« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment : -36%
Karcher SC2 Upright Easyfix – Balai Nettoyeur ...
Voir le deal
89.99 €

Partagez
 

 So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Adrien Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Adrien Agreste

| Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 210308122147534588

S H A D O W S
settle on the place that you left.

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 8664d8b63b3d55bb3b8bff3bf01594969bc978c9


| Conte : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
| Dans le monde des contes, je suis : : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 201223091400619077

| Cadavres : 295



So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 _



________________________________________ 2020-11-09, 14:45

So thanks for making me a fighter.
Cause it makes me that much stronger
Makes me work a little bit harder
It makes me that much wiser.


Inutile de préciser que ce soir-là, il était resté avec Aisha. Il avait prit le temps de manger son plat avec elle et de discuter. Il était même partie tard parce qu'il ne s'était rien passé de grave dans la ville ce soir-là. Depuis, ils se revoyaient souvent. Impossible de savoir si Aisha considérait Chat Noir comme son ami mais il revenait quand même la voir. Parce que c'était sa mission mais aussi parce qu'il voulait l'aider à tout prix. Même si il ne savait pas vraiment quel genre de relation il avait avec elle, il aimait lui rendre visite. Chat Noir aimait s'entraîner avec elle, manger avec elle, discuter avec elle et se confiait parfois. Aisha avait encore du mal à s'ouvrir, ce qu'il pouvait comprendre. Chat Noir portait tout le temps un masque alors qu'elle, elle était mise à nu. Rien ne pouvait la protéger de ses sentiments et de ses secrets. Malgré ça, il aimait vraiment passer du temps avec elle. Bien-sûr Adrien n'oubliait pas les autres. Il avait de bon amis aussi quand il ne portait pas de masque. Mais il y avait un temps à tout et depuis qu'il avait reçu le message vocal, il savait qu'il n'avait pas besoin d'enfiler sa tenue tout de suite. Adrien était entre Alya et Marinette alors que Nino marchait devant. Le groupe de quatre se promenait dans la ville sans but précis. Ils aimaient faire ça de temps en temps. Se retrouver, papoter et partir à l'aventure.

Alya voulait que tout le monde révise ensemble dans le parc. Les examens approchaient à grand pas et même si personne ne passait le même, tout le monde allait essayé de s'entraider un maximum. Encore une fois, c'était Alya qui avait tout organisé dans les moindres détails. Elle aimait organiser ce genre de chose alors Adrien se contentait de répondre présent ou non. Aujourd'hui, il avait l'honneur de venir et apparemment, cela fit plaisir à toute la bande. Rose salua Adrien comme Juleka alors que Kim s'était levé pour le prendre dans les bras avant de lui faire signe de venir avec lui. Le sourire de Adrien prit place sur son visage et il ne le quitta pas de la soirée. Cela faisait déjà trois jours qu'il n'avait pas eut de nouvelles de Aisha depuis son message vocal mais elle était partie en mission avec des amis. Pas de quoi s'en faire. Alors il essayait de se concentrer un maximum sur ses études. Kim lui tapota doucement l'épaule alors que Max fronça les sourcils.

« Tu devrais laisser Adrien tranquille. Contrairement à toi, y en a qui essaye d'étudier. »

« Oh ça va, détends-toi Max ! Ça fait un moment qu'on a pas vu Agreste. »

Max leva les yeux au ciel avant de replonger son regard dans son livre. Adrien remarqua rapidement le petit sourire qui s'était dessiné sur le visage de ce dernier. C'était marrant de voir à quel point le temps n'avait pas abîmé les relations de tous ses amis. Adrien lâcha un petit rire qui attira de suite l'attention de Kim qui se mit à rire à son tour. Mylène se tourna vers les garçons et afficha un petit sourire à son tour.

« C'est génial de te voir rire comme ça, Adrien. On s'inquiétait tous pour toi. Ça faisait un moment qu'on te voyait plus. »

« C'est vrai ! » lâcha Rose. « Et quand ça fait plusieurs jours qu'on ne voit pas un ami, c'est inquiétant. On s'est vraiment fait du soucis pour toi. »

Adrien fixa un moment Rose et étrangement, il ne pouvait pas s'empêcher de penser à Aisha qui était partie depuis trois jours et qui n'avait pas donné de nouvelles. C'était inquiétant. Il se sentit soudainement mal de ne pas être passé tous les soirs devant son appartement, juste pour savoir si elle était rentrée et si tout allait bien. L'inquiétude pouvait se lire sur son visage alors qu'il se sentait obligé de partir. Adrien finit alors par ranger ses affaires dans son sac avant de se lever de l'herbe devant les regards perdus de tous ses amis.

« Je suis désolé. Je viens de me rappeler que j'avais quelque chose à faire. Promis la prochaine fois, je resterai. En attendant, je dois y aller. »

Il n'attendit aucune réponse de la part de ses amis et il partit en courant vers le centre ville. Adrien se retrouva finalement au pied de l'immeuble de Aisha et il fixa un moment la fenêtre de l'appartement de la fée. Pas de lumière et pourtant le store n'était pas fermé. Quelque chose n'allait pas. Kai lui avait fait du mal ? Sa mission s'était mal passé ? Il appuya plusieurs fois sur la sonnette mais pas de réponse. Oui, il n'avait pas réfléchis. C'était dangereux de sonner alors qu'il était encore Adrien mais le temps pressé. Il partit finalement se cacher dans une ruelle et il se transforma en Chat Noir. Après ça, il bondit sur le toit de l'immeuble avant de descendre rapidement sur le balcon de l'appartement de Aisha. Il fixa longuement la baie vitrée. Plusieurs fois, elle lui avait dit de ne pas passer par là, tant pis. C'était une urgence, un vrai urgence.

Chat Noir fixa un moment la vitre avant de toquer plusieurs fois sur cette dernière. Son cœur battait de plus en plus vite. Il avait peur, il s'inquiétait. Il ne demandait pas grand chose, juste une réponse de la part de son amie. Mais il n'entendait rien, pas un bruit. Le félin savait qu'elle était là, sinon son store serait fermé. Puis il pouvait la sentir dans un sens. N'oublions pas qu'il avait un flair impécable. Une moue se dessina sur son visage.

« Aisha, ouvre-moi. Je sais que tu es là. Tout vas bien ? »

Il tapa plusieurs fois sur la porte mais toujours pas de réponse. Chat Noir ne pouvait pas se permettre de la laisser seule encore une fois. Avec le temps il avait appris que Aisha souffrait. De la persécution de Kai, de sa solitude, de son passé, à cause de cette ville. C'était une femme forte et fragile à la fois. Comme beaucoup. Il colla alors son front contre la vitre et comprit qu'elle ne lui ouvrirait pas. Tant pis, il allait devoir défoncer la fenêtre. Tant pis, il lui payerait les frais pour une nouvelle fenêtre. Pourquoi ? Eh bien...

« Cataclysme ! »

Une boule noir se forma dans sa main droite et sans attendre, il la posa doucement sur la vitre qui disparût. Il ne brisa que la vitre dans un bruit sourd. Une grimace s'afficha sur son visage, il n'aimait pas utilisé cette solution mais il n'avait pas choix encore une fois. Chat Noir fouilla rapidement l'appartement. Commençant par le salon, la cuisine, la salle de bain puis sa chambre. Aisha était belle et bien là. Dans son lit et elle n'était pas en pleine forme. Une moue se dessina sur visage alors qu'il se rapprocha doucement de la jeune femme, timidement même.

« Je suis désolé pour... la vitre. Je vais te repayer ça, promis. Mais j'avais raison de le faire... »

Chat Noir finit par s'asseoir sur le lit juste à côté de la jeune femme. Sans attendre, il la prit dans ses bras caressant doucement son dos. Il ne savait pas ce qu'elle avait mais son état en disait long sur la peine qu'elle devait ressentir actuellement.

« Tu aurais du m'appeler... Je me suis inquiété. » Il marqua un petit temps de pause. « Tu n'as pas besoin de me dire ce que tu as... Mais sache que je suis là. Je te l'ai déjà dit plusieurs fois, je suis ton ami Aisha. Et tu n'as pas le droit de souffrir seule. Je sais que dernièrement ça a été dur pour toi mais tu n'es pas seule... »



Aisha d'Andros
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Aisha d'Andros

| Avatar : Kiana Ledé


So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 J8e7

If I could fly across this night
Faster than the speed of light
I would spread this wings of mine
Through the years and far away

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 2ce8e7714d5b582d31e1da1ef61320092e75471c



| Conte : Winxclub
| Dans le monde des contes, je suis : : Layla d'Andros, fée des fluides

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 201105074320284592

| Cadavres : 1066



So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 _



________________________________________ 2020-11-17, 21:36

The street of broken hopes
Ft. Chat Noir


Durant les jours qui suivirent, la seule chose qui m'empêchait de pleurer était le sommeil. Le sommeil et les pleurs étaient bons amis, je crois, car lorsque je pleurais, mes yeux se berçaient sous le gonflement des larmes et je finissais par m'assoupir. Et dès que je me réveillais, le cycle recommençais. Consciente de la situation dans laquelle je me noyais depuis des années, il m'était si difficile de croire à quel point j'avais été stupide. J'étais seule, j'étais perdue, mais j'avais quand même trouvé le moyen de m'accrocher à une branche qu'on appelle l'espoir et qui se casse lorsqu'on réalise alors... Que notre corps est déjà en bas. Il a croulé il y a de cela des années et jonchait dans la terre après avoir raté sa prise. Mes illusions étaient restés en haut, imaginant pour se rassurer que j'avais réussi à m'en sortir. Qu'il avait réussi à s'en sortir. J'aurais préféré continuer à oublier. Ça fait si mal... 

Et la douleur reprend, sans cesse. Elle dure, elle dure et pénètre même dans mes rêves. J'étais persuadé pouvoir y échapper à la fin, que je finirais par oublier comme la première fois. À plusieurs reprises, je me suis vue souhaiter aller quémander à la femme qui avait décuplé ma douleur de me rendre amnésique à nouveau, alors que ça n'aurait pas eu plus de sens. J'aurais juste nié la vérité. Nabu était mort dans mes bras, je n'ai rien pu y changer. En souhaitant sauver l'insauvable, il a sacrifié sa vie et cela pour quoi... Pour. Quoi ? L'amère réalité m'apprend que ça aura été inutile. Nous avons perdu et nous avons été séparés et lui... Marque la défaite de sa vie. 
J'étais en colère, j'étais triste, dévastée, détruite, brisée. Je n'avais plus goût à rien, je me fichais du reste du monde que je maudissais. Je songeais à où j'en étais dans ma vie, d'un bilan très bref : mes amies s'étaient dispersées, ma famille était à l'autre bout d'une autre dimension, mon travail ne me plaisait plus et un psychopathe passait le temps à me rendre folle. J'allais le devenir, j'avais l'impression que j'allais tomber plus bas que terre, encore une peu plus profond jusqu'à ne plus respirer. Et parfois c'est vrai, je n'arrivais plus à respirer. Alors je serrais mon drap et je pleurais et je criais avant d'aspirer le plus d'air que je pouvais. Puis n'ayant plus de force, je sombrais à nouveau. 

Je dormais lorsqu'il est arrivé. Il n'avait pas fait de bruit à détruire le verre de ma fenêtre - ou bien étais-je trop assommée pour le remarquer. Je compris seulement qu'une présence externe était là lorsqu'une voix s'éleva dans la pièce. Je n'ouvris pas les yeux. Était-ce Nabu ? Un poids affaissa le matelas, mon regard gonflé s'ouvrit légèrement. Je réalisai que j'avais un peu froid à l'extérieur de la couette mais l'inconnu me préoccupa davantage sur le moment. Ce n'était pas Nabu, il était mort. Alors qui était-ce ? Me redressant avec méfiance dans l'obscurité, je tentais de discerner la silhouette au bout du lit qui vint, alors, me prendre dans ses bras. Les oreilles de chat et le frottement du costume sur ma peau me donnèrent les indices nécessaires pour retrouver l'identité du garçon. Enfin... L'identité que je connaissais de lui.

"Chat... Noir... ?" Hésitais-je un instant, d'une voix cassée. 

Le garçon avec qui  j'avais passé les dernières mois à faire équipe pour me sortir d'un problème dont je me fichais désormais, tentait de me réconforter sans me demander plus que ce que je ne pouvais. Pourtant, j'avais envie de le dire. J'avais envie de le crier et de tout casser à la fois tant je n'acceptais pas la réalité qui s'offrait à moi et qui me brûlait de l'intérieur. Mes ongles s'enfoncèrent dans le costume du garçon alors qu'à mon tour, je le serrais contre moi. J'hochais la tête de droite à gauche, les lèvres tremblantes.

"C-C'est pas ça... Répondis-je alors que ma tête s'enfouie dans le creux de son épaule. Nabu... Je ne savais même plus si je lui en avais parlé. Mon fiancé, l'homme que j'aimais le plus au monde, celui que je pensais retrouver tôt ou tard malgré la malédiction... Il est mort ! Je craquai alors sous les larmes, les pleurs. Il est mort, il est mort... Je ne le savais même pas ! J'ai passé 5 ans à tenter de le retrouver sans savoir QU'IL ETAIT MORT DANS MES BRAS !"

J'aurais souhaité me frapper pour ça mais à la place, mes poings frappèrent sans grande force le torse de mon ami. Je souhaitais m'en excuser mais je ne trouvais pas de quoi prononcer un mot entre les hoquètements, cette impression que mes poumons s'oppressaient à chaque seconde, que j'allais m'évanouir dans les bras de Chat Noir. J'avais mal à la tête, mal à la poitrine, mal au ventre également. Je criais de colère et de haine. Envers moi et envers tout le monde. 
Ma tête finit appuyée contre le torse du garçon jusqu'à ce que je fatigue et que je ne trouve plus la force de pleurer. C'est alors totalement vidée, épuisée, que je me laissais tomber sur ses genoux et que je fermais les yeux en silence. 

"C'est trop dur... Chuchotais-je à mi-voix, comme craignant de fragiliser un silence si doux et agréable. Je ne veux pas vivre sans lui. Ma vie d'avant me manque tant, Chat Noir..."
made by black arrow
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88461-2nd-round-layla-d-and http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88475-liens-feeriques-d-ash http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88476-chrono-d-aisha#1262756


Adrien Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Adrien Agreste

| Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 210308122147534588

S H A D O W S
settle on the place that you left.

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 8664d8b63b3d55bb3b8bff3bf01594969bc978c9


| Conte : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
| Dans le monde des contes, je suis : : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 201223091400619077

| Cadavres : 295



So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 _



________________________________________ 2020-11-26, 13:59

So thanks for making me a fighter.
Cause it makes me that much stronger
Makes me work a little bit harder
It makes me that much wiser.


Adrien s'attendait à voir son amie dans un drôle d'état, c'est vrai. Il était venu pour ça d'ailleurs. Parce qu'il s'était inquiété pour elle. Et maintenant qu'il la voyait pleurer dans ses bras, il comprit qu'il avait bien fait de venir. Elle semblait être à bout. Aisha semblait être perdue et détruite et Chat Noir voulait absolument l'aider, comment ? Il ne savait pas encore mais il voulait lui apporter toute l'aide possible. Son cœur se serra quand il voyait Aisha craquer de plus en plus dans ses bras. Elle se mit finalement à lui parler, elle lui expliqua enfin ce qu'elle avait. Et c'était pire que ce qu'il pensait, bien pire. Aisha était fiancée, il venait de l'apprendre mais elle avait perdue sa moitié. Son fiancé était mort, il ne savait pas pourquoi, il ne savait pas comment mais ce n'était pas le plus important. La perte de son amour était en train d'effacer petit à petit la fée forte qu'elle avait toujours été. Une moue se dessina sur son visage alors qu'elle frappa le torse du matou sans trop de force. Il savait que ce n'était pas contre lui, qu'elle avait besoin de se défouler, de relâcher toute cette colère. Au fond, il comprenait totalement ce qu'elle était en train de vivre. Ses yeux s'humidifiaient, il n'y pouvait rien au fond. Il était touché parce qu'elle venait de dire. Chat Noir voulait l'aider mais comment, comment pouvait-il aider ce cœur qui venait de se détruire en mille morceaux. Elle venait de perdre un être cher, quelqu'un qui ne reviendra jamais, quelqu'un qu'il ne pourrait jamais remplacer.

Aisha finit par poser délicatement sa tête sur ses jambes. La jeune femme gardait les yeux fermés, c'était donc le meilleur moment pour sécher discrètement ses larmes. Ce n'était pas le moment de pleurer, c'était à lui de voler à son secours. C'était à lui, d'être là pour elle et non le contraire. Machinalement, il posa délicatement sa main dans les cheveux de la jeune femme, histoire de la détendre un peu. Ses griffes pouvait être agréable pour faire un massage. Ses oreilles se baissèrent alors que Aisha parlait de sa vie d'avant. Il pouvait comprendre en même temps, il ne pouvait pas comprendre. La vie de la fée devait être bien différente dans son monde que à Storybrooke. La vie de Chat Noir ici, ne changeait pas énormément. Il devait sauver des vies comme à Paris. Il suivait des études et ses amis étaient là. Ils n'étaient plus dans la même classe mais ils étaient toujours là. Pour Aisha, tout semblait avoir changé. Tellement qu'elle ne le supportait plus. Chat Noir garda un moment le silence, ne sachant pas quoi dire. Une chose était sûr, il devait lui parler et être là pour elle. Il devait être présent.

« Je suis vraiment désolé d'apprendre ça... Tu ne mérites pas ça Aisha. » il marqua un petit temps de pause, baissant son visage vers la jeune femme alors qu'il lui caressait délicatement le visage. « Je sais que je dois absolument te dire quelque chose, parce que tu ne vas pas bien. Mais je ne trouves pas les mots. Dans un sens, crois-moi. Je sais ce que tu ressens. Ce serait mentir de dire que tout ira mieux demain, que le temps finira par refermer cette blessure. Perdre un proche c'est comme perdre une moitié de soi-même. »

Sa gorge se serra. Ce n'était pas un dialogue joyeux qu'il entamait. Parler de son passé n'était pas ce qu'il préférait faire mais Aisha était son amie et elle méritait de savoir. Elle avait le droit à son aide et à son histoire. Il respira un bon coup, essayant de se calmer afin de ne pas craquer devant elle. Il devait rester fort et lui donner des bons conseils. Il devait lui donner l'aide dont elle avait besoin. Chat Noir afficha un petit sourire triste alors qu'il continua de caresser délicatement le visage de la jeune femme tout en fixant le mur devant lui.

« Tu vas pleurer un moment, te sentir déprimée, tu auras même envie de tout arrêter comme maintenant. Plus rien ne paraîtra beau et tu te sentiras seule et incomprise. Tu seras souvent en colère aussi. Tu blâmeras les autres et tu te blâmeras toi, pour des choses que tu n'as jamais faite. Tu vas tout détester, te détester. Tu vas vouloir t'isoler, te refermer dans ta bulle pensant qu'être seule arrangerait les choses. Que ton entourage se porterait mieux sans toi. Oui, tu vas ressentir toutes ses choses à la fois. Y a pas de secret pour ce genre de douleur. Tu dois trouver une source de chaleur. C'est comme ça que je l'appelle. La source de chaleur. Une zone de confort, une épaule sur laquelle pleurer, une raison de vivre. Tu peux l'appeler comme tu veux. Ça va prendre du temps, beaucoup de temps mais je te jure que tu vas finir par avoir cette source de chaleur. Comme moi je l'ai eu, comme beaucoup l'ont eu. »

Un petit sourire triste prit place sur son visage alors que Aisha avait ouvert les yeux pour le regarder. Tout ce qu'il venait de dire, c'était vrai. Il n'inventait rien. C'était peut-être un peu poétique sur les bords et sur le moment, la jeune femme se dira sûrement que ce n'était que des conneries. Que Chat Noir ne disait ce genre de chose que pour lui remonter le moral et rien d'autre. Pourtant, tout ce qu'il venait de lui raconter, il l'avait vécu. Il avait bien trouvé une source de chaleur et même plusieurs. En commençant pas Ladybug, le héros qu'il était devenu, ses amis et parfois son père. Aisha avait le droit à plusieurs sources de chaleur elle aussi. Et il espérait vraiment qu'elle allait rapidement finir par en trouver une. En attendant, il était là pour lui servir de bouée de sauvetage. Pour éviter qu'elle ne se noit dans sa tristesse. Il finit alors par s'allonger sur le lit, juste à côté d'elle. Son visage tourné vers le siens. Ses yeux de chat étaient encrés dans les yeux rouges de la jeune femme. Il frotta gentiment son nez contre celui de la jeune femme avant d'afficher un petit sourire.

« Je vais rester avec toi. Je vais prendre soins de toi, parce que je suis ton ami et que tu n'as pas le droit de déprimer toute seule dans ton coin. Puis il faut que quelqu'un s'occupe de toi, sinon tu ne le feras pas... J'en suis sûr que tu n'as pas mangé depuis plusieurs jours. »

Chat Noir s'apprêtait à se lever pour partir dans la cuisine afin de regarder ce qu'il pouvait faire à manger. Mais juste avant de se lever, sa bague se mit à clignoter et soudainement... Il perdit son costume. Juste devant les yeux de Aisha. Adrien haussa les sourcils alors que Plagg tomba dans le creux de ses mains. Il se doutait que ce jour finirait par arriver mais maintenant ? Ce n'était pas le moment. Il se mordit la lèvre inférieur avant de poser délicatement Plagg sur le matelas. Au fond, il voulait lui révéler son identité secrète. Adrien afficha une petite moue avant de tendre du fromage à son kwami qui le mangea sans attendre dans la main de son porteur. Adrien resta un moment à fixer Aisha avant de remettre à sourire.

« Je comptais te montrer mon vrai visage de toute façon. Mais avant de continuer à parler. Tu veux quelque chose à manger ? Je le prépare et ne me dis pas rien, ce n'est pas la réponse que je veux. »



Aisha d'Andros
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Aisha d'Andros

| Avatar : Kiana Ledé


So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 J8e7

If I could fly across this night
Faster than the speed of light
I would spread this wings of mine
Through the years and far away

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 2ce8e7714d5b582d31e1da1ef61320092e75471c



| Conte : Winxclub
| Dans le monde des contes, je suis : : Layla d'Andros, fée des fluides

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 201105074320284592

| Cadavres : 1066



So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 _



________________________________________ 2020-12-25, 23:20

The street of broken hopes
Ft. Chat Noir


Tout un monde s'était écroulé autour de moi et j'avais l'impression d'être sombré avec. En tentant d'attraper la main de Nabu, j'avais eu cette impression d'être, moi aussi, tombée dans le précipice. Aurais-je préféré ? Je souffrais tant, j'avais si mal au cœur, à la tête, au ventre. J'avais l'impression que tout mon corps me lâchais, que toute mon énergie m'avait abandonnée. Je suffoquais sous les larmes, le souffle me manquait lorsque je reprenais conscience de la réalité. Jamais je ne le reverrais. Jamais je ne lui reparlerais, ne le serrerais dans mes bras. C'était trop tard, trop tard pour tout ce que nous avions prévu et tout ce que nous aurions pu prévoir. Il ne pourra plus me faire rire, me faire sourire, me soutenir pour le meilleur et pour le pire. J'étais seule. Non, je ne l'étais pas, mais pourquoi me sentais-je alors si vide, si loin de tout le monde ?

Le temps s'était arrêté lorsque les yeux de mon amant s'étaient éteint. Je me noyais dans un océan obscur depuis ce jour, dormant la plupart du temps pour oublier, croulant dans un monde onirique où il était auprès de moi, puis me réveillant et réalisant - encore - l'illusion. J'avais l'impression de revivre le deuil des centaines et des centaines de fois, et j'en pouvais plus, je n'avais plus la force de combattre. Enfermé dans le cercle, je ne voyais pas de sortie, je sombrais et parfois, même, j'espérais couler bien plus profond pour peut-être ne plus avoir à ressentir tout ce que je ressentais. J'aurais aimé oublié, tout recommencer. Chat Noir, auprès de moi, tentait à me réconforter et je me laissais bercer à ses paroles. N'ayant plus la force de pleurer, je fermai les yeux en silence tandis qu'il caressait doucement mon visage pour me calmer. J'écoutais. J'avais encore l'impression d'être dans un mauvais rêve, priant pour me réveiller sous peu. J'espérais à un mauvais sort, une fausse identité pour m'inventer une fausse vie. Et si j'étais encore maudite ? Peut-être me réveillerais-je demain et Nabu se tiendra face à moi pour m'avouer les méfaits des méchants et la victoire du bien. Comme avant...

Je détestais tant ce monde.

J'ouvris des yeux embués, lentement, pour croiser ceux du garçon. Ma mâchoire se crispa à nouveau, j'eus peur de recommencer à pleurer mais sans l'énergie pour, je me calmai et articulai très finement entre mes lèvres.

"Je ne le reverrais plus jamais...
Réalisais-je encore et toujours. Il est parti... Pour toujours... Et j-... J'ai pas su en profiter... J-... Je n'ai pas pu lui dire, Chat Noir, tout ce que j'aurais aimé lui dire. Les larmes perlaient à nouveau. Je n'ai pas pu faire tout ce que je voulais faire avec lui. La malédiction nous a séparé et - et je voulais le retrouver mais... Mais j'avais aucun indice, je n'avais aucune piste... Mes mains montèrent jusqu'à mon visage que je dissimulais pour cacher les larmes. C'était ridicule. J'aurais du, pourtant... J'aurais du faire quelque chose !"

Mais c'était trop tard, Layla. Tu as échoué, tout comme les Winx ce jour-là. Rien ne s'est passé comme prévu et le prix en a été immense. J'essuyais les larmes, reniflant, et Chat Noir s'approcha de moi pour doucement frotter mon nez contre le sien. Je me calmai et refermai mes lourdes paupières. Manger ? J'hochais négativement la tête de droite à gauche.

"J'ai essayé... Mais rien ne me fait envie."

Et sous ma réponse, je supposais, il décida de me faire à manger. Je n'en avais toujours pas envie mais c'est vrai que je ne pouvais pas tant me laisser aller, encore moins devant lui. Je me sentais si bête, si faible aussi. Lorsque me décalant, je laissais le garçon se redresser, une lumière verte m'éblouit vivement. Je fronçai les sourcils et tendis à ma redresser légèrement pour comprendre ce que c'était. Devant moi, alors, je découvris Chat Noir... Je crois ? Il n'était plus masqué, simplement vêtu avec une chemise, un tee-shirt et un jean. Son regard n'était plus le même... Mais je le reconnus à ses cheveux blonds de blé et au tendre sourire qu'il m'adressait alors que je le reluquai, surprise.

À l'observer, je restai un temps ainsi, même lorsqu'il me demanda ce que je voulais manger. Je n'avais vraiment rien envie de manger, à vrai dire, mais il refusait cette réponse. Il fallait donc que je me creuse les méninges. Je réfléchis donc quelques secondes...

"Une salade, je pense. Dis-je finalement. Avec de la vinaigrette, et du blanc de poulet... Il doit en rester dans le frigo. Quelque chose de froid m'irait..."

Le laissant approuver et partir faire à manger, je m'écroulais à nouveau sur le lit, serrant contre moi ma couette, et je songeais. Chat Noir semblait différent sans son masque... Plus doux. Moins spectaculaire si je pouvais dire, un simple garçon qui ne faisait pas d'histoire, qui ne grimpait pas de toits en toits en rigolant, en faisant des blagues que lui seul comprenait parfois. Il semblait plus calme. Je pourrais dire si je ne le connaissais pas que ce garçon que je rencontrais tout juste était son véritable lui, pourtant je me souvins d'une fois où il m'avait laissé entendre le contraire. Son masque lui permettait d'être celui qu'il voulait être... Pas celui que les gens voulaient qu'ils soient. Alors je me contentais de prendre la nouvelle, d'attendre son retour avant de m'excuser.

"Si je t'avais entendu m'appeler, tu n'aurais pas eu à utiliser ton Cataclysme et tu ne te serais pas detransformé... Je plaquai une main contre mon front. Il était chaud. J'avais chaud, enfouie sous ma couette depuis des jours. Je fais n'importe quoi, je suis vraiment désolée..."

Je pliai mes jambes et les rejoignirent contre moi. Ma masse de cheveux bouclés tombait sur mon visage. Je n'avais pas faim, c'était si étrange comme sensation. Je ne savais pas si manger me permettrais vraiment de me nourrir. J'avais l'impression d'être un trou noir. Rien ne restait, tout disparaissait sous mon contact. Mais il fallait que je me ressaisisse, au moins pour Chat Noir. Je frottai mes yeux en soupirant.

"Je dois être dans un état assez pathétique. Riais-je légèrement. Mes yeux étaient si fatigués, bon sang. Je les frottais à nouveau. Pourquoi je semble si fatiguée alors que je ne fais que dormir... Ça ne me ressemble pas."
made by black arrow
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88461-2nd-round-layla-d-and http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88475-liens-feeriques-d-ash http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88476-chrono-d-aisha#1262756


Adrien Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Adrien Agreste

| Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 210308122147534588

S H A D O W S
settle on the place that you left.

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 8664d8b63b3d55bb3b8bff3bf01594969bc978c9


| Conte : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
| Dans le monde des contes, je suis : : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 201223091400619077

| Cadavres : 295



So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 _



________________________________________ 2021-02-07, 15:53

So thanks for making me a fighter.
Cause it makes me that much stronger
Makes me work a little bit harder
It makes me that much wiser.


Son masque était tombé, littéralement. Pourquoi ? Un manque de concentration de sa part. Il savait pourtant qu'il avait utilisé son cataclysme et qu'il n'avait que peu de temps avant de se détransformer mais... Aisha était dans un sale état qu'il ne pouvait pas se permettre de penser à ce genre de chose. Puis comme il lui avait dit, ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne montre son vrai visage. Il avait confiance en Aisha et cela faisait assez longtemps qu'ils traînaient ensemble pour qu'il puisse se permettre ce genre d'écart. Maître Fu n'en saura rien, Ladybug également. Seuls Plagg, Aisha et lui le sauraient. C'était leur secret. Enfin là n'était pas le plus important. Aisha avait vraiment besoin de son aide et il était prêt à lui donner. Avec ou sans masque. Il s'en fichait. Alors il regarda Plagg pendre place sur le lit de la jeune femme tandis qu'il partait en direction de la cuisine afin de lui préparer cette assiette de salade qu'elle lui avait finalement demandé. Un soupir sortit de sa bouche tandis qu'il ouvrit le frigidaire afin de prendre les ingrédients dont il avait besoin. Il coupa la salades en lamelles et la posa délicatement dans l'assiette, il coupa le blanc de poulet qu'il mit à côté et fit rapidement une vinaigrette avec du vinaigre de cidre et des pommes coupés en petit morceaux. Quelque chose de sucré qui se mélangeait bien à la salade. Une fois finit, il fixa longuement l'assiette alors qu'une moue triste prit place sur son visage. Aisha allait avoir du mal à s'en remettre, il le savait. Son père ne s'était jamais remit de la mort de sa moitié, il ne s'était jamais remit de la mort de sa mère. Adrien savait que Aisha avait les épaules assez forte pour le supporter mais il s'inquiétait quand même pour elle.

Le blond marcha alors doucement vers la chambre de la jeune femme, l'assiette à la main. Il avait mit les couverts dedans et il avait même pensé à prendre une bouteille d'eau. Avec tout ce qu'elle pleurait, elle devait pensé à s'hydrater. C'était important. Une fois arrivé dans la chambre, il s'assit sur le lit et posa l'assiette devant la jeune femme tout en gardant son silence quand elle annonça que c'était de sa faute si il ne portait plus son masque et son costume. Un petit sourire triste prit place sur son visage tandis qu'il posa délicatement sa main sur le sommet du crâne de la jeune femme. Il resta un moment silencieux avant de secouer négativement la tête essayant de faire comprendre à Aisha qu'il n'était pas d'accord avec elle. A aucun moment ce n'était de sa faute, à aucun moment elle était pathétique. Il finit alors par retirer ses chaussures pour finalement s'installer sur le lit à côté d'elle. Sans attendre, il passa son bras sur l'épaule de la jeune femme et l'obligea à venir poser sa tête sur son torse.

« Ce n'est pas grave pour mon identité. Je te fais confiance, je sais que tu garderas le secret. Puis ça devait bien arriver un jour tu ne penses pas ? Puis, je ne suis qu'un simple mec. »

Il leva son regard vers le plafond tandis qu'il continuait de caresser délicatement le dos de son amie. Adrien avait presque envie de pleurer avec elle, il sentait clairement sa peine et son mal-être. Tellement que penser et parler de sa mère dans un moment pareille lui paraissait affreusement égoïste. Et pourtant, il pensait à elle. A sa mère qui était partie si subitement ne laissant que de la peine et de la solitude derrière elle. Aisha allait changer comme son père avait changé, comme il avait changé.

« Tu es fatigué parce que tu viens de connaître la perte d'un être proche. Et je ne trouves pas ça pathétique mais humain. Tu as le droit d'allé mal, tout le monde a le droit d'aller mal. La seule chose que je te demandes, c'est de ne pas te laissé aller. Je ne te demandes pas de sortir pour voir des amis mais faire le strict minimum. Une douche, de la nourriture et du repos. »

Il posa son regard sur Plagg qui venait de s'endormir au bout du lit. Il ne pouvait pas lui en vouloir, il devait avoir un manque d'énergie vu qu'il n'avait pas prit de quoi le nourrir. Il aurait dû. Adrien se décolla alors finalement de la jeune femme afin de la fixer dans les yeux. Peut-être que parler de son expérience de deuil pouvait vraiment faire réfléchir Aisha ? Il n'en était pas vraiment sûr mais il allait essayé.

« J'ai perdu un être cher il y a quelques années. C'est pas un sujet que j'évoque facilement ou quelque chose dont je suis fier. Mon entourage ne me pose jamais de question. Ils savent mais ils ne disent rien. Étrangement, ça me dérange. Parfois j'aimerai pouvoir parler de la personne que j'ai perdu. Parce que pour moi parler d'elle fait perdurer son existence et les souvenirs que j'ai d'elle. » Il marqua un petit temps de pause alors qu'il baissa son visage vers la couverture afin de ne pas croiser le regard de son amie. « J'aimerai que tu ne fasses pas la même erreur que moi. Quand ça ne va, parles. Si tu veux parler de Nabu, tu le fais. Ne te retiens surtout et ne t'enferme pas dans ta bulle surtout. Ça ne réussie personne... »

Il pensait bien-sûr à son père. Son père qu'il voyait à peine vieillir. Son père qui passait plus de temps à travailler qu'avec lui. Son père qui n'était plus vraiment son père. Tout ça à cause d'une malheureuse petite bulle que ce dernier avait construit autour de lui. Adrien déglutit difficilement.

« Si tu t'enfermes dans cette bulle je ne pourrais plus rien faire pour toi et je ne veux pas que ça arrive. Je sais que c'est la solution de facilité, que ça fait du bien mais crois-moi sur le long therme ça te fera plus de mal qu'autre chose. Faire semblant que tout va bien en s'isolant n'est pas une solution. Alors tu n'as pas le droit de dire que tu es pathétique, d'accord ? »

Adrien respira un bon coup avant de relever son visage. Il posa délicatement ses deux mains sur les joues chaudes de la jeune femme avant d'afficher un petit sourire pour finalement coller son front contre celui de Aisha.

« Je suis là d'accord ? On va avancé doucement toi et moi mais je refuses de te laisser seule. Alors commences par manger et te reposer d'accord ? Je restes ici ce soir. Comme ça si tu as besoin de quelques choses, je suis là. »



Aisha d'Andros
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Aisha d'Andros

| Avatar : Kiana Ledé


So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 J8e7

If I could fly across this night
Faster than the speed of light
I would spread this wings of mine
Through the years and far away

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 2ce8e7714d5b582d31e1da1ef61320092e75471c



| Conte : Winxclub
| Dans le monde des contes, je suis : : Layla d'Andros, fée des fluides

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 201105074320284592

| Cadavres : 1066



So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 _



________________________________________ 2021-03-05, 22:41

The street of broken hopes
Ft. Chat Noir


Lorsque Chat Noir était parti faire à manger, je m'étais à nouveau retrouvée seule pendant un court instant. Pourtant, cela me parût un instant de trop, cet instant où je me haïssais d'avoir causé du tord au seul ami que j'avais à Storybrooke en ce moment. Et je me sentais nulle d'inquiéter mon entourage sans pour autant avoir le courage de les affronter. C'est pour quoi mon lit me semblait être le seul compromis : ne rien faire, ne plus bouger, faire comme si je n'existais plus et dormir pour oublier. Je n'étais pas du genre à boire, à me saouler jusqu'à tomber. Pour en avoir vu des clients en sale état, je savais que je ne voulais pas finir comme eux. Et puis... Je n'avais pas la force d'acheter de quoi boire. Je n'avais même pas la force de manger, mais Chat Noir avait raison pour dire que ça ne me réussissait pas. J'avais faim, à tel point que paradoxalement, ce vide me donnait envie de vomir et face à mon assiette, je n'osais porter une bouchée à mes lèvres. J'attendis seulement, le regard absent, jusqu'à ce que mon ami se place à mes côtés et m'incite à faire de même. Ma tête se posa contre son torse avant que je n'hoche négativement la tête à mon tour.

"Tu n'es pas un simple mec, non. Tu es Chat Noir, un super-héros qui doit garder son identité secrète pour le bien de ses proches et de toi-même... Je comprends mieux pourquoi, maintenant... J'y réfléchissais, serrant mes mains entre elles. Nabu n'aurait pas été autant en danger si nous avions délimité notre vie personnelle à notre vie de justiciers... Ma mâchoire se contracta légèrement. Il aurait sûrement été encore là..."

Mais désormais, c'est trop tard. La mort fait partie de ces choses irréversibles et surtout inévitables mais que malgré tout nous aurions souhaité repousser encore si nous l'avions pu. J'aurais souhaité voir un peu plus longtemps mon fiancé et rire à ses côtés encore quelques fois de plus. Pourquoi avais-je encore des larmes à faire couler ? J'en avais perdu tellement à réaliser que je ne le reverrais plus et pourtant, c'était comme si à chaque fois que j'en parlais, on m'apprenais la nouvelle et tout mon corps s'effondrait. Néanmoins, quelque chose avait changé aux journées qui avaient précédé : lorsque notre corps nous lâche, que nous soyons debout ou allongé, nous avons toujours cette même impression de tomber - alors que physiquement ce n'était pas le cas. Impossible d'échapper à cette horrible sensation que tout s'écroule sous nos pieds, le vertige nous étrangle et rien ne peut l'arrêter. Or, peut-être, la présence de quelqu'un pour nous retenir. Je ne me sentais pas défaillir à même mon matelas, j'avais Chat Noir qui me tenait près de lui et même si le vide m'envahissait, je ne me sentais pas tomber. Je souris légèrement à sa remarque du programme qu'il me donnait, mais celui-ci disparût bien vite et je n'osai le critiquer.

"Le minimum pour moi est d'ouvrir les yeux pour réaliser où je me trouve..." Et quand, poursuivis-je dans ma tête.

Pourquoi fallait-il que Chat Noir se transforme par l'intermédiaire d'un autre animal ? Cette question, je me la posa à moi-même silencieusement et ne fis pas réflexion du chat, quoique reposant lui aussi. Il le semblait bien plus que nous deux en ce moment. Chat Noir avait donc un chat. C'était amusant à songer dans un sens. Certaines légendes de la dimension magique faisaient part de créatures spéciales qui avaient la capacité de se connecter à des fées pour leur transmettre leurs pouvoirs. Du côté des Winx, nous n'en étions pas encore à là. Les seules connexions que nous possédions étaient celles qui nous reliaient à nos mini-fées. Piff... Elle n'était pas là, et en quelque sorte, j'étais rassurée. Je ne sais pas comment j'aurais fait sinon, elle aurait été tout aussi détruite de me voir si mal et je n'aurais pas su le lui cacher. Il fallait que j'aille mieux avant qu'elle ne revienne à Storybrooke.

Le garçon me décala légèrement pour plonger son regard dans le mien avec grand sérieux. Je sentais qu'il y avait quelque chose d'important pour lui qu'il s'apprêtait à me dire. Je semblais tant sur la défensive, à tenter de me protéger de mes propres pensées, que je ne réalisais pas encore assez que lui aussi aie pu passer par la même étape que moi. C'est vrai que tout à l'heure, il m'a indiqué étape par étape le deuil que j'allais devoir affronter, non pas comme ce qu'il avait pu lire dans un livre, mais plutôt comme ce qu'il avait déjà pu affronter lui-même. Je restai silencieuse en l'écoutant, reliant peu à peu chaque information qu'il me donnait. Le fait qu'il aie perdu quelqu'un, une femme de ce que je comprenais. Le fait aussi qu'il n'en ai que peu parlé parce qu'on ne le lui a jamais ouvert les bras. La plupart des gens ne savent pas comment réagir au deuil. Il est partout et frappe si fort. Sa présence est normalisée, mais la douleur qu'elle renvoie n'a pas à l'être. Tandis que Chat Noir approchait son regard de la couverture, je l'observais sans un mot me donnais tout ce que lui n'avait pas pu avoir lors de son deuil. Je ne tentai pas de rattraper son attention ou quoique ce soit. Je voyais sa cicatrice... Et j'aurais souhaité comprendre pourquoi elle semblait mal refermée.

"Alors tu n'as pas le droit de dire que tu es pathétique, d'accord ?"

J'hochai la tête, sans réellement savoir quoi faire d'autres. Je ne savais même pas si c'était pour lui ou pour moi que je le faisais, mais une question me passait par la tête et ce n'était plus sur ma douleur que je me concentrais. Je baissais à mon tour le regard sur mes mains que j'avais resserrées contre ma poitrine.

"Chat Noir... Parler d'elle... Hésitais-je. Cela ne te ramène pas à l'idée qu'elle n'est plus là, et que plus jamais elle ne le sera... J'avais peur d'en dire trop et de toucher une corde sensible. Parce que... Quand on parle de quelque chose, quand on en parle et qu'on sait que ça ne reviendra pas... J-..." J'inspirais une grande bouffée d'air que je recrachai par la suite pour m'empêcher de sombrer. Je n'avais pas la force de finir ma phrase, ainsi j'espérais simplement que mon ami comprendrait sans que je n'ai besoin d'expliquer.

Deux mains vinrent étreindre doucement mes joues et me faire remonter le visage vers celui du garçon. Son sourire en décrocha un de ma part mais je ne savais plus... Je ne savais plus si j'avais le droit, alors je l'éteignis de la même façon qu'il apparût. Je le laissais poser son front contre le mien et j'attendais. J'avais chaud, évidemment, mais toujours différemment que quand j'étais seule. Et je ne pleurais plus, c'est l'une des choses que je remarquai lorsqu'il m'assura rester à mes côtés. Je me sentis bien un instant, vraiment bien, mais je réalisai alors où j'étais. Et avec qui. Mon regard s'écarquilla légèrement et gênée, j'enfouis mon visage dans un coussin en soupirant d'embarras. Je serrai contre moi l'objet et repris mon souffle en décalant la tête à l'opposé du garçon. Je resongeais à Nabu et, honteusement, au fait que ça ne serait plus lui qui viendrait sécher mes larmes. Quant à Chat Noir, nous étions des amis et je savais que son âme sœur n'était pas loin. Masquée, certes, mais toujours à ses côtés aussi. Le superhéros n'avait pas eu besoin de connaître son identité pour voir dans son cœur. C'est ce qui faisait de lui, dans un sens, un homme idéal.

"Chat Noir... Réalisais-je doucement. Je suis la seule à connaître ton identité, si je comprends bien ? J'attendis une réponse avant de poursuivre, toujours dos à lui. Je ne peux pas t'appeler par ton nom de justicier si tu es détransformé... Alors, il me faudra ton véritable nom. Mais la demande semblait étrangement demandée. Je me corrigeai : Ou un pseudonyme. Quelque chose qui me permettrait de te nommer, ça m'est égal."

Ça ne m'était pas tant égal que ça, je préférais connaître son vrai nom plutôt que d'utiliser encore un titre ou un équivalent. Mais, pour l'avoir accepté par le passé, je ne pouvais pas vraiment remettre le sujet sur le tapis. Si Chat Noir souhaitait maintenant des distances que ça soit pour ma protection ou autre, c'était complètement compréhensible. Je n'aurais pas osé lui en demander autrement, il faisait déjà beaucoup pour un associé de la police chargé de me surveiller. Nous avions fait du chemin depuis...

Toujours allongée, j'attrapai mon assiette et commençai à piquer avant de mâcher puis d'avaler. Chat Noir étant l'auteur du plat, je le réalisai sur le moment et souris doucement face à cette joie que ça m'offrait.

"Merci. Pour le repas."

made by black arrow
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88461-2nd-round-layla-d-and http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88475-liens-feeriques-d-ash http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88476-chrono-d-aisha#1262756


Adrien Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Adrien Agreste

| Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 210308122147534588

S H A D O W S
settle on the place that you left.

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 8664d8b63b3d55bb3b8bff3bf01594969bc978c9


| Conte : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
| Dans le monde des contes, je suis : : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 201223091400619077

| Cadavres : 295



So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 _



________________________________________ 2021-04-08, 18:40

So thanks for making me a fighter.
Et quand on lui demandait, il disait je vais bien. Quand les gens le jugeaient, il disait c'est rien. As-tu été heureux? Il disait c'est loin.


Mai 2020

Cela faisait déjà un petit moment que Adrien marchait dans la rue, le sac sur l'épaule. Il venait à peine de quitter le manoir de non père et il ne comptait pas y remettre les pieds. Adrien éprouvait tellement de colère qu'il serait capable de tout détruire autour de lui. Il était tellement triste que crier son chagrin au monde entier ne le dérangerait même pas. Pourtant le voilà plus silencieux que jamais à marcher sans but dans les rues de cette ville maudite. Le cœur lourd, il avait du mal à marcher droit. Il se contentait d'avancer comme son père avait eut du mal à le faire. Adrien essayait d'aller de l'avant mais il fallait dire que c'était bien trop dur ce soir. Il avait pourtant fait de son mieux pour ne pas perdre son père dans sa solitude mais il n'avait pas réussi. Et maintenant il était épuisé, si fatigué que pleurer lui semblait être impossible. Adrien avait l'impression de reculer. De revivre encore et encore la mort de sa mère. Cette journée qui avait à jamais changé sa vie. Penser à sa mère avait toujours été difficile malgré les années passés mais depuis les récents événements, il n'y arrivait pas. Il revoyait son corps en décomposition. Ce cadavre qui avait perdu toute sa beauté et sa joie de vie. La mâchoire de Adrien se crispa alors qu'il se stoppa en plein milieu de la ruelle. Qans réfléchir, il enfonça son poing dans le mur qui se trouvait à côté de lui retenant ses cris de rage. Il avait perdu sa mère et ce qui l'avait vécu lui avait fait compris qu'il l'avait perdu à jamais. Tout comme son père. Il n'y avait plus de marche arrière possible. Adrien voulait juste retrouver sa famille, tout recommencer à zéro mais c'était impossible. Comment cela pourrait être pire maintenant ?

Il avait pourtant fait de son mieux et maintenant, il était seul. Tout seul. Il sentit son sac à dos bouger sur son épaule et quand il tourna la tête, il vit Plagg s'asseoir sur son épaule tout en affichant une moue. Le kwami cherchait sûrement quelque chose à dire pour lui remonter le moral sauf que rien ne sortait de la bouche du chat. Que pouvait-il dire ? Tout finirait pas s'arranger ? Plagg savait que c'était faux lui aussi et c'était bien pour cela qu'il gardait le silence. Et maintenant ? Qu'allaient-ils devenir ? Jamais il n'osera se montrer devant Ladybug après tout ce qu'il venait de se passer. Maître Fu était mort à cause de son père, des gens avaient souffert à cause de lui. Marinette devait détester Gabriel et Adrien sûrement. Il n'avait nul part où aller. Pas dans cet état-là en tout cas. Alors sans réfléchir, il se transforma en Chat Noir désirant être vraiment seul. Il n'avait rien contre Plagg mais il ne se sentait pas prêt à écouter les phrases bateaux qu'on pourrait lui sortir pour lui remonter le moral. Il monta alors sur le toit le plus proche avant de simplement s'asseoir dessus. Il posa son sac de sport à côté de lui et il fixa longuement les étoiles sans dire un mot. Son bâton se mit à vibrer signalant qu'il avait un appel entrant. Dans un premier temps, il pensait à Ladybug mais quand il posa son regard dessus, il vit le numéro de Chris s'affichait sur l'écran. Chat Noir raccrocha sans réfléchir avant de pousser un long soupir. Quand il releva le regard vers le ciel, il vit le garçon fantôme voler au dessus de la ville. Phantom devait rechercher quelqu'un ou une créature. Il n'y avait pas une nuit de tranquille dans cette ville. Enfin, ce n'était pas le problème de Chat Noir ce soir, il se contenterait juste d'observer. Le garçon fantôme finit alors par venir vers lui, se posant sur le toit sans dire un mot dans un premier temps. Le spectre masqué observa un moment le ciel avant de respirer un bon coup.

« Moment difficile ? »

« On peut dire ça. »

« C'est pour ça que tu n'as pas répondu à l'appel de Chris pour le wendigo qui se balade en ville ? »

« Y a un ... » Chat Noir fronça les sourcils avant de hausser les épaules. « Désolé. »

Phantom afficha un petit sourire en coin avant de secouer négativement la tête faisant comprendre à Chat Noir qu'il s'en fichait. Il avait l'air de comprendre ce qu'il ressentait actuellement, tant mieux. Avant de partir, le garçon fantôme se tourna vers le félin une dernière fois.

« Tu ne devrais pas rester tout seul. Tu es le premier à dire qu'on est plus fort quand on travaille en équipe. Alors applique-le. A la prochaine, Chat Noir ! »

Le porteur de miraculous haussa les sourcils avant de voir le fantôme s'envoler une nouvelle fois dans le ciel, sauf que cette fois-ci il disparût de son champ de vision. Travail en équipe ? Pour ce genre de problème ça ne servait à rien. Il sentit alors une goutte s'écraser sur sa joue et avant qu'il n'eut le temps de lever sa main pour vérifier si c'était bien de la pluie, une averse lui tomba sur la tête. Chat Noir était déjà trempé et pourtant il resta assis sur le toit à rien faire. Il se contenta de se noyer dans la nuit en attendant que la pluie s'arrête. Il profita d'ailleurs de cette pluie froide pour ramener ses jambes contre son torse avant d'enfouir son visage à l'intérieur. Pour la première fois depuis son départ du manoir, il pleurait. Adrien pleurait et hurlait tout ce qu'il pouvait profitant du vacarme de la pluie pour recracher toute sa peine. Et il resta une bonne trentaine de minutes sur ce toit avant de finalement se relever. C'était dur, ses épaules étaient lourdes mais il arriva quand même à tenir sur ses deux pieds. Il devait trouver un endroit où passer la nuit avant que Ladybug n'ait l'idée de venir le chercher. Est-ce que son père s'inquiétait de son départ ? Il s'en fichait de toute façon.

Adrien pensa directement à une personne. Une femme qui était capable de le loger sans poser de question. Il n'avait pas envie d'empiéter sur sa vie privée sans lui donner de réponses bien-sûr. Mais ce soir, il était trop épuisé pour le faire. Alors sans attendre, il sauta de toit en toit pour finalement se retrouver sur le balcon de Aisha. Il toqua à sa porte vitrée. Elle ne mit pas longtemps avant de l'ouvrir tout en râlant. Elle avait déjà prévenue Adrien qu'elle avait une porte pour ça mais Chat Noir rentra dans l'appartement sans répondre. Une fois à l'intérieur, il laissa tomber son sac de sport trempé par terre avant de venir se blottir contre la fée. Il était trempée c'est vrai mais il en avait vraiment besoin. Il logea son visage dans le cou de la jeune femme avant de demander d'une voix faible.

« Je peux resté chez toi quelques temps. Promis, c'est temporaire mais j'ai besoin d'un endroit pour me reposer. »

Ses lèvres se mirent à trembler et sa gorge se serra, tellement qu'il en avait mal. Son cœur était douloureux et son corps tremblait comme une feuille. Difficile de savoir si c'était à cause de la pluie ou à cause de... Machinalement, ses griffes vinrent se planter dans le haut de Aisha alors qu'il se mit une nouvelle fois à pleurer.

« J'ai fais de mon mieux je te jures … » finit-il par dire entre deux sanglots. « Je suis fatigué, j'en ai marre de dire que je vais bien. J'en ai marre d'être le garçon parfait. J'ai essayé pour rendre fier ma famille mais ça n'a rien changé, Aisha. J'ai tout perdu, tout. Je veux juste que tout soit comme avant. »

Puis finalement il se laissa tomber sur le sol, le visage dans ses mains. Il avait craqué devant Aisha, il avait fait tombé son masque ce soir. Son vrai masque.


Aisha d'Andros
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Aisha d'Andros

| Avatar : Kiana Ledé


So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 J8e7

If I could fly across this night
Faster than the speed of light
I would spread this wings of mine
Through the years and far away

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 2ce8e7714d5b582d31e1da1ef61320092e75471c



| Conte : Winxclub
| Dans le monde des contes, je suis : : Layla d'Andros, fée des fluides

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 201105074320284592

| Cadavres : 1066



So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 _



________________________________________ 2021-04-30, 19:44

The street of broken hopes
Ft. Chat Noir

Mai 2020

"Kot, une souris, sérieusement ? Je te promets que je ne touche pas à ça même avec un bâton, alors t'as intérêt à la prendre avec ta gueule de chat ou tes mains d'humain mais tu me remets ça dehors !"

Il était insupportable, à croire qu'il n'y avait pas de saisons pour lui. Il venait quand il voulait, après une absence de quelques semaines si ce n'est quelques mois - et je ne parle pas des années durant où il n'avait pas montré signe de vie - et reprenait ses aises comme s'il était chez lui. Légalement, il l'était puisque Piff et moi l'avions recueilli, mais cela faisait bien longtemps que je ne l'avais plus considéré comme vivant et que je ne songeais pas à me dire tous les soirs que j'allais retrouver un chat chez moi. De plus, il n'était pas un chat. Enfin, de mon point de vue il ne l'était plus. Mi-chat, mi-humain, à quel moment j'hébergeais ce qui pouvait très bien se débrouiller tout seul ? J'étais pas un porte-monnaie sur pattes et il était loin de me rendre mes années de gratitudes.

"Ça s appelle un cadeau ! Je vois pas pourquoi tu es contre ! Rétorqua l'homme assis sur mon canapé en commençant à jouer avec l'animal mort sous mon regard dégoûté.

- Mais parce que c'est un cadavre en décomposition par ta faute ! Quoique même vivante je n'en aurais pas voulu, n'y pense même pas pour la prochaine fois. Croiser le regard de la souris me fit frissonner. Tu ne peux pas offrir des fleurs comme tout le monde...

- Je suis un chat. Même si j ai forme humaine. Tu es vraiment pas gentille avec moi !"

Sans dire un mot de plus, je pointai sèchement la fenêtre extérieure, priant au chat de se débarrasser de son cadeau sur le champ. Il s'exécuta d'une moue boudeuse.

"Contente ? Je te ferais plus jamais de cadeau."

Merci bon Dieu. J'haussais les épaules pour faire comprendre à quel point ça m'était égal - ou plutôt à quel point c'était préférable.

"Ça me convient très bien. Maintenant, vas te laver les mains et tu viendras me raconter tes incroyables aventures durant le mois où je ne t'ai pas vu après."

Aujourd'hui réceptif aux ordres, il le fit également et me rejoignit sous mon sourire satisfait. Enfin, on allait avoir un discussion normale.

"J'ai retrouvé ma femme.

-Ah, tu l'avais perdu ?
Questionnais-je, les cils papillonnants. Ma rencontre avec Raven avait été tel que ça ne m'étonnerait même pas qu'elle se perde dans un labyrinthe... Seule, cette fois-ci. Kot comprit que je n'avais pas compris là où il souhaitait en venir.

- Elle m aimait plus ! Maintenant elle me re aime ! Tu penses que j'essaie de me faire à ce corps pour qui ?

- Aaaaaah, compris-je enfin avant d'acquiescer. C'est... Plutôt bien ! Je... Je crois. Il était humain pour moi - plus humain que chat même si certaines manies restaient. Un sourire sarcastique perla au coin de mes lèvres alors que je me permis de demander : Donc tu affirmes être humain maintenant ?

- Non ! J'affirme être l homme de Raven ! C'est tout." Répondit-il froidement d'une mine à nouveau renfrognée qui ne put empêcher un rire de ma part."

C'était bien dit.

"Ok, ok ! C'est un bon début."

***

La nuit tomba doucement tout comme moi lorsque je m'écroulai dans mon lit, prête à fermer les yeux jusqu'au levé du jour. En plus de mon travail habituel en tant que professeure de danse, j'avais commencé une formation pour devenir policière, au plus grand étonnement de la plupart de mes proches qui me voyaient la critiquer pour tous les problèmes qu'elle ne résolvait pas. Évidemment, je le pensais toujours mais ma réflexion prit un certain recul : ce n'était pas que la police n'était pas à la "hauteur" du mal qui sévissait à Storybrooke, c'est juste que je n'avais pas vu tout ce que ces problèmes engendraient et le temps que ça demandait à la justice de s'en occuper. Arrivée à cette conclusion, comment pouvais-je les pointer du doigt sans rien faire alors que moi-même souhaitais-je que justice soit rendue ? J'avais décidé de rejoindre l'équipe pour les aider... Et peut-être pour me changer les idées. Obtenir un pouvoir autre que celui d'être une fée mais celui de protéger et de maintenir l'ordre.
Ça manquait beaucoup trop en ville.

Sombrant doucement, j'entendis frapper à... La vitre ? Mon regard se réouvrit plissé, froncé. Adrien ? Il n'y avait que lui pour frapper de sa main en attendant que je vienne lui ouvrir. Kot aurait gratté et laissé des traces ou bien il serait juste... entré. Après tout, c'était chez lui. Il ne se permettait pas vraiment de demander. Soupirante dans cet instant où ma couette semblait être mon meilleur ami, je me redressai néanmoins et allumai la lumière du salon pour découvrir Adrien - ou plutôt Chat Noir - sur debout devant ma fenêtre, trempé par la pluie. À quoi il jouait ? C'était la première question qui me venait en tête alors que je lui ouvris.

"Qu'est-ce que tu fais sous la pluie à cette heure-ci ?
Je frottais mes yeux qui s'habituaient à nouveau à la lumière. Tu vas pas me faire croire qu'on t'a mis en mission avec un temps pareil ?"

Le garçon laissa tomber son sac par terre tandis que je refermais la fenêtre derrière lui. Il n'avait pas répondu à mes questions et même si son masque dissimulait une partie de ses traits, j'avais comme cette boule au ventre, cette sensation que quelque chose n'allait pas.

"Adrien... ? Est-ce que ça va ? Demandais-je plus sérieusement en le laissant s'approcher de moi le regard égaré. Ses cheveux blonds, mouillés, vinrent se nicher au creux de mon cou et je sentis son front se poser contre mon épaule. Ad-...

- Je peux rester chez toi quelques temps. Promis, c'est temporaire mais j'ai besoin d'un endroit pour me reposer.

- Pourqu-"

Pourquoi as-tu besoin de te reposer et pourquoi ici ? Allais-je naïvement demander avant qu'un frisson ne me traverse l'échine. Quelque chose n'allait pas. Les griffes que le superhéros cachait sous ses gants se resserrait contre mon pyjama et je sentis que son corps se mit à trembloter... Une voix grave, brisée, me déchirait le cœur à son écoute. Était-ce parce que je n'avais pas la possibilité de voir le visage détruit qui l'accompagnait ? Ou bien était-ce le poids du corps de Chat Noir qui m'accompagnait dans sa tristesse ?

Je n'avais pas compris ce qu'il m'avait dit, je semblais récupérer les morceaux d'un puzzle qui s'était effondré et justement, alors que je me préparais à poser une main contre ses cheveux et à l'aider à se redresser, c'était Adrien qui s'effondrait sur le sol avant que je ne puisse le récupérer. Immédiatement, je le rejoignis en m'agenouillant, posant deux mains sur ses épaules, espérant peut-être qu'il relève son visage masqué face à moi, sachant pourtant très bien qu'il n'allait rien m'apprendre de plus sur son état - plus bas que terre.

"Adrien, q-qu'est-ce qu'il se passe ? Tu as eu des problèmes... ?"

Je ne savais pas quoi dire ni comment l'aider mais je n'avais pas cette impression de pouvoir faire quelque chose. La seule impression que j'avais... C'était qu'il n'avait pas envie d'être seul et que quelqu'un devait le rattraper avant qu'il ne s'effondre dans une solitude dont on ne sortait pas facilement. Il avait besoin de quelqu'un. Pinçant ma lèvres inférieure, comme impuissante, je me tendis néanmoins à m'approcher de plus près et l'étreignis contre moi. Fortement. De sorte à ce qu'il comprenne en un seul geste :

Je ne te lâcherais pas.

J'avais moi aussi les larmes qui me montèrent aux yeux mais je ne sus même pas de quoi il était question. Je gardais le silence durant ce lapse de temps où je souhaitais faire passer mon message de soutien. Je le serrais toujours contre moi, l'empêchant de partir - mais je n'en avais pas l'impression - et espérant que ça calme ses sanglots. Je le rassurais comme je pouvais.

"Détransforme-toi. Je vais te donner une serviette pour te sécher les cheveux et j'irais ranger tes affaires dans la chambre d'ami."

Mais encore une fois, je ne le relâchai pas. Je ne voulais pas le faire... trop tôt. Je voulais être sûre et certaine que lorsque nos regards se croiseraient, il se sentirait chez lui et cela jusqu'à ce qu'il aille mieux. Chat Noir ne m'avait jamais laissé tomber, il avait toujours été là pour moi et cela dans mes pires moments. Comment pourrais-je faire autrement ? Sa présence fut tout pour moi lorsque je n'avais rien auquel m'accrocher.

made by black arrow
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88461-2nd-round-layla-d-and http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88475-liens-feeriques-d-ash http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88476-chrono-d-aisha#1262756


Adrien Agreste
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Adrien Agreste

| Avatar : ∂α¢яє мσитgσмєяу ♥

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 210308122147534588

S H A D O W S
settle on the place that you left.

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 8664d8b63b3d55bb3b8bff3bf01594969bc978c9


| Conte : мιяα¢υℓσυѕ ℓα∂увυg: ℓєѕ ανєитυяєѕ ∂є ℓα∂увυg єт ¢нαт иσιя
| Dans le monde des contes, je suis : : α∂яιєи αкα ℓє ѕєυℓ єт ℓ'υиιqυє ¢нαт иσιя !

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 201223091400619077

| Cadavres : 295



So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 _



________________________________________ 2021-05-03, 13:59

So thanks for making me a fighter.
Et quand on lui demandait, il disait je vais bien. Quand les gens le jugeaient, il disait c'est rien. As-tu été heureux? Il disait c'est loin.

Il s'était écroulé au sol, d'un coup. Adrien avait essayé de tenir un maximum devant son père, devant Marinette et devant tous les autres. Il avait appris toute cette histoire sur sa mère et il avait eu du mal à y croire. Pourtant, il avait bien vu l'âme de sa mère mais aussi son corps en décomposition. Il aurait préféré se dire que tout ça n'était que le fruit de son cauchemar. Qu'au fond sa mère avait reposé en paix pendant toutes ses années et que son père s'était simplement enfermé dans une bulle de solitude. Adrien avait beau essayé de se rassurer, rien ne marchait. Il revoyait sa mère se disputer avec son père avant de lui dire de pas lui en vouloir. Il revoit le corps qui autre fois avait été celui de sa mère se jeter sur son père. Sa mère avait été une femme si belle, si charmante et maintenant il n'arrivait plus à se rappeler de son beau visage. Cette image de ce corps pourrie allait le hanter pour un bon moment. Il aurait aimé porter son masque devant Aisha et lui dire que tout allait bien mais il n'y arrivait plus. Mentir devenait trop compliqué pour lui alors que c'était devenu une habitude. Je vais bien sinon toi, comment tu vas? C'était ce genre de réponse qu'il avait l'habitude de donner mais ce soir, impossible. Adrien avait l'impression que le sol était en train de l'aspirer encore et encore jusqu'à ce qu'il n'ait plus de force. Il sentit le corps de la jeune femme se blottir contre lui, il savait que Aisha était là pour lui et cela eut pour effet de le faire pleurer un peu plus. Ses épaules tremblaient et ses larmes venaient s'écraser dans sa main qu'il avait mit juste devant son visage. Il aurait aimé paraître fort devant la fée aussi, il aurait préféré faire croire que tout allait bien mais il n'avait nul part où aller et son cœur l'avait directement mené ici.

Il avait tout perdu, tout et en si peu de temps. Sa mère était morte une deuxième fois, son père n'était pas celui qu'il croyait. Son père était la papillon mais aussi l'homme qui avait fait souffrir sa mère pendant plusieurs années. Il avait pourtant promis à sa mère de pardonner son père, tout le monde faisait des erreurs mais comment pouvait-il regarder Gabriel en face ? Il ne reconnaissait plus son père. L'homme qui le fascinait toujours quand il était petit. Cela remontait à loin maintenant. Adrien essaya alors de se calmer tandis qu'il posa délicatement sa main sur le dos de la jeune femme afin de lui faire comprendre qu'il était prêt à se calmer. Parler ou croiser le regard à Aisha semblait un peu compliqué pour le moment mais il faisait tout pour essayé de calmer sa crise de larmes. Il s'assit correctement sur le sol tout en posant ses mains devant ses yeux afin d'essuyer ses larmes mais aussi afin de cacher son visage. Adrien hocha doucement la tête à Aisha montrant qu'il allait se détransformer comme elle l'avait demandé et à cette réponse la jeune femme prit les affaires de Adrien et se dirigea vers la salle de bain. Il finit par se relever difficilement avant de respirer un bon coup.

« Plagg, détransforme-moi. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Une lumière verte enroba son corps avant qu'il ne se retrouve dans sa tenue de base, une simple chemise et un pantalon alors que Plagg se trouvait à ses pieds. Le chat fixa longuement Adrien avec un air triste avant de venir s'asseoir sur le canapé. Le jeune Agreste fit la même chose. Il s'assit sur le canapé, le regard vide et épuisé. Il avait trop pleuré et maintenant il était fatigué. Parfois, son enfance lui manquait terriblement. Sa famille semblait si parfaite à l'époque. Adrien s'en souvenait en tant que tel en tout cas. Il entendit Aisha se rapprocher de lui et le blond releva finalement le visage vers son amie. Il encra un court instant ses yeux gonflés dans ceux de la jeune femme avant de sourire gentiment et de prendre la serviette qu'elle lui tendait. Adrien devait lui donner des explications sinon elle allait s'inquiéter. Il pouvait comprendre... Il était arrivé chez elle dans un sale état et il lui avait fallu une bonne trentaine de minutes pour se calmer. Plagg descendit finalement du canapé pour laisser la place à Aisha de s'asseoir si elle en avait envie. Adrien passa rapidement la serviette dans ses cheveux avant de la laisser sur sa tête tout en poussant un petit soupir de fatigue. Comment pouvait-il tout expliquer à Aisha ? C'était impossible...

« Désolé de t'avoir inquiété. J'étais perdu et je savais pas où aller. »

Adrien baissa finalement son regard et cacha son visage sous la serviette alors que son cœur devenait plus lourd. Sa gorge se serrait de plus en plus, chaque mot qu'il prononçait été un vrai défi. Il pourrait faire comme d'habitude et prétendre que tout allait bien ou allait mieux. Mais cela ne marcherait pas, Aisha venait de voir Adrien dans un sale état et puis il n'avait pas envie de lui mentir. Elle lui avait tout dit quand elle n'allait pas bien la dernière fois. Il resta un moment à fixer le sol sans rien dire alors que ses cheveux gouttaient encore sur son pantalon. Le blond devait parler mais il devait aussi omettre certains détails comme l'identité du Papillon. Adrien savait que Aisha passait les concours pour devenir policière alors lui parler de ça n'était sûrement pas la meilleure des solutions. Il mit un moment à savoir comment commencer son histoire.

« Ma mère est morte il y a quelques années tu t'en souviens ? Je t'en ai parlé la dernière fois. » Un petit sourire triste se dessina sur son visage. « J'ai longtemps eu du mal à accepter sa mère, une personne en moins dans un immense manoir ça ne passe pas inaperçu. Surtout qu'après la mort de ma mère, mon père s'est isolé. Il ne sortait plus de son bureau, pas même pour moi. »

Adrien commençait à jouer nerveusement avec ses mains, il n'aimait pas parler de ce genre de chose. Il n'aimait pas se rappeler du passé mais juste pour cette fois, il le ferait. Pour Aisha et pour lui aussi. Il devait savoir où il en était exactement dans sa vie. Le jeune Agreste continua de jouer nerveusement avec ses doigts avant de reprendre son histoire la voix tremblante.

« Ma mère me manquait toujours autant mais je commençais à me faire à son absence. J'avais l'habitude du silence du manoir. Je... » sa voix se coupa alors que la boule dans sa gorge grossissait encore et encore. Il passa sa main tremblante sur son visage. « J'avais accepté la mort de ma mère, aussi injuste soit-elle. Pour moi la famille Agreste ce n'était plus que mon père et moi. Il s'isolait mais je l'aimais quand même et je faisais tout pour renouer nos liens. »

Son corps se mit à trembler de plus en plus, il savait qu'il allait devoir en parler. Que Aisha attendait l'information principal mais c'était dur. En parler à haute voix, c'était confirmer ce qu'il s'était passé un peu plutôt avec son père et sa mère. Adrien retint alors un sanglot tandis qu'il retira sa main de son visage afin de fixer ses pieds avec un regard vide.

« J'avais fait le deuil alors que mon père ne l'a jamais fait. Pour lui, ma mère pouvait encore être sauvé et il a tout fait pour en tout cas. » Il releva doucement son regard vers Aisha toujours aussi vide. « J'avais fais le deuil de ma mère et il y a quelques jours, j'ai vu son corps en décomposition marcher vers mon père. Mon père avait fait un pacte avec un démon et il en a payé le prix... J'en ai payé le prix. »

Il mit machinalement sa main devant sa bouche empêchant sa nausée de faire des siennes. Adrien était dans tous ses états. Parce que son père avait trahis sa confiance et parce qu'il ne se rappellerait plus de sa mère comme étant la plus belle femme qu'il ait jamais vu. Les larmes se mirent à perler une nouvelle fois sur son visage alors qu'il cacha son visage derrière ses bras.

« J'ai fais de mon mieux pourtant. J'essayai de rendre fier mon père, je voulais juste qu'il me remarque et maintenant... Maintenant je n'arrive plus à le voir en face. Tout est de ma faute... J'ai fais de mon mieux mais c'était pas assez et maintenant... Maintenant il ne reste plus rien de ma famille. Rien du tout... »


Aisha d'Andros
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Aisha d'Andros

| Avatar : Kiana Ledé


So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 J8e7

If I could fly across this night
Faster than the speed of light
I would spread this wings of mine
Through the years and far away

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 2ce8e7714d5b582d31e1da1ef61320092e75471c



| Conte : Winxclub
| Dans le monde des contes, je suis : : Layla d'Andros, fée des fluides

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 201105074320284592

| Cadavres : 1066



So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 _



________________________________________ 2021-05-10, 17:36

The street of broken hopes
Ft. Chat Noir


Évidemment que je ne m'étais pas attendue à cela. L'état d'Adrien, celui dans lequel je le voyais maintenant, semblait ne dévoiler que le dixième de ce qu'il ressentait vraiment. Le vide dans lequel il semblait être tombé me laissait cette mauvaise impression que même en lui tendant la main, je peinais à le rattraper. C'est pour quoi je ne pus me contraindre à le lâcher lorsque je le pris dans mes bras et que je le serrais tout contre moi. Je ne savais pas ce qu'il s'était passé et ce qui l'avait atteint à ce point mais j'espérais que, peut-être, je puisse l'aider par mes gestes vains.

Le temps passa ainsi et Adrien finit par se reculer de moi, déviant un regard embué qu'il essuya de ses manches. Je me redressai et attrapai le sac mouillé avec lequel il était arrivé pour l'amener dans une chambre tierce - une chambre qui avait plus tendance à me servir de bureau comme je n'invitais pas grand monde ici. Je profitai que mon ami soit dans la salle de bain pour ranger un peu mes affaires et déposer les siennes sur la commode. Je refis le lit en silence, toujours dans mes questions sans réponses, attrapai une serviette de bain rangée dans un tiroir puis sortis de la pièce apprêtée. Les mèches blondes du garçon se laissait percevoir au-dessus du canapé. Je m'en approchai, découvrant alors derrière le masque de superhéros un regard enflé, rougi et profondément... détruit. Mon bras s'abaissa légèrement, serviette en bout, alors que je rencontrai le visage d'Adrien. Il me sourit et attrapa l'objet sans un mot. Je ne sus pas quoi dire non plus, trop absorbé par ce qu'il avait bien voulu me montrer à l'instant... Une partie de sa peine encore injustifiée pour moi. Plagg quitta le canapé et j'y prenais place auprès de son propriétaire.

"Tu sais que tu seras toujours le bienvenue ici, Adrien. J'ai surtout été surprise par ton état... Sa tête s'était enfoui dans la serviette que je lui avais donné et l'inquiétude ne fit que plus monter de mon côté. Je serrai les poings sur mes genoux, hésitante à aborder le sujet. Qu'est-ce qu'il se passe ? Peut-être que je peux t'aider, Adrien..."

Il semblait peiner à en parler mais sûrement pour ne pas me laisser avec mes questions, il s'engagea sur ce terrain glissant. Commençant par la mort de sa mère dont, en effet, il m'avait déjà parlé par le passé, lorsqu'il m'avait soutenu avec le décès de Nabu, il m'expliqua les conséquences que le deuil avait eu sur lui et son père. Toujours avec difficulté, le garçon témoignait de l'absence de ses deux parents puisque l'un se bloquait dans le deuil de la mort de l'autre. Je réalisai que ce dont il me parlait ne datait pas d'hier mais que malgré tout, je n'avais jamais pu suspecter quoique ce soit. Il ne laissait rien percevoir... Jusqu'à aujourd'hui. Le nœud du problème s'approchait et son corps réagissait en conséquences. Je me mordais la lèvre, redoutant le pire. Il me traversais l'esprit de lui proposer d'arrêter là s'il préférait, qu'il n'était pas obligé de m'en parler. Mais en l'observant donner toute son énergie et sa force à l'élaboration d'une phrase qui saurait résumer la source de son malheur, je n'osais plus l'arrêter dans son élan. Je n'ajoutai rien, écoutant en silence.

Puis Adrien redressa son regard vers moi et prononça ces mots. Sans que je ne puisse exactement imaginer la scène, même mon imagination ne me le permettrait pas, j'écarquillai deux grands yeux à ce que je réalisais être la réalité de mon ami. Ce n'était pas une mauvaise histoire à raconter pour faire peur ou un cauchemar dont on finit par se réveiller. Adrien avait vécu ce que je comprenais comme la résurrection de sa mère - ou du moins de son cadavre en décomposition - en plus de la chute de son père dans le tréfond des Enfers... Peut-être pas physiquement mais pour psychologiquement, sûrement. Qui pouvait demander une telle chose ? L'aurais-je fait pour Nabu ? Non... Je n'aurais pas osé aller aussi loin, je ne crois pas. Aujourd'hui, j'acceptais sa mort même si son absence, encore, me laissait un vide immense que je ne pensais pas pouvoir combler un jour.
Ce qui arrivait à Adrien était le pire sort qui pouvait s'abattre suite à la mort de sa mère, pour que même les vivants soient atteints à ce point. Déglutissant, il ne put empêcher d'autres larmes de couler et les masqua avec son bras sous mon regard impuissant. Aucun geste, aucun mot, ne saurait réparer ce qui a été brisé en une décennie. La seule chose que je pouvais faire était de le soutenir de ma place d'amie - celle qui n'avait rien vu et ne pourra sûrement jamais savoir le poids qu'il portait sur ses épaules mais qui promettait de ne pas le laisser seul dans cette passe.

"Ce n'est pas ta faute ! Lançais-je avec détermination. Tu ne pouvais pas savoir tout ce qui allait se passer, personne n'aurait pu prévoir ça. Adrien, je... Je serrai les dents, tant j'avais des difficultés à choisir mes mots, et finis par m'approcher d'une place de lui. Je suis désolée. Je ne pensais pas que la mort de ta mère avait fait tant d'impacts dans ta famille et dans vos vies... Ton père s'est laissé submerger par des émotions négatives qui l'ont conduit à ne jamais... Accepter... Qu'elle puisse être partie pour toujours."

Je ne connaissais pas l'homme qui avait passé le pacte avec un démon mais je savais à quel point sa décision avait fait perdre de son côté. Non seulement, il n'avait pas récupéré sa femme mais il avait en plus perdu son fils. Je refusais de croire, comme Adrien le disait, qu'il n'y avait plus rien de cette famille, mais il était certain que ce qui restait avait été brisé en mille morceaux. J'en récupérais une partie chez moi ; le fils était détruit pour avoir été le seul à bien agir. Si ce n'était pas injuste...

"Tu as fugué de chez lui si c'est bien ce que je comprends, n'est-ce pas ? Je marquai un silence. Reste ici autant de temps qu'il te faudra, il est évident qu'il va t'en falloir vu... Ce qu'il s'est passé."

La scène me semblait inimaginable et pourtant, lui l'avait vécu avec ses propres parents, comme littéralement plongé en Enfers. Et il était là. Brisé. Fuyant. Recroquevillé sur lui-même pour vivre un second deuil alors qu'il se remettait du premier. Pourquoi lui ? Il ne méritait pas tout ça... Pas lui.
Mon front se posa délicatement contre son épaule, me refusant à m'éloigner.

"Tu ne mérites pas tout ce qui t'arrive, Adrien. Je t'en prie ne te blâme pas toi-même... Tu ne mérites rien de tout ça. Dis-je en hochant négativement la tête contre le tissu du garçon. Je suis désolée..."

made by black arrow
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88461-2nd-round-layla-d-and http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88475-liens-feeriques-d-ash http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t88476-chrono-d-aisha#1262756


Contenu sponsorisé




So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir) - Page 2 _



________________________________________

 Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

So thanks for making me a fighter (aishaxchatnoir)





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations



Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser