Sur le Fil
du Rasoir
de Nat

Le Péché Divin
de seb

Merry Christmas
de Nanis


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Sur le Fil du Rasoir ☆ Evénement #88
Une mission de Balthazar Graves - Ouverture : 22 novembre 2017
« Serez vous prêt à venir flotter en bas avec notre Clown ? »

Partagez | .
 

 [Fe] The Phantom Manor †

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage

Solal A. Dorado


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Gaspard Ulliel

Ѽ Conte(s) : La Route d'Eldorado
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tulio

☞ Surnom : Klem



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 520
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Jeu 7 Mai 2015 - 16:03

Ce voyage allait être long. Il ne savait pas pourquoi mais il sentait qu'il allait maudire son père plus d'une fois de l'avoir obligé à participer à tout ceci. Il avait fait un effort de courtoisie et personne n'avait réellement pris le temps de lui répondre. Enfin l'arrivée massive de personnes devait être une réponse. Mais il n'en restait pas moins qu'il ne ferait plus d'effort si cela se soldait toujours de la même façon. Il resta donc en retrait écoutant les nouveaux arrivants se présenter les uns après les autres. Levant un sourcil circonspect alors qu'ils semblaient se faire un devoir d'étaler leur pedigree complet. C'était d'un ridicule. Heureusement personne n'attendit rien en retour de sa part. De toute manière, il n'en aurait pas eu le temps.

Il redressa la tête en entendant l'annonce d'embarquement et suivit le petit groupe presque à contrecœur, il fronça les sourcils en observant le manège de la jolie blonde. Elle avait touché Vassili et avait pu en conclure qu'il avait été un robot. Solal détailla d'ailleurs le type. C'était vrai qu'il avait l'air un peu coincé mais de là à dire qu'il avait une tête de robot. Mais la suite fut tout aussi étrange. La fille aussi aurait été un robot. Peut-être que ça expliquait certaines choses. Il fronça les sourcils à nouveau et soupira. Bon sang mais il n'avait rien bu pourtant. Il avait même évité le Starbucks parce que n'ayant jamais pris l'avion, il ne savait pas comment son corps réagirait en altitude.

Il poussa un léger soupir et continua à avancer. Il pénétra dans l'avion et laissa son regard s'égarer un instant sur les rangés de sièges. Il capta du coin de l'oeil la strip-teaseuse attirer avec elle le robot et le type qui avait accaparé la blonde pendant les présentations. Il avait cru comprendre qu'il s'appelait Jamie. Il avisa la botaniste/ancien robot un peu bizarre mais incroyablement sexy s'installer près d'un hublot. Et pendant un instant, il fut tenté d'aller la rejoindre. Il était curieux. Et avoir une fille comme elle dans ses relations pouvait toujours être utile non ? Toutefois, il n'avait pas envie de jouer le même jeu que le dénommé Hans qui ne trompait personne. Qui est-ce qui se présentait comme célibataire sérieusement ? A part si on voulait afficher dès le départ qu'il avait l'intention de draguer tout ce qui bougeait.

Non, il préféra jouer la prudence et s'installa à l'écart. Et puis, étant donné qu'il ne connaissait pas encore la sensation que procurait l'avion, il préférait, le cas échéant, être seul à sa place pour vider ses intestins dans un sac en plastique. Même si il ne doutait pas de la forte constitution de son corps. Il n'aurait pas le mal de l'air. Il n'avait pas le mal de mer. Il ne voyait pas pourquoi il y aurait une différence énorme entre les deux. Il s'installa donc confortablement dans son siège et attendit le décollage un peu nerveusement peut-être.

Et contre toute attente, tout se passa bien. Il ressentit une légère pression dans ses tympans comme lorsque l'on plonge un peu trop profondément à la piscine mais rien de plus. Pas de sueur froide, pas de nausées. Rien de tout cela. Un léger soupir lui échappa et il se permit enfin de toucher à la télé devant lui. Il positionna les écouteurs dans ses oreilles et s'installa. Prêt à passer les futures prochaines quatorze heures. Cela promettait d'être long. Surtout si les films qui passaient étaient des films à l'eau de rose. Il haussa les yeux au ciel en poussant un nouveau soupir. Bon et bien... Il pouvait toujours observer le paysage. Il tourna la tête et regarda à travers le hublot. Des nuages... Et encore des nuages... Et toujours des nuages. Génial.

Il ne lui restait plus qu'à sortir son portable. Il brancha ses écouteurs, laissa la musique l'imprégner et lança une partie de Candy Crush. Sa batterie n'allait sans doute pas tenir jusqu'à la fin du voyage mais au moins, il allait pouvoir débloquer un certain nombre de niveau. Il dut s'endormir à certains moments. De toute manière, il n'y avait pas grand chose d'autre à faire. Il se permit quelques sourires charmeurs à l’hôtesse de l'air chaque fois qu'elle s'arrêtait près de lui. C'était là sa seule source de distraction après tout.

Et il fut heureux lorsque l'avion atterrit enfin. Il allait enfin pouvoir dégourdir ses grandes jambes. Il commençait à avoir des fourmis dans les jambes à force de rester assis. Il s'étira rapidement et sortit de l'appareil pour rejoindre l'aéroport et récupérer son bagage. Il jeta un coup d’œil autour de lui pour repérer les autres. Avant de lever les yeux au ciel lorsque Calliope s'écria qu'elle avait faim. Elle avait toujours un boyau de vide celle-là, c'était pas possible. Il suivit néanmoins le mouvement et il ne put retenir un léger sourire en constatant que le Starbucks était fermé. Au moins, il ne perdrait pas un moment de plus avant d'arriver à leur lieu de destination. Ce n'était pas qu'il n'aimait pas les aéroports mais il était plutôt pressé d'arriver. Il n'était pas contre l'idée d'un bon lit et d'une bonne douche. Il suivit donc le mouvement sans un mot vers la sortie. Il n'y avait pas grand chose à voir pour l'instant. Il faisait nuit noir. Il étouffa un bâillement et laissa Calliope faire la distribution des taxis.

Il laissa Evelyn s'installer à l'avant sans rechigner et contourna le taxi pour prendre place à gauche. Et il ne bougerait pas, c'était hors de question qu'il se retrouve au milieu. Il laissait la place à Kiana. Il se doutait que Pitch n'apprécierait pas non plus la place du milieu. Une fois tout le monde installé, il tourna la tête vers la vitre et attendit le départ. Passant la grande majorité du trajet à essayer de percevoir le paysage sauvage de l'Ecosse malgré la pénombre. Mais sa contemplation fut perturbée par l'arrêt du véhicule et... Evelyn qui s'envola à travers la fenêtre. Il partagea la stupeur du chauffeur sans aucun doute. Se demandant ce que la jeune femme faisait et pourquoi elle n'avait pas ouvert la portière en entier pour sortir. Comme n'importe quelle personne censée l'aurait fait. Mais visiblement, il était tombé sur un groupe rempli de personnes étranges. Et visiblement, ce n'était pas le croque-mort le plus bizarre.

"Mais qu'est-ce qu'elle fabrique ?"

Il se détacha à son tour et ouvrit sa portière pour passer la tête au dehors en se levant à moitié. Mais la pluie et la pénombre l'empêchaient de percevoir clairement ce qu'il se passait. Il poussa un soupir et se réinstalla dans la voiture. Il était trempé maintenant. Il espérait que le temps n'allait pas être ainsi tout le séjour parce que ça allait rapidement lui taper sur le système. Il préférait de loin les endroits chauds et ensoleillés. Alors l'Ecosse n'était clairement pas sa destination de voyage favorite. Toutefois, il se contenta de pincer les lèvres d'agacement et attendit que Evelyn se décide enfin à rejoindre leur taxi.

Il ne commenta pas lorsqu'elle parla de chaussures à réaction. Il ne savait pas si le chauffeur avalerait son histoire mais lui n'y croyait pas un mot. Mais cela ne l'étonnait même pas au fond qu'elle sache voler. Avec toute cette histoire de malédiction et de magie qui régnait à Storybrooke, rien ne l'étonnait plus. Et puis... il n'était pas facilement impressionnable. Il attendit bien sagement que le véhicule redémarre et ne fit aucune remarque lorsqu'il entendit qu'ils allaient s'arrêter pour manger. Il n'avait pas plus faim que cela. L'estomac noué par le voyage. Mais ce n'était peut-être pas le cas de ses compagnons. Il sortit donc de voiture lorsqu'ils arrivèrent devant un pub un peu miteux. Étrange mélange de cultures que voilà.

Il pénétra à l'intérieur sans forcément vérifier si les autres le suivait. Plus vite rentré, plus vite ressorti. Et si ils ne savaient pas auparavant qu'ils étaient en Ecosse et bien maintenant, il n'y avait plus place au doute face à la décoration. Le monstre du Loch Ness ou tout autre objet s'y référant occupait les lieux. L'endroit sentait le vieux tabac à plein nez. L'odeur avait imprégné les lieux, des murs aux meubles. Et il dut faire un détour après avoir cogné contre une table qu'il n'avait pas vu. Il faisait sombre, il y avait peu d'éclairage et les quelques lustres présents n'offraient pas une lumière franche. Il faudrait donc se contenter de la pénombre. C'était peut-être pour éviter qu'ils ne distinguent trop clairement ce qu'il se trouvait dans leurs assiettes. Il se serrait écouté, il aurait fait demi tour. La présence réduite des personnes occupants les lieux lui offrait un aperçu suffisamment clair de la situation. Le peu de clients montrait indéniablement qu'ils n'étaient pas entrés dans le meilleur pub du coin.

Mais il n'était pas le seul à décider et les autres avaient déjà commencé à s'installer. Il suivit donc le mouvement encore une fois et attendit qu'un serveur à moins que ce ne soit le maître des lieux ne viennent prendre leur commande. L'homme paraissait sympathique autant qu'il puisse en juger. Quoiqu'un peu trop curieux peut-être. Et son humour un peu lourd. Mais il avait une attitude franche et ouverte. Son visage transpirait l'honnêteté. Le genre de personne qui agaçait rapidement Solal en réalité. Il aurait bien voulu commander rapidement et sans tout ce blabla.

"Et où allez-vous par ce temps ?"

"Au manoir Van Tassel, près du Fort Augustus. Vous connaissez ?"

Peut-être que si il répondait rapidement à ses questions, il arrêterait de jacasser comme une pie et s'en irait préparer leurs commandes. Et de fait... Ses propos eurent le don de faire taire le tavernier qui blêmit d'un coup. Leur jetant des regards apeurés. Pour le coup, ça en devenait presque étrange. Comme dans ces films de fantômes et de manoir hanté où les héros étaient prévenus par un type un peu louche de ne pas s'approcher mais qu'ils y allaient quand même. Et cette fois-ci, ça ne loupa pas non plus. A croire que ça aussi, ça faisait parti du folklore local. Le type posa brusquement les mains sur la table en se penchant vers eux. Un peu plus et Solal en aurait presque sursauté de surprise.

"Méfiez-vous de cet endroit ! Je vous en prie faites attention ! N'y allez pas de nuit. Prenez des chambres dans une auberge pour la nuit mais ne vous approchez pas de cette endroit. Attendez demain matin si vous tenez réellement à y aller mais..., sa voix se changea en murmure alors qu'il se penchait un peu plus vers eux. Cet endroit est dangereux la nuit. Surtout pour les étrangers ! Prenez garde !, il se redressa finalement avant de reprendre plus fort. Faites ce que vous voulez mais je vous aurais prévenu."

Puis sans un mot de plus, il s'éloigna. Ignorant les questions qu'auraient pu lui poser les voyageurs. Même lorsqu'il leur apporta les plats qu'ils avaient commandé. Solal avait soigneusement évité tous les trucs qu'il ne connaissait pas sur la carte d'ailleurs. Il n'avait pas tellement envie de se retrouver à manger des boyaux de brebis farcis. Carrément immonde. Il posa donc un regard sur son assiette avant de poser un autre regard sur le tenancier alors qu'il s'éloignait à nouveau.

"Et ben... Carrément flippant ce type. Bon sur ce... Bon appétit"

Il attrapa ses couverts et commença à découper son steak saignant. Rien ne valait un bon steak et des frites selon lui.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Comme un souvenir d'enfance
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/post

Pitch Black


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pitch Black

☞ Surnom : Brioche

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 173
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 7 Mai 2015 - 22:31

- Tu m'étonnes que tu ne veux pas qu'on fasse une blague sur ton nom... Tu devrais traîner en justice tes parents pour t'avoir appelé comme ça.

Tutoiement, tutoiement, je sens que ce voyage allait être une vraie partie de joie. Mais passons ce... Manque de politesse et cette remarque sur des supposés parents qui n’existaient pas, je devais admettre que notre groupe était étrange, et cela commençait déjà de parler de robots, splendide. Cependant ce voyage me semblait de plus en plus louche. J'étais moi-même quelqu'un qui n'hésitait pas utiliser la ruse pour attendre mon but, et je savais donc reconnaître un joli petit mensonge lorsque j'en voyais un. Je ne savais pas qui se croyait plus malin que tout le monde, mais il allait avoir une mauvaise surprise, une très mauvaise surprise.
De toute manière, j'allais m'amuser pendant ce voyage, d'une manière ou d'une autre.
Soudainement, je sentis la scientifique blonde me frôler le bras. Je n'étais pas du tout une personne de contact, et ce qu'elle venait de me faire me déplaisait fortement, mais elle retira sa main aussitôt, ne laissant qu'une légère sensation d'électricité statique, mais c'était là. Je n'aimais pas que quelqu'un utilise ses pouvoirs sur moi en croyant que je ne le remarquerais pas, il suffisait simplement de commencer une conversation.

- Je peux vous aider avec la technologie si vous avez besoin

Au moins elle était polie, mais je me demandais où est-ce que pouvais aller ce sort, est-ce que s'en était vraiment un? Je pencherais surement sur un scan, même si elle devait se trouver à un niveau de technologie dépassant de loin mes compétences, hum... De l'aide serait la bienvenue, en effet, même si j'aurais apprécier qu'il n'y ai pas ce scan.

"J'apprécie le geste, et je dois admettre que la technologie n'est pas mon fort, mais la prochaine fois posez moi simplement la question, le scan n'était pas nécessaire, néanmoins discret, n'était pas nécessaire."

Pitch soupira de nouveau, il n'avait nullement envie de se montrer condescendant, mais il n'était pas d'humeur à commencer une discussion maintenant, il y aurait pleinement le temps dans l'avion, et certaines personnes venaient de piquer mon intérêt. Surtout lorsque les discussions reprenaient de plus belles, et que... Calliope pouvait voir les fantômes? Intéressant, la peur de l'esprit vengeur des morts était commune, principalement dut au fait que nombre de films d'horreurs piochaient allègrement sur dans le sujet, ne se privant nullement d'ajouter ectoplasmes et poltergeists jusqu'au point où cela en devenait presque redondant. En tant que fossoyeur de la ville la plus étrange du monde, il était de mon devoir de m'assurer que les morts... Restaient bien à leurs places. Après tout, personne ne voulait se réveiller avec un Rumpelstikin zombie, n'est-ce pas? Quand à Hans, Kiana et Solal, je m'attendais à une surprise de la part d'entre eux, autre le fait que d'être célibataire de la part d'Hans. Je partais du principe que chaque habitants de Storybrooke cachait une surprise, bonne ou mauvaise. Bien sûr, cela n'était pas toujours le cas, et je ne montrais aucune inquiétude envers ceux qui allait surement devenir mes compagnons de voyage, mais je préférais éviter un... Incident.

Mais oublions cette histoire pour l'instant, il était temps de prendre l'avion, une nouvelle expérience. Se téléporter aurait été bien plus simple mais... Il y avait bien trop de caméras aux alentours, et cela serait me compliquer inutilement la vie, j'avais un billet d'avion prêt pour ce voyage, autant l'utiliser.
Et le voyage fut... Étonnamment calme, légèrement chaotique lors du décollage et de l'atterrissage et avec quelques rares turbulences, et il était difficile de correctement gérer mes cauchemars lorsque je me trouvais dans une boite en métal volant à plusieurs kilomètres du sol, alors après quelques infructueux essais et une coupe de champagne commander à des hautesses qui viraient au blanc pale dès que j'avais une commande je décidais simplement de "somnoler" mon état de croque-mitaine m'empêchait de réellement dormir comme un être normal. Mais le voyage se déroula sans réelle encombre, un peu ennuyeux, même. Ce n'est pas que je me plaignais, l'ennui était une chose que je commençais à apprécier maintenant.
Le voyage se termina enfin par l'arrivée à l'aéroport d'Édimbourg alors que Calliope voulait... Commencer son voyage dans un starbuck, je ne savais même pas que ce genre de café existait, le seul exemple que j'avais était les rares fois où je me rendais chez Granny, et encore je préférais éviter, les clients quittaient généralement la salle peu de temps après. Notre groupe fut récupérer par un chauffeur répondant au nom de Marcus, qui était l'heureux détenteur d'un accent écossais 100% d'origine, et Callio s'occupa de la distribution des... Taxis.
Je sens que le voyage allait être une vraie partie de plaisir, après tout, tout le monde aimait passait 4 heures aux côtés de votre pire cauchemar d'enfance.

- Bon, ce n'est pas difficile pour les taxis ! Je vais dans le taxi de Marcus, avec Jamie, Vassili et Hans. Vous autres, vous allez dans l'autre. Ça vous va, c'est bon ?

Ce qui me laissait avec Solal, Kiana et Madame coup de jus. Je suppose que j'allais devoir faire avec, même si l'envie de chevaucher un de mes cauchemars me tentait de plus en plus, mais je m'étais montré discret jusqu'à présent pour beaucoup de raisons, autant continuer. Et j'aurais aimé que d'autres personnes dans ma voiture est là même ligne de conduite, parce que... Comment le dire sans être impolie. Niveau discrétion, on pouvait mieux faire que sauter de la voiture en cours de route pour aller prendre des nouvelles de la voiture en face. C'était... Incroyablement stupide. Et personne ne croyait son explication sur ses bottes à propulsion. Misère.
Le temps se dégrada de plus en plus alors que le groupe entra dans une auberge frôlant le miteux, j'appréciais la pause, et l'idée d'un repas chaud était la bienvenue, alors je n'allais pas faire de commentaires. Ce qui attira mon attention et m'arracha un léger sourire était le piano qui se trouvait dans un coin de la salle, voilà qui était la bienvenue avant de reprendre la route. Mais je devais d'abord discuter de quelques points avec tout le monde.
Pitch commanda simplement de l'eau avec un steak bien saignant, et se contenta de lever un sourcil curieux lorsque le tavernier ajouta:

"Méfiez-vous de cet endroit ! Je vous en prie faites attention ! N'y allez pas de nuit. Prenez des chambres dans une auberge pour la nuit mais ne vous approchez pas de cette endroit. Attendez demain matin si vous tenez réellement à y aller mais... Cet endroit est dangereux la nuit. Surtout pour les étrangers ! Prenez garde !, il se redressa finalement avant de reprendre plus fort. Faites ce que vous voulez mais je vous aurais prévenu."

Pitch sentait que sa peur n'était pas simulé, il était véritablement terrifié par l'endroit, et sa mise en garde était sincère. Étrange, mais cela n'empêcha pas Pitch de découper un morceau de sa viande et de déguster son plat alors que la plupart du groupe semblait avoir un peu perdu l'appétit. Bien, il était donc temps que je participe un peu.

"Dites moi, Evelyn, est-ce que la simple notion de logique vous est étrangère? Vous avez bien de la chance de ne pas avoir croisée une autre voiture durant votre petite escapade, en plus d'avoir donné une crise cardiaque à nos deux conducteurs. Nous ne sommes plus à Storybrooke, alors je vous suggères d'éviter les dérapages de cette nature en public, où d'être plus discrête. Je n'ai pas envie que les gens commence à poser des questions indiscrètes sur notre nature, et nos origines."

Le fossoyeur sirota une gorgée de son verre de vin avant de recommencer à couper son morceau de viande, ignorant les regard que lui lançait le reste du groupe, maintenant il était temps de passer au sujet sérieux. Cette mascarade qui n'avait fait que trop durer, la réaction du tavernier n'avait que me conforter dans mon idée que nous allons droit dans un piège.

"Mais passons, je pense qu'il est clair que ce voyage n'est qu'une misérable mascarade visant à nous attirer dans ce lieu. Pourquoi? Je l'ignore encore. Soit quelqu'un désire quelque chose de l'un d'entre nous, soit c'est la plaisanterie la plus coûteuse de l'histoire de Storybrooke. Il faudrait... "

Le croque-mort fut interrompu par Marcus, le chauffeur, qui avait l'air un peu paniqué et en colère contre quelqu'un. Le pauvre diable était trempé jusqu'au os, et je pouvais entendre le fracas de la foudre faire trembler les vitres, c'était une véritable tempête dehors. Pitch lui lança un regard curieux lorsqu'il expliqua pourquoi:

"Messieurs dames, j'ai une mauvaise nouvelle. Un petit plaisantin s'est amusé à crever les roues de nos voitures ainsi que les moteurs, le poivron assit au bar là-bas est le réparateur le plus proche... Et il fait un temps de chien. Donc je vais essayer d'appeler quelqu'un pour venir voir, mais il ne viendront pas avant demain minimum. "

-Ce ne sera pas nécessaire, Marcus, mais merci tout de même. Pourquoi ne pas rester au chaud durant quelques instants plutôt que de sortir de nouveau? Mais terminons d'abord notre repas, n'est-ce pas?

Le conducteur me lança le même regard interrogatif que le reste du groupe, quelques minutes plus tard, le croque-mort se leva et s'essuyant les lèvres avant de sourire de toute ses dents, la température déjà glaciale dans le pièce se refroidit plus encore, alors que la foudre retentit de nouveau, plus forte, plus proche. Faisant trembler le sol. Des cloches retentirent à l'extérieur alors que les lumières clignotèrent d'elles même. Jouant avec les ombres qui semblaient s'étirer de plus en plus, comme si des mains monstrueuses cherchaient à atteindre les rares clients de l'auberge.
Pitch avait disparut. Lorsque les lumières réapparurent, une douce melodie s'échappa du piano, pitch avait commencer à jouer, les yeux fermés, se laissant guider par ses mains. Insufflant un de sa magie dans chacune des notes. Les clients de l'auberge, les conducteurs et même le garagiste étaient hypnotisé par les notes de musiques, voyant leurs yeux s'alourdir alors que le sable noir les plongeait dans un sommeil au son des notes de piano. Comme le sable du célèbre marchant, le mien pouvait aussi endormir à petite dose appliqué avec précision. Ils se réveilleraient le lendemain matin, se souvenant juste d'avoir trop bu pour certain, de s'être endormit au comptoir pour d'autres et, pour nos deux chauffeurs désormais endormis, j'allais les faire venir aussi jusqu'au manoir, juste... En ne leurs montrant pas ce qui allait arriver.
Pitch termina sa mélodie avant de se lever et de se tourner, croisant ses mains derrière son dos, un petit sourire se dessina sur le visage du fossoyeur alors qu'il fit ensuite apparaître un parapluie de sable noir pour chaque personne Avant de reprendre:

"Bien, voilà qui nous laisse le champ libre, nous allons prendre la voie rapide. Fermez vos manteau, ouvrez les parapluies, ne paniquez pas et respirez un grand coup. Oh, et fermez les yeux. "

Pitch claqua des doigts, et plusieurs choses arrivèrent en-même temps.
Des nappes de sables noires apparurent soudainement, englobant toute les personnes encore debout et nous deux conducteurs, j'entendis un cri étouffé alors que le sable disparu dans le sol, entraînant le groupe et les conducteurs avec lui jusqu'au porte du manoir. Pitch se permit un petit rire amusé, avant de claquer des doigts de nouveau, faisant apparaître suffisamment d'argent pour payer l'addition. Pour finir les bagages subirent le même sort, apparaissant d'un coup au même endroit que leurs propriétaires. Pitch arriva en dernier, ouvrant lui aussi son parapluie pour se protéger de la pluie.
Le groupe se tenait désormais devant les grilles rouillées du manoir, qui se dressait fièrement dans la lumière blafarde de la Lune, un vieux bâtiment, peu engageant, dont s'échappait une sensation d'austérité. Comme si le bâtiment me regardait en me défiant de rentrer. Le temps catastrophique n'arrangeait pas le tableau, la girouette grinçant bruyamment alors qu'un éclair déchira la nuit de nouveau, mais le plus étrange, c'était les lumières provenant de l'intérieur, et j'ai jurer avoir vu une silhouette se cacher derrière un rideau avant de disparaître.Étrange, mais nous devions rentrer.
Le croque-mort termina son oeuvre en couvrant les deux conducteurs avec une couverture de sables noir, avant de faire sonner la cloche pour qu'on vienne nous ouvrir.

"Quoi? C'est bien plus rapide comme ça. Maintenant allons débusquer l'auteur de cette plaisanterie et lui demander ce qui se trame ici... Et si jamais les gens posent des questions, nos taxis sont tombés en panne plus bas sur la route et les conducteurs sont juste fatigués. "

Jamie Skyrunner


« Love it Light ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Garrett Hedlund

Ѽ Conte(s) : La Planète au Trésor
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jim Hawkins

☞ Surnom : Jay

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1629
✯ Les étoiles : 1025




Actuellement dans : « Love it Light ! »


________________________________________ Ven 8 Mai 2015 - 0:59


If there's something strange in your neighborhood. Who ya gonna call? 

Tout cela était bizarre à n'en pas douter. Jamie aurait du écouter son instinct, au lieu d’empaqueter les affaires de la brune, et les forcer à rester à Storybrooke. C'était évident que c'était au moins au minimum étrange! Pourquoi est-ce qu'eux, juste eux, avaient reçus ces invitations? Pourquoi? Et pourquoi eux? Qu'avaient-ils donc en commun? Pas grand chose, de vagues liens et encore! Bon, Jamie connaissait Evelyn, et Callio' était un peu comme menotté à son poignet, mais les autres... Quoi que le jeune homme brun qui se profilait à l'horizon lui disait quelque chose. Fronçant les sourcils, il pencha un peu la tête pour focaliser son regard sur la silhouette mais tout à coup, avec la douceur d'ex-robot un poil trop brusque, Evelyn attirait Jamie contre elle, un sourire qu'il ne lui avait jamais vu sur le visage, et prit une photo d'eux avec son téléphone. Quoi? Est-ce que Evelyn venait de faire un selfie? Les yeux de Jamie s'écarquillèrent doucement, tandis qu'un sourire surpris vint flotter sur son visage. Des présentations humaines, et maintenant un selfie? Wow. Elle en avait fait du chemin depuis qu'il l'avait rencontrer.
-Ah, euh... Ben passe lui le bonjour alors! fit-il lorsqu'elle expliqua son geste, se rappelant enfin que Wilson et elle était ensemble.
Enfin se rappelant. Wilson lui avait parler de la chose il y avait un moment, il n'avait pas oser approfondir. Premièrement parce que ça ne le regardait absolument pas, ensuite parce que l'idée que son meilleur ami puisse être avec sa figure maternelle.... ça avait quelque chose de légèrement.... Enfin il n'avait pas vraiment eue envie d'approfondir.
Ce fût alors que le brun vaguement familier vint se mêler au groupe. Vassili. Surprenant. Le médecin, d'après Calliope, aimait autant son boulot que Jamie aimait le sien. Il n'y avait peut-être pas que pour lui qu'elle était contagieuse, finalement. Quoi que. Jamie se doutait bien qu'il y avait un peu plus que ça. Certes, Calliope détournait toujours la conversation quand ils en parlaient, mais Jamie n'était pas dupe. Et Vasili non plus. La voix off se mit à appeler les voyageurs au départ, et Jamie en profita pour proposer à Evelyn de l'aide avec ses valises. Autant laisser les deux autres un peu tout seul, qu'elle puisse au moins lui dire qu'elle était contente de le voir. Callio' avait parfois un égo...
L'avion était immense. Jamie ne pût s'empêcher de comparer l'habitacle avec ses souvenirs de son monde. Le Capitaine Amelia aurait été verte de jalousie si elle avait vu tout l'espace et le luxe de cet engin. C'était plus grand que sa propre chambre! Certes, plus en longueur, et pas très large, mais ce n'était pas censé être une maison non plus et c'était vraiment très luxueux à ses yeux, et à ceux de Callio'. Il réussit à se contenir, ne voulant pas jouer le gamin pauvre à qui on fait croire qu'il est riche, mais voir Calliope dans tous ses états lui décrocha un sourire. Elle était vraiment pas croyable. Une gamine! Gamine à qui il céda un nouveau caprice en s'installa près du hublot. Quoi que. En réalité, il crevait d'être du côté hublot, mais il aurait refusé de l'exiger. Regarder au dehors, voir les nuages défiler sous lui... ça avait comme un goût de Solar Surf, et Jamie sentit son Jim interne trépigné d'impatience. Se posant donc côté hublot, de bonne grâce, Jamie attendit le décollage avec une impatience cachée, mais aussi virulente que celle de Callio'... Qui s'endormit presque aussitôt. Jamie en leva les yeux au ciel, quand il sentit sa tête se nicher dans son cou. Avec un sourire, il bougea légèrement pour empêcher à la brune de se rompre à demi le cou, avant d'aviser Vassili, à qui il décocha un salut du menton.
-Alors, toi aussi t'es embarqué dans ce.... Piège? demanda-t-il au médecin à voix basse, avant de jeter un coup d'oeil au reste de l'équipage. On est d'accord que c'est trop louche pour être honnête?
Les autres s'occupaient à leurs manières et Jamie se permit d'observer plus en détails les personnes de ce 'groupe' qu'ils formaient, du moins, ceux que son champs de vision pouvait compter, étant donné le poids mort sur son épaule. Evelyn lisait dans son coin, droite et sérieuse comme elle l'avait toujours été. Même si quelque chose de moins rigide était palpable. Le grand brun aux allures de mec faisant de la pub pour Armani jouait sur son portable, et Jamie dut avouer que ce gars avait l'air.... Etrangement détaché. Comme si ça ne le dérangeait pas plus que cela, ni d'être dans un tel avion, ni d'être en partance pour ce qui avait l'air d'être un piège. Ou alors, il était très bon acteur. L'un ou l'autre, Jamie décida de garder un oeil sur lui. Il ne s'en méfiait pas, mais si déjà il suivait l'insouciance de Calliope comme son ombre, il allait redoubler de prudence. Et éviter le fossoyeur, qui lui le mettait vraiment mal à l'aise. Détournant les yeux, Jamie regarda par le hublot le défilé des nuages, un sourire distant aux lèvres, laissant les souvenirs du souffle brûlant d'Alpha du Centaure balayer ses cheveux et brûler sa gorge.
ça ne rendit le froid d’Édimbourg que plus vif. Jamie referma sa veste jusqu'au col aussitôt qu'il mit le pied dehors. Pourquoi, mais pourquoi avait-il fallut que ce soit l'Ecosse? Pourquoi pas Hawaii?! Il aurait fait chaud et beau et...
-Est-ce qu'il y a une seule heure de la journée ou tu ne penses pas à manger Callio'? demanda-t-il en soufflant dans ses mains, un sourire aux lèvres.
Quoi que lui aussi regretta un peu la fermeture du Starbucks. Il avait eue une idée, un poil trop tard, de photo envoyé à base de cookies moins bons que ceux de quelqu'un. Tant pis. De toute façon, ils n'auraient pas eue le temps de s'y poser puisque les taxis les attendaient déjà. Marcus donc les accueilli sommairement quoi que cordialement, et Callio' décida de la répartition dans les divers taxis. Jamie en leva les yeux au ciel, mais personne n'émit la moindre objection. Pas plus lui que les deux grands dadets avec qui il se retrouva coincé à l'arrière de la voiture. Bon au moins, il ne risquait plus d'avoir froid, vu comme ils étaient serrés.... Il dédia d'ailleurs un sourire ironique à la brune, toute contente de son coup, à l'avant de la voiture. Des fois, il faudra vraiment qu'il sache lui dire non. Quoi que au fond...
Un léger coup à la fenêtre couverte de buée le sortit de sa rêverie. Yeux écarquillés comme ceux d'un gamin voyant Iron Man, Jamie dévisagea Evelyn, qui flottait au niveau de la fenêtre de la voiture en marche. Nom d'une nébuleuse! Elle volait! Elle volait! C'était tellement incroyable et génial que Jamie ne pût s'empêcher de l'observer comme le plus beau Solar Surf du monde.
-Hein? Ah euh... Est-ce qu'on a f...? commença-t-il en tournant la tête vers Hans, mais il se souvint que Calliope était dans la voiture. Il y en a au moins une qui a très faim en tout cas! D'accord! Pub dans deux kilomètres! ajouta-t-il avant de refermer la fenêtre, les yeux brillants comme deux petites planètes telluriques. Sa figure maternelle volait. Peu importait où ils allaient, ça venait de perdre toute espèce d'importance.
Ou presque. Parce que le pub en question, en plus d'être au comble du kitsch, était d'un morne à en faire pleurer Jim Carrey. Un peu plus, et Jamie se serrait crut de retour sur Alpha du Centaure, au tout début de la fin. Mais le ventre de Calliope criait famine et il devait avouer qu'une assiette de frite n'était pas de refus. Calliope piqua aussitôt dans son assiette, et Jamie voulut se tourner vers Evelyn, les yeux pleins d'espoir quand soudain, le serveur se mit à les mettre en garde contre le Manoir où ils se rendaient. Génial. De mieux en mieux.
-Un manoir dont il ne faut pas s'approcher la nuit, mais que font les Winchester? glissa discrètement Jamie à l'intention de Callio, qui pouffa en reprenant une frite de son assiette.
c'était louche, terriblement louche et il allait le mentionner à voix haute cette fois quand le Maître de la Peur s'en prit à Evelyn. Techniquement, il ne lui fit qu'une remarque, probablement justifiée, mais Jamie ne pût s'empêcher de sentir une forme d'agression. La faute à son ton pompeux, à ses manières de vieux dandy coincé ou à cette chose qui avait pulser dans son plexus à l'aéroport mais Jamie avait décidé qu'il ne l'aimait pas. Du tout. Et ça ne risquait pas de changer.
Leur chauffeur revint brusquement à leur rencontre, leur expliquant que leurs pneus venaient d'être crevés et qu'ils étaient, en quelques sortes, coincés ici. Cette fois, Jamie ne pût ignorer son instinct, passé en niveau d'alerte maximum.
-C'est louche, Callio', c'est trop louche. On ne devrait pas continuer, ajouta-t-il en se tournant vers Evelyn et Vassili, près à continuer son plaidoyer quand soudain, le sol se mit à trembler, et ls lumières à clignoter dans tous les sens.
La température chuta encore, à en faire gelé les doigts de Jamie, qui se retrouvèrent broyés entre ceux de Calliope. Mais qu'est-ce qu'il foutait, le Pitch là? C'était quoi ce bordel?! Un air de piano, vaguement menaçant, s'éleva dans le pub et soudain, Jamie sentit la même chose qui avait pulsé en lui à l'aéroport se raviver dans son plexus, scintillante sous la surface comme une onde sous la glace. Il n'était plus certain que ce soit Calliope qui s’agrippe à lui cette fois. C'était là, c'était mort, c'était de la cendre, mais c'était là, derrière la cage thoracique, derrière le plexus, c'était les cauchemars sans fins, c'était tout les réveils en sueur et Jamie dût faire un effort pour respirer normalement. Pas ici, pas maintenant. Pas de crise. Il n'en avait plus fait depuis trois mois.
La musique s'interrompit, mais Jamie ne s'en rendit pas compte. On lui fourra rapidement quelque chose entre les doigts, qu'il se rappelait juste avoir tenu ceux de Calliope, et soudain, ce fût le noir, l'obscurité et il chercha aussitôt la main de Callio', au moment où leurs pieds touchèrent le sol mouillé.
-Callio, ça va? ça va?
La peur du noir de Callio' n'était plus un secret pour lui, et au vu de sa pâleur, il avait vu juste en imaginant que ces ténèbres là ne faisait pas exception. Posant sa main sur la joue de sa presque soeur, Jamie fusilla du regard Pitch, qui dédaigna complètement son oeillade. C'était définitif, Jamie détestait ce type. Vraiment. Et le mauvais temps n'aidait pas à ce qu'il soit d'humeur à être courtois. En fait, plus il faisait froid, plus Jamie avait envie de fracasser la tête de ce fossoyeur à la manque. Ce n'était probablement qu'un prétexte. Et ça lui déplaisait beaucoup. Fermant les yeux, il inspira profondément, avant de commencer à frictionner la main de Calliope, qui se mit à éternuer. Un regard vers Kiana et Hans suffit çà lui confirmer que non, ce n'était pas ses origines caniculaires qui le rendait ultra sensible au froid. Chacun se mit à bouger d'un pied sur l'autre, pour se maintenir à peu près en vie au vu du froid polaire et humide qui les entourait. Il aurait pas pu les téléporter à l'intérieur si déjà, le Maître de la Peur? Crétin. Jamie allait finir par perdre patience quand finalement, les grilles finirent par pivoter sur elles mêmes, dans un grincement sinistre.
Tirant sur la main de Callio', Jamie s'avançait dans l'allée qui avait tout d'un jardin typiquement sombre, avec ces grandes haies de sapin qui ne laissait filtrer aucune lumière et retenait l'humidité. C'était comme marché dans un ruisseau tant l'herbe était gorgé d'eau. Superbe! Jamie sentait déjà ses chaussettes s'imprégner d'eau, la sensation qu'il haïssait le plus au monde. Il se mit à prier qu'un chauffage les attende à l'intérieur, mais plus Jamie avançait, plus il se mettait à douter. Le manoir avait tout l'air d'une ruine. Et même d'une sacrée ruine. Il sentait d'ici la poussière flotter dans l'air. Les pierres sombres de la façade avalaient le peu de lumière qui aurait pu échapper aux haies de sapin, et les battants des fenêtres claquaient par à coup la surface vitrée, résonnant dans le jardin comme un son de mauvaise augure. L'immense escalier menant à la porte d'entrée n'aida pas à rendre le tout plus accueillant, puisque Jamie du retenir Calliope par la main et soutenir Kiana, qui glissèrent sur le marbre mouillé avant même d'avoir atteint la moitié des marches.
-Mais pourquoi je t'ai écouté, dis moi....
La dernière marche enfin gravie, Jamie libéra la main de Calliope pour pousser de toutes ses forces sur les deux lourdes portes de bois massif... Qui pivotèrent sans le moindre problème et allèrent claqués contre les murs. Le son sec se répercuta le long des murs crèmes avant de se perdre dans les tapisseries drapées tendues le long des murs. Des moulures retenaient le tissus, qui se déversait en cascade jusqu'aux canapés de cuir qui parsemait la pièce, et une odeur de lys embaumait la pièce, dû aux multiples vases ornées de fleurs blanches posés ça et là, négligemment pensé. Un long lustre de verre achevait de rendre sa luminosité au lieu, lui faisant presque froncer les yeux tant le décalage avec l'extérieur était grand.
-Zadgig, jura tout bas Jamie, qui se mordit presque aussitôt la langue, alors qu'on s'avançait vers lui.
L'homme, habillé comme un majordome d'une génération en arrière, visiblement lui aussi d'une génération en arrière, s'avança vers eux avec un raffinement british tel que Jamie ne pensait jamais en voir.
-Bienvenue au Manoir Van Tassel, fit-il avec une révérence, d'une voix bien plus jeune que ses cheveux gris l'aurait laissé penser. Je vous prie d'excuser cette attente à l'extérieur du domaine, les installations électriques nous font quelque peu défaut. J'ose espérer que vous ayez fait bon voyage, ajouta-t-il en regardant Jamie, qui se rendit enfin compte qu'il le dévisageait un peu.
-Euh oui, oui, c'est.... ça a été. C'est.... Très beau, ajouta-t-il en désignant maladroitement le lustre du doigt, que le majordome suivit du regard avant de revenir se poser sur lui.
-Certes.
Le ton à la fois amusé et plat du majordome acheva de mettre Jamie mal à l'aise, si bien qu'il se mit à observer le lieu de façon marqué. Au moins comme ça, il parlerait peut-être à quelqu'un d'autre, et il ne passerait pas pour un dégénéré. Et puis, il avait largement de quoi observer pour s'occuper un moment.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
- H.E.R.E-

I don't mind where you come from, as long as you come to me. I don't like illusions I can't see them clearly. I don't care; no, I 
wouldn't dare to fix the twist in you. You've shown me eventually what you'll do. I don't mind. I don't care. As long as you're 
Here.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7536-jamie-skyrunner-je-veu http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t25959-chevalier-servant-a-temps-plein#225393 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8333-tu-ne-te-doutes-pas-une-seconde-que-ton-histoire-pourrait-changer#67963

Kiana Firewood


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Janel Parrish

Ѽ Conte(s) : WITCH
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Taranee Cook

☞ Surnom : Bloody Mary

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 695
✯ Les étoiles : 1163




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Ven 8 Mai 2015 - 18:02

Alors que tout le monde attendait de rentrer dans l'avion pour enfin se rendre en Ecosse, le petit groupe s'agrandit, au plus grand plaisir de Kiana. Parce qu'après tout, ne disait-on pas que plus on était de fous et plus on s'amusait ? Alors ces vacances risquaient d'envoyer du pâté, non ?

Quoiqu'il en soit, la discussion s'engagea alors entre elle et Evelyn. Et c'est ainsi donc que Kiana apprit qu'après l'apocalypse, Evelyn s'était mise avec Wilson. Kiana sourit donc, avant que la question ne lui soit retournée et elle expliqua alors :

-Il ne s'est pas passé grand chose de mon côté. J'ai essayé de reprendre ma vie, en essayant d'oublier les événements, ce qui était tout bonnement impossible. J'ai rencontré des personnes aussi... Ils ont formés une sorte de ligue pour faire régner la justice en ville.

La brune fut coupée dans ses explications par la voix off de l'aéroport qui les appelaient pour l'embarquement. Elle suivit donc le petit groupe, fermant la marche, passant de nouveau les porte de l'embarquement avant de finalement arriver dans l'avion. Et il fallait dire que l'espace était immense. Elle alla donc s'installer dans son coin, seule, puisqu'elle était bien décidée à prendre des photos du hublot pour ses amies. Puis une fois lassée de voir des nuages et des nuages, elle se mit en route un film, s'amusant de voir Evelyn lui faire des coucou sur l'écran. Et finalement, après un moment à somnoler plus qu'autre chose, elle se réveilla en Ecosse.

Quelque peu engourdie par le voyage, elle se leva donc bien vite, sortit de l'appareil, et suivit de nouveau les autres, tout en envoyant un SMS à Cornélia, lui disant qu'elle était bien arrivée en Ecosse et qu'il... Il pleuvait... Voilà donc pourquoi la blonde n'était pas partie... Mais tout de même, ce n'était pas cela qui allait arrêter la brune.

Elle monta donc à l'arrière du deuxième taxi, sur les ordres de Calliopé à qui elle lança un regard circonspect. Pour qui se prenait-elle à donner des ordres comme cela elle ? Bon dans tout les cas, ce n'était pas si important de savoir avec qui se retrouver dans une voiture, non ? Surtout lorsqu'on s'arrêtait non loin pour manger... Oui, parce qu'elle commençait tout de même à avoir un peu faim.

Lorsqu'Evelyn revint dans la voiture, faisant croire qu'elle avait des bottines à propulsion, Kiana ne pût s'empêcher de pouffer de rire. Parce que les aventuriers n'avaient encore rien vu... Peut être qu'ils prendraient peur lorsqu'elle ferait voir ses dons de pyromane en puissance ?

Ils arrivèrent donc à l'auberge tant attendue par tout le monde et Kiana commanda donc un gros burger, avec plein de frites. Et elle n'attendit pas que les autres soient servis pour commencer à manger... Jusqu'à ce que le serveur ne ramène les autres commandes et ne les préviennent contre le manoir... Ca sonnait comme dans un film d'horreur ! La justicière repoussa donc son burger, légèrement sur la défensive, en disant alors :

-Vous ne pensez pas qu'on devrait faire demi-tour parce que...

D'autant plus que Marcus, le chauffeur, venait de leur dire que la voiture avait crevé... Dans le top 10 des vacances foireuses, l'Ecosse était la première destination, selon Kiana...

Elle n'eût cependant pas le temps de finir sa phrase que déjà la terre tremblait et que les lumières vacillèrent, avant qu'ils ne se retrouvent tous dans le noir... Pouvant donc sentir le stade de stress de certains protagonistes de cette aventure, Kiana murmura alors :

-Feu...

Et une flammèche apparut alors au bout de ses doigts. Elle sourit donc à Evelyn, espérant qu'elle ne ficherait pas la trouille aux autres, avant de constater que toutes les autres personnes alentours dormaient et que Pitch jouait du piano... Et finalement, il leur demanda de fermer les yeux. Avant même que Kiana n'ait pu demander quoi que ce soit, elle se retrouva... Devant un immense manoir, celui là même qu'ils devaient visiter d'ailleurs. Elle se réceptionna donc à la grille qui barricadait l'entrée, tout en sentant la pluie la tremper, avant que Pitch n'arrive et ne les conduise tous jusqu'au marche d'entrée. Là, Jamie aida Kiana qui commençait à glisser à cause de la pluie... Ca lui apprendrait à vouloir être féminine pour une fois et mettre des talons hauts...

Arrivée dans le hall d'entrée, la pyromane resta bouche bée. Parce que l'endroit était magnifique, comme le disait d'ailleurs Jamie à leur hôte. Kiana tourna donc son regard vers l'hôte en question, essayant de ne pas paraître trop malpolie à le fixer comme elle le faisait. Et il dût sentir son regard sur lui puisqu'il ajouta à l'attention du groupe :

-Je serais donc votre hôte durant votre séjour. Vous pouvez m'appeler Jasper.
-Bien monsieur Jasper. Vos installations électriques ne marchent pas mais peut être avez-vous une cheminée ? Je pourrais nous faire un feu pour nous réchauffer qu'en pensez-vous ?

Mais à voir la mine déconfite de ses collègues d'aventure, elle repoussa donc cette idée dans un coin de sa tête. Elle soupira doucement, se retenant de lever les yeux au ciel. Ils n'étaient vraiment pas marrants...

-Peut être pourrez-vous vous réchauffer sous vos couettes et...
-Bien, mais je veux la chambre avec Evelyn !

Elle lança donc un regard en coin à l'autre brune, attendant de voir si elle osait répliquer, avant que le majordome ne finisse finalement par attribuer les chambres, visiblement amusé par le comportement quelque peu puéril de Kiana, alors qu'un autre jeune homme arrivait pour prendre leurs valises et les monter à l'étage :

- Nous avions donc Mr Dorado avec Mr Morgan, Mr Black avec Mr Skyrunner, Miss Lloyd-Webber avec Mr Caine et Miss Nichols avec Miss Firewood. Vos chambres se trouvent à l'étage, je vous laisse prendre vos aises. Passez une bonne soirée !

Et avant même que la jeune fille n'ait pu le remercier, il disparut donc dans une pièce adjacente. Kiana prit donc les devants, se postant face aux autres, tout en annonçant alors :

-Bon, je pense que tout le monde sera d'accord avec moi mais après ce voyage super long, moi je vais me coucher.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t2061-kiana-firewood http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t2083-les-liens-de-la-fille-du-feu#22529 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t2084-les-rp-de-kiana#22530

Vassili B. Caine


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ian Harding

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Baymax

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 200
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 9 Mai 2015 - 13:02




Bienvenue au manoir...


Décidément, ce voyage promettait d’être particulier et singulier. Déjà vu le petit cocktail de célébrités que nous avions en notre compagnie, mais aussi grâce au tempérament de Calliope qui s’était imposée presque en chef de groupe sur les autres. Je ne pus néanmoins pas réfréner mon sourire doux lorsqu’elle m’avoua son contentement de me voir ici, me sentant alors étrangement chanceux d’être finalement arrivé à l’heure. Cette fille avait une fierté démesurée et l’ego pour aller avec, mais parfois elle s’autorisait ce genre de petites… « faiblesses » qui faisaient la raison de pourquoi je l’appréciais plus que ce que je ne devrais. Je n’eus pas d’avantage de temps pour en profiter que la jeune femme bien habillée se présenta devant nous en frôlant mon bras. Je vis alors ses yeux s’ouvrir de surprise et sa bouche exclamer son contentement soudain : « Moi aussi j’étais un robot ! Je suis vraiment heureuse de te connaître ! Je ne pensais pas qu’il y en avait d’autre que Wall-E et moi ! »

Elle était un robot ? Sérieusement ?…. Mais, c’était tout simplement génial ! Moi aussi je me croyais seul, et je ne pus retenir un nouveau sourire empli de joie à l’évocation de son partenaire. Alors, les robots n’étaient pas aussi rares que je ne le pensais ? J’ouvrai la bouche pour répondre, mais elle s’était déjà tournée vers Calliope pour continuer son exploration. « Je suis contente que tu ait pu te faire libérer de l’autre mère, ce devait être horrible. Et ta capacité à voir les fantômes est assez fascinante ! Fais attention, tu risques d’attraper un rhume dans très peu de temps, sans doute la climatisation de l'aéroport, heureusement Vassili est médecin et c’est ton amoureux en plus. » Autre mère ? Voir les fantômes ? Je plissai le regard, interrogatif, avant de sentir le pourpre me monter aux joues et secouer doucement la tête face à sa dernière phrase.

« Je suis médecin, oui… »

Fut tout ce que je trouvai à dire, n’osant pas la reprendre de peur des représailles de la jeune femme à ma droite. En tout cas, cette dernière reprit rapidement pleine possession de ses moyens lorsqu’elle exigea que Jamie et moi nous installions à ses côtés. Sur deux cents ou trois cents places, elle tenait absolument à ce que l’on se sert comme des sardines ? Ça allait que je n’étais plus vraiment Baymax, sinon elle n’aurait jamais eu la place de s’installer comme elle le fit, et encore moins de s’endormir aussi profondément et aussi rapidement. « Alors, toi aussi t'es embarqué dans ce.... Piège ? » Me demanda Jamie, ce à quoi je hochai la tête en signe d’approbation amusé, jetant un regard moqueur à la dormeuse entre nous. « On est d'accord que c'est trop louche pour être honnête ? »

« C’est même très louche. J’ai cru à un canular au départ… Mais il y a bien un avion, non ? »

Et si Callio n’avait pas insistée, jamais je n’aurais mis le pied dans cet avion. En tout cas, le reste du voyage se passa plus agréablement que ce à quoi je m’attendais. Même l’hôtesse ne cessait de revenir nous voir pour s’assurer que tout allait bien, nous servant repas et boissons autant qu’il nous était nécessaire. Bon, une turbulence ou deux eurent raison de sa jupe plissée à cause du jus d’orange de ma voisine, mais ce n’était pas vraiment un fait exprès… n’est-ce pas ? Je m’excusai d’ailleurs pour cela, me redressant un peu sur mon siège en lançant un regard désapprobateur à ma petite amie – du moins non officielle, ici, de ce que je devais comprendre ? Je ne cherchai pas d’explications. Ne pas trop en demander, et encore moins lorsque vous devez passer une douzaine d’heures avec sept autres personnes dans moins de quarante mètres carrés. On apprenait à faire des consensus, au fond.

L’Ecosse, c’était froid. Sérieusement froid, et même pluvieux ; on devait s’y attendre, nous n’allions pas dans les caraïbes non plus. Heureusement qu’il y avait des taxis pour nous conduire et un pub pour pouvoir manger quelque chose – avant que ça ne soit la brune qui nous mange tous, affamée qu’elle était. Je vis cependant avec une curiosité mêlée d’émerveillement la jeune blonde apparaître à la fenêtre de notre taxi, me dépêchant de tourner la tête quand elle repartie dans son propre véhicule pour la voir flotter à quelques centimètres au-dessus de la route. Elle avait dit vrai, elle était bien un robot. Et elle avait l’air de savoir-faire tout un tas de choses beaucoup plus fun que moi. Il fallait que j’en sache plus, ce n’était pas tous les jours que vous pouviez rencontrer un autre droïde. Le hasard faisait bien les choses.

Je profitai donc de l’arrêt au pub pour m’asseoir à côté d’elle, échangeant rapidement quelques paroles avant que le tenancier ne se mette à nous tenir le plus étrange des discours. Décidément, après mon aventure dans le monde d’Oz, voilà que les bizarreries recommençaient autour de nous. Est-ce qu’il fallait rester campé à Storybrooke pour que rien de trop burlesque ne nous arrive ? Je regardai attentivement les autres personnages de notre expédition, attendant sans doute une réaction avant que je n’exprime la mienne. L’homme aux cheveux courts et la tenue noire le fit à ma place : « Mais passons, je pense qu'il est clair que ce voyage n'est qu'une misérable mascarade visant à nous attirer dans ce lieu. Pourquoi? Je l'ignore encore. Soit quelqu'un désire quelque chose de l'un d'entre nous, soit c'est la plaisanterie la plus coûteuse de l'histoire de Storybrooke. Il faudrait... » Interrompu par le chauffeur, je me mordis la lèvre en apprenant la crevaison de nos taxis. Bon, cette histoire commençait décidément de la plus mauvaise des manières.

« C'est louche, Callio', c'est trop louche. On ne devrait pas continuer. » Nous interpella Jamie. Enfin, pas pour tout le monde apparemment. Je terminai de croquer dans la dernière frite de mon assiette lorsque le dénommé Pitch se leva de table pour s’installer derrière un piano. L’air de la pièce se fit soudain lourd, l’ambiance se tamisa et ce qu’il se passa ensuite… dépassait ma propre raison de logique. « Bien, voilà qui nous laisse le champ libre, nous allons prendre la voie rapide. Fermez vos manteau, ouvrez les parapluies, ne paniquez pas et respirez un grand coup. Oh, et fermez les yeux. » Fermez… Pardon ? Quoi ? Attendez, qu’est-ce que… Je vis le sable noir soudain apparaître tout autour de nous avant de nous plonger dans l’obscurité la plus total. Je frémis, cherchant du regard mes compagnons de route. Je cherchai malgré moi à retrouver Callio, n’ignorant rien de sa frayeur du noir une fois la nuit tombée. Où était-elle ? Je pu m’assurer que Jamie était à côté d’elle lorsque tout ceci cessa. Nous nous retrouvâmes sous des trombes d’eau, rapidement trempés comme des malpropres. J’échangeai un regard intrigué avec Eve. Ce type venait-il de nous… téléporter ? Ça avait l’air assez irrationnel.

La brune éternua. Comme un signal, je me décalai alors que Jamie poussait les lourdes portes du portail, retirant mon long manteau épais pour le déposer sur les épaules de Callio.

« N’attrape pas froid. »

Dis-je simplement en la détaillant un instant. Si Evelyn avait dit qu’elle tomberait malade, c’est que cela se produirait. Les robots commettent rarement des erreurs, j’étais bien placé pour le savoir. Elle fut embarquée par celui qui s’était vu renommé son « grand frère », je les suivis avec les autres dans l’allée qui menait à une bâtisse qui semblait sorie tout droit d’un film d’horreur. En soit, très coquette et parfaitement représentative de l’époque baroque. Mais il y avait un « on ne sait quoi » de dérangeant à la regarder. Je déglutis, sentant une étrange boule se former dans ma gorge. Tout cela n’avait pas vraiment commencé dans l’idéal, espérons que la suite serait mieux ? Restons positif, même si j’avais une tendance à être plus réaliste qu’autre chose. Advienne que pourra, nous étions au moins arrivés et ce manoir qui nous invitait existait réellement. C’était déjà ça de sûr.

L’intérieur tranchait radicalement avec la façade obscure, brillant par son côté chaleureux et tellement… intemporel. Nous nous avançâmes dans le hall d’entrée pour nous retrouver accueillis par un majordome. Digne et hautain, il prit un air narquois devant notre étonnement puis devant la réaction tellement… enfantine de la troisième demoiselle. Je souris, d’un air presque attendri avant d’entendre la suite. « Nous avions donc Mr Dorado avec Mr Morgan, Mr Black avec Mr Skyrunner, Miss Lloyd-Webber avec Mr Caine et Miss Nichols avec Miss Firewood. Vos chambres se trouvent à l'étage, je vous laisse prendre vos aises. Passez une bonne soirée ! » Hein ? Je posai les yeux sur Callio, puis sur Jamie. Non mais, ces deux-là dormaient tout le temps ensemble, pourquoi… Enfin, elle avait passé des nuits chez moi, mais la perspective de lui servir de doudou ne… Ah si. Ah oui, c’est vrai. J’aimais bien ça en fait, mon petit côté robot l’oubliait parfois. Les sentiments, tout ça, une affaire d’entente et de réactions à l’autre. Je maîtrisais définitivement mal la situation. Ma main sur ma nuque, mal à l’aise dans ma chemise trempé et mon veston tout autant, complétait de me trahir.

« Bon, je pense que tout le monde sera d'accord avec moi mais après ce voyage super long, moi je vais me coucher. » Interpella la demoiselle en commençant déjà à suivre les porteurs qui étaient en train de monter nos valises à l’étage. Je poussai un soupir en accordant cette décision. Bon, nous avions mis moins de trois heures à venir jusqu’ici finalement, mais je sentais le poids du voyage en avion sans dormir lourdement peser sur mes épaules. J’attendis cependant que les autres ne montent – laissant le loisir aux demoiselles de passer les premières – au cas où Jamie changerait d’avis et irait dormir avec Callio, mais il n’en fit visiblement rien. Aussi fermais-je la marche, non sans un regard un peu méfiant vers ce lustre lourdement décoré, avant de m’agripper à la rambarde et de grimper les marches couvertes d’un tapis rougeoyant pour monter dans les étages.

Mes affaires avaient été déposées au deuxième étage. J’entendis la voix de Callio pousser des cris, aussi accélérais-je le pas pour m’empresser d’apparaître à la porte… et de la découvrir en train de faire des bonds sur le grand lit à baldaquins avec un immense sourire aux lèvres. Un soupir rassuré s’échappa de mes lèvres en la voyant agir comme la dernière des gamines, ne pouvant m’empêcher de rire lorsqu’elle m’incita à venir essayer.

« Je te laisse le plaisir du trampoline. »

Répondis-je doucement, avisant d’ailleurs l’état des draps et des couvertures qu’elle venait de retourner dans tous les sens, et des coussins déjà par terre. Déposant ma sacoche sur la petite coiffeuse accolé à l’un des murs de la chambre, j’observais la décoration un brin rococo de l’intérieur : des tentures bordeaux couvraient des murs tapissés de fleurs de lys noires sur fond blanc. La moitié des murs était recouverte de lattes de bois sombre et verni, offrant une ambiance à la fois doucereuse et un peu… dramatique ? Les chandeliers électriques vacillaient sous l’orage du dehors, tamisant l’ambiance. Un coup d’œil derrière moi, voyant Hans passer dans le couloir dans un sens, puis dans l’autre quelques secondes après. La cohabitation avec son voisin de chambre risquait d’être amusante à voir.

Refermant la porte de la pièce, j’avisais les deux portes qui entouraient le lit central. Celle de droite menait à une sorte de placard peu profond, une penderie vide où la jeune femme pourrait suspendre tout le contenu de sa valise. La seconde menait à une salle de bain de marbre clair, en plein dans l’idée des années cinquante avec ses robinets en fonte dorée et tout un tas de petits accessoires posés çà et là. Des serviettes de bains – elles aussi bordeaux – étaient soigneusement pliées sur un des meubles. Ce n’est qu’en découvrant cette pièce d’eau que je me rendis compte à quel point j’avais besoin de prendre un bain. Ou au moins une douche. Et vu le regard mutin que me lança Callio en apparaissant à côté de moi, je compris que ça allait être le bain. Avec de la mousse. Beaucoup, de mousse.

* * *

J’émergeai le lendemain matin, dérangé par la lumière qui s’échappait des volets mal fermés derrière les rideaux épais. Etouffant un bâillement, je me redressai sur le coude pour prendre pleine mesure de l’endroit où je me trouvais. Ah oui, en Ecosse. Au bout du monde. Tout ça à cause d’une lettre mystère qui nous avait menés dans ce manoir étrange et… Pour l’instant, rien. Rien de bizarre ni de paranormal ne semblait s’être passé durant la nuit. Je me tournai vers le dos nu de Callio, me penchant pour embrasser doucement son épaule en caressant son bras. Un geste tendre qu’elle me ferait peut-être regretter, mais je n’avais pu le retenir. Elle était vraiment jolie, quelle que soit l’heure de la journée.

M’extirpant du lit, je fouillai dans ma valise pour chercher des vêtements propres. Troquant mes habituels costumes contre un jean bleu sombre, j’enfilai cependant une chemise bleue avec un nouveau veston aux arabesques de velours. Quelques minutes plus tard – le temps à Callio de se réveiller et de daigner s’habiller, parce que non on ne se promène pas nue dans un manoir écossais – je descendis enfin les marches jusqu’au rez-de-chaussée. Entendant du bruit venir de droite, je pénétrai dans une grande salle à manger éclairée par les immenses fenêtres donnant sur l’extérieur. Le temps était gris, mais la pluie avait cessée. Sur la table centrale, tout un tas de mets et de couverts avaient été déposés. Soigneusement sélectionnés pour combler le moindre petit manque. Quel festin ! Je regardai, interloqué, avant de me faire pousser en avant par la brunette et d’aller m’asseoir. Un café de bon matin, il n’y a que ça de vrai.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Colors of love & pain
THESE RED BIG STARS + I'M GONNA FLY LIKE A BIRD THROUGH THE NIGHT, FEEL MY TEARS AS THEY DRY. I'M GONNA SWING FROM THE CHANDELIER, FROM THE CHANDELIER...

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t25241-sur-une-echell http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t25261-qui-a-besoin-d-un-docteur http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t25541-a-qui-le-tour#222056

Hans Morgan*


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Armie Hammer

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Hans des Iles du Sud

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 164
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 10 Mai 2015 - 13:11

Je n'aimais pas Pitch. Déjà un de moins, on verrait bien pour les autres ! Mais, quand il fit sa petite remarque, je ne montrais nullement ma colère et sourit. Il voulait la jouer comme ça ? Bien. Je lui mis une tape amicale dans le dos.
-Vous êtes un rigolo vous !
Il n'avait pas du tout l'air d'un rigolo, au contraire, je le qualifierais peut-être même d’asocial. Enfin...Passons. le reste du groupe arriva peu à peu jusqu'au signal sonore indiquant qu'on devait monter à bord de l'avion. C'était parti pour 14 heures de drague intensif ! Je montais dans l'avion à la suite des autres et tout le monde partit un peu de son côté. Mais, Evelyn me fit assister à une scène étrange, on aurait dit qu'elle savait tout de Vassili et Calliope...Flippant...Attendez ! Comment ça ils sont amoureux ! Oh, non...Je vais devoir briser leur couple pour avoir Calliope pour moi tout seul. Et, si jamais ça foirais, je m'occuperais d'Evelyn... D'ailleurs, cette dernière s'assit toute seule et je me décidais à la rejoindre. Je lui souris. Fais semblant d'être gentil, surtout...
-Je peux m'asseoir à côté de vous ? Je ne vous dérangerais pas, promis. C'est juste que ce n'est pas très marrant d'être seul pendant quatorze heures...
Je m'assis à côté d'elle. A la fin du voyage, nous sommes tous sortis de l'avion et, à la sortie, un chauffeur de taxi est venue nous chercher. Apparement, il y aurait deux taxis... Avec qui j'allais me mettre ? Mais, je n'eus pas le temps de réfléchir à la question que ej me retrouvais embarqué entre jamie et Vassili à l'arrière du taxi de Marcus avec sur la place passager, Calliope, toute contente de nous voir sérrés comme des sardines dans une boîte. Le voyage en voiture me parut encore plus chiant que celui en avion. heureusement, Evelyn, toqua à la vitre de la voiture, du côté de Jamie, ce qui m'extirpa de mes penséées. elle flottait. De plus en plus bizarre ce voyage... Elle nous demanda si on avait faim. Jamie se tourna vers moi, pour me demander sûrement, mais il ne put finir s aphrase que tout el monde se rappela de alliope à l'avant qui mangerait un éléphant. Et c'est comme cela qu'on se retrouvait tous au Pub Loch ness -qui avait un nom à faire vomir un mort - Nous commandèrent tous un plat qui nous contenterait. le serveur - très gentil - nous mit en garde sur le manoir où on se dirigeait. Un truc hanté ? Même pas étonnant. de toute façon, en Écosse, tout était bizarre... Mais, personne ne se soucia vraiment de sa mise ne garde, tout le mond ele prit pour un fou, moi le premier. Marcus interrompit Pitch - qui était plus désagréable que jamais - pour nous informer qu'on ne pourrait pas reprendre la route de suite, à cause d'un pneu crevé. Quel voyage amusant ! Qu'on nous mette des bâtons dans les roues était distrayant, à vrai dire ! Mais, Pitch n'aait l'air de n'avoir aucune envie d'attendre. Du sable noir entoura notre groupe et je dus me retenir pour crier. Je fis un léger malaise et quand je me réveillais, j'étais debout -heureusement- à côté de ma valise et du reste du groupe...On se trouvait tous devant un manoir. Jamie opuvrit les portes du manoir et un majordome nous accueillit. Un majordome ! La classe ! Il se présenta comme étant Jasper et nous proposa d'aller dans nos chambres ! Super, dormir sous ma couette, seul...Mais, Jasper explosa mon rêve. Il me mit avec quelqu'un. Et ce quelqu'un n'était même pas uen fille comment avait-il pu ,! Il allait le regretter.... Du coup, je montais dans ma chambre à la suite du majordome qui avait pris am valise ainsi que celle de Solal... Une fois entré dans la chambre, je me préparais à dormir tranquillement. On allait dormir ensemble...C'était un lit double...
-Super... Ah, et si je me promène pendant la nuit, c'est normal, j'irais voir les autres, parce que toi, tu ne m'as pas l'air très bavard...Mais, je ne risques pas de bouger ce soi, je suis fatigué.
Ce n'est pas que je ne l'aimais pas, c'était plutôt qu'il ne m'inspirait rien de bon. Du tout. Je me couhcias et en cinq secondes je m'endormis comme une pierre. heureusement, je ne ronflais pas, j'étais bien trop chic pour cela. Le lendemain matin, je me pr&éparais pour la journée et partis prendre le petit-déjeuner avec tout le monde...



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Oui, je suis papa. Et cet enfant va souffrir. Tu n'aurais jamais dû croiser mon chemin, petite enfant...

               
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20018-terminele-manipulateu

Calliope Lloyd-Webber


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emmy Rossum

Ѽ Conte(s) : Coraline
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Coraline Jones, la fillette trop curieuse et qui a deux mamans

☞ Surnom : Even

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 975
✯ Les étoiles : 795




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Lun 11 Mai 2015 - 17:29


Tu voudrais pas me laisser manger en paix ?

La Bombe Atomique pouvait voler. Elle était vraiment pleine de ressources, merveilleux. Je me renfrognais sur mon siège, laissant Jamie s'occuper de la fille volante. Elle ne pouvait pas faire comme tout le monde et rester bien sagement assise sans faire tout un numéro ? Peut être même que c'était un numéro de charme version robot enfaîte. Je n'y connaissais rien de ces machins métalliques. Vassili m'avait dit une fois qu'il avait été un robot dans son autre vie, mais je m'étais vite bouchée les oreilles en chantant fort pour ne plus l'entendre. Je ne voulais même pas imaginer qu'il avait été un Terminator tout en métal et des yeux rouges qui s'illuminent. Si il voulait qu'on continue à se fréquenter ailleurs qu'à l'hôpital, il valait mieux qu'il ne me donne pas plus de détail. Et il avait sûrement pas intérêt à me faire le coup du monsieur robot qui rencontre la madame robot. Déjà que j'avais envie de la débrancher elle... Elle avait plutôt intérêt à arrêter de scanner les gens, parce que sinon, ça allait finir avec mon poing qui rencontre son nez. J'aimais beaucoup cette version aussi, c'était tout de suite plus classe.

- Est-ce qu'elle vient vraiment de...

Je tournais la tête vers Marcus, qui avait l'air de ne pas s'en remettre. Petite nature. Ça ne devait pas être tout les jours qui lui arrivait de rencontrer des robots.

- Oui, elle vient vraiment de voler à côté de votre taxi. En tout cas vous avez entendu le GPS blond ? Dans deux kilomètres, on s'arrête au Loch Ness Pub. Ne perdez pas de temps, et concentrez vous sur la route, histoire qu'on évite de rentrer dans un monstre.

J'étais de moins bonne humeur, tout à coup. J'avais envie de prendre la place du conducteur et de rouler à toute vitesse pour vite manger. Ça allait me calmer ça. Jamie avait raison, j'avais faim tout le temps. J'ai été privée de nourriture pendant plus de trente ans, il faut bien que j'en profite maintenant. Avec un peu de chance, il y aurait un distributeur de sucreries. J'avais envie de Kit Kat. Ces barres chocolatées étaient devenues les amours de ma vie.

Une fois le taxi garé, je sorti du véhicule et me dépêchais de rentrer à l'intérieur, m'arrêtant à l'entrée pour examiner le coin. C'était sombre, ça sentait le tabac et il y avait pleins de minis Nessie partout. C'était pas mal, moi j'aimais bien. Les chopes en forme de monstres étaient hyper classe. Je n'aurai pas été contre un peu plus de lumière par contre. Je m'étais sentie tout à coup oppressée en entrant. L'obscurité et moi, par contre, ce n'est pas l'amour fou.

- On s'installe tous à la table ronde dans le fond, à gauche. Comme ça on aura tous de la place.

Je ne leur laissais pas le choix, encore une fois, et me dépêchais de m’asseoir sur une chaise placée plutôt stratégiquement, permettant de voir toute la salle et de garder un œil sur la porte d'entrée. Je voulais être prête à tout. On est jamais à l'abri d'une attaque surprise ou de l'arrivée d'un danger. Surtout la nuit.

- Hum... je vais prendre un hamburger et des frites, avec une Guinness, s'il vous plaît.

J'adressais mon plus beau sourire au serveur et lançais un regard angélique au groupe. Ils avaient l'air plutôt surpris de me voir commander de la bière. On était en Écosse, c'était le moment de goûter aux spécialités du coin ! Je n'étais juste pas encore prête pour les plats aux noms étranges sur la carte plastifiée qu'on nous avait passé. J'avais faim, je voulais être sûre de manger à ma faim en plus.

L'assiette de Jamie arrivant avant la mienne, je me mis à lui piquer quelques frites, tout en écoutant le serveur nous mettre en garde contre le Manoir. Je relevais un sourcil, curieuse. Pourquoi est-ce qu'il ne voulait pas que nous allions là-bas ? Mystère et boule de gomme. Ça ne m’effrayait pas, loin de là. Il en fallait plus pour me faire peur. Mais je gardais l'info dans un coin de ma tête. J'allais enquêter dès notre arrivée. Enfin, si on arrivait un jour.

- Comment ça, quelqu'un a crever les roues des voitures ? C'est une blague ?

J'avais reposé mon hamburger enfin arrivé, et froncé les sourcils en fixant Marcus qui se tordait les mains. C'était quoi encore cette histoire ? Pourquoi tout le monde voulait me pourrir mon super séjour en Écosse ? Entre les filles qui se ramènent, les mecs qui tirent la tronche et maintenant ça.. Le niveau avait intérêt à se relever, sinon j'allais finir par m'énerver pour de bon.

- C'est louche, mais on va rester. On va aller dans ce Manoir et on va s'éclater.

Je m'étais adressée à Jamie de façon déterminée, avec une pointe de violence dans la voix. C'était mes premières vacances depuis que j'étais enfin revenue dans le monde normal, hors de question que tout soit gâché. Je voulais aller nager dans le Loch Ness, lire tout les livres de leur bibliothèque, faire un cache-cache géant dans toutes les pièces et surtout me faire traiter comme une princesse. C'est trop demandé ça ?

Le coup de Pitch, nous plongé dans l'obscurité avec son piano... il aurait pu éviter. Il aurait dû. J'étais prête à m'installer dans le Pub pour dormir personnellement. Et attendre avant de partir à pieds au petit matin. Rien à faire. Je savais que Pitch était le maître des cauchemars, que son petit plaisir quotidien c'est de faire peur aux gens. Oh, c'était quand même pratique son petit moyen de transport. Mais pourquoi il avait fallu que ça soit noir, ténébreux et terrifiant ?

Dès que l'obscurité m'avait engloutie, j'avais attrapé la première main prêt de moi et je m'y étais accrochée de toutes mes forces, sans faire attention à la douleur que je pouvais causer à cette personne ou si c'était Jamie ou Vassili. Je serrais, les yeux fermés, le cœur qui battait tellement vite que j'avais du mal à respirer. J'allais tomber dans les pommes. J'avais peur... tellement peur que...

Le Manoir apparu devant moi, sombre mais au moins les fenêtres étaient éclairées. Je pris de petites inspirations hystériques qui donnaient l'impression que j'allais hyperventiler, et je fixais le sol détrempé à mes pieds, qui commençait déjà prendre d'assaut mes chaussures. C'est fini Callio, reprend toi d'accord...

- C'est bon... ça va...

Je fis un petit sourire faible à Jamie, en posant ma main sur la sienne. Je me sentais encore terriblement tremblante, mais je ne voulais pas qu'on pense que j'étais une petite chose fragile qui panique dès qu'elle est dans le noir. Je m'étais auto-proclamée cheftaine du groupe, je devais être imperturbable.

Je ne pu m'empêcher de lancer un regard surpris quand Vassili me passa son manteau. Il allait attraper froid, cet idiot. J'étais trempée comme un chien abandonné sous la pluie, les cheveux me couvrant les yeux et plaqués sur ma peau froide, éternuant à cause d'un rhume qui avait décidé de me gâcher encore plus les vacances, mais quand même. Je ne voulais pas qu'il attrape quoi que ce soit juste pour que je sois bien. Je ne suis pas une demoiselle en détresse non plus. Même si la petite chose trempée qui tremblait que j'étais était plutôt contente d'avoir une autre source de chaleur.

- Tu m'as écouté parce que sinon, je t'aurai tapé jusqu'à ce que ça que tu viennes avec moi. Ou je t'aurai ligoté et mis dans une valise.

Je fis un sourire moqueur à Jamie, pendant qu'on grimpait les marches en essayant de ne pas tomber. C'était vrai ça, jamais je ne serais partie sans lui. Il avait besoin de quitter Storybrooke et les problèmes en général, après sa « mort » en plus, les vacances lui feraient du bien à lui lui aussi. Si on arrêtait de nous envoyer des problèmes même en Écosse, bien entendu.

- Waouh ! Tu vois, ça valait le coup de venir !

Dès que j'étais entrée enfin dans le Manoir, mes yeux s'étaient illuminés comme une gamine devant le sapin de noël. J'allais finir par régresser et retourner à l'époque de mes six ans, si ça continuait comme ça. L'intérieur de la bâtisse était tellement sublime que j'avais l'impression d'être dans le passé. Nos airs de pauvres petites choses qui viennent de sortir d'une machine à laver sans passer par la case essorage étaient franchement indécent, vu la beauté du décor. Je voulais ça moi. J'adore vivre dans l'appartement de Jamie, mais j'ai toujours eu des goûts de luxe.

- Enchantée Jasper. C'était un périple de dingue pour arriver jusqu'ici, mais franchement je ne regrette pas d'avoir failli mourir noyée sous la pluie. Il fait beau parfois dans le coin ?

Je reniflais, tout en adressant au majordome un sourire. Un majordome pour s'occuper de nous... ça m'avait manqué ça. J'adore qu'on me serve des gâteaux sur des plateaux d'argent. Je ne comprenais pas pourquoi Jamie avait l'air aussi mal à l'aise par contre. Il n'avait jamais été dans le monde de la noblesse, ça devait peut être le mettre mal à l'aise...

- Je vous rassure, Mademoiselle, il fait souvent un temps splendide dans le coin.

Le majordome avait pris une expression amusée, encore une fois. Au moins, il avait de l'humour et il n'avait pas l'air coincé. Parfait. En plus si il faisait beau... j'allais pouvoir améliorer mon bronzage.

- Parfait pour les chambres. On va aller se coucher et je vous dis à demain.

Il faut toujours être poli. Et puis n'empêche, c'était du rapide. J'avais pleins de questions qui ne rêvaient que de sortir pour assaillir Jasper, mais je m'étais dis qu'il valait mieux attendre demain. Pour l'instant, je rêvais juste de me coucher.

Je grimpais jusqu'à l'étage rapidement, pour pouvoir accompagner Jamie jusqu'à devant sa porte. Ça me faisait mal quand même, de ne pas dormir avec lui. Et si il faisait des cauchemars ? Et si je paniquais pendant mon sommeil ? Je suis du genre indépendante, mais quand même. Jay me calmait. Et puis je n'aimais pas l'idée de le savoir avec Pitch.

- Tu vas survivre sans moi ? Profite, pour une fois tu te réveilleras sans chat sur la tête. Et peut être même que tu n'auras pas besoin de te battre pour avoir la couverture, imagine un peu ! Allez, dors bien. Et si jamais l'autre Croquemitaine essais de te donner des cauchemars, viens me chercher et je lui en collerais une.

Sérieusement. Je m'en fichais qu'il puisse me faire flipper comme pas possible. Si il arrivait quoi que ce soit à Jamie, je lui ferais passer un sale quart d'heure. Ou au moins cinq minutes. J'attrapais Jay pour le serrer contre moi pendant quelques longues secondes, avant de lui ébouriffer les cheveux et de laisser pour rejoindre ma chambre.

Qui me rappelait énormément celle d'un manoir où j'avais volé tout un tas de chouettes bijoux. C'était magnifiquement lugubre tout en étant classe. J'adorais déjà. Il fallait que j'essaie de convaincre Jamie de refaire la déco de sa chambre dans le même style.

Je jetai un coup d’œil aux valises posés à côté d'une chaise recouverte de velours rouge, avant de reporter toute mon attention sur le lit. Les valises pouvaient attendre. Je voulais faire ce que n'importe qui aurait envie de faire devant un tel matelas épais qui n'appelait que moi.... Je sautais directement dessus, pour me retrouver à rebondir sur le ventre, en riant. Avant de tester debout, en ne pouvant pas m'empêcher de pousser un cri à chaque fois que je montais trop haut. C'est qu'il rebondissait bien, aussi !

- Tu veux essayer ? C'est géant !

J'avais lancé l'invitation entre deux rebondissements à Vassili, qui se montrait enfin. Il avait quoi, peur qu'on dorme ensemble ? On ne va pas se mentir, j'étais plus que ravie de partager ma chambre avec lui. J'aurai quand même voulu dormir avec Jamie parce que je n'aimais pas le laisser tout seul. Mais je l'aurai vraiment très très mal pris si le médecin avait dormi avec une des autres filles. Surtout la blonde. Là, je n'aurai pas dormi de la nuit et je serais restée à côté de la porte pour surveiller tout bruit suspect. Je m'étais retenue pour ne pas tirer la langue à la brune quand elle m'avait lancé son petit regard. Elle avait bien fait de la choisir, parce qu'on sait jamais. Un accident est si vite arrivé. Non, je n'ai pas prévu de la tuer. Juste de lui casser le nez. Ou un bras. Il y a des falaises dans le coin, non ? Oh mais ça va, je plaisante ! Peut être.

Dès que Vassili se dirigea vers la salle de bain, je laissais tomber mon trampoline improvisé pour me mettre juste à côté de lui et faire mon sourire accompagné de mon regard spécial en zieutant la baignoire avec insistance. Ça faisait quelques temps qu'on ne s'était pas vu aussi, on était dans la même chambre... La suite me paraissait logique. Et non, je ne raconterais rien, petits pervers va.



Je n'avais pas envie de me lever. J'avais l'impression d'avoir à peine dormi et qu'il était vraiment très tôt. Je plongeais la tête dans mon oreiller pour éviter de me brûler les yeux à cause de la lumière qui entrait dans la pièce. J'étais en vacances pour me reposer, merde ! J'aurai bien envoyé balader Vassili quand j'avais sentie ses lèvres contre ma peau, mais j'avais la flemme. Peut être que je pourrais lui faire croire que je dormais encore si je ne bougeais pas du tout ?

Je fini quand même par me lever et m'habiller en bougonnant un peu. Il fallait que je vois si Jamie avait pu dormir correctement. Et puis j'avais faim. Encore. Normal, non ? J'attrapais un jean et un débardeur blanc au hasard dans ma valise, tout en prenant le temps par contre de chercher mon pull gris. J'avais un peu froid, et j'étais déjà en partie enrhumée. Pas question d'attraper autre chose.

Descendant jusqu'à la salle à manger, je sentie mes yeux s'illuminer d'amour devant la table dressée. Il y avait de la nourriture partout. Enfin, j'étais au Paradis. J'allais pouvoir mourir en paix. J'attrapais une assiette légère décorée de fleurs, et j'empilais dedans quasiment tout ce que je voyais. Il y avait vraiment de tout. Du typiquement anglais, mais aussi du petit déjeuner français ou américain... Le bonheur. Je pris un verre rempli de jus de pomme et allait m'asseoir en bout de table, pour regarder dehors tout en mangeant. Les fenêtres donnaient sur une partie du jardin. Enfin, je pense que c'était le jardin. Je pouvais voir ce qui ressemblait à un labyrinthe et plus loin, une forêt. C'était immense. Je ne rêvais plus que d'une chose, aller me perdre là-dedans.

- Beurk du café. Je comprendrais jamais comment tu fais.

Je fis une grimace en jetant un regard de dégoût à la tasse fumante que Vassili avait pris. L'odeur me donnait envie de vomir, surtout au réveil comme ça. J'étais une adepte du jus d'orange. Et niveau petit dej', je n'étais pas du tout difficile. Je mis à grignoter un bout de bacon bien cuit, en fixant le ciel gris. J'espérais qu'il n'allait pas pleuvoir. Ça avait l'air beau l'écosse, mais je n'ai pas envie d'être trempée encore une fois. Ma robe était encore entrain de sécher, et pareil pour mes bottines. J'allais devoir porter des bottes en caoutchouc ou quoi ?

- Jamie !

Dès que je l'avais vu arriver dans la salle à manger, j'avais délaissé mon assiette et repoussé ma chaise qui grinça contre le parquet, pour me précipiter vers lui et lui faire un câlin. Je n'étais affectueuse à ce point qu'avec lui. J'adorais me la jouer surprotectrice envers lui. Et encore, je le faisais toujours sans me forcer. Il était comme mon petit frère, et c'est de mon devoir de vérifier qu'il va bien.

- Alors bien dormi ? Elle est classe ta chambre ? Est-ce que Pitch ronfle ? Il faut que j'aille lui en mettre une ? Oh et regarde moi cette table ! C'est le bonheur absolu !

J'étais en mode surexcitée en parlant de la nourriture. J'étais contente tout court que Jay soit là aussi. Parfois, je me sentais dans la peau d'un chien qui vient de retrouver son maître. Et venant d'une personne qui n'aime pas beaucoup les chiens, la comparaison est encore plus étrange.

- Ah tient... 'Jour.

J'avais relâché Jamie et étais retournée m'asseoir, tandis que les autres arrivaient enfin à leur tour. Je m'étais replongée dans mon assiette, peu intéressée par leur venu. Que ce soit clair, je n'en ai rien à faire que ces cinq personnes soient là. J'aurai été toute seule avec Vass' et Jay, ça aurait été génial. Là... ça m'emmerdait. Voilà. Surtout que la blonde était canon, même au réveil. Fichue robot. Apparemment, être la cousine de Terminator ça a du bon.

- Bonjour à vous. Tout c'est bien passé cette nuit ?

Jasper venait de faire son entrée, son sourire un peu énigmatique et ironique toujours bien en place. Il faisait bien d'arriver, j'avais tout un tas de questions à poser. Je bu le fond de mon verre de jus de pommes et avalais un bout de croissant pour ne pas avoir à parler l'estomac un minimum rempli.

- Bonjour ! Alors niveau nuit, je ne sais pas pour les autres, mais en tout cas pour moi et Monsieur Caine, tout était parfait. J'aime beaucoup la baignoire d'ailleurs. Vraiment très spacieuse, j'adorerais avoir la même.

J'avais fais mon sourire le plus innocent, en me retenant pour ne pas regarder Vassili. Sinon, j'étais sûre que j'allais me mettre à rire comme une hystérique. Je voulais vraiment la même baignoire par contre. Elle allait me manquer elle.

- Sinon, est-ce qu'il serait possible de parler à votre.. hum... Patron ? Maître ? Je ne sais pas comment je dois l'appeler, désolée. Mais j'ai tout un tas de questions pour lui.

Il aurait au moins pu venir nous dire bonjour. Un type qui a un manoir aussi grand doit être sacrément riche. Et puissant. Et avoir une super situation financière. Célibataire, peut être ?

- Ne soyez pas désolée, c'est moi qui le suit. Monsieur est absent pour le moment, il est en voyage d'affaires, mais il devrait nous rejoindre demain soir. En tout cas, il m'a laissé quelques instructions pour vous. Ou plutôt propositions. Pour ceux qui le désirent, je peux leur faire visiter le Manoir leur montrer la bibliothèque ainsi que toutes les pièces importantes. Nous avons une magnifique salle de bal. Et une pièce entièrement consacrée à la musique. Sinon, si cela vous tente, nous vous proposons une promenade près du Loch Ness. C'est un endroit touristique très apprécié, je pense que vous savez pourquoi.

Étrangement, il se tourna vers moi quand il lança cette... bombe. Je me redressais d'un bond, en faisant sursauter quelques uns, et les yeux remplis d'étoiles totalement focalisés sur Jasper. Le choix était vite fait pour moi. Même si cette histoire de musique me donnait hyper envie... Mais Nessie...

- Je pars pour le Loch Ness. Avec ou sans les autres, mais moi, j'y vais. C'est la nouvelle la plus géniale de tout les temps !

Je devenais me retenir pour ne pas sautiller sur place comme une gamine. Mais par contre je ne pouvais pas m'empêcher de sourire à en avoir mal aux joues. Ça avait l'air d'amuser le majordome en tout cas.

- Ravi que ça vous plaise, mademoiselle. L'un de nos véhicules vous attend dans l'allée. De même pour tout ceux qui veulent y aller.

J'espérais que tout le monde ne voudrait pas. Les bibliothèques, c'est bien aussi hein. Je laissais mon assiette désormais vide sur la table et me précipitais dans ma chambre en courant, manquant de glisser à cause de mes chaussettes. J'allais peut être voir Nessie! Le monstre le plus cool de tout
les mondes !

Je fouillais ma valise à la recherche de ce qu'il me faudrait pour affronter le lac, et me rappelais que mon maillot était dans la valise de Jamie. Je sorti de ma chambre, tapais à la porte de la sienne et pris mon ton le plus autoritaire quand il ouvrit.

- Il me faut mon bikini. Maintenant.

Je crois qu'il venait juste de remonter mais je n'avais pas le temps d'attendre. Dès qu'il me le passa, je fis demi-tour et me précipitais dans la salle de bain pour retirer mes vêtements, enfiler le maillot de bain deux pièces violet et ré-enfiler mes vêtements. Je ne voulais pas que quelqu'un sache que j'avais prévu de plonger dans le lac. Vassili allait me traiter de folle, essayer de me dire que c'était pas bien du tout, mais je m'en fichais de son avis. Miss robot avait intérêt à ne pas essayer de me scanner. J'enfilais ma paire de baskets noires à lacets, cachais mon couteau à cran dans la poche avant de mon jean et descendis à toute vitesse les escaliers, tout en m'attachant les cheveux en une queue de cheval pour avoir le visage dégagé.

- Je suis prête. Je pars, donc qui m'aime me suive !

J'avais dis ça ironiquement. Je comptais sur personne pour me suivre en disant de telles bêtises. À part Jamie. Si il ne le faisait pas, j'allais me vexer, beaucoup.




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Thank god I'm not you
○ You could all me narcissistic, you could say I'm of no worth. You could call me the scorn of Satan. But I could be so much. I'm such a sinner and I have been since birth. Full of greed and full of lust. But I could be so much worse.

Solal A. Dorado


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Gaspard Ulliel

Ѽ Conte(s) : La Route d'Eldorado
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tulio

☞ Surnom : Klem



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 520
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Lun 11 Mai 2015 - 22:17

Ce voyage s'annonçait étrange jusqu'au bout. Cela ne l'avait pas empêché de terminer le contenu de son assiette sans prêter plus attention que cela au remarque que pu faire Pitch à Evelyn. Certes, elle avait été légèrement inconsciente mais il n'y avait pas eu mort d'homme. Il ne prêta pas plus attention à la discussion qui avait lieu en bout de table entre Vassili, Calliope et Jamie.Il se contenta de laisser son regard vagabonder par la fenêtre au dehors. Même si la pénombre et la pluie qui tombait l'empêchaient d'apercevoir quoique ce soit. Il poussa un léger soupir avant de tourner la tête en direction de la porte d'entrée s'ouvrit à la volée et que Marcus s'approchait d'eux légèrement paniqué. Les pneus des voitures avaient été crevés. De mieux en mieux décidément. Il retenait les idées de son père. Et il n'était pas prêt de repartir en voyage et encore moins en Écosse. Ce qu'il pouvait détester la pluie et le froid. Il poussa un soupir, visiblement, ils étaient coincés là pour un bon moment encore. Il allait falloir s'occuper et il avait laissé sa valise dans le taxi. Et hors de question qu'il retourne dehors pour se faire mouiller. Il allait donc se passer de son moyen de détente rapide. Même si visiblement, ils n'allaient pas attendre si longtemps que cela

Il redressa la tête lorsque Pitch se leva et le regarda avec surprise. Un mélodie s'éleva dans l'air et bientôt, il fut enveloppé de sable noir. Machinalement, il saisit le parapluie qui se présenta devant lui et sans qu'il ne comprenne davantage ce qui venait de se passer, il se retrouva devant les grilles d'un manoir lugubre. Il ouvrit le parapluie qu'il tenait d'une main pour se protéger de la pluie et saisit la poignet de sa valise de l'autre. Il resta un instant à observer la bâtisse en se disant qu'elle avait vraiment mauvaise mine. Il espérait que l'intérieur n'était pas aussi délabré que l'extérieur sinon il devrait dormir avec son parapluie. Mais heureusement, une fois les portes passées, ils arrivèrent dans un vaste hall richement décoré et accueillant. Voilà qui était plutôt rassurant. Il poussa un soupir avant de poser sa valise au sol et de tourner la tête vers l'homme qui venait de prendre la parole.

Un majordome. Pas de doute, ils étaient dans un manoir. Il laissa son regard parcourir les lieux tandis que l'homme donnait les premières indications. Levant les yeux au ciel lorsque Kianna s'écria qu'elle voulait dormir avec Evelyn. Dommage pour lui, il n'aurait pas l'occasion de faire plus ample connaissance avec la demoiselle. Il jeta un regard froid sur la jeune femme avant de pincer les lèvres en entendant l'attribution des chambres. Et en plus, il se retrouvait avec le playboy de l'aventure. Mais qu'est-ce qu'il avait bien pu faire pour mériter ça ? Et non, ce n'était pas parfait du tout... Il refusait de dormir avec ce type lui. Il se racla la gorge légèrement.

"Excusez moi Jasper mais... n'y aurait-il pas moyen d'avoir des chambres séparées ?"

"Je suis navré monsieur mais ce sont les seules chambres de disponibles."

Solal le regarda un instant de son regard froid. Il n'allait tout de même pas lui faire avaler qu'un endroit pareil ne comportait que quatre chambres si ?

"Ôtez-moi d'un doute mais... vous ne possédez pas seulement quatre chambre dans votre immense manoir si ?"

"Les autres pièces sont en rénovations monsieur Dorado. Maintenant si vous voulez bien me suivre pour que je vous montre votre chambre ?"

Il pinça légèrement les lèvres pour marquer sa désapprobation. Mais il n'avait pas le choix visiblement. Et il préférait encore partager sa chambre avec un inconnu plutôt que de devoir dormir dehors sous la pluie. Il s'installa donc dans la chambre qu'on lui avait attribué avant de poser un regard sur son camarade de chambre. Évidemment, il n'y avait qu'un lit double. A croire que quelqu'un avait décidé de se jouer d'eux jusqu'au bout. Il se pinça l'arrête du nez avant de soupirer lourdement. Bon très bien, il allait devoir prendre sur lui. Faire un gros effort pour se détendre mais il y arriverait. Il sortit son révolver de sa valise et le mit bien en évidence sous le nez de Hans.

"Je dors avec. Si tu as le malheur ne serait-ce que de m'effleurer cette nuit, je te promets qu'il ne restera pas grand chose de ta tête demain matin ! Vu ?"

Il voulait bien être gentil mais il y avait des limites. Il attrapa l'un des sachets de poudre qu'il avait emmené ainsi que des affaires pour se doucher et un pantalon en lin qui lui servirait pour dormir. Il se prépara un rail de coke avant de se glisser dans la baignoire pour décompresser pleinement. Il espérait que la suite du séjour ne leur réservait pas d'autres surprises du genre. Il rejoignit la chambre, son pantalon légèrement trop large lui tombant sur les hanches pour seul vêtement et se glissa sous les draps en prenant bien soin de glisser son arme sous son oreiller et de ne pas déborder du côté de Hans. Sa nuit fut agitée. Sommeillant plus que dormant. Veillant à ce que Hans n'empiète pas sur son territoire. C'est donc avec peu de sommeil et légèrement de mauvaise humeur qu'il se leva. Il enfila rapidement un débardeur, un jean et un pull en laine avant de cacher son arme sous son haut qui en plus d'être chaud faisait une bonne cachette.

Puis sans un regard pour l'autre occupant des lieux, il descendit pour le petit déjeuner. Il salua succinctement les personnes déjà présentes et prit place à coin de table. Il se servit copieusement se rendant compte qu'il avait faim et cela faisait longtemps qu'il n'avait pas pris un petit déjeuner aussi copieux. Il soupira d'aise alors qu'il reposait couteau et fourchette sur la table pour saluer l'arrivée de Jasper.

"Légèrement à l'étroit..."

Il n'en dirait pas plus. Tout le monde semblait déjà connaître son opinion sur l'usage des chambres partagées et des lits doubles. Il jeta un regard polaire en direction du majordome qui semblait particulièrement amusé de la situation. Il n'y avait donc aucune honte dans son regard. C'était réellement rageant. Il ne prêta que peu d'attention au reste de la discussion. Ne relevant la tête que lorsque l'homme leur présenta les activités de la matinée. Une balade en barque sur le Loch Ness à la recherche d'un monstre imaginaire ne le tentait que peu. Il préférait encore déambuler dans le manoir à la recherche d'une occupation plus enrichissante. Il devait bien y avoir une vraie chambre dans ce maudit manoir. Il laissa donc Calliope montrer son enthousiasme pour le lac avant de redresser le regard sur Jasper en se levant.

"Pour ma part, je crois que je préférais une visite du manoir. La salle consacrée à la musique m'a l'air particulièrement attrayante."

Il esquissa un demi-sourire alors que Jasper hochait la tête avec un grand sourire.

"Bien entendu monsieur. Suivez-moi."

Solal lui emboita le pas, les mains dans les poches. Laissant son regard se perdre sur les tableaux accrochés aux murs à mesure qu'ils avançaient. Il posa son regard sur Jasper alors qu'il entreprenait de l'informer sur le lieu qu'il s'apprêtait à visiter.

"C'était la pièce préférée de l'ancienne maîtresse des lieux. Elle aimait y jouer, principalement du violon. Mais voyez-vous, elle était aussi très perturbée. Et un jour, elle a été retrouvée les veines des poignets ouvertes, le couteau qu'elle avait utilisé à côté d'elle ainsi que son violon chéri."

Un léger sourire se dessina sur les lèvres du mafieux alors qu'il fixait le dos du majordome.

"Voilà une bien triste histoire. Mais cette pièce a dû voir d'autres personnes depuis non ?"

"Oh oui, le maître aime beaucoup s'y reposer. Et puis, nous accueillons régulièrement un passionné qui redonne vie à la pièce. Peut-être aurez-vous l'occasion de le croiser au cour de votre séjour. Avec un peu de chance..."

Le jeune homme se demanda un instant ce que le un peu de chance laissait entendre. Qu'il serait chanceux de le rencontrer ou à l'inverse qu'il valait mieux éviter d'avoir affaire à lieu ? en tout cas, cela le rassurait sur le fait que l'endroit n'était pas aussi isolé et fui que l'avait laissé entendre le tavernier la veille au soir. Il poussa un soupir et s'arrêta aux côtés du majordome alors qu'il entreprenait d'ouvrir un porte et de le laisser pénétrer dans la pièce. Il ne put s'empêcher un soupir d'émerveillement face à la salle qui s'étalait devant sous le regard amusé de Jasper. Qui en profita pour se retirer.

"Si vous avez besoin, il vous suffira d'appeler."

"Oui... merci."

Solal s'avança dans la pièce et laissa son regard parcourir l'endroit un demi-sourire aux lèvres. C'était tout simplement magnifique. Une multitude d'instruments de musique. Un violoncelle était posé dans un coin de la pièce alors qu'à son opposé se trouvait un magnifique piano à queue. Des fauteuils et des canapés avaient été installés un peu partout dans la pièce en faisant un endroit accueillant. De grandes fenêtres rendait l'endroit très lumineux malgré les lourds nuages gris qui ne quittaient pas le ciel écossais. Il caressa du bout des doigts les touches du piano pour constater qu'il était parfaitement accordé. Toutes sortes d'instruments se trouvaient là. Violon, harpe, divers instruments à vents et à cordes. Tout pour recréer un magnifique concert.

Il se retourna soudain lorsqu'il entendit une douce mélodie s'élever du violoncelle qu'il avait aperçu en entrant. Pour constater qu'il n'y avait personne dans la pièce. Puis le piano se mit à jouer tout seul également. Puis enfin tous les instruments se mirent à jouer ensemble sous ses yeux ébahis. Cela ne pouvait être qu'une mauvaise blague non ? Il recula de quelques pas, saisissant son révolver par précaution. La musique continuait sans jamais s'arrêter avant qu'il ne reste plus qu'un air mélancolique joué par un violon. Le jeune homme se retourna à nouveau et cette fois-ci, il aperçut une jeune femme dans une magnifique robe d'époque Renaissance jouant du violon, un air profondément torturé sur le visage. Ses poignets laissant apparaître deux profondes entailles.

Il s'avança légèrement. Peu sûr de la marche à suivre. Il se passa une main hésitante dans les cheveux alors que l'autre serrait toujours son arme sous son pull. Il était prêt à dégainer à tout instant. Il s'avança davantage restant tout de même à une distance raisonnable. On ne savait jamais. Il se racla la gorge prêt à parler lorsque la musique se stoppa d'un coup et la fille se mit à hurler comme une possédée. Elle se leva brusquement en hurlant et se dirigea vers lui en... flottant. Solal eut tout juste le temps de sortir son révolver et de tirer à vue avant qu'elle ne fonde sur lui en hurlant, les balles la traversant comme si de rien était, continuant son avancée pour lui passer à travers. Un froid immense s'empara de lui alors que son arme fumait encore dans sa main. Il ne savait plus réellement où il en était, ne sachant plus réellement que croire. Il se laissa tomber sur le canapé en se passant une main sur le visage, blême.

"Putain de merde mais qu'est-ce que c'était que ça ?"

Il redressa brusquement la tête alors que la porte s'ouvrait, il pointa son arme sur le nouveau venu et la baissa précautionneusement en voyant Jasper entrer.

"Monsieur ? Qu'est-ce qui s'est passé ? On croirait que vous venez de voir un fantôme."

Un léger rire nerveux s'empara de Solal alors qu'il tournait son regard sur le majordome.

"Vous ne pensez pas si bien dire."


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Comme un souvenir d'enfance
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/post

Kiana Firewood


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Janel Parrish

Ѽ Conte(s) : WITCH
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Taranee Cook

☞ Surnom : Bloody Mary

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 695
✯ Les étoiles : 1163




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mar 12 Mai 2015 - 19:25

Bien évidemment que Kiana pouvait être aussi gamine que l'autre brune. Elle se mit donc à la fixer d'un air de défi, avant de finalement décider qu'elle partagerait sa chambre avec Evelyn. Et elle monta donc à la suite de Jasper, le majordome, jusqu'à l'étage où se trouvait la dite chambre. Elle entra donc la première dans les lieux et ne pût s'empêcher de crier de joie en voyant que la chambre était immense. Elle s'approcha donc du lit à baldaquin, avant de finalement se jeter dessus pour tester le matelas, en disant :

-C'est extra, on va trop bien dormir !

Elle se releva après un moment passé à fixer le plafond, avant de prendre ses affaires de douche dans sa valise, et se diriger vers la salle de bain en prévenant donc Evelyn :

-J'vais me doucher !

Elle prit donc une bonne douche chaude, pour se réchauffer du déluge qu'elle s'était pris dehors, avant de laisser la place à sa "colloc", avant de finalement s'écrouler dans le lit et de s'endormir. Finalement, elle pouvait dire ce qu'elle voulait mais ce voyage l'avait pas mal fatiguée en réalité.

Elle se réveilla donc la première le lendemain et prit bien soin de ne pas réveiller Evelyn, avant de descendre prendre son petit déjeuner. En arrivant donc dans la grande pièce qui servait de déjeuner, elle perdit son sourire en constatant que Calliopée était déjà présente. Elle ne lui accorda aucun intérêt, laça un "salut" général, avant d'aller s'installer à l'écart. Parce que Kiana et la socialisation s'était tout un art. La brunette se servit donc un bon chocolat chaud, avant que Jasper ne leur donne le programme de la journée. Et elle ne pût s'empêcher de lever les yeux au ciel lorsque la "gamine" finit par dire enjouée qu'elle allait au lac... Alors une idée émergea dans son esprit... Certes, c'était puéril mais ca valait le coup. Elle releva donc son regard de sa tartine de Nutella, qu'elle venait de se faire, tout en disant :

-Je suis Calli ! J'ai toujours rêver de voir Nessie moi !

D'ailleurs, celle qui voyait les fantômes ne leur laissa même pas le temps de finir le petit déjeuner pour se diriger tout droit vers l'extérieur. Kiana fut donc obligé de suivre la brune pour se retrouvé dans l'immense cour du manoir où une Mercedes était garée. Et alors que Calliopée prenait la place de conductrice, Kiana ne laissa même pas le temps aux garçons de prendre la place passager. Elle s'y installa donc, commençant à régler la radio en prenant ses aises sans même demander l'avis de l'autre brune. Elle voulait la guerre, elle allait l'avoir ! Et C'est donc dans ce climat de tension entre les deux filles que le voyage jusqu'au lac se déroula.

Une fois là bas, Kiana ne mit même pas de temps à descendre de la voiture, avant de se diriger vers le lac. Evidemment, il y avait déjà pas mal de touristes. Il fallait donc oublier la magie pour sa vengeance, forcément. Elle suivit donc Calli comme son ombre, avant de finalement s'installer à l'ombre d'un arbre et de fixer la surface plate du lac.

Et soudainement... Et bien il y et un attroupement de personnes à un endroit du lac. Pensant donc qu'il était arrivé quelque chose à l'un de ses camarades de visite, Kiana se leva bien vite, espérant que ce soit la brune qui ait fait un malaise. Mais au lieu de cela, tout le monde fixait le lac. Kiana s'approcha donc de la surface de l'eau, avant de le voir...

Elle voyait une sorte de silhouette dans l'eau, au loin, une forme indistincte. Elle la pointa donc du doigt, tout en disant alors excitée, à l'idée d'être la première à le voir :

-Hey les gars, regardez ! Y'a un truc dans l'eau !
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t2061-kiana-firewood http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t2083-les-liens-de-la-fille-du-feu#22529 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t2084-les-rp-de-kiana#22530

Evelyn Nichols


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE

☞ Surnom : Fanny



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 382
✯ Les étoiles : 542




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Mer 13 Mai 2015 - 13:54

The Phantom Manor...

Let me draw you...


Evelyn répondit à la remarque de Pitch par un simple haussement d’épaule. Elle n’était pas, elle n’était pas divine et même si c’était dur à l’admettre, ce n’était plus un robot. Elle n’était que la résultante de l’évolution de l’espèce humaine, voilà tout. S’ils étaient encore tous bien trop peu évolués, c’était pas de sa faute. Elle jeta un regard à Jamie pour voir s’il la condamnait également ou pas et repris son repas. A la fin de celui-ci, le maître des Cauchemars se proposa pour les téléporter… Pourquoi lui il avait le droit de faire ce qu’il voulait et pas elle… Sans doute parce qu’il le faisait discrètement… la discrétion n’avait jamais vraiment été le fort de la jolie blonde. La première fois qu’elle avait tenté de danser, elle avait envoyé Wall-E valser si fort qu’il avait fait un trou dans la paroi de son camion-maison…

Ils arrivèrent alors au Manoir en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire et Evelyn commença à analyser les alentours. Ses capteurs semblaient bien moins lui répondre ici, c’était plutôt étrange… Elle s’en soucierait plus tard… Elle se contenta d’observer le lieu richement décoré et de se faire escorter par leur domestique. Il était temps de choisir les chambres et d’aller e reposer… Mais elle ne voulait pas se reposer ! Elle voulait se mettre au travail, elle était en pleine forme, sa batterie était encore pleinement rechargée ou du moins ce qui lui faisait office de batterie, pourquoi diable aller se coucher maintenant… Surtout qu’ils allaient tous partager la chambre avec quelqu’un d’autre… Elle n’aimait pas trop ça, la seule personne avec qui elle n’avait jamais partager une chambre était Wall-E…

A son grand soulagement, Kiana se proposa pour faire équipe avec elle. Au moins c’était une femelle, elle semblait intéressée par les hommes comme elle-même était intéressée par Wall-E, tout devait bien se passer. C’était bien mieux que de finir avec Hans qui s’était finalement assise à côté d’elle dans l’avion ou avec Solal qui la regardait parfois bizarrement. Elle souhaita à tout le monde une bonne nuit comme elle avait appris à le faire et suivit Kiana et Jasper jusqu’à sa chambre. Elle ne voyait absolument pas pourquoi le serveur leur avait dit de e méfier de l’endroit, tout semblait absolument normal… Elle n’aimait pas trop les rumeurs, elle préférait largement tout démontrer par elle-même… Sa colocataire semblait ravie de la chambre, elle s’empressa d’aller à la douche, laissant Evelyn seule dans la pièce… Un lit… Un grand lit certes, mais un seul lit… Mais où allait dormir la deuxième personne ? Jasper n’avait pas compris qu’elles seraient deux ? Elle se rappela alors qu’un lit de la sorte, à baldaquin de surcroît, pouvait abriter deux corps… Elles allaient donc dormir dans le même lit… Ouh la la. Non… Non non non… EVE n’avait jamais dormi avec personne et c’était pas demain la veille… A quoi cela servait d’inventer des notions de « sphère privé » si c’était pour les briser dans un lit pareil ? Lorsque Kiana sorti de sa douche, Evelyn était toujours plantée là, droite comme un « i », à regarder le lit. Elle daigna enfin passer dans la salle de bain où elle prit quelques minutes pour se calmer et se rappeler que l’eau ne lui ferait aucun mal. Elle était certes plus évoluée et plus intelligente que la moyenne, mais lorsqu’il s’agissait de confronter son ancienne vie de robot à sa nouvelle vie d’humaine, le passage était toujours un peu délicat. Avec prudence, elle finit par se verser un peu d’eau sur le bras avant de se doucher entièrement.

En ressortant, Kiana s’était déjà effondrée dans le lit, lui laissant une partie acceptable pour elle-même s’allonger. Visiblement, elle avait largement moins de soucis avec sa sphère-privée que la blonde. Cette dernière finit par avancer lentement vers le lit, comme terrifiée à l’idée qu’il puisse la coller contre Kiana et s’assit en équilibre sur le bord, toujours aussi rigide, une fesse et une jambe sur le lit, l’autre en équilibre dans le vide. Elle resta ainsi longtemps, longtemps, plusieurs heures, avant de se décider en se disant qu’il n’y avait finalement pas de danger à l’idée de dormir à côté de quelqu’un. Forcément, après tant d’attente, elle fut la seconde à se réveiller et lorsqu’elle ouvrit les yeux, l’autre jeune femme était déjà partie. Elle descendit à son tour prendre son petit déjeuner et lorsqu’on leur proposa une visite du lac ou de la maison, elle finit par prendre la parole :

- Votre maître m’a invité ici pour que j’étudie vos plantes. J’aimerais me mettre au travail rapidement si vous n’y voyez pas d’inconvénient.

Petit regard vers Jamie : « T’as vu, je lui ai pas donné d’ordre, j’ai fait ça poliment ».

- Mais bien entendu mademoiselle. Le mieux serait encore sans aucun doute de vous faire commencer par notre jardin, il est long de plusieurs hectares et vous y trouverait sans aucun doute des spécimens assez rare… si vous voulez bien vous donnez la peine de me suivre…

Elle lui demanda de l’attendre puis alla rapidement récupérer sa mallette à roulette et sa blouse de biologiste. Elle redescendit avec le tout et elle se dirigea avec lui dans le jardin. Il lui présenta rapidement le parc, le labyrinthe, le jardin botanique, la serre et tous les nouveaux croisements de pétunias et de bégonias qu’ils avaient pu faire pousser. Il termina par le bois privé et le petit lac et la laissa seule en lui souhaitant une bonne journée. Avec un grand sourire et une excitation non dissimulée, elle se mit alors au travail, croquant certaines fleurs, ou plantes, faisant des prélèvements. Elle commença par la serre, puis continua près du jardin botanique lorsque soudain, quelque chose attira son attention. On l’observait… Elle en était certaine. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, elle avait dégainée. C’était étrange… c’était la première fois qu’elle ne parvenait pas à trouver la source de son analyse… Elle avait ce sentiment fort d’être observée mais elle n’arrivait pas à comprendre pourquoi ni trouver d’où cela pouvait venir. Parfaitement calme, elle tourna sur elle-même lentement pour scruter les horizons. Il lui en fallait plus pour avoir peur. Sa rationalité l’empêcher d’imaginer toute sorte de scenari qu’une personne normale se serait créé. Non, elle était loin d’avoir peur mais elle était agacée… on ne pouvait pas la laisser bosser tranquille, non ? Elle entendit un bruissement de feuille en direction du labyrinthe et se dirigea donc vers là.

Elle avait laissé sa mallette de biologiste à l’endroit où elle l’avait posté, elle se contenta d’avancer et entrait dans le labyrinthe. Elle se retrouva alors devant une petite fontaine fixée à une hais. Il y avait de l’espace entre la haie et la fontaine… Elle décida de fouiller derrière de sa main libre et celle-ci se referma sur une anse. En tirant, elle découvrit un sac de cuir qu’elle ramena vers elle. Son autre bras redevenant normal, elle entreprit de fouiller dans le sac. Qui avait donc pu le laisser là ? Les sourcils froncés, elle retrouva un carnet de croquis, similaire à celui dont elle se servait pour croquer ses plantes. Elle l’ouvrit et commença à le feuilleter. Une femme éventrée, deux femmes éventrées, trois femmes éventrées… ces morts violentes recouvraient toutes les pages du carnet ! Le sourcil de plus en plus froncés, elle continua à observer les dessins. Ils étaient bons, très bons même. Les traits étaient fins, précis, cela semblait être un travail réalisé au fusain. De véritables œuvres d’art… si toutes ces femmes n’avaient pas été tuées… Un dessin sur la dixième page avant la fin la fit s’arrêter net dans ses recherches. Elle déglutit tout en observant l’œuvre. Celle-ci n’était pas morte… elle n’était pas éventrée, elle était plutôt apaisée, paisible… Elle était allongée dans un lit et semblait dormir… Cette femme s’était… ELLE…

Evelyn expira profondément et s’assit sur le chemin terreux du labyrinthe dans lequel elle se trouvait. Pourquoi est-ce qu’on avait décidé de la dessiner comme ça ? Etait-ce une mauvaise blague ? Une énigme ? Le fusain laissait généralement des traces d’empreinte digitales mais là, impossible d’en trouver une seule. Et tourna alors le reste des pages et constata que son visage terminait le carnet. Evelyn de près, de loin, en gros plan, en plan complets, avec le corps, que le visage, une attention particulière pour les cheveux… et pour les mains… Jamais encore on ne lui avait fait un coup pareil… Même Wall-E ne l’avait pas dessiné comme ça… Elle regarda autour d’elle mais il n’y avait toujours personne… Replongeant sa main dans le sac, elle n’y trouva qu’un seul autre objet… un couteau… avec du sang… frais le sang, frais. Elle passa son index sur la lame et tripota le liquide visqueux entre son index et son pouce… Avaient-ils un tueur dans les parages ? Certainement… Etait-elle la prochaine victime ? Elle n’en savait rien mais elle ne se laisserait pas faire. Préférant garder les preuves avec elle, elle rangea tout dans le sac et posa l’anse sur son épaule droite. Elle s’apprêtait à ressortir quand elle l’aperçue… Une fleur bleue, bleue comme la glace, aux pétales pointus et presque tranchants… elle n’avait jamais rien vu de si beau… Et la science n’attendait jamais… Elle raconterait ce qu’elle avait vu aux autres plus tard… elle s’enfonçait alors dans le labyrinthe.

lumos maxima


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Et ce n'est pas aussi important qu'on vive heureux pour toujours, ce qui compte c'est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c'est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.
by wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 2 sur 8
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

[Fe] The Phantom Manor †





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ L'Europe