Gravity
FALLS !

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

L'Héritage
Perdu !
de seb


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ L'Héritage Perdu ! ☆ Evénement #97
Une mission de Lily Olyphant - Ouverture : 4 juillet 2018
« La Vérité sans Compromis ! »

Partagez | .
 

 Evénement Divin #31 {94} : Le Destin des Puissances [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage

Aryana Cloud-Sandman


« Prince de la Savane »


avatar




╰☆╮ Avatar : Dianna Agron & Charlize Theron

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Aphrodite



☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7966
✯ Les étoiles : 26623




Actuellement dans : « Prince de la Savane »


________________________________________ Mer 2 Mai 2018 - 11:40



Un ciel gris est juste des nuages passant au-dessus.

Une vaste plage. Devant moi, la mer à perte de vue. Derrière, des dunes de sable innombrables. Le bruit du ressac provoqua un drôle d'écho en moi alors que je sentais le froid me quitter. Je venais d'apparaître dans cet endroit, immobile contre l'étoffe fragile du monde. Aucun bruit d'oiseaux ni d'âme qui vive. Seulement les vagues.

Encore en état de choc par rapport à ce que je venais de subir, je pivotai vers le pirate aux yeux maquillés qui agitait son pistolet en l'air, comme tous les hommes lorsqu'ils ne maîtrisent pas la situation.

"Jack Sparrow." articulai-je, intriguée. "Ou devrais-je plutôt dire capitaine Jack Sparrow."

Je ne l'avais rencontré qu'une fois mais je me souvenais à quel point il chérissait son titre. J'accordais beaucoup d'importance aux petites choses. C'était là que je captais l'attention des autres.

Le pirate m'accorda un sourire et ouvrit les bras comme pour me faire un câlin. Je restai de marbre, me contentant de hausser un sourcil. Dans mon souvenir, il sentait bien trop la sueur et le vieux rhum pour autoriser un rapprochement. Malgré tout, j'étais contente de le voir. Au moins un visage connu.

"Ma divine Aryana ! Comment vas-tu depuis... la dernière fois hein ?"

Il me montra les cicatrices qu'il avait aux poignets, souvenirs de notre rencontre. Je l'avais blessé suite à un malentendu mais je m'en étais excusée.

Je me désintéressai vite de lui en remarquant ma petite fille accroupie sur le sol, des traces noircies autour de ses mains posées contre le sable.

"Ma chérie, que s'est-il passé ?"
m'enquis-je en comblant l'espace entre nous pour l'aider à se relever.

Cassie reprit son souffle et leva la tête vers moi, le regard perdu.

"Qu'est-ce qu'on fait là ?" demanda-t-elle, égarée, tout en analysant les lieux.

Elle secoua la tête.

"Non c'est pas arrivé. Tout ça n'est pas en train de se produire."

Je passai une main dans son dos, cherchant à la rassurer et l'apaiser. Quelque chose me disait qu'elle avait elle aussi rencontré ce bon vieux Dolos...

"J'ai moi aussi été victime de ce vile serpent. Il m'a emmenée ici. Il a sans doute un projet pour nous deux."

Je tournai alors la tête vers Jack, les sourcils froncés :

"Qu'est-ce que vous faites là, vous ?"

"Vous, qu'est-ce que vous faites là, plutôt." rétorqua-t-il. "J'vous ai pas vu tout à l'heure. Y avait qu'Hadès. Et une espèce de catin qui s'est fait passer pour sa femme. Je déteste les catins."

Il pinça les lèvres en secouant la tête. C'était tout à son honneur. Je frémis en l'entendant mentionner Hadès. Pourquoi ne l'avait-il pas accompagné ? Dolos avait-il d'autres projets pour lui ? Anxieuse, je réfléchis à ses paroles, essayant de comprendre. Jack n'était pas ici par hasard, à moins que...

"Dolos a dû prendre l'apparence de Hope pour duper Hadès. Vous n'étiez sûrement qu'un dommage collatéral dans toute cette histoire."

Comme je m'y attendais, le pirate en fut tout offusqué et plaça ses mains sur son torse pour accentuer l'effet dramatique.

"Moi ? Un dommage collatéral ? Vous ne savez pas la chance que vous avez de m'avoir ! Mais c'est propre aux dieux ça hein ! De se croire le centre de l'attention et de l'intérêt !"

Il se retourna ensuite pour donner un petit coup de pied chaloupé dans le sable.

"Réglez donc vos histoires de famille en famille avec votre petite famille. Moi je rentre à Neverland. Au moins là-bas je suis débarrassé de vos égos qui font couler des navires !"

Le grand capitaine boudait, les yeux rivés sur l'horizon. Il faisait preuve d'une maturité déconcertante, mais guère surprenante.

"Avec quel navire, capitaine ?" lançai-je d'un ton presque narquois. "Que ça vous plaise ou non, nous allons devoir faire un bout de chemin ensemble."

Je n'avais pas envie de perdre mon temps à regagner l'estime de Jack. Il y avait plus important à faire. Malgré tout, j'ajoutai à demi-mot :

"Je ne cherchais pas à vous blesser."

Il se retourna en croisant les bras et déclara d'un ton rassuré :

"Ca me plait. Va pour le bout de chemin. Mais pas de caresse ni de main aux fesses. Je suis en couple. Même si ça vous tente hein. Bien sûr que ça vous tente."

Il haussa les sourcils plusieurs fois d'un air canaille, ce qui me fit secouer la tête en roulant des yeux, l'ombre d'un sourire au coin des lèvres. Il était vraiment impossible. Je me demandais qui était suffisamment audacieuse pour être en couple avec un pirate tel que lui. Il en fallait du courage.

Je me désintéressai de lui pour poser les yeux sur ma petite-fille, réalisant quelque chose d'essentiel.

"Nous ne devons nous fier à absolument rien ni personne. Il est possible que Dolos cherche encore à nous manipuler. Tiens d'ailleurs, prouve-moi que tu es bien toi."

Je lui offris mon plus grand regard inquisiteur, les bras croisés. Ainsi qu'à Jack. Ma petite-fille eut une expression déroutée, réalisant que la chose était possible, que l'un d'entre nous ne soit pas celui qu'il prétendait être.

"Il faut qu'on cache nos auras. Il ne faut pas que qui que ce soit qui nous ait envoyé ici nous trouve. Si on n'a pas déjà reçu de la compagnie c'est qu'ils sont en train de nous chercher." dit-elle, légèrement paniquée.

Sauf si Dolos se trouve déjà parmi nous. songeai-je, aux aguets.

Elle posa ses yeux anxieux sur moi.

"Qu'est-ce qui t'est arrivé ?"

"J'ai reçu la visite d'un ami très cher et mort depuis deux mille ans à Pompéi."
dis-je en battant des cils, faussement désinvolte. "Maintenant, dis-moi quelque chose de personnel que Dolos ne pourrait pas savoir, pour prouver ton identité."

Cassie m'observa, puis baissa les yeux.

"Je n'étais pas seule."

Elle évitait mon regard.

"François était avec moi."

"Il a pris son apparence ?" demandai-je, indécise.

Elle secoua la tête, avant de plonger ses yeux dans les miens.

"Je crois qu'il l'a tué."

L'air eut du mal à entrer dans mes poumons. Ce qui était idiot, puisque je n'avais pas besoin de respirer, en fin de compte. C'est absurde de constater à quel point on s'affaiblit au contact des mortels... Et de quelle façon on transforme cette faiblesse en force. La violence des battements de mon coeur me rendit presque sourde. Je n'entendais plus le ressac. Plus rien. Je fixais Cassie, réalisant que mes yeux s'embuaient de larmes impossibles à contenir. Le choc ne les faisait pas couler. Elles s'accumulaient, rendant ma vision floue. Pas de sanglot. Rien. J'inspirai profondément et déglutis avec peine, avant d'expirer. D'un revers de main, je m'essuyai les yeux. Une seule larme roula sur ma joue.

"On le vengera." promis-je à ma petite-fille d'un ton étranglé.

Je saisis sa main que je serrai avec force et chaleur.

Soudain, je sentis une présence à proximité. En jetant un coup d'oeil à Cassie, je sus qu'elle l'avait perçue elle aussi. Au loin, une silhouette nous observait. Comme nous cachions notre aura, nous ne pouvions reconnaître celle d'une tierce personne. Il allait donc falloir faire connaissance à l'ancienne.

"De toutes façons, ils auront le dessus sur nous." dit ma petite-fille alors que des filaments rouges parcouraient ses doigts et qu'elle levait les mains en position d'attaque.

Elle venait de se démasquer. Elle n'avait pas vraiment tort. Malgré tout, je posai une main sur son avant-bras.

"D'accord. Mais évitons de finir en purée dès le début." recommandai-je, appelant à la prudence.

J'avais baissé ma garde moi aussi, et de ce fait, je pouvais donc sentir l'aura de la personne au loin. Cassie me lança un regard surpris auquel je ne répondis pas, trop abasourdie par l'aura que je percevais. Je ne détachais pas mes yeux de la silhouette immobile. Soudain, deux grandes ailes blanches se déployèrent dans son dos, contre le soleil, et l'homme s'éleva dans un battement puissant avant de se poser devant nous. Je clignai des yeux, déroutée. Mon coeur pulsait de façon désordonnée. C'était bien lui. Il n'y avait pas de place au doute.

"Hermès..." balbutiai-je, le détaillant sans cérémonie.

Il posa sur moi un regard aussi perplexe que le mien. Il portait des vêtements abîmés, comme s'il avait vécu des choses difficiles.

"Je te croyais morte..."

Ses grands yeux bleus étaient voilés par la tristesse.

"Il l'a fait. Il vous a conduits jusqu'ici." dit-il, anxieux.

Il observa les alentours, de plus en plus inquiet.

"On ne doit pas rester à découvert."

"Qu'est-ce que tu proposes ? De tous nous emmener à tire d'ailes ?" dis-je, bien que le ton ne soit pas à la plaisanterie.

"Je connais un endroit où aller." dit-il, avant de jeter un coup d'oeil vers Cassie. "Tu as une fille, c'est étrange."

Sans me laisser le temps de répondre, il ajouta en tendant les mains :

"Quand je vole, on ne peut pas me détecter."

"Par contre, on a aussi un pirate à emporter." précisai-je en désignant Jack.

Hermès accorda un bref regard au pirate :

"Elle s'occupera de lui."

A cet instant, un hennissement se fit entendre depuis les cieux. Je levai la tête, observant avec ravissement un cheval blanc ailé fendre les nuages pour se diriger en piqué vers nous. J'hésitai quelques secondes, observant la main d'Hermès. C'était bien lui. J'en étais persuadée. J'effleurai sa peau et en eus la certitude lorsqu'il entremêla délicatement ses doigts aux miens. Dolos aurait été incapable d'une telle douceur. Cassie m'imita, soucieuse, tandis que Pégase venait d'atterir avec grâce près de Jack.

"J'ignore si c'est un piège." dit Hermès, anxieux. "Qu'importe... je ne ferai pas deux fois la même erreur."

Je pouvais percevoir des regrets dans sa voix. J'aurais aimé le réconforter, mais j'ignorais comment m'y prendre ni quoi dire. Je ne savais pas par quoi il était passé. Il avait seulement évoqué la mort d'une autre Aphrodite. Cette idée me fit froid dans le dos.

Ses ailes se déployèrent de nouveau et lorsque nous quittâmes le sol, il n'y eut aucune tension dans mon bras. Nous étions comme en apesanteur avec lui. Dans une bulle d'air. C'était rassurant. Cela me rappela tant de souvenirs quand il me faisait voler avec lui, autrefois. Cette fois-ci, les larmes roulèrent sur mes joues, mélange de joie et de chagrin. Mais ce n'était pas grave puisque personne ne le remarquerait.

lumos maxima

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Là où les mots n'existent pas
Nous passons comme des ombres sur un fond de nuages que le soleil perce à peine et rarement, et nous crions sans cesse après ce soleil qui n'en peut mais c'est à nous de déblayer nos nuages.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7310-i-am-the-origin http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8991-l-eternite-est-ephemere

Eloise A. St-James


« Pour avoir la paix, il faut d'abord la guerre...»


avatar




╰☆╮ Avatar : Eva Green

Ѽ Conte(s) : Hercules
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Athéna



☞ Surnom : Licia
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8480
✯ Les étoiles : 3832




Actuellement dans : « Pour avoir la paix, il faut d'abord la guerre...»


________________________________________ Mer 2 Mai 2018 - 22:22

Qu'est-ce qui était le plus inquiétant ? Des gardes olympiens qui semblaient franchement moins cléments que les leurs ou Apollon qui s'amusait à leur proposer un nouveau job ? En fait, il y avait pire que ça... Apollon rétorquant aux piques d'une femme brune venant d'apparaître. Pour la guerrière qu'elle était, il fut facile de voir qu'il s'agissait d'une combattante. Du genre intransigeante. Apollon était plus joueur, plus flexible. La guerrière n'était pas certaine que son frère parviendrait à faire face sans effort. Cependant, elle n'avait pas trop le temps de s'occuper de lui. Car toutes ses remarques avaient provoqué la colère de la créature mais avaient aussi engendré une attaque de la part des gardes. Qui en plus d'être plus stoïques étaient aussi carrément plus résistants que ceux qu'ils connaissaient... C'était la merde donc.

Et sans perdre un instant, Athéna se joignit à la lutte, se rapprochant de Regina autant qu'elle le pouvait sans gêner son amie qui était elle aussi aux prises des gardes. Regina semblait s'amuser comme une folle avec sa magie, malheureusement, ça n'était pas vraiment ça qui allait permettre de les arrêter de façon définitive. Quand une attaque surgit par-derrière la sorcière, la déesse ne mit qu'une fraction de seconde à analyser la situation : Regina allait se faire tuer si elle ne faisait rien. Serrant les dents, la brune parvint à se mettre sur la trajectoire entre le garde et Regina, mais cela la déséquilibra, donnant l'avantage aux gardes. Dire que seulement trois ans auparavant, elle aurait laissé l'ancienne souveraine à sa fin... Comme quoi, les choses avaient bien changé pour elle.

Dans le même temps, Apollon s'était fait maîtrisé par la femme qui aurait été plus loin encore si Héra n'avait pas débarqué. Héra... La brune n'osa pas se réjouir tout de suite. Etait-elle la leur ? Ou celle d'ici ? Et à qui allait sa loyauté ? Mais là encore, pas tellement le temps de s’appesantir sur ces considérations : les gardes étaient entrain de se faire attaquer. Des gens s'étaient embusqués et en les voyant par la suite, Athéna leur donna la trentaine. Ils étaient donc jeunes... Mais semblaient savoir se servir correctement de leurs arcs. Si l'arme était franchement pas celle qu'elle aurait privilégié, la déesse devait bien reconnaître qu'avec leurs flèches hyper résistantes, ils faisaient des merveilles. Même les armures des gardes ne tenaient plus face aux flèches...

Athéna avait récupéré Regina quand le déluge de bois avait commencé et s'était peu à peu reculée de la zone dangereuse. Elle aurait bien récupéré Apollon aussi, mais celui-ci s'était fait une nouvelle copine qui ne voulait pas le lâcher. Qu'importe le monde, Apollon avait toujours ses fans... Enfin, Héra intervint, ordonnant à Chimère de se stopper. Quant aux gardes, ils avaient tout simplement été surpassés par le nombre.

"Tu oses défier l'autorité de Zeus ton maître ?" S'insurgea Chimère.

Athéna leva les yeux au ciel alors qu'un rictus se dessinait sur les lèvres. Chimère était manifestement plus que loyale à Zeus... Un vrai toutou, cette fois le Roi avait dû espérer ne pas pouvoir se faire trahir, lui qui était si paranoïaque...

- De quel monde viens-tu ? Celui-ci ou le mien ? Demanda-t-elle plutôt à Héra.

Qu'elle ose défier Zeus ou non, Athéna s'en fichait pas mal. Elle voulait savoir si elle avait affaire à la sœur qu'elle connaissait ou non...

« On se connait bien Athéna... » Répondit-elle après l'avoir regardé quelques instants.

Oui. C'était l'Héra de chez elle. Et cette constatation, teintée de surprise, lui fit reprendre espoir. Si Héra était là alors... Alors peut-être qu'Arès ici. C'était sans doute pas très loyal vis à vis de Dolos, mais Arès avait toujours été plus son frère que l'autre dieu, malgré le sang qui les reliait. Alors l'espoir qu'elle ressentait, elle ne voulait pas le gâcher par une éventuelle culpabilité.

« N'essaye même pas de le contacter. Tu viens avec nous. »

À ces mots, les jeunes présents ne bougèrent pas. Ceux qui étaient encore cachés en revanche tirèrent une autre sorte de flèche sur les gardes qui tombèrent tous au sol. Rapide et efficace, sans bavure. Un travail comme la guerrière les aimait.

« Ne me force pas à en utiliser une sur toi Chimère. » Prévint Héra avant de se tourner vers le trio. « On va vous mettre à l'abri. Dolos ne doit pas vous conduire à Zeus... »

L'évidence même. Restait à savoir pourquoi. Et Athéna était assez patiente pour attendre de s'être éloignée de la Citée. Le groupe les guidait vers une forêt dans laquelle ils s'enfoncèrent. Chimère était entourée par 4 des jeunes gens afin d'empêcher toute tentative d'évasion. Quant à la brune, elle cheminait aux côtés de la blonde.

« Je bloque ses pensées pour qu'elle ne puisse pas contacter Zeus... »

Sage décision. Héra semblait avoir gagné un petit côté stratège. Elle faisait aussi montre de son naturel de leader, ce même naturel que Zeus avait essayé de briser durant 5 millions d'années...

- Je t'ai cru morte... Je l'ai vu avec l'Éclair vous attaquer Arès et toi... Je suis désolée.

C'était sincère. J'avais mis bien trop de temps à penser à cet autre monde sans jamais en trouver une entrée ou au moins un moyen de le rejoindre. Cela n'avait pas été faute de le chercher pourtant...

« C'était Dolos. Ce n'était qu'une illusion de sa part. » Expliqua Héra en continuant à marcher. « Tu n'aurais pas pu savoir. Zeus a commandité tout ça et il nous a conduit ici. J'ignore comment il a fait. Arès est... » Reprit-elle avant de faire une pause. « Il est mort ici. Les deux le sont. Zeus avait quelque chose en tête pour nous mais ça a échoué avec Arès... » L'air peiné, Héra avait fini de lui raconter les nouvelles.

Mais Athéna s'était arrêtée sur la plus importante des informations : son espoir n'était plus. Arès était mort. Définitivement apparemment. Et même l'autre n'était plus. La glace recouvra son cœur, une nouvelle fois. Pas de larme cette fois. Pas de lamentation, ni de culpabilité. Juste la certitude qu'elle ferait tout pour empaler Zeus sur son épée.

- J'avais déjà prévu de le tuer, tu ne fais que renforcer ma résolution. Dit-elle en serrant les poings. Qu'est-ce qu'il veut me faire faire exactement ? Et pourquoi seulement moi ? Demanda-t-elle à la blonde après une légère pause.

Après tout, il lui fallait rester concentrée. Ceci dit, elle n'oubliait pas la nouvelle qu'Héra lui avait transmise ni son but ultime...

« Je ne sais pas. On a senti votre présence. J'ai pris le risque de venir jusqu'à vous. Il traque les dieux. Du moins ceux qui se sont écartés de lui. » Raconta Héra avant de regarder les jeunes en marchant. « J'ai rassemblé et sauvé tous les demi-dieux que j'ai pu. Peut-être que votre venue pourra changer la donne. » Dit-elle avant d'hésiter. « On parlera quand on sera à l'abri. Ce n'est plus très loin. »

- Les demi-dieux... Il en reste donc en vie... Reprit-elle doucement.

Athéna n'avait pas oublié les cris et les corps des demi-dieux de chez eux, tués par Zeus. Ceci dit, elle ne revint pas sur le sujet, se contentant d'hocher la tête concernant la remise de la discussion à plus tard. Le groupe arriva près d'un grand arbre. Les jeunes observaient les alentours tandis qu'Héra posa sa main sur l'arbre. Une ouverture apparut alors, ainsi qu'un escalier en bois. La déesse du mariage fit signe de les suivre, ce que la brune fit. Quant aux demi-dieux, ils forçaient Chimère à avancer.

- Pourquoi prends-tu le risque de garder Chimère ici ? Demanda-t-elle à Héra une fois qu'elles furent parvenus en bas de l'escalier.

La guerrière porta une attention particulière à son environnement. Ils étaient dans une immense cave, des caisses étaient entreposées, laissant voir de lances olympiennes et toute la panoplie. Le site était clairement habité et ils s'étaient bien préparés, cela se voyait.

« On ne peut pas la relâcher. Elle irait trouver Zeus tout de suite. » Expliqua-t-elle en regardant Chimère. « On n'est plus très nombreux à lutter contre lui. Certains sont morts. D'autres ont fui. Et on manque d'armes. Il détient les armes divines. »

- Tu pourrais la tuer... Sauf s'il le sent ? Je n'ai jamais créé de créatures... S'excusa-t-elle en haussant les épaules. Je sais. Mon petit-frère les utilise avec un grand plaisir... Soupira-t-elle. Pourquoi luttez-vous exactement ? Je crois que nous avons besoin de comprendre l'histoire de ce monde et ce qu'on vient faire là-dedans.

« Il le sentirait... Mieux vaut être prudent. » Confirma Héra. « Zeus est arrivé ici. Ça a effacé leur Zeus. C'est un monde comme le nôtre mais qui a évolué différemment. Ici, la guerre n'a pas eu lieu. Pas de la même manière en tout cas.» Continua-t-elle en regardant Apollon. « Quand Zeus a appris qu'Aphrodite était enceinte d'Elliot, il l'a traqué. » Ajouta-t-elle avant d'hésiter. « Elle a été tuée. Avec l'enfant... »

La bombe était lâchée. Et Zeus, d'un côté comme de l'autre n'était qu'un enfoiré... Ce n'était même pas une surprise à dire vrai !

- Voilà pourquoi il tenait à tout prix à venir ici... Réfléchit la déesse à haute voix. C'est un imbécile cela dit. Ce monde aussi sera touché par Chronos et sa folie... À moins d'arrêter le Temps, ça arrivera... Athéna se tût brusquement, se tournant vers Héra. Rassure-moi, ce n'est pas ce qu'il veut que je fasse hein ? Tuer le Temps...

Parce que si c'était le cas, elle ne voyait pas comment réussir. Et puis, il aurait fallu qu'elle soit d'accord de toute façon... Mais peut-être qu'elle s'emballait un peu trop vite... Parce qu'Héra la regarda surprise.

« Ce qu'il souhaite est sûrement ce qu'il voulait qu'on fasse... Mais où on a échoué. » Héra fit une pause, regardant Chimère. « On en parlera plus tard. » Décida-t-elle, montrant qu'elle n'avait pas du tout confiance en la créature. « Il nous fait de l'aide et des armes. Héphaïstos reste introuvable. Je pense qu'il est notre seul espoir et que vous allez pouvoir nous aider à le trouver. »

Rien que ça. Pourquoi pas après tout. De toute façon, il fallait bien commencer quelque part !

- Très bien. Y a une montagne ou d'autres grottes ici ? Hépha aime bien ça non ?

Héra sourit. Et c'était un sourire très différent de ceux qu'elle lui avait adressé quelques minutes auparavant. Parce qu'il contenait de l'espoir.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
ABSENTE DU 4 AU 20 AOÛT

Le Destin n'est que pure invention... La puissance en revanche...

D'après le code de Grey Wind
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18984-tremblez-athen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19285-qui-osera-venir-vers-la-deesse-de-la-guerre http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19919-les-etapes-d-un-vaste-plan-divin-ou-les-peregrinations-d-une-deesse#183523

Neil Sandman


« Prince de la Savane »


avatar




╰☆╮ Avatar : ➹ Elizabeth Olsen

Ѽ Conte(s) : ➹ Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ La fille de Dumbo & Elliot *-*

Fondateur Disney Rpg

☞ Surnom : ➹ seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7818
✯ Les étoiles : -6467




Actuellement dans : « Prince de la Savane »


________________________________________ Jeu 3 Mai 2018 - 11:25





« Est ce que Olympe a encore un sens aujourd'hui ? »
« Vaut-elle la vie d'un homme de bien... ? »



    Les ailes du dieu se déployèrent. Grandes, majestueuses. J'avais toujours voulu ressentir la sensation de voler aux côtés d'Hermès. Ce n'était pas le moment idéal pour cela, mais peut-être que de se laisser porter par lui me ferait oublier quelques instants ce qui venait de se passer. Nous quittâmes le sol et je me sentis comme maintenu par un voile invisible. C'était rassurant. A côté de nous, Jack avait grimpé sur Pégase qui le faisait voler à son tour. Tournant la tête vers Aphrodite, j'entendis Hermès nous adresser la parole.

    « J'ai sentis diverses Aura au moment où vous êtes arrivé. Vous êtes nombreux ? » demanda t'il.

    Est ce qu'il y en avait d'autres ? L'idée ne m'avait pas encore traversé l'esprit. Je pensais qu'on avait été amené ici tous les trois. Mais Dolos avait parlé d'Apollon et de ce qu'il comptait faire avec moi. Est ce que ça voulait dire qu'Apollon était ici aussi ? J'avais tenté de sentir son Aura, mais Hermès avait ajouté :

    « N'utilisez pas vos pouvoirs. Cachez votre Aura. Si Zeus vous localise, on est mal. »

    « Où est ce qu'on va ? » demandais-je.

    « J'ai un refuge sur un nuage pas loin d'ici. »

    Je ne savais pas si il plaisantait ou pas. Pensant que le moment était mal choisi pour cela, je partis du principe qu'il était sérieux.

    « Qu'est ce qui est arrivé à ce monde ? » demandais-je en voyant les collines sous nos pieds.

    On survolait un endroit qui semblait plutôt calme. Il n'y avait ni le bruit d'animaux, ni d'oiseaux autour de nous. A croire que toute faune avait disparue. Quant au ciel, il était d'un bleu un peu trop parfait pour être réel. Je ne sentais rien au dessus des nuages. Même si Hermès nous avait dit de ne pas utiliser nos pouvoirs, je ne pouvais pas m'empêcher de tenter de percer quelque chose autour de nous. A côté de nous, j'entendis divers mots prononcés par le pirate : « Injustice ! » « Canasson ! » « Archange moisi ! » Tout portait à croire que notre compagnon de route avait du mal avec son cheval ailé. Ce dernier poussa un hennissement.

    « Ca a été compliqué. Depuis plusieurs années, le monde se détériore. On a tenté de trouver une solution, mais la folie de Zeus n'a fait qu'augmenter. La plupart d'entre nous sont morts. Soit tué par lui, soit par cette chose que nous ne contrôlons pas et qui vient des nuages. »

    J'avais donc raison. Le ciel n'était pas un ciel ordinaire. Mais que pouvait-il bien cacher ? Et qui était encore de ce monde, ici ?

    « On arrive ! » lâcha Hermès, tandis que Pégase atterrissait sur un nuage.

    C'était un spectacle surprenant. Elle laissa même tomber le pirate par terre qui continua à l'injurier. Quant à nous, nous nous posions à quelque pas de lui. Le nuage était comme tout doux sous nos pieds. Hermès avait "rangé" ses ailes et il nous observait, tout en observant les alentours pour être sûr qu'on n'avait pas été suivi.

    « Qu'est ce qu'il attend de vous ? »
    demanda t'il sans vraiment poser la question. « Il ne faut pas que vous restiez ici. J'ignore comment vous êtes arrivé, mais vous allez devoir trouver le moyen de repartir et vite. »

    « On ne peut pas repartir. Pas de suite. Il faut qu'on trouve nos amis si ils sont venus avec. »

    Je tournais la tête vers Aphrodite. J'ignorais ce qu'elle pensait, mais je devais m'assurer qu'Apollon n'était pas prisonnier de ce monde lui aussi.

    « Apollon est peut-être ici. Si on ne peut pas sentir leur Aura, comment savoir si on a été les seuls d'amené dans ce monde ? »

    Hermès avait le regard fuyant. Il nous cachait quelque chose, c'était évident.

    « Il y en a d'autres, c'est ça ? »

    Pourquoi Jack ? Pourquoi Aphrodite ? Pourquoi moi ? Et dans ce cas, qui d'autres ? Qu'est ce qui pouvait nous lier tous ensemble ? Hermès avait sentis notre Aura et c'était pour cette raison qu'il était venu à nous. Mais est ce qu'il avait du faire un choix ? Avait-il sentis d'autres Aura et il avait préféré venir nous sauver nous ? Et nous sauver de quoi ? De Zeus ? Qu'avait ce dieu fou en tête ? Et surtout... qui pourrait bien nous venir en aide ici ? J'aurai tellement voulu utiliser nos pouvoirs ou demander qui était encore là aujourd'hui, mais ça pourrait avoir un impact que je ne pourrais pas contrôler. On allait devoir s'en sortir seul. Aphrodite s'approcha d'un pas d'Hermès.

    « Qu'est ce que tu nous dit pas ? »
    dit-elle d'une voix douce.

    Elle marqua une pause avant de prendre sa main.

    « Tu peux le dire qu'à moi, si tu préfères. »

    Il hésita. Quant à moi, je le regardais d'un air suppliant. Finalement, il se décida à parler.

    « J'ai sentis l'Aura d'Athéna. Ce qui est étrange, car elle est morte ici. Tout comme... »
    se stoppa t'il en fixant Aryana, avant de baisser les yeux. « J'ai aussi sentis celui d'Apollon et de... »

    « Où il est ? » le coupais-je. « Il faut nous conduire jusqu'à lui et tout de suite ! »

    Mes craintes se confirmaient. Apollon était de la partie lui aussi.

    « C'est trop risqué. Je dois vous protéger le temps que vous repartiez d'ici. La dernière fois que j'ai repéré leur Aura, ils étaient trop proche d'Olympe pour qu'on les rejoignent. »

    Jack s'avanca dans notre direction en marchant très prudemment sur le nuage. Surement qu'il avait peur de tomber. Mais on ne devait pas craindre grand chose. Au pire il nous restait la téléportation. Enfin sauf pour lui... je comprenais du coup sa crainte. Il croisa les bras et nous fixa avec intensité.

    « Et donc, quel est ton plan l'ami? Nous faire attendre sur un nuage pendant qu'on fait la sieste? Personnellement, si ça tenait qu'à moi, j'resterai là! Mais l'soucis, c'est que les filles, elles, elles seront pas de cet avis. Et j'peux pas les laisser sans le mâle dominant de la meute tu vois. Et j'pense pas qu'elles soient du genre à écouter, surtout la blonde, crois moi. Non l'mieux j'pense que c'est de revoir ton plan, celui là à l'air un peu pourri. »

    Hermès allait répondre, mais j'étais sous le choc de la nouvelle. La blonde ? Laquelle ? On l'était toutes les deux. Et si c'était de moi qu'il parlait, j'allais très mal le prendre !

    « Le plan parfait c'est on va chercher Apollon et on rentre avec lui. » dis-je catégorique. « Et on récupère Athéna aussi. »

    Parce que oui, on n'allait pas la laisser tomber. Mais qu'est ce qu'elle avait eu à venir se fouttre dans cette histoire elle aussi ? D'ailleurs pourquoi ils étaient ensemble ? Ca voulait dire qu'on les avait fait venir d'un endroit où ils étaient tous les deux ? D'un autre côté je n'étais pas avec Aryana. J'étais avec François... pensais-je tristement.

    « Tu étais seule ? » demandais-je à Aryana avant de me souvenir qu'elle avait parlé de ce mec. « Et toi tu l'étais ? » précisais-je à l'intention de Jack.

    Une fois encore, je me souvenais qu'il avait parlé d'Hadès et de cette femme qui avait pris son apparence. Je me massais le front. J'étais fatigué avec toutes ces infos qui servaient à rien.

    « Ok... donc Dolos a pris l'apparence de Merida. Il t'a fait venir avec Hadès. Quant à toi, il a pris l'apparence d'un mec sur lequel tu flashais. Encore. Et pour moi... ok, on oublie. »

    Je soupirais. Puis, je levais les yeux vers Hermès.

    « Faut aussi qu'on récupère Hadès du coup. La liste s'allonge et on perd du temps. »

    « Au sujet d'Hadès, je ne pense pas qu'il soit ici. »

    « Mais si. Pourquoi Dolos aurait fait venir ce pirate et pas le dieu des morts ? La preuve, il a fait venir son ex, sa petite fille, et... je en fait il a fait venir une grande partie des dieux. Donc pourquoi pas Hadès ? »

    Hermès ne répondit pas, avant de se rendre surement compte de ce que je venais de dire.

    « Sa petite fille ? »

    « Oui, je ne suis pas la fille d'Aryana. C'est ma grand mère. Plutôt bien conservée, mais ma grand mère quand même. »

    Il semblait perdu. Au moins dans cette version là, je n'existais pas. Tant mieux d'ailleurs, parce que j'en avais marre de remplacer une version de moi même à chaque bond dans le temps. N'empêche quelque chose m'interpella.

    « On est bien d'accord... ? Apollon ici n'existait pas ? Enfin, il était... ou je ne sais quoi, mais y'en avait pas ? »

    Parce que oui, quand deux versions de nous même se rencontraient, l'une effaçait l'autre.

    « Non. Apollon est mort. Il y a longtemps de ça. » affirma t'il.

    J'en fu rassuré. Ok, c'était bizarre d'apprécier d'entendre cela, mais c'était pas mon Apollon. Le miens était sain et sauf du coup.

    « Athéna aussi est morte. »
    ajouta t'il le regard fuyant.

    Tout allait au mieux dans le meilleur des mondes. Nos dieux ne craignaient rien. Ca aurait été stupide de toute façon de faire venir l'un d'entre nous pour qu'il meure bêtement en passant le passage.

    « Et Hadès ? » demanda Aphrodite.

    Quoi Hadès ? Pensais-je. Il n'était pas ici. Hermès l'avait dit. Enfin, j'avais bien entendu, n'est ce pas ? Pourquoi il la regardait comme ça ?

    « Hadès n'est pas ici, n'est ce pas ? » précisais-je.

    « J'ai sentis quelque chose le concernant, mais... notre Hadès est toujours vivant. Il vie à l'écart, c'est tout. »

    J'eus un moment de blocage. Qu'est ce que ça voulait dire vivre à l'écart ? Genre dans une tombe, inerte ? Ou ailleurs dans ce monde ? Car Hadès n'était pas passé, vue qu'ici il y en avait un. C'était évident. Ca aurait été stupide de le faire venir pour rien. A moins qu'on voulait le tuer pendant le passage, mais... non, c'était absurde. Je regardais ma grand mère pour avoir confirmation.

    « Si jamais il est passé de ce côté, lequel disparaît ? » demanda t'elle.

    J'eus un petit rire nerveux.

    « Pourquoi cette question ? C'est évident. Il n'est pas passé. Hein qu'il n'est pas passé ? »
    demandais-je à Hermès.

    Vue son regard, il avait un gros doute. Il avait peut-être sentis autre chose par rapport à lui. Genre juste une perturbation dans la Force ou je ne sais quoi, comme dirait papa. Mais apparemment, ça ne devait pas être ça. Je repris contenance tout en regardant Aryana. Elle passa une main sur son front, d'un air vraiment angoissé.

    « Ca va, ne t'inquiète pas, il... il va bien quoi. Il est surement là quelque part, ou encore de l'autre côté et... »

    Je connaissais la réponse. Mais je ne savais pas comment la formuler. Quand j'étais venue du Temps futur, j'avais effacé ma version passé. Là ce n'était pas la même chose. Mais j'avais la vague impression qu'on n'avait peut-être pas perdu que François aujourd'hui...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Bien sûr que je suis sérieuse... »
« ...Jules témoin. Mais il restera au fond de la salle ! »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74523-fiche-personnage-cass http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74523-fiche-personnage-cassandre-sandman#815324 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74523-fiche-personnage-cassandre-sandman#815324 En ligne

Regina Mills-Locksley


« I'm not the Queen anymore »


avatar


╰☆╮ Avatar : Lana Parrilla / Malina Wessman

Ѽ Conte(s) : Blanche Neige et les Sept Nains ✦ Rumplestiltskin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Méchante Reine ✵ La petite fille du Meunier

✓ Métier : Propriétaire et barmaid du "Roni's bar" & Mairesse Adjointe d'un dieu complètement taré.


☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7605
✯ Les étoiles : 19183




Actuellement dans : « I'm not the Queen anymore »


________________________________________ Ven 4 Mai 2018 - 0:14

Le destin des Puissances,
c'est pas le destin de Dolos plutôt ?
Regina the Qu-een et les autres.

Je ne comprenais pas trop ce qui se passait. Je m’étais simplement relevée et j’avais regardée autour de moi. Puis je ne cessais de repenser aux propos de Dolos. Tant qu’il aura besoin de moi… Très rapidement mon attention se porte sur les invités non désirés. Ils nous attaquent ? Sérieusement ? Les gardes viennent rapidement vers moi « Allez, venez faire joujou avec la méchante reine ! » Deux énormes boules de feu se créent dans mes paumes de main mais je sentais que je n’y mettais pas toute ma puissance, c’est comme si, je n’arrivais pas à impacter l’entièreté de ma force magique. Néanmoins, je ne me rendis pas et envoya une fournée de boule de feu, avant d’user de la télékinésie, de la téléportation mais j’avais pas encore eu le temps d’user de l’arrachage de coeur que le combat était déjà fini. C’est presque que j’aurais aimé continuer. Enfin bref…

Je remercie Elo de m’avoir sauvée la vie, enfin d’avoir empêché un enfoiré de m’embrocher diront nous. Je comprends rapidement qu’Hera est là. La Hera que j’ai croisée à Storybrooke. Est-ce que ça devrait être rassurant ? Je n’en sais trop rien mais je me contente de suivre le mouvement. Apparemment, d’après ses dires, ce n’est pas une bonne chose que nous soyons là. Enfin, d’après ce que j’ai compris. Arrivés dans le repaire, je regarde autour de moi, c’était plutôt sympa. Bon niveau décoration, ça manquait un peu de gaité mais c’était plutôt cool. Je m’approche d’Hera après quelques instants à avoir contempler le lieu où nous nous trouvions « En quoi pouvons nous vous aider ? Je veux dire...pourquoi vous pensez qu'on puisse vous aider ? » « On a besoin d’armes. Héphaistos a disparu. Il se cache au regard de Zeus. Si on arrive à le retrouver on aura un avantage sur lui. » Oh je vois…

Faisant mine de réfléchir, je reprends finalement la parole et pose mon regard sur la déesse du mariage « Je ne sais pas si ça peut aider…mais, je pourrais peut être tenter un sortilège de localisation ? » Après tout, ça fonctionnait la plupart du temps… La plupart du temps j’ai bien dit. « Je ne pense pas que ca marcherait.  On a tout tenter pour le retrouver.  Je pense qu'il faut se tourner vers ceux qui le connaissaient le mieux. » Elle se tourne vers Apollon et Athéna, espérant sans doute une réponse de leur part « C’est bien ce dont je me doutais, dans ce monde, je doute que ma magie soit mon alliée à la plus fidèle… je vais laisser la parole aux experts. » je regarde autour de moi, toujours autant intrigué par la magnificence de ce travail d’architecture si je peux dire cela ainsi. « C’est incroyable ! » « C’est une cachette. Un refuge construit pas les nains. Ils ont bâtis d’immenses cavernes tout autour de la cité. » « Des nains ? Je dois avouer qu’ils sont plutôt doués… » Je m’approche d’Hera avant de poser la fameuse question « Donc…dans ce monde, il y a une version de nous tous ? »


« Pas tout a fait. » Avoue-t-elle « Storybrooke ne se situe pas au même endroit que chez vous. Tout ne s’est pas passé comme la bas. » Elle entendais quoi par là ? Intriguée, je reprends la parole « Comment ça ? » énonçais donc avant d’ajouter « Que voulez-vous dire par « pas exactement » ? » « Storybrooke se situe dans la zone fantôme. Celle qui a été emportée par le nuage. La quasi totalité de la planète a été ravagée. Olympe représente le dernier refuge. » « Oh je vois...c'est pas une très bonne nouvelle ça... attendez...ça veut dire que tous les habitants de Storybrooke sont morts ? » Ne croyez pas que ça me réjouisse hein ! Avant sans doute mais plus maintenant. « Non certains sont ici a Olympe. Tous les survivants ont été conduit ici. Il n’en reste que quelque milliers. La cité les protège pour le moment. » Mon coeur se remet à battre normalement. Non parce que plus de Storybrooke, ça fait plus d’Henry, plus de Robin, plus de Daniel et plus d’Alexis…C’était juste impensable. « Ça me rassure...enfin je crois. Vous savez pourquoi Dolos nous a...amenés ? Enfin les divins je comprends mais...pourquoi la méchante reine ? »



Pas que j’aurais préféré rester tranquillement à Storybrooke mais un peu quand même… « Je n’en sais rien. Je ne suis pas Zeus. Mais je pense qu’il a une idée derrière la tête. Ca naugure rien de bon » « Je suis morte dans cette version du monde ? » Bah ouais, fallait bien que je le demande hein. Avouez vous aimeriez que ce soit le cas hein ? Bandes de lâcheurs ! Elle ne me réponds pas. Pourquoi elle me réponds pas ? Je pousse un soupir et me dirige vers la déesse de la guerre histoire de parler un peu avec quelqu’un qui répondra à mes questions « Tu sais comment trouver Hephaistos toi ? » « Pas vraiment. Je n'étais pas si proche que cela de lui chez nous, alors celui d'ici... Mais c'est un forgeron, il lui faudra donc un espace de travail assez grand, lui permettant de travailler sereinement. Une grande grotte ou une montagne me paraissent être une bonne solution. » « Ce n'est pas une mauvaise idée. Peut-être que la grotte est d'ailleurs la « meilleure » idée, après tout, s'il se cache de Zeus, une grotte est plus "reculée" qu'une montagne non ? » « Sauf si tu fais une grotte sous la montagne... Ce qui serait encore mieux, c'est un volcan. Parce que le volcan permettrait de cacher les traces de fumée... Mais je ne suis pas certaine qu'on en trouve. Et puis si l'on se disperse trop, nous n'arriverons à rien. D'autant que je pense qu'Apollon et moi allons devoir arrêter de nous servir de nos pouvoirs. Pour voyager dans ce monde, il va falloir que nous soyons discret... Or Zeus connait nos auras... Donc la solution là par contre, est toute trouvée. »


« J'aurais bien tenté un sort de localisation mais comme l'a dit Héra, ce serait peu utile et j'ai l'impression que ma magie a perdue en puissance entre notre monde et celui-là… » « Il n'y a peut-être pas de Storybrooke ici... Donc moins de magie pour toi. Economise tes forces » Eh bah… « En fait, il y en a un… » énonçais-je à la déesse avant d’ajouter « Hera m’en a parlé » « Ah... Etrange alors que tu aies moins de magie… » « Le Storybrooke d'ici se trouve dans la zone fantôme, Héra m'a dit que le nuage l'avait emportée. C'est peut être ça qui a un impact sur mes pouvoirs...Tu as raison, je vais arrêter de me servir de ma magie, enfin sauf en cas de grande nécessité… » Je suis puissante oui mais c’est comme si ici…je n’étais pas assez forte. « Une zone fantôme ? Tu as plus d'informations ? Parce que... Ca peut être aussi un bon endroit pour se cacher… » « je n'en sais pas plus, Héra m'a juste parlée très rapidement de la zone fantôme en sous-entendant que ce n'était pas un endroit sûr et que...certains habitants de la ville ont pu être sauvés et sont en sécurité. Et euhm… Je… J’lui ai demandé si… » dis-je avant de faire le signe de la gorge tranchée même la joueuse imagine mal Regina faire ça, c’était fun. « si je suis morte ici. » « Je vois… » elle fait une pause avant d’ajouter « Et donc ? Ca marche comme pour les dieux ? Tu ne peux pas être là si la Regina d'ici est morte ? » « Eh bah...En fait, elle a laissé ma question en suspens...je n'ai pas la fichtre idée du savoir si quelqu'un a été apte à me buter. Donc je sais pas... mais je pense que ce serait bizarre que je sois là si l'autre Regina est bien en vie aussi...J'ai eu envie de demander à Héra de répondre mais j'ai préférais me taire...Bon...si nous allions parler de ton idée de volcan ? » « Bah... C'est triste, mais ça n'est pas vraiment toi. Ne t'en préoccupe pas trop... Et ouvre la marche, je te suis. »


En tout cas, si la Regina d’ici est morte…j’espère que c’est avec grâce et dignité…et non étranglée avec des gants.


Ouais, je donne le baton pour me faire battre...

Code par Melody | Gif : nottrulyperfect.tumblr.com

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Mirror mirror...my wish is...
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t51403-regina-on-ne-nait-pas-mauvais-on-le-deviens#487677

Jack Sparrow


« You Are Not Alone »


avatar


╰☆╮ Avatar : Johnny Depp

Ѽ Conte(s) : Pirates des Caraïbes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jack Sparrow

✓ Métier : Pirate !
☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3591
✯ Les étoiles : 19843




Actuellement dans : « You Are Not Alone »


________________________________________ Ven 4 Mai 2018 - 14:55

" Et j'ai même pas eu besoin de boire une goutte de rhum. "







Fixant la petite assemblée d’un regard étrangement calme, le regard de Jack se porta ensuite plus précisément sur Cassandre.

« J'pense qu'on devrait s'organiser hm? Connaissant Hadès, j'pense qu'il est assez grand pour se débrouiller tout seul. Puis visiblement ma jolie, avec lui, on peut pas grand chose. C'est du pile ou face! Non l'mieux, c'est d'avoir un plan. Hm? Une idée? Blondinette? »


Plaçant ses mains sur ses jambes, comme si il était en train d’organiser une stratégie pour une équipe de football, son regard se posa avec un air interrogateur sur Hermès. Aryana, quand à elle, semblait toujours en état de choc. Posant une main compatissante dans son dos, sans toutefois en profiter, Cassandre rompit le silence et répondit à la place d’Hermès.

« Le plan est très simple. On récupère les nôtres et on s'en va. »


Brillant ça. Vraiment brillant. Faisant une moue ironique pour signaler son désaccord, elle poursuivit dans sa lancée :

« Et si on peut en ramener certains avec nous, on le fait. Du moment qu'on ne produit pas de nouveaux doublons. »


Hermès se tourna vers elle et lui, pour leur répondre à tous les deux. Visiblement, c’était pas Jack le Capitaine de cet équipage. Et ça, ça l’ennuyait. Mais il le garda pour lui.

« Si Zeus vous a fait venir ici c'est qu'il y a une raison et sans doute une mauvaise. Si vous partez maintenant, ça ruinera ses plans et vous aurez plus de chances de réussir à sauver vos amis, car il ne pourra pas faire ce qu'il voulait. C'est bien plus prudent. »


Considérant la proposition en hochant la tête d’un air réfléchi, Cassandre n’en fit pas autant et déclara d’un ton un peu cassant :

« Je t'ai toujours trouvé adorable. Mais tu te tais maintenant. »


Puis elle se tourna vers Jack, impérieuse.

« Vous êtes un pirate. Vous avez ça dans le sang, la barbarerie. On en aura besoin. On doit retrouver nos amis coûte que coûte et quel que soit le prix à payer. »


Sparrow, toujours dans la même position, mains sur les genoux comme un coach, regarda Hermès. Puis Cassandre. Puis Hermès. Et enfin Cassandre.

« Tiens tiens. Quand on a besoin du Pirate, on le convoque ! Vous êtes tous plus ou moins les même au final... On prend, on utilise, on jette, on garde son p'tit monde intact... Hm... »


Fixant Hermès, il prit cette fois-ci un ton très sérieux.

« Sa proposition est celle qui me semble le plus adaptée à la situation tu vois. Soit on repart, et on en sauve la moitié, soit on reste, et on perd tout l'monde. Personnellement j'pense qu'il a raison. Mais j'pense aussi que t'es têtue ma jolie, donc ça sert à rien d'avancer là d'dans puisque tu repartiras pas sans eux hein? »


Se redressant, il leva la tête. Avec son tricorne, on ne pouvait pas voir ses yeux, ce qui lui donna un air très stylé. Un petit sourire en coin se dessina et il finit par dire d’un ton mystérieux à Cassandre.

« Quelque soit le prix à payer tu dis? Des fois, il est réellement élevé. Et j't'ai déjà dit que mes services, à moi, sont plutôt chers. Mais soit. »

Se tournant vers Hermès, Jack répliqua :

« Il me faut l'intégralité du nombre des positionnements des forces ennemies, et des alliés... Puis un plan. Vous êtes trois dieux, visiblement. On a donc déjà un Pirate, trois dieux, et un poney volant. »


Se tournant vers Pégase, il ricana :

« Et me r'garde pas comme ça. Tu vas me rendre amoureux. »


Cassandre ouvrit la bouche pour répliquer, mais Hermès fut plus rapide.

« Les forces ennemis ? Tout Olympe. Il a des gardes olympiens avec une armure forgée par Héphaistos. Ils ont des lances plus puissantes. Il a des dieux, des créatures et des demi dieux avec lui. Vous voulez vraiment savoir face à qui on doit se battre ? C'est un combat perdu d'avance. De toute façon ce monde est voué à disparaître... »


C’était fataliste. Mais ce mec devait savoir de quoi il parlait. Pendant ce temps, Pégase s’avança vers Hermès et frotta sa tête contre lui. Par réflexe, ce dernier se mit à le caresser avec une affection particulièrement touchante.

« Il est voué à disparaître, c'est lui même qui le dit. Donc parfait. On prend les nôtres et on s'en va en les laissant disparaître tranquillement. On a rien demandé de toute façon... »


C’était encore cette pouffe égoïste de Cassandre qui avait dit ça ! Et après on disait que les Pirates n’avaient pas de coeur ! Voulant la réprimander et lui signaler que tout le monde ne tournait pas autour d’elle et de son petit comité, il n’eut pas le temps de faire la réflexion. Le cheval ailé commença à s’agiter, comme si il ressentait quelque chose. Quelque chose de particulièrement mauvais et puissant.
Gardant sa remarque acerbe pour lui, ses yeux se portèrent sur Hermès et Pégase. Fronçant les sourcils d’inquiétude, Jack dit :

« Visiblement on a un problème... Restez sur vos gardes.. »


Reprenant un peu courage, il pointa chaque individu du doigt tour à tour, comme si il les comptait.

« Effectivement, ça fait beaucoup par rapport à nous. Mais crois moi, quand je suis là, nos chances sont bizarrement... multipliés! Quoi qu'il en soit, nous ne sommes que quatre. Quatre et demi avec l'hybride poney-aigle. Ca fait pas beaucoup. La technique c'est de rester discret jusqu'à une ouverture. »


Mais bientôt, l’inquiétude de Pégase se fit encore plus grande, et Hermès, qui ne semblait pas du tout rassuré déclara :

« Je ne sens personne à proximité. »


Regardant Aphrodite, ses yeux exprimèrent l’interrogation et l’inquiétude. Devaient-ils sacrifier leurs positions en utilisant leurs pouvoirs pour détecter les auras ? Levant les yeux au ciel, alors qu’ils étaient déjà haut, il reprit :


« A moins que ce soit autre chose... »


Le ciel autrefois bleu, devint gris, puis de plus en plus sombre, à l’instar du regard du Dieu. Ce dernier eut à peine le temps de déployer ses ailes, qu’un éclair fonça droit sur eux, précisément. Jack se jeta en avant pour esquiver l’éclair qui lui fit dresser les cheveux sur la tête. Tout le monde semblait indemne. Levant à son tour les yeux au ciel, il remarqua que le nuage semblait être pousser par un bras invisible vers eux. Hermès, déjà dans les airs pour esquiver le premier coup de tonnerre s’exclama :

« C'est le nuage ! On est monté trop haut ! »


Ces propres paroles semblèrent le surprendre. A croire qu’il ne s’attendait pas à être attaqué aussi haut dans son refuge.

« Il faut qu'on descende. »


Tendant les mains vers les deux déesses, Jack enfourcha Pégase sans cérémonie, par pur réflexe. Habitué aux chevaux des Indiens de Neverland, il s’installa rapidement.

« ON S'EN VA ! Prends les femmes! J'ai mon fidèle ami ! Hein qu't'es mon pote ! »


Puis, sans prévenir, il serra les flans du cheval, tout en lui murmurant à l’oreille :

« Vas-y. Montre leur ce que le mot célérité veut dire. »


Décollant en trombe, les ailes de la créature percutèrent les jambes du Pirate. Mais il s’en moquait. Levant les yeux, il vit soudain la foudre fondre sur lui. Saisissant la crinière du cheval, il le força à plonger. Dans un grand chambardement, la foudre leur passa à quelques centimètres, faisant ouvrir les yeux de Jack de frayeur. Vérifiant que tout aller bien pour lui et se monture, il suivit Hermès qui se dirigeait vers le sol un peu plus rapidement.

Tenant toujours les deux déesses par la main Hermès fonça vers qui le sol se rapprocha et une forêt se dessina. Fou de joie à l’idée d’atterrir, Jack talonna les trois dieux, sur son fidèle destrier.
Une fois au sol, Jack descendit promptement du cheval et regarda le ciel. Le nuage commençait à partir. Tournant la tête vers le reste du groupe, il remarqua que les déesses venaient de lâcher les mains d’Hermès. Cassandre se risqua à dire :

« C'était quoi cette chose ? »


Mais cette question n’attira pas l’attention de Jack. C’était sur autre chose que son regard était posé. Au sol, une ligne, comme une frontière était nettement visible. D’un côté, celui où ils étaient, la forêt était intact. Mais de l’autre, le sol était gris, comme brûlé, terne et macabre. Une brume se dessinait de ce côté, à perte de vu. Mais que c’était il passé ici ?

« Le monde a été ravagé. La frontière entre Olympe et ce qui a été détruit est mince... »


Ce monde était donc condamné. En proie à ses réflexions, le Moineau se tourna vers les autres dieux. Il venait de comprendre. L’Olympe était le dernier berceau de la vie, comme une bulle englobé par la destruction, le néant et le chaos.
Récupérant son tricorne qui avait atterri sur la tête de Pégase, il lui fit un petit clin d’oeil. C’était devenu son meilleur ami.

« Heureusement qu'il était là pour naviguer ce bon vieux Jackie mon p'tit dadamour. »


Reprenant son sérieux, il regarda à nouveau le monde dévasté de l’autre côté et demanda à Hermès :

« Qu'est ce que s'est? On pourra pas fuir plus longtemps. Au moins avec Zeus, il reste une chance. Alors que là... Avec ce Nuage... J'ai bien peur que ce ne soit pas tellement.. Possible. »


Cassandre commença alors à répondre… « On va garder notre plan de base et... » … Quand soudain…



Une main immonde sortit de sous terre et s’enveloppa tout autour de la cheville de Cassandre.  Dans un hurlement, elle essaya de s’en défaire mais en vain. Une décharge électrique rouge partit de Cassandre, et la main la lâcha instantanément. Mais ce ne fut par terminé. L’instant d’après, une autre main sortie de terre, puis une autre, puis une autre et encore une autre.
Bientôt, une multitude de mains sortirent de sous la terre et commencèrent à essayer de les saisir. Puis, des mains, suivirent des bras. Et enfin, une immense créature de plusieurs mètres de haut, avec plusieurs dizaines de bras sorti de terre dans un éboulement. Jack tomba sur les fesses et commença à reculer, mais lorsqu’il tourna la tête pour regarder derrière lui, il remarqua que des Gardes Olympiens arrivaient vers eux, dans une formation rangée bien précise.
Ils étaient fait comme des rats, prit en tenaille. Paniqué, il essaya de se relever, mais une main le saisissait à cheville. Sortant son sabre en un éclair habile, il frappa la main, mais cette dernière ne lâcha pas prise, elle était plus résistante que la lame. Visant alors les nerfs, il la tambourina de toutes ses forces à plusieurs reprises, et elle finit tout de même par le lâcher. Se jetant sur Pégase, estimant qu’il constituait sa meilleure solution pour survivre, il s’exclama :

« J'mexcuse pour tout à l'heure joli cheval. T'es très beau. Mais faut sauver Jacky maintenant ! »


Frappant les flans, il prit de la hauteur sur Pégase. C’était un spectacle saisissant. Tant d’individus et de créature pour seulement 4 personnes et demi… Montant en altitude pour fuir la bataille, Jack plissa des yeux de concentration pour essayer de maintenir un cap.
D’en haut, il pouvait voir que les dieux étaient en proie à une véritable bataille alors que lui, prenait la fuite. Après tout, ça ne le regardait pas. Et il ne voulait pas mourir. Surtout maintenant qu’il s’était fait un nouveau copain super doux.
Estimant que les gardes Olympiens constituaient un moindre risque, il vola au dessus d’eux.
Mais l’instant d’après quelque chose d’horrible se produit. A une vitesse folle, un autre Hécatonchire sortit de terre dans un éboulement. Un de ses bras gigantesque agrippa l’aile de Pégase dans un craquement sinistre. Le cheval hennit dans une plainte de douleur, alors que Jack essaya de rester dessus. Le regard d’Hermès se porta alors sur eux comme un faucon, et il fonça vers eux à toute vitesse…
Mais il arriva trop tard. Une autre main s’abattit brusquement sur la tête de l’animal, les envoyant à terre tous les deux. Un dernier hennissement clair, comme un chant funèbre retentit. Roulant dans la poussière, la bras de l’Hécatonchire s’abattit encore une fois sur la nuque du cheval. Et encore une fois. Et encore une fois… Bientôt, on n’entendit plus la plainte du cheval, et la créature retira son bras, laissant apparaître les restes de Pégase, mort, le coup briser à trois.

« … »


S’élançant à toute vitesse, sabre sur le côté, Jack Sparrow se mit à courir vers la créature. Divine ou pas divine, il n’en avait rien à faire. Il avait déjà vaincu des créatures bien plus monstrueuses. Et de toute façon, il allait mourir. Alors autant venger Pégase avant de partir.
Un des bras de l’Hécatonchire s’abattit sur lui pour l’écraser. Jack sauta sur le côté et l’esquiva par miracle. L’onde de choc qui frappa le sol l’expédia dans les airs, et il atterrit sur le coude de la créature. Plantant son sabre jusqu’à la garde, dans une expression concentré, cette dernière hurla et secoua son bras dans tous les sens.

« Wow… Wowww… wooooowwww !! »


Lâchant prise, Jack Sparrow se retrouva à tournoyer dans les airs au dessus de l’Hécatonchire. Ses jambes se posèrent comme par miracle sur un autre bras. Bougeant les siens pour conserver son équilibre légendaire, même lui eut l’air encore surpris.

« Je m’étonnerai toujours ! »

Mais le bras s’activa et se secoua lui aussi pour le chasser comme une mouche. Cette fois-ci encore, Jack tourbillonna comme une poupée de chiffon au dessus des multiples bras qui essayèrent de la fracasser. Pas un ne le frappa. Chance de Moineau… Arrivant dans son dos, Jack lui planta son sabre entre les deux omoplates. C’était le seul endroit où les bras ne pouvaient pas l’avoir… Serrant sa prise, la créature bougea dans tous les sens, comme si ce coup portait ne lui faisait aucun dégât, mais avait touché son orgueil au plus haut poids.
Jack serra le sabre tellement fort que les jointures de ses doigts apparurent… En dessous, il pouvait voir qu’Aryana l’observait étrangement.

« J’fais ça tous les jours, rassure toi. »


Et la créature continua à nouveau à gesticuler, comme pour ce débarrasser de ce vilain moustique chanceux insaisissable...




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Un jour, tu t'en rendras compte Jackie, et il sera trop tard... Quand l'homme aura choisi sa propre volonté à la Liberté collective... Tu seras le dernier. Le Dernier des Pirates.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72135-ca-serait-p-t-etre-mi http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72136-souvenez-vous-de-ce-jour-comme-celui http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72139-rps-jack-sparrow

Phoebus Light


« Toon pour un
et un pour toons ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Alexander Skarsgård

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Apollon, dieu de la divination, des arts, de la lumière.



☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3488
✯ Les étoiles : 7622




Actuellement dans : « Toon pour un et un pour toons ! »


________________________________________ Ven 4 Mai 2018 - 20:45


Everybody wants to rule the world.


L'intervention d'Héra l'avait probablement sauvé. Ce n'est pas pour ça qu'il voyait d'un bon œil cette arrivée. C'était trop facile. Il restait derrière ses sœurs, écoutant leur discussion sans chercher à s'y immiscer. Ce qui n'était déjà pas son genre. Il aimait y aller de ses petites remarques mais les événements le rendaient plus distants. Il attendit que Regina se soit éclipsée pour rejoindre Athéna, gardant ses bras croisés tout en dévisageant la déesse qui les avait recueillit avec insistance.

« Artémis est morte ici ? »

La question était lâchée. Il savait que si tel était le cas, il ne s'agissait pas de la Diane qu'il connaissait. Il n'avait aucun lien avec elle, aucun passé commun, aucune relation. Pourtant, s'imaginer qu'elle puisse avoir disparu dans ce monde le plongeait dans un état de malaise certain. L'éventualité ne lui plaisait pas.

« C'est l'autre vipère qui l'a tué ? »

Chichi – surnom affectif plein de ressentiment – était bien moins éloquente depuis qu'on l'avait empêché de l'empaler sur le Trident.

Héra se contenta de l'observer un moment, posant sa main sur son bras dans un geste qu'il ne savait comment identifier. De la tendresse ? Du soutien ? Elle voulait voir si il était toujours aussi musclé ?

« Ce n'est pas la tienne. C'est une autre. Ça ne doit pas t'affecter. »

Elle retira sa main alors qu'il secouait la tête. Il le savait. Il l'avait senti, d'une certaine façon. Et elle avait raison, il ne pouvait pas laisser cette annonce l'atteindre. Il n'avait pas le Temps pour ça.

« J'aimerais que tu tentes de le contacter. »

Il haussa un sourcil, la voix de la déesse se faisait plus basse, comme si elle cherchait à être discrète.

« Je pense que c'est notre seule chance de le retrouver. Il pense que tu es mort. Si il te croit vivant et caché, il viendra sûrement te retrouver. Notre Apollon a combattu Zeus. C'était un puissant allié et Héphaistos et lui étaient très proches. C'est peut-être notre seule chance de le retrouver. »

Sa méfiance était à un niveau maximal. Il n'arrivait pas à se détendre. Plus les secondes s'écoulaient, plus il était sur la défensive, en réalité.

« Votre Apollon ? Tu t'es vide adaptée à ce monde, Héra. »

Il avait tiqué. Elle eut l'air gênée avant de sourire faussement. Sa mâchoire ne se desserrait pas tandis qu'il cherchait à la sonder. Quelque chose clochait. Son instinct le lui dictait, sa raison le lui hurlait. Est-ce que c'était vraiment la Héra qu'il avait déjà eu l'occasion de côtoyer ? Ou ne s'agissait-il encore que d'un mensonge ?

« Je suis pour le retrouver. J'aimerais bien récupérer une petite armure de sa confection. »

Il esquissa un sourire loin d'être amusé. Il en aurait bien besoin pour se protéger si d'autres ennemis leur tombaient dessus. Ou si d'autres étaient déjà en train de les entourer.

« Mais si j'ai bien compris, tu veux te servir de moi comme appât. L'attirer par ma présence. Je n'aime pas trop ce plan. »

Il afficha une moue faussement embêtée, ne bougeant pas d'un millimètre. Pourquoi est-ce qu'il avait l'impression constante de devoir rester aux aguets ? Ce léger frémissement lui indiquant qu'ils étaient loin d'être en sécurité, comme elle le prétendait ?

« Pourquoi je devrais te faire confiance ? Pourquoi je devrais t'obéir ? »

« Parce qu'on a besoin de lui. Si on ne retrouve pas Héphaistos, on ne pourra pas se défendre. Et... vous ne pourrez sans doute pas rentrer chez vous. Aucun d'entre nous le pourra. »

Technique facile et efficace : leur faire croire qu'ils resteraient là sans leur aide. C'était une méthode vieille comme le monde.

« Tu n'as pas idée de la folie destructrice de Zeus. »

Il ne put s'empêcher d'avoir un rictus à cette affirmation. Ses ongles s'enfonçaient presque dans sa chair, tellement ses mains étaient crispées. Héra se tourna vers Athéna, continuant son discours :

« Il en a tué beaucoup des nôtres. Il ne s'arrêtera pas tant qu'il n'aura pas trouvé de solutions à son problème. Et... il y autre chose. »

Son hésitation ne pouvait que signifier qu'elle s'apprêtait à ajouter un élément essentiel. Elle les tenait en haleine, cherchait à les ramener de son côté. Il avait toujours admiré Héra. Toujours. Il était admiratif devant sa force, sa capacité à survivre à Zeus. Et elle était plus fine manipulatrice que ce qu'elle ne laissait entrevoir.

« Vous n'êtes pas les seuls qu'il a amené ici. Aphrodite, ta future femme et le pirate à la boussole sont ici aussi. Si on trouve Héphaistos on pourra faire le poids et les sauver également. Ensuite, tout rentrera dans l'ordre. »

Il ne supporta pas qu'elle le touche. Des milliers de pensées lui passaient à l'esprit. Qu'est-ce qu'ils faisaient tous là ? Pourquoi ? Comment ? Dans quel but ?

« Il faut que tu nous aides Apollon. Je t'en prie. On n'a pas d'autres solutions. »

Il la repoussa sans la moindre douceur.

« Cassandre est là ? »

Ce n'était qu'un grognement lâché entre ses dents. Il était en colère. Que Dolos ait pu la faire venir également, de la manière dont il avait usé pour la tromper, quelle qu'elle soit. Il détestait le fait d'être utilisé à des fins qu'il ne comprenait pas. Ce n'était pas leur Guerre. Ils avaient déjà assez payés pour les autres dans leur monde. Zeus n'avait qu'à gérer ses problèmes tout seul, comme un grand, pour une fois.

« Où ? Elle est avec lui ? Qu'est-ce qu'elle fait là ? »

Il décroisa ses bras, hésitant à empoigner le bras d'Héra afin de la faire parler. Son ton était posé, calculé, mais loin d'être calme.

« Je ne sais pas. Il doit y avoir une raison. Mais on ne doit pas s'en occuper pour le moment, car on ne pourrait rien faire pour elle dans l'immédiat. »

Comment elle savait tout ça ? Il secoua la tête, lui tournant le dos en passant une main sur son visage. Ce fut brusquement qu'il se retourna vers elle, un sourire sur les lèvres.

« Tu te trompes. Je sais exactement ce que Zeus est capable de faire. Je trouve ça très déplacé de ta part de prétendre le contraire, d'ailleurs. Après qu'il m'ait enfermé sur Olympe ? Après ce qu'il a fait à Athéna ? »

Il appuya ces mots d'un rire étouffé. Elle le prenait pour des idiots. Elle n'agissait que dans son propre intérêt. C'était tout à son honneur, évidemment. Mais il n'aimait pas ça.

« Qu'est-ce que tu veux exactement ? » interrogea-t-il, plus suspicieux à présent. « Qu'on t'aide pour que tu rentres avec nous, ou pour que tu puisses prendre sa place ? Si tu es contre Zeus, si Hépha est contre Zeus, pourquoi est-ce qu'il se cacherait de ton exactement ? »

Il crachait son venin sans en éprouver la moindre culpabilité. On leur avait fait subir bien trop d'épreuves. Que les Titans se servent d'eux comme de simples jetons était une chose déjà désagréables. Il ne voulait pas que Héra en fasse de même aujourd'hui. Elle valait mieux que ça. De ce qu'il voyait, il avait réussi à l'énerver et il en était extrêmement satisfait. Une fois en colère, il était bien moins aisé de cacher ses véritables intentions.

« Il m'a fait venir pour siéger à ses côtés. Héphaistos ne me fait pas confiance, comme il ne fait confiance à personne. Tu ignores par quoi il est passé. C'est pour ça qu'il faut quelqu'un de neutre. Une personne qui n'a jamais été lié à tout ça. Quelqu'un en qui il croira. »

Sa voix était calme mais la main qu'elle passa sur son front le fit douter. Etait-ce parce qu'il était difficile de se contenir et de ne pas lui montrer qu'il lui tapait sur les nerfs ? Son air désemparé le fit grimacer. Elle était une formidable actrice.

« Tu dois nous venir en aide. Aies confiance en moi. J'ai mis mes demis-dieux en danger pour vous tous. On ne survivra sans doute pas à ce qui va arriver. Mais ne fais pas de notre sacrifice quelque chose de vain. »

« Votre sacrifice... »

Il était dégoûté. Profondément. Alors ce serait de sa faute, si jamais ils mourraient pour rien ? Et pourquoi exactement ? Il ne venait pas d'ici. Il n'avait rien demandé.

« Je déteste les sacrifices. »

Il garda le silence un long moment. La tension qu'il ressentait devait être palpable tout autour de lui. Insupportable. Il en avait envie de crier. Est-ce que tout ça valait le coup ? Quand ce n'était pas Surt, quand ce n'était pas Chronos, il s'agissait de Zeus. Olympe ne connaîtrait donc jamais la tranquilité.

« Je ne peux pas te faire confiance. Je suis désolé. »

Et cette affirmation ne laissait place à aucune protestation. Son regard fixait durement la déesse avant qu'il ne lâche un soupir.

« Mais ça ne m'empêchera pas d'aider. »

De nouveau, sa main passa sur son visage. Il était fatigué. Fatigué de tout.

« Je vais le contacter, pas pour le faire venir vers vous, mais pour qu'on aille vers lui. Elles et moi. Je ne veux pas qu'il se retrouve entouré de ceux qu'il pense être ses ennemis. »

D'un geste de la tête, il avait désigné Regina et Eloïse. Il ne voulait pas qu'une autre personne les accompagnent, où qu'ils aillent. Son mauvais pressentiment persistait. Si ce dieu qu'ils cherchaient se cachait, il devait avoir ses raisons. Il voulait les connaître. Et si il s'était retenu de le dire, il avait déjà ouvert son esprit afin de chercher à le joindre. Il voulait savoir ce qui se passait ici.

Héra sembla soulagée, tout en restant sceptique. Elle avait raison de l'être, tout comme lui.

« Ils resteront là avec Chimère. On ne prendra pas le risque de l'amener là où il est. Je vais venir avec vous. Vous aurez besoin de moi ensuite pour retrouver vos amis. Je ne suis pas avec Zeus, mais il me fait confiance. Je pourrais vous aider dès qu'on aura retrouvé Héphaistos. »

Il ne la croyait pas. Aucun de ses mots ne l'atteignaient. Zeus lui faisait confiance ? Ce simple détail le dérangeait. Héra savait jouer sur plusieurs tableaux, il n'en doutait pas. Elle le faisait déjà avec eux, il en était persuadé. Pourquoi ? Pour quelles raisons ? Quel était son objectif ?

« Je ne souhaite pas rester ici... mon frère. »

Il fronça les sourcils à cette appellation, peu impressionné par son air embarrassé. Elle ne sonnait pas comme elle aurait dû le faire en sortant de sa bouche.

« Je veux venir avec vous. Mais je me dois de les aider avant. Et je ferais tout mon possible pour ça. »

Elle lança un regard en direction des demis dieux. D'où venaient-ils tous ? De qui étaient-ils les enfants ?

« Restez ici. Si Chimère tente de s'échapper, je vous autorise à la tuer. Je pars avec eux. Ne quittez pas cet endroit. »

Celui à qui elle s'était adressé hocha simplement la tête. Il était d'avis de tuer la créature de Zeus immédiatement et sans attendre. A quoi bon ne le faire que si elle fuyait ?

« Tu as déjà essayé de le contacter, n'est-ce pas ? »

Il n'émit qu'un grognement. Il ne voulait pas qu'elle les accompagne. Elle se donnait des droits qu'il ne lui avait pas donné. Si Apollon n'était pas un dirigeant hors pair et n'était pas un adepte des ordres, son autorité lui semblant bien insignifiante, il n'appréciait pas cette façon qu'elle avait de le faire agir comme un simple... intermédiaire.

« Il ne te fait pas confiance... Il ne fait plus confiance à personne. Il faut réessayer. »

Il tentait, pourtant, il tentait vraiment de le joindre. Et cette insistance était déplacée. Son regard se posa sur Athéna. Qu'est-ce qu'elle pensait de tout ça ? Il ne pouvait pas lui demander. Pas devant elle. Pas devant eux tous. Il ferma les yeux l'espace d'une seconde. La grande blonde va pas me lâcher tant qu'elle t'aura pas retrouvé, Hépha... Dis moi juste où tu te caches... Rien. Silence radio. Pas un seul pressentiment. Du moins, pas grâce à cette tentative de prise de contact.

Une idée lui traversa l'esprit. Fugace. Rapide. Il releva la tête vers Athéna, tendant sa main dans sa direction. Regina était proche d'elle, elle n'avait qu'à l'attraper. Et en un instant, ils avaient disparu.

Il avait senti la main d'Héra se glisser dans la sienne, serrant les dents et la maudissant d'être aussi tenace. Il ne voulait pas d'elle ici, il devait le dire en quelle langue ?

Le Tartare. Un endroit impressionnant, de ce qu'il en connaissait. Une partie des Enfers bien particulière. Diane lui avait raconté la manière dont elle avait retrouvé Héphaistos, chez eux. Si il se cachait quelque part, ça devait être ici. Ce n'était peut-être pas le même dans ce monde, mais ils devaient se ressembler. Et si il se trompait, il n'avait aucune autre idée. Ils se trouvaient à l'entrée. Mais il n'y avait ni grottes, ni Styx, ni la moindre trace de vie en ces lieux. Tout était sec. Tout était vide. Tout était...

« Pourquoi nous avoir conduit ici ? Il t'a dit de venir là ? Les Enfers sont vides. Ils ont déjà été fouilles par Zeus, tout comme le Tartare. Héphaistos ne peut pas se trouver ici. »

Elle l'avait lâché, regardant autour d'elle. Il en faisait de même. C'était étrange que de se trouver dans un lieu à la fois familier et si différent de ce qu'il connaissait.

« Il m'a rien dit du tout. Je fais des suppositions par moi-même, tu devrais essayer. Je peux me tromper après, ça arrive à tout le monde. »

Mais c'était rarement son cas. L'instinct d'Apollon visait toujours juste.

« Y'a eu un grand ménage dans le coin. C'était déjà pas très joli à la base. Hadès gère plus la déco ? »

La grimace qu'elle afficha quand il évoqua Hadès le fit se stopper dans sa contemplation, pour se fixer sur elle.

« Hadès est un traitre. »

Son ton était catégorique.

« Zeus a anéantit tout ce qui se trouvait ici après qu'il se soit retourné contre lui. »

Toujours juste.

Il se plaça immédiatement face à elle. Son regard était curieux, ses muscles tendus.

« Rappelle moi juste une chose... Tu es de quel côté, déjà ? »

Tous ces mots lui revenaient en tête. Un par un. Presque comme pour le narguer.

« Quelqu'un qui se retourne contre Zeus est quelqu'un que tu devrais apprécier. Non ? »

La méfiance dans le regard d'Héra était visible. Il n'eut pas de réponse. Elle pencha simplement la tête sur le côté. Il le vit avant qu'elle ne le remarque. Il était là, debout, les observant au loin. Et elle affichait un de ses sourires qu'il détestait profondément. Sa main accrocha immédiatement le bras de cette « soeur ». Il ne s'était pas trompé. Il le savait. Il le sentait.

« Salut frérot. » lâcha-t-il simplement, relevant ses yeux en direction d'Héphaistos.

Il fixa Héra un instant, avant de se poser sur les deux femmes l'accompagnant, puis il le regarda lui. C'était différent. En le voyant, il reconnaissait son frère. Celui qu'il connaissait, celui qu'il appréciait, celui qui lui avait tant manqué. Il savait que ce n'était pas lui pourtant.

« On te dérange pas trop ? »

« C'est bien toi... »

Son murmure le fit frissonner. Qu'avait-il vécu, qu'avait-il vu, pour que tant d'émotions puissent se lire en ces simples mots ? Son cœur se serra. De tristesse. De culpabilité. Héphaistos tourna sa tête en direction d'Athéna, hésitant, avant de se remettre à le fixer lui. Il n'y croyait certainement pas. Il avait envie de lui crier de fuir. Immédiatement.

Héra se dégagea. Et les paroles prononcées par son frère ne firent que s'accroître sa rage.

« Ils auraient fini par me trouver. Tu n'y es pour rien. »

Chimère et les demis-dieux arrivèrent dans une parfaite synchronisation pour entourer Regina et Athéna. Il étouffa un juron face au sourire si reconnaissable d'Héra.

« Et de deux mon frère... »

Dolos. Tout lui avait indiqué ce piège. Tout. Il aurait dû s'en douter. Ne pas tomber dedans. Il se maudissait d'être à ce point stupide. Il ne méritait définitivement pas son titre de Gardien, s'il était incapable de garder un des siens en sécurité.

Sa première volonté fut de se téléporter près du dieu en danger, afin de fuir loin d'ici aussi vite que possible. Il se rendit vite compte de son erreur. Ils se trouvaient dans les Enfers. Hadès n'en était plus le dirigeant, à l'évidence. Et il ne s'y rendait pas assez souvent pour avoir penser à ce léger détail... Ce tout petit détail qui ne permettait qu'au Maître des lieux de se téléporter ici. Et si ils y étaient parvenus... Si ils avaient pu se rendre ici sans complication... Ce n'était pas parce qu'il n'y avait plus de Maître. Loin de là. Il était avec eux depuis le début. Cet enfoiré avait même eu le droit à une promotion.

La déesse blonde retrouva son apparence habituelle, la Fourche apparaissant dans ses mains.

« Voyons Apollon... Arrête de te ridiculiser. Tu as fais exactement ce pour quoi tu es là. Si tu continues, je t'empêche de voir la fin du show et tu mourras de suite... »

Est-ce qu'il mentait pour Neil ? Est-ce qu'elle était vraiment là ? Ce fut l'une de ses premières pensées. Il ne pouvait plus croire un seul mot qui avait été prononcé. Tout ça n'était qu'un jeu. Et les dés étaient pipés.

« Laisse le et je te donnerai ce que tu es venu chercher. »

« Donc tu l'as achevée ? On arrive au bon moment. Zeus sera comblé. »

Dolos était satisfait de cette annonce, à l'évidence. Et ce qui le contentait avait tendance à énerver Apollon. Tout comme il ne supportait pas que les plans de leur cher grand frère tyrannique et psychopathe se passent comme prévus.

« Hors de question que tu donnes quoi que ce soit. Je préfère crever. »
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Tu veux dormir avec Jules pour le "surveiller" ?
Et je fais quoi moi en attendant ? Non mais on va trouver un moyen de s'occuper avec Nora ! On va bien s'amuser aussi !


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14039-apollon-c-est-pas-une http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14980-avez-vous-deja-vu-un-mec-grand

Aryana Cloud-Sandman


« Prince de la Savane »


avatar




╰☆╮ Avatar : Dianna Agron & Charlize Theron

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Aphrodite



☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7966
✯ Les étoiles : 26623




Actuellement dans : « Prince de la Savane »


________________________________________ Sam 5 Mai 2018 - 12:12



Si tu veux frôler la perfection, passe à côté de moi.

Ce monde semblait comme s'effondrer autour de moi et malgré tout, j'avais une seule et unique pensée orientée vers Hadès. Je ne pouvais croire qu'il ait été remplacé par un autre, un inconnu. Pourquoi aurait-ce été dans ce sens ? Pourquoi le nôtre n'aurait-il pas pu être suffisamment malin pour prendre la place de celui de ce monde ?

Au début, j'étais restée à l'écart du combat, puis j'avais reçu comme un électrochoc en voyant Pégase se faire écraser sous les nombreux coups de l'Hécatonchire. Jack faisait le pitre avec son insouciance habituelle. On pouvait saluer sa vaillance, même si elle était absurde en un cas pareil. Autant demander à un cure-dent d'affronter un tigre...

Je fis apparaître un bazooka et visai l'Hécatonchire, essayant de trouver une percée à travers les multiples mains qu'il agitait devant son torse. A l'instant où je pressai la détente, une main énorme se referma sur l'arme qui explosa. L'autre Hécatonchire qui s'était approché poussa un grognement alors que la violence du souffle me projetait plusieurs mètres plus loin. J'atterris violemment sur le dos, maudissant ces armes de pacotille. Mon Marteau me manquait plus que jamais.

Je voulus me relever mais à cet instant, trois lances furent dirigées vers moi : une près de mon oeil, une autre vers mon ventre ; quant à la troisième, elle visait ma gorge. Elles appartenaient à trois Gardes Olympiens qui n'avaient rien à envier à nos débilos. Ils semblaient nettement plus fringuants et beaucoup moins sympathiques. Tournant légèrement la tête, j'aperçus la silhouette de Héra et je compris alors leur mine patibulaire. Ca ne devait pas être très agréable d'être sous les ordres de cette déesse.

Un peu plus loin, Cassie continuait de combattre un Hécatonchire avec ses filaments rouges. Quant à Jack, il fut bientôt désarçonné de sa propre créature et tomba lourdement au sol, à quelques mètres de moi.

"Pourparler..." prononçai-je avec une once de sarcasme.

Je n'y pouvais rien, Héra me donnait de l'urticaire. Je ne pouvais pas m'empêcher de tourner sa présence en dérision, même dans une situation aussi désespérée que la nôtre.

"Ces toutous sont à toi ?" demandai-je à ma "soeur" tout en restant immobile sur le sol, peu encline à provoquer les Gardes à l'instinct incisif.

En guise de réponse, Héra commanda les Hécatonchires de cesser le combat. Visiblement, ils étaient un peu dur d'oreille car ils continuèrent à s'acharner sur Cassie, Jack et Hermès. Je déglutis avec peine, anxieuse.

"Je vous ordonne d'arrêter !" lança-t-elle, impérieuse.

"Les enfants, ça n'écoute jamais..." dis-je sur le ton de la plaisanterie pour masquer mon angoisse.

"STOP !"

... au nom de l'amour ! Je secouai la tête. Pourquoi avais-je une musique ridicule en tête à cet instant ?

L'exclamation de Héra provoqua enfin une réaction chez les Hécatonchires. Ils s'arrêtèrent, même si l'un d'eux abattit ses poings une dernière fois sur Cassie, à terre, qui n'eut que le temps de former un bouclier écarlate autour d'elle, en grimaçant.

"Eh bien, quelle démonstration d'autorité !"
fis-je en écartant la lance près de mon oeil du bout du doigt pour me redresser sur les coudes. "Tu ne nous en veux pas si on préfère s'en aller ?"

J'accordai un regard préoccupé à Cassie, Hermès et Jack, leur intimant mentalement de s'écarter des créatures qui risquaient de recommencer leur partie d'écrabouille sans prévenir.

Héra me fixa, avant de tourner la tête vers les Gardes. Ces derniers s'élancèrent vers mes compagnons pour les aider à se relever, tout en les maintenant fermement. Voilà qui était une réponse loin d'être satisfaisante. Je plissai des yeux en direction de ma "soeur" tout en lui décochant un ravissant sourire. Je m'approchai d'elle de sorte à ce que nos visages ne soient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Soudain, je levai mon genou pour lui donner un coup en plein entrejambe. Elle grimaça brièvement avant de me lancer un regard interrogateur.

"C'était juste pour vérifier. Les dieux sont comme les hommes à cet endroit : douillet." dis-je en battant des cils. "Tu n'es pas Dolos."

Je l'observai de bas en haut puis ajoutai :

"Héra ! Ca fait tellement longtemps ! Tu es celle à qui je tirais les cheveux étant petite ou tu es celle d'ici ?"

Quelle que soit la version, je notai qu'elle était toujours pourvue d'un balai extrêmement bien enfoncé dans le postérieur. Je n'avais pas caché ma pensée, elle l'avait donc sûrement perçue. Comme je m'y attendais, elle prit une expression offensée.

"Le ton n'est pas à la plaisanterie, Aphrodite." dit-elle, réprobatrice.

"Et chaque rire fait prendre une ride, mais sur ma peau parfaite, tout passe et rien ne reste. Les règles sont faites pour être enfreintes." répliquai-je en haussant les épaules. "C'est là toute la différence entre nous. Toi, tu prends tout au sérieux, c'est ce qui te rend moche et aigrie. Pourquoi tout tourner au tragique ? Le monde est déjà suffisamment noir. Surtout celui-ci, apparemment."

J'enveloppai les alentours d'un regard éloquent.

"Tu travailles pour qui ? Ton cher et tendre mari ?" fis-je, ironique.

"Tu n'as pas idée de ce que nous vivons, ici."

Héra lança un regard peiné à Cassie, puis Jack d'un air perplexe, et enfin Hermès attristé. Ce dernier prit alors la parole :

"Tu n'es pas obligée de lui obéir."

Nous y voilà. Sans surprise, je découvris que ma "soeur" n'était pas sortie des jupes de Zeus. Rien d'étonnant là-dedans. Aucune volonté.

"Si ce n'est pas moi qui les conduits à lui, un autre le fera." dit-elle, fataliste. "Il ne reste plus beaucoup des nôtres, ici."

Ces paroles m'étaient adressées. Je fronçai les sourcils. Espérait-elle me convaincre, me rallier à sa cause ?

"Et donc tu trouves l'idée excellente de livrer les derniers mortels et immortels libres à un fou furieux muni d'un éclair divin."
dis-je avec une moue exaspérée. "Ma pauvre Héra, tu as vraiment du pudding à la place du cerveau."

"Il vous a faits venir ici. Il sait où vous trouver." articula-t-elle, cassante. "Tu crois que vous auriez pu circuler librement dans ces terres ? Tout est toujours un jeu pour toi. Tu n'as pas gardé que le physique d'une enfant, Aphrodite."

Cette remarque ne me fit pas même hausser un sourcil. Venant d'elle, rien ne pouvait m'atteindre. Je levai les yeux vers elle, la tête haute.

"J'accepte de t'accompagner. Mais j'irai seule. Laisse les autres en dehors de tout ça pour l'instant. Tu n'auras qu'à dire à ton cher époux qu'ils se sont enfuis."

Je ne voulais pas que Jack souffre inutilement dans cette bataille qui n'était pas la sienne. Je cherchais à protéger Cassie des foudres de Zeus. Quant à Hermès... Je croisai le regard de Héra. Elle ne pouvait décemment pas livrer son frère de sang à un monstre. J'espérais lui inculquer un minimum d'humanité. Il s'écoula quelques secondes avant qu'elle ne dise :

"Il a déjà accepté un compromis. Je ne peux pas lui en imposer un autre."

Elle posa les yeux sur Hermès avant de se détourner. Ainsi, elle avait déjà tout mis en oeuvre pour protéger son frère. Je me sentais soulagée pour lui, mais ce n'était pas suffisant.

A l'instant où Hermès ouvrait la bouche, nous fûmes téléportés ailleurs, à l'intérieur d'un long couloir éclairé par quelques torches aux murs. Les Gardes se détachèrent de mes compagnons pour se poster à différents emplacements le long des parois. Bien entendu, les Hécatonchires ne nous avaient pas accompagnés, à la différence de Hermès qui était toujours là. Sa soeur avait une drôle de façon d'assurer sa sécurité.

"N'essayez pas de vous enfuir. Par la téléportation, on ne peut qu'entrer et pas en sortir." précisa Héra.

"On est où ? Où nous as-tu conduits, traîtresse ?" fit Cassie avec une rage sourde.

"Nous sommes dans le nouvel Olympe."

"Ca manque de décorations."
commentai-je en observant les murs de pierre nue avec une moue.

"Il ne va rien vous arriver. Il ne vous a pas fait venir ici pour vous tuer." dit la déesse en observant Cassandre avec un air désolé. "J'ignore ce qu'il compte faire. Mais il a aussi fait venir Regina, Athéna et Apollon."

"Peut-être qu'il veut juste faire une grande fête familiale. C'est toujours difficile de tous nous réunir."
déclarai-je, faussement désinvolte. "Et il a pensé qu'il serait de bon ton de prendre un pirate et une magicienne pour pimenter la soirée."

J'adressai un sourire vacillant à mes compagnons. D'accord, ce n'était peut-être pas le moment de faire de l'humour, mais je cherchais simplement à détendre l'atmosphère. Autant mourir dans la joie et la bonne humeur !

Héra tourna la tête et un pan de mur coulissa.

"Il viendra vous chercher le moment venu. Profitez-en pour vous reposer et prendre des forces."

Je jetai un coup d'oeil vers Jack, faisant apparaître une flasque de rhum pour lui tendre. C'était la définition de reprendre des forces, pour lui.

"Oh, et pour ce que tu m'as fait avant..."

Héra pivota sur elle-même, revenant vers moi. Je remarquai que les Gardes, à leur poste, étaient prêts à intervenir au cas où.

"Ma chère soeur." dit-elle avec un sourire crispé.

Elle me prit la main mais je n'eus pas le loisir de me dérober car dans le même temps, elle m'administra une gifle qui me décolla la joue. Ma tête fut envoyée de côté alors que je laissai échapper un peu d'air, le souffle coupé. Elle ne se départit pas de son sourire triomphant alors qu'elle me tournait le dos pour s'en aller.

"Pétasse..." marmonna Cassie.

Mes doigts se refermèrent sur le morceau de papier que Héra m'avait glissée. La gifle n'avait été qu'une diversion, même si elle n'y était pas allée de main morte. Le coeur battant, je fis disparaître le papier dans une poche de ma robe, à l'abri des regards indiscrets. Il faudrait que je trouve un moyen de lire ce qui était écrit. Mais auparavant, il fallait détourner l'attention des Gardes.

Comme il ne semblait y avoir aucune autre alternative pour l'instant, je m'engageai avec les autres vers la cellule que la paroi ouverte dévoilait. Charmante destination de vacances...

lumos maxima

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Là où les mots n'existent pas
Nous passons comme des ombres sur un fond de nuages que le soleil perce à peine et rarement, et nous crions sans cesse après ce soleil qui n'en peut mais c'est à nous de déblayer nos nuages.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7310-i-am-the-origin http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8991-l-eternite-est-ephemere

Regina Mills-Locksley


« I'm not the Queen anymore »


avatar


╰☆╮ Avatar : Lana Parrilla / Malina Wessman

Ѽ Conte(s) : Blanche Neige et les Sept Nains ✦ Rumplestiltskin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Méchante Reine ✵ La petite fille du Meunier

✓ Métier : Propriétaire et barmaid du "Roni's bar" & Mairesse Adjointe d'un dieu complètement taré.


☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7605
✯ Les étoiles : 19183




Actuellement dans : « I'm not the Queen anymore »


________________________________________ Dim 6 Mai 2018 - 0:33

Le destin des Puissances,
c'est pas le destin de Dolos plutôt ?
Regina the Qu-een et les autres.

Dolos. Cet enfoiré s’était bien foutu de notre gueule. Voilà que nous étions à présent en Enfer et dans une bien mauvaise posture. J’avais un mauvais pressentiment pour le coup. Toujours aux côtés d’Eloïse, je pose mon regard sur Héra, enfin plutôt sur Dolos avant de prendre la parole pour reprendre le contrôle sur cette situation assez pesante « Je connaissais pas assez Héra pour me douter que c'était un fake. Juste une question, ce que vous m'avez dit sur Storybrooke, c'est vrai ? » Il fallait que je sache si ce qu’il m’avait dit été la vérité, si dans cette version du monde, j’avais perdu ceux que j’aimais. Mais en attendant sa réponse, je tourne le regard vers Hephaïstos avant d’ajouter « Vous êtes gentil ou méchant vous ? » Dolos pose son regard sur moi et me sourit, un sourire que j’aimerais bien lui faire disparaître en lui mettant un coup de poing en pleine tête mais c’était non envisageable pour l’instant.

« Non seulement, ça l’est mais dans mes souvenirs ta mort a été des plus douloureuses. C'est triste, n'est ce pas ? » Alors j’étais belle et bien morte dans ce monde. Une seconde ? Il est pas un peu en train de se foutre de ma gueule là ? « Qu'attends tu d'eux, Dolos ? » réponds Hephaïstos « Moi ? Rien du tout. Mais Zeus a un plan en tête et cette fois ci, on arrivera à nos fins. Tout ça grâce à vous tous ! » Il se tourne vers Apollon avant d’applaudir dans ses deux mains tandis que Chimère et les demi-dieux sont ravis « Nous avoir conduit à Héphaistos aussi vite c'était inespéré. » Je lève le regard vers Dolos avec colère avant d’ouvrir ma main et qu’une intense et énorme boule de feu ne se crée au centre de ma paume. Etrangement, lorsque j’y mettais toute ma colère, je sentais ma puissance qui revenait et c’était plaisant « Vous êtes un enfoiré ! »

Mais je ne cessais de repenser au fait que j’étais morte dans ce monde mais comment ? Et qui m’avait tuée ? Une mort douloureuse… Levant un regard sombre vers Dolos, je vins à ajouter « Je vais vous faire mordre la poussière ! » Mais alors que je ne quitte pas l’enfoiré des yeux, je sens soudainement de vives douleurs dans mes mains et ma boule de feu commence à diminuer et bien que je m’acharne à tenter de la « maintenir », elle finis tout bonnement par disparaître. Mais comment ? Arrivé à ma hauteur, Dolos me saisis les mains tout en souriant, serrant de plus en plus fort son emprise « Si tu es ici, c'est que tu as ton utilité. Mais je n'ai pas besoin de toutes les parties de ton corps. Ne me force pas à te priver de certains membres… » il gardait son petit sourire carnassier alors que je sens d’atroces douleurs dans mes poignets, des douleurs que je n’ai jamais ressenti ailleurs.


Je suis furieuse. Furieuse contre moi-même de ne pas être capable de lutter contre ça. J’entends Apollon et Athéna lui dire d’arrêter, je lève le regard vers Dolos, me mordant l’intérieur de la bouche jusqu’à m’en faire saigner pour ne pas hurler sous la douleur. Ce que ça fait mal ! Je retiens mes larmes mais reprends la parole « Lâchez…moi! » Il relâche la pression sur mes poignets avant de soupirer. Je porte un regard sur mes poignets avant de les frotter pour calmer la douleur. J’avais d’affreuses marques rouges à cause de ce sale abruti qui me paierait ça au moment venu, il n’y échapperais pas. Etrangement, il faisait lentement renaître en moi la part d’ombre que j’avais passé tant de temps à essayer de garder enfermer en moi. Ce n’était peut être pas bon signe mais je commençais à comprendre que ma part mauvaise faisait partie intégrante de moi et que peut-être si j’acceptait qu’elle refasse surface, ça m’aiderait… « Vous faites une pitoyable équipe. Heureusement qu'on n'a pas besoin de votre force. »



Il pose son regard sur Hephaïstos « On va vous conduire à Olympe tous les 4. Et ensuite on avisera. J'espère pour toi que ton arme est opérationnelle comme tu le prétends. » Les gardes olympiens apparaissent et l’instant d’après nous voilà téléportés dans un couloir sombre, éclairé faiblement par des torches au mur. Je me sentais vaseuse. J’étais habituée à la téléportation mais moi, j’étais plus délicate quand je me téléportais ou que je téléportais des gens. Athéna, Apollon, Héphaïstos et moi. Nous étions tous les quatre. Pas de Dolos, pas de demi-dieux… Est-ce-que ça devrait me rassurer ? Je me contraint à suivre les autres jusqu’à une cellule où nous retrouvâmes Aphrodite, Cassandre, Jack et un homme ailé que je ne connaissais pas. Mon regard se posa sur tous les dieux présents alors que nous étions enfermés dans cette fichue cellule et que mes boules de feu et mes sortilèges n’aiderait aucunement dans ce genre d’endroit vu qu’il y avait comme une sorte de bouclier invisible autour de la cellule qui empêchait n’importe quel sortilège de fonctionner.


M’asseyant contre le mur, je rapprocha mes genoux de mon visage « Je suis la plus inutile des magiciennes si je ne suis même pas capable de nous sortir de là. » Aryana s’approche de moi et pose sa main sur mon épaule « Vous n'êtes pas inutile. Cette cellule a été conçue pour résister à des dieux. Personne ne peut rien faire. » Je relève le regard vers la déesse de l’amour et lui souris avant de reprendre la parole « On est dans le pétrin hein ? » Je me frotte les poignets, rougit par Dolos précédemment pour tenter d’atténuer la douleur qui me faisait encore très mal avant de ramener mon regard sur la blonde « Zeus est vraiment fou à ce point là ? Plus que Dolos ? Je veux dire...Zeus, je ne connais que la version que Disney en a fait. » J’avais tous les disney à la maison, bien malgré moi quand on sait notre véritable nature mais c’est surtout pour mes enfants que j’en voulait la version vu par cet auteur. « Juste un petit peu. » me réponds Aryana avant de faire apparaître des bandages pour calmer la douleur de mes poignets. Je la remercie et les applique dessus. Ça me fit étonnement du bien et je dois dire que c’était pas peu dire. « On est très loin du gentil papy… » ajoute-t-elle avec une grimace « Qui pourrais-je citer pour comparer ? Hum... vous voyez Hitler ? Zeus est pire. Cent fois pire. Il a cherché à me tuer moi et mon enfant quand il a appris que j'étais enceinte, à l’époque… » Un Hitler version dieu quoi…Ouais, c’est flippant.


Je pose mon regard sur son ventre alors qu’elle y passe discrètement sa main. Elle devait en souffrir, c’est ce qui m’en semblait en tout cas. « Je suis rassurée qu’on soit très peu dans le pétrin. » dis-je avec un petit rire avant d’ajouter « Zeus est un bel enfoiré ! Je vous promets qu'il va passer un sale quart d'heure ! » dis-je en posant mon regard sur les barreaux « Quand on sera sortis d'ici... Pourquoi vous pensez que nous sommes tous là ? Je veux dire... Il y a peut être une logique pour qu'il ait souhaité des dieux mais pourquoi Jack et moi ? je veux dire...nous ne sommes pas divins… » « Peut-être a-t-il besoin de distractions… » me réponds t’elle avant d’ajouter « J'ignore ce qu'il nous veut. Mais ce qui est sûr, c'est qu'il ne l'aura pas, quoi que ça puisse être. » Laissant un temps de silence, je reprends finalement la parole « Votre version de ce monde est morte aussi ? » « J'ai cru comprendre que j'étais morte, oui. » elle jette un coup d'oeil vers Hermès avant de ramener son regard vers moi « Je pense qu'il en est de même pour mes autres frères et soeurs. Je... l’espère. »


Son regard se remplit de crainte. Qu’avait-elle ? Je respire longuement et reprends la parole après m’être relevée et avoir croisé mes bras sous ma poitrine « On va lui faire comprendre qu'il n'aurait pas dû nous titiller. » dis-je en posant mon regard sur Hermès, Athéna, Apollon, Héphaïstos, Jack et Aphrodite avant de reprendre la parole « Moi aussi, je suis morte. Enfin dans ce monde là, je ne sais pas comment mais d'après ce que m'a dit Dolos, c'était très douloureux… » Laissant un temps de silence, je reprends finalement la parole « Il m’a aussi parlé de Storybrooke… » Je n’en pouvais plus, il fallait absolument que je sorte de cette fichue cellule. « Le monde tel que nous l'avons connu a disparu. Définitivement. » Mais c’est très rassurant tout ça… « Mais on ne va pas se laisser abattre pour autant. On va retourner chez nous. On y arrivera. » dit-elle en me regardant intensément. Après un court moment de silence, Aryana reprends la parole d’un ton plus léger et posé « Jusqu'à présent, je vous avais seulement croisée, ou vu de l'intérieur. Tout le monde connaît Regina Mills. Vous avez vraiment un corps très intéressant. »


Ne comprenant pas réellement ce qu’elle sous-entendait, je ne pu m’empêcher de sourire à sa remarque, voyant qu’elle également souriait. Elle se penche vers moi pour me dire à voix-basse, pour que personne n’entende sans doute « Si jamais vous avez de petits soucis, je peux faire apparaître de l’Imodium. » Pardon ? Je ne réponds rien mais commence véritablement à me poser des questions. Pour la dix millième fois, je n’ai pas de problèmes de caca ! « Quand il m'a dit que Storybrooke avait disparu, je me suis demandée si dans ce monde, mes enfants y étaient… » Oui…en fait, c’était ça mon plus grand problème, je me demandais si mes enfants avaient eux aussi une réplique dans ce monde…Et si oui, étaient-ils ceux que j’ai élevés ? Et Robin ? « Il ne faut pas vous poser ce genre de questions. » dit-elle en me coupant net avant d’ajouter « Vous vous feriez du mal pour rien. Même si vos enfants existent ici, ils ne sont pas vraiment les vôtres. » dit-elle en évitant le regard d’Hermès. Etait-il… Peut-être bien… « C’est pas faux, je… » Je m’approche des barreaux, j’allais craquer, je le sentais. J’avais envie d’être mauvaise, j’avais envie d’être méchante « Il faut qu’on sorte d’ici ! Je deviens clostro à force ! » Hermès et Héphaïstos discutent entre eux, par la pensée sans doute, vu qu’ils bougent juste la tête. Ça va ? Vous voulez pas des biscuits et du thé à la menthe non plus ? Mon sang bouillait à l’intérieur de moi, je finis par hurler, il fallait que je libère de cette rage contenue contre celui qui nous avait amenés ici « ZEUS ! Je suis sûre que tu m’entends ! T’as pas le courage de te montrer ? Ramène ton cul et fais moi face sombre abruti, histoire que je te fasse comprendre qu’on ne s’attaque pas à la Méchante Reine ! Et c’est pas des barreaux et un putain de bouclier invisible qui m’arrêtera ! ALORS RAMENE TON CUL ! »

Euh…J’y étais peut être allée un peu fort là…

Code par Melody | Gif : nottrulyperfect.tumblr.com

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Mirror mirror...my wish is...
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t51403-regina-on-ne-nait-pas-mauvais-on-le-deviens#487677

Eloise A. St-James


« Pour avoir la paix, il faut d'abord la guerre...»


avatar




╰☆╮ Avatar : Eva Green

Ѽ Conte(s) : Hercules
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Athéna



☞ Surnom : Licia
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8480
✯ Les étoiles : 3832




Actuellement dans : « Pour avoir la paix, il faut d'abord la guerre...»


________________________________________ Dim 6 Mai 2018 - 23:20

Athéna s’était un petit peu éloignée du groupe, observant les lieux. En réalité, son cerveau tournait à plein régime. Car trop de choses la faisaient tiquer. Héra notamment. Le comportement de sa sœur n’était pas normal. La déesse le sentait. Comment une femme, qui l’avait regardé avec haine quand elle lui avait avoué la vérité pouvait à présent la regarder avec espoir ? C’était beaucoup trop gros pour que cela ne lui semble pas suspect. De même, quand Regina vint la rejoindre, le peu d’informations qui furent données à la magicienne lui semblait étrange.

Et dans ces conditions, hors de question de les aider à trouver Héphaïstos. En tout cas, pas tant qu’elle ne savait pas ce qu’il se tramait ici. Or personne, pas même Héra leur apparente alliée, ne voulait leur en parler. Et ça, ce n’était clairement pas un signe que la déesse allait laisser de côté. Aussi discuta-t-elle avec Regina des moyens de trouver le dieu, tout en omettant volontairement un endroit. Les Enfers. Le Forgeron pouvait parfaitement s’y cacher, sans que cela ne vienne à l’esprit de quiconque.

Apollon semblait aussi sentir que quelque chose n’allait pas. Quand elle sentit le regard de son frère sur elle, la guerrière le fixa du regard. Elle ne loupa pas la main qui lui tendit et, sans hésitation tant elle lui faisait confiance, la brune attrapa Regina par le bras et saisit la main tendue de son frère. Qui les emmena droit aux Enfers. Apparemment, elle n’avait pas été la seule à penser qu’il s’agirait là de la meilleure des cachettes. Le blond pouvait parfois passer pour un imbécile, il en était loin… Elle avait simplement mis trop de temps à le comprendre.

La suite ne la surprit qu’à peine. Ils avaient retrouvé Héphaïstos mais Héra n’était pas Héra. Déjà dans leur monde et même durant leur enfance, Athéna avait maudit le pouvoir d’illusion de son frère. Cette fois encore, ce fut ce qu’elle fit. Il était la pire charogne qui soit à toujours se faire passer pour les autres et elle avait bien envie de lui mettre son poing dans la figure, juste pour décompresser… Les demi-dieux apparaissant avec Chimère, il était clair qu’ils ne pouvaient plus rien faire pour le moment.

- Arrête ! Cria-t-elle à son frère quand il s’en prit à Regina.

Oh, Athéna la comprenait bien sûr. Mais c’était totalement stupide que de provoquer ainsi un être aussi psychotique que lui. Cependant, elle n’allait pas laisser son amie en aussi mauvaise posture… Heureusement, Dolos finit par lâcher la magicienne et les téléporta tous dans une prison olympienne, où ils retrouvèrent Aryana, Cassandre, un pirate et… Hermès. Le cœur d’Athéna se sera en le voyant bien en vie. Il y avait bien des choses qu’elle regrettait mais lui, c’était son regret le plus profond. Cependant, elle ne pouvait pas rester là à laisser les regrets refaire surface. Aussi alla-t-elle s’asseoir près d’Héphaïstos.

- Si j’ai bien suivi, Zeus t’a demandé une arme. Tu l’as faite mais dans le même temps, tu t’es enfui. Pourquoi ? Demanda-t-elle après l’avoir observé un instant en silence.

Apparemment, ce n’était pas la bonne formulation. Parce qu’Héphaïstos secoua la tête avant de la regarder.

« Zeus a besoin de quelque chose qu’il n’a pas. Je ne me suis pas enfui. J’ai quelque chose qu’il veut et qu’il ne doit pas avoir. »

Tu m’en diras tant Sherlock… Athéna soupira légèrement. Tout ceci ne l’aidait pas, elle l’avait bien compris…

- Ce n’était pas un reproche tu sais. Parfois, la fuite est la seule solution pour contrer quelqu’un. Dit-elle en haussant les épaules. Est-ce que tu peux nous dire ce qu’il veut faire exactement ? Je ne vois pas comment on pourra s’en sortir si nous ne savons pas le but qu’il poursuit.

Pure logique. Mais il fallait vraiment qu’elle comprenne ce monde et les intentions de Zeus qui étaient bien trop obscures pour le moment. D’autant qu’elle ne comprenait pas que Dolos suive aussi aveuglément le Roi des Dieux, lui qui était le pire sournois de l’univers, il n’était pas du genre à servir les autres ainsi. Hermès s’approcha alors. Manifestement, il les avait écoutés.

« Il tente de nous sauver… » Répondit Héphaïstos en se levant et en s’approchant de la porte, l’observant. « Notre monde est en ruine. On a rien pu faire pour le sauver. Zeus pense détenir la solution mais à quel prix… » Raconta-t-il tout en regardant la déesse. « Il m’a demandé de lui forger une arme suffisamment puissante pour venir à bout de n’importe quoi… N’importe qui… »

Ça aussi, la déesse l’avait bien deviné. Mais ça ne lui expliquait pas le détail de tout ceci. Pourquoi ne pas répondre directement à sa question ? Tous ces secrets commençaient à la mettre en rogne.

- Décidément, Zeus semble ne pas vouloir comprendre… Soupira-t-elle. Notre monde aussi est en danger… Et si votre zone fantôme est ce que je crains, alors vous êtes encore plus proche de la destruction que nous… L’une des solutions serait que ceux qui le peuvent viennent chez nous… Mais à part Hermès et Dolos, je crois que ça ne sauvera pas grand-monde… Dit-elle avant de se taire quelques instants. Qui cherche-t-il à tuer ?

Allait-on enfin lui répondre ? Sans doute pas non… Les deux dieux la regardaient, ayant apparemment tiqué quand elle avait parlé de l’une des solutions. Ces idiots semblaient croire qu’elle suggérait de laisser tout le monde. Franchement… Ça avait été son genre avant. Ce n’était plus le cas à présent…

- Arrêtez de me regarder comme ça, j’ai dit que c’était une solution, je n’ai jamais dit qu’il fallait l’appliquer… Soupira-t-elle, agacée.

En tout cas, ils ne semblaient pas prêts à répondre à sa question. Enfin… Sauf Hermès peut-être. Il ouvrit la bouche, sans doute pour lui répondre quand il regarda le Forgeron qui lui fit clairement comprendre qu’il valait mieux se taire. Et ça, ce n’était pas une bonne chose. Décidément, même à eux, on ne pouvait pas faire un minimum confiance. Ils gardaient trop de secrets quand le moment était pourtant venu de parler….

« Il y a un autre monde. Mais vous semblez être au courant également. Quand une ville est apparue en Australie, Zeus a tenté de s’en emparer. Ainsi que de leurs mondes. Mais au même moment nos mondes ont été en proie à une force inconnue. On a envoyé Arès et une armée. Ils ne sont pas revenus. Zeus pensait que tout était lié à eux. Il les a fait traquer sur toute la planète. Mais ça ne venait pas de chez eux. Leur arrivée à réveiller quelque chose qui se trouvait déjà ici. Ça ne s’est pas passé comme ça chez vous ? Votre monde se porte bien ? Héra disait vrai… »

- Chez nous, la ville a atterri dans le Maine. Et il n’y a pas eu de souci de ce genre. Nous y avons élu domicile nous aussi, mais les affaires des habitants sont gérées par eux. Héra est donc bel et bien ici ? Et… Arès, celui de mon monde, il est vraiment mort ?

« Oui. »

C’était tout ? Un simple oui ? Pour lui annoncer la mort de son frère ? Le Forgeron manquait cruellement de sensibilité parfois… Mais bon, elle ne pouvait pas non plus rester peinée par cette attitude. Après tout, au fond, elle le savait… Dolos ne lui avait pas menti là-dessus au moins.

« Pourquoi nous avoir conduit ici ? » Demanda-t-il. Hermès et Athéna le regardèrent et le Forgeron reprit : « J’ai construit cette prison. Je peux nous en faire sortir et ils le savent. Que cherchent-ils à nous faire faire ? »

C’était simple. Il y avait sans doute un piège s’ils tenaient de sortir. Et en les gardant confinés tous ensemble, ils pouvaient savoir ce qu’ils se disaient. Athéna était persuadée qu’il y avait une créature ou alors un système pour les espionner. Mais elle n’allait pas parler de cela à haute voix…

- La réponse dépend sans doute de qui a amené les autres ici… Hermès, tu étais avec les autres, qui vous a amené ici ? Lui demanda-t-elle.

Héra. Fut la réponse du dieu.

« Elle est le bras droit de Zeus. » Rajouta Héphaïstos.

Ce qui fit froncer les sourcils à la déesse. Cela ne collait pas vraiment à Héra. Même si elle respecterait son serment conjugal, la blonde ne jouerait pas longtemps ce jeu…

- J’ai beaucoup de mal à le croire… À moins que sa haine pour moi n’ait pris le pas sur son envie de liberté, je suis prête à parier qu’elle n’attend que le bon moment pour l’éjecter. Elle le hait, presque autant qu’elle me hait moi…

Si elle se détourne de lui, il la tuera. Il l’a déjà fait… Lui indiqua alors Hermès.

Ainsi, l’autre Héra était morte de la main de Zeus. Elle s’était rebellée et l’avait payé au prix fort. Pas très étonnant. Mais leur Héra, Athéna ne la connaissait pas. La sienne était manipulatrice et très brillante dans ce rôle lorsqu’elle le voulait.

- Sauf si nous parvenons à le tuer avant… Les armes divines qui sont ici sont les nôtres. Elles ne seraient pas efficaces sur vous, mais sur lui, ça marchera sûrement.

Depuis le temps qu’elle attendait ça en plus…

« Elles ne nous répondent plus. Il n’y a que Dolos et lui qui en possèdent. On ignore pourquoi. » Indiqua Héphaïstos.

- Qu’est-ce qu’il leur a fait…

Un message d’Aphrodite la coupa net. Athéna se tendit un peu en entendant la voix de sa sœur dans sa tête, mais tâcha de ne rien laisser paraître. Entre la guerrière et la blonde, ce n’était pas l’amour fou. Ça ne l’avait jamais été et depuis la mort d’Hermès, ça l’était encore moins. Alors qu’elle prenne la peine de la contacter… Ça devait être important.

« Aie confiance, crois en moi… Sérieusement, viens. J’ai un truc à te montrer. »

La déesse de l’Amour s’était prise pour un serpent… Depuis quand Aphrodite regardait des dessins animés ? Ou alors c’était un amour inconditionnel pour les serpents et que personne n’avait soupçonné qui justifiait ceci… Quoi qu’il en soit, Athéna savait que la blonde ne l’aurait jamais contacté pour rien. Aussi se leva-t-elle pour la rejoindre, un air interrogateur sur le visage. Aphrodite restait mystérieuse et sortit un carambar au caramel de sa poche, qu’elle lui tendit.

« Tu veux un carambar ? » Proposa-t-elle d’un ton suave.

Athéna haussa un sourcil, surprise avant de soupirer légèrement.

- Il parait qu’il y a de bonnes blagues dedans… Et on a bien besoin de rire… Répondit-elle avant de prendre le carambar.

Mais sa réponse ne sembla pas plaire à Aryana qui n’avait peut-être pas entendu le second degré là-dedans. Ou pas, la blonde la regardant avec un air mi amusé, mi exaspéré sur le visage.

« Tu crois que je t’ai fait venir pour une blague ? C’est pas ça que je voulais te montrer. » Dit-elle avant de sortir un papier, ne notant pas qu’Athéna avait une expression montrant clairement qu’elle espérait bien ne pas être venue simplement pour un carambar… « C’est Héra qui me la donné discrètement avant de partir. Je ne l’ai pas encore lu. J’ignore si c’est une déclaration. Je n’espère pas, venant d’elle. » Raconta-t-elle à voix basse en frissonnant et en grimaçant.

- Si ça avait été pour une blague, je ne serais pas venue tu sais. Répondit-elle, un petit sourire aux lèvres. Héra nous a mis dans une prison faite par Héphaïstos. Il peut nous en sortir. Voyons ce qu’elle avait prévu… Parce que non, je ne pense pas qu’il s’agisse d’une déclaration, rassure-toi. Ajouta-t-elle à voix basse.

Aphrodite lut donc le mot en première avant de froncer les sourcils d’un air indécis avant de le montrer à Athéna : Zeus est mort.
Le mot avait de quoi étonner. Et Athéna ne comprenait pas. Elle avait trop d’idées pour expliquer ce mot, elle ne parvenait pas à se concentrer pour parvenir à tout déchiffrer…

« Pourquoi tout ce cirque dans ce cas ? » Demanda Aryana. « Pourquoi nous faire croire le contraire ? » Ajouta-t-elle en regarda sa sœur d’un air pensif et septique.

- Je n’en sais rien… Tout le monde le croit encore en vie, même Chimère sa créature. Donc soit Dolos a pris sa place, ce qui ne m’étonnerait pas… Soit ça n’a rien à voir. Répondit-elle à voix basse en se tournant vers Héphaïstos.

« En tout cas, tout ceci est très déroutant. » Conclut la déesse de l’Amour tout en détournant les yeux d’Héphaïstos, ayant manifestement du mal à le regarder.

- Sans ton intervention, comment ouvre-t-on cette prison ? Un mot de passe, un code ? Demanda-t-elle au Forgeron.

Celui-ci regarda la porte et posa sa main dessus l’ouvrant tout simplement.

« Cette prison n’a pas été bâtie pour des dieux. » Dit-il d’un air septique.

- Pour qui alors ?

« Elle ne bloque que la magie et la téléportation. » Répondit-il en regardant Regina.

- Je vois… Dolos doit être responsable de la mort de la Regina d’ici donc. Il ne se serait pas autant délecté de lui annoncer qu’elle avait énormément souffert si cela ne lui avait pas rappelé des souvenirs. Tout remonte donc à la ville. Dit-elle à haute voix avant de baisser le ton, elle parla d’une voix si basse que personne ne l’entendit : Et si Zeus est véritablement mort, alors c’est Dolos qui tient les rênes ici. Il a peur de la zone… Reprit-elle plus fort. On devrait aller voir.

« Quiconque entre dans la zone fantôme n’en revient pas. »

- Je veux bien prendre le risque. Fit-elle en haussant les épaules. Il y a un monde à sauver et ma famille, du moins une partie, est ici. Penses-tu vraiment que je vais rester sans rien faire ? Reprit-elle à voix basse.

« Non bien sûr. Tu vas y aller et mourir comme tous les autres. Crois-tu qu’on est resté les bras croisés à regarder nos frères et sœurs mourir ? » Fit-il en la toisant de toute sa hauteur.

- Non. Je pense que tu as les capacités de les aider. Je pense aussi qu’il y a quelque chose là-bas qui pourrait nous aider. Reste à savoir si tu préfères qu’on ne sacrifie qu’une personne qui ne manquera pas à beaucoup de monde ou bien qu’on sacrifie toutes nos chances ?

Hermès intervint alors, au grand étonnement d’Athéna : Personne ne revient de là-bas. Tu ne comprends donc pas ça ?

"Elle est têtue que voulez-vous. Tout comme vous d’ailleurs. Vous ne pouvez pas quitter cette prison et vous enfuir comme le ferait toute personne normale ?"

La voix de Dolos. Bien. Il était là à les surveiller alors, exactement comme elle le pensait.

- Ah mais petit frère, pourquoi voulais-tu que nous tombions aussi facilement dans ce piège grossier ? Qu’espérais-tu nous voir faire hein ? Et franchement, autant que tu apparaisse, ça fait un moment que tu es là non ?

"Disons que j’espérais vous voir mourir rapidement. Enfin pas tous. Juste certains. Tiens… Tu ne veux pas sortir ma chère sœur ? Toi qui tiens tant à aller dans la zone fantôme…"

- Seulement si tu m’accompagnes. Je m’en voudrais de louper l’occasion de mieux connaître mon petit frère. Répliqua-t-elle avec ironie.

"Amusant. Très amusante. Je vais vous proposer un deal. Ou mieux, je vais vous l’imposer. Vous aurez un choix à faire ou il y aura un sacrifice. Ça va être amusant et j’obtiendrais ce que je souhaite."

Dolos se marrait. Quel abruti parfois… Une véritable caricature de méchant… En tout cas, sa menace était appropriée. Les murs commençaient à bouger, se rapprochant les uns des autres. Magnifique. Voilà qu’on se la jouait Star Wars…

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
ABSENTE DU 4 AU 20 AOÛT

Le Destin n'est que pure invention... La puissance en revanche...

D'après le code de Grey Wind
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18984-tremblez-athen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19285-qui-osera-venir-vers-la-deesse-de-la-guerre http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19919-les-etapes-d-un-vaste-plan-divin-ou-les-peregrinations-d-une-deesse#183523

Jack Sparrow


« You Are Not Alone »


avatar


╰☆╮ Avatar : Johnny Depp

Ѽ Conte(s) : Pirates des Caraïbes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jack Sparrow

✓ Métier : Pirate !
☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3591
✯ Les étoiles : 19843




Actuellement dans : « You Are Not Alone »


________________________________________ Lun 7 Mai 2018 - 13:15

" Dans la famille Divine, je choisis... Le frère! "






Emmené plus ou moins de force dans cette cellule sans barreaux, Jack se laissa faire sans histoire. Regardant chaque membre du groupe d’intervention spécial, il se mit à soupirer. Autant de dieux, autant de personnes avec des pouvoirs… Et pas un capable de les faire sortir de là… Sacré Jackie, il allait encore devoir tout faire tout seul. S’assaillant sur le sol froid et terne de la cellule, il s’approcha du plus grand d’entre tous. Il avait l’air songeur, et il ne quittait pas d’une seule semelle Cassandre, dont il avait fait la connaissance il y a peu. Sûrement son homme. Se penchant pour lui parler, on pouvait remarquer qu’il était légèrement ivre. La flasque de Rhum d’Aryana était posé un peu plus loin sur le sol, vide.

« T’as l’air le moins bête de tous… Tu veux pas faire apparaître un peu d’paille, que je réfléchisse ? »


Levant un sourcil, surprit de sa demande et certainement surpris également de voir Jack Sparrow ici, Apollon répondit :

« Au point où on en est... »


Un petit tas de paille apparut aux pieds de Jack. Se jetant dedans sur le dos, il croisa ses mains derrière sa tête et ses jambes, pour s’allonger confortablement. Autant attendre un peu avant de tenter une quelconque sortie. De toute façon, il fallait toujours patienter avant que l’opportunité de sortir se présentait. Observant Apollon, il engagea la conversation comme s’ils étaient simplement sur une plage déserte.

« Toi aussi tu fais parti des dieux ? Pourtant t’as l’air plutôt humain hm ? Dit moi dans combien de temps on est sensé sortir ? »


C’était une question rhétorique. Toujours proche de Cassandre, comme si sa vie en dépendait, Apollon répondit un peu surpris, mais reprenant confiance en lui. Oui, Jack faisait toujours cet effet là. Si Sparrow était avec vous, vous aviez 8 chances sur 10 de vous en sortir non ?

« Je suis même un des meilleurs, sans me vanter. »


Haussant les sourcils, Jack remarqua qu’il avait un égo au moins aussi gros que le siens et Hadès. Peut être que lui aussi, c’était un Dieu, mais il ne le savait pas encore.

« Je dirai approximativement 15 minutes. Au pif, comme ça. »


Il semblait un peu blasé.

« 15 minutes… J’ai l’temps de faire une sieste. Oh, et au fait, tu devrais la lâcher, sinon elle va encore nous dire un gros mot. »


Mettant son tricorne sur les yeux pour se cacher des quelques rayons lumineux, il désigna Cassandre du bout du nez. C’était vrai ça, elle était toujours prête à dire des gros mots. Il l’avait entendu juré plusieurs fois sans raisons.
Apollon se mit à sourire franchement et lui répondit :

« Tant que c’est pas moi qu’elle insulte, ça ne me dérange pas. Je l’aime comme ça. »


Ca c’était mignon, et ça tira un petit sourire en coin sous le tricorne de Jack. Le relevant pour fixer le dieu un moment il lui dit, satisfait de sa réponse :

« Au moins toi t’es bien réel. Et honnête. J’aime ça. »


Il y eut un petit silence, et Apollon répondit :

« Merci Capitaine Jack Sparrow. Et gardez votre boussole bien caché, je crois que c’est pour ça que vous êtes là… »


Replaçant son chapeau sur les yeux, Jack lui fit un léger clin d’oeil avant d’essayer de trouver le sommeil. Mais avant de s’endormir, quelque chose attira son attention. Athéna et Aryana étaient en train de comploter dans leur coin. Et il détestait ça. Soit on était uni, soit on l’était pas ! Se dirigeant à pas de loups vers elles, il se plaça entre les deux déesses et lu le petit bout de papier, comme si il avait été invité à partager ce moment particulier. Un peu saoul, il déclara :

« Vous les européens, vous avez tendance à toujours croire ce qui est écrit... »


Remarquant sa présence, Aryana se retourna brusquement et haussa un sourcil :

« Les européens ? »


Le détaillant du regard, elle soupira :

« Peut-être que le rhum était de trop tout compte fait... »


A cet instant, sa bouteille de rhum disparut. Tant mieux, elle était vide. Dommage, il ne pourrait pas l’écraser sur la tête de Dolos par contre. Répétant ce qu’elle venait de dire comme un perroquet et l’imitant à la perfection, il ajouta :

« Ca, ca veut dire qu’on se moque de nous depuis le début... »


Le fixant avec intensité, elle dit simplement :

« Oui, c’est flagrant. »


Puis elle rangea le papier et croisa les bras pour le regarder d’un œil un peu plus sévère.


« Vous pensez que Héra a fait tout ce cinéma pour nous induire en erreur ?  Ca serait nous accorder beaucoup trop d’importance. »


Se rallongeant sur la paille qui n’était si loin, il se remit en position couchée. Elle ne lui avait rien appris de plus qu’il ne savait déjà. Hormis ce petit détail écrit sur ce bout de papier. Mais on ne pouvait pas tellement s’y fier.

« J’insinue rien ma jolie, je constate. Pièges, tromperies, impostures, trahison… Ca s’rait la première fois d’après toi ? »


Haussant les sourcils puis les épaules, elle lui répondit :

« Vous venez de résumer l’histoire de ma vie. Vous avez un moyen de démêler le vrai du faux ? Parce que je trouve que vous brassez beaucoup d’air pour ne pas dire grand-chose... »


La fixant, piqué au vif, il se remit en position assise dans la paille, jambes écartées comme un enfant :

« Démêler le vrai du faux… Non. Mais vous devez tous assez vous connaître pour savoir qui est honnête et qui ne l’est pas non ? Par contre... »


Sortant de nul part son compas, il fit tournoyer l’objet dans ses doigts comme une pièce. D’un geste sec, il le lui jeta au niveau de la poitrine.

« Par contre… Qu’est ce que vous voulez le plus… Au monde ? »


Peut être qu’avec elle, ça marcherait. Avec lui ça n’avait pas fonctionné. Nudge n’était pas présent dans ce monde, et c’était tout ce pourquoi il respirait. Il s’était contenté de tourner sur lui même inlassablement. Peut être qu’avec elle, ce serait différent…
Aryana s’en saisit comme une experte, l’ouvrit dans un claquement sec. Jack se précipita sur elle pour regarder l’aiguille tourner. Elle le désignait lui.

« Hé beh... »


Puis il se décala, l’aiguille ne le suivait pas. En fait elle pointait Héphaïstos, qui semblait attristé, assis dans son coin, et enclin au désespoir. 

« J’me disais aussi. »


Le dieu eut l’air surpris. Ses yeux se portèrent sur le compas, puis sur Aryana. Comme un spectateur, Jack les observa tour à tour. Intéressant… Elle semblait complètement troublée et désarmée. Elle lui rendit un peu brusquement, et il le fit disparaître en un tour de main.

« C’est totalement faux. Ca n’indique pas ce qu’on veut le plus au monde. »


Haussant les sourcils d’un air coquin, Jack lui fit un léger clin d’oeil et lui murmura à l’oreille, comme un secret.

« C’est p’t’être pas l’homme que tu veux, mais la fonction ! »


Puis, se tournant vers le dit Héphaïstos, il s’en approcha de sa démarche chaloupée. Peut être que finalement, la clef c’était lui.

« Alors? Quand est ce qu'il nous fait un miracle le grincheux ténébreux? »


Le fixant dans les yeux, Héphaïstos se contenta simplement de répondre :

« Je ne crois pas te connaitre. Qui es tu pour eux ? »


Lui ? Pas le connaître ? C’était réciproque. Bien qu’il avait déjà une bonne connaissance Mythologique. Cet imbécile était le responsable de tout les maux de l’Univers. Après tout c’était lui qui était sensé enfermé tous les maux des Hommes dans la boîte de Pandore. Il avait l’air un peu grincheux et un peu bête. Mais Jack fit comme si de rien n’était et lui répondit :

« Personne. Mais vous, vous semblez être beaucoup pour tous le monde. Et mis à part vous morfondre, je ne vois pas trop à quoi vous servez... »


C’était de la provoque. Mais peut être que ça allait le réveiller. C’était lui le problème, et c’était aussi lui la solution, Jack en était convaincu. Le Compas ne mentait jamais.

« Disons que je suis l'élément qu'on attendait pas dans l'équation. Vous savez, celui qui fait pencher la balance et qui créer l'erreur de calcul! »
poursuivit Jack.

Soudain, les murs commencèrent à bouger, et à se rapprocher de part en part. Se redressant comme une Mangouste en danger, ses yeux se portèrent sur tout le décor.

« Bon c'est le moment où vous nous faites sortir. Ou alors vous vous sacrifiez. J'crois que c'est ça qui faut faire pour arrêter le processus! »


Le fixant, comme si le décor qui s’animait ne l’importait que peu, il répondit :

«  Ce n'est pas la prison. Ce n'est qu'une illusion de Dolos. Il est doué pour ça. »


Charmant. Vraiment charmant. C’était décidé, son dieu préféré, ca restait Apollon. Et Aryana.  Un peu Aryana. Si elle lui montrait sa poitrine, elle passerait devant. Mais pour l’instant, elle était en deuxième position.
Les murs continuèrent de bouger, Hermès tendit sa main sur le mur, mais la recula immédiatement. Il semblait s’être brûlé. Paniqué, il regarda Héphaïsos. Jack avait raison, on attendait beaucoup de lui, et pour l’instant, il n’avait rien montré !
Ce qui suivit lui fit froid dans le dos. Les murs commencèrent à faire disparaître les membres du groupe. D’abord Régina et Hermès.Jack recula de quelques pas, mais les murs semblèrent le suivre. Ce fut ensuite au tour d’Aphrodite et Héphaïstos de disparaître, juste à côté de lui.
Voulant créer l’effet de surprise, Jack Sparrow s’élança à toute vitesse contre la paroi. Si c’était une illusion, celui qui la commandait ne s’attendrait pas à ça ! C’était irrationnel, dangereux. Mais c’était Sparrow.
Le Capitaine prit une bonne décharge électrique, et fut envoyer valser en tournoyant dans les airs. Visiblement, Dolos avait tout prévu. Même les cons.

« On ne t'a jamais appris à ne pas foncer tête baissée ? »


C’était Cassandre qui avait dit ses mots. Se massant les fesses et s’ébrouant, il voulut l’insulter de tous les noms, à commencer par lui dire de bien aller se faire mettre. Mais il n’en n’eut pas l’occasion. Les murs s’emparèrent d’elle, puis d’Athéna.
S’époussetant et regardant les murs se rapprocher, il fixa Apollon.

« Hé bien, j’crois qu’on est condamné tous les deux. Les meilleurs partent en dernier hein. A moins que... »


Un éclair sembla passer dans ses yeux, et avant que les murs ne le touche lui aussi, il saisit l’avant-bras d’Apollon.

« T’inquiète pas. Je réfléchis jamais à un plan à l’avance. »





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Un jour, tu t'en rendras compte Jackie, et il sera trop tard... Quand l'homme aura choisi sa propre volonté à la Liberté collective... Tu seras le dernier. Le Dernier des Pirates.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72135-ca-serait-p-t-etre-mi http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72136-souvenez-vous-de-ce-jour-comme-celui http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72139-rps-jack-sparrow

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 2 sur 6
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Evénement Divin #31 {94} : Le Destin des Puissances [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Les mondes divins :: ➹ Olympe d'Amour