MAGIC
LEAGUE

01.12.19
de Cyril


TOP RP
- bientôt -



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ You Are my Buddi ☆ Evénement #115
Une mission de seb - 20 octobre 2019
Une mission toute mignonne, toute gentille !

Partagez
 

 Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage

Bodhi Blu Butler


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Bodhi Blu Butler


╰☆╮ Avatar : James McAvoy

Ѽ Conte(s) : Rio
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Blu, l'oiseau rare

Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 318778staff2

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 295

Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 28 Fév 2015 - 0:30


« It's a new day. It's a new dawn. It's a new life! »
Il s'était passé beaucoup de choses pendant que j'étais occupé à courir vers le puits pour y jeter la baguette. Alors que je la lâchai pour la voir disparaitre tout au fond, je levai les yeux vers le ciel, remarquant que le dôme prenait une teinte étrange. Il émettait des craquements de mauvais augure. Je fixai le fond du puits abyssal d'un air anxieux. Tout compte fait, j'avais peut-être eu tort.

Puis, en me retournant, je me rendis compte que ce n'était peut-être pas moi. C'était éventuellement Pitch qui avait l'air assez mal en point, ou Emma qui venait d'apparaitre de nulle part. En tous les cas, je mis quelques secondes à réaliser que nous étions... libres. Le dôme avait disparu. Je laissai échapper un rire nerveux, passant une main dans mes cheveux défaits. On y était. On avait réussi ! Tous ensemble, nous y étions parvenus !

Je chancelai légèrement, déstabilisé par cette étrange victoire, avant de pivoter sur moi-même pour rejoindre Pitch qui s'entretenait avec... qui était ce jeune homme à l'air inexpérimenté ? Un autre dieu que je ne connaissais pas ? Où était passé Arès ?

J'observais de loin, pour commencer, histoire de prendre la température. Non pas que j'avais peur, mais je préférais réfléchir avant de me lancer étourdiment. A présent que les dieux pouvaient voir de nouveau la ville, je m'attendais à des représailles. J'écoutai les paroles de Pitch d'une oreille attentive. Sacré orateur. Peu à peu, mon oreille se fit plus fine. Une idée germa dans mon esprit tandis que je m'approchai. Je jetai un rapide coup d'oeil à mon allure et fis une moue en observant mon costume déchiré et imbibé de sang au niveau du ventre. Tant pis. Je n'étais pas un grand magicien capable de changer de tenue au gré de son humeur. Je n'étais que moi. Il allait falloir que ça soit suffisant.

Pitch se dirigea vers le puits et fit remonter lentement le sable noir qui venait surement du fond. Il avait suivi mon regard. Je ne pensais pas qu'il accepterait ma proposition. C'était insensé et pourtant... le maitre des cauchemars terrassa définitivement la malédiction qui nous enchainait à la ville. Curieusement, je ne ressentis rien de particulier. J'aurais pensé qu'un grand bouleversement aurait lieu dans mon corps ou ma tête, mais absolument rien. Tout était comme avant. Pourtant, tout était différent.

Le puits venait de s'effondrer sur lui-même.

Je lançai un regard de profonde gratitude au maitre des cauchemars. Grâce à lui, nous vivions un rêve éveillé. Plutôt contradictoire, n'est-ce pas ? J'aurai voulu lui faire une accolade mais je craignais que trop de familiarités le contrarie. Et un Pitch contrarié n'était pas une bonne idée, après tout ce que nous venions de vivre.

Il parla une fois encore en mon nom, aussi je jugeai qu'il était temps que je m'exprime par moi-même, car on allait finir par penser que j'étais muet. D'ailleurs, la fin de sa phrase me laissa perplexe. Il venait de dire à Arès que le choix lui appartenait. Le choix de me laisser vivre ou pas. En gros, c'était l'idée. J'avais plusieurs objections à proférer. Premièrement : on ne demande pas à son pire ennemi si on veut le laisser en vie ou pas ! Deuxièmement : Arès était devenu... ce jeunot-là ?

Je mimai un temps mort à Pitch avec mes mains avant de la croiser d'un air faussement tranquille. Puis, je posai les yeux sur "Arès", qui se présenta d'ailleurs d'un ton plutôt pompeux. Je tentai de paraitre étonné le moins possible. Inutile de le provoquer. Brusquement, le souvenir de ma danse et de mon tour de chant avec lui me revint en mémoire. Je me mordis les lèvres pour m’empêcher de rire, car ce n'était vraiment pas le moment.

Je me désintéressai de lui pour me diriger vers Cassandre dans les bras de June qui gazouillait gentiment. Je l'interrogeai du regard, lui demandant si nous avions bel et bien réussi, si le futur épouvantable que j'avais vu n'aurait jamais lieu, mais elle se contenta de sourire légèrement avant d'émettre un "Bouyaaa !" très impliqué. Je souris légèrement, effleurai sa joue du bout de mes doigts avant de m'écarter de June pour me diriger vers Arès.

Il avait demandé à Pitch où se trouvait Diane. Tiens donc. Son affaire avec les dieux n'était en fin de compte qu'une histoire avec la déesse de la chasse ? J'aurais bien aimé qu'elle soit là. De tous les divins, elle était la seule à être foncièrement de mon coté. Elle aurait pu calmer le tempérament de son frère. Il est têtu, borné. Il n'essaie jamais d'arrondir les angles.

Je déglutis avec peine mais le fixai calmement. Je hochai la tête par rapport au meurtre du Ténébreux. J'étais tout à fait d'accord avec lui, même si je devais admettre que sous le coup de la panique, j'avais préféré croire ce qui m'arrangeait. Je m'en voulais de m’être montré aussi stupide.

Puis, il m'accusa de torts qui n'étaient pas forcément les miens. Il remaniait les faits pour les arranger.

"Si je puis me permettre, il est très sympa votre nouveau look."
déclarai-je d'un ton désinvolte qui trahissait un fond d'anxiété. "Ensuite, en ce qui concerne notre différend, les habitants de Storybrooke ont eu à souffrir de la présence de sorciers agressifs, de loup-garous, de créatures assoiffées de sang. A chaque attaque, nous avons répondu présent. Nous avons toujours fait qu'un pour calmer les tensions et régler les litiges. Je suis fier de représenter une ville aussi diversifiée et aux multiples couleurs. Ici, chacun est accepté quelle que soit sa différence."

Je me tus quelques instants, écartant quelque peu les bras pour désigner sans vraiment le faire Regina, la méchante reine repentie, Mary Margaret, l'apprentie magicienne flanquée d'une bande de nains -ils étaient arrivés quand, ceux-là ?- Pitch Black, le roi cauchemar doué d'une bonne âme, June, l'ex-viking reconvertie en baby-sitter, Emma Swan, la shérif née d'une belle histoire d'amour et Jefferson, le chapelier fou pas si toqué que ça.

"Je représente une ville unifiée dans la différence. Je n'ai jamais voulu vous évincer ou vous expulser. Vous avez toujours été les bienvenus. Hélas, l'arrivée des Cavaliers dans la ville, puis l'annonce de Chronos a de quoi refroidir les liens. Je n'ai fait que mon devoir, à savoir protéger les habitants. Un peu naïvement, j'ai cru qu'en faisant oublier Storybrooke au monde extérieur, les problèmes disparaitraient. J'ai eu tort, je le reconnais. La seule façon de triompher c'est de ne faire qu'un."

Je l'observai, guettant sa réaction. Ca avait l'air d'aller. Ca avait l'air... non ? Bon, déjà, il n'avait pas dégainé une faux ou une épée pour me trancher la tête. De toutes façons, j'avais encore un peu de mal à assimiler le fait que j'avais vraiment Arès devant moi. Il avait vraiment trop l'air d'un gringalet, c'était assez perturbant.

Il fit une chose qui me désarçonna : il se tourna vers June pour demander à prendre Cassandre dans ses bras. Un sourire attendri m'échappa. Nous étions tous pareils, divins ou mortels : nous voulions de l'amour et rien d'autre.

Puis, alors qu'il combattait avec la viking pour obtenir la "garde" de l'enfant, mon sourire se figea alors que je découvrais qui se tenait derrière Arès. Mon coeur manqua un battement. J'aurais aussi eu besoin d'un fauteuil comme celui qu'il venait de faire apparaitre pour lui.

Elle était là.

Je ne m'attendais pas à la voir si vite. Pour tout dire, je m'étais fait -difficilement- à l'idée qu'elle resterait un souvenir à jamais gravé dans ma mémoire, et rien d'autre.

La voir là, à seulement quelques mètres, c'était tout, c'était trop. J'eus l'impression que l'air ne parvenait plus jusqu'à mes poumons. Je suffoquai presque. La plaie à mon ventre venait-elle de se rouvrir ? En tous les cas, la douleur fantôme n'était qu'un faible écho d'un futur qui n'existerait jamais. Lentement, j'enfonçai la main dans la poche de mon long manteau élimé pour sentir les cendres d'une autre réalité contre mes doigts. Des cendres aussi douces que des plumes.

Oubliant tout le reste, je me précipitai jusqu'à elle et la pris dans mes bras. Je la serrai et la soulevai de terre, enfouissant mon visage dans ses cheveux d'or. Je devenais fou. Le bonheur m'aveuglait presque. J'éclatai de rire et m'écartai d'elle pour la regarder, mes mains encadrant son visage d'ange.

"Je suis désolé."
murmurai-je.

Les derniers mots que je lui avais dit, et les premiers que je prononçais pour elle. Pas pour Arès. Je ne m'étais pas excusé auprès de lui, mais elle, ce n'était pas pareil.

Me souvenant que nous n'étions pas seuls, je m'éloignai d'elle et joignis les mains dans mon dos, même s'il était un peu tard pour paraitre calme et pondéré. Je venais de m'afficher devant des membres éminents des dieux et des Storybrookiens. Là, c'était sur, j'étais mort.

"Peggy m'a... aidée sur une affaire de loup-garou qui squattait la mairie."
expliquai-je dans une quinte de toux.

Ce qui était totalement vrai ! Même si j'oubliais l'essentiel.

Heureusement, Arès gagatisait tellement avec Cassandre qu'il prit la chose plutôt bien. Je me détendis. Les choses avaient l'air de bien tourner, tout compte fait. Qui l'aurait cru ?

"Mon bureau vous sera toujours ouvert, dorénavant."
dis-je avec sincérité. "Enfin... évitez de venir en pleine nuit parce qu'Angela risque de vous agresser. Elle est persuadée que des aliens veulent l'enlever, et comme elle habite plus ou moins à la mairie, elle la transforme en fort, la nuit. Enfin, c'est compliqué. Il vaut mieux que vous vous déplaciez aux heures d'ouverture."

Je réfléchis à mes propres paroles. Ca sous-entendait une toute nouvelle organisation. Il allait falloir travailler d'arrache-pied. Qu'importe, je n'avais rien de prévu les prochains mois, à part quelques concerts, mais bon.

"Justement, en parlant de Pitch..."

Je me tournai vers l'intéressé pour lui demander d'un ton malicieux :

"Est-ce que votre poste de fossoyeur vous laisserait suffisamment de temps pour... un petit travail municipal ? Nous vous devons beaucoup. Enormément, même. Votre aide au sein de la mairie serait très précieuse. Mais n'espérez pas nous enterrer tous, ce n'est pas ça que je vous propose."

Je souris à ma répartie. Voilà que je faisais de l'humour avec le roi des cauchemars. Il en avait fait du chemin le petit oiseau.

"Exhumer le potentiel de la ville, être au premier plan pour décider de son évolution, qu'en pensez-vous ?"

Je pivotai ensuite vers Emma.

"J'aimerais que tu représentes la justice au sein du conseil, si ça te convient, bien entendu. Il n'y a personne de mieux placée que toi pour incarner l'équilibre des puissances. Après tout, tu es l’âme de Storybrooke, Emma. Tu as réussi à nous retrouver."

J'avisai June mais m'aperçus qu'elle était partie. Je regardai alentour, elle était introuvable. Je haussai donc les épaules, déçu qu'elle se soit enfuie comme une voleuse, après tout ce qu'elle avait fait.

"Quelles que soient vos réponses, que direz-vous d'aller fêter la paix autour d'une mort subite ? Pitch, rangez vos idées noires, je parle d'une bonne bière. Je n'aime pas trop ça mais je crois que c'est de rigueur. Je connais un pub très sympa et méconnu : La fin du monde. C'est le secret le mieux gardé de Storybrooke, et je pense qu'il est temps de le partager avec vous."

Quelle idée saugrenue d'aller boire un verre en compagnie de créatures et de dieux ? Mais mieux valait tard que jamais. L'amitié commence souvent là où on ne l'attend pas.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Just like old times, dude...

Can't stop the feeling!
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13534-something-old-somethi http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14984-so-move-your-bodhi http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14982-la-vie-d-un-drole-d-oiseau

Peggy Cumulus


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


Peggy Cumulus


╰☆╮ Avatar : Dove choupette Cameron

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 816

Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 _


Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Sam 28 Fév 2015 - 16:19

Entre deux feux
ft. Les divins



Le dôme était tombé, tout était enfin terminé, ou plutôt, la fin accordait une renaissance, une union. L'image était similaire à une salle de théâtre, des sièges séparer par une ligne. Sur cette image dont le rideau venait de se baisser, la scène reliait les deux rangées pour n'en former qu'une seule. Nous étions enfin ensemble, à nouveau.
Me battre m'avait fait ouvrir les yeux, ce n'était pas moi, ce n'étais pas dans ma nature, et même si j'arrivais toujours à être là au bon moment, c'était parce qu'il m'avait voulue ainsi, j'étais là pour soutenir, pour protéger en cas d'extrême urgence, mais pas pour me battre de cette façon. Athéna s'en voulait assez, elle devait avoir la mort de son frère et de sa soeur sur la conscience, c'était là la plus grande des punitions qu'une personne pouvait s'infliger, inutile d'en ajouter.

Le dôme venait d'apparaitre, laissant nos yeux se poser sur ce qui, jusque là, nous était invisible, si proche, et pourtant, si loin. Le prénommé pitch parla, c'était un homme intelligent et sage. Mary Margaret était là aussi, je lui souris, elle allait bien, les deux petits devaient être également en sécurité. Les autres je ne les connaissais pas, il y avait un homme avec un grand manteau, et une femme aux cheveux noirs. Mon regard se porta sur lui. Je tournai les yeux vers Wilson, lui souriant. Je n'avais pas entièrement compris qui il étais, un dieu, un nouveau Dieu, ancien storybrookien. Il avait un lien avec Évelyn...c'était lui le fameux Wall-E?

Je tournai les yeux vers Arès qui tentait depuis quelques minutes de parlementer avec une jeune femme tenant un bébé dans ses bras. Cassandre, ce devait être la fameuse petite-nièce. Voir Arès, sous sa nouvelle formée, jouant les tontons gaga me fit sourire tendrement. Le puits avait disparu, les habitants étaient libres.

Bodhi était vivant.
Mon regard se figea sur lui, je sentis mon corps à nouveau léger. L'annonce de sa mort m'avait profondément blessée, au point de ne plus réfléchir à ce qui était dangereux ou non, Yen Sid aurait très bien pu me tuer.
Bodhi.
Tout le reste n'avait plus aucune importance.
Le voir, l'entendre, le toucher. C'était une sensation que rien ne pouvait égaler. J'en pleurai de joie, riant en même temps, il était là, il était vivant, nous étions ensemble.

"Je t'aime." Lui répondis-je dans un sourire.

Arès était trop occupé avec Cassandre, il n'avait sans doute pas prêté attention aux paroles de Bodhi, ou alors il s'en fichait. En même temps, il n'aurait rien pu dire.

fait par Blueberry

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
comme un funambule

Noir, blanc, gris. Fuis moi et je te suis, neutre, bon, mauvais, il est temps de jouer. ∞

Emma Swan


« Tic tac,
sonne le glas. »


Emma Swan


╰☆╮ Avatar : Jennifer Morrison

Ѽ Conte(s) : Once upon a time
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la fille de Blanche et Charmant

☞ Surnom : Marjo
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2854

Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 _


Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Sam 28 Fév 2015 - 23:56

Entre deux Feux.
To the right, to the left,We will fight to the deathTo the edge of the earth ,it's a brave new world, it's a brave new world


Now We Are Free by Lisa Gerrard on Grooveshark

Nous nous étions tous réunie près du puits,je regardais tour a tour chaque personne présente,je jetais un regard noir a Regina et un regard simplement froid en direction de Bodhi,je l'avais quand même en travers de la gorge qu'ils ait décider de nous expulsée en dehors de la ville,je voulais bien croire que le maire avait surement voulue protéger la ville ,mais sa avait été le plan le plus stupide qu'ils aient pu trouvée.Je détournais le regard pour le poser sur lui,il était la,sa voulais dire qu'il avait du affronter beaucoup de chose,son état me le montrait,je déglutis avec peine de le voir comme cela,c'était dur de voir l'homme qu'on aimait dans un sale état,je m’immobilisa a cette pensée ,mon souffle se coupa un instant avant que m'on coeur ne s’accélère,il semblerait que j'ai fait une nouvelle découverte aujourd'hui,je devait être complètement sur,je ne voulais pas me tromper encore une fois,je ne pouvais simplement pas refaire la même erreur,je secouais la tête avant de lui adresser un petit sourire ,j'y reviendrais dessus plus tard.

Il était temps d'écouter se que Bodhi avait a dire,je croisait les doigts pour qu'il n'y ait pas de débordement,je n'avais aucune envie de gérée un conflit.Mr Black pris d'abord la parole ,se présentant a tous,il expliqua ensuite qu'il c'était charger personnellement de Yen Sid,je jetais un coup d’œil en direction du corps avant de reposer mon regard sur le maître des cauchemars,un homme qu'il ne fallait pas avoir en ennemie.J'écoutais attentivement se que disait le croque-mort,je restait silencieuse ,se n'était pas moi qui devait négocier pour nous.

Puis Arès prit a son tour la parole,je jetais des coups d'oeil dans sa direction mais il semblait ne pas vouloir se jeter a la gorge de Bodhi,je ne le connaissait pas complètement ,mais il avait un sacré tempérament même si pour le moment il semblait calme,se qui était plutôt rassurant,je n'était pas sur que je serais assez forte pour le tirer en arrière si jamais il se décidais de s'en prendre au maire.

"Le Ténébreux autant que Rumplestinskin a été tué par Yen Sid."

Je me retint de réagir a cette affirmation qui était un mensonge mais si Arès en décidait ainsi et ne rejetais pas la faute sur sa soeur ,je n'allais en aucun cas ouvrir la bouche et affirmer le contraire,je ne voulais en aucun cas me mettre Arès a dos alors je me contentais d’observer ma mère un instant avant de remarquer une femme avec un bébé dans les bras,sa ne devait être que Cassandre,j'espérais que rien de mal ne lui était arriver.Arès reprit la parole ,cette fois si pour s'adresser a Bodhi ,je regardais tour a tour les deux hommes ,je pouvais voir qu'Arès contenait sa rage,quand au maire il semblait anxieux,mais avant que se dernier ne puisse prendre la parole ma mère le fit,je restait de glace quand elle eu finit de parler,ne sachant comment réagir,j'était blesser mais je ne préférais pas le montrer.

"Ne le prends pas pour toi Emma. Parce que tu es ma plus grande fierté..."

Mes yeux s’agrandirent légèrement sous la surprise,ne m'attendant pas vraiment a se qu'elle me dise cela,l’amertume que j'aurais pu ressentir quelque seconde plus tôt s'évapora rapidement,je me sentait comme une petite fille a présent,une petite fille devant sa mère qui venait de lui dire qu'elle était fière d'elle,mes yeux me piquais un peut et ma gorge se serra,je ne me retenais même pas pour lui rendre son étreinte,après tout se qui c'était passé,il était temps que j'arrête de lui en vouloir,je n'allais certe en aucun cas accepter le compagnon de ma mère mais j'arrêterais de la repousser elle,il fallait que j'avance.

"Je te pardonne maman."

J'affichais un petit sourire avant de porter mon attention sur Jefferson,mon sourire s'élargit quand je remarquais qu'il était un peut plus proche que tout a l'heure,j'arqua un sourcil quand il me toisa du regard mais mon sourire ne quitta mon visage,je levais les yeux au ciel quand il m’appela shérif."Contente de voir aussi que tu est vivant ,chapelier."Puis il éclatât de rire avant de me tacler au sol,je lâchais un léger "oomph" ,avant de rigoler a mon tour,j'était tellement heureuse de savoir qu'il était envie,je l'encerclais de mes bras ,le serrant assez fort ,peut être avais-je peur de le lâcher pour qu'il ne lui arrive quelque chose d'autre,mon visage était presser contre son cou et je fermais les yeux,j'en oubliais presque que nous n'étions pas seule.On finit par se relever,mais je n'avais presque pas envie qu'il soit si éloigner de moi,mais je me retenais de le reprendre dans les bras,mettant les mains dans mes poches.

"Ne t'excuse pas ,je comprend tout a fait et puis tu ne ma pas spécialement fait mal donc sa ira."

Je tournais la tête pour regarder les autres qui continuais de parler,quand je regardais Jeff il c'était déjà éloigner,je m’apprêtais a le suivre quand Bodhi pivota vers moi,tant pis ,j'irais le voir plus tard.Je fut surprise de la proposition du maire,un poste au conseil de la mairie ? J'hésitait un instant puis j'écoutais les arguments de Bodhi,il avait raison,j'étais la mieux placée et puis si je pouvais évitée une nouvelle expulsion ou autre idée foireuse ,je ne pouvais pas vraiment refusée.

"J'accepte volontiers ta proposition."Je sourit après a sa proposition de boire un verre entre nous."Je vais d'abord rentrer et peut être plus tard je viendrais."

Je me tournais et avançais en direction d'Arès qui était assis dans un fauteuil avec Cassandre,il était hors de question qu'ils restent tout les deux ici avant le retour d'Elliot et Lily,Cassandre avait surement faim et peut être avait-elle aussi besoin qu'on la change,je levais les mains en signe de paix.Je ne vient pas vous la prendre mais je préférerais qu'on la ramène a la maison,vue que j'habite avec elle et ses parents il est normal qu'on la ramène chez elle...vous voulez bien me suivre ?."J'attendis une réponse et après quelque minutes nous prenions tous deux la direction de la ville pour rentrer a la maison,je souriait a Cassandre,avant de regarder ailleurs,une menace de moins en ville ,mais combien de temps avant la prochaine ?."


(c) sweet.lips

*Pitch Black


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


*Pitch Black


Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pitch Black

☞ Surnom : Brioche
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 170

Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 1 Mar 2015 - 11:55

"Est-ce que votre poste de fossoyeur vous laisserait suffisamment de temps pour... un petit travail municipal ? Nous vous devons beaucoup. Enormément, même. Votre aide au sein de la mairie serait très précieuse. Mais n'espérez pas nous enterrer tous, ce n'est pas ça que je vous propose."


Pitch leva un sourcil curieux devant la proposition du Maire, travailler à la Mairie? C'était une étrange proposition, surtout pour moi. J'étais parfaitement heureux avec mon métier de fossoyeur et j'appréciais Blu, suffisamment pour laisser glisser cette plaisanterie à mon égard, mais travailler avec lui? Je ne savais pas encore, j'avais toujours travaillé en solo durant ma vie humaine, acceptant un petit coup de main de Maara de temps en temps sans plus. Si jamais j'acceptais cette proposition, je serais obligé de travailler au sein d'une équipe. Mais ce genre de proposition était unique et je savais que je pourrais changer les choses en mieux. Misère... Cela me faisait encore bizarre, je m'étais battu comme les 5 autres gardiens, pour protéger quelque chose de plus grands que mes simples plans pour supprimer la joie dans le monde, que de me venger de mon ennemi de toujours. J'avais pris les armes pour sauver une ville alors que rien ne m'en obligeait. La Malédiction m'avait changé, en quoi je ne le savais pas. Mais elle m'avait changé... Mais la Malédiction n'était plus désormais, cela... Cela pouvait avoir tellement de conséquences. Tout pouvait partir en catastrophe d'un jour à l'autre.


"Exhumer le potentiel de la ville, être au premier plan pour décider de son évolution, qu'en pensez-vous ?"


Le fossoyeur laissa échapper l'un de ses rares sourires, oui, j'allais pouvoir faire ça. J'allais faire de mon mieux. Même si je ne l'avouerais jamais, ce genre de scène me faisait croire à l'impossible. Chacun retrouvant l'être aimé sans aucune gène, la tension disparaissant comme neige au soleil, cette journée n'était plus qu'un mauvais souvenir. Il fallait reconstruire, certes, mais nous avions les moyens de le faire. Nous étions de fiers habitants de Storybrooke, n'est-ce pas? Tout était possible. 
Se tenant toujours droit au milieu de ces embrassades et retrouvailles, le fossoyeur repensa aussi au fait que le Panthéon divin semblait au courant qu'il y avait quelque chose entre moi et Diane. Il semblait plutôt bien le prendre, enfin sauf pour Apollon qui m'avait déjà rendu visite, mais tout cela était du passé. Qui sait? Peut-être que cela ne provoquera pas plus de vague? 
Cependant, au milieu de ces retrouvailles, je ne pus m'empêcher de remarquer quelques tristes visages. Celui de June qui disparut rapidement derrière les arbres, je n'allais pas partir à sa suite, cela aurait été impoli et... Je pense qu'elle avait besoin d'être un peu seule. J’espérais que je croiserais la route de la viking dans les jours à venir, elle était l'une des rares personnes que cette aventure m'avait permis d'apprécier à leurs juste valeur. Puis il y avait Régina aussi, grande perdante de l'histoire parmi les vainqueurs. Je venais de briser la Malédiction, SA Malédiction devant elle et je venais probablement de prendre sa place auprès du Maire... Ce n'était pas la meilleure des journées pour elle aussi.
Mais plus important, il y avait aussi ma fille, qui venait de s'éclipser derrière les arbres. Je n'étais pas le meilleur des pères et je le savais, mais je repensais au sentiment que j'avais ressentit lorsque Yen Sid l'avait transformé, lorsqu'elle m'avait attaqué...
Pitch se téléporta un peu plus loin, juste aux côtés de sa fille qui s'arrêta sans un mot, le Roi Cauchemar regarda sa fille avec un regard reflétant sa gène, je savais qu'elle n'aimait pas forcément ce que j'étais devenu. Qu'elle me considérait peut-être comme une personne trop "gentille" et humaine à ces yeux. J'étais Pitch Black, le monstre qui avait tué le marchant de sable, qui avait faillit détruire toute trace d'espoir dans le monde...
Mais j'étais surtout son père. 

"Maara... Je sais que tu n’apprécies pas ce que je suis devenu, plus humain, plus... Sentimental. Et je respecte ton choix mais n'oublie pas. Si je me suis battu avec tant de hargne aujourd'hui... C'était pour toi. Parce que je ne voulais pas perdre ma plus grande fierté, ma fille. Et je ne t'en veux pas pour ce que tu as fais dans la clairière, je ne t'en voudrais jamais."


Pitch regarda les yeux d'ors de sa fille, incapable de lire ce qui s'y trouvait. Puis il s'abaissa à son niveau et la serra dans ses bras, c'était quelque chose d'incertain, Pitch était tout sauf une personne à câlin, mais son côté humain lui hurlait que c'était la meilleure chose à faire. Cela ne dura qu'un instant, Pitch s'éloignait rapidement avant de tousser pour cacher sa gène, il fit un dernier sourire à Maara avant de disparaître de nouveau pour revenir dans la clairière. Juste à temps pour entendre le Maire parler de prendre une bière avec tout le monde pour fêter notre victoire.
Le fossoyeur ne répondit pas et claque des doigts, entourant le cadavre de Yen Sid dans un cocon de sable noir qui s'enfonça dans le sol, ne laissait qu'une trace de sang sur le sol. Bien, il était envoyé dans la morgue et allait passer une nuit  dans un tiroir, je m'occuperais de son enterrement demain. 
Pour l'instant...

"Normalement, j'aurais refusé. Ce type de réunion n'est pas mon genre... Mais aujourd'hui n'est pas ce que l'on pourrait considérer comme une journée normale."


Dans quoi est-ce que je venais de m'embarquer moi?

Invité


Invité


Anonymous



Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 _


Actuellement dans :

________________________________________ Dim 1 Mar 2015 - 23:13

J'avais accompli ma mission avec brio. Le groupe avait rejoint mon père et une fille qui s'était encombrée d'un bébé. J'avais senti l'énergie phénoménale que mon créateur avait utilisé, pire, j'avais cru à sa fin. Le voir me rassérénait. Si j'avais été sentimentale, j'aurais même dit que sa vue me réconfortait. Mais nous parlons de l'incarnation des cauchemars, alors autant oublier ses fadaises.

Quoi qu'il en soit, j'étais prête, prête à me battre au côté de mon père, comme avant. Sauf que cette fois, nous allions nous battre pour sauver la ville. Triste journée que celle-ci... Je ne comprenais pas pourquoi nous devions protéger ces êtres imbéciles, mais comme toujours, j'allais suivre l'avis de mon père. Le sorcier qui nous faisait face avait beau être dans un sale état, je le sentais puissant. Sur mes gardes, je ne m'étais pas assez bien préparée lorsqu'il jeta le contenu des fioles sur nous. Lorsque je ré-ouvris les yeux, toutes mes perceptions avaient changé. J'avais repris mon ancienne forme. Et il fallait que je défende mon maître. Aussi quand un homme armé de sa faux s'approcha trop, je me mis entre lui et mon maître, prête à l'attaquer, comme je l'avais été si souvent auparavant. Mes pouvoirs étaient toujours là, et l'homme sentait la peur. Ce que je ne comprenais pas, c'était pourquoi il avait peur pour moi... Et non pas de moi.

Une douleur atroce me fit brusquement crier. J'avais mal, c'était horrible de se sentir aussi mal. Mes cris résonnèrent dans la clairière, et à mes oreilles, ils sonnaient presque comme des cris humains. Ce fut peut-être le fait d'être attaquée par celui que j'étais censée servir, mais quoi qu'il en soit, le brouillard qui embrumait mon cerveau disparu et ma mémoire intacte me rappela qui j'étais et ce que j'avais failli faire. Attaquer Pitch... C'était tellement contraire à ce que j'étais, à ce que je ressentais qu'à la douleur s'ajouta la colère d'être ainsi manipulée. J'aimais le faire aux autres mais je détestais quand ça m'arrivait. Les derniers spasmes me firent tomber au sol. Et mon père accourut pour mettre ma tête équine sur ses genoux. Pour me protéger, me rassurer ? Je n'en avais aucune idée. Et sans que je ne puisse m'interroger plus que cela, le sorcier me forçat à attaquer mon père. Qui réussit à esquiver en partie l'attaque, mais je lui avais tout de même fait une blessure sur la joue. La honte, la colère, la peur d'être rejetée par la seule personne que j'estimais au monde et que j'appréciais plus que je ne le devais... Tout ce cocktail d'émotions était trop puissant pour moi...

Heureusement, mon père se releva, évitant ainsi de se faire attaquer de nouveau. Mieux que tout, je pus apprécier de le voir redevenir celui qu'il avait été au plus fort de sa puissance. Le Roi des Cauchemars était revenu, plein de puissance et de majesté. Mais bien évidemment, le sorcier ne me laissa pas tranquille. Il me poussa à attaquer mon père. Je fus stoppée avant d'arriver à lui, par des liens de sables noirs que je savais solide. Ils dépendaient de la volonté de leur créateur et si mon père ne voulait pas que je l'attaque, je n'y arriverais pas. Mon père allait vaincre, je le savais. Il n'appréciait pas que l'on utilise l'une de ses créations contre lui et allait se venger, je le savais. J'avais confiance en lui pour ça. Et cela ne manqua pas d'arriver. Un bras fut arraché, piétiné. Si j'avais été sous forme humaine et sans contrainte mentale ou magique, j'aurais applaudi. Et même souris aux paroles de Pitch.

Les choses s'enchaînèrent ensuite. Le Maire se réveilla, plein d'énergie et non plus à l'article de la mort. Il avait repris possession de la baguette et savait comment en finir avec le dôme. Donc il demanda à mon père de botter le cul de l'autre salopard. Ce que le Roi Cauchemar accepta avec plaisir. Tout en faisant ses adieux à l'autre homme du groupe. Et moi dans tout ça ? J'étais prisonnière de ma forme initiale, toujours prisonnière des liens de mon père. Je n'eus pas le droit à un regard, à une parole... Et cela me blessa bien plus que je n'aurais pu l'imaginer. C'était fini, il allait vaincre l'autre - ça, je n'en doutais pas - Et ne voudrait plus me voir ensuite. Je m'étais retournée contre lui et fille ou pas, il n'avait jamais apprécié la trahison. Même si ce n'était pas de mon fait. Mon père tua Yen Sid, une bonne fois pour toute. Et le dôme se détruisit légèrement. Pour nous protéger, il se servit de ses pouvoirs pour créer un dôme de sable noir. Mais moi, redevenue humaine, je savais qu'il ne pourrait tenir face à l'explosion du dôme. Il avait déjà utilisé trop d'énergie. Il allait mourir et ne saurait même pas ce que j'avais mis tant de temps à découvrir !

Et puis plus rien. Tout redevint calme. Le dôme, on le sentait tous, avait été détruit. Mon père abaissa le dôme et nous découvrîmes un autre groupe. Le maire et mon père se murmurèrent des choses et puis Pitch Black accueillit les nouveaux arrivants. Une brune, deux blondes, un blond, deux bruns... Je découvris qu'il s'agissait des dieux, que Bodhi avait voulu mettre dehors pour protéger la ville, au moyen de son dôme. Comme quoi, être un ancien piaf, ça n'aide pas vraiment au niveau intelligence. Il y eut des pourparlers dont je n'entendis rien. Ce n'était plus mon rôle. Ma mission était finie. Je ne restais que pour savoir ce qui m'attendait vis-à-vis de mon père.

Les choses se tassèrent et des accords furent pris. La brune de l'autre groupe - Athéna comme elle le dit ensuite - s'agenouilla devant le Roi des Dieux et lui prêta allégeance. L'aura de cette femme me plaisait bien. Et le serment qu'elle faisait, je le comprenais mieux que personne. Depuis ma naissance, j'avais fait le même concernant Pitch. C'était un engagement lourd et terrible, qui ne se faisait pas à la légère. Je regardais un instant le couple divin puis je m'en détournais. Mon père ne semblait pas avoir l'intention de venir me voir, alors autant que je m'en aille. Silencieusement, tout aussi soudainement que j'étais apparue, je me glissais dans l'ombre et m'éloignais.

Jusqu'à ce que mon père apparaisse devant moi. Je me figeais, attendant la sentence. Je ne pensais qu'à ça, même pas à cet homme qui ressentait des sentiments qu'il était devenu. J'avais eu la preuve que cela ne le diminuait en rien et c'était un coup dur à avaler pour moi. Tout comme le fait de savoir que je l'aimais. De cet amour filial dont il m'avait parlé, une fois. Je l'écoutais attentivement, figée dans ma surprise. Il ne cessait de répéter qu'il m'aimait, qu'il était fier de moi... Et qu'il ne m'en voulait pas de ce que j'avais fait sous l'emprise du sorcier. Mais moi, je m'en voulais. Atrocement. J'aurais du être capable de résister ! Ma surprise devint choc lorsqu'il me prit dans ses bras pour me câliner. Sérieusement ? Il allait jusque là maintenant ? Il me lâcha enfin et me sourit une dernière fois avant de disparaître.

Me laissant en plein questionnement. Je ne comprenais vraiment plus rien. Qu'étais-je censée faire à présent ? Mes pouvoirs n'étaient en rien diminués par ce panel de sentiments que je ressentais depuis que j'étais humaine. Je n'étais pas bonne, je n'avais certainement pas un bon fond, était-il normal de ressentir des choses dans ces conditions ? Vu les agissements de mon père, certainement. Alors j'inspirais un bon coup, séchais les larmes que je n'avais même pas eu conscience de laisser couler - sans doute la tension de mes nerfs qui se relâchaient - et me fondis de nouveau dans les ombres.

Je réapparu près de mon père qui venait d'accepter d'aller je ne savais trop où. Tant pis, en fille fidèle de mon père, j'allais rester à ses côtés. S'il ne voulait pas de ma présence, il me le ferait comprendre. Croisant les bras, j'attendais la suite sans un mot.

Mais dans ma tête, je me permis de prononcer une chose que l'on ne m'entendrait pas dire à voix haute : Moi aussi je t'aime Papa.

Evelyn Nichols


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Evelyn Nichols


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE

Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 ZHNKp2

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 599

Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Dim 1 Mar 2015 - 23:49

Entre deux feux
Conclusion




Tout s’était fini… très vite. En moins de temps qu’il n’en avait fallu, Peggy avait attaqué juste après elle, infligeant des dommages colossaux à Yen Sid à l’aide de l’armée du jeune homme qui les avait rejoints. Qui était-il ? Elle n’en était pas sûre… Elle supposa que c’était Arès qui était revenu sous une autre forme mais son fichier n’était pas assez à jour pour en être certaine. Elle se promit donc mentalement d’en parler avec Hyppolite, une demi-déesse qui avait combattu à ses côtés contre Peste et qui était devenue… quelqu’un de proche avec qui il lui arrivait de parler, notamment depuis la soit-disante mort de Wall-E.

De leur côté, Emma, Elsa et Wilson avaient unis leurs forces pour faire céder ce dôme qui finit par se briser dans un craquement sinistre. La ville était désormais apparente, on pouvait y entrer. Tout était bien. Tout trouvait sa fin. Fallait-il maudire le maire ? Fallait-il maudire les dieux ? Evelyn n’en savait pas grand-chose et s’en contre-fichait à vrai dire. Elle n’avait pas été présente au début du conflit et se refuser à faire la même bêtise que les humains : juger et condamner sans savoir tous les pans de l’Histoire… Elle préférait laisser cela aux autres, d’autant qu’ils étaient suffisamment nombreux pour ça. Elle de son côté… Voyait en ce dôme une réelle bénédiction. Elle devait être une des rares personnes à ne rien avoir perdu dans cette histoire mais plutôt à avoir gagné deux choses, les plus précieuses du monde. 1, elle avait gagné la vie de Wall-E qui n’était finalement jamais mort. 2, elle savait à présent que ce n’était pas de l’amitié qui les unissait mais un sentiment bien plus fort.

Tandis que tous s’étaient retrouvés et discutaient les uns avec les autres à propos notamment d’aller boire un verre dans un pub, comme si rien ne s’était passé, Evelyn tenta une approche vers son amoureux à pas feutré. Préférant éviter d’attaquer de front, elle recula lentement jusqu’à trouver sa place à côté de lui. Elle continuait à regarder le spectacle, droit devant elle, des retrouvailles qui s’étalaient devant leurs yeux. Elle ne disait rien, restait silencieuse, juste à côté de lui. Fermant les yeux quelques secondes, elle se revit dans cette terre dévastée, contemplant un énorme feu de joie qu’elle avait provoqué par rage, sur un bateau abandonné. Elle vit le petit robot s’approcher lentement d’elle, puis tenter de se racler la gorge pour entamer une conversation. Elle se vit alors tourner la tête vers lui et tandis qu’elle se remémorait se souvenir, Evelyn ouvrait les yeux et tournait également la tête vers Wilson, mais lentement, beaucoup plus lentement qu’elle ne l’avait fait par le passé.

Il ne semblait pas vraiment dans son état normal, comme s’il était encore chamboulé de ce qu’il venait de vivre. La jolie blonde n’en était pas tout à fait sûre, rien n’avait été aussi difficile que maintenant, alors qu’ils avaient radicalement changés, pour ne plus faire partie de la même espèce : humaine surévoluée pour elle, demi divin pour lui. Et dire qu’ils s’aimaient… Qui avait osé dire que la science et le divin ne faisait pas bon ménage ? Wall-E et EVE en était l’exacte exception. Wall-E et EVE, Wall-E et EVE, Wall-E et EVE, Wall-Eve… à croire qu’ils ne faisaient plus qu’un, dans toutes les différences qui les englobaient l’un et l’autre. Lentement, Evelyn tourna de nouveau la tête vers le groupe qui continuait à discuter gaiement et sa main se dirigea lentement vers celle de Wilson. Avec une douceur infime, ses doigts se refermèrent sur le poignet du jeune homme et elle put sentir alors tout ce qui faisait son état actuel. Il était calmé, mais toujours chamboulé. Lentement, sa main glissa le long du poignet et s’insinua dans la main de son amoureux, jusqu’à ce qu’ils finissent, l’un et l’autre, les mains entremêlées.

- Ne t’inquiète pas. Je suis là.

Silence

- Tu avais raison tout à l’heure. On est plus fort quand on est deux. Et… je ne te laisserais jamais tombé… Jamais.

Elle avait tourné la tête vers lui, et plongé ses yeux dans les siens, avec un air grave qui sciait à la situation.

- Je serais toujours là. Avec toi. Même quand tu as l’impression que tu es seul. Tu sais comment je le sais ? Parce que tu étais là, tout ce temps. Avec moi. Tu étais mort à mes yeux et pourtant…

Elle détourna le regard, le replongeant dans la masse. Ses yeux se posèrent sur Bodhi et Peggy un peu plus loin. Et tandis qu’elle lisait sur ses lèvres les mots « je t’aime », elle disait à Wall-E :

- Tu ne m’as jamais quitté.

Elle tourna le dos à la scène, se postant en face du jeune homme, sa main toujours dans la sienne. L’index de son autre main vint s’aventurer sur les lèvres du jeune homme pendant une fraction de seconde. En touchant Peggy en Enfer, elle avait vu le baiser qu’elle avait échangé avec le maire. Ca faisait quoi de se faire embrasser ? Aurait-elle aimer, elle aussi ?

- Tu sais… Moi aussi je t’aime… bien… plus que bien… Enfin tu vois quoi, je ne suis pas très douée avec ça… Je ne l’ai jamais été.

Petit rire. Ça pour le coup, il devait être au courant.

- Quand je suis avec toi… Je me sens vivante… Vraiment vivante… Je prends conscience que je ne suis plus seulement un robot mais que je respire… que je vis. Tu vois ce que je veux dire ? C’est douloureux très souvent et je n’aime pas trop ça… Mais parfois c’est aussi agréable et… c’est grâce à toi et à ce que tu me fais découvrir… Je pense que… Je finirais par avoir la patience d’apprendre à vivre comme une humaine…

Elle ferma alors les yeux, se mit sur la pointe des pieds et lentement, très lentement, approcha ses lèvres de la joue de Wall-E pour y déposer un baiser. Sa joue était douce, le moment était plein de douceur, c’était même bon, confortable, loin d’être désagréable. C’est bien les bisous sur la joue finalement… Elle reposa ses talons au sol, ouvrit les yeux et eu un petit sourire en coin.

- Mais seulement si tu as la patience de m’apprendre comment faire.

Elle tourna alors la tête et se dirigea lentement vers le groupe, attirant Wilson avec elle, toujours la main dans la sienne. Elle se sentait prête à tenter l’aventure en tant qu’humaine… plus ou moins… Et ça commençait avec le chapitre un : les interactions sociales.



fait par Blueberry

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Je t'attendrai, là où l'aube naît
by wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Wilson Wallander


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


Wilson Wallander


Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 Generation-Kuzco-1

╰☆╮ Avatar : George Blagden

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wall-E

✓ Métier : Ingénieur en robotique
Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 Q0IC1rg

☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3119

Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 _


Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Lun 2 Mar 2015 - 22:25

Plus tard....



Night is now falling
So ends this day
The road is now calling
And I must away

Wilson avait senti le besoin de revenir sur le lieu, alors que tout était de nouveau calme. Une grande part de curiosité l'avait motivé à se rendre à la frontière. Tout d'abord à cause de ce qui s'était dit, alors que les discussions s'étaient engagées, à la tombée du dôme. Plus rien n'empêchait plus personne de sortir de Storybrooke. Il savait qu'en tant qu'être divin, il pouvait s'enfuir depuis des mois déjà... Mais il s'était enfermé de longues semaines et jamais l'idée de partir ne lui avait effleuré l'esprit. Parce qu'il s'agissait du seul endroit qu'il connaissait sur ses terres. Il ignorait tout du monde. Un éclat de tristesse illumina ses yeux l'espace d'une seconde. Son côté aventurier n'était plus aussi prononcé qu'avant... A moins que ce soit simplement par peur qu'il le mettait de côté. Ce qui s'était passé avec Eve, un peu plus tôt, lui avait redonné du courage. Il avait l'impression de se retrouver et il n'en doutait pas, ça ne pouvait aller qu'en s'arrangeant. Il fallait qu'il recommence à avoir de l'espoir.

Les mains dans ses poches, il se trouvait là à regarder les arbres tout autour, s'agitant sur place. Ce fut timidement et avec une légère appréhension, un peu d'adrénaline aussi, qu'il se rapprocha de l'endroit où se trouvait auparavant la ligne. Les yeux grands ouverts, effrayé à l'idée que tout ça ne marche pas, il leva son pied, lentement, et le posa précautionneusement de l'autre côté. Son cœur battait très fort, c'était une sensation étrange. Tous les habitants étaient auparavant prisonniers et voilà que tant de portes s'ouvraient à eux... Il se mit à sourire bêtement, passant totalement hors de la frontière, avant de reculer à nouveau. Et il répéta cette opération trois fois, comme un gamin qui découvrait un nouveau jeu. Il se sentait libéré, euphorique, sans doute parce qu'il s'imaginait tout ce que cet événement pourrait entraîner de bien... Il n'avait pas envie de penser aux autres conséquences, pas pour le moment, juste au bonheur des gens qui pourraient découvrir de nouveaux horizons.

Quelques minutes passèrent après lesquelles il se rapprocha du puit, s'y appuyant. Wilson ne pouvait s'empêcher, étant ici, de se repassera la scène du bouclier cédant, grâce à Emma et... à cette autre fille. Sa curiosité concernant le renouveau de Storybrooke n'était pas la seule raison de sa présence à cet emplacement précis. Cette autre fille. Celle sans qui, il le ressentait ainsi tout du moins, la Sauveuse n'aurait peut-être pas réussie son exploit. Il y avait quelque chose d'étrange en elle et il n'avait pu s'empêcher de se demander pourquoi elle était là, qui elle était... Elle l'intriguait.

Alors que son regard était porté au loin sans vraiment rien fixer de précis, elle apparut.

« Il faut arrêter de me chercher. Il faut arrêter de m'appeler. »

Il crut d'abord à une hallucination, se disant que son esprit se jouait de lui, parce qu'elle se présentait soudainement alors qu'il pensait à elle. Penchant sa tête sur le côté, il resta à la regarder, cette jeune femme brune dont le regard lui semblait familier. Elle portait les même vêtements qu'il y a quelques heures, toujours aussi abîmés. Comme si cela faisait longtemps qu'elle était en lutte. Contre qui ? Contre quoi ? Et comment avait-elle pu l'entendre, alors qu'il n'avait prononcé un mot ? Comment pouvait-elle savoir qu'elle le cherchait ? Le seul qui avait déjà pu lire dans ses pensées étaient... un dieu. Alors, elle aussi faisait partie de cette famille tordue ?

« Pourquoi ? »

C'était la seule question qui lui venait à l'instant, alors qu'il en avait des milliers à poser. Se redressant, il se rapprocha légèrement mais elle se contentait de l'ignorer et de faire comme s'il n'avait pas bougé. Il avait ce sentiment de l'avoir déjà rencontré, de la connaître... Mais ce n'était pas comme un « déjà-vu », c'était une sensation pure. Il savait qu'en dehors de cette nuit, jamais il ne l'avait croisé. Il ne connaissait pas cette apparence. Seulement ce qu'elle dégageait.

« Qui es-tu ? »

Wilson faisait de son possible pour adopter un ton chaleureux, rassurant, sauf qu'il savait que ça ne suffirait pas. Elle ne le regardait même pas.

« Ce n'est pas important. Il faut arrêter de me chercher. »

Contrairement à ce qu'il aurait pu ressentir face à une telle réponse, il n'avait aucune frustration. Ce n'est pas comme si elle ne le voulait pas... Il ne savait l'expliquer, mais, à la posture si distante qu'elle s'imposait, elle n'avait pas le choix.

« Pourquoi ? »

Il ne voulait juste pas qu'elle parte. Il fallait qu'elle reste, qu'elle lui donne un peu de temps, pour poser les bonnes questions, pour faire les liens dans sa tête, pour tout remettre en place... Elle secouait juste la tête. Elle ne pouvait pas répondre.

« Pourquoi est-ce que je t'ai senti tout à l'heure, alors que je cherchais Cassandre ? »

Oui. C'était plus clair maintenant. Lorsqu'il avait établi la connexion avec l'enfant de Lily et d'Elliot, quelque chose l'avait perturbé, en plus du mal de crâne que cela lui avait procuré. Une peur l'avait envahi, toute proche, venant... de l'autre côté du bouclier. La sienne alors ? Celle de cette fille dont il ignorait l'identité ?

Il n'hésita plu. Au lieu d'essayer de la calmer avec des mots, il tenta de le faire avec son pouvoir. Elle avait l'air si inquiète... Il voulait juste qu'elle aille mieux. Sauf qu'il ne sentit rien. En général, c'était comme une onde qui s'échappait de la personne pour se frayer un chemin en lui. Mais là, pas la moindre émotion, pas le moindre partage possible. Il se sentit soudainement triste et en colère, de ne pouvoir rien faire pour elle. Était-ce lui qui commençait à perdre de sa capacité ? Est-ce qu'il était à bout de force sans s'en rendre compte ? Non... Non, il avait cette vibration en lui, tout au fond, qui confirmait que rien n'avait changé, que tout était encore en place, que ce n'était pas lui le problème... C'était tout simplement elle, qu'il ne sentait pas.

Son visage se décomposa alors qu'un souvenir désagréable venait de s'immiscer dans sa tête, celui de Chronos. Lorsque ce dernier s'était introduit au plus profond de son être, ce même sentiment de vide l'avait envahi. Ce « rien ». Pesant, lourd, étouffant. Très vite, il fit abstraction de cette pensée cependant, et n'eut pas une seconde l'idée que cette femme soit une de ses représentations, de ses pièges. Parce qu'avec elle, c'était plus... Ce n'était pas pareil. L'air était léger, flottant, comme si plus rien n'avait de prise sur lui.

Il se rapprocha d'elle. Il ressentait si fort cette envie de l'aider, de la protéger, naturellement, pour une raison que lui-même ignorait. Il avait toujours eu envie d'être gentil avec tout le monde mais là... c'était plus fort. Par pur instinct, il décida de prendre sa main.

Comment... Ce contact avait été plus fort qu'il ne l'avait supposé. Il savait. Il le sentait réellement, maintenant. Il la connaissait bel et bien. Levant la tête, il la regarda interloquée, entrouvrant la bouche sans pouvoir parler. Elle le lâcha immédiatement, lui faisant dos sans un mot, commençant à partir. Wilson était perdu.

« Petit bébé ? »

Les mots étaient sortis d'une voix douce. Tout cela était très étrange pour lui, il ne savait pas ce qu'il devait ressentir. Devait-il avoir peur ? Devait-il s'inquiéter ? Devait-il se mettre à pleurer ou casser un arbre ?
Elle se retourna vers lui, ses cheveux tombant sur ses épaules et il remarqua très vite ses yeux humides. Son pouvoir ne marchait peut-être pas, mais il sentait sa tristesse, à l'intérieur de lui. Tout ça, tout ça n'avait pas de sens.

« Il faut que tu arrêtes de me chercher. »

Il s'en fichait tellement de ce qu'il devait faire. Reprenant ses esprits, il ne voulait pas qu'elle s'en aille, pas là, pas maintenant.

« Cassandre, attends... »

Dire que c'était l'enfant de Lily et d'Elliot face à lui. Presque aussi grande que sa maman... Plus grande que sa maman. Sa maman est petite. Ce n'était pas la question... Il s'en rendait pleinement compte à présent. Il ne l'avait vu petite qu'à une seule reprise, alors qu'il n'était pas vraiment lui, et à cet instant déjà il avait eu envie de la protéger. De la protéger de ce qui l'habitait et de ce qui voulait la prendre, sans pouvoir rien faire. Il avait l'occasion d'agir, maintenant.

« Pourquoi ? »

Toujours et encore cette même question. Pourquoi ne se montrait-elle pas aux autres ?

« Pourquoi as-tu aidé Emma ? »

Pourquoi restait-elle seulement une figurante ? Pourquoi était-il nécessaire qu'elle les aide ?
Il l'entendit simplement murmurer qu'elle n'aurait pas du faire ça. Et il comprit la raison de cet agissement particulier. Elle était à l'intérieur, à Storybrooke, c'est là qu'il l'avait ressenti. De l'autre côté, son père et sa mère. Eux qui ne se trouvaient pas en ville. Elle aurait été séparée d'eux. Alors elle avait agit.

Il se pinça les lèvres, s'imaginant qu'à l'instant, elle – ou du moins, le elle « enfant », se trouvait avec ses parents, en sécurité. Pourtant...

« Comment... Comment peux-tu être là ? »

Parce qu'elle était bel et bien là. A côté de lui. Il l'avait touché, il savait que ce n'était pas qu'une ombre venue du futur ou d'une autre dimension. Elle était présente ici, avec eux tous.

« Je ne sais pas... Elle m'a dit que ça ne pouvait être autrement. »

Qui ? Qui osait ? La pauvre petite... Ce n'était qu'une enfant, après tout. Plus douée que les autres grâce à son patrimoine, certainement, mais pourquoi lui faire subir une telle chose ?

« Tout ça est bien réel, n'est-ce pas ? »

Elle ne répondit pas mais il savait que ça l'était. Il avait juste eu besoin d'en avoir la confirmation. Comment était-ce possible ? Pourquoi ? Quelles raisons poussaient une telle chose à se produire ?
Ses yeux ne la quittaient pas, alors qu'il se sentait impuissant face à ce qu'elle vivait. Elle n'allait pas bien, ça se voyait, ça se sentait, ça se respirait, il ne pouvait le supporter. Alors qui était-il pour lui faire subir un interrogatoire sur ce qui se passait ? Elle n'y pouvait rien. Quelqu'un se trouvait derrière tout ça, c'était évident. Elle se contentait de subir. Parce « qu'elle l'a dit ».

« Tu devrai te montrer à eux. »

Immédiatement, il sentit comme une boule se former dans son estomac, mal à l'aise lui-même de devoir demander une telle chose, alors que le visage de Cassandre reflétait sa tristesse.

« Ce serait trop dur pour les adieux... »

Son cœur s'arrêta de battre. Il ne pouvait s'imaginer que le moindre mal ne vienne frapper cette enfant... Pourtant... Parce qu'elle semblait savoir ce qui allait lui arriver. L'accepter peu importe le mal que ça puisse lui faire. Wilson ne pouvait accepter une telle chose. Cette enfant n'avait rien fait... Il n'eut qu'une envie. La prendre dans ses bras et lui dire que tout irait bien. Lui promettre qu'il allait l'aider et que tout s'arrangerait. Qu'elle n'aurait pas à leur dire adieu.

Mais en un clignement d’œil, elle n'était déjà plus là.

lumos maxima

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I stay up all night, tell myself I'm alright. Baby, you're just harder to see than most. I put the record on, wait 'til I hear our song. Every night I'm dancing with your ghost. How do I love, how do I love again ?

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8971-wilson-wall-e-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t9124-wilson-allons-rallumer-les-etoiles#77617

Contenu sponsorisé







Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe] - Page 7 _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 7 sur 7
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Evénement #20 : Entre deux Feux - groupe Storybrooke [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville :: ➹ Grande Place