Prophétie Dragon
Par River



Hell's War
Par Dyson



Hunger Games
Par Jean-B.







« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

-29%
Le deal à ne pas rater :
Griffoir Lion pour chat
9.99 € 13.99 €
Voir le deal


Sélection de Postes Vacants Disponibles

Partagez
 

 So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Adrien Agreste



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Adrien Agreste


╰☆╮ Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

Ѽ Conte(s) : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

✓ Métier : éтυ∂ιαит єи ¢ιиéмα
So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) M1ah

☞ Surnom : ¢нαт, ¢нαтσи
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 220
✓ Disponibilité : Présent chef *-*

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 28 Déc 2019 - 23:54

So thanks for making me a fighter.
Cause it makes me that much stronger
Makes me work a little bit harder
It makes me that much wiser.


28 novembre 2018


Chat Noir passait son temps à faire des rondes la nuit. C'était bien plus simple de fuir les tensions de la maison plutôt que de les affronter. Bien plus simple de passer son temps à courser des voleurs la nuit qu'à faire face à son père. C'était parfois fatiguant de se faire passer pour Adrien Agreste. Il n'était pas vraiment lui même quand il était sous sa vrai forme. Enfin quand il n'était simplement qu'un adolescent sans pouvoir et surtout sans masque. Ramener des bonnes notes, faire le mannequin pour son père ou encore sourire à tout ce qu'on lui disait. Adrien adorait être gentil avec les personnes qui l'entouraient, il tenait ça de sa mère après tout. Mais faire semblant c'était une toute autre histoire. Quand il était Chat Noir, au moins il se sentait vivant, il avait l'impression d'être lui-même. Alors le soir il préférait être lui-même, profiter de la nuit pour se ressourcer. Parfois il n'avait rien à faire la nuit alors il se contentait juste de se promener de toit en toit tout en chantonnant des comptines assez ridicules. En Chat Noir, il n'avait peur de rien. Son père n'était pas là à lui rappeler de faire attention à son image, son garde du corps ne passait pas son temps à lui courir après. Oui, il se reconnaissait plus en Chat Noir que en Adrien Agreste. C'était triste à dire et pourtant c'était la pur vérité.

Son comportement de chat de goutière de plaisait pas à tout le monde malheureusement. Ladybug se fichait de savoir ce que le blond faisait la nuit, elle avait une confiance aveugle en son chat. Il en était fier d'ailleurs. Mais la police c'était une toute autre histoire. Il se faisait souvent réprimander. Apparemment un individu masqué n'avait pas le droit de désobéir aux ordres et n'avait pas le droit de se faire passer pour un justicier. Chat Noir s'était déjà fait arrêté par la police et interrogé par le shérif, Christopher Brooke. Le shérif l'avait souvent réprimander mais sans conséquence alors Chris avait tout simplement décidé de se servir de Chat Noir pour alléger le travail de la police. Dans un sens, la matou faisait partie de la police et il en était plutôt fier. Un petit sourire en coin naquit sur le visage de l'étudiant en costume alors qu'il s'amusait à marcher au bord d'un toit. Rien de suspect ce soir alors il s'amusait avec ce qu'il pouvait.

« Un p'tit chat sur un toit, se languit sans sa Lady. Un p'tit chat sur un toit, se languit sans sa Lady. »

Il fredonna l'air tout en balançant sa tête de droite à gauche tandis qu'il tendait ses bras afin de continuer sa balade sur le bord du toit. Soudainement, son bâton sonna montrant que quelqu'un l'appelait sur son numéro de super-héros. Le chat haussa les sourcils surpris avant de s'asseoir sur le rebord du toit, laissant ses jambes pendre dans le vide. Il vit rapidement le numéro du shérif s'afficher sur son bâton alors il décida de répondre sans trop le faire attendre.

« Voilà mon shérif préféré. Qui puis-je faire pour toi ? Chasser la souris ? Non je sais ! Faire le beaux devant des voleurs, ça c'est pas difficile. »

« La ferme, Chat Noir. Ramène-toi au commissariat et vite. »


Chris raccrocha sous la surprise de ce pauvre Chat Noir. Ce dernier poussa un petit soupir marmonnant que ce shérif n'avait vraiment pas d'humour. Après ça il se rendit rapidement dans le commissariat. Il passa par la porte d'entrée, attirant l'attention de tous les policiers. Chat Noir se contenta de les saluer tout en souriant à pleine dents. Il finit donc par se rendre dans le bureau du concerné et vint directement s'asseoir sur la chaise en face du bureau.

« Promis, j'ai été un gentil chat ! » le héros leva ses mains en l'air en signe d'innocence.

« Quelqu'un est venue porter plainte cette après-midi. »

« Et ? Je ne suis pas encore un Chavocat, je vous signale. »

Le shérif ne faisait plus attention aux jeux de mots du héros, depuis le temps qu'il travaillait avec lui maintenant. Chris se contenta juste de lever les yeux au ciel avant de sortir un dossier pour le poser sur son bureau. Il posa la photo de la personne qui venait de porter plainte, la mettant juste devant les yeux de Chat Noir avant de reprendre la parole.

« Aisha Androuze. Un type la suit depuis la soirée d'Halloween. Il lui envoie des lettres et parfois des colis assez dérangeant. Apparemment, elle a déjà vu cet homme tuer des gens. »

« Wow, un psychopathe ? Un deuxième Michael Myers ? Et la police n'a rien vu de tout ça ? »

« Commence pas. Elle m'a déjà fait la morale, comme quoi la police ne faisait rien. Enfin... Passons. Je veux que tu protèges Aisha et que tu essaye d'en découvrir plus sur cet homme. Ça te va ? »

Chat Noir fixa un moment l'image de la jeune femme tout en affichant une petite moue. Elle devait vivre un enfer actuellement. Sa compagnie ne pourrait pas lui faire de mal enfin si elle en voulait. Le matou verrait bien ce que la femme pense de cette idée. Chat Noir accepta sous le plus grand soulagement de Chris. Le shérif lui conseilla de ne pas y aller ce soir mais quelques jours plus tard. Pour ne pas que le suspect soupçonne quelque chose.

05 décembre 2018


Voilà comment Chat Noir s'était retrouvé juste devant l'habitation de Aisha Androuze. Devait-il se présenter directement ? Ou rester discret et la surveiller sans qu'elle ne le sache. Le blond préféra être sincère. Cette dernière devait déjà se faire pas mal de film à cause de ce fou qui était en train de lui pourrir la vie. Il faisait encore jour alors peut-être que la jeune femme ne prendrait pas peur. Enfin il regarda son reflet dans la vitre d'une maison avant d'afficher un de ses plus beaux sourires. Il était prêt à toquer à la porte mais un facteur en vélo s'arrêta devant la porte d'Aisha. Il descendit de son deux roues prêt à sonner à la porte. Chat Noir haussa les sourcils avant de bondir directement sur le facteur, il donna un coup de bâton dans le colis pour l'éloigner alors qu'il finit par s'asseoir sur le dos du facteur qui était à terre. Le héros plaqua le bâton sur la nuque du livreur.

« Que faisiez-vous la nuit du 31 ocotobre, monsieur ?! »

« Mais quoi?! Vous être malade, lâchez-moi ! Je ne fais que mon travail. »

Le blond haussa les sourcils, commençant à se dire que ce n'était peut-être pas lui le coupable. Il afficha une petite moue avant de se lever du dos du facteur, tendant sa main pour aider ce dernier à se relever mais l'inconnu frappa violemment la main de Chat Noir avant de se relever lui-même. Il se frotta les genoux tout en pestant.

« C'est vraiment une ville de malade ! Un mec/chat qui m'attaque. J'aurai tout vu ! Je vais porter plainte contre vous, imbécile. »

Le facteur monta sur son vélo avant de s'enfuir le plus vite possible. Chat Noir afficha une petite moue. Chris allait encore lui taper sur les doigts, ce n'était pas la première fois qu'un habitant venait se plaindre du comportement de Chat Noir, tant pis. Il était prêt à sonner chez Aisha pour signaler son arriver mais en se tournant, il fût surpris de voir la jeune femme à l'encadrement de sa porte d'entrée. Le blond se frotta nerveusement la nuque, il aurait préféré faire une entrée plus héroïque, tant pis. Le matou afficha un immense sourire avant de prendre délicatement la main de la jeune femme pour embrasser le dos de cette dernière.

« Enchanté mademoiselle. Il fallait que je te sorte des griffes de ce facteur, tu as compris ? Griffes. » Il afficha un petit sourire amusé avant de reprendre. « Oh désolé je ne me suis pas présenté. Je suis Chat Noir. »

Le blond bomba légèrement son torse devant Aisha avant de hausser légèrement son menton pour afficher un air fier.

« Le shérif m'a fait part de ta plainte et à demander mon aide. Il ne peut pas se passer de mot le pauvre. Personne n'est aussi gracieux et vif que moi ! Alors me voilà, prêt à feuler sur le grand méchant qui perturbe tant tes pensées. » Il afficha un grand sourire avant de donner un petit coup dans son grelot histoire de le faire sonner. « Du coup, ça te dit de faire équipe avec moi ? Chat Noir et Aisha contre Michael Myers, ça sonne bien ! »


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
- -you're stuck in my head and i can't get you out of it and i wanna hold you

Aisha Androuze



« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Aisha Androuze


╰☆╮ Avatar : Naomie Scott

Ѽ Conte(s) : Winxclub
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Layla d'Andros, fée des fluides

✓ Métier : X
Nous luttons ensemble pour l'amour et la magie ~

☞ Surnom : Ash' ; Wiwi depuis peu...
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 733
✓ Disponibilité : Je suis là !

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Ven 17 Jan 2020 - 16:30

So thanks for making me a believer
No one trust me, no one help me. I started to think everything is better when you are lonely.

28 novembre 2018

Cela faisait deux jours, déjà, sans que je ne comprenne pourquoi - ni comment - il n'avait pas montré le moindre signe de vie. Il n'était plus là à espionner mes moindres faits et gestes, me faire un signe à l'autre bout de la rue ou encore m'envoyer des colis douteux, des lettres que je ne préférais pas comprendre. Il avait fallu qu'après toutes ces années, cet individu soit le bouquet final de mon séjour à Storybrooke. Il était encore dingue que je puisse voir cette ville comme un simple passage et non une installation définitive. Je ne songeais qu'à retrouver les Winx mais n'étaient-elles pas déjà parties faire leur vie ailleurs ? Peut-être, alors, n'attendais-je que le déclic pour tout quitter aussi ? Le passé était un bien lourd fardeau, qui sait jusqu'à quand je saurais le porter. Il semblait qu'aujourd'hui, encore, je tenais le coup mais ce n'était pas comme si on m'aidait beaucoup. Les gens ici étaient... complètement malades. Rien ne m'attachait à cette ville et chaque jour passé ici m'en dégoûtait un peu plus. C'était dans cet état d'esprit précis que je m'engageais à faire des démarches pour porter plaintes - profitant que Kai ne vienne pas suivre chacun de mes pas de ses airs railleurs. Je l'avais déjà menacé d'aller voir la police mais il n'avait fait que m'encourager et j'en perdis vite goût. Peut-être bluffait-il... Ou peut-être que non mais ce dont j'étais sûr, c'est que ce harcèlement durait depuis un mois et que c'était déjà trop. Ce type allait me faire quitter la ville avant même que je n'eus retrouvé Nabu... Ou Piff.

La police de Storybrooke savait se faire discrète, c'était le cas de le dire. Je l'avais déjà vu faire des rondes, arrêter des gens ou résoudre des problèmes mais c'était souvent au cas par cas. Et des cas, ici... Il y en avait beaucoup. Je maintenais que cette ville n'était pas assez protégée et que quand elle l'était, ce n'était pas souvent par les forces de l'ordre, à moins qu'on ait changé de forces entre temps, allez savoir. Le nombre de plaintes devaient être considérables et plus j'avançais dans ma marche jusqu'au poste, plus je songeais au bout de papier que la mienne allait devenir, enfouie sous une pile d'autres. Il allait falloir faire impression pour qu'on réagisse à mon appel et c'était bien ce que je comptais faire, en commençant par m'adresser à la bonne personne.

"Bonjour, engageais-je poliment au premier policier qui m'accueillait à l'accueil. Je voudrais voir le Shérif Christopher Brooke, s'il vous plait. C'est une urgence..."

S'il n'était pas disponible, alors j'attendrais. Et s'il l'était, alors aucun raison de me refuser. Quand on parle d'urgence, en général, on ne blague pas sur le terme mais je ne doutais pas qu'à Storybrooke urgence prenne une tournure un peu plus banal. C'était après une courte bataille que j'avais vite fait de gagner que le dit policier m'avança jusqu'au bureau du shérif Brooke. Il frappa à la porte pour entrer, seul tout d'abord, et annoncer la venue d'une jeune femme pour une "urgence". On m'invita ensuite à rentrer et je m'assieds face au bureau de l'homme qui m'y invita.

"Shérif Brooke, engageais-je alors d'un sourire, je suis contente d'avoir directement affaire à vous. Je ne vais pas passer par 4 chemins, je vous le promets... Vous devez être au courant de l'événement désastreux d'Halloween qui s'est passé à un bar de la ville. Après que celui-ci ait pris feu en plein milieu de la fête, on a découvert de l'hallucinogène dans les boissons ce qui causa quelques meurtres dus au effets secondaires, je suppose... J'y étais. Une autre personne se trouvait sur les lieux également, il se nomme Malakai, de ce que je sais. J'étais persuadée qu'il se ferait attrapé par la police ce soir-là puisqu'il était également coupable d'un meurtre mais il semble qu'on l'ait pris pour une victime des substances illicites. Aujourd'hui, celui-ci m'harcèle sans arrêt parce que je lui ai simplement renversé mon verre sur son costume... Je marquais une pause de réflexion. Enfin... Je crois... Je ne suis pas sûre mais je sais qu'il n'est pas sous emprise de drogues et puis, même s'il l'était il ne devrait pas rester en liberté ! C'est votre rôle d'arrêter ceux qui n'obéissent pas aux lois, non ? Et corrigez-moi si je me trompe, mais tuer n'est pas censé être légal."

Je m'avançais sur ma chaise, posant les mains à plats sur le bureau du shérif sur qui je plongeais un regard critique.

"Ce type, Shérif Brooke, est le coupable d'une dizaine de meurtres que vous pensez encore accidentels. Il y a de cela trois semaines - accentuais-je d'un signe de main - la salle de sport a été saccagée avec énormément de blessés et quelques morts - ce qui est déjà trop - et vous n'avez pas pu retrouver le coupable tout en sachant qu'il y en avait un car aucune trace d'ADN ni même d'arme du crime n'avait été retrouvée. Je sais que Malakai était avec moi à ce moment-là et... Et je ne sais pas comment il a fait mais il l'a fait ! Il a commis ces meurtres parce que... Mon regard se baissa avec remords. Parce que je pensais avoir la situation en main. Mais visiblement ce n'est pas le cas... Puis je me permis de me retourner vers Christopher Brooke. Comme ce n'est pas le votre. Et je me redressai. Alors notez cette plainte portée par Aisha Androuze et adressée à ce type dont je ne connais que le prénom et aidez-moi à le mettre derrière des barreaux ! Je ne vous demande qu'une seule chose, Shérif Brooke : faites votre boulot !"

5 décembre 2018


J'y resongeais encore avec une pointe de culpabilité. Peut-être y avais-je été trop fort avec le shérif Brooke. Après tout, était-ce sa faute si cette ville n'était pas comme les autres ? Plus un fardeau qu'un cadeau mais surtout la responsabilité de tenir une promesse de paix faite lorsqu'il a été élu. J'aurais peut-être du mieux m'exprimer lorsque j'ai demandé à être aidé... L'avais-je seulement clairement précisé ? À part me plaindre, je n'avais pas vraiment su chercher à être comprise, ce qui pouvait expliquer que j'étais sans nouvelle du poste depuis plus d'une semaine. À chaque coup d'interphone, je sursautais presque à l'idée que cela puisse être ce renfort que je demandais. Mais non... C'était toujours le facteur.

"Un colis, je présume, Mr. Le facteur ? Soupirais-je en appuyant sur le bouton pour lui ouvrir la porte d'entrée.

-Oui, en effet, Mme. Androuze. Vous y êtes habitué."

N'est-ce pas ? Lorsqu'il n'était pas là, la poste se chargeait de me rappeler qu'il existait, quelle belle attention.

"Je vous ouvre -" Avais-je commencé nonchalamment avant qu'une voix externe à travers le microphone se fasse entendre suivi d'un bruit sourd que je ne distinguais que peu.

En silence, je me concentrai sur le son pour être sûre d'y voir un problème. Une personne inconnue mentionna la fête du 31 et le facteur, qui ne semblait pas être en position pour pouvoir se défendre, haussait un ton agité qui me suffit pour me faire descendre à l'entrée du bâtiment à toute vitesse. Je m'étais changée dans les escaliers d'un claquement de doigt en même temps qu'apparut un skate Morphix qui flottait au-dessus des marches. Arrivée au rez-de-chaussée, je sautai de ma planche pour la laisser s'évaporer dans les airs puis ouvrit la porte en verre qui me séparait de l'agresseur et du facteur. Ce dernier venait tout juste de prendre son vélo en laissant le colis par terre et moi, je faisais face à un garçon déguisé en chat.

"Qu'est-ce qu'il vient de se passer... ?" Demandais-je avec méfiance.

Il ne restait devant chez moi qu'une jeune et grand inconnu aux cheveux blonds mais aussi aux oreilles de chat et à la tenue d'un costume de chat remasterisé. Il se présenta sous le nom de Chat Noir, tout en embrassant le dos de ma main que je ne pris pas le temps de retirer tellement ça paraissait invraisemblable. Le reluquant de haut en bas, j'en revins à lui d'un froncement de sourcils.

"Sans blague ?"

Jusque-là, qu'un chat noir se présente sous Chat Noir parait être la seule chose plutôt prévisible et cohérente mais quelque chose me disait que ça n'allait pas le rester longtemps. Ce garçon connaissait visiblement le shérif et expliquait être ce renfort que j'attendais depuis ma plainte. Je ne souhaitais tellement pas y croire que je ne pris même pas la peine de noter ses bêtes jeux de mots et continuais, froidement, de le juger au regard. Son sourire prouvait qu'il n'en démordait pas... S'il n'était pas venu habillé en chat, j'aurais presque pu le prendre au sérieux.

"Il se moque de moi, c'est ça ?
Demandais-je en ignorant sa proposition. Votre shérif se paie clairement ma tête. Je lui fais comprendre par A + B que son équipe rate trop de choses dans cette ville et quand je lui donne le moyen de récupérer un criminel, il m'envoie un type déguisé en chat ! Cette ville n'en a vraiment rien à faire des autres, c'est totalement dingue ! J'y crois pas..."

Mais aidez-moi. Je ne suis pas fichue d'être prise au sérieux dans le pire des moments, il faut vraiment tout faire soi-même. Tournant le dos à l'individu pour venir coller mon front contre le mur froid du bâtiment, je soupirais longuement. Il fallait que je me fasse une raison, on ne pouvait pas être mieux servit que par soi-même, il était ridicule de demander de l'aide dans ce genre de situation. Après un instant de réflexion avec moi-même, je me tournais vers Chat Noir d'une mine lasse.

"Pourquoi il t'a fait venir ? Pourquoi a-t-il pensé que tu serais de taille face à un tueur en série ? Sincèrement, hum... Chat Noir
- grimaçais-je -, je ne pense pas que tu puisses m'aider, j'ai besoin d'une équipe armée et stratégique... Pas des griffes d'un félin, tu vois ? J'esquissais un fin sourire. Je suis désolée, ça ne va pas être possible. Le shérif doit sous-estimer les compétences du type qui me menace parce que dis-toi qu'avec mes pouvoirs de fée, il arrive déjà à prendre le dessus. Si je peux éviter qu'un innocent y fasse face alors qu'il n'est pas entraîné, ça m'arrangerait..."

Difficile de dire à un amateur de super héros qu'il ne peut pas simplement montrer les crocs pour le devenir. Le facteur est un bien mauvais exemple. D'un air quelque peu gêné et déçu, je m'avançais vers le colis aux coins abîmés et le ramassait pour le montrer au garçon.

"Tiens, ça doit être lui. Il s'amuse à m'en envoyer quand il n'est pas là pour se présenter de lui-même. C'est vraiment stupide... Qui fait ça, sérieusement ? Soufflais-je. Je commence vraiment à en avoir marre de cette ville..."
(c) sweet.lips

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Chill and stay magic
©️crackintime
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72907-oui-je-suis-une-fee-l http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72932-la-peur-et-la-soeur-du-courage-layla http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73851-chrono-rp-aisha
 Page 1 sur 1

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir)





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations