« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur le Pack Gaming Mario PDP Manette filaire + Casque filaire ...
29.99 € 49.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Camping Paradis [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
+2
Dinah Smith
Ishanee L. Vimaan
6 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage


Dinah Smith
« “So you run on gasoline!” ...»

Dinah Smith

| Avatar : Leah Pipes

Camping Paradis [Fe] - Page 2 4j0m
"Tu vois Ish, l'alcool, c'est bon, mais pas sur toi, ça ferait tourner ta tête jusqu'à...je veux pas imaginer jusque où! Alors pas touche, ok? Et arrête d'hocher la tête en regardant mon verre!"

Camping Paradis [Fe] - Page 2 Rf8v
Je sens que la formation, ça va être ardu !

Camping Paradis [Fe] - Page 2 Unbo

| Conte : Planes 2
| Dans le monde des contes, je suis : : Dynamite

Camping Paradis [Fe] - Page 2 Egw9

| Cadavres : 162



Camping Paradis [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2020-04-18, 12:20 « “So you run on gasoline!” ...»

Camping Paradis [Fe] - Page 2 3yfsCamping Paradis [Fe] - Page 2 Tb35
Camping Paradis

Dinah s’abandonnait un peu au bercement du car, presque somnolente de sommeil écourté, mais finalement bien heureuse de la surprise qu’on lui avait réservée. Au moins n’avait-elle pas été la seule à prévoir grand pour cette escapade de deux jours, même si une fois la cargaison embarquée, elle oubliait progressivement son stress de dernière minute. Si elle avait promis à Ben de le lui faire payer, bien évidement ne fallait-y entendre qu’une simple petite revanche à charge de plaisanterie. Qui se plaindrait décemment d’un week-end surprise au coeur de la nature ? Pas Dinah. En tout cas, pas cette Dinah là. La nature l’accueillait comme un habitat naturel, une seconde maison. Plus que s’y ressourcer, elle s’y sentait chez elle, tout comme Ben, elle en était persuadée. Quel autre endroit pourrait-il plus symboliser leur maison initiale que la forêt ? Elle mourrait d’envie de sentir l’odeur des pins. Se retrouver à l’intérieur d’une voiture lui paraissait à présent moins inconfortable qu’à l’issue de la malédiction. Maintenant, elle perdait presque cette impression d’être dedans sans être, sans faire corps avec la ferraille. Est-ce que toutes ces sensations disparaîtraient avec le temps ? Est-ce qu’un jour, finirait-elle par oublier ce que c’est que d’être une voiture. Peut-être devrait-elle en parler avec Ishanee ? Non, vraiment pas la peine. Il fallait accepter, voilà tout. Il n’y avait pas d’autre issue, pas d’autre option. Accepter et avancer. Et le réconfort auprès de ses amis vallait toutes les consultations du monde. Et puis, pour dire la vérité, elle n’était pas très médecin même si elle favorisait le dialogue et la compassion.

Détournant le regard d’Ishanee et Val, elle posa le regard sur ses compagnons de voyage. Visiblement Liliann avait écopé d’une voisine chaleureuse et Dinah en ressenti beaucoup de joie et soulagement à voir échanger les deux femmes. La pauvre âme avait traversé tant d’épreuves qu’un esprit bienveillant de plus dans sa vie ne serait pas de trop. Elle avait remarqué l’errance frêle et presque sans but de leur nouvelle colocataire, effarouchée, comme s’excusant de sa présence et se reprochait souvent depuis son arrivée de n’avoir pu encore échanger avec elle. Mais ne se voyait décemment s’imposer à sa table le soir, elle qui prenait tant soin de s’y trouver seule. Le camping permettrait sûrement de poser des liens plus naturels et instinctifs et de faire tomber certaines barrières.
L’autre couple lui était inconnu. Tout du moins, l’autre Dinah qui avait fait une arrivée clinquante dans une tenue pas des plus appropriées mais très élégante, elle devait bien le reconnaître. Une fille intrigante, dans le bon sens du terme. Même si elle ne voyait pas du tout comment Ben avait pu être amené à la rencontrer. Mais peut-être que cela s’expliquait par son ami… Il lui semblait l’avoir déjà vu
quelque part mais ne parvenait pas à mettre le doigt dessus. Pourtant son prénom était si rare ! Llwynog, elle l’aurait forcément retenu…
Elle fronça les sourcils mais fini par se résigner à abandonner, cela ne lui revenait pas. De sa main droite, elle caressa la tête de Val machinalement. Le chien s’était endormi la tête sur ses genoux et il fallait dire qu’il pesait son petit poids ! Mais loin de l’idée de Dinah de s’en défaire, sa présence était rafraîchissante. Le garage était dépourvu d’animaux, Ben n’en n’étant pas très friand, peut être parce que leur monde d’origine en était dénué il fallait faire une croix sur une présence future du moins tant que Sally n’aurait pas réussi à le convaincre. Elle laissa échapper un presque sourire à l’image d’un petit chiot dissimulé au garage au nez et à la barbe de Ben. Pourvu que Sally n’ait jamais une pareille idée en tête ! Et n’ait jamais l’idée de demander de l’aide à Ish, pour ça. Il n’y aurait jamais complice plus motivée que sa meilleure amie si survitaminée. Elle lui semblait pareil à un arc-en-ciel, vif mais si fragile, comme un miracle éphémère et vivifiant après une longue marche dans le noir.
Sa mission à elle était différente : Éteindre les feux et veiller la flamme.

Les paysages mouvaient, se faisaient, se défaisaient… Les arbres devenaient des maisons, les maisons s’évanouissaient derrière des champs. Ishanee piquait un petit somme et Dinah fredonnait une petite chanson. Son regard revint sur ses compagnons de route et s’arrêta à nouveau sur l’homme brun à côté de l’autre Dinah. Elle venait de se souvenir d’où venait son impression de déjà vu. Aussi lui adressa-t-elle un petit signe amical de la main et se pencha vers lui.

-Je n'ai pas fait le rapprochement tout de suite, désolée...mais...tu es le nouveau partenaire de Ben, non?

Elle s’en voulu automatiquement de l’avoir dérangé, Llwyn sursautant légèrement, perdu dans ses pensées. Elle ne pouvait évidement pas savoir qu’il continuait de paniquer, terrorisé à l’idée de faire une mauvaise impression et de décevoir son partenaire. Elle l’observa néanmoins se ressaisir et pencher la tête sur un côté :

- Je... Heu, oui, c'est exact !"

Il esquissa un sourire que Dinah trouva timide :

-"Vous êtes une de ses amies... Enfin, c'est logique. Je suis ravi de vous rencontrer !"

Visiblement le jeune homme semblait mal à l’aise et c’était sûrement sa faute, elle qui l’avait dérangé sans crier gare. Peut-être n’aurait-elle pas dû ? Elle n’avait pas la volonté d’être intrusive ni dérangeante et ne voulait pas qu’il l’a voit ainsi:

- Désolée je t’ai tiré de tes pensées ! s’excusa-t-elle en baissant un peu la tête avant d’opiner : Moi aussi, ravie de vous rencontrer! On peut se tutoyer...enfin...comme tu veux!

Elle se demanda si elle avait été malpolie de le tutoyer d'emblée et pour le convaincre de sa bonne foi, chargea le jeune homme d’un grand sourire :

- Oui une de ses amies et ancienne collègue aussi..enfin d’avant là malédiction.

- "Oh, il n'y a pas de mal. J'ai souvent tendance à être... Ailleurs."

Son air laissait présager « surtout dans des situations pareilles » même s’il ne le précisa pas à voix haute. Dinah ne le lui fit pas remarquer. Elle le comprenait dans un certain sens, elle-même n’aurait sûrement pas été très loquace si elle s’était retrouvée subitement entourée d’inconnus. Bon, elle bravait pire chaque jour mais tout de même, les situations sociales pouvaient être bien plus compliquées à gérer qu’un feu, surtout lorsque nos émotions prenaient une trop grande place.
Llywnog acquiesça docilement à sa demande pour qu'ils se tutoient :

- "Oh, vo... Il se corrigea immédiatement, Tu as la chance de le connaître depuis longtemps alors ! Ce n'est pas trop... Déstabilisant, tous ces changements ?

Elle réfléchit à sa question concernant la malédiction avant de lui répondre, ne voulant pas réellement l’embêter avec ses problèmes personnels. Mais ne voulant pas non plus lui mentir. Chacun devait finalement se sentir quelque peu vide, non ? Elle opta pour la franchise :

- Hum...si très déstabilisant. Disons que je n’avais rien d’humain auparavant et c’est difficilement assimilable comme réalité. On a l’impression d’être presque folle. J’ai mis énormément de temps à m’en remettre pour être franche j’ai même voyagé pour essayer de me retrouver... ça a marché je crois. J’ai assimilé en tout cas! Et pour toi? »

Elle espéra que le fait d’avoir précisé qu’elle n’avait rien d’humain avant ne l’inquièterait pas trop. Elle n’aurait peut-être pas du le formuler comme ça. Mais balancer à autrui que l’on avait été une voiture produisait, parfois des réactions diverses mais interloquées toujours et elle ne souhaitait pas qu’il puisse se sentir coupable ensuite de sa réaction.
Il avait opiné à l’écoute du passé de Dinah.

- "Je vois, et je comprends aussi. Avant, je n'étais qu'un vulgaire robot fait pour amuser et distraire les enfants... Alors niveau humanité, je n'étais pas au top de ma forme non plus. Pour m'y faire, je n'ai pas fait de voyage mais j'ai eu le soutien indéfectible de mes parents adoptifs. Et... Je pense être relativement équilibré maintenant ! Assez pour reprendre une vie normale, en tout cas."

-« Nous sommes tous deux initialement faits de ferraille alors! J’étais une voiture humanoïde c’est tout aussi bizarre à concevoir aussi »
Elle marqua un silence puis demanda :

- Ça va ? Il n’est pas trop impressionnant au boulot?

Elle désigna Ben du menton mais cette précision semblait presque inutile. Evidemment qu’il saurait à qui elle faisait référence. Personne n’ignorait que Ben n’avait pas son pareil pour en imposer naturellement. Il n’était pas d’une nature arrogante pourtant mais l’aura qu’il dégageait n’avait pas son pareil. Une autorité naturelle qu’il était difficile d’ignorer et il allait de soi que Llwyn n’avait pu y échapper. Il semblait réservé et la jeune pompière trouvait qu’aborder ce sujet lui ferait sûrement du bien.
Comme pour acquiescer à cette idée, il se mis à lui sourire un peu plus franchement.
En attendant, son interrogation concernant sa relation avec Ben au travail tira un léger rire à son partenaire :

- Ah, ça... Je suis terrorisé. Il est si compétent, et moi à côté de ça... Je ne sais pratiquement rien faire... Il eut soudain l’air paniqué : Oh non, tu ne vas pas lui répéter ça au moins ??"

L’attitude de Llwyn confirmait sa première certitude. Le pauvre paraissait presque terrorisé lorsqu’il parlait de son boulot qu’il s’attira définitivement la sympathie de la pompière.
Si elle n’avait pas connu le travail avec Ben, peut-être n’y aurait-elle pas attaché trop d’importance mais en toute connaissance de cause, elle savait parfaitement l’impact qu’il pouvait avoir sur les nouveaux et n’osait pas en imaginer la puissance sur ceux qui manquaient de confiance en soi, comme cela semblait être le cas de Llwyn. Elle ne le connaissait pas suffisamment pour se permettre de poser une main compatissante sur son bras comme elle l’aurait fait avec d’autres ou encore moins de le prendre par les épaules pour lui affirmer qu’il ne fallait pas se dévaluer. Alors elle opta pour une attitude différente, qui, elle l’espérait saurait détendre suffisamment le partenaire pour qu’il se sente enfin plus à l’aise et mima le geste de se coudre la bouche :

- Motus et bouche cousue, prononça-t-elle presque malicieusement – décidément Maru déteignait sur elle quand il n’était pas là ou peut-être était-ce la présence d’Ishanee, avant de reprendre une posture plus sérieuse. Tu m’aurais dit l’inverse que je ne t’aurais pas cru: Ben fait cet effet-là à tout le monde! La première semaine je n’arrivai même pas à le regarder dans les yeux... je tremblais comme une feuille...

Elle se mis à rire, presque affectueusement, les souvenirs lui remontant en tête si naturellement puis poursuivit d’une voix douce :

- Mais il n’a pas son pareil pour tirer le meilleur de chacun alors je ne m’en ferais pas si j’étais toi... tu es à la meilleure école »

Elle le pensait. Contrairement aux inquiétudes de Llwyn, Ben n’avait que faire de son statut de débutant, il le connaissait parfaitement. Il n’y avait qu’en cas d’attitude plus motivée par la bravade que par le courage qu’il se montrait plus sec mais il n’y avait visiblement pas à s’inquiéter de ce côté là, Llwyn semblait soucieux de bien faire et prudent.
Ses mimiques eurent le bon ton de le faire sourire et progressivement un air rassuré, presque apaisé apparu sur son visage. Il buvait presque ses paroles, ce qui était une expérience inédite pour Dinah, puis souffla doucement.

- "C'est rassurant d'entendre ça... Il ne me reste plus qu'à donner le meilleur de moi-même pour ne pas le décevoir alors !"

Il resta silencieux quelques secondes, avant d'ajouter.

- "... Merci d'être venu me parler. Je ne sais pas si j'aurai osé... Je suis en territoire inconnu, et je ne connais pas grand monde. C'est vraiment rassurant de voir que personne ne va essayer de me manger."

Il se mis rire à nouveau, doucement et son air effrayé disparu peu à peu, pour laisser place à un air un peu plus enfantin et joyeux. Sa vraie nature, devina Dinah.
Elle lui fit un clin d’œil complice et ajouta

- D’ailleurs si jamais tu as besoin des conseils pour ne plus te laisser impressionner par l’ourson grognon, je suis là! En lui répétant pas pour le surnom ! »

Elle l’avait inventé sur le fait, en calquant son attitude sur celle de son grand-frère, et il fallait reconnaître qu’il collait pas mal à Ben. Il avait un coeur en guimauve qu’il ne montrait pas souvent mais que Sally voyait à foison en revanche. Un grand coeur et nul doute qu’avec une gentillesse pareille, Llwyn saurait se glisser dans les bonnes grâces de son partenaire. Après tout, s’il était là, ce n’était pas pour rien. Même elle pouvait parier qu’il y avait du Sally là dessous.

- Dans tous les cas, je comprends, je ne serais pas forcément à l’aise si je me retrouver au milieu d’inconnus alors n’hésite pas! Ishanee est très cool également une vraie boule de zénitude incarnée (elle la désigna de la main) et son chien ne mord pas non plus. De quoi passer un bon séjour! »

Llwyn hocha la tête en souriant, et juste ajouta

- "promis, je ne dirai rien !"

Elle s’en était douté. Mais s’en trouva ravie. Un futur ami, elle en était persuadée. Ne souhaitant pas plus le déranger, elle lui sourit puis se cala à nouveau dans son siège confortablement puis lança une nouvelle conversation passionnée avec passionnante avec Ishanee. Elles avaient du temps à rattraper et pas sûr que 06 heures de trajet soit suffisantes pour cela !


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Les phares qui éclairent nos routes ne sont pas forcément ceux que nous pensions au départ. Laissez-vous surprendre.
   
crackle bones


Invité
Invité

Anonymous



Camping Paradis [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2020-04-20, 18:02

Camping Paradis
Nous chercherons des trésors dans les bois
On mangera, on rira, on sera des rois
Vite on va préparer tout ce qu’il faut pour aller camper

La tente et les matelas
Les guimauves, le chocolat
On ira se baigner
Sur la plage toute la journée
Parler des enfants d’une autre femme ne dérange pas Liliann. Rien ne la dérange, en vérité. Le sujet est plus agréable que sa petite Béryl, à laquelle il ne vaut, malheureusement, mieux pas penser pour le bien de cette virée. Lili aura tout le temps de se rattraper, plus tard, au détour d’un parc, d’une rue, d’un magasin qu’elle aurait fréquenté, des doigts potelés fermement serrés entre les siens. La sensation est presque là, vivace, au creux de sa main, avivée par les souvenirs d’une époque qui n’a pas véritablement existé. C’est ce qu’elle comprend le moins, Lili, quand elle ouvre les doigts sur le ciel et sent ceux d’un autre se glisser entre les siens. Ils n’ont, au final, jamais été là et pourtant, elle les sent comme s’ils y étaient vraiment. Avait-ce le moindre sens ?

Elle ne veut pas se pencher sur la question, pas aujourd’hui. Elle préfère écouter les mots d’Amelia, ne pas louper une miette des informations qu’elle lui jette sans se douter, sûrement, qu’aucune d’entre elles ne s’effacera de l’esprit de Peau d’âne. Elle retient les noms, les ages, les aspirations. C’est plus fort qu’elle, contre sa volonté, elle ne cherche plus à lutter. À la place, elle se pare d’un petit sourire, au coin des lèvres, et encourage sa charmante voisine à continuer. Le bonheur des autres ne lui fait que du bien, pas de mal, et elle voit beaucoup de fierté, chez son aînée. Elle aussi, elle a été fière de son bébé, elle sait ce que c’est.

Néanmoins, il existe un sujet que la brune n’a pas envie d’aborder avec Amelia et qu’elle évite avec soin : celui de son mari. Liliann n’a pas, sincèrement, une bonne opinion du mariage, ni même de la paternité. Elle sait que tous les hommes ne sont pas comme ceux qu’elle a connus, dans sa vie, mais elle ne veut pas que les questions sur celui d’Amelia amènent, avec elles, des questions sur le sien. Celui qu’elle a abandonné du jour au lendemain, les papiers du divorce posés sur la table pour toute explication. Qu’y avait-il à expliquer ? Lili ne croit, de toute façon, ni à l’amour ni à la magie des contes de fées. Il n’existe rien de tel que les âmes-sœurs et les coups de foudre.

La brune ne sait pas depuis combien de temps Amelia et elle ont commencé leur conversation quand elle aperçoit, du coin de l’œil, la jolie Sally endormie sur l’un des sièges. Son regard coule immédiatement sur sa tête qui dodeline dangereusement sur le côté et le manque de ceinture pour retenir l’enfant bien calée contre son siège. Il ne faut pas être devin pour comprendre le danger de la situation et le destin de Sally. Au prochain chahut du mini-bus, la petite basculera cul par dessus tête et s’étalera au sol. Dans le meilleur des cas. Évidemment, il ne faut pas compter sur Liliann pour n’imaginer que le meilleur des cas.

« Excuse-moi, glisse-t-elle à Amelia, gênée, tout de même, de l’abandonner au milieu de leur conversation. »

Le bien de la jeune fille est, cependant, prioritaire et Lili trouvera, plus tard, le moyen de s’excuser convenablement auprès de sa voisine. Pour l’heure, la brune se lève de son siège et rejoint Sally. Elle s’accroupit devant elle, assure ses appuis pour ne pas lui tomber dessus, par inadvertance, et tend la main vers l’endormie. Tout comme ce matin, elle passe ses doigts sur sa joue avec douceur, un sourire, un poil crispé par l’inquiétude, sur ses lèvres sombres.

Malheureusement, l’effet n’est pas celui escompté. Au lieu de sortir l’enfant de ses rêves tout doucement, le contact de Lili, sur sa joue, fait sursauter Sally. Instantanément, Peau d’âne retire sa main et ne sait comment se faire pardonner, d’innombrables excuses s’agglutinant sur ses lèvres serrées. Elle se sent coupable, alors que le sursaut de la jeune fille a plus risqué de la faire tomber que le balancement régulier du mini-bus.

« Qu’est-ce qu’il se passe ? Tu as le mal de voiture ? Tu veux des oreos ? Tu regrettes pas de venir, hein ?? »

Les questions de Sally chassent l’humidité dans les yeux de Lili. Elle reprend plus de contenance, lui sourit doucement et tend les mains vers la ceinture de sécurité, pour accrocher Sally à son siège.

« Tu étais prête à tomber, Sally, attache-toi, comme ça tu pourras dormir autant que tu le voudras. Non, ne t’inquiète pas, je n’ai pas le mal des transports. Je n’ai pas faim, merci. »

Liliann attrape, alors, la main de Sally pour lui en caresser le dos, tendrement. La Princesse n’aime pas mentir, mais certaines vérités ne sont pas bonnes à entendre. Elle ne regrette pas vraiment d’être venue et elle doit bien avouer que la compagnie d’Amelia est agréable. Néanmoins, Peau d’âne ne cessera de penser que ce n’était pas une bonne idée. N’importe qui d’autre qu’elle aurait mieux convenu à cette petite escapade dans la forêt. Elle le sait. Tout le monde le sait.

« Je suis désolée, je ne voulais pas te faire peur. Rendors-toi, nous ne sommes pas encore arrivés, lui conseille-t-elle, en se relevant.

– Tu ne m’as pas fait peur ! Je n’ai peur de rien. Et maintenant, j’ai plus sommeil !

– Tu veux que je te dise un secret ? (Elle s’accroupit à nouveau devant Sally-la-têtue.) Plus tu dormiras là, dans le bus, plus tard tu pourras veiller, ce soir, pour admirer les étoiles autour d’un bon feu de camp avec tout le monde. Regarde, même Ishanee a choisi cette stratégie. »

Sally pose ses mains contre ses joues, visiblement choquée par les mots de Liliann.

« Non ! C’est vrai ?

– Miss Ranger… (Lili prend un air autoritaire, ce qui n’est, en vérité, qu’un froncement discret des sourcils.) Oseriez-vous insinuer que je mens ?

– Non, non, non, je dirais jamais ça !!!

– Bien. Alors, tu peux te rendormir, maintenant. »

Liliann tend la main vers Sally et repousse ses cheveux noirs, sur son visage, en frôlant à peine sa tempe. Elle se demande, parfois, trop souvent, si sa fille aurait eu la même peau hâlée, les mêmes boucles noires, les mêmes yeux sombres et, pourtant, si brillants, comme deux obsidiennes parfaites qui regardent le monde avec curiosité et innocence. Le même pays coule, après tout, dans leurs veines.

« Promis, je dors, je dors, regarde, répond Sally, en faisant semblant de dormir.

– Repose-toi, Sally, dit Lili. Puis elle ajoute, plus bas : Et si dans dix minutes, je ne t’entends pas ronfler… alors, je pourrai dire à Ben de tout annuler et de faire demi-tour. »

La brune ne laisse pas le temps à l’enfant de s’insurger. Elle se relève immédiatement et se glisse entre les sièges pour rejoindre l’avant. Si elle se tient près de Ben, ses menaces auront plus de poids, même si Sally est assez intelligente pour se douter que Liliann n’en fera rien.

Arrivée derrière le conducteur, Lili le touche à peine à l’épaule, pour lui indiquer qu’elle est là, et se faufile sur le siège passager. Ben lui répond d'un sourire. Six heures de route, ce n’est pas rien, même pour lui. Au besoin, Lili servira de relais. Derrière un volant, elle risquera moins de casser la bonne ambiance de leur petit voyage avec ses mauvais sentiments. Pour le moment, en tout cas, elle se contente d’admirer le paysage et de surveiller l’état du conducteur. Au moindre signe de défaillance technique, elle… avisera.

Puis, soudain, surgi de nulle part… un ronflement de la petite Sally.
:copyright:️ 2981 12289 0


Llwynog F. Foxley
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Llwynog F. Foxley

| Avatar : Mark Fischbach

Camping Paradis [Fe] - Page 2 21042901534425678617393168

Should I try to hide the way I feel inside my heart for you?
Would you say that you would try to love me too?
In your mind could you ever be really close to me?

Camping Paradis [Fe] - Page 2 21042901534425678617393169


| Conte : Five Nights At Freddy's
| Dans le monde des contes, je suis : : Foxy, le renard pirate

| Cadavres : 199



Camping Paradis [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2020-04-25, 12:01

Camping Paradis !
Get your motor runnin' Lookin' for adventure and whatever comes our way.

Ft. la Dream Team.
Les bagages furent rangées dans le coffre, et le petit groupe finit par prendre place dans le mini-bus : Llwynog fut impressionnée par le tact de la fillette, qui était parvenue à convaincre son amie d'abandonner ses valises sans qu'elle ne se froisse ni ne râle plus que de raison. Des duos se créèrent ici et là, certains se mirent l'une à côté de l'autre sans vraiment se connaître, tandis que d'anciens amis se retrouvaient dans l'optique de rattraper le temps perdu. Lui, il ne réfléchit pas plus loin et pris place à côté de Dinah - sa Dinah. C'était le choix le moins risqué : il n'allait pas devoir se forcer à trouver un sujet de conversation pour éviter un silence gênant auprès d'une inconnue, ni à paniquer au moment de parler... Ce qui serait plus agréable pour tout le monde. Alors que le moteur commençait seulement à ronronner, Sally se campa au milieu de l'allée centrale et prit la parole, se présentant une nouvelle fois, avant d'introduire les différents membres de leur curieuse épopée. Enfin, elle leur projeta la carte complète de leur destination, montrant divers points clefs et proposant plusieurs activités potentielles à faire sur place avec un enthousiasme non feint. L'ancien animatronique en fut bouche bée : elle avait vraiment de la suite dans les idées et semblait avoir réfléchit à tout, absolument tout. A présent, il ne leur restait plus qu'à trouvé une façon d'occuper les six heures à venir...

Peu importe l'heure qu'il était, il y avait toujours son lot de paroles et de murmures dans le véhicule, des échanges discrets pour se rapprocher, se réunir. L'origine des voix étaient changeantes, mais cela ne fut pas suffisant pour empêcher la petite fille de se rendormir. C'est vrai qu'il était relativement tôt, et qu'elle semblait dépenser beaucoup d'énergie à planifier, se réjouir et sautiller partout comme elle le faisait. A ses côtés, Dinah semblait somnolente, aussi : c'était un miracle qu'il ait réussi à la tirer du lit à une heure pareille... Il se demandait si elle trouverait le moyen de le lui faire payer pendant le week-end. Devait-il s'attendre à recevoir un seau d'eau gelée en pleine figure, un beau matin ? Ou quelque chose d'un peu plus... Sournois ? L'idée lui tira un léger sourire, et ce fut ce moment précis que choisit l'autre Dinah pour venir le voir. Leur échange fut agréable, et le rassura grandement : lui qui avait peur de ne pas réussir à s'intégrer, de ne pas savoir comment se faire accepter, commençait à se dire qu'il avait peut-être paniqué un peu trop vite... Si toute la bande était aussi sympathique, avenante et agréable, il ne pouvait rêver de mieux.

« Hm... »

Une amorce de voix, dans son dos. Il reporta son attention sur son amie, qui semblait parfaitement réveillée à présent. ... Oh, peut-être que leur discussion l'avait privée d'un repos amplement mérité ? Est-ce qu'il était trop tard pour essayer de s'excuser... ? Dinah se réinstalla convenablement et lissa ses vêtements, avant de reprendre la parole.

« T'es sûr que c'est trop tard pour s'en aller ? Parce que déjà qu'une sortie camping c'est la pire sortie que tu pouvais me proposer, mais, t'as vu ceux qui nous accompagnent ? »

Il battit plusieurs fois des paupières, comme s'il se demandait s'il avait bien compris... Mais son air abasourdi fut bien vite remplacé par un léger sourire.

« Maintenant qu'on est dans le mini-bus, j'aurai tendance à dire que oui, c'est bien trop tard pour faire demi-tour... Et tu ne voudrais pas faire de la peine à Sally, quand même ? Elle a l'air de t'avoir déjà adoptée ! Ça lui briserait le cœur d'entendre ça... Heureusement pour nous qu'elle dort. »

Elle eut une discrète moue, comme si elle avait oublié ce détail.

« T'as raison, la petite Sally est trop mignonne, j'ai pas envie de la rendre triste. »

Lui, il sourit un peu plus.

« Vraiment ? ... Son ton se faisait taquin, joueur. Finalement, tout n'est peut-être pas perdu avec toi... Tu peux être gentille quand tu veux ! »

Ses propos semblèrent la choquer - mais il voyait une lueur amusée dans son regard et la semi présence des fossettes, ce qui la privait de toute crédibilité.

« Bien sûr que je suis gentille ! Tu en as déjà douté ? »

« Moi ? Jamais voyons. Il feignait l'innocence à la perfection. Je n'ai jamais été programmé pour penser du mal des autres. »

Elle leva les yeux au ciel.

« C'est ça, oui... Enfin. Et l'autre, là, qu'a le même prénom que moi elle se prend pour qui celle-là ? Tu la connais ? Montre-la moi je vais lui en toucher deux mots. »

Sa véhémence le surprit : certes, cela ressemblait plus à la Dinah qu'il connaissait, mais ça sortait presque de nulle part.

« Elle... Voulait juste sympathiser ? ... Je crois ? Il n'y a pas de mal à ça, si ? Soudain, il eut l'air un peu plus embêté. Tu ne vas quand même pas faire toute une scène juste pour ça ? »

Elle haussa les épaules.

« Qu'elle sympathise si elle veut ! Tant que ce n'est pas avec moi. Je n'aime pas les personnes qui n'ont pas de personnalité. Sérieux, qui l'a permis de prendre le même nom que moi ? »

Sa réponse lui tira un rire discret, doux, et il finit par pencher la tête sur le côté.

« Tu sais, tu choisis rarement ton propre prénom... Mais si ça peut te rassurer, tu restes parfaitement unique. Crois moi. »

« Il est encore temps de changer de prénom. Elle croisa les bras, l'air faussement fâché. Il suffit d'aller faire la demande en mairie, c'est pas bien compliqué ! Et, oui j'espère bien que je suis unique. Personne ne m'arrive à la cheville, ça c'est clair. »

« Vu le maire qu'on a... Ses propos se ralentirent, se firent plus hésitant alors qu'il semblait réfléchir à ce qu'il allait bien pouvoir dire. ... J'ai bien peur que l'affaire soit un poil plus compliquée que cela. Et peut-être qu'elle ne souhaite pas changer de prénom ? Sinoooon... Pour vous différencier, on peut vous appeler Dinah 1 et Dinah 2. ... Je te demande même pas comment tu veux être appelée, je crois que j'ai déjà ma petite idée. »

« Nous différencier par des numéros ? C'est bien une idée de robot. Moi je propose de m'appeler "Dinah la seule et l'unique et la meilleure qui existe" et, l'autre... Bah tiens, "l'autre" c'est un beau nom non ? »

« Je ne suis pas sûr que ton idée soit meilleure, procéder par jugement de valeur n'est jamais une bonne chose... Et puis, tu devrais peut-être lui demander son avis, avant de choisir pour elle ? »

« Hum... Non. J'ai pas envie de parler avec une imposteur. »

Ils continuèrent de se chamailler pour de faux, inventant d'autres prétextes pour se faire, quand soudain Llwynog eut l'impression d'être observé... Il ne lui fallut par longtemps pour repérer le visage de Sally, à demi caché entre les deux appuis tête des sièges, devant eux : elle les observait avec une attention accrue, et un regard pétillant de malice.

« Bah tiens, t'es réveillée toi ? »

« J'espère que ce n'est pas de notre faute... On faisait peut-être un peu trop de bruit ? »

La fillette fit non de la tête, avant de se mettre à chuchoter :

« Je faisais semblant pour pas que Lili soit triste. Je suis bonne actrice hein ?»

La remarque fit rire Dinah, qui acquiesça.

« Oui, très bonne actrice en effet ! »

« J'essaie en tout cas ! Sinon comment arriver à mes fins ? »

« Il y a d'autres moyen, je crois... Il pencha la tête sur le côté, avant d'ajouter en souriant. Mais je crois que tu as déjà trouvé ta voie de prédilection, ce serait bête de se fatiguer pour rien. »

Sa remarque lui attira une petite tape sur l'épaule, tandis que son amie le corrigeait :

« Mais non ! Elle a raison, c'est le meilleur moyen. je t'apprendrais mes petits secrets si tu veux ! »

La proposition capta définitivement l'attention de la jeune fille, qui abordait à présent un grand sourire.

« Oh oui ! Surtout pour parler aux garçons ! Et, de fil en aiguille, son regard dériva doucement vers Llwynog. Dis, c'est quoi ton genre de fille ? »

Il... ne s'attendait définitivement pas à ça : la question le prit au dépourvu, et il resta quelques secondes à cligner plusieurs fois des yeux, comme s'il se demandait s'il avait bien entendu.

« Je... ne suis pas sûr de comprendre la question ? »

Son regard se porta sur Dinah, dans un appel au secours silencieux... Qu'elle se fit un devoir d'ignorer.

« C'est tout simple ! Quel est ton style de fille ? Blonde, magnifique et mince ? »

« Gentille ? Sûre d'elle ? Intello ? renchérit la petite sans hésiter. »

Ce qui ne fit qu'augmenter sa perplexité.

« Tu ne serais pas en train de te décrire toi, là ? »

« Siiii, c'est E.XAC.TE.MENT Dinah je trouve ! »

« Donc, ça veut dire que tu me trouves magnifique ? Je sais, je sais. »

L'ancien animatronique ne prit même pas la peine de rebondir sur leurs propos, il était toujours en train de réfléchir, les sourcils légèrement plissés.

« Je crois que... Je n'y ai jamais réfléchi avant. Mais... C'est un complot ? Vous vous êtes toutes les deux liguées contre moi, c'est ça ? Pourtant, Ben ne m'avait pas prévenu qu'il y aurait un entraînement aux interrogatoires... »

« Ben n'est jamais au courant de tout... »

« Et puis, ce n'est pas un interrogatoire ! Tu es libre de répondre ce que tu veux. De toute façon, il faut bien tuer le temps. »

« Mais j'aimerai la réponse. ... Pour voir si j'ai mes chances. dit-elle, en battant des cils et en abordant une moue adorable. Comment résister ? »

« Et... Je ne sais pas, c'est une réponse acceptable ? Sally fit non de la tête, et cela lui donna davantage l'envie de se faire tout petit, presque comme pour disparaître dans un trou de souris. [color=#2E8B57]Je ne sais vraiment pas quoi répondre... Oui, Dinah est très jolie, mais je ne sais pas si c'est suffisant pour dire que c'est mon "type" ?[/color.] Il marqua un très court temps d'arrêt, avant de se souvenir des paroles de la petite. Il sourit. Et tu es très mignonne aussi, Sally. »

Pour appuyer ses propos, il lui ébouriffa gentiment les cheveux dans un geste affectueux.

« Bien sûr que je suis jolie ! De toute façon, je suis le type de tout le monde. »

« Et toi, Dinah ? C'est quoi ton type ? demanda-t-elle, du tac au tac. »

« Moi ? ... Elle le regarda de haut en bas, avant de répondre. Sûrement pas Llwyn, en tout cas. »

La remarque fut loin de le vexer, et il se contenta simplement d'hausser les épaules en esquissant un léger sourire : avec le temps, il avait pris l'habitude de ce genre de pique. Sally, elle, lança un drôle de regard à la jeune femme.

« Ah bon ? Pourtant il est gentil attentionné et bel homme. »

« Mouais. Elle haussa les épaules à son tour.Non, je mérite mieux. »

« Je pense qu'il y a pas mieux... Sauf Ben. Mais mon papa est pris. sur la fin de sa phrase, elle avait baissé sa voix, comme s'il s'agissait d'une confidence top secrète... Mais son regard disait clairement "pas touche !" »

« Oh t'en fais pas je comptais pas avoir une quelconque relation avec ton père ! Elle posa un doigt sur ses lèvres, fit mine de réfléchir pendant quelques secondes, et...Et toi alors Sally, ton type de mec ? »

« Ça a l'air d'être un sujet délicat, chez Dinah, vu sa façon de changer de sujet... Il rit doucement. Mais ne t'en fais pas, on laissera ton papa tranquille. »

De toute façon, ce n'est pas comme s'il s'imaginait réellement avoir ce genre de discussion avec Ben... Rien que d'imaginer la chose le stressa bien plus que de raison. Fort heureusement pour lui, il n'eut pas le temps de trop s'y attarder puisque déjà, Sally reprenait la parole.

« Mon type à moi ? J"ai besoin de personne pour le moment mais je dirais tout comme Ben ou Llwyn moi ! C'est le type de tout le monde ! »

Dinah ne semblait vraiment pas de cet avis, et leva les yeux au ciel.

« Tu verras quand tu grandiras. »

« Alors j'attendrai d'être plus grande ! »

Llwynog acquiesça.

« C'est une bonne décision. Tu as tout le temps de t'en préoccuper plus tard !»

« Tout comme toi de comprendre mon papa ! »

... Décidément, son sens de la répartie était presque ahurissant.

« Euuuh... Il esquissa un sourire, légèrement gêné. Là, il y a encore de quoi faire, effectivement... »

« Je suis sûre qu'il t'adore, t'as pas de souci à te faire ! »

« Bien sûr qu'il va t'adorer ! Tout le monde t'adore ! Précisa-t-elle, non sans lancer un discret regard vers Dinah, qui le remarqua sans mal. »

« Presque tout le monde, oui. lança-t-elle en lui adressant un clin d’œil complice. »

Sur ce, elle se leva et s'excusa, annonçant qu'elle devait aller voir Ben pour lui demander quelques renseignements. Llwynog la regarda s'éloigner, avant de reporter son attention sur la fillette.

« Bon, il nous reste encore... Il jeta un rapide coup d’œil à sa montre. Trois bonnes heures de route. Ca te plaira que l'on fasse des jeux de société, en attendant ? »

« Ouaiiiiiis ! »

Le reste du trajet s'égrena au rythme des parties : ils enchaînèrent plusieurs jeux, d'abord un uno, puis les petits chevaux, le monopoly, le cluedo, ... D'autres joignirent à eux pour en profiter et passer le temps. Des éclats de rire se faisaient entendre de temps à autre, et Sally semblait être la plus heureuse du monde.

Enfin, quand ils arrivèrent, Ben gara le véhicule sur le parking qui lui était dédié, puis demanda gentiment à Llwyn d'aller prévenir le gérant de leur arrivée, afin que tout soit au point pour leur grand départ. L'animatronique lui lança un regard interrogateur, comme s'il doutait de sa capacité à mener à bien cette mission - pourtant relativement simple - mais il ne trouva pas le cran de protester de vive voix alors... Il se résigna à lui obéir docilement, non sans prévenir Dinah qu'il allait devoir s'absenter quelques instants au préalable. Pouvoir enfin se dégourdir les jambes convenablement était plutôt agréable, tout compte fait. Il se dirigea vers le bâtiment qui faisait office d'accueil, et tomba sur un vieil homme qui lui donnait presque l'impression de l'attendre... Ce qui devait être normal, puisqu'il devait être prévenu de leur arrivée imminente. A peine le vit-il que son visage se fendit d'un grand sourire, alors qu'il contournait son comptoir pour venir le saluer convenablement.

« Monsieur Ranger ! Enchanté ! Vous êtes prêts pour le voyage ? »

« Ah heu... Bonjour ! Mais je suis pas monsieur Ranger, je suis... Un ami ? Il m'a demandé de vous prévenir de notre arrivée, alors... Voilà, c'est chose faite, je suppose ? Je dois aller chercher les autres ? »

« Non, non, ne vous en faites pas ! Il s'approcha encore un peu. Dîtes moi juste combien vous êtes... Et le nombre de personnes qui ont déjà campées. »

« Nous sommes six adultes et une enfant et... Il vérifia ce qu'il disait, comptant sur ses doigts pour s'aider. Il y a peut-être... Deux ou trois personnes qui n'ont jamais fait de camping ? »

La réponse fit sourire l'homme.

« Ne vous en faites pas. Le chemin a parcourir n a rien de monstrueux. La zone protégée de White Mountain n'a pas eu de soucis depuis 1789. »

... Ce qui était plutôt une bonne nouvelle, en soi. L'endroit semblait être relativement sûr.

« C'est rassurant à entendre ! dit-il en souriant à son tour. »

« Je trouve aussi... White Mountain est une zone pleine de mystères ! »

« Vraiment ? Il comprenait mieux pourquoi Sally avait choisi cet endroit en particulier. Peut-être voulait-elle jouer à l'apprentie inspecteur ? Je sens qu'on va bien s'amuser ce week-end ! »

« Vous me direz cela à la fin, Llwynog... »

Et l'ancien animatronique faillit partir, comme si de rien n'était... Avant de tiquer : comment connaissait-il son prénom ?

« Hé ! Je... »

Mais lorsqu'il se retourna, le vieil homme avait disparu de son champ de vision, comme s'il s'était évaporé. Étrange...


b l a c k f i s h

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Oh girl I hate to let you go
I don't know how to feel, do you want this love of mine? I thought about staying quiet, but you deserve to know the truth.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84861-i-ve-been-push http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84959-i-won-t-break-you-unless-you-deserve-to-be-broken-llwynog-f-foxley#1193207


Dinah Price
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Dinah Price

| Avatar : Emma Roberts

Camping Paradis [Fe] - Page 2 48bc9b7a206674d84f18db5b93543e71

Doodle takes dad's scissors to her skin
And when she does relief comes setting in
While she hides the scars she's making underneath her pretty clothes
She sings: Hey baby can you bleed like me?


Camping Paradis [Fe] - Page 2 9fdf0910d703043aa13f56ab808af723

| Conte : Wonderland
| Dans le monde des contes, je suis : : Dinah, le chat d'Alice

Camping Paradis [Fe] - Page 2 419239Wonder3

| Cadavres : 788



Camping Paradis [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2020-04-27, 18:19

 
Camping Paradis

Six heures de voyage ?  Ça paraissait interminable ! Surtout avec ceux qui nous accompagnaient... Fort heureusement, Llwynog s'assit à côté de moi dans le mini-bus. Je poussais un soupir de soulagement. Je n'avais pas envie de me retrouver à côté d'une inconnue qui allait me parler. Ou pire, à côté de Liliann. L'autre Dinah, que je surnommerais l’imposteur, vint même faire ami-ami avec Llwynog. Elle se prenait pour qui celle-ci ? Je me méfiais d'elle. Déjà qu'elle avait pris mon prénom, elle allait pas non plus prendre mon ami ? On parla pendant quelques temps, puis Sally nous rejoint pour discuter. Sally savait très bien de quoi elle voulait parler, en tout cas. Elle demanda à Llwyn son style de fille, puis à moi mon style de garçon. Je soupçonnais cette petite de vouloir nous mettre ensemble. Je ne voulais pas détruire ses espoirs, mais ça n'arrivera pas. Llwyn était pour moi un ami, et depuis la mort de mon ex petit-ami, je me suis promis de ne jamais m'engager dans une autre relation. C'était trop dangereux. Du moins, pas tant que je retrouvais la personne qui avait tué mon ex. Je décidais de les laisser les deux quelques temps, et partit voir Ben, le partenaire de Llwyn. J'avais quelques petites choses à lui dire, alors autant profiter de ce moment pour ça. Je le vis en train de conduire, et me demanda si j'allais le déranger... Puis, je me suis vite ravisée. Je ne dérangeais jamais personne. J'attaquais la discussion avec une question simple, mais je ne savais pas vraiment comment faire autrement.

-C'est bien vous le partenaire de Llwynog ?

-En effet. Et je présume que vous êtes Dinah ?

-Oui. La seule et l'unique ! Je peux m'asseoir là.

Je n'attendis pas sa réponse et m'assit. Ce Ben avait l'air assez imposant. Je comprenais pourquoi Llwynog avait peur de travailler avec lui. Le pauvre était un grand peureux et lui semblait bien plus calme. Les deux ensemble feraient un sacré duo, j'étais excité de voir ce que ça allait donner. Personnellement, j'étais certaine qu'ils feraient une bonne équipe mais Llwyn pensait différemment. Il pensait qu'il serait un boulet et qu'il n'avait rien à faire ici. Il fallait dire que moi même j'avais été un peu surprise quand il m'avait annoncé faire partie des nouvelles recrues. Mais, j'avais confiance en lui, il fera ce qu'il faut pour sauver la ville ! Et puis, ça lui ferait sûrement du bien cette nouvelle expérience, ça lui permettrait d'évoluer un peu et peut-être de finir un peu moins peureux ?

-Alors, vous appréhendez de travailler avec lui ?

-Pourquoi appréhendrais-je ? Il haussa les épaules. -Il me semble pas insupportable.

-Non il ne l'est pas ! me repris-je, comprenant que Ben avait compris un sous-entendu de ma question qui n'avait pas lieu d'être. Mais... vous semblez avoir des caractères différents.

-C'est bien ce qui permettra d avoir une vision plus large des affaires, non ? Je suis sur que Llwyn pourra m apprendre plus que ce qu'il ne le pense.... Mais je lui dis pas pour ne pas lui mettre le pression.

J'étais ravie que Ben soit d'accord avec moi, bien que je ne lui avais pas fait part de mes pensées. Et cela me rassura quant à la situation de Llwynog. Il serait sûrement content d'apprendre que son partenaire est véritablement content de l'avoir lui comme partenaire. Comme il l'avait dit leurs différences permettraient d'avoir une vision plus globale des choses.

-Vous faites bien ! Entre nous, il est vraiment anxieux à l'idée de travailler avec vous ! Rien que l'idée de ce camping le paralysait... Ben rit, avant de me répondre.

-Mais il ne faut pas. Si on doit ne pas s'entendre au travail, ce serait dommage tout de même.

-C'est ce que j'essaye de lui faire comprendre !

-Tu es une bonne amie. Sally me l'a dit. Je suis ravi de voir qu'elle ne s'est pas trompé.

Ce compliment me fit sourire. Je me rapprochais rarement d'autres personnes, pour ne pas les mettre en danger mais j'appréciais que l'on remarque que je n'étais pas une si mauvaise amie, quand j'y mettais du mien. Je n'en avais pas eu beaucoup. Dans le monde des contes, j'avais eu des maîtres plutôt que des amis et même dans le monde réel, je ne m'étais rapprochée que de peu de personnes. Je ne savais pas comment toute cette histoire d'amitié marchait, mais je faisais au mieux. Ben avait l'air vraiment d'être quelqu'un qui pourrait vraiment aider Llwyn à comprendre certaines choses et j'étais ravie que ce soit lui son partenaire. Mais, je ne pouvais m'empêcher de m'inquiéter pour lui. Il m'avait raconté sa rencontre avec une psycopathe fantômatique, qui n'avait pas bien fini pour lui quand il était encore garde de nuit. Il avait de la chance d'être encore en vie à l'heure qu'il est. Et ce ne serait sûrement pas la seule fois où il rencontrerait ce genre de personnes.

-Bien sûr que je suis une bonne amie ! Je fis une pause, un peu hésitante, avant de reprendre. Faites attention à lui quand même, je n'ai pas envie qu'il lui arrive quelque chose.

-Il est flic. Il lui arrivera forcément quelque chose.

-Je me doute mais le moins sera le mieux !

-Ne t'en fais pas pour lui, je m'en occuperais.

-Parfait, c'est tout ce que je demande. Je me levais avant de reprendre. De toute façon, s'il lui arrive quelque chose, vous en serez reponsable.

-Je le sais déjà.

Je fis un petit sourire, avant de partir. J'espérais bien qu'il allait faire attention. Si quelque chose arrivait à Llwyn, je m'en prendrais à Ben tout de suite. Ils devaient faire attention l'un à l'autre. Enfin, l'un plus que l'autre. Bien sûr, je m'en prendrais aussi à la personne qui l'aurait blessé, police ou non. J'avais beau avoir très peu d'amis, je ferais tout pour eux. Même si je ne le montrais pas forcément... Je me rassis à côté de Llwyn, l'informant que j'avais eu une discussion intéressante avec Ben pour éveiller sa curiosité, sans toutefois lui en dire plus. Au bout de quelques temps, nous arrivâmes enfin au lieu de destination. Ben gara le minibus et demanda à Llwyn d'aller prévenir la personne qui nous attendait de notre arrivée. Il me prévint qu'il allait s'absenter ce à quoi je ne répondis rien. Il faisait bien ce qu'il voulait, je n'allais pas le suivre à la trace comme un toutou. Je sortis du minibus à mon tour et Sally arriva d'un seul coup et me tendit un sac. Je haussais un sourcil.

-Dinah voilà ton sac !

Je l'attrapais, pas vraiment heureuse de devoir porter un sac. Il allait falloir que je commence à compter les sacrifices que j'allais faire pour Llwyn durant ce voyage. Je lui ferais payer tout cela. Rien que l'idée du camping était déjà un réel obstacle, mais tout ça ne faisait que s'empirer. les participants, le minibus, l'imposteur, le fait que je ne puisse pas emmener mes valises et que j'ai eu à me changer et maintenant, un sac à porter ? La partie camping n'avait même pas commencée que je n'en pouvais déjà plus. Je jetais un coup d'oeil à l'intérieur du sac. Quitte à devoir le porter, autant savoir ce qu'il y avait dedans. Des couvertures bien pliés. Bon. Super. Au moins, le sac était léger.

-Merci. Qu'est ce qu'on fait maintenant ?

-On va se séparer les sacs. les hommes portent les plus lourds et on va monter une pente pour aller à l'aire de repos.

Comment ça il fallait monter une pente ? Nous en étions donc au septième sacrifice. Franchement, je me demandais quand ça allait s'arrêter. Je n'étais vraiment pas faite pour des sorties comme celles-ci. Je détestais marcher. Je restais un chat, je devais dormir !

-Monter une pente ? Les hommes ne peuvent pas me porter en plus des sacs ?

-On est que des femmes extras dans cette aventure, on a pas besoin d'aide pour ça !

-Je suis bien d'accord mais... je vais pas me fatiguer ! Je suis sûre que Llwyn sera ravi de me porter.

-Il est parti prévenir notre arrivée. Ne t'en fais pas. Elle est petite comparée à celles qui nous attendent.

Je faillis ne même pas faire attention à la remarque de Sally. Failli. Comment ça ? Ce n'était pas la seule pente qu'il fallait monter ? Note à moi même : rajouter un point dans les sacrifices à chaque pente que nous allions monter. Je poussais un soupir, clairement excédé.

-Comparé aux restes ? Ce sera sans moi, je vous attends en bas.

-Mais non ! Je sais que tu peux le faire ! Je te promets que tu ne seras pas déçu.

Je n'avais qu'une envie : prendre les clés du minibus, rentrer à Storybrooke et me recoucher tranquillement. Mais Llwyn ne me le pardonnera jamais, et Sally aussi. Je levais les yeux au ciel. Je devais prendre sur moi.

-Hum... Je verrais bien sur le moment.

-Alors faut venir ! Elle attrapa un sac très gros et qui paraissait bien plus lourd que le mien et le mit sur ses épaules. Je haussais un sourcil. -On va bien s'amuser !

-Ok, ok je viens. Mais... tu comptes porter ça ?

-Bien sûr que oui ! Ne t'en fais pas, c'est bien proportionné sur mon dos et on aura des pauses.

Je haussais les épaules. Sally avait l'air parfaitement sûre d'elle donc je décidais de ne pas plus m'inquiéter. C'était une jeune fille intelligente, elle connaissait ses limites. Je ne me souciais pas pour elle.

-Bon, comme tu veux !

-Chacun a les choses selon leur compétence. Et la prochaine fois tu auras un sac plus lourd !

Venait-elle de dire que j'étais trop faible pour porter un sac plus lourd ? Je crois bien. Je fermais les yeux, et prit une grande inspiration. Je savais très bien que j'avais des gros problèmes de colère et malgré que cette petite soit très attachante, il fallait que je fasse attention à ne pas m'énerver. Du moins avec elle. Ce n'était absolument pas une question de compétence. Je pouvais très bien porter des sacs plus lourds. C'était une question de volonté. Mais, je ne décidais de ne pas faire de remarques à Sally.

-Oh non, ça me va très bien comme ça, je ne me plains pas !

Elle s'approcha de moi en souriant. Quoi ? Elle allait m'attaquer ? Ah non. Elle me fit seulement un calin. Je lui rendis son accolade.

-Ouiiiii ! ça veut dire que la prochaine fois tu viendras encore !

Et merde, dans quoi je venais de m'engager encore ? On pouvait pas faire un retour en arrière ? Non ? Dommage, ce serait bien utile dans des cas pareils.

-Euh... On en reparlera hein ! Tu sais, j'ai beaucoup de travail.

-Ne t'en fais pas je gère !

Qu'est ce que ça voulait dire ça ? Je n'étais pas sûre de vouloir vraiment le savoir. Et de toute façon, je n'eus pas le temps de lui demander quoi que ce soit puisqu'elle partit en courant en appelant son père pour dire qu'on pouvait y aller. Bien trop excitée cette petite. Mais tant mieux, autant qu'elle profite. Je la suivis en marchant tranquillement. Pourquoi se presser sérieusement ? Nous arrivions à une table de pique-nique. Elle semblait un peu petite pour nous tous et en mauvais étât. C'était une table classique, en bois, avec de la végétation ignoble et des insectes tout autour. Je n'allais clairement pas manger là-dessus. Au moins, ça fera plus de place pour les autres. J'espérais au moins que Sally avait prévu une nappe ou quelque chose parce que ce n'allait clairement pas être possible. Au moins, le décor était beau. Il y avait de nombreux arbres au tour ainsi qu'un lac. Cela rendait les choses un peu moins horribles. Je croisais mes bras contre ma poitrine. et me tourna vers le groupe.

-J'espère que vous avez prévu quelque chose de mieux que cette table ! Je ne mangerais pas là-dessus.

Codage par Libella sur Graphiorum

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
★ I look inside myself and see my heart is black

I look inside myself and see my heart is black, I see my red door I must have it painted black. Maybe then I'll fade away and not have to face the facts. It's not easy facing up when your whole world is black
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85223-big-egos-are-big-shie http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85474-mes-petits-rps


Ben Ranger
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ben Ranger

| Avatar : Alex O'loughlin

Personnage abandonné

| Conte : Planes 2
| Dans le monde des contes, je suis : : Blade Ranger

| Cadavres : 1734



Camping Paradis [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2020-04-28, 13:15

Camping Paradis
Nous chercherons des trésors dans les bois
On mangera, on rira, on sera des rois
Vite on va préparer tout ce qu’il faut pour aller camper

La tente et les matelas
Les guimauves, le chocolat
On ira se baigner
Sur la plage toute la journée

Six heures … cela faisait maintenant six heures que Ben essayait de comprendre les méandres des plans machiavéliques que sa fille avait mis en place … 6 heures et quelques jours de plus. Lui, il avait été au courant dès le début de cette histoire étrange. Il avait su, bien plus que ce qu’il n’aurait voulu, le but réel de rapprocher Dinah et Llwyg. Il avait su bien plus que ce que sa fille le laisser croire … mais il laissait faire parce qu’il était remplis d’amabilité, et qu’il n’avait pas envie de se prendre la tête … surtout pour la seconde raison en réalité …

Il laissa Llwyg prévenir leur arrivé. Sally aurait pu le faire, mais elle était déjà en train de distribuer les sacs. Son sac à elle avait été fait avec minutie, et son père profita de la montée vers l’espace de repas pour lui rappeler les régles. Sally les énuméra comme un poème qui ne possède pas de rimes.

- On ne laisse pas de traces, on ne récupère pas d’animaux, on fait attention où l’on marche, si je me perds, et que je sais où je suis, je vais vers la zone sécurisé, si je ne sais pas où je suis j’attends que tu viennes me chercher parce que tu fouilleras chaque mètre carré de la forêt avant que je ne commence à avoir soif. Je ne crie pas, je ne saute pas, et je te parle de toutes mes inquiétudes au moment même où je les ai …. Bon et maintenant si on parlait d’amour ?

Avant que Sally ne puisse rebondir sur ce sujet, son père avait déjà fait les pas de plus pour arriver à la hauteur de la table. Sortant une bâche qu’il plaça sur la table pour inviter tout le monde à s’assoir de la main. Il plaça au centre une glacière (que oui, il allait se taper tout le long, avec son sac à dos remplit …) et sorti des assiettes en plastiques et des couverts.

- C’est l’heure du repas. A l’intérieur il y a que des salades froides. Carottes râpés, taboulés, et aussi quelques salades Sodebo. Ne mangez pas trop pour ne pas être en pleine digestion pendant la montée.


Il ne prévient pas que dans son sac, il avait des rations de survie militaire au cas où. Une ration de survie faisait trois repas. Donc, il en avait une dizaine dans son sac. Lui ne trouvait pas le goût si affreux, mais c’était autre chose. Il avait vu avec le ranger. La première escale aurait de quoi pécher ou chasser pour le repas, mais il resterait encore des restes de ce repas à ne pas douter. La seconde aussi, bien qu’il lui faudra marcher un peu plus loin malheureusement. Mais c’était autre chose.

Pendant le repas, il parla un peu … Sally parla beaucoup…. Et il fallu faire avancer le temps pour ne pas perdre tout le monde dans une lassitude d’un repas méritait. Ben, aider par les bons samaritains de ce voyage (pas Dinah, tout le monde s’en doute) nettoya la table et passa une éponge sur la bâche avant de la remettre dans son sac. Maintenant il fallait partir.

Il sourit à tout le monde avant de faire le chef de scout, sa fille à côté, bombé le torse mais n’avait aucune idée d’où allait à présent. Il trouvait cela adorable.

- Maintenant nous avons de la distance à parcourir, pas énormément. Nous ferons des pauses. Dans ce genre d’aventure, il faut communiquer. Si vous avez mal, vous êtes fatigués, ou autre, n’hésitez pas le dire. N’en abusait pas non plus. Je porte l’eau, la nourriture et une des trois tentes. Lili tu en porte une autre, et Llwyg la dernière. On choisira nos tentes quand…
- On fera un jeu pour ça !
- Sally …
- On fera un jeu pour avoir nos partenaires, c’est déjà prévu, et ensuite, une fois le camp installé, on se fera un feu de camp avec des marshmallows.

Ben poussa sa fille pour reprendre la parole. Si sa fille avait les règles de sécurité, il n’était pas sûr que tout le monde les connaisse alors il reprit. Il avait pris un téléphone satellite aussi. Mais il ne le disait pas parce que pour lui c’était tout à fait logique que le réseau normal ne passe pas là où ils vont.

- Si vous faites mal, dites le. Si vous vous perdez, ne bougez pas, on viendra vous chercher. Ne mangez pas ce que vous trouver, et ne buvez pas d’eau des ruisseaux. Dans le cas où vous n'avez pas le choix, chaque sac possède cette petite trousse.

Il sortit une trousse bleu de son sac et l’ouvrit alors devant tout le monde… Sally les avait remplit, une à une, et il ne fut même pas étonné d’y trouver une petite peluche pour ne pas avoir peur…

- Il y a ces petits bâtonnets, mettez les dans l’eau. Si le bâtonnet prend une couleur bleu, c’est que l’eau est pure, sinon, ne buvez pas. Il y a aussi un petit livret avec les plantes à ne surtout pas manger, et celle que vous pouvez. Il y a une lampe à friction, il suffit de tourner pour qu’elle se charge en lumière. Deux fusées de détresses. Une à envoyer dès que vous sentez ne pas pouvoir être retrouver, l’autre économiser là. Il y a aussi des rations en barre, elles ne sont pas bonnes, mais une suffit pour être comblé. Des questions.


Une fois que les questions furent posé (si vous désirez poser des questions, sinon, juste il n’y en aura pas). Ben reprit le sac et se mit à en marche. Pendant la marche. Sally distribue un petit livret et des jumelles. Elle marchait et écoutait les bruits.

- Ce carnet est un carnet d’observation, pas besoin de stylo, vous pouvez utiliser une branche et ça marquera dessus. Le but est de savoir ce que vous pouvez voir et observer toute en marchant. La réserve de White Mountain est connue pour être un très bon site d’observation, alors je vous ai mis les animaux les plus courants.





Comme prévenu, il va falloir marcher. Bien sûr, la marche est longue, si vous le désirez on peut faire en sorte d’y être arrivé en milieu de tour, venez me voir pour qu’on se mette d’accord. Les aléas sont nombreux donc n’hésitez pas à faire tomber des choses, à vous prendre des cailloux ou des branches … ou autres. Vous êtes assez libre sur ça, mais si ça doit impacter tout le monde demandez moi :love :

Sinon … bah … éclatez-vous ?



:copyright:️ 2981 12289 0


Amelia Peters
« La vie c'est pas de la tarte ! »

Amelia Peters

| Avatar : Alyssa Milano

Propriétaire de La Pelle à Tartes : La vie, c'est pas du gâteau mais la pâtisserie, si !

Camping Paradis [Fe] - Page 2 Sans_t21


| Conte : Le Roi Lion
| Dans le monde des contes, je suis : : Diku

| Cadavres : 3376



Camping Paradis [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2020-04-28, 22:09 « La vie c'est pas de la tarte ! »

Toujours prompte à aider, Amelia attrapa le sac qu'on lui tendit et suivit le mouvement, à quelques pas de Liliann sa nouvelle copine. Bon, personne n'avait rien officialisé mais comme les deux femmes s'entendaient Amelia en avait déduit qu'elles étaient copines. Et ça, c'était cool. Le beau temps aussi, c'était cool, étant donné qu'ils avaient prévu d'être à peu près tout le temps en extérieur. Quant à l'aire sur laquelle Ben installa le pique nique, Amelia la trouva charmante. Naturellement, elle s'occupa de servir les uns et les autres sans que personne ne lui ait rien demandé. Quand il s'agissait de nourriture, comme elle se savait qualifiée, Amelia n'hésitait pas à prendre les devants. Elle fut ravie de constater qu'une des jeunes femmes se joignit spontanément à elle - presque aussi rapidement qu'elle, en fait.
- A deux ça va aller plus vite, commenta la pâtissière. Au fait, moi c'est Amelia. Amelia Peters. Je tiens la pâtisserie La Pelle à Tartes. Et toi, tu es… ?
- Oui ça ira beaucoup plus vite, moi c'est Ishanee Vimaan, acquiesça la jeune femme avant de se présenter. Je suis psychologue en ville mais comme c'est les vacances je suis simplement Ishanee, oh c'est donc vous qui faites ces délicieuse pâtisseries ! s'exclama Ishanee avec un grand sourire de gourmande.
- Je plaide coupable, rit Amelia en continuant le service. Contente de savoir qu'elles sont appréciées. Malheureusement je n'ai pas pu en emporter, ne sachant pas trop à quoi m'attendre. Cela dit,.. mais ça doit rester un secret, ajouta la jeune femme en se penchant très près d'Ishanee tout en attrapant une salade pas encore entamée, j'ai pris des cookies. Mais si on te demande tu dis que tu ne sais rien.
Ishanee rit doucement après avoir écouté la révélation avec attention. Tout aussi discrètement, elle ajouta :
- Ohhhh des cookies, j'adore ça ! Si je suis sage j'aurais droit à un cookies alors ? Promis je ne dirais rien.
Amelia, complice, lui rendit son sourire et opina d'un air entendu. Le service continua et la pâtissière songea que certes elle maitrisait cet art ainsi que la cuisine mais que s'il fallait pêcher elle était persuadée d'être vraiment très, très, très mauvaise dans cet exercice. Néanmoins, se consola mentalement la jeune femme, si quelqu'un attrapait un poisson elle saurait le vider sans se boucher le nez ni ciller.
Et sans non plus en faire un gâteau bien que ce soit sa spécialité. Quand même, Amelia avait quelques principes culinaires, parmi eux, notamment, le fait d'aider à débarrasser, particulièrement quand on avait pas préparé soi même le repas et qui plus est en pleine nature. En tant qu'ancienne lionne, elle savait à quel point c'était important de respecter la nature et c'est donc tout naturellement qu'elle aida Ben à tout ranger. Pour autant, elle ne jugea pas ceux qui avaient décidé de faire autrement. Il n'y aurait eu qu'à ses propres enfants qu'elle aurait pu faire une remarque mais ils n'étaient pas là. Et s'ils l'avaient été, ils auraient aidé.
Au moment du départ, la jeune femme constata une nouvelle fois que Ben était dans le même bateau que les autres : il ne contrôlait rien. Mais un jeu, c'était tout de même une bonne idée qui forcerait les uns et les autres à faire plus ample connaissance voire équipe. Cette capacité était toujours précieuse, particulièrement dans un milieu potentiellement hostile tel que la nature, certes belle mais parfois tout autant dangereuse. Ben fit donc bien de rappeler les règles élémentaires de sécurité et Amelia ne put s'empêcher de se tenir bien droite, comme à l'armée, pour montrer avec quel sérieux elle l'écoutait. Par chance pour l'image qu'elle aurait pu renvoyer, la jeune femme n'alla pas jusqu'à effectuer un salut militaire.
- Pas de question, assura Amelia.
Elle sourit à tout le monde, songea à se présenter encore, oublia cette idée puis continua :
- Mais si besoin je m'y connais bien en cuisine alors c'est vrai que d'habitude je cuisine pas des racines sauvages mais je sais reconnaitre ce qui se mange et ce qui mange si quelqu'un a une question là-dessus. Et vider un poisson. J'sais pas, ça peut-être utile, non ? demanda la pâtissière en se tournant plus particulièrement vers Ben.
Il lui sourit et sa réponse ne tarda pas :
- Il y en effet un programme de poisson, mais cela ne sera que si tu le désires.
- Pêcher, pour le bien de tous, et de vos yeux, vaut mieux que ce soit sans moi, par contre, la cuisine, c'est mon domaine ! assura Amelia.
- Cela sera avec plaisir alors, je suis sûr que tu auras de la main d'œuvre pour aider, renchérit Ben.
Amelia se contenta d'un sourire. Elle espérait en effet être entourée de bonnes personnes et positive qu'elle était, elle songeait que c'était sans doute le cas, en fait.
En marche, Amelia attrapa le "carnet d'observation" proposé par Sally et la remercia. Elle aimait bien observer, écrire, dessiner et s'imaginait bien savoir comment le remplir, d'autant qu'elle était partie avec deux stylos. Le premier était toujours avec elle à main, au cas où, parce qu'Amelia ne savait jamais quand elle en aurait besoin. Le second était là au cas où quelqu'un aurait besoin d'une trachéotomie. On était jamais trop prudent.
- Eh bah… elle a tout prévu, même du dessin pour nous occuper. Je crois qu'à son âge ma fille était pas aussi organisée, commenta Amelia en suivant la marche, pas spécialement gênée de devoir faire de l'exercice.
Une pâtissière s'asseyait rarement, de toute façon. A moins d'être en fauteuil roulant pour raison de santé et d'avoir un laboratoire adapté mais ce n'était pas le cas d'Amelia.
- Sally est une petite fille très débrouillarde, c’est vrai ! approuva une autre jeune fille qu'Amelia ne connaissait pas. Une vraie petite cheftaine déjà..et imaginative !
Amelia se tourna vers elle et approuva d'un signe de tête.
- Tu as l'air de la connaitre plutôt bien. Moi je ne l'ai rencontrée qu'une ou deux fois. Mais on dirait que c'était suffisant pour m'inviter. Au fait je suis Amelia Peters, la pâtissière de La Pelle à Tartes. Je suis pas très habituée du camping. Pas du tout, même. Tu as déjà vu la réserve de White Mountain ?
Dinah hocha la tête vigoureusement.
- Plutôt oui, même si c’est impossible de savoir ce qui se passe réellement dans sa petite tête ! Je l’ai vue grandir presque !
Un haussement d'épaule plus tard, elle enchainait :
- Sally a un cœur immense, le nombre de rencontres ne compte pas pour elle, l’important c’est que tu l’aies touchée ! Oh mais c’est génial ! Amelia ! Mais oui, la pâtisserie ! J’adore vos gâteaux ils sont fameux ! Moi c’est Dinah Smith, je suis la petite sœur de Maru, le meilleur ami de Ben. Jamais cette réserve, pour être franche j’en avais jamais entendu parler ! Et vous ?! Oh si vous aimez la vie au grand air et les petits imprévus, le camping devrait vous plaire, il n’y a pas de réelle expertise à avoir en la matière.
- Enchantée Dinah ! … Justement je ne suis pas sûre d'être faite pour la vie en plein air, plutôt pour la pâtisserie et la vie domestique. Mais tout le monde ici a l'air sympa alors je pense que ça ira. J'ai pris ma trousse de premiers secours aussi, au cas où.
Amelia essayait de voir les aspects rassurants de l'aventure plutôt que de se concentrer sur son inadaptation à l'expédition. Parfois c'était manifestement utile d'être outrageusement positive.
- Il n’y a pas de mal, c’est déjà une belle preuve d’amitié que d’être venue, assura Dinah, manifestement très gentille. Et qui sait, ça pourra peut-être vous surprendre, généralement c’est l’occasion de passer un moment loin du train-train quotidien et de s’amuser avec des amis.
Amelia opina, se sachant effectivement routinière. Par obligation, facilité et habitude.
- Bon vous ne connaissez pas grand monde mais c’est peut-être l’occasion !
D’ailleurs grâce à vous je me sens moins seule pour ça …
, ajouta Dinah en montrant une autre trousse de secours avec un sourire. La peur n’évite pas le danger... on est jamais trop prudents !
- Là dessus je suis bien d'accord ! assura la pâtissière.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

         

 
Sisters in trouble
 
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t12266-c-est-l-histoi http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/f78-la-pelle-a-tarte


Ishanee L. Vimaan
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ishanee L. Vimaan

| Avatar : Nyane Lebajoa

Camping Paradis [Fe] - Page 2 Ijp4

Camping Paradis [Fe] - Page 2 Ehgw
Edition fevrier 2021 - Kinder Pingu



| Conte : Plane
| Dans le monde des contes, je suis : : Ishani

Camping Paradis [Fe] - Page 2 Test10

| Cadavres : 337



Camping Paradis [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2020-04-30, 23:07

Camping Paradis

Durant le voyage qui avait durée 6 heures, notre charmante Ishanee c’était donc endormi pendant un petit moment, histoire de recharger les batteries. Oui bien sur qu’elle a des piles duracel , mais, il fallait les recharger un petit moment. Donc pendant quelques instant on n’entendait pas Ishanee faire la conversation. Val en revanche aussi c’était prit un petit somme, il avait donc piqué du nez et dormait sur les cuisses de la meilleure amie d’Ishanee. Donc tout ce qui c’était passé dans le bus était passé au dessus de sa tête. Elle était au royaume des songes et des bisounours qui faisait des câlins par centaines.

Six Heures plus tard… C’était donc l’arrivé tant attendu ! Le mini bus s’était enfin arrivé, Ishanee avait donc ouvert les yeux direct genre comme Gilbert des as de la jungle ! La petite créature qui se trouve être un tarsier, Bref ses yeux s’était ouvert d’un coup. Donc ce qui voulait dire que les batterie de l’avion était parfaitement opérationnel et que tout le monde allaient surement en pâtir. Elle sorti de sa place assise, pour descendre et admirer la vue c’était tellement chouette de pouvoir marcher et se dégourdir les jambes. Val suivait juste derrière, elle l’emmena faire ses besoins. Bah ouai c’était déjà pas mal qu’il se soit retenu autant. Valhalla était tout content aussi, il courait de partout pour se dépenser un peu, Ishanee s’amusa un peu avec lui.

Avant donc de faire la marche, c’était l’heure de manger, et d’aider, en bon ange qu’elle était, elle n’avait pas hésité une seule seconde à venir en aide à la dame qu’elle ne connaissait pas encore qui avait l’air tellement adorable, gentille et qui sentait bon. En servant les personnes et pour une fois sans tout renverser par terre, Ishanee avait donc fait le service, la charmante dame répondait au nom d’Amelia et c’était la vendeuse de pâtisserie qu’elle adorait ! Et par chance ! elle avait des cookies ! Vous imaginez ! des cookies et il n’y avait qu’elle qui était au courant si c’était pas de la veine ça ! Elle avait de quoi être heureuse pour une si belle journée et couronné par des cookies. Valhalla était légèrement plus loin pour ne pas déranger les personnes qui mangeait. Elle l’avait mit dans un coin à l’ombre avec une gamelle d’eau pour se désaltérer. Elle lui avait par ailleurs donné des croquettes. Le chien avait tendance à être plutôt calme, Ishanee l’avait parfaitement bien éduqué bien qu’il prenait pas mal de place.

Elle imaginait déjà cette nuit sous les tentes ! ça allait être grandiose ! bon peut-être qu’elle ne sera pas avec Dinah, mais, qu’elle allait pouvoir faire connaissance avec d’autres, ça allait être un calvaire pour les autres en dehors de Dinah pour la supporter. Elle devait se canaliser et Ishanee n’était pas comme tout le monde, elle était adorable super serviable mais, ce dépensait beaucoup, peut-être pour cela qu’elle faisait du parcours, un véritable singe et très souple d’ailleurs. Même si ont se moque de le savoir, enfin.. elle pourrait toujours aller chercher rapidement quelques chose dans un arbre ou montrer sur le toit pour régler l’antenne ? Sans même utiliser d'échelle, elle grimpe sans problème. Au grand damne de Ben…

Selon le parcours qu’il allait faire, peut-être qu’Ishanee allait surement tomber en cours de route ou que son Karma allait être sous off ? Qu’elle allait dévaler dans une pente glissante et se planter dès châtaigne sur les fesses !? Oui c’est une autre qui fait très mal… Ishanee n’était donc pas en charge des tentes, elle se chargeait donc de veiller sur son chien qui était en train de renifler chaque odeur présente. Bon une fois tout manger et tout ranger, le parcours du combattant pouvait enfin commencer. La jeune femme s’était donc dirigé vers l’autre demoiselle que Dinah lui avait parler. Elle ne devait donc pas laisser parler la psy mais, plus Ishanee. Sauf que, les deux c’était les mêmes.

“Salut, moi c’est Ishanee, est ce que tu as besoin d'aide pour porter quelques choses ?”
“Liliann, mais tu peux m'appeler Lili." dit-elle en souriant un peu "Ne t'en fais pas, tout va bien. Merci."
“Enchantée ! ton prénom est super jolie, j’adore, va pour Lili, mais, tu es sur que t’es pas trop chargé hein ? certes je ne suis pas Shiva j’ai peut-être que deux bras mais, je peux porter un truc en plus ça me dérange pas. En tout cas, je suis contente de faire ta connaissance.”
"Ishanee, c'est plus joli. Mais Liliann, ce n'est pas le pire, c'est vrai. Non, je t'assure que je ne suis pas trop chargée. Je suis plus forte que j'en ai l'air, ne t'inquiète pas pour moi.” s’approchant et disant tout bas, comme pour lui confier un secret “Puis, il faut bien garder des mains libres, au cas où Sally en ait besoin.” Puis elle reprend normalement “J'en suis ravie aussi."
"Je te remercie c'est l'un des prénom qu'avait la déesse Parvati, ça signifie la lady ou encore la décision" elle sourira "d'accord mais si ça devient lourd tu me dis je prend le relai, et oui pour Sally faut toujours une main ou un bras de libre. Je suis contente de passer le weekend avec toi, j'aime beaucoup rencontrer de nouvelles personnes"

Lili sourit puis lui répondit

"Nous avons une déesse parmi nous alors, il ne peut rien arriver. C'est promis, je te le dirai. Tu devrais aller parler à Amelia, c'est une bonne personne. Je suis sûre que vous vous entendrez bien."
"ahhaah, une déesse moi ? Non quand même pas, mais je m'évertue que tout le monde aille bien. Oui elle est très gentille Amelia et elle est pâtissière en plus, que de bonnes qualités.Toi aussi tu es une bonne personne, je le ressens"
"C'est admirable, mais n'oublie pas de penser à toi aussi. Tu es là pour t'amuser au même titre que les autres. Moi ? Je ne suis pas certaine.” Lili sourit encore “Mais je ne compte faire de mal à personne en tout cas. Alors peut-être qu'on peut dire ça, oui."
"oh.. et bien le bonheur des autres fait mon bonheur à moi. Oui toi je suis sur que tu es une bonne personne, j'ai un don pour cela même si tu en doute tu es quelqu'un de bien, tu es très jolie quand tu souris Lili" elle va lui faire un clin d'œil "je reviens plus tard je crois que val à trouver quelques choses "
"Comme tu voudras. Fais attention."

Ishanee s’était donc éloigné de sa nouvelle amie, pour voir ce que son chien avait fait comme trouvaille, elle avait par ailleurs aperçu quelques choses de brillant en dépouillant un espèce de buisson et un raton laveur avait l’air prisonnier de ce collier. S’approchant un peu plus Valhalla s’était éloigné un peu pour laisser de la place. Le raton effrayer se mit à bouger un peu plus au moment ou Ishanee était en train de retirer le collier. Surprise elle avait tout de même réussi à déloger le bijou non sans mal. Le raton laveur s’était fait la malle. Sauf que Ishanee venait de perdre l’équilibre, il y avait une pente légère mais suffisamment casse gueule pour Ishanee. Elle n’avait en aucun cas lâché le bijou, son genoux avait un morflé, le karma était en mode off. Au moins faut voir le bon côté ? elle était déjà en bas. Ben indiqua donc aux autres de ne pas bouger. Entre temps Valhalla s’était précipité vers Ishanee, cette dernière ne faisait pas qu’à de son état mais, elle regardait le collier qu’elle avait trouvé.

Ben va arriver en courant.

“Ish ! Rien de cassé ?“

Ishanee fini par détacher son regard du bijou pour regarder Ben.

"Euh.. je suis arriver en preums en bas .. c'est déjà pas mal faut voir le bon coter des choses" dit elle, en revanche son genou saigne un peu elle a des écorchures. Ben se mit à ses côtés.

“Super ... tu peux m'expliquer ? Non en faite non... m'explique pas. Tu peux marcher ?”
" euh... bah c'est le raton laveur qui.. et ... j'ai trouver ca..." montrant le bijou "marché ? bah oui je peux.." Elle se relève et marche, bien sur elle le montre pas sur son visage mais sa cheville lui fait mal, mais elle force de façon a ce qu'on voit rien.
- Ok..

Il la prendre sur ses épaules de force.

“tu en parles à Sally après”
"mais puisque je te dis que ca va! oh ! on a une joli vu d'ici, un, deux, trois petits cailloux"
“j'aime pas les menteuses”
“Je… je voulais pas t’inquiéter papa… c’est juste une petite foulure t’as déjà beaucoup à porter… je suis lourde… te fait pas mal.. pour moi…”
“je ressens pas ma douleur. Si tu bouges je dis à Sally de te faire la tête”
"oh non.. c'est du chantage papa ! mais d'accord je bougerais pas..."
“Parfait”

Ben monta donc la cote avec les autres et une Ishanee plutôt calme . La journée commençait déjà bien pour Ishanee…


:copyright:️ 2981 12289 0
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85277-la-longue-liste-des-rp#1198549


Dinah Smith
« “So you run on gasoline!” ...»

Dinah Smith

| Avatar : Leah Pipes

Camping Paradis [Fe] - Page 2 4j0m
"Tu vois Ish, l'alcool, c'est bon, mais pas sur toi, ça ferait tourner ta tête jusqu'à...je veux pas imaginer jusque où! Alors pas touche, ok? Et arrête d'hocher la tête en regardant mon verre!"

Camping Paradis [Fe] - Page 2 Rf8v
Je sens que la formation, ça va être ardu !

Camping Paradis [Fe] - Page 2 Unbo

| Conte : Planes 2
| Dans le monde des contes, je suis : : Dynamite

Camping Paradis [Fe] - Page 2 Egw9

| Cadavres : 162



Camping Paradis [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2020-05-03, 16:49 « “So you run on gasoline!” ...»

Camping Paradis [Fe] - Page 2 3yfsCamping Paradis [Fe] - Page 2 Tb35
Camping Paradis


Dinah avait poursuivi un instant sa marche aux côtés d’Amelia, savourant la compagnie de cette femme haute en couleurs. Sa simplicité directe lui plaisait. La marche s’annonçait agréable et ne présentait pas de réelle difficulté pour la pompière, habituée aux exercices sportifs réguliers pour entretenir une forme physique nécessaire à l’exercice de sa profession. Attachant ses cheveux blonds dans une queue de cheval improvisée, elle ferma un peu les yeux pour apprécier la brise légère qui colorait leur route. Le soleil, non agressif, se contentait de les réchauffer, et son étreinte réconfortante donnait l’impression à Dinah de se retrouver enveloppée d’une étreinte protectrice. Se prenant au jeu, elle s’amusa à dessiner un pivert aperçu entre les branchages, sans pour autant stopper sa route, levant les yeux de son carnet de croquis pour vérifier que ses pieds ne se posaient pas sur quelques cailloux retors ou quelques branches traîtreusement emmêlées, n’attendant que son inattention pour enserrer l’une de ses chevilles vers une chute certaine.
Echappant à leurs pièges, elle termina son petit dessin qu’elle se promit d’offrir à Sally. Ce n’était pas une œuvre d’art mais cela aurait le mérite de la faire sourire et le sourire de l’enfant touchait toujours au coeur Dinah. Sous l’ombre des pins qui frétillaient, elle se sentait presque invincible et invisible, comme si son être entier se diluait dans l’âme qui semblait habiter la forêt. Son petit côté Pocahontas, sûrement… Tout était si paisible, que les légers babillages que leur petite bande causait dans ces lieux paraissaient n’avoir aucun impact sur les lieux. Un véritable petit havre de paix.
Bien évidemment, un cri la tira de ses réflexions…
Ishanee était tombée.
Si un instant protecteur n’avait pas agité principalement Dinah, elle aurait pu observer à voix haute qu’elle l’avait présagé. Mais c’était sûrement un peu sa faute, elle avait quitté l’indienne des yeux trop longtemps, rassurée par la présence de Val. Un tort flagrant.
Voyant Ben dévaler la petite butte, elle ne le suivit pas, préférant s’agenouiller pour faire glisser de son dos, le sac qu’on lui avait confié et auquel elle avait attaché la petite trousse de fortune qu’elle avait réussi à confectionner et emporter ce matin même. La discussion entêtée d’Ishanee avec Ben rassurant Dinah sur l’état de la première blessée en chef. Visiblement, la chute n’avait pas endommagé son caractère enjoué et indolent. Avec un peu de chance, elle s’en tirerait qu’avec le postérieur douloureux et des égratignures bénines. Si possible. Une fracture a, à peine une demie-heure de marche ça aurait été...culotté. Dans les cordes d’Ishanee cependant, mais visiblement celle-ci ne se tordait pas de douleurs. L’oeil averti de Dinah nota cependant la légère grimace qui contracta le visage de son ami lorsqu’elle tenta de se mettre debout et qui força Ben qui en avait été également témoin à la jucher sur son dos pour la remontée envoyant au diable les protestations de la jeune femme qui adressa un sourire lumineux à Dinah à l’arrivée.
Presque bientôt lui aurait été fait un signe de la main ! Cette fille n’était décidément pas possible ! Et dire que c’était sa meilleure amie.
Elle aurait pu procéder aux gestes de premier secours dès à présent mais compris l’intention de Ben lorsque celui-ci, loin de déposer la blessée au sol, la garda fermement sur son épaule, comme un vulgaire sac à patates. La bute qu’ils allaient affronter s’annonçait un peu ardue et mieux valait soulager Isha d’un nouvel effort hâtif.
Ce ne fut qu’arrivés en haut, qu’il déposa l’ancien avion sur le sol. Voyant son amie se préciper vers elle, trousse de voyage en main, Ishanee leva les mains :
- Nan mais c’est bon, j’ai rien...C’est juste le sol qui était pas stable voilà tout. » elle soupira avant d’enchaîner « ou l’effet de gravité... »
Presque souriait-elle aux anges, plus amusée qu’autre chose de la situation. Misère, trop imprudente cette fille ! Si Dinah admirait son détachement, elle ne parvenait pas à ne pas à assimiler cela à une incapacité chronique à la maturité. A bien des égards, son amie était semblable à une sorte de papillon fragile.
- L’effet de gravité a bon dos, maugréa-t-elle entre ses dents, suffisamment fort pour qu’Isha le perçoive cela dit, Tout ça, pour un raton laveur, c’est ça ?
Elle se pencha vers le genou pour en découvrir l’état et fit une grimace. Visiblement lorsque l’indienne tombait, elle n’y allait pas par quatre chemins. De sa jambe striée d’éraflures s’échappait un liquide sanguinolent auquel de la terre boueuse se mélangeait un peu. L’impact de la chute avait laissé sa marque et de nombreuses formes de cailloux décoraient son tibias. Heureusement rien que des blessures superficielles. Cependant… Dinah palpa lentement la première jambe, appuyant sur les muscles sans ménagement, son regard sondant celui de son amie à la recherche de la première lueur de douleur
- Ca fait mal si j’appuie là ? Et ici ?
Ishanee demeurait figée dans des préoccupations bien différentes :
- Mais il avait le collier entortillé, il aurait pu se coincer et mourir ! Je ne pouvais pas le laisser ainsi je me devais de lui venir en aide" elle fit une petite moue.. "non.. je vais bien, je te dis.. j’suis un avion de compèt c'est pas une petite chute qui aura ma peau, Dinah... Et non ça fais pas mal. Et là...non
Dinah vit néanmoins l’hésitation, la douleur derrière le sourire qui devint soudainement plus forcé alors que son index pressait sa cheville droite. Instinctivement, comme prise en faute, elle desserra sa prise, se sentant coupable de la douleur subitement ressentie par Ish. Mais non, ce n’était pas elle. A l’inverse, elle se devait de vérifier. A nouveau, dans une prise souple, elle pinça le nerf, moins fortement et lâcha, pour faire diversion :
- J’espère que la personne qui a perdu son collier, ne le regrette pas trop. Avion tout de chair humaine vêtu, maintenant, je sais reconnaître une blessure, pas la peine de faire semblant…Tu as une entorse.
- On va partir à sa recherche, pardi ! Je veux retrouver la propriétaire, moi ! Bon il a l’air ancien cela dit, c’est quand même pas le dernier collier à la mode ».
A croire qu’Isha s’entêtait à ponctuer sa vie de défis impossibles bienveillants...Bienveillants mais corsés tout de même. Loin des réalités présentes qu’elle affrontait. Dinah refusait cependant de céder, hors de question de la laisser galoper vu l’état de la cheville.
Peut-être la lumière de ses yeux, mis sur la voie, Ishanee car elle souffla pour relever une mèche de cheveux et déclara d’un ton boudeur :
- Oui, mais un avion quand même.
- Hum....dans l'hypothèse où elle est encore sur place...remarque, il n'est pas très sale, donc c'est peut-être une personne encore sur les lieux…" Dinah sortit un coton qu’elle imbiba d’alcool, "Attention, je vais nettoyer tes égratinures aux genoux, ça va piquer un peu... joli avion cabossé... C'est rien, je vais bander ça mais interdiction de courir de dessus, sauf cas de danger, donc jamais..."
Elle le précisait pour détendre l’atmosphère mais espéra vivement qu’Ish l’écoute dans l’absolu. La foulure, dans son état actuel, ne possédait pas de caractère aggravant nécessitant des soins importants, mais la pompière connaissait le sort réservé à ceux qui s’y trouvaient touchés, pour l’avoir elle-même expérimenté : un repos maximal préconisé et aucun effort. Ben serait donc voué à la porter sur son dos pour les sentiers les plus physiques, pour le reste, elle pouvait les faire, à condition de rester prudente.
- "Hmmm oui... J'espère qu'on la retrouvera ..je ne suis pas une chochotte mais après je veux un câlin... Interdiction de courir ? Mais non enfin... Faut que je cours pour Valhalla... En cas de danger.. d'accord...
- T'inquiètes pas, ça va juste picoter mais va pour le câlin..."
Sous le regard un peu inquiet de sa meilleure amie, Dinah nettoya l’ensemble des plaies, prenant bien garde à ôter de celles-ci le moindre éclat de cailloux qui s’y serait logé, puis enveloppa une compresse de glace autour de la cheville douloureuse qu’elle maintint à l’aide de deux bandes de tissus. Puis, se releva pour contempler son œuvre, pas peu satisfaite d’elle-même :
- Voilà, c’est froid mais nécessaire, essaye de te mettre debout... »
- "Chouette"
Fort heureusement, Ishanee ne tenta pas de bondir sur ses pieds mais pris le temps de mettre en marche ses articulations, en serrant les dents légèrement :
- « Ca va aller t’en fait pas » D’un sifflement, Val accourut à ses pieds pour la soutenir, tandis que l’indienne lui tendit les bras : « mon câlin ?"
- "Mouais... mannequin mais pas actrice...Allez, câlin"
- "Si je serais actrice, ça serait connu ma chérie.. mais peut être que ça viendra"
Elle serra Ish dans ses bras alors que son regard se portait un peu plus au loin
- "Oh attends, j'ai une idée"
Se dégageant de l’étreinte de son amie, elle ramassa un grand bâton de bois qu’elle désigna joyeusement de la main "et si tu t'appuyais sur ça? Ca fera, très guide montagnarde..."
- "Tu m'as pris pour Gandalf ?" Ishanee ria doucement et prenant le bâton ajouta "Merci Legolas"
Elles devisèrent gaiement puis Dinah décida de rejoindre Ben, pour enterrer la hâche de guerre qu’elle n’avait pour ainsi dire jamais brandie. Elle supposait que cela ferait du bien à Ishanee de pouvoir aller et venir sans une ombre constamment présente à ses côtés pour dévisager la manière dont elle posait son bâton, ne voulant pas être agaçante ou lourde pour sa meilleure amie. A la place, elle dépassa facilement le reste de la petite bande pour rejoindre Ben, qui de manière non surprenante marchait en tête de liste, d’une bonne foulée :
- Ca va? Pas trop lourd ? Demanda-t-elle en désignant le sac qu’il portait sur les épaules.
Un moyen de lui signaler qu’elle pouvait le dépanner au besoin. Elle savait que Ben ne se plaignant jamais, il fallait parfois ne pas avoir peur de formuler à haute voix que l’on s’inquiétait pour lui. Et son dos avait peut-être pris un coup supplémentaire lorsqu’il avait porté Isha, bien qu’heureusement, la jeune femme ne soit qu’un poids plume.
- Ne t en fais pas il n est pas lourd. Et toi ?
Du Ben tout craché.
- Rien que je ne puisse gérer! Elle jeta un coup d’œil aux environs, Ce n’est pas mal par ici! Et c’est bien préservé ! J’avoue que je m’attendais à quelque chose de plus fréquenté !
Et était favorablement surprise par le fait de n’avoir croisé aucun promeneur. Au moins, l’immersion se faisait totalement.
- Sally voulait quelque chose d unique
- Ca fonctionne! Elle marche sur un nuage! Dinah jeta un coup d’oeil par son épaule pour observait la petite fille la tête perdue dans le ciel un sourire flottant sur les lèvres, Ça a l’air de l’être ! Je devrais te remercier...même si tu aurais pu me prévenir à l’avance pour m’éviter une situation de stress dès le matin…compléta-t-elle d’un ton pince-sans-rire.
- Sally voulait la surprise. Et c'etait un test pour voir si tu me faisais confiance je vois que c est pas le cas
Il l’avait déclamé sans un sourire, le visage dirigé vers l’avant, sans un regard pour elle, mais Dinah savait que c’était sa manière de plaisanter. Elle s’autorisa un léger sourire et répliqua sur le même ton :
- Je te fais confiance, je suis pas venue avec le camion...Et sincèrement, tu as géré au delà de mes espérances!... le budget a dû en prendre un coup
Elle n’était pas dupe, un site si réputé, l’ensemble des tentes...un investissement financement bien conséquent.
- Ne parle pas de budget toute la revente de la corvet 1967 a été utilisé
Elle aurait pu s’arrêter sous le choc, mais se contenta de le fixer, abasourdie
- La totalité du...! Je comprends pourquoi tu m’en as pas parlé ! J’en reviens pas…
Ben était un homme généreux et Sally une fille très persuasive. Dinah shoota dans un cailloux pensivement.
- Tu la gâtes trop, Ben! S’entendit-il rajouter avec un regard sévère Une raison de plus pour pas gâcher le cadeau de noël et d’anniversaire de Sally!
Non pas qu’elle considérait que l’enfant ne le méritait pas, elle l’adorait aussi, mais...ne voulait pas non plus que Ben prenne l’habitude de lui offrir des cadeaux de plus en plus coûteux et hors de prix jusqu’à ce que cette dernière perde la valeur des choses avant même de l’avoir apprise. Parfois même, s’entendre dire non pouvait-être salvateur. Après, elle ne remettait pas les choses et la manière de faire du policier, il faisait bien évidemment ce qu’il voulait pour sa fille, mais...disons qu’il était de son devoir de le mettre en garde, même parfois inutilement.
- Ne t en fais pas, il n y a pas tout qui y ait passé. En fait .... elle a réussi a faire en sorte que l acheteur prenne la voiture plus chère.... je lui devais bien ça
La pompière opina.
- Booooon dans ce cas je n’ai pas de raison de m’inquiéter! Sally a bon cœur... et...dans un sens c’est un voyage que tu nous offres aussi, c'est gentil !
Elle regarda les oiseaux avec ses jumelles avec un petit sourire sarcastique, évitant son ancien coéquipier des yeux.
- Si seulement je pouvais offrir plus..
Une confidence soufflée dont Dinah fut touchée. S’il s’était agit d’une autre personne, elle aurait enlacée ladite personne. Mais il s’agissait de Ben et...disons qu’il devait être suffisamment gêné de lui confier ça pour qu’elle l’embarrasse davantage ainsi qu’elle-même. Aussi, se contenta de poser sa main sur son épaule
- Tu es déjà un « super papa », Ben ! Vraiment ! Insista-t-elle Et puis, ça te donne l’occasion de montrer à Sally un environnement proche duquel on vient !
- Mhhhh .....
Elle ne tirerait plus rien du policier à présent mais c’était déjà énormément. Aussi continua-t-elle la route à ses côtés silencieusement, toute son attention portée sur l’envol des divers oiseaux migrateurs qui les dépassèrent soudain.




:copyright:️ 2981 12289 0

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Les phares qui éclairent nos routes ne sont pas forcément ceux que nous pensions au départ. Laissez-vous surprendre.
   
crackle bones


Invité
Invité

Anonymous



Camping Paradis [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2020-05-05, 22:55

Camping Paradis
Nous chercherons des trésors dans les bois
On mangera, on rira, on sera des rois
Vite on va préparer tout ce qu’il faut pour aller camper

La tente et les matelas
Les guimauves, le chocolat
On ira se baigner
Sur la plage toute la journée
Les mots d’Ishanee sur le sourire de Liliann tombent sur elle comme une goutte de pluie qui, soudain, la force à lever les yeux au ciel pour se rendre compte de l’orage. Sous son regard, ce ne sont pas des nuages noirs, des éclairs, le tonnerre qui gronde sa colère ; c’est une paupière qui se ferme furtivement sur un œil, une joie de vivre contagieuse, une insouciance dangereuse. Lili ne sait que répondre. Elle laisse la jolie femme s’éloigner sans la retenir, bloquée sur un compliment qui n’a pas lieu d’être. Elle lève une main à son visage, tâte ces lèvres sales, tachées par la crasse de Peau d’âne. Elle n’est pas jolie, Lili. Elle ne veut pas être jolie, Lili. Elle ne veut que la paix, le silence, l’obscurité plus noire que ses cheveux ; ces cheveux qui ne sont pas ceux de Peau d’âne.

Une inspiration plus tard, la brune s’extirpe de ses préoccupations, ramenée au monde, au présent, par la chute d’Ishanee. Ses sourcils froncés se détendent, ses yeux s’écarquillent et le souffle se bloque, dans sa gorge. La peur la garde immobile, à l’instant où Ben leur intime de rester là où ils sont. Elle imagine la douleur de la jeune femme, essaie de deviner, même d’aussi loin, l’ampleur des dégâts. Son imagination s’emporte sur le pire des scénarios, comme un couteau enfoncé méchamment dans sa poitrine. Elle sent quelque chose, se débattre en elle, un long hurlement qui vient d’ailleurs, d’un autre temps. Lili le retient au fond d’elle. Elle l’a enfermé depuis trop longtemps pour le laisser, aujourd’hui, lui échapper si facilement.

Alors que Ben s’occupe de la nouvelle blessée, Liliann rabat, sur son front, la capuche poilue de son gros manteau. L’obscurité de la calotte s’abat sur elle d’un coup et elle soupire, comme s’il suffisait de ça pour la libérer d’un poids considérable, sur ses épaules. La vérité n’est pas loin. Lili a besoin du couvert de sa capuche, de disparaître un peu du monde pour se retrancher loin, très loin en arrière. Elle se souvient d’autres chutes, d’autres blessures, de douleurs qui se rappellent à son corps même s’il ne s’agissait pas de ce corps-là pour la moitié d’entre elles. Elle s’y perd et quand elle revient à elle, la pente a laissé place à un plateau sur lequel Dinah soigne Ishanee.

Voyant que la blonde semble attelée à sa tâche et que Ben se recule de quelques pas pour leur laisser de l’espace (ce qu’elle juge avisé), Lili s’approche de ce dernier, de son pas léger, et pince le coude de son vêtement pour attirer son attention. Elle se doute que son ami doit être plus inquiet que ce qu’il ne montre et elle préfère détourner ses yeux de la blessure d’Ishanee. Une distraction qui, par la même occasion, empêchera Peau d’âne, elle aussi, de s’en inquiéter et de paniquer à ce sujet. Elle ne souhaite que le bien de cette expédition et regrette que la douce jeune femme, autant pleine d’énergie que son chien, ait été victime de cette chute. Évidemment, Liliann ne peut s’empêcher de penser qu’elle aurait mieux fait de la retenir à ses côtés et, qu’ainsi, rien de tout ceci ne serait arrivé.

« Ne t’en fais pas An… Lili, elle s’en sortira, dit-il, avant qu’elle ne puisse dire un mot. »

Sous sa capuche, Lili cligne des yeux sur un visage enfantin auquel elle trouve, désormais, avec le recul, un regard inquiet, comme une ombre malsaine au coin des paupières. Elle regrette ça, aussi. Qu’Anahis ait insufflé, dans le cœur d’autres enfants, tant de peine. Ils méritaient l’innocence, l’insouciance, les jeux, la joie, la vie. Une adolescence comme celle des autres, loin des drames d’un monde injuste, vicieux et violent. Mais Peau d’âne a traîné sa crasse sur ce visage innocent qui, d’un autre clignement de paupières, reprend les traits de l’homme qu’il est devenu.

« Je sais. Ça va aller. » (Elle esquisse un petit sourire dans l’ombre de sa capuche.) « Elle est robuste. Comme son "père". »

Lili trouve ça remarquable, admirable, cette façon qu’a son ami de s’entourer, de créer des liens si forts avec tant de monde. Ceci dit, elle ne l’envie pas. La solitude, c’est bien mieux pour une femme comme elle. Ben hausse les épaules.

« Sauf qu’elle tombe plus souvent. Et toi, ça va ? »

La brune est prise de court par la question. Elle ne pensait pas, peut-être aurait-elle dû s’en douter, que Ben en profiterait pour lui demander comment elle allait. Ce n’est, pourtant, qu’une question simple, innocente, posée en attendant un « oui », certainement, sans s’en inquiéter vraiment. Mais Peau d’âne n’est pas sûre. Elle sent, dans son dos, les doigts glacés de la panique et ceux, plus chauds, des souvenirs. Alors elle relève les yeux vers Ben, passe une main sur les poils de sa capuche et cherche les mots pour ne pas mentir.

« J’ai l’habitude de la vie… hm… en extérieur… ? Ne t’inquiète pas pour moi.

– Je m’inquiéterai toujours, c’est ainsi, mais d’accord. »

Ces mots qui, pour n’importe qui d’autre, auraient pu être gentils, se plantent dans le crâne de Peau d’âne et la forcent à relever sur lui des yeux pleins de toutes les excuses qu’elle ne saura jamais lui donner. Parce qu’il est trop tard, parce qu’il n’en veut pas, parce qu’elle ne sait plus comment faire. Alors, elle fait la seule chose qu’elle puisse faire sans qu’il ne s’en défende : elle tend la main, touche à peine son bras pour s’assurer qu’il est bien là, devant elle, qu’il n’est pas une illusion comme ça arrive si souvent, dans sa vie, et elle s’éloigne dans un dernier mot :

« Merci. »

Liliann profite de la reprise de leur marche et l’approche de Dinah pour échapper à tout ce qu’il aurait été tenté de dire, en retour. Elle se recroqueville dans son armure de tissu et cherche, des yeux, une distraction, un signe, n’importe quoi pour la garder dans le présent et l’empêcher d’atteindre les souvenirs qui attendent, à l’orée de sa conscience, poussés en avant par l’inquiétude de son ami. Tout comme à ses treize ans, quand Anahis n’a plus eu qu’un choix dans la vie : celui du chemin le plus court vers la mort.

Sa distraction se présente à elle sous la forme d’une caresse, contre ses doigts. Instinctivement, Lili referme la main sur celle de Sally et la serre délicatement dans la sienne. Ses yeux noirs se baissent sur l’enfant, tombée du ciel au bon moment, et elle lui sourit, sans un mot.

« Si j’y vais seule, Ben sera inquiété.

– Où veux-tu aller ?

– Là-haut. »

Liliann détourne le regard de Sally pour observer l’objet de son désir : quelques rochers, sur le côté du chemin, qui lui offriront une vue plongeante sur la vallée, maintenant qu’ils ont grimpé de quelques mètres. Lili n’est pas à l’aise avec la demande de Sally. Elle imagine le précipice sans le voir, s’inquiète déjà de savoir si elle pourra rattraper l’enfant, en cas de besoin. Elle se persuade que tout ira bien, que le groupe n’est pas loin, qu’il y aura toujours quelqu’un pour récupérer Sally, si celle-ci venait à lui échapper. Évidemment, Lili ne s’inquiète pas de glisser elle-même.

« Viens, je vais t’aider à grimper.

– Je suis sûre d’avoir vu un aigle !

– Un aigle ? Où ça ?

– Il était posé sur une branche, je suis sûre ! »

La brune grimpe sur les rochers, avec Sally, sans jamais la quitter des yeux ou la lâcher. Arrivées tout en haut (ce qui n’est pas si haut, pas d’inquiétude), Lili s’accroupit à hauteur de la gamine et sort les jumelles de son sac. La forêt s’étend tout autour, mais elle aperçoit encore le groupe, sur le chemin.

« Tu l’as vu vers où, cet aigle ? demande-t-elle, en sondant les arbres, autour.

– Il est sur l’arbre, par là-bas… regarde, regarde, à 3h ! »

Ce que Liliann fait, très docilement, en orientant son regard, puis les jumelles, dans la direction indiquée. Il lui faut quelques secondes pour réussir à trouver l’oiseau, posé sur une branche. L’aigle paraît immense, majestueux, aussi tranquille que si le monde est à ses pieds, qu’il en est le maître incontesté. Vu la beauté de l’animal, ce n’est pas Peau d’âne qui contestera.

« Tiens, regarde, je l’ai trouvé. »

Lili détache les jumelles de ses yeux pour les tendre à Sally. De l’index, elle lui indique où regarder et attend qu’elle pose les jumelles contre son visage pour influencer sa direction d’un doigt qui les pousse gentiment de quelques millimètres. Quand elle trouve enfin l’aigle, Sally fait un grand sourire, ravie.

« Trooooop coool ! On dirait Ben avec sa tête de fierté !

– Ben ? Tu trouves ?

– Fier et fort, mais toujours prêt à partir, répond Sally, en opinant du chef. »

La brune ne peut pas lui donner tort. Ben correspond un peu trop à cette description, ce qui n’est pas forcément la meilleure des choses au monde, mais elle ne peut pas expliquer ça à l’enfant. Pas avec tout ce que ça cache. Pas encore, en tout cas.

« C’est vrai. Il veut paraître fort devant sa petite fille, pour que tu n’aies peur de rien, mais tu dois prendre soin de lui. Ne lui en demande pas trop, d’accord ?

– Il s’en veut encore pour le bombardement. »

L’annonce tombe entre elles d’un seul coup et Lili ne sait plus que répondre. Elle connaît l’histoire dans les grandes lignes, mais ne connaît pas les mots pour rassurer Sally. Ces choses-là sont compliquées, beaucoup trop compliquées. Le silence de Peau d’âne force la petite fille à se retourner. Elle pose sa main sur la joue de la brune.

« Mais c’est du passé, on avance maintenant.

– On trouvera un moyen de lui faire oublier tout ça, toi et moi, et tout rentrera dans l’ordre. Ne t’en fais pas. (Elle se relève et tend la main.) On retourne avec les autres ? Ils vont finir par être jaloux, si tu passes trop de temps avec moi, ajoute-t-elle, avec un petit sourire.

– Personne ne sera jaloux, ne t’en fais pas ! Mais oui, il faut leur dire que j’ai vu un aigle ! »

Liliann attrape la main de Sally et se fait violence pour ne pas perdre ce petit sourire, sur ses lèvres, alors qu’un affreux goût de mensonge lui gratte la gorge. Elle ne voulait pas mentir, mais elle ne pouvait pas avouer, à la petite Sally, qu'elle est persuadée que Ben ne s'en remettra jamais.
:copyright:️ 2981 12289 0


Llwynog F. Foxley
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Llwynog F. Foxley

| Avatar : Mark Fischbach

Camping Paradis [Fe] - Page 2 21042901534425678617393168

Should I try to hide the way I feel inside my heart for you?
Would you say that you would try to love me too?
In your mind could you ever be really close to me?

Camping Paradis [Fe] - Page 2 21042901534425678617393169


| Conte : Five Nights At Freddy's
| Dans le monde des contes, je suis : : Foxy, le renard pirate

| Cadavres : 199



Camping Paradis [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2020-05-14, 05:55

Camping Paradis !
Get your motor runnin' Lookin' for adventure and whatever comes our way.

Ft. la Dream Team.
La première partie de leur marche se déroula sans encombre majeure, lui faisant presque oublier l'étrange vieil homme qu'il avait rencontré un peu plus tôt ; Sally avait même préparé de quoi leur fournir une occupation supplémentaire en la présence d'un carnet d'observation qu'il trouva fort utile : même s'il n'excellait pas en dessin, il se prit très vite au jeu et tenta de croquer quelques animaux... Sans grand succès : les oiseaux ne tenaient jamais en place plus de quelques secondes d'affilées, ne lui laissant jamais vraiment le temps de faire grand chose... Ce qui provoqua quelques remarques moqueuses de la part de son amie. Dinah l'observait faire, montrant parfois quelques traits qui n'allaient pas, quelques détails qui semblaient étranges. Histoire de garder une trace matérielle de ce périple, il décida de la dessiner, s'appliquant particulièrement... Et, comme il ne prêtait plus vraiment attention à son environnement immédiat, il finit par se prendre une branche en pleine figure.

« ... Ow. »

Sans grande surprise, la blonde à ses côtés se mit à rire, non sans finir par s'inquiéter à son sujet : fort heureusement pour lui, il ne s'en tirait qu'avec une minuscule égratignure sur le nez... Et ce petit moment de quiétude toute relative fut rompu par la chute d'Ishanee : si le premier réflexe de l'ancien animatronique fut de s'avancer, prêt à descendre la pente pour lui venir en aide, il se figea à l'entente de la voix de son partenaire, qui demandait à tout le monde de rester sur place et de ne rien tenter : le sauvetage en lui-même fut rapide, et l'autre Dinah se chargea même de panser les blessures de la jeune femme et de lui offrir un bâton robuste afin de l'aider à avancer, et le petit groupe reprit son avancée, à un rythme légèrement moins soutenu afin de laisser tout le monde suivre la cadence.

Des paroles échangées, des rires et des plaisanteries les accompagnaient toujours : certains membres restaient plus ou moins dans leur coin - et, dans ce domaine, Dinah et Llwynog excellaient particulièrement - tandis que d'autres apprenaient à faire connaissance ou échangeaient avec des visages connus : toujours est-il que le temps passait vite, et que la marche était bien loin d'être désagréable. D'ailleurs, leurs efforts finirent par porter leurs fruits : un peu plus loin, la prochaine étape de leur randonnée se profilait et, déjà, les bordures presque floues d'un nouveau plateau se dessinaient. Ce fut le moment que choisit Sally pour s'éloigner, entraînant une femme avec elle. Il les perdit de vue et, dans son dos, un soupir lui parvint : lorsqu'il se retourna, il put constater la mine dépitée de son amie, qui semblait déjà fatiguée de tout cela.

« On y presque ! annonça-t-il sur un ton encourageant. Dernière ligne droite, et je suis sûr qu'on pourra faire une nouvelle pause ! »

Pour toute réponse, il n'obtint qu'un curieux grognement et il se détourna pour ne pas afficher clairement le sourire qui étirait ses lèvres : autant que Dinah garde ses forces pour avancer, au lieu de le gronder pour rien... En ce qui le concernait, marcher lui faisait du bien : cela lui permettait de faire le vide dans son esprit, et ses angoisses avaient déjà grandement diminuées ce qui - le connaissant - frôlait presque le miracle. Maintenant, il fallait espérer que cela continue en ce sens...

Le groupe était à nouveau au complet quand ils atteignirent la nouvelle étape, Sally en tête : d'ailleurs, la petite se fit un devoir de capter leur attention à tous, avant d'annoncer fièrement :

« Le plateau du White Mountain est reconnu pour être calme et tranquille .. alors ... Il faut chercher le meilleur endroit pour camper !»

Llwyn, qui observait déjà avec attention leur nouvel environnement, finit par reporter son regard sur l'enfant en souriant.

« C'est toi qui a préparé tout ça... Ce serait juste que tu prennes la décision, non ? Mais on va t'aider au mieux pour déblayer le terrain et faire en sorte que tout soit parfait ! »

Sa proposition sembla lui convenir, puisqu'elle vint se camper à ses côté en lui prenant la main. Autour d'eux, les autres randonneurs du week-end s'éparpillaient déjà pour se familiariser avec le lieu.

« On va voir prêt du fleuve alors pour la vue ? Tu veux venir voir avec moi ? »

Il n'avait pas vraiment l'impression d'avoir réellement le choix au vu de la petite main qui se trouvait à présent dans la sienne, mais cela ne l'ennuyait pas le moins du monde. Ce qui l'inquiétait un peu plus, c'était leur nouvel objectif... Son regard dériva vers le fleuve et, bien qu'il n'ait jamais eu peur de l'eau - en tant qu'humain, du moins - il lui restait de vieux réflexes : des tendances à vouloir éviter les étendues d'eau trop importantes, à se méfier plus que de raison dû à son passé robotique. Son hésitation ne dura qu'une fraction de secondes à peine, avant qu'il n'acquiesce.

« Ça me va ! »

Mais il ne pouvait pas laisser Dinah seule, sinon, cette dernière se ferait un plaisir de le lui faire payer... Elle était un peu plus loin, et il était clair qu'elle jaugeait l'endroit du regard - ne le trouvant probablement pas à la hauteur de sa personne. Lui, cela le fit simplement sourire, et il se pencha vers Sally pour ajouter en un murmure presque conspirateur :

« Et tu penses qu'on peut demander à Dinah de nous accompagner ? Ou tu veux que ce soit une mission top secrète ? »

« Dinah peut venir... Elle marqua une courte pause, avant de se mettre à chuchoter elle aussi. Mais si un jour tu veux me faire des confidences.... il faut que tu me dises on restera seule. »

La proposition le surprit quelque peu, et il pencha la tête sur un côté, en signe d'incompréhension.

« Des confidences ? répéta-t-il. Tu manigances quelque chose ? »

La petite lui adressa un sourire éclatant.

« Je manigance toujours quelque chose ! »

La réponse le fit rire : il n'y avait pas à dire, elle était loin de manquer d'imagination et de ressources... Bon, il supposait qu'il avait suffisamment fait attendre son amie.

« Hey ! Il attendit d'être sûr d'avoir capter son attention, avant de poursuivre. Sally propose qu'on aille explorer les rives du fleuve, tu veux venir ? Il ne put réprimer un sourire. ... Ou tu préfères continuer à ronchonner à propos de tout le chemin que tu viens de parcourir ?»

« Autant ronchonner vers un fleuve, ce sera toujours plus agréable... »

Et c'est sur ces douces paroles que la jeune femme se joignit à eux.

« Ouiiii ! Super ! Trop cool ! »

Le trio se mit en marche, Sally bondissant joyeusement à leurs côté, tout en leur racontant tout ce qui semblait lui passer par la tête : elle semblait particulièrement heureuse, probablement ravie que tout aille pour le mieux ! ... Mais les choses ne pouvaient pas durer ainsi éternellement : bientôt, une curieuse odeur vint leur chatouiller le nez, celle...

« ... Du brûlé ? »

La constatation le surprit : qu'est-ce qui pouvait bien être à l'origine de cela ? ... La petite main s'échappa de la sienne lorsque Sally s'éloigna brusquement, les devançant.

« Piston et chambre à air ! »

Ses propos les attirèrent devant un curieux spectacle : devant eux se trouvait un campement abandonné, les affaires étaient éparpillés ça et là sans logique aucune, la tente était à moitié affaissée sur elle-même et... Un feu brûlait encore, expliquant sans mal la senteur qui les avait trouvé. La découverte le mettait quelque peu mal à l'aise : et si cette personne se trouvait encore ici ? Si elle les observait ? Si...

« Des gens ont pollué cet endroit ! »

Sally semblait très déçue de ce comportement, Dinah, elle, se contenta d'hausser les épaules, comme si tout cela était bien loin de ses préoccupations habituelles.

« Oui. Et ? ... »

« Dinah.... Normalement, ceux qui viennent sur des réserves et des sites protégés doivent laisser les lieux dans l'état trouvé à l'origine - propre, en général. Je... Me demande bien ce qui les a poussé à partir aussi précipitamment... J'espère que ce n'était rien de grave. Malgré lui, il marqua un temps d'arrêt et, lorsqu'il s'en aperçut, il reprit bien vite. Ne t'en fais pas Sally, on devrait être en mesure de réparer leurs bêtises ! »

« Mais non tu t’inquiètes pour rien ! C’est juste des idiots qui ne savent pas nettoyer derrière eux. En tout cas moi je ne nettoie pas ce que les autres ont laissés ! Et puis quoi encore ? »

« Mais si on nettoie pas qui le fera ? Son regard était fixé sur Dinah, à présent. Si des malotrus s'amusent à dénaturer la nature il faut réparer et prouver qu'on est bien mieux qu'eux ! »

« Surtout qu'à six mains, ça devrait être rapide... Allez ! Une bonne action ça ne pourrait te faire que du bien ! son ton était taquin mais, la connaissant, il jugea préférable de se reculer un peu, au cas où elle envisageait de répliquer à l'aide d'un coup de coude... »

« Et on peut même chanter en travaillant ! »

Visiblement, la proposition ne semblait pas convenir à la jeune femme - d'ailleurs, elle le gratifia d'un regard noir, en guise de réprimande.

« Si vous voulez je veux bien vous regarder. Mais jamais je ne toucherais un déchet qui n’est pas le mien. »

Sally sembla accepter ce fait sans plus de cérémonie, et s'avança vers elle pour lui tendre son sac.

« Tu peux me garder mon sac alors ! On va juste tout mettre dans un coin, et au retour on prendra ce qui reste. Peut être que les personnes qui étaient ici repasseront ? »

« Peut-être... murmura-t-il d'un air absent. Curieusement, il n'était pas prêt à parier sur le retour des propriétaires... »

Dinah se saisit du sac de la fillette en soupirant, et lui se débarrassa de ses affaires non loin d'elle - lui demander de les porter aussi lui paraissait bien mal venu, au vu de la moue boudeuse qu'elle affichait. Le campement était petit, probablement pour une personne - deux, grand maximum - alors ils n'eurent pas de mal à le nettoyer et à le ranger soigneusement. Se faisant, Llwynog ne pouvait s'empêcher de se demander ce qui avait bien pu se produire... Un accident ? Une attaque par un animal sauvage ? Quelque chose d'encore pire ? ... Malgré lui, il commençait à avoir un mauvais pressentiment : peut-être que leur week-end en pleine nature ne s'annonçait plus si paisible que ça... Enfin. Lorsqu'ils eurent terminé, il ne put s'empêcher de demander à Sally :

« Alors ? Tu as repéré un bel endroit ? Ou tu veux qu'on s'installe directement ici ? »

Son enthousiasme était feint sur la dernière partie : prendre place sur un tel endroit ne lui disait rien qui vaille... S'installer sur les restes d'un campement désert devait probablement porter malheur. Dinah, qui jusqu'à maintenant s'était tenue tranquille, observa les alentours attentivement avant de lancer :

« Sans tous les déchets cet endroit est joli non ? »

La fillette fit oui de la tête - oh non... - avant de préciser :

« Oui, mais on ne s'installera pas ici. Si les anciennes personnes reviennent, elles ne pourront pas se replacer. Mais peut être un peu plus haut ? Cela vous dit d'y aller ? »

Dinah soupira, avant de lever les yeux au ciel.

« Super... Allons-y... »

Visiblement, son manque d'enthousiasme commençait à atteindre la petite : les larmes commencèrent à lui monter aux yeux, tandis qu'elle baissait la tête et grattait la terre de la pointe de sa basket.

« Désolée si tu ne t'amuses pas. »

Llwyn, qui était en train de récupérer ses propres affaires, découvrit la triste scène lorsqu'il se retourna. Le visage triste de la petite le peinait beaucoup, et il s'en voulait aussi de voir que Dinah ne se plaisait vraiment pas... Vite, il devait faire quelque chose.

« Je suis sûr qu'elle s'amuse ! C'est juste que... Le nettoyage, ce n'est pas vraiment sa tasse de thé. Sa voix était enjouée au possible, tandis qu'il ébouriffait affectueusement les cheveux de la petite. Son regard, lui, était braqué sur son ami, implorant. Et une idée lui vint. Si jamais, je suis presque sûr que je peux te porter jusque là-haut ! Comme ça tu pourras te reposer un peu, et nous gratifier de tes merveilleux commentaires ! »

A peine entendit-elle cela qu'elle se mit à sourire, comme s'il s'agissait de la proposition qu'elle attendait depuis un long moment déjà.

« Bien sûr que je m'amuse Sally, regarde ! Et, sans préambule ni le moindre avertissement, elle prit un peu d'élan pour venir sauter sur le dos de son ami, sans prêter une réelle attention à l'équipement qu'il portait déjà. Allez au galop cheval de fortune ! »

Llwyn se mit à rire, amusé, et il cru même apercevoir l'ombre d'un sourire sur le visage de Sally, alors que celle-ci se mettait à courir devant eux, leur montrant le chemin.

« Tu sais, si c'est ce que tu voulais, tu aurais pu me le demander bien avant... On a failli frôler la catastrophe, à cause de toi ! »

... Et le trio arriva bon dernier : le reste de la bande avait été plus rapide pour se gagner ce coin tranquille et idyllique.

« Ah... Navré. Visiblement, ça va devenir une habitude... Il esquissa un sourire, presque gêné. Nous avons fait un drôle de découverte, un peu plus bas... Un campement abandonné. Et nous avons éteint le feu, aussi, afin d'éviter tout accident. »


b l a c k f i s h

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Oh girl I hate to let you go
I don't know how to feel, do you want this love of mine? I thought about staying quiet, but you deserve to know the truth.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84861-i-ve-been-push http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t84959-i-won-t-break-you-unless-you-deserve-to-be-broken-llwynog-f-foxley#1193207


Contenu sponsorisé




Camping Paradis [Fe] - Page 2 _



________________________________________

 Page 2 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Camping Paradis [Fe]





Disney Asylum Rpg :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Amérique