sacoche en cuir qui tapotait sa hanche à chaque fois qu'il faisait un geste.

- Vêtements de toi. Moi avoir réparé eux. Moi être très doué pour couture. Comme ça toi chasser et protéger village pendant que moi recoudre vêtements et cuisiner bons plats pour toi ! Nous compléter ensemble !

Il me tendit avec un grand sourire mon pantalon et t-shirt... cousus ensemble. Et comment j'étais censée entrer là dedans si y avait même pas de fermeture éclair pour se faufiler dans sa tenue hybride ? J'allais pas passer par le col non plus. Valait peut être mieux qu'il touche à que dalle. J'étais pas sûre qu'il savait faire des oréos ou des gâteaux en plus.

- Hum... Lily, on se complète pas. Je vais partir, tu le sais ça hein ? Je peux pas rester ! T'es gentil et t'es doué pour t'occuper des maisons, apparemment, mais je m'en vais. Je suis pas faîte pour être ta femme, t'as besoin d'une gonzesse qui te ressemble.

Je posais une main sur son épaule, pour essayer de faire passer la pilule facilement en montrant un geste de sympathie. C'était assez spé comme situation. J'étais entrain de... divorcer ! Ou un truc du même genre, et c'était pas normal du tout. Comment les gens pouvaient se séparer ? C'était pas facile, même pour moi alors que je m'en foutais complètement de ce type !

Je m'étais attendue à ce qu'il s'effondre et à devoir essayer de le consoler en passant aux tapettes dans le dos, mais à ma grande surprise, il m'adressa un petit sourire, en posant sa main sur la mienne. Je me figeais en essayant de masquer ma gêne à l'idée qu'il me touche, mais je lui devais bien ça. Il devenait célibataire là, c'était pas cool !

- Moi savoir que toi partir. Moi préparé à départ de toi. Mais moi attendre Femme. Moi jamais oublier toi. Amour de moi pour toi être très fort. Quand moi retrouver toi, faire boum boum boum !

Au début, j'avais trouvé ça plutôt mignon. Et quand j'avais compris ce qu'il avait prévu pour nos retrouvailles imaginaires, j'avais retiré ma main à toute vitesse en faisant un pas en arrière avec une grimace dégoûtée. Non mais... beurk ! Il voulait qu'on... Sérieux ? Raaah mais trop dégueulasse ! Je frissonnais, en me forçant à me rapprocher pour me pencher rapidement et déposer un petit bisou sur sa joue. Un truc tellement rapide que c'était probablement comme un simple coup de vent passant sur son dessin éléphant.

Je le vis rougir et ouvrir de grands yeux rêveurs, et je profitais qu'il se plonge dans ses délires pour m'échapper. On allait pas passer non plus 107 ans à nous dire au revoir hein. Y avait un côté vachement triste à tout ça, mais c'était pas non plus comme pour mes ewoks. Eux au moins ils avaient pas prévu des trucs glauques.

- Eh bah putain...

Je m'étais arrêtée en laissant échapper un petit rire ahuri devant la vision des momies et des villageois qui dansaient sur la chanson de Kesha. C'était pas la seule qu'elle avait fait d'ailleurs ? C'était pas mon genre de musique mais je connaissais bien parce que mon voisin du dessus à une époque faisait tout le temps la fête, toutes les nuits, et cette chanson était sa favorite. Ça s'était arrêté la nuit où, à quatre heures du mat', j'avais débarqué avec Lucille à la main, encore en pyjama, et que j'avais menacé de leur péter la gueule à tous si ils fermaient pas leur gueule et qu'ils éteignaient par leur musique de merde. Depuis, ils faisaient des soirées scrabble et je pouvais enfin dormir. Comme quoi Lucille sert vraiment à pleins de trucs !

Je déposais d'ailleurs la batte contre le mur d'une des maisonnettes, juste à côté de mes fringues cousues que je laissais en boule à même le sol, avant de rejoindre Anatole en remuant la tête au rythme de la musique. J'essayais de faire de même avec mes hanches et mes jambes pour avoir l'air de faire autre chose qu'une imitation ratée d'un poulet à jeu de mimes, mais c'était pas gagné.

Je sursautais quand une momie se jeta devant moi, en me fixant beaucoup trop sérieusement pour que ça soit rassurant. Elle fit demi tour dans un bon, me faisant de nouveau sursauter, pas vraiment tranquille, et elle commença à... twerker. Je regardais avec un mélange de dégoût et de fascination les bandelettes entourant son fessier osseux, qui s'étaient mises à voleter dans tout les sens à chaque fois que la momie s'agitait. Je la laissais continuer à se déboîter le bassin et me mis juste à côté d'Anatole qui avait pas l'air super à l'aise non plus. Bon bah au moins, on était deux à ressembler à rien. Moi j'aurai été incapable de faire comme la momie ! Sûrement que je me serai pétée un truc au passage. Ça voulait dire que je devenais vieille ?

- Si tu te moques, je t'en colle une.

J'avais dis ça sans regarder Anatole, en faisant des espèces de moulinets avec les mains et en me balançant de gauche à droite en essayant de suivre le rythme de la chanson. Ouais... clairement, j'étais pas prête pour intégrer le casting de Danse avec les Stars.


Robyn: 70%


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I have lost myself again
I focus on the pain, the only thing that's real. The old familiar sting, try to kill it all away but I remember everything. What have I become? Everyone I know goes away, in the end.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t10164-jump-into-your-racing-car-and-say-sugar-rush#87059

Connor Williams


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Gerard Butler

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Arès, dieu de la Guerre et de la Destruction.

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 627
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Ven 16 Sep - 20:03




Enfants des dieux et autres joyeusetés


retour au bercail !

Alors on en était rendus là ? C’était tout ce qui allait se passer ? Le mot de la fin, ce genre de trucs, mais absolument plus de quoi paniquer ? Apparemment. Je sentais les pouvoirs revenus en moi, se promenant dans mes veines comme ils le faisaient depuis des millions d’années, puisant dans une force inépuisable qui faisait ce que j’étais. J’avais toujours un truc coincé dans la tête, je ne savais pas ce que c’était mais j’espérais que le côté divin allait lui clouer le bec pour un moment… Voir l’avait détruit ? Je n’étais pas du genre à être très optimiste quand il s’agissait d’infiltrations et de plans en douce, aussi serrai-je la mâchoire d’un air contrit. Toute cette histoire n’était pas finie, encore moins que je découvris que l’imbécile responsable des momies et de ce beau bazar n’était autre que Judah. Pourquoi ça ne m’étonnait pas ? Pourquoi, plutôt, ça me paraissait si gros que je l’avais occulté des hypothèses plausibles ? Franchement, celui-là, il ne m’avait pas vraiment manqué.

« Soleil de mes nuiiiiiits ! Toi revenu ! Toi manqué à moi !! »

Résonna une voix que je connaissais bien, découvrant Shion qui ne manqua pas de venir me sauter dessus ! Est-ce que c’était moi ou elle avait encore moins de vêtements que d’habitude ? On voyait tout ! Je haussai un sourcil en la rattrapant à bout de bras pour éviter qu’elle ne vienne se coller trop à moi ; je préférais éviter les effusions sentimentales, surtout avec des gamines en chaleur. En tout cas elle gloussa, sautillant d’un pied sur l’autre au rythme de la musique qui résonnait un peu plus loin dans le village ; me laissant la toiser des pieds à la tête pour essayr de comprendre si elle avait un ou deux morceaux de tissu en tout et pour tout – les maillots de bain existaient déjà ici ?

Elle eut un petit sourire, tapotant son index contre sa joue en ondulant ses hanches.

« Toi vouloir moi, Grincheux ? » Aguicheuse. « Moi pouvoir donner beaux bébés, forts et braves ! Eux aussi grincheux que toi ! »

Je secouai la tête en étouffant une grimace derrière une quinte de toux, préférant ne même pas répondre à cette proposition indécente qu’elle était en train de me faire ! Non mais, les jeunes de nos jours, qu’est-ce que c’était que ce délire là ?! Elle ne pouvait pas aller enquiquiner des gamins de son âge plutôt que de me coller aux baskets ? Elle s’extirpa de mes bras pour m’attraper la main et la posa délibérément entre ses seins, par réflexe je pinçai sa peau avant de la retirer avec un peu de douceur quand même. Machin fit la moue mais je me contentai d’afficher un petit sourire en coin.

« Désolé, mais je vais partir, et je préfère ne rien laisser derrière moi. »
« Oh ? Moi venir avec toi ! » S’exclama-t-elle.
« Non. Ca, ce n’est… Non. Toi tu restes ici. »
« Mais pourquoi ?!! Moi vouloir venir avec toi ! Moi vouloir plein de bébés ! Pour ensuite monter plein d’autruches ! On aura grand élevage ! »

Je n’étais pas sûr qu’elle parle d’un élevage d’autruche mais, dans le doute, je préférais décliner l’offre. Elle avait quand même employé plusieurs termes tabous dans mon langage et, mis côte à côte, ils faisaient vraiment peur ! Donc, redoublant d’ingéniosité pour me débarrasser de la collante – j’avais profité qu’elle tourne la tête vers une bande de momies surexcitée pour me téléporter ailleurs – je fini par enfin trouver un peu de tranquillité à nouveau. J’ignorais qui avais choisi les morceaux en train de passer, mais ça avait tendance à briser mes oreilles pour le coup… Moi qui pensait partager quelque chose avec une nièce, il fallait que je me rende compte que je n’étais pas encore totalement à la page. Ce n’était pas faute d’avoir essayé d’écouter les bruits bizarres qui sortaient du téléphone d’Hippolyte quand on vivait à New York.

Je m’étais éloigné du village, m’engageant dans le soir en train de tomber pour parcourir le désert. Enfin, parcourir… Je m’étais rapidement déplacé jusqu’au sommet de l’une des dunes bordant le village, observant d’un œil septique la grosse fête organisée. Est-ce que les momies étaient en train de faire la chenille avec les autres humains ? Apparemment. Je secouai la tête en levant les yeux au ciel, avant de me tourner dos à tout ceci. J’avais quelque chose à faire, et je ne comptais pas rentrer les mains vides. Focalisant précisément ma cible, je me concentrai quelques instants avant de voir les grains de sable bouger plus loin. Peu à peu, puis de plus en plus. Rapidement. Tremblotants alors qu’un vrombissement se permettait de résonner sous nos pieds.

Lentement, comme une entité secrète du désert, mon vaisseau fini par réapparaître progressivement à la surface ! Qu’est-ce que ça faisait plaisir de le revoir ! Je souris en l’extrayant des sables mouvants dans lesquels il avait été plongé, observant tout le sable qui s’échappait des moindres conduits où il s’était entassé jusque là. Saleté ! Promis, une fois rentré je lui faisait une révision complète et j’exterminait jusqu’à la moindre once de poussière qui avait pu s’accumuler à l’intérieur… En tout cas, le vaisseau fut bientôt intégralement sorti de sa prison désertique et je le fis reposer sur la dune à quelques mètres de moi. Ce qu’il était grand, mon bébé ! Presque en aurais-je eu la larme à l’œil, si je n’avais pas entendu les halètements suffoquant de Jun en train de gravir la dune.

« Grincheux... Toi…. Avoir…. Retrouvé… Vaisseau ! »

C’est bien, il était observateur ce gamin. Encore un peu et il aurait ses entrées pour l’école maternelle ; ne manquait qu’un tout petit peu d’efforts. Sans l’attendre, je me dirigeai vers l’appareil et passai en-dessous en jetant des regards désolés aux câbles et autres connexions bien abîmées par leur traitement. Je passai la main vers des plaques pour les remettre en place sans effort, réajustant l’ouverture provoquée par l’éjection de la capsule de sauvetage ; ingénieux ces gamins. Jun m’emboîta le pas sans cesser de parler.

« Toi partir ? Mais lui pas en état, vous devoir encore rester un peu, temps de réparer, et sable du désert bien abimer… » Il s’interrompit en voyant que le Faucon Millenium se réparait progressivement sous ses yeux, s’arrêtant alors en attrapant un pan de mes vêtements pour m’interpeller. « Grincheux ? Quoi toi être exactement ? »

Je me tournai vers lui, faisant mine de réfléchir avant de… Tendre la main et de lui tapoter la tête. Là, voilà.

« Pour une fois, on se contentera de Grincheux. »

Je n’avais pas envie de lui expliquer, il ne percuterait pas et en plus je n’avais pas franchement envie de m’éterniser ici. Me déplaçant sur le côté, j’étais en train de réparer le trou béant que le Grand Prête avait fait subir à la carlingue quand les autres apparurent à leur tour. C’était l’heure du rendez-vous, ça y est ? Le temps des adieux et tout le toutim ? Parfait, qu’ils fassent, moi je ne comptais pas m’éterniser pendant quatre cents ans ici ! Les momies avaient suivis les villageois et toute la troupe dans une farandole endiablées, se tenant les mains pour faire des petits ponts les une derrière les autres alors que, deux par deux, elles parcouraient le tunnel créé pour recommencer à l’arrivée. Sérieusement, elles ne s’arrêtaient jamais ?

Apolline arriva non loin de moi, l’air à la fois émerveillé mais aussi… Un peu triste de la tournure des évènements.

« On est vraiment obligés de partir si vite ? »

Plus vite c’était, mieux ça se passait. Je hochai la tête à son attention et m’apprêtai à grimper à l’intérieur lorsque les deux bras de Jun m’attrapèrent pour me serrer. Ayant un geste de recul à son attention, je levai les mains comme pour le repousser… Avant de finalement me racler la gorge et de poser mes paumes sur ses épaules. Bon, ok, un câlin. Mais un seul ou je faisais un malheur.

« Grincheux va me manquer ! » Couina-t-il avec un reniflement larmoyant.

Oui, bon, moi aussi, peut-être, un peu… Bref, ce genre de trucs.

« Aller aller, t’as encore pleins de trucs à faire de ta vie. »

Qu’il me lâche avant que je me mette à pleurer moi aussi ! C’était une poussière, une poussière dans l’œil, d’abord !

« Oublie pas, la deuxième étoile à droite et tout droit jusqu’au matin ! »

D’où il connaissait ça, lui ? Je le repoussai en espérant que ce ne soit fini jusqu’à remarquer le chef du village juste à côté de nous. Il me souriait avec un air bienveillant que je n’aimais pas du tout, genre, vraiment pas. Mais dans quel mauvais film dramatique j’étais tombé encore ? On ne pouvait pas s’en aller tranquillement sans effusions de larmes ou adieux déchirants ? Déjà qu’on avait les momies pour pleurer de tous leurs os, ça suffisait ! L’homme s’approcha de moi quand Jun consenti enfin à me lâcher, me tendant la main après m’avoir observé.

Je me permis un sourire – au moins lui n’allait pas me sauter dessus ! – et lui rendit sa poignée de main avec force. Sacrée poigne !

« ... Merci. » Finis-je par dire en voyant qu’il ne me lâchait pas. « Beaucoup. »

Il continua de me sourire en agitant sa main dans la mienne et ça commençait à devenir un poil lourd… Finalement, après plusieurs secondes, il posa ses doigts sur la première et donna une petite pression supplémentaire. Puis il me libéra. Pas trop tôt.

« Toi devoir emmener souvenir de nous avec toi. Souvenir donne envie de revenir. »

Ca se disait comment, « non », dans leur langue ? Non parce que je le voyais venir gros comme une maison qu’il allait me refourguer un truc chelou. Je ne voulais pas de saletés dans mon vaisseau !

« Moi t’offrir autruche ! Autruche forte et vigoureuse. Autruche défendre toi. Autruche toujours te conduire où nécessaire, très rapide ! Autruche loyale, comme peuple. »

Et tandis que je me décomposai, il s’écarta pour laisser avancer une de ces foutues bestioles, tenue par une lanière en cuir. Lanière qu’il me plaça à même la main pour m’obliger à accepter. Sérieusement, j’allais la laisser ici celle-ci ! Vraiment ! Et puis, on avait des voitures ou la téléportation sur Terre, pas besoin de se coltiner un volatile en sus. J’étais déjà en train d’imaginer le laisser à Olympe pour tenir compagnie à Apollon de toute façon ; ou l’expédier chez Judah. Au pire, elle finirait chez Aphrodite avec un tutu et des ballerines pour danser sur du Tchaïkovski.

« Vous n’êtes vraiment pas obligés. »

Si ? Merde alors. Décidant de couper court à tout ça, avant qu’on ne me propose d’autres trucs, je grimpai à l’intérieur du Faucon Millenium et abandonnait l’autruche dans un couloir sans même en tenir compte. Tant qu’elles ne ressortaient pas avant l’espace, c’était bon, non ? Je me dirigeai vers le cockpit, retrouvant les sensations familières qui m’avaient accompagnées pendant plusieurs semaines. Me laissant tomber sur l’un des sièges, je pris le temps d’apprécier un tableau de bord en train de s’allumer et d’entendre les réacteurs s’allumer les uns après les autres. Parfait !

Mon regard fut attiré par un éclat brillant dans le paysage, plissant les yeux pour remarquer la pyramide que nous venions de quitter. Cette dernière luisait d’une lueur blanche dans la nuit naissante, ayant passablement abandonné son manteau de sable pour révéler une nature cristalline. Je ne l’avais pas remarquée jusque là… Peut-être qu’ouvrir l’arche l’avait révélée sous sa vraie nature ? En tout cas, je pris quelques instants à la regarder, le temps que les autres ne daignent monter à l’intérieur sans faire trop d’histoires. J’espère qu’ils n’allaient rien abîmer, je les laissais déjà monter à bord c’était un exploit !

J’entendis le corps de quelqu’un s’affaler sur le siège à côté du mien, tournant la tête pour découvrir Apolline qui venait de me rejoindre. Je lui adressai un sourire malgré moi, appuyant sur divers boutons du tableau de commande pour lancer la procédure de décollage.

« Première fois dans un vaisseau ? » Lui demandai-je.

Elle hocha la tête avant de faire mine de réfléchir.

« Il manque juste un petit truc, tonton... »

Et je la vis écraser avec force un bouton rouge situé sur son côté du tableau de bord. Aussitôt, une musique résonna dans l’habitacle (et dans tout le reste du vaisseau), ce qui me fit lâcher un sourire et même un léger rire devant tant d’audace.

« Heureusement que ce n’était pas les sièges éjectables. »

Je vis Jun, un peu devant les autres villageois, nous fixer avec attention. Ils reculèrent d’un même mouvement avec les momies quand le Faucon se souleva loin du sable du désert, les rendant petits. Tout petits. Infiniment petits sur la planète que je quittai sans regrets. Nous dirigeant vers la stratosphère, nous fûmes bientôt plongés au cœur de l’espace et de ses étoiles. J’activai un écran entre les deux sièges et pianotai rapidement dessus avant qu’un compte à rebours ne se mette en amrche. Dix secondes.

Un regard avec Apolline et elle s’installa confortablement dans son siège, attachant sa ceinture.

« Accrochez-vous derrière, ça va un peu secouer. »

Je ne pris même pas la peine de vérifier, ils n’étaient pas sourds jusqu’aux dernières nouvelles. Juste suicidaires. L’obscurité laissa alors place à des éclairs lumineux, puis toutes les étoiles devant nos yeux semblèrent se déformer dans des lignes blanches, aveuglantes, s’allongeant encore et encore… Jusqu’à ce que nous nous retrouvions propulsés en vitesse lumière pour dégager le plus vite possible de cet endroit. Direction ? Mars. Fort Noir, où je laissai mon vaisseau avec une pointe de regrets pour le coup (il aurait fait fureur sur terre) avant que nous ne soyons tous téléportés de nouveau à Storybrooke, destination finale. Fin de l’aventure. Fin de tout ce qu’il s’était passé. Fin de près de 10 mois d’absence. Fin de ma tranquillité passagère, aussi.

J’étais de retour sur Terre et, malgré moi… Ca faisait du bien.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

« Destruction is inside us »

Milles Rêves en moi font de douces brûlures. † i was always hungry for love. just once, i wanted to know what it was like to get my fill of it - to be fed so much love i couldn’t take anymore. just once.


Midnight A. Storm


« Tu aimes les cacahuètes?
On aime tous les cacahuètes! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Nina Dobrev

Ѽ Conte(s) : Aucun
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Unknown/ Katerina Valeriùs/ Midnight Storm

☞ Surnom : Kath/Kitty Kate

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1986
✯ Les étoiles : 340




Actuellement dans : « Tu aimes les cacahuètes?On aime tous les cacahuètes! »


________________________________________ Sam 17 Sep - 9:02



D'accord...
Et après, y en a qui vont dire que je suis pas une fille facile..

Feat. Que des gens inutiles et sans intérêts. (Apolline, Anatole, Eloise, Diane, Robyn, Ellie & Arès)

.



Pour qui se prenait-il ? Qu’est-ce qui lui faisait croire, que ses paroles avaient le moindre intérêt à mes yeux ?
En alerte, je scrutai le fond du bassin à la recherche de l’un de ces parasites capable de se transformer en liquide pour prendre possession d’un hôte humain.
En tombant dans le bassin, j’avais malheureusement bu la tasse. Et si sur le coup, j’étais incapable de penser à quoi que ce soit d’autre qu’étriper et démembrer la momie responsable de cette affront, la dure réalité concernant ma situation, avait tout de même fini par me revenir en pleine figure, tel un boomerang.
J’étais à moitié nue dans un bassin probablement rempli de parasite extraterrestre, et l’une de ces saloperies avait peut-être réussi à s’infiltrer en moi.

Eh merde !

Cependant, si l'une de ces "choses" avait trouvé refuge à l’intérieur de moi, je ne ressentais absolument rien d’étrange. Aussi, je décidai de retourner sur la terre ferme, laissant au dieu le soin de plonger à ma place puisqu’il était déjà dans l’eau, lorsqu’une chose s’enroula autour de mon cou pour m’étouffer. Alors comme ça, ces misérables insectes avaient décidés de me supprimer hein ? Très bien. Je me ferais donc un plaisir de les exterminer jusqu’aux derniers.

Fin du premier acte.

Alors que la créature resserrait progressivement son emprise sur mon cou pour m’étouffer, j’essayai avec ma main libre, d’attraper sa tête pour pouvoir la regarder dans les yeux –ou ce qui lui sert d’yeux- avant de la lui trancher. Seulement, la créature en plus d’être rapide était agile, puisque elle arrivait sans cesse à me glisser entre les doigts. Au final, je décidai de renoncer à ce petit plaisir, par manque de temps. J’entrepris donc d’attraper le corps de l’animal pour le couper. Mais le parasite ayant probablement compris mes intentions, resserra son emprise si fort, que des points noirs commencèrent à danser devant mes yeux.
Ces à ce moment-là, qu’un nom se rajouta de lui-même à la liste de ceux qui finirait leur pitoyable existence entre mes mains.

« Allez, fais pas ta rabat-joie et dis pas merci, c'est pour moi. »

Je toussai puis relevai la tête pour adresser un regard furieux à la divinité avant de reprendre mon souffle.
Le remercier ? Lui ? Parce que cette pâle copie d’une véritable divinité, c’était finalement décidé à me sortir de l’eau au lieu de continuer à me regarder crever ? S’il était encore en vie, c'était seulement parce que je savais pertinemment que les combattre tous les deux seraient difficile. Sans mes pouvoirs, j’étais aussi ridiculement faible que Mina, d’autant plus que cette petite idiote, avait abîmé ce corps avant que je le récupère.
Mais il ne perdait rien pour attendre.

Bientôt..

Contenant ma rage, je serrai le manche du poignard de toutes mes forces, avant de me relever pour les rejoindre. J’avais beau savoir que pour atteindre mon but, je devrais prendre mon mal en patience et attendre le bon moment pour agir, ça ne rendait pas la situation plus acceptable pour autant. Aussi, je laissais mon esprit vagabonder, imaginant mon poignard se balader sur le corps du dieu lui arrachant quelques beaux morceaux de chair au passage, pendant que je réduisais la distance entre nous, lorsque celui-ci, se jeta sur sa sœur pour l’étrangler.

Enfin !


Un sourire mauvais accroché aux lèvres, je m’approchai du dieu et en silence, je levai mon poignard en l’air avant de le planter dans sa chair triomphante. Savourant chaque seconde de ce moment, je remuai légèrement la lame dans la plaie avant de la retirer, prête à passer aux choses sérieuses, lorsque la déesse, plus rapide que moi, assomma son frère à coup de carquois. Il allait vivre et elle, elle allait regretter d’avoir fait ça.

Cet fois encore, un nom s’ajouta de lui-même à la longue liste de ceux qui périraient entre mes mains. Celui de la déesse Artémis.

Bientôt..

***


Il est temps.

Lorsque j’étais encore piégée avec Artémis, j’avais délibérément laissé la déesse se débrouiller seule avec son frère inconscient, et lorsque le serpent géant s’était manifesté quelques temps plus tard, j’avais volontairement pris mes distances, dans le but, de me servir d’eux comme diversion. Car tant que la créature était occupée avec eux, elle me laissait tranquille moi. Cependant, contrairement à ce que j’avais espéré, même ce stupide reptile géant n’avait pas été en mesure de se débarrasser de ces deux misérables insectes. Pire encore, il avait été achevée par la petite blonde, qui malgré une blessure apparemment grave, avait réussi à s'en débarasser en un tour de main.
Inadmissible. Fallait-il tout faire soi-même ici ?

Puisque nous n’avions toujours pas trouvé le moyen de débloquer nos pouvoirs, je m’étais contenté de rester silencieuse après ça. Exprimant néanmoins une joie feinte, lorsque mon regard croisa celui d’Athena, ou lorsque je dus exprimer ma « gratitude » et mon « soulagement » quand à la survie du reste du groupe. Apparemment, ça n’avait choqué personne que je reste dans mon coin, un rictus amusée aux lèvres, à profiter du spectacle, tendis que la déesse luttait pour sa vie et celle de son frère face à un serpent géant.
Pourtant, je pouvais affirmer sans me tromper, que Mina avait encore une fois jouée les héroïnes suicidaires tourmentées au cœur brisé, puisque la presque totalité de mon corps était douloureux. A croire qu’ils étaient tous aveugle, en plus d’être stupide.

Cependant, une fois sortie de la pyramide, mon pouvoir se libéra enfin. Et avec lui, l’obligation de continuer cette ridicule mascarade. Trop occupée à profiter de la sensation de toute puissance que m’offrait le retour de mes pouvoirs, je remarquai à peine le changement de décors - où plutôt, je m’en fichais royalement - jusqu’à ce que la déesse de la guerre, me traîne dans un coin à l’écart pour jouer les infirmières.
C’était le moment idéale pour agir.

« Désolée de ne pas pouvoir faire plus. »

Désolée ?

Le regard rivé sur les veines saillantes parcourut de lave en fusion entrain de se dessiner sur mon corps, j’attrapai brusquement le bras de la déesse avant lever les yeux vers elle et de répondre :

Non, pas la peine. Par contre.. Mina ne va pas aimée ce que je te réserve, mais ce n’est pas grave. Elle finira par se calmer, comme toujours..

Utilisant mon pouvoir, j’immobilisai la déesse avant de lever son bras à hauteur de mes yeux, pour le voir brûler à mon contacte. Seulement, il ne se passa rien. Au lieu de ça, je ressenti une vive douleur dans la jambe et la déesse se libéra, récupérant son arme, prête à attaquer.

« Tu l’avais pas vu venir, avoue. »

Sur ma gauche se trouvait Mina, debout les bras croisé contre sa poitrine, le regard rivé sur moi. Qu’est-ce qu’elle… comment avait-elle pu ?

Tu n’as pas ce pouvoir. Crachai-je à son attention. Tu ne peux rien contre moi. Tu crois que ce ridicule coup de poignard va m’arrêter ? Tu n’as pas été capable de m’arrêter lorsque j’ai tué ce connard pathétique, et tu ne m’arrêteras pas non plus cette fois. Alors, regarde et profite du aaaaaah..

Criai-je de douleur, surprise. Pourquoi pouvais-je encore ressentir l’insupportable douleur causée par le poignard, alors que j’en avais retiré toute la magie ? Et que je n’étais pas censé ressentir quoi que ce soit ? Adressant un regard furieux à cette dernière, je luttai pour extraire de ma main valide la lame plantée dans ma jambe par l’autre main, en vain. Comment pouvait elle ? C’est impossible !!

Mina arrête, ne joue pas à ça avec moi ! Tu devrais savoir depuis le temps, que je n’hésiterai pas un seul instant, à réduire en cendre tout ce qui te tient à cœur ou que tu défends, juste pour te faire payer cette provocation.

« Pas cette fois. »

D’un geste brusque, la main contrôlée par Mina tourna vers la gauche et je poussai un nouveau crie de douleur.

Mina.. grognai-je furieuse.

« Quoi ? T’as oublié ? C’est moi, l’héroïne solitaire, suicidaire et tourmentée au cœur brisé. »

Cette fois, la lame tourna violemment dans l’autre sens m’arrachant un hurlement de douleur. Elle ne croyais tout de même pas que..

« Qu’est-ce que tu disais déjà ? Ah oui ! Bye, bye Darkness. C’est à mon tour de jouer maintenant.. »

***

A mon réveille, je pousse un terrible hurlement de douleur avant de retirer brusquement le poignard planté dans ma jambe. Putain, mais pourquoi j’ai pas pensé à ça, avant de reprendre ma place hein ? Le cul sur le sable, je me lève avec difficulté avant d’utiliser la magie des ombres pour me changer, troquant mon débardeur et mes sous-vêtements noirs, contre de vrais habits propres. A vrai dire, ce n’était probablement pas l’idée du siècle, mais avoir quelque chose de propre sur le dos a quelque chose d’agréable, presque réconfortant. Même si j’ai mal partout, que je pue la transpiration (entre autre chose) que je saigne abondamment de la jambe et que je viens de geler le sable autour de moi, y compris celui dans lesquels mes pieds sont enfouis, comme une conne..

Eh meeeerde !!!

J’essaie de sortir mes pieds de leurs chaussures de glaces, mais je n’y arrive pas. Au final, je me retrouve à tenter de casser la glace avec mon poignard, parce que j’ai pas envie d’utiliser mon pouvoir un peu plus. Je crois, entre nous, qu’il en a assez fait. Enfin, qu’elle en a assez fait avec. En clair, même si j’ai l’air d’un genre d’extra terrestre bizarre avec mes longs cheveux bouclés rouge, mes yeux d’un bleu très clair et mes veines saillantes sur tout le corps parcourut par quelque chose comme de la glace liquide, je m’en fous. En faite, le seul truc qui me dérange maintenant, c’est ces foutus chaussure de glace. Ça et aussi Eloise qui hésite apparemment encore à me sauter dessus et qui attend sûrement des explications de ma part.
A ce propos, qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui dire moi, maintenant ?

Eeeeh Eloise, je euh… je crois qu’il faut que je te parle d’un truc. Ou deux…

Et dire qu’à la base, c’était juste censé être un banal voyage à New-York. Je m'en souviendrais de celle-la...

Jauge de vie (Mina) : 60%


.

]

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Voice in my head.
Maybe there's crazy in my blood, but i don't care. ∞ Sign by Most Wanted
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t58721-midnight-storm-somebo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t61346-mina-we-share-an-instant-of-private-darkness#582231 En ligne

Eloise A. St-James


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Eva Green

Ѽ Conte(s) : Hercules
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Athéna

☞ Surnom : Licia



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8180
✯ Les étoiles : 14




Actuellement dans :

________________________________________ Sam 17 Sep - 18:52

Athéna venait de faire son maximum, vu son état, pour soigner Mina quand celle-ci l'attaqua. Surprise, la déesse ne réagit pas tout de suite, bien qu'en un tour de main, elle aurait pu aisément se libérer. Mais au final, trop choquée par cette attaque insensée, la brune n'avait rien fait. Elle avait simplement observé Mina qui se planta un drôle de poignard toute seule dans la jambe. Bordel, c'était quoi ça encore ?!

Un poignard à la main, la déesse attendait de comprendre ce qu'il se passait. Les choses semblaient être revenues à la normale quand elle vit la jeune femme faire apparaître des vêtements. Le seul souci restait dans la présence du poignard, rappel involontaire sans doute de ce qu'il s'était passé. En voyant l'expression de la jeune brune, Athéna fronça les sourcils. Était-ce bien celle qu'elle connaissait cette fois ? Ou était-elle encore possédée ? Parce que la combattante n'avait aucun doute, Mina avait été possédée. Et vu sa réaction, maintenant qu'elle était redevenue elle-même, elle le savait parfaitement.

- Non tu crois ? Lança-t-elle avec ironie en croisant les bras. On va discuter oui et tu m'expliqueras tout ça. Mais pas maintenant, on attendra d'être de retour chez nous. Décida-t-elle.

Puis la déesse planta là la jeune femme et s'approcha du centre du village où Apple avait commencé à mettre l'ambiance. La brune remarqua que les momies étaient là elles aussi, sans doute rapatriées par Ellie ou Artémis à la demande de la blondinette. Au loin, elle sentait qu'Arès utilisait ses pouvoirs. Sans doute pour remonter son vaisseau, bien que la guerrière ne voyait pas vraiment l'utilité maintenant qu'ils pouvaient se téléporter. Enfin... Il était temps de partir et c'était tout ce qui importait. Athéna avertit les autres que leur carrosse était arrivé et commença le chemin jusqu'au vaisseau, suivie par les autres et le village.

Une fois arrivée, elle ne jeta un regard à personne, ne dit pas au revoir et alla s'installer à l'intérieur, dans un coin tranquille. Athéna était légèrement fatiguée et avait besoin de dormir un peu pour recharger ses batteries. Et puis, elle avait envie d'être tranquille, jusqu'à ce qu'ils arrivent sur Terre, à Storybrooke. Pour le moment, mieux valait que les autres la laissent en paix. La déesse eut une grimace en entendant la musique résonner à fond dans l'appareil. Apple... Bon, la gamine avait eu des moments difficiles, aussi la brune décida-t-elle de ne pas se servir de ses pouvoirs pour couper la musique. Au lieu de cela, elle se trouva un coin tranquille et tenta de se caler de façon à dormir sans trop craindre les secousses.

Elle se réveilla quand ils arrivèrent sur Mars et se téléporta à la suite de tout le monde, en emmenant Mina avec elle. Une fois sur la place qui avait été leur point de départ, elle se tourna vers Arès.

- Tu ferais mieux d'aller voir ta fille dès maintenant. Lança-t-elle. Si tu vas sur Olympe, ne t'étonne pas de voir Héra, elle est revenue elle aussi. Et quand tu seras ré-installé dans le coin. Il faudra qu'on parle. Déclara-t-elle avec un regard très sérieux.

Le laissant là, la déesse se dirigea vers Mina.

- Si tu as un lieu où tu veux discuter, on y va. Ordonna-t-elle.

Elle en avait assez que les gens lui cachent des trucs et la laisse dans le noir le plus complet. Du coup, elle n'était pas très sympathique...

Athéna : 50% en cours de régénération

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Par delà les Mers...

D'après le code de Grey Wind
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18984-tremblez-athen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19285-qui-osera-venir-vers-la-deesse-de-la-guerre http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19919-les-etapes-d-un-vaste-plan-divin-ou-les-peregrinations-d-une-deesse#183523

Diane Moon


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10393
✯ Les étoiles : 93




Actuellement dans :

________________________________________ Dim 18 Sep - 15:52

Enfants Des Dieux
Back Home


En sortant de la maison, je ne pu m'empêcher de hausser un sourcil devant le regard d'Anatole, avant de hausser les épaules. Je supposais que je saurais en temps voulut. Je préférais néanmoins, les laisser danser me contentant de les regarder un petit sourire, appuyée contre la maison. Je n'étais pas contre une danse en règle générale, mais aujourd'hui, je m'en passerais. Je n'avais à vrai dire, pas réellement la tête à la fête étant donné que je ne rêvais que d'une seule et unique chose : partir et ce dès maintenant. J'avais un jumeau à rassurer, et mon chez moi que j'avais hâte de retrouver. Et puis, je n'avais pas réellement envie de me mettre à danser avec les momies. Moins je les côtoyaient, et mieux je me portais en toute sincérité. De toute façon, Athéna, nous avertie du fait qu'Arès venait de réussir à faire remonter son vaisseau.

Ne prêtant que peu d'attention à l'absence d'amabilité de ma sœur. Je me contentais d'un simple haussement d'épaule. On avait tous nos mouvements d'humeurs. Et je savais que personnellement, quand j'allais mal, je n'appréciais pas réellement la compagnie des autres et préférait que l'on me laisse toute seule. Aussi, entrais-je peu après elle, à l'intérieur du vaisseau, laissant Apolline s'occuper de la musique. Je n'avais pour ma part qu'une hâte, c'était de remettre les pieds sur terre. Une fois le vaisseau, laissé sur Mars, et tout le monde de retour à Storybrooke, la première chose à laquelle j'eus droit ce fût des mots de tête. Apollon, m'avait sentie revenir saine et sauve, et me vrillait la tête avec toutes ses questions. Je savais qu'il avait été inquiet, mais il n'avait pas besoin d'y aller aussi fort, pour l'amour de Gaïa ! Je lui promis de passer s'il m'accordait encore cinq petites minutes, le temps de régler une dernière chose avec Apple :

- J'ai trouvé ça parterre dans le désert lui dis-je en sortant le formulaire d'adoption passablement détrempé à cause de mon séjour sous l'eau de ma poche je crois qu'il va falloir qu'on ai une discussion toute les deux jeune fille. Mais pas aujourd'hui. Je pense qu'on a tous besoin, d'un peu de repos et de calme. Je passerais sûrement dans les prochains jours.

Le temps de réfléchir à ce que j'allais dire, et à une solution de « rechange » pour couper la poire en deux et trouver une solution, qui conviendrait aux deux. Hors de question, de consulter mon frère, cette fois-ci. Il ne me serait d'aucune aide. Sauf si j'avais envie qu'il se moque de moi, comme il l'avait fait quand je lui avait annoncé la nouvelle lubie d'Apolline. De toute façon, nous avions suffisamment de choses à discuter comme cela. Et quelque chose me dirait, que ça attendrait le lendemain. J'avais pour ce soir, envie de laisser notre aventure pour le moins mouvementée de côté. Comme Athéna, j'étais fatiguée, et il allait me falloir un petit temps de réadaptation au calme, avec l'empathie. Juste histoire de ne pas me retrouver avec la tête comme un compteur à gaz.

- Rentrez bien tous les quatre dis-je à l'intention de mes nièces ainsi qu'Anatole et Robyn. De toute façon, si ce n'est pas avant, on se reverra sûrement pour la prochaine tuile divine qui nous tombera dessus. Passe le bonjour à Alexis de ma part, et dit lui qu'elle me manque. Je tenterais de passer la voir également dis-je cette fois-ci à Anatole uniquement.

Après un dernier sourire, je me téléportais directement sur Olympe, plus précisément la salle du trône, ou se trouvait un Apollon anxieux. Sans lui laisser le temps d'en placer une, je me précipitais vers lui comme à mon habitude, tel un boulet de canon, pour le serrer dans mes bras. On en avait besoin tous les deux de toute façon. J'hésitais à faire une plaisanterie, pour lui signifier que j'étais toujours en un seule morceau, mais en voyant son regard s'attarder sur ma tenue, je me dit qu'il valait mieux éviter. Je n'avais pas penser, à faire apparaître de nouveau vêtements. Aussi, étais-je toujours en débardeur à moitié déchiré au niveau du flan, la patte de pantalon à moitié arraché, pieds nus et les cheveux en bataille :

- C'est une très longue histoire, et je t'en parlerais demain si tu le veux bien. Là, je crois que j'ai surtout besoin, de me changer, de me laver et de me reposer. Ah, et tu as probablement dût le sentir, mais au cas où Arès est de retour. Ça aussi, c'est une très longue histoire. Et je t'interdis de venir me réveiller à trois heures du matin comme tu sais si bien le faire pour poser tout un tas de question le menaçais-je en pointant mon indexe contre son torse. Tu m'as manqué
dis-je en me mettant sur la pointe des pieds afin de lui plaquer un baiser sur la joue.

Sans attendre, une quelconque réponse de sa part, je me téléportais à nouveau mais dans ma chambre dans la cité cette fois-ci. J'y avais fait un peu de rangement, début Juillet, quand j'y étais resté quelque jours, aussi savais-je exactement, vers quelle malle me diriger pour trouver ce que je voulais. M'abaissant, je soulevais le couvercle pour y trouver une boite à bijoux, que j'ouvris avec précaution. Pour en ressortir avec douceur un petit bracelet en argent, que je ne portais plus depuis des mois. Avec un sourire, je le remit à mon poignet, avant de réfléchir quelques secondes, et de faire apparaître une nouvelle breloque, que j'accrochais. Entre la girafe d'Elliot, et le livre d'Ellie, une petite pomme argentée représentant Apolline, venait à présent d'y prendre place.



made by pandora.



Artémis : 60% en cours de régénération

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

In the woods i stand alone
Into the hills we go. I don't know if i could live much more, didn't know that I could feel this great life's to waste higher higher

©BESIDETHECROCODILE
En ligne

Robyn W. Candy


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar


╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux

☞ Surnom : Even

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2002
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Dim 18 Sep - 23:36





Enfiiiin !

Nora... Assieds toi faut que j'te parle...

Hors de question que je retourne un jour dans un foutu vaisseau spatial. C'était atroce ! Pire que le bateau ! Et pourtant la première fois où j'étais montée dans une petite barque, gamine, j'avais gerbé mon goûté dans l'eau dès les dix premiers coups de rames. Maintenant, ça me gênait plus trop. Mais putain... On pouvait pas dire que je conduisais mal vu comment le vaisseau était parti dans tout les sens, embarquant au passage ma tête qui s'était cognée un peu partout. J'allais avoir des bosses partout, bordel !

Quand on avait tous été téléporté à Storybrooke, j'avais agrippé l'épaule d'Anatole en me penchant vers l'avant. Fallait que je respire. Sinon j'allais vomir tout le sable que j'avais avalé pendant notre petit voyage. La prochaine fois, c'était moi qui choisissait la destination et qui conduisait ! On partirait en voiture, au moins c'était un moyen de transport sûr. Tant que c'était moi derrière le volant, du moins. J'avais plus confiance en mes capacités que celles des divins maintenant que j'avais vu comment ils dirigeaient des trucs volants ! Heureusement qu'il y avait pas eu de routes !

- Bon bah apparemment, c'est l'heure de dire au revoir ? Je pense que je vais une pause niveau emmerdes divines, donc... je vous dis à un de ces quatre hein. Apple, si t'as envie de venir bouffer un truc qui vaut le coup, faut venir à ma pâtisserie. T'es toujours mon padawan aux dernières nouvelles, donc t'as plutôt intérêt à ramener tes fesses.

Mettant une main devant ma bouche, je baillais pendant de longues secondes. Je m'étais même pas rendue compte que j'étais aussi crevée ! J'avais mal un peu partout, comme si je m'étais pris un troupeau de momies de pleins fouets et là, j'avais méga envie d'une douche. Et d'un paquet d'oréos enrobés de chocolat blanc. Oh oui putain.

- Et toi ! T'as aussi intérêt à venir plus souvent parce que sinon je change de client préféré et tu seras obligé d'aller prendre tes desserts chez quelqu'un d'autre ! Après ça, t'auras envie de te tuer et tu pleureras à mes pieds en me demandant de te pardonner. Alors histoire qu'on évite ce genre de scène bien merdique, vaudrait mieux que tu viennes me dire bonjour et goûter à mon nouveau choux à la crème. Toi avoir compris moi ?

Je tapais son torse du bout de l'index, en plissant les yeux pour avoir l'air menaçante. J'étais beaucoup trop vidée pour lui mettre un coup dans l'épaule et puis j'avais pas envie. Sauf si il décidait de pas m'obéir et d'aller bouffer des pâtisseries ailleurs. Sûrement qu'il quitterait le pays pour pas que je le retrouve.

- Ellie...

Je levais une main pour la saluer vite fait, en évitant de la regarder droit dans les yeux. Il allait falloir du temps pour que je sois plus mal à l'aise quand elle serait là. Y a des traumatismes qui restent. Mon bras retomba et je leur tourna le dos pour m'en aller. Parce que tout le monde pouvait pas se téléporter non plus hein ! Si mon propre pouvoir fonctionnait bien, j'aurais pu me ramener à la pâtisserie en trente secondes, mais j'arrivais toujours à que dalle de ce côté là. Que ce que ça pourrait être pratique pourtant !

Au bout d'une dizaine de minutes de marche parce que je traînais des pieds, j'arrivais devant ma pâtisserie. Fourrant une main dans la poche avant de mon pantalon toujours cousu à mon haut, comme le résultat d'une expérience ratée pour faire une salopette, j'en sortie la clé que j'enfonçais dans la serrure. Une fois à l'intérieur, je poussais un soupire de soulagement et d'épuisement, le dos contre la porte vitrée qui affichait une pancarte où était inscrit en lettres majuscules « Fermé », avec un petit dessin montrant quelqu'un la tête éclatée par une batte de base-ball ressemblant vachement à Lucille. C'était pas de moi ! Je savais pas du tout dessiné. Mais je soupçonnais un client vachement ironique qui me trouvait trop violente. Genre je sortais souvent Lucille en public ! C'était juste pour ceux qui mettaient trois plombs à se décider !

- Putain Nora ! Tu m'as fais flipper !

J'avais sursauté quand, en tournant la tête, j'avais vu une silhouette derrière le comptoir, un cookie à la main. Apparemment, elle avait pas pu résister à l'envie de venir ici. Je savais qu'elle pouvait pas se passer de mes pâtisseries !

Je passais derrière le comptoir et les vitrines en verre, déposant Lucille à la place de l'endroit habituel où je posais les éclairs au chocolat et à la vanille, pour passer mes bras autour de Nora et la serrer contre moi. Mon menton était sur son épaule, et j'avais sentie qu'elle s'était raidie. Elle était comme moi, à pas supporter les câlins. J'adorais ça, chez elle, mais là, j'avais besoin. Surtout que je la relâchais super vite, en toussotant pour essayer de faire comme si il ne s'était rien passé. J'étais contente de la revoir, ok ?

- Alors oui, c'est normal que je sois habillée d'un espèce de drap transparent. J'ai pas vraiment été à New York, enfaîte. T'as encore la dalle ? Je vais préparer de quoi bouffer et ensuite je vais tout te raconter. Juste pour savoir, ça te dit quelque chose le film « La Momie » ?

Histoire qu'elle voit de quoi je voulais parler. Sinon, il allait falloir qu'on se mâte le DVD avant que je me lance dans mes explications. J'avais méga la flemme de lui expliquer ce qu'était des momies et des pyramides.

Robyn: 70%


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I have lost myself again
I focus on the pain, the only thing that's real. The old familiar sting, try to kill it all away but I remember everything. What have I become? Everyone I know goes away, in the end.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t10164-jump-into-your-racing-car-and-say-sugar-rush#87059

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 11 sur 12
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Evénement Divin #19 {64} : Enfants des Dieux [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Le Reste du Monde