« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

-33%
Le deal à ne pas rater :
Pack Ecouteurs SAMSUNG Galaxy Buds 2 Noir + Chargeur rapide
99.99 € 149.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Speed Dating : Pour célibataires exigeants ! [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
3 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage


Sinmora
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Sinmora

| Avatar : ➹ Daisy Ridley

Speed Dating : Pour célibataires exigeants ! [Fe] - Page 4 P3t4

« Tu es incorrigible ! »

Speed Dating : Pour célibataires exigeants ! [Fe] - Page 4 8y3q

| Conte : Hercule ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Intrigue divine ☣ Originaire de Vigrid. ϟ

Speed Dating : Pour célibataires exigeants ! [Fe] - Page 4 Rey200

| Cadavres : 5988



Speed Dating : Pour célibataires exigeants ! [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2020-10-09, 12:08


Le bâton parfait, il serait grand comme ça...
...et il pourrait s'agrandir et se réduire !
▼▲▼

Il s'était penché pour ramasser le rasoir. Lui, le détective. Celui qui avait tenu tête au clown. Puis, il avait passé la porte et je l'avais regardé s'éloigner. On pouvait réellement quitter cet endroit. Ce n'était pas une question, mais une évidence. Je me demandais si le clown était partit lui aussi, comme il l'avait dit. Et dans ce cas, où s'était-il rendu ? Pour l'instant, ce qui comptait, c'était que tout pouvait prendre fin, maintenant. Mais...

Il y avait toujours un « mais » dans la vie.

Quelque chose m'empêchait de le suivre, de partir à mon tour. J'en avais envie. Je voulais quitter ce lieu, et le plus vite possible, mais ces ténèbres... ce néant qui s'étendait au loin. Cet endroit où elle était allée. Est-ce qu'elle avait une chance de pouvoir en revenir ? Pouvait-on seulement entrer dans ce monde inconnu ? L'aider à se frayer un chemin jusqu'à nous ? Si seulement...

Avant de m'en aller, j'aurai voulu m'assurer qu'il n'y avait véritablement plus la moindre chance pour elle. Car je ne savais pas si un jour, on aurait une autre occasion de venir une nouvelle fois jusqu'ici, et de tenter de la sauver.

Penny. C'était comme ça qu'elle s'appelait.

J'avais tourné la tête en direction de la porte. Sherlock devait m'attendre de l'autre côté. J'hésitais. Je n'étais pas sûre de moi. Surtout que maintenant, j'étais une nouvelle fois toute seule, ici, dans ce lieu que je ne connaissais pas. J'avais regardé vers le néant, puis vers la sortie, et je m'étais décidée à faire un pas en direction des ténèbres.

Un grondement s'était fait entendre. Ca n'était pas le premier. Et ça ne serait sans doute pas le dernier. A divers moments, il avait été présent, enfoui dans cette immensité sombre. Etais-ce une chose ? Un simple bruit qui devait se trouver là sans raison quelconque ? Ou cela avait-il un sens ? Le clown semblait effrayé par ce son. Devait-on en avoir peur, nous aussi ? Sans doute...

Penny était partie dans cette direction parce qu'elle se sentait abandonnée. Elle avait l'impression que personne viendrait jamais la chercher. Je me demandais encore pourquoi ils n'étaient pas revenus, pour elle. Ils savaient qu'elle était toujours là. C'était peut-être trop difficile à comprendre sans avoir toutes les cartes en main. Je comprenais en tout cas ce qu'elle avait pu éprouver. A de maintes reprises, à Vigrid, je pensais être véritablement seule.

On n'est pas fait pour vivre seul. On a besoin des autres, tout autant qu'ils ont besoin de nous. C'est à force de côtoyer d'autres personnes que je me suis rendu compte de cette évidence. J'ai souvent la sensation d'être seule, isolée du reste du monde. Je me suis fréquemment sentie inutile, transparente, inexistante. La solitude est un mal atroce qui nous ronge jour après jour. Qui fera tout pour absolument tout nous enlever et nous isoler d'avantage. Une véritable descente aux enfers. En était elle arrivée à ce point ?

Ce que je devais faire pour elle me paru comme une évidence...

« Penny... ? » appelais-je d'une toute petite voix.

Pouvait-elle m'entendre ? Sherlock avait dit que cet endroit appartenait au clown. Qu'il pouvait être présent de partout et tout y faire. Si c'était le cas pour lui, ça l'était peut être pour elle aussi. Mais il n'y avait pas eu de réponses.

Si je le pouvais, je m'enfoncerais dans cette abîme pour aller la chercher. Je ferais tout pour qu'elle se rende compte qu'elle n'est pas seule, et qu'on est là pour l'aider, tout comme moi j'avais fini par m'en rendre compte.

Le clown se trompait. Je ne pleurais pas parce que je me sentais seule. Je pleurais simplement parce que je n'arrivais pas à trouver ma place auprès de tous ces gens qui comptent pour moi, et pour qui je compte. Ce sont mes amis. Ma véritable famille.

J'ignorais si je pouvais l'aider à ce rendre compte de cela. Si c'était trop tard. Si je devais le faire. Est-ce qu'on ne me voyant pas revenir, Sherlock ferait demi tour, et viendrait à son tour se perdre dans ce néant ? Est-ce que j'étais prêt à mettre sa vie en danger en plus de la mienne ?

Dans un sens, je me disais que si ils n'étaient pas revenus par le passé, c'était qu'il y avait une raison. Un jour, je la connaitrais et je reviendrais ici, afin de tenter de la ramener. Mais pas maintenant. Pas aujourd'hui. Pas comme ça.

Me tournant, d'un pas assurée, je fis route vers la porte. Mais soudain, un grondement se fit à nouveau entendre. Quelque chose provenant une nouvelle fois de ce néant. Ca ne semblait pas agressif. C'était un grondement pourtant. Mais à chaque fois qu'on l'entendait, c'était plus pour le clown qu'il semblait être adressé que pour nous. Et si... c'était absurde absurde, mais... et si ce néant communiquait avec nous ?

Me tournant et le fixant une nouvelle fois, je m'étais posé la question. Puis, je l'avais fait. Je m'étais m'aventurée un peu plus dans ce lieu, pour m'approcher de cette forme noir, qui semblait sans fond, et qui s'étendait à perte de vue sur chaque côté, tel une ligne tracée. Tout était plus sombre ici. C'était un monde plongé dans le noir, éclairé par de faibles lumières. Je ne craignais pas le noir. A dire vrai, sur ma lune, il faisait très souvent nuit. J'y étais habitué. Et j'avais de très nombreuses fois dormis toute seule dans la forêt, pour craindre ces bruits qu'on n'arrivait pas toujours à distinguer.

En marchant, je l'avais fait. Je les avais prononcés à voix haute, ces paroles...

« Les tentes en rond... s'illuminent une à une... » murmurais-je. « Et les éclaireurs, s'assoient pour chanter en choeur... »

Le fait d'y avoir songé quelques instants avant, avec Sherlock, ça m'avait rappelé ces chants qu'on entendait le soir, à Vigrid, provenant des villages de la lune. J'en avais chanté un à Jaspeur par le passé. Je m'étais promis de ne plus jamais renouveler l'expérience, et de ne plus jamais partager cela avec quelqu'un. Mais réciter ce chant, me rassurait.

« C'est un chant très doux, frais et pur comme leur âme. C'est un chant guerrier, dont le refrain les enflamme. » poursuivis-je dans le même murmure.

Il était destiné à nos Sentinelles qui protégeaient nos Cités. A ces éclaireurs qui partaient au front pour combattre les ennemis qui se présentaient à nos portes. A Aeon, et à son armée. Et aujourd'hui, à elle. Cette fille perdue dans cette abîme sans fond...

« C'est un chant d'amour, pour toutes les créatures... »

Je m'étais stoppé. Un nouveau grondement m'avait fait m'arrêter. Il m'interpellait. Cette fois ci, j'en étais certaine. Cette chose, quelle quel soit, elle nous était destinée. Elle grondait pour nous. Mais il y avait autre chose...

Je ne m'en étais pas rendu compte tout de suite. Je n'y étais pas encore véritablement habituée. Il me fallait du temps. Ca venait juste de me sauter aux yeux. Depuis quelque instants, ils étaient présents. Elles étaient de retour. Et pour la première fois, j'essayais non pas de les entendre, mais qu'elles m'écoutent. Les voix... elles étaient là...

« Là bas, dans l'azur, c'est le ciel dont on est sûr. » poursuivis-je.

Les murmures étaient toujours présent dans ma tête. Ils parlaient, mais tellement éloignés que je ne distinguais rien. J'aurai aimé que Sherlock soit là. Qu'il soit témoin de cela aussi. Qu'il puisse les entendre, lui aussi, même si je doutais que ce soit possible.

« Le foyer s'éteint. Tous ses enfants se reposent... » ajoutais-je avant de marquer une pause.

C'était la fin de la chanson. Une chanson qu'on chantait pour notre mère à tous. Une mère qui s'avérait être la mienne.

« ...dans la calme nuit, sous les étoiles, sans bruit. » repris-je.

Ce fut à ce moment là que je les entendis distinctement. Bien présent, tout autour de moi. Ces crépitements. Puis, que je les vis. Les hautes pleines de Vigrid. Longues et verdoyantes, s'étendant à l'infini. On devait être le printemps, quand les premières fleurs commencent à sortir de terre. Je pouvais entendre les créatures voler dans le ciel. Certains s'étaient déjà sans doute mis en quête de nourriture pour l'hiver, même si ce dernier semblait tellement loin. J'entendais l'eau couler de sa source jusqu'à nos grands lacs. C'était un paysage merveilleux et tellement lointain dans mes souvenirs...

Puis, je la vis elle. Une fille. Une jeune fille. Elle se tenait là, debout, à quelque pas de moi, avec sa chevelure blonde. Je m'étais mis de face pour mieux l'observer. J'ignorais totalement qui elle était. Est-ce que je l'avais déjà vue ? C'était possible, mais en même temps, ses habits me paraissaient bien différents de ceux qu'on portait par chez nous. Elle m'adressa un regard. Elle n'avait pas d'expression particulière. Puis, ça me vint comme une évidence...

« Penny ? »

Elle cligna des yeux. C'était comme si elle me voyait pour la première fois.

Un instant se passa. J'avais tenté de m'approcher d'elle, mais elle avait levé la main. Je m'étais stoppé, la regardant faire. Elle avait dirigé son index jusqu'à ses lèvres, me faisant signe de ne rien dire. J'ignorais pourquoi. Mais elle ne semblait pas effrayée. Etait-elle de l'autre côté ? Etais-je passé à mon tour ? Pourquoi je voyais tout cela ? Pourrais-je revenir un jour ?

En tout cas je comprenais pourquoi elle était allée dans cette direction. On s'y sentait tellement mieux. Plus apaisé. Même les voix me paraissaient joviales et heureuses.

Penny m'avait observé quelques instants, descendant sa main, puis tout était redevenu sombre, dans la calme nuit, sous les étoiles, sans bruit.

J'avais ressentis quelque chose d'unique. Je n'étais pas effrayé. Au contraire. J'avais la sensation d'avoir trouvé quelque chose...

Quand j'avais passé la porte à mon tour, afin de rejoindre Sherlock et notre monde, j'avais décidé de garder tout cela pour moi. Au fond de moi, j'avais cette sensation que c'était quelque chose d'important, et qu'un jour, je reviendrais ici. Mais pas tout de suite. Il y avait encore certaines choses que je devais faire avant. J'ignorais juste quoi, pour le moment. Mais ça finirait par venir. Toute chose arrive à qui a le courage d'attendre.

Avec Sherlock, on s'était retrouvé dans un ascenseur. Il m'avait tendu une lettre. Je n'avais pas besoin de l'ouvrir pour savoir de quoi il s'agissait. C'était paru comme une évidence. Il avait pris soin d'elle pour moi. Je ne savais pas si un jour je pourrais l'en remercier.

Une fois au dehors, on avait marché dans un petit parc. Il s'était excusé pour le baiser. Puis il m'avait confié que j'étais quelqu'un de bien. Que je n'étais ni seule, ni abandonnée, ni délaissée. Je voulais bien le croire, car c'était ce que je ressentais en cet instant précis. Je me sentais... vivante.

Son histoire se poursuivit par une petite fille. Une adorable petite fille qui avait confié son ballon à un clown. Je me doutais qu'il parlait de Lily. Je le savais au fond de moi. Elle ne pouvait être que cette petite fille. Elle aurait fait confiance à n'importe qui, car elle ne voyait le mal en personne. Sans doute pour cela qu'il n'y avait qu'elle qui pouvait vivre aux côtés d'Elliot, le comprendre, et l'aimer, comme il méritait d'être aimé. Il n'y avait qu'elle...

Ce qu'avait dit le détective m'avait touché en plein coeur. Il était sincère, criant de vérité. Voilà que désormais je venais d'entrer dans le petit monde de Sherlock Holmes. J'y avait déjà fait un rapide passage par l'intermédiaire de sa soeur. Cette pensée m'avait faite sourire, car dans ce monde, on s'y sentait bien.

Je me sentais bien. Véritablement bien. J'avais goûté à quelque chose, de l'autre côté, que je ne connaissais pas. Que je n'avais jamais côtoyé jusque là. Et j'ignorais vers quoi tout cela allait me mener. J'espérais juste que ce serait vers quelque chose de meilleur. Quelque chose où plus personne ne se sentira jamais plus seul. Et où je pourrais un jour comprendre ce qui c'était passé dans ce lieu. Car quelque chose avait pris forme. Ces voix... Penny... ces ténèbres... cette sensation.

Je me sentais vivante.

Quand il s'était tourné afin de me quitter, je n'avais pas hésité. Je m'étais dirigé vers lui pour le retenir. Un peu trop vite sans doute. Mais il le disait lui même, il devait parfois me retenir vue que j'allais souvent trop vite.

Je l'avais retenu par le bras. Et quand il s'était tourné, je l'avais regardé dans les yeux quelques instants, avant de m'approcher jusqu'à sa hauteur et me redresser afin de poser mes lèvres tout contre les siennes. Ce n'était pas quelque chose de fougasse comme la dernière fois. Pas quelque chose par obligation ou dans le but d'obtenir quelque chose. C'était simplement un baiser. Plutôt bref, mais un baiser tout de même.

Je m'étais ensuite reculée. Je l'avais à nouveau regardé quelques instants, avant de prononcer la moindre parole. Je n'avais pas les joues rouges. Je n'étais pas gênée par ce que je venais de faire.

« Merci. » lui avais-je murmuré.

Merci de m'avoir fait me sentir vivante le temps d'une journée et de m'avoir permis d'avancer... Voilà ce que signifiait ce baiser. Voilà quoi je pensais quand je l'avais quitté ce jour là.

FIN?

CODAGE PAR AMATIS



https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86362-chronologie-de-sinmor https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90857-sinmora-l-enfant-des-etoiles#1308759 https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90628-bible-de-rp-s-sinmora#1304498 https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85306-btonsuprme#1198939


Lily Olyphant
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Lily Olyphant

| Avatar : Lucy Hale ♥

Speed Dating : Pour célibataires exigeants ! [Fe] - Page 4 153973lucy

« Copain Grand Sourire ! »

Speed Dating : Pour célibataires exigeants ! [Fe] - Page 4 601838liliotdead

« T'inquiètes Elliot, c'est
pour Halloween... un déguisement...
mais ça fait mal... »


| Conte : Dumbo ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Dumbo ☣ l'éléphant qui sait voler. ϟ

| Cadavres : 2594



Speed Dating : Pour célibataires exigeants ! [Fe] - Page 4 _



________________________________________ 2020-10-09, 12:19


COPAIN !!!
Pour Halloween, Grand Sourire, t'es de retour ?!
▼▲▼

Deux semaines plus tard...
au Zoo de Storybrooke...


Je fixais la feuille que je tenais dans mes mains. Tout me semblait parfait. A dire vrai, je n'étais pas très sûre de ce que je recherchais. Il me fallait quelqu'un de fort, de bien bâtis. Quelqu'un qui serait capable de soulever du poids, mais aussi de faire bonne figure fasse aux visiteurs. J'avais besoin d'une personne organisée et... à dire vrai, tout me semblait conforme. Ce jeune homme avait parfaitement remplis le questionnaire que je demandais à tout potentiel nouvel employé. Il avait même dessiné un sourire à côté de son prénom et nom de famille. J'aimais quand on mettait ce genre de détails.

« Ca me semble parfait. » affirmais-je en faisant un grand sourire au parfait inconnu qui se tenait face à moi.

Il me répondit en souriant à son tour.

« J'ai juste une petite question. »

Son sourire diminua rapidement. Mais je m'empressais de poser une main sur la sienne, qui se trouvait sur le bureau.

« Ne vous inquiétez pas, ce n'est rien de bien méchant. C'est juste un petit détail. » lui dis-je avec un petit sourire.

Il baissa les yeux et il regarda la main qui se tenait sur la sienne. Ce qui signifiait... la mienne. Je l'avais retirée rapidement. Je ne voulais pas qu'il se sente mal à l'aise. Ca m'arrivait parfois de toucher les gens. Il n'y avait rien de mal en cela. Ca les mettait en confiance d'ordinaire. N'empêche, c'est fou ce qu'il avait les mains froides.

« A dire vrai, je me demandais si vous pouvez travailler les dimanche ? On est ouvert tous les jours de l'année, et le dimanche il me manque souvent quelqu'un. »

Son sourire reprit vie sur son visage. Je souriais à mon tour.

« Vous avez un magnifique sourire. » lui dis-je et il sembla ravis.

Bien entendus, il hocha la tête, ce qui me signifia qu'il était partant pour travailler les dimanches. C'était quelque chose auquel je tenais beaucoup pour le nouvel employé. Le zoo avait besoin de son équipe au grand complet, surtout en ces temps durs. Car ça faisait quelques semaines que des animaux disparaissaient. On ne savait ni trop comment, ni trop pourquoi. Une enquête était en cours !

« Bon, ben voilà. Vous êtes engagé ! » lui dis-je tout en me levant.

Il en fit de même.

« Bienvenue dans l'équipe monsieur Derry King ! » ajoutais-je, ravie.

Puis quelque chose me revint à l'esprit.

« Il est amusant votre nom. King. J'avais un ami, un lion, qui s'appelait pareil. Samuel. Par contre je ne connais aucun Derry. Ca vient d'où ? »

« D'un petit garçon. » répondit-il.

Au début, je trouvais cela bizarre. Comment le prénom pouvait venir d'un petit garçon ? Mais ensuite, je me disais qu'après tout, pourquoi pas. Même si je ne comprenais pas vraiment...

« Vous commencez demain, ça vous ira ? »

« Parfaitement. » me répondit-il avec un Grand Sourire.

J'étais sûre qu'il allait être parfait au sein de notre équipe. Un nouveau en ville en plus, selon ses dires. Je me demandais d'ailleurs comment il avait atteris à Storybrooke. Mais j'aurais tout le loisir de lui poser la question, maintenant qu'on allait se voir pratiquement tous les jours. Je suis sûr qu'on finira même par devenir amis. De très bons amis.



Dans la tête de la Grande Lily...

« Activation du protocole de défense Grand Sourire, les filles ! » prononça l'une des petites Lily au restant du groupe.

Certaines étaient vêtues d'une tenue militaire. Quant aux autres, elles portaient des lunettes de protection et se tenaient devant un appareil en forme de seringue géante.

« Il est de retour ! Vous savez toutes ce que vous avez à faire ! On ne flanche pas ! »

Toute les Lily se trouvaient dans une partie du cerveau de la Grande Lily. Une sorte de salle de contrôle.

« Lancement dans 3... » prononça l'une des petites Lily.

Les autres retenaient leur respiration.

« 2... »

Seules celles qui avaient quelque chose à faire pour activer le lancement, se pressaient.

« 1... MISE A FEU ! »

La sorte de seringue fut activée. Un bruit fut émis dans le cerveau, puis un grondement émana de la seringue. Cette dernière se compressa au bout, afin d’éjecter quelque chose de minuscule, qui glissa le long d'un immense toboggan, et qui finit par être éjecté au dehors de la Grande Lily.

Au même moment, la Grande Lily, qui ne se doutait de rien, éternua.

Le sort des petites Lily, mais aussi de la Grande, voir de toute l'humanité se trouvait dans cette minuscule chose qui venait d'être éjecté de la Grande Lily.

To be continued...

CODAGE PAR AMATIS



https://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80956-indumbowetrust#1022120
 Page 4 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Speed Dating : Pour célibataires exigeants ! [Fe]





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville :: ➹ La Mairie