Sur le Fil
du Rasoir
de Nat

TheLastJedi
de Sparrow

Merry Christmas
de Nanis


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Sur le Fil du Rasoir ☆ Evénement #88
Une mission de Balthazar Graves - Ouverture : 22 novembre 2017
« Serez vous prêt à venir flotter en bas avec notre Clown ? »

Partagez | .
 

 [Fe] The Phantom Manor †

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage

Vassili B. Caine


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ian Harding

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Baymax

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 200
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 20 Mai 2015 - 21:16




Retour à la case départ


« La ferme. La ferme. Tais-toi… » Je les regardais. Prudemment. En silence. J’avais entendu des coups venir de l’étage et j’étais monté voir, pour finalement les découvrir enlacés sur le sol de la salle de bain. J’étais resté dans l’encadrement de la porte, encore trempé de ma petite plongée dans le Loch Ness et incapable de sortir le moindre son. Elle avait pleuré, sans aucun doute. Et lui était venu la chercher pour la tirer de là et la faire affronter ses peurs en face. « Donne. » Je me sentais rarement aussi inutile mais pour le coup, j’étais en train d’exploser mes propres domaines de compétence. Je n’y comprenais absolument plus rien et, pire, je ne voulais même pas me forcer à comprendre quoi que ce soit. Je l’entendais lui parler, essayer de la rassurer. « J'ai eu peur. On a eu peur. Vassili... Je sais ce qui se serait passé sans lui. » Sans doute qu’il aurait plongé à son tour dans le lac pour la chercher. Ou bien il l’aurait accompagnée se baignée. Ou simplement, elle n’aurait jamais mis le pied en Ecosse. Avec des si, on peut faire tout un monde. Je détournai le regard de la salle de bain. Avisant ma chemise de la veille et mon pantalon, je me penchai prudemment pour les récupérer sans les déranger. Un dernier coup d’œil, avant que je ne tourne les talons en silence et quitte la pièce en refermant doucement la porte derrière moi. Je n’avais rien à faire ici.

Pitch avait parlé de se retrouver en bas après quelques minutes. Je me glissai donc dans une chambre au hasard pour me changer, attrapant une serviette dans la salle de bain pour essuyer mes cheveux. Ça ne sentait franchement pas bon, les lacs. Aussi pris-je le parti de me doucher rapidement avant d’enfiler des affaires sèches. J’enroulai celles humides et descendis avec jusqu’au rez-de-chaussée. Croisant Jasper, il me fit signe et je les lui tendis pour qu’il s’en occupe, le remerciant d’un geste du menton avant d’aller retrouver les autres. Ne pas penser à ce qu’il venait de se passer. Ne pas revoir les images de Calliope sous l’eau. Ne pas se rappeler de la frayeur qui m’avait enserrée la poitrine et empêché de respirer jusqu’à la voir revenir à elle. Je devais chasser tout ça et me concentrer. Facile à dire. Beaucoup moins facile à faire. Parfois, je préférais redevenir le robot que j’étais auparavant pour ne pas avoir à supporter tout ça. Elle avait failli mourir. Manquée de perdre la vie. Dites-le dans toutes les expressions que vous voulez, mais elle avait carrément tendu les bras pour passer l’arme à gauche. Qu’est-ce qu’il s’était passé ? Je craignais de ne devoir encore attendre pour obtenir cette réponse, si je l’obtenais un jour.

Debout, appuyé contre la table et les bras croisés sur mon torse, j’observais les autres pendus aux lèvres du fossoyeur avant d’esquisser un léger sourire entendu à l’intervention d’Evelyn. « Oui, moi. Je ne crois pas aux fantômes. Nous n’avons jamais eu aucune preuve de leur existence à travers les âges, la technologie n’a jamais été capable d’en déceler aucun. » Et je rejoignais son avis sans qu’on ne m’oblige à quoi que ce soit. Je ne croyais pas aux fantômes ou à toutes sortes de spiritualité. On disait qu’en inde, un homme avait un jour promis plus de quarante millions de dollars si quelqu’un parvenait à lui montrer la moindre capacité spirituelle ou paranormale… Jusqu’à présent, la récompense n’avait pas été réclamée. Et ce n’était pas faute de lire des centaines et des centaines de récits sur des êtres vaporeux ou des objets qui bougent. Je secouai négativement la tête devant l’aberration que semblait être ces croyances humaines. Tout était logique, même la physique quantique, alors des gens déguisés sous des draps blancs ou bien des symboles mystérieux dans les champs… Passez à l’émission suivante s’il vous plait.

En revanche ce qu’elle ajouta me fit me redresser. « Je tiens juste à vous faire remarquer que j’ai retrouvé un calepin avec des femmes éventrées dessinées dedans et que les dernières pages étaient pour moi, je ne sais pas lequel d’entre vous sait dessiner, mais le premier qui s’approche, je le désintègre, d’accord ? » Je la fixai, elle et son ton calme et même un petit sourire. Forcément qu’elle allait le désintégrer si elle trouvait le responsable, c’était une réaction logique quoiqu’un peu… extrême. Mais j’étais sincèrement intrigué par le dit calepin. Des dessins d’elle ? En une nuit ? Je fronçai les sourcils, analysant posément les données dans ma mémoire int… Dans mon esprit. J’avais encore du mal à faire la part des choses sur cet aspect-là décidément. Et me retrouver à proximité d’un autre robot ne m’aidait pas à me fondre dans la masse. Même si Evelyn était bien plus proche de nos mécanismes que je ne l’étais actuellement.

« ET MERDE PUTAIN ! » Interrompis la voix d’un des hommes présents, alors que je réceptionnai par réflexe le téléphone qu’il venait d’expédier sur la table avec violence. L’écoutant d’une oreille distraite, je ne pouvais détacher mon regard de l’écran lumineux qui affichait un jeu très étrange aux bordures roses. Je l’avais déjà vu ce jeu… Enfin, je le croyais. Qui est-ce qui y jouait déjà ? Ah oui, un de mes patients. Il m’avait rapidement expliqué je crois. Des couleurs. Associer les couleurs. Mais qu’est-ce que c’était que ces cages ? Oh, d’accord il fallait que je fasse à côté. Des verts, sympathique ! Oh, pourquoi est-ce que tout explose et… c’était amusant en fait ce jeu. Bon ce téléphone n’était pas à moi mais, dans tous les cas c’était intéressant. J’analysai rapidement le reste des codes couleurs avant d’effectuer les trois mouvements manquants pour compléter la série. Il y eut une petite musique qui me tira un sourire et… Oups, personne ne souriait. Je déglutis, la main encore en l’air et prête à continuer, écoutant la fin du discours de Solal en reprenant mon air sérieux. « Alors... Vous pourrez dire ce que vous voudrez mais moi, je me tire d'ici par le premier taxi. » Ah mais… Non ? Enfin, si, s’il veut mais… Mais tout ça pour une histoire de musique ? Ca paraissait aberrant. Souffrait-il de mélophobie ? Pourtant je l’avais vu avec ses écouteurs pendant tout le vol aller, ça ne pouvait pas être ça. Non vraiment, je ne comprenais pas. Ah tiens, encore un niveau si je bouge ce point rouge par là et… Bon stop.

Ce n’est que lorsque mon regard se posa sur Jamie, arrivé dans la pièce, que je réalisai l’absence de deux personnes : Calliope, mais ça encore je m’y attendais, et Kiana. Où était passée la demoiselle ? Nous ne l’avions pourtant pas laissée au lac précédemment. Je rangeai le portable dans la poche arrière de mon pantalon et me redressai, échangeant un simple regard amical avec Jamis avant de m’engager vers le Hall d’entrée. L’homme pressé de rentrer chez lui venait d’ouvrir la porte principale et de se retrouver nez-à-nez avec des trombes d’eau. Je me penchai vers lui, surpris de voir qu’un tel orage pouvait être apparu aussi soudainement alors que le soleil brillait encore lorsque nous étions revenus. Interdit, je posai mes yeux clairs sur Solal, puis à nouveau sur l’extérieur.

« Je crains que pour le taxi, ça ne soit foutu. »

Dis-je, dans une simple constatation consternante. Finalement, Pitch n’avait pas eu tord en nous parlant que toute sortie était visiblement impossible à partir de maintenant. Je tournai machinalement la tête vers eux par la porte ouverte, songeur et dubitatif sur la situation. Evelyn qui trouvait des dessins d’elle. Solal qui nous parlait d’instrument en train de faire de la musique. Pitch qui abordait la question de « hanté » ou « pas hanté ». Hans était resté silencieux tout comme moi, et je ne savais malheureusement pas vraiment quoi en penser. Peut-être que les voyageurs restés ici avaient consommés un peu plus que leur café ce matin ? Non, je n’avais pas pour habitude de remettre en doute la parole des autres donc… Partant du principe qu’ils n’avaient pas rêvé, on se retrouvait un peu dans une impasse.

Je m’apprêtai à les rejoindre lorsque j’entendis du bruit venir des escaliers. Levant le nez, je découvris Calliope qui avait l’air enfin décidée à nous rejoindre. Enfin, elle avait surtout l’air de sortir d’un mois de séjour dans un cercueil sous rayons X, mais je n’allais pas lui faire un compliment de la sorte ou elle allait se vexer. Je la fixai, ne sachant pas trop par quel bout la prendre. Elle avait refusé de me regarder ou de m’adresser le moindre mot depuis son « réveil » et elle avait préféré se laisser consoler par celui qu’elle considérait comme son frère. Les choix des gens m’importaient peu en général, j’allais bien souvent dans leur sens et adaptait mes manières aux leurs. Pour tous sauf pour elle. L’affronter était devenu une monnaie courante au cours de nos échanges et je m’étonnais même de tout ce qu’elle pouvait bien me faire subir. Elle avait réussi l’exploit exceptionnel de me faire perdre mon sang froid aujourd’hui… Mais on n’offre pas des fleurs et une couronne pour ça, n’est-ce pas ?

Le silence. Celui où un ange passe, ou bien un fantôme.

« Comment est-ce que tu vas ? »

Demandai-je finalement à son attention, la gorge sèche. C’était tout ce que je voulais savoir, ignorant que cette question pouvait avoir une centaine de réponses de sa part. Je savais que Jamie n’allait pas tarder à venir s’assurer qu’elle était descendue. Je savais qu’elle se réfugierait vers lui plutôt que dans ma direction. Je savais aussi qu’elle n’allait pas tarder à détourner les yeux et remonter rapidement les marches si jamais il ne se pointait pas rapidement… bingo. Je le vis me rejoindre et lui désignait cette jeune femme que nous avions en commun. Pas de réponse de sa part. Même pas un hochement de tête ou quoi que ce soit. Bien. Dans ce cas… je tapotai l’épaule de Jamie à mon tour, comme il l’avait fait précédemment, avant de lui désigner du menton Calliope. Si elle ne voulait pas m’affronter maintenant, je ne l’obligerais pas à le faire. Chaque chose en son temps, nous étions tous coincés dans un manoir de toute manière, non ? Aussi rejoignis-je finalement la salle commune pour m’approcher d’Evelyn et de Pitch.

« Vous avez parlé de Katrina Van Tessel… Qui était-elle ? »

Autant se changer les idées, et tout autre moyen était bon à prendre. Ou presque.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Colors of love & pain
THESE RED BIG STARS + I'M GONNA FLY LIKE A BIRD THROUGH THE NIGHT, FEEL MY TEARS AS THEY DRY. I'M GONNA SWING FROM THE CHANDELIER, FROM THE CHANDELIER...

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t25241-sur-une-echell http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t25261-qui-a-besoin-d-un-docteur http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t25541-a-qui-le-tour#222056

Hans Morgan*


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Armie Hammer

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Hans des Iles du Sud

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 164
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 21 Mai 2015 - 20:28


J'avais tranquillement terminé de jouer de la musique, alors j'étais parti rejoindre les autres. Pitch avait dit qu'il fallait tous qu'on se rejoigne le plus vite possible. Là-vas, Pitch nous expliqua que les personnes étant restés au manoir avaient été victimes d'attaques spirituelles. Intéressant... Puis, Evelyn nous raconta sa mésaventure. Un calepin ? Des dessins d'elle ? Du genre psychopathe, on fait pas mieux. Bien sûr, Solal ne put s'empêcher de m'accuser.
-Ce n'est pas moi. C'est à peine si je sais faire un bonhomme bâton !
Kiana m'accusa à son tour, je levais les yeux au celle en sortant un "Dit-elle..." à peine audible.
-C'est bon ? Plus personne ne veut m'accuser ? Non, parce que dans ce cas -là, je reviens plus tard. Et puis, si vous arriviez à réfléchir correctement, vous comprendrez que ça peut-être moi ! J'étais au Loch Ness toute la journée ! Et puis, Kiana, c'est toi qui dort avec elle, pas moi...
Je commençais à en avoir assez. On m'accusait sans preuves ! Ça commence toujours comme ça, le groupe s'entre déchire et comme ça le fantôme peut tuer ses victimes une par une. Enfin... Solal conta la dernière mésaventure glauque... Le manoir était hanté, ça c'est sûr...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Oui, je suis papa. Et cet enfant va souffrir. Tu n'aurais jamais dû croiser mon chemin, petite enfant...

               
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20018-terminele-manipulateu

Solal A. Dorado


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Gaspard Ulliel

Ѽ Conte(s) : La Route d'Eldorado
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tulio

☞ Surnom : Klem



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 520
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Ven 22 Mai 2015 - 17:01

Ce manoir n'était pas net. C'était certain. Les questions commençaient à s'accumuler et personne ne semblait avoir la réponse. Enfin personne dans leur petit groupe. Il ne doutait pas que Jasper ou même l'un des habitants du manoir possédait la réponse à leurs interrogations. Mais les peu de fois où il avait parlé avec le majordome, il n'avait eu le droit qu'à peu de réponse. Il ne l'avait pas encore réellement confronté après l'histoire dans la salle de musique mais il semblait qu'il cachait des choses. Il n'avait pas tout dit. A commencer par cette ancienne habitante qui s'était suicidée. D'après Pitch, il s'agissait d'une certaine Kathrina Van Tessel. Aurait-il été possible que son fantôme lui soit apparu ? Mais dans quel but ? Y avait-il une réponse logique à toutes ces interrogations ?

Il sentait la migraine arriver à grand pas et dans un sens, il avait ressenti un certain soulagement en voyant que les autres ne remettaient pas en cause son état mental lorsqu'il leur avait exposé ses observations. Il poussa un léger soupir alors que son regard se posait sur Vassili. Au moins un qui semblait s'amuser. Et avec son portable en plus... A croire qu'il n'avait jamais joué à Candy Crush. Une moue d'agacement passa sur son visage et il se leva. A quoi bon passer plus de temps ici ? Pitch avait ordonné un rassemblement mais il manquait deux personnes. Aucun intérêt de s'attarder donc. Et pour dire quoi ? Tout le monde prend une pique ou une fourche et on part à la chasse aux sorcières ? Enfin plutôt aux fantômes dans le cas présent.

Mais non, très peu pour lui. Il était plus que temps qu'il mette les voiles. Il n'avait pas envie de s'embarquer dans quelque chose dont il ne contrôlerait rien. Il n'avait aucun pouvoir ici, ses hommes étaient à des milliers de kilomètres et les armes à feu se révélaient complètement inutiles. Comment tuer quelque chose qui était déjà mort ? Comment faire pour tuer un truc qui ne ressentait aucune douleur. Cela pourrait peut-être faire un bon jeu. Le fantôme sert de cible et celui qui arrive à faire traverser un objet à travers la tête de l'ectoplasme remporte la partie. Mais Solal n'était pas d'humeur joueuse. Il avait déjà dépassé sa capacité à assimiler de nouvelles choses irrationnelles. Ce voyage en était peuplé d'ailleurs. Tout semblait tellement... anormal et hors du commun.

C'est donc d'un pas décidé qu'il se dirigea vers la porte d'entrée. Personne ne semblait vouloir partir mais lui n'allait pas attendre une autre blague douteuse. Il n'avait pas vraiment envie de terminer comme l'un des dessins que Evelyn avait décrit. Même si visiblement le dessinateur ne semblait s'intéresser qu'aux femmes. Encore un pervers sexuel. Il n'y avait vraiment plus d'originalité de nos jours. Mais cela ne changeait rien. Peut-être que ce manoir contenait d'autres fantômes encore plus... étrange et il ne resterait pas ici à voir si ses élucubrations étaient justes ou non. Il n'était pas masochiste et les problèmes, il les fuyait la plupart du temps. Du moins, il ne fonçait pas tête baissée dedans surtout sans plan. Et là... il n'avait aucun plan et aucune connaissance du terrain qu'il foulait. Donc il préférait battre en retraite avant que la seule chose de lui qui rentrerait à Storybrooke soit son cadavre entre quatre planches de bois.

Mais lorsqu'il ouvrit la porte, ce qu'il vit lui fit perdre tout espoir. Le temps était passé de beau à cataclysmique. Un profond soupir dépité lui échappa et il se tourna vers Vassili qui venait de se poser à ses côtés. Il le fixa un instant et hocha la tête en se passant une main dans les cheveux pour les lisser vers l'arrière. Plus un moyen de dissimuler sa frustration et sa lassitude. Visiblement, il serait du bal le lendemain. Il ne pourrait pas l'éviter. Encore une nuit à dormir dans le lit de Hans, encore une journée enfermée dans ce maudit manoir qui allait le rendre fou. Et même le temps semblait vouloir le faire rester pour une raison qu'il ignorait encore.

"En effet, mon départ m'a l'air compromis pour ce soir, il resta un instant à fixer l'eau tomber avant de reporter son regard clair sur le médecin. Pourrais-je récupérer mon téléphone d'ailleurs ? J'en ai encore besoin, il esquisse un demi sourire avant d'ajouter. Et pas seulement pour jouer à Candy Crush."

Il aurait été embêté que quelqu'un lise certains de ses textos. Même si ils ne devaient pas avoir de sens pour tout autre que lui. Mais ce qui l'embêtait le plus en réalité, c'était de ne pas pouvoir joindre Zachaël ou de manquer l'un de ses messages lorsque le réseau serait de retour. Car pour l'instant, c'était le désert total. Il tendit la main vers le brun, attendant qu'il lui rende son bien avant de relever la tête vers les escaliers. Calliope venait les rejoindre. Le retour de l'enfant prodigue qui avait survécu à la noyade. Et sans étonnement, il vit Vassili et Jamie se précipiter vers elle comme de bons petits toutous. Qu'est-ce qu'ils avaient donc tous avec cette fille ? D'accord, elle n'était pas désagréable à regarder. Mais il y en avait à la pelle des filles comme elle. Enfin peut-être pas aussi dérangée mentalement cela dit. Elle en tenait une sacrée couche quand même.

Il poussa un soupir et s'éloigna de la scène écœurante des retrouvailles qui se déroulait sous ses yeux. Les déclarations d'amour, très peu pour lui. Il s'éloigna donc prêt à retourner dans sa chambre ou tout endroit capable de lui faire oublier qu'il était coincé ici sans possibilité de départ lorsqu'il se fit aborder par un cuisinier. Tiens, c'était la première fois qu'il en voyait un depuis leur arrivé. La preuve au moins que leurs repas n'avaient pas été préparés par des fantômes. Il poussa un soupir agacé mais consenti tout de même à s'arrêter et à l'écouter. Ce qu'il pouvait être agaçant à tripoter son tablier de la sorte. Qu'il dise ce qu'il avait à dire et qu'on en finisse.

"Excusez moi monsieur... Mais pourriez-vous venir récupérer votre amie ? Elle est dans la cuisine et refuse d'en sortir. Elle nous dérange dans notre travail... Monsieur."

"Mon amie ?"

"Une demoiselle de votre groupe, monsieur. S'il vous plaît ?"

Solal poussa un soupir mais consentit néanmoins à suivre le marmiton qui était venu le chercher. Il n'avait rien d'autre à faire de toute manière. Et puis, il était curieux de voir les cuisines. Et avec un peu de chance ce serait Evelyn qui monopoliserait l'attention des cuisiniers et ils pourraient passer un peu de temps seul avec elle. Histoire de passer le temps. Malgré ses menaces plutôt violentes et assez sadiques de désintégration. Mais ce ne fut pas la jolie blonde qu'il découvrit dans la cuisine, les bras croisés sur la poitrine et refusant de bouger. Mais Kiana. Il poussa un nouveau soupir. Allons bon, qu'est-ce qu'il se passait encore ? Pourquoi voulait-elle absolument entrer dans le garde manger ? Vraiment, il avait parfois l'impression qu'il n'était pas le seul qui avait planqué de la drogue dans ses valises. Et la sienne semblait de loin la moins forte.

"Kiana ? Il n'y a rien derrière cette porte. Si tu veux bien venir avec moi pour laisser les cuisiniers travailler... Ce serait aimable de ta part."

Il esquissa un semblant de sourire avant de s'avancer vers elle pour lui saisir le bras et la forcer à le suivre. Avant que son regard ne s'attarde sur la table. Il lâcha la jeune femme et posa son regard étrangement vide sur elle.

"Finalement... Peut-être qu'on peut rester encore un peu. J'ai bien envie de cuisiner un peu. Pas toi ?"

Il posa le regard sur l'un des cuisiniers avant de le reporter sur les aliments et les ustensiles de cuisine étalés devant lui. Il se saisit d'un saladier et d’œufs alors que son regard se faisait interrogateur.

"Je peux ?"

Il avait à peine attendu l'accord du chef qu'il commençait déjà à s'activer. Il se sentait l'âme créatrice. L'envie de donner du plaisir à ses convives. Un esprit heureux passait par un estomac bien rempli après tout. Mais c'était étrange, il ne se connaissait aucun don pour la cuisine. C'était à peine si il savait faire cuire un steak. Mais là, sous une impulsion, il se retrouvait à faire de la pâte à pancake. Il s'activa sans prêter plus attention à ce qui l'entourait avant que toute son oeuvre soit terminée. Il jeta un coup d’œil satisfait à l'assiette de pancakes qui se dressait devant lui avant de se reculer légèrement de la table. Il avait fait du bon travail là non ? Il en avait presque oublié la raison de sa présence ici.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Comme un souvenir d'enfance
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/post

Pitch Black


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pitch Black

☞ Surnom : Brioche

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 173
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 23 Mai 2015 - 22:16

Comment résumé ça...? Hum... J'étais dans un manoir à l'autre bout du monde, dans cette contrée cachant milles merveilles qu'était l'Ecosse, et je me trouvais là, dans un manoir qui se trouvait à quelques kilomètres d'un lac qui cachait soi disant une créature fantastique, mais ce n'était pas cela qui m'intéressait. Oh non, là je venais de tomber sur une petite perle, ce manoir était hanté, aussi incroyable que cela puisse paraître. Les fantômes étaient la parfaite représentation d'une des peurs les plus fréquentes chez l'être humain, la pur de la mort, et ces fantômes apportaient justement un rappel froid et brumeux de notre mortalité, tout en se jouant de cette peur naturellement présente chez les vivants, je devais avouer, je venais trouver un nouvel intérêt pour ce lieu, le même intérêt qu'un gamin trouvait dans un nouveau jouet. Pour un presque immortel comme lui qui avait une étrange relation avec la mort par son travail, il trouvait cette situation passionnante, alors il allait tranquillement attendre le climax de cette aventure en sirotant son thé. C'était la meilleur chose à faire alors que le reste du groupe vaquait à ces occupations, apparemment il y avait du grabuge en cuisine et... J'avais appris l'accident avec Calliope, triste, mais cela aurait pût être plus terrible encore, la pauvre était traumatisé, et tenter de la calmer à ma manière dans son état risquait d'empirer la situation. Elle pouvait voir les fantômes après tout, alors je me doutais qu'elle allait passer un mauvais séjour dans ce manoir. Mais je n'allais pas tenter de la réconforter, cela serait déplacé de ma part, et... Je n'étais pas le meilleur pour ce type d’interaction. Parfois je me demandais comment avais-je fais pour me trouver quelques amis, je veux dire, j'avais la fâcheuse tendance d'arracher le cœur des sorciers un peu trop bruyant...
Pitch ricana en sirotant une nouvelle gorgée de son thé, tourner vers l'une des fenêtres de la salle commune il observait le paysage, comme toujours, pensif. Pitch était toujours quelqu'un de pensif, il hésitait à retourner se perdre dans la bibliothèque, mais il avait bien trop de temps à perdre, dommage... Un petit passage dans la salle de musique? Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas touché à un violon. S'en était presque dommage, oh, et il restait un dernier point à voir pour le bal. Vu comme cela se présentait, il me fallait une cavalière, n'est-ce pas? J'étais un grand danseur moi-même, et la valse n'avait pas de secret pour moi, après tout c'était la plus basique des danse qu'un gentleman se devait de maîtriser. Mais je n'étais pas un individu que l'on qualifierait de social au premier abord, ni au second d'ailleurs. Mais je savais faire un effort lorsque l'occasion se présentait, alors pourquoi pas? J'étais là pour m'amuser, et les fantômes faisaient partit de l'aventure, pour une fois que je n'aurais pas à faire couler de sang, cela me changerait... Mais qui choisir comme cavalière alors? Calliope étant hors de propos, je ne savais même pas si elle allait venir au bal à cause de son état, Kiana peut-être...? Elle était surement une personne agréable à avoir, mais je doutais qu'une valse soit son style... Il ne restait donc que...

Eve s'installa sur un fauteuil voisin du mien, et je l’accueillis avec un léger mouvement de tête silencieux, elle semblait pensive mais était bien plus vivace d'esprit que lorsque je l'avais retrouvé dans ce drôle de champs. Étrangement, ce petit accident avait améliorer l'estime que j'avais pour la scientifique, je ne l'avais vu comme un être différent de moi, j'étais fais de magie, elle était la summum d'une technologie que je ne pouvais pas espérer comprendre. Alors je l'avais surement juger bien trop rapidement que nécessaire, et elle s'était montré tout aussi humaine que moi. Je n'avais pas à la juger sur ses origines, cela était bien peu cavalier de ma part. Pitch servit une seconde tasse de thé à la scientifique avant de remplir la sienne de nouveau, avant de dire, sans aucune hésitation:

"Dites-moi, Evelynn, me feriez vous l'honneur de danser avec moi lors du bal de demain? Oh, ne vous en faîtes pas, je ne suis pas Hans. Je suppose qu'un personne chère vous attends à Storybrooke, tout comme moi, mais une occasion pareille ne se représentera pas alors... "

Pitch fit un grand sourire avant de reposer sa tasse de thé et d'ajouter:

"Avez vous déjà danser avec le Diable au clair de Lune?"

Oui, l'occasion était bien trop belle pour que je la manque.
Pitch ria une nouvelle fois, mais sa proposition était sérieuse, il y aurait peut-être des rumeurs, mais son cœur entier n'était que pour Diane, là, il voulait juste profiter d'une valse amicale avec une personne qu'il avait mal jugée, alors pourquoi laisser passer cette chance? Bien sûr, elle pouvait parfaitement refuser et je comprendrais parfaitement, ma proposition était étrange après tout. Mais au moins, je lui aurait proposer.
Avant que Evelynn, surprise, ne me réponde, un nouvel se présenta et prit un nouveau fauteuil, c'était Vassili, le second robot du groupe. Hum... Cela semblait être un rassemblement, mais je n'étais pas contre, peu de gens était aussi naturellement confiant avec moi et j'étais de bonne humeur, alors je n'avais rien contre un peu de présence. Et puis il allait droit au but, et j'aimais cela.

« Vous avez parlé de Katrina Van Tessel… Qui était-elle ? »

Pitch se tourna vers le robot, avant de résumer intérieurement ce qu'il savait sur Katrina, ce qui n'était pas grand chose qui était cependant la porte ouverte à de nombreuses théories, mais je devais commencer par les faits et uniquement les faits, j'étais le seul a connaitre l’existence de cette pièce secrète, Katrina était lié à cette histoire, d'une manière ou d'une autre.

"Ce que je sais, c'est qu'elle est morte à l'age de 21 ans le siècle dernier. Son tableau montre qu'elle était une vraie beauté rousse aux yeux rouges. Je ne suis pas en expert en fantôme, mais en tant que fossoyeur je peux vous dire une chose. Le fait qu'elle soit morte aussi jeune? Cela ne s'efface pas. Et je mettrai ma main à couper que sa disparition est liée avec la particularité unique de ce lieu... Après que cela soit son fantôme où celui d'une autre je l'ignore. Mais mon je suis certain que la vérité apparaîtra en même temps que le maître des lieux... "

Pitch reprit sa tasse et en sirota le contenu de nouveau, il se tenait entre deux robots et parlait de fantôme avec eux, cette ville pouvait apporter tellement de surprises comme celle-ci. Et je devais admettre que leurs compagnies ne me déplaisaient nullement, j'espérais qu'il en allait de même pour eux. Je ne pouvais surement pas en dire du dernier arrivant, Jamie, dont l'énergie me perturbait toujours, je n'arrivais pas à mettre exactement le doigt dessus, et cela me titillait légèrement. Je le vis me lancer un regard méfiant par lequel je répondis avec un sourire, avant de lui dire:

"Jamie, ne restez donc pas là à me lancer des regards méfiants et joignez nous plutôt à nous. La vérité sur cette histoire se dévoilera surement demain, alors pourquoi attendre en ce tourmentant inutilement? Profitez de l'instant présent, et d'une tasse de thé, vous en avez cruellement besoin."

Evelyn Nichols


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE

☞ Surnom : Fanny



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 382
✯ Les étoiles : 542




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Dim 24 Mai 2015 - 21:01

The Phantom Manor...

Diner is served...


Kiana avait affirmé qu’elle n’y était pour rien et Evelyn avait hoché la tête d’un air entendu. Elle s’était ensuite approchée de la jeune fille et lui prit le poignet, comme elle l’avait déjà fait auparavant, lors de cette terrible apocalypse. Elle disait vrai. Elle n’avait rien fait. Non pas que la blondinette ne doutait d’elle… mais elle ne faisait confiance qu’à son don. Elle lui sourit, l’acceptant une nouvelle fois comme amie et se dirigea vers la salle commune ou l’inspection continua. Pitch venait de parler, puis elle-même et enfin Kiana et Solal accusait Hans d’un commun accord… C’était le seul monsieur qui s’était assis à côté d’elle dans l’avion… alors qu’elle avait tout fait pour rester seule d’ailleurs. Il se défendit, mais une fois de plus elle se dirigea et le toucha.

- Il n’a rien fait.

Le ton était clair et sans appel. Ce n’était pas lui. Elle voyait la vie des gens par bribes, connaissait tout d’eux, comme si elle s’infiltrait dans la tour d’un ordinateur pour en observer les programmes. C’était son détecteur de mensonge à elle en quelques sortes… Elle fit le tour de toutes les personnes présentes, les touchant les unes après les autres. Toutes y passèrent, toutes, sauf Calliope qui n’était pas présente. Personne. Etait-ce alors la jeune femme brune ? Elle n’avait pas l’air de beaucoup l’aimer… Ou alors c’était un véritable fantôme… comme un de ceux que Solal avait vu… Etrange… Elle termina par Pitch et grimaça en voyant son regard désapprobateur.

- Je sais que vous n’aimez pas ça mais moi je n’aime pas ne pas savoir et… d’après ce que j’ai compris, on m’en veut à mort donc… si vous voulez bien quand même vous laisser faire…

Il finit par l’y autoriser, bien qu’il ne semblait pas vraiment satisfait de la situation. Tant pis. Elle devait savoir. Et elle savait maintenant. Ce n’était pas lui. Elle retourna alors s’assoir, un peu déçue de ne rien avoir trouvé. Elle avait l’impression d’être de retour dans son monde, à la recherche d’une plante qu’elle n’arrivait pas à atteindre. Elle se souvenait de sa déception, de sa colère aussi… elle avait fait quand même fait exploser cinq bateaux… Ce n’était pas de la petite colère… Et pourtant, la seule personne à avoir réussi à la calmer, la seule personne qui avait réussi à lui trouver cette plante, c’était Wall-E, son Wall-E… Elle aurait tellement aimé qu’il soit là… Le regard triste, elle s’était désintéressée de la conversation pour sortir son portable. Son petit robot semblait bien s’amuser… Il avait refait une fournée de cookie qu’il avait pris en photo et lui avait envoyé. Les gâteaux avaient tous sa forme robotique, à elle. Elle sourit, lui renvoya un message et rangea son portable tandis que Pitch s’adressait à elle.

Elle écarquilla les yeux de surprise quand il lui proposa d’être sa cavalière. Ça allait être son tout premier bal de toute sa vie… Elle se sentait un peu comme les lycéennes qu’elle avait vu dans des films avec Wilson. Et oui, car n’oublions pas que même si elle a l’apparence d’une femme de 30 ans, notre Evelyn s’est réveillée d’un long coma il y a peu et elle était un robot avant cela… elle avait donc très souvent de nouvelles expériences, ce qui la propulsait un peu plus à l’âge d’une lycéenne qu’à l’âge d’une trentenaire. Bien sûr, la danse ne lui faisait pas peur. Elle avait déjà regardé des tas de vidéos de danses et même si elle n’avait encore jamais eu l’expérience de la danse, elle avait déjà toute la théorie. Il la rassura sur le fait qu’il n’était pas Hans. Bien évidemment qu’il n’était pas Hans, elle le voyait bien… Cela était-il donc du second degré ? Elle avait toujours du mal avec le second degré… Mais elle avait hoché la tête face à ses suppositions. Elle savait qu’il avait une « Wall-E » lui aussi, elle n’avait pas peur. Sa question en revanche, la désarçonna un peu. Elle pencha la tête sur le côté, en signe d’incompréhension.

- Non… Non je n’ai jamais dansé avec le diable… mais vous savez, chez les robots, nous n’adhérons à aucune croyance religieuse, je ne crois donc pas au diable ni même à la possibilité que je puisse un jour danser avec… Quant au clair de lune… nous sommes dans un manoir… mais nous pouvons toujours aller sur la terrasse si vous avez besoin du clair de lune…

Il avait éclaté de rire. Sans aucun doute pas pour se moquer, plus pour montrer que c’était une blague… Quand je vous disais qu’elle avait du mal avec le second degré… Elle eut à son tour un petit sourire, gênée et se remit une mèche derrière l’oreille avant d’hocher la tête.

- C’est d’accord, je danserai avec vous. Et comme vous l’avez dit, c’est par… amitié enfin… On est amis, non ? Ou quelque chose qui s’en rapproche… moi j’ai Wall-E et vous vous avez Diane… elle est très belle d’ailleurs.

Elle avait hoché la tête pour appuyer ses propos. Elle n’arrivait pas vraiment à définir cette relation sympathique qu’ils étaient en train d’entretenir. Tout devait entrer dans une case dans l’esprit de la robot et pour l’instant, niveau relation elle n’avait que trois cases : « Amis », « Ennemis » et « Wall-E ». Elle avait certes encore des choses à améliorer, tout viendrait en temps voulu…

Elle avait souri en voyant Vassili les rejoindre. Lui aussi c’était un robot, Evelyn l’aimait bien. Ils discutèrent d’une certaine Katrina Van Tessel et la blondinette les écouta attentivement. Elle était morte jeune… trop jeune… était-elle dans ce carnet qu’elle avait trouvé un peu plus tôt ? Allait-elle finir comme elle ? Pitch ne semblait pas vraiment avoir de réponses mais il était certains que certaines choses leur serait bientôt dévoilée et Evelyn hocha la tête : elle l’espérait. Puis ce fut au tour de Jamie de les rejoindre, elle lui dit de gestes de vifs de la main pour le pousser à se rapprocher : elle l’aimait vraiment bien le copain de Wall-E. Mais son approche fut de courte durée car quelques minutes après, Jasper apparaissait de nouveau :

- Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, je vous invite à rejoindre la salle à manger, le dîner est servi, si vous voulez bien vous donner la peine de me suivre.

Evelyn se leva et se dirigea avec les autres dans la salle à manger. Elle avait faim. Ses régulateurs marchaient un peu moins bien depuis qu’elle était ici, elle ressentait la faim presque comme tous les humains. Et là, elle avait très faim.

- Calliope doit avoir faim, non ? Elle ne nous rejoint pas ?



lumos maxima

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Et ce n'est pas aussi important qu'on vive heureux pour toujours, ce qui compte c'est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c'est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.
by wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Calliope Lloyd-Webber


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emmy Rossum

Ѽ Conte(s) : Coraline
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Coraline Jones, la fillette trop curieuse et qui a deux mamans

☞ Surnom : Even

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 977
✯ Les étoiles : 795




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Lun 25 Mai 2015 - 19:54



Are you affraid ?

Je n'avais pas faim. C'était une sensation bizarre pour moi. J'ai toujours faim. Sans arrêt. Matin, midi et soir. Même après avoir mangé, j'ai toujours faim. Allez savoir pourquoi. Mais là... non. Je ne voulais rien toucher. Je n'étais pas d'humeur à manger quoi que ce soit. Pourtant il y avait une odeur incroyable qui envahissait tout le rez de chaussé. Mon estomac ne grognait même pas en sentant la viande et des épices. J'étais juste vidée. Je voulais dormir. Oublier un peu.

Quand j'étais descendue, je m'étais approchée de Jamie, sans faire attention aux autre. Même pas à Vassili. Je l'avais regardé quelques secondes avant de détourner la tête et de m'intéresser à celui qui était le seul que je voulais voir. Je lui aurais bien demandé de venir dormir avec moi, mais lui allait sûrement avoir faim. Il avait déjà assez fait pour moi. Ma main guérie en était la preuve.

- Je ne mange pas ce soir. Je vais aller faire un tour et me coucher juste après. J'ai besoin d'être seule encore. Je suis vraiment pas prête à affronter tout le monde.

Parler me faisait mal à la gorge. J'avais trop toussé, ça m'avait sûrement irrité. J'avais même l'impression de sentir le goût du sang dans ma bouche à chaque fois que je déglutissais. Il fallait que je sois seule. Loin des voix, des fantômes, des vivants et des autres. Je ne voulais voir personne. Point.

J'embrassais rapidement Jamie sur la joue et le laissais, en lui adressant un petit sourire pour lui montrer que ça n'allait pas trop mal. Même si c'était un mensonge. Ils allaient pouvoir dîner, qu'ils en profitent. Même si l'écosse était dangereuse et hantée, on mangeait bien. Et si ça pouvait les occuper dans une même pièce...

Je ne voulais pas parler de ce qu'il s'était passé. J'allais sûrement raconter quelques détails à Jamie très bientôt. Il n'était pas idiot, il savait qu'il s'était passé quelque chose. Je nage très bien, je vais régulièrement à la piscine. D'accord je suis maladroite. Mais quand même. Là... là c'était trop.

J'entrais dans le salon et m'asseyais sur le canapé recouvert de gros coussins moelleux, avec ses motifs à petites fleurs. C'était joli, et plutôt confortable. En tout cas, ça donnait envie de rester là sans bouger. J'avais terriblement mal partout, je n'avais pas envie de faire des efforts. Au début, j'avais voulu m'isoler dans le jardin. Histoire d'être vraiment toute seule. Mais il pleuvait. Et il faisait beaucoup trop noir.

Le noir... Quand j'étais au fond du lac, je ne trouvais pas que l'eau était obscure. C'était même incroyablement clair pour moi. Je n'avais eu aucune raison d'avoir peur. Pas d'inquiétude, pas de stress, il suffisait juste de se laisser aller, de suivre la femme fantomatique qui me souriait avec ses longs cheveux flottants. Qui était-elle ? Une femme morte dans le Loch Ness qui appelait à elle les âmes perdues ? Peut être. J'avais entendu les rires d'autres personnes, quelques silhouettes qui tournoyaient dans l'eau, sans que je puisse vraiment les voir. Le monde des morts avaient parus joyeux. On m'avait promis une autre vie, ou les gens m'aimeraient vraiment. Ça m'avait tenté. Pourquoi ? Jamais ça ne me gênait, de ne pas être aimée. D'accord, ça avait été dur quand j'étais enfant, au début, quand j'avais perdu mes parents. Mais maintenant, j'avais bien compris que ce sentiment appelé l'amour ne servait à rien. Il ne faut pas s'attacher. Tout le monde fini par mourir. Moi la première. La mort, ma bonne vieille amie. Je la côtoyais depuis des années. Un jour ou l'autre, elle allait finir par m'emporter pour de bon. Et à qui je manquerais ?


Je fini par rouvrir les yeux, gênée par la lumière. Non... pas la lumière. Bordel, je m'étais endormie combien de temps, sur ce canapé ? Je baillais, en essayant de retrouver mes repères et en m’asseyant. Quelqu'un m'avait recouverte d'une couverture pendant la nuit. Je ne me souvenais de rien. J'avais sombré d'un coup, sûrement trop épuisée.

Je me relevais et m'approchais du grand miroir accroché au mur. J'avais une tête affreuse. Le visage pâle, des cernes, les lèvres gercées et des cheveux qui pourraient servir de nid à une trentaine d'oiseaux. Je me fixais pendant quelques minutes, sans bouger. Puis je me forçais à sourire. Ça faisait mal. Mais je souriais. Il était faux, et alors ? Tout n'est qu'une question de jeu de rôle et de mensonges. Je passais une main dans mes cheveux en essayant de les coiffer, je m'étirais un coup et me rendis jusqu'à la salle à manger, où se trouvait déjà tout le monde. Le petit déjeuner était servie. J'allais devoir rattraper le repas que j'avais sauté la veille.

- Bonjour tout le monde ! Alors , bien dormis ? C'était bon hier soir ? Vous avez intérêt à être en forme, parce que ce soir, on a un bal ! Que tout le monde se fasse beau et arrête de faire la tête, sinon vous allez me mettre la honte devant les invités. Et ça, ça va m'énerver.

J'avais attrapé un verre de jus d'orange et je m'étais assise en bout de table, en faisant des grands sourires à la ronde. Il allait y avoir un bal. J'ai toujours adoré ça moi. Tout le monde devrait être de bonne humeur en entendant une telle nouvelle. Alors pourquoi ils faisaient cette tête ? Certains avaient l'air d'avoir mal dormi. Ils avaient forcés sur la bouteille ? Sans moi ?

- J'espère pour toi que tu n'as pas invité une fille dans ton lit cette nuit. Les fantômes, ça compte comme étant des filles, je te préviens.

J'avais lancé un regard suspicieux à Vassili. Je faisais comme si de rien n'était. Comme si j'allais parfaitement bien. Comme si je n'avais pas failli mourir hier. Comme si je ne l'avais pas ignoré à mon retour. Je ne voulais pas avoir à lui expliquer. Pas à lui. Je ne savais même pas si ça le gênait ou lui faisait de la peine. J'avais un peu de mal à le cerner, parfois. Je n'étais rien que cette patiente avec qui il entretenait une relation un peu trop intime parfois. Ce n'était pas comme si on était en couple ou un truc du même genre.

- Jamie, il va falloir qu'on te trouve une tenue de dingue pour le bal. Rendez-vous après mangé, apparemment il y a pleins de super fringues dans une pièce. Sinon, qui va avez qui au bal ? Parce que je veux pas dire, mais il n'y a que trois filles de disponibles dans le coin...

Je crois que j'avais entendu Pitch parler du bal à un moment, mais j'avais la tête ailleurs sur le moment. Moi en tout cas, je n'étais pas dispo. Je savais très précisément avec qui je voulais aller à ce bal. C'était une bonne idée, de faire la fête. On allait pouvoir danser, boire et manger à volonté. Rencontrer pleins de mecs riches et des femmes avec pleins de bijoux. Mes doigts allaient me démanger pendant toute la soirée. Tout pour se changer les idées. Tout pour oublier ces voix qui avaient hantées mon sommeil.




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Well look at me, I'm coming back again
○ You could never know what it's like, your blood like winter freezes just like ice, and there's a cold lonely light that shines from you. You'll wind up like the wreck you hide behind that mask you use. Don't you know I'm still standing better than I ever did ?

Aidan G. Wilde


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Aaron Taylor-Johnson

☞ Surnom : Even

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 26 Mai 2015 - 0:11



Don't be affraid

Qui a dit que la nuit était calme, silencieuse ? Il suffisait de tendre l'oreille, d'écouter attentivement, pour découvrir toutes les mélodies de l'obscurité. Passionnantes, envoûtantes... il fallait être sourd pour ne pas apprécier ou même reconnaître l'immense talent de ces opéras nocturnes. Le bruit de la pluie qui tombe, les chants des grenouilles qui envahissaient les bords du lac, les hululements des chouettes, le cri des bêtes qui sortaient une fois la nuit tombée et que la lune était levée... Tout était magnifique.

La lune d'ailleurs était impossible à voir. Les nuages noirs lourds d'orages la cachait. Je ne voyais rien, à peine éclairé par les éclairs qui tombaient parfois. Le bout de ma cigarette rougeoyait, tel un point flottant dans le noir. Je m'étais réfugié sous la véranda, la porte en verre ouverte pour pouvoir écouter la vie nocturne s'activer.

Le Manoir m'avait manqué. Je venais tout juste de rentrer de France, pour des affaires de la plus haute importance. J'avais eu tellement de problèmes à régler, c'était fatiguant. J'aurai préféré rester ici, à profiter des invités. J'avais hâte de les rencontrer. Jasper ne m'en avait dit que du bien.

- Jasper, vous avez contacté le docteur Jekyll, pour la fête de demain ? Je suis sûre qu'il adorerait venir. Ça fait longtemps qu'il n'est pas revenu en plus.

J'avais prévu beaucoup de monde pour le bal. J'aimais ces fêtes extrêmes, où tout fini dans une explosion incroyable de débauche et de grand n'importe quoi. Je me souvenais très bien de cette fête, il y a quelques années, où Elizabeth avait bien trop bue et s'était amusée avec toutes les jeunes femmes qu'elle avait réussi à séduire. Nettoyer les baignoires de tout ce sang avait été incroyablement difficile. Je crois que les femmes de ménage n'avaient même pas réussi.

- Bien sûre, monsieur. Le docteur serait ravi de venir. Par contre monsieur, que voulez vous qu'on fasse des malles... spéciales ?

Je me retournais vers le majordome, la cigarette entre les doigts et laissant échapper un nuage de fumée d'entre mes lèvres. Il me montrait les grandes valises noires, de tailles impressionnantes. Elles avaient pris toutes la place dans le coffre de la voiture tellement elles étaient imposantes.

- Emmenez les à Victor. Je suis sûr qu'il va être ravis de voir ce que je lui rapporte. Ceux sont des morceaux de choix. Et encore frais.

Il avait plus qu'intérêt à aimer mes petits cadeaux. J'avais rajouté quelques extras, en plus de ce qu'il m'avait commandé. Je risquais gros à chaque fois, avec le développement des médias et d'internet, c'était beaucoup plus difficile de faire disparaître des gens.

- Bien Monsieur. Et pourriez vous parler à Jack ? Il a laissé ceci, et je pense que ce n'est pas une excellente idée de laisser ainsi traîner ses affaires...

Je pris le carnet que Jasper me tendait, et je tournais les pages. Des croquis parfaits. Des femmes éventrées, pour la plupart. Que ce qu'il avait encore foutu ?

- Quel con ! Je vais lui parler, il est totalement inconscient. C'est déjà dur de devoir le garder ici, je fais un effort même si les filles le détestent, et lui il veut tout foutre en l'air ? Merci Jasper, je vais aller le voir. Ne prévenez pas les invités en tout cas que je suis arrivé, je leur ferais la surprise au bal.

J'écrasais la cigarette dans ma main, sans même réagir à la sensation de brûlure. Je laissais tomber le mégot dans le cendrier en verre posé sur une petite table métallique et m'essuyais les paumes sur mon long manteau noir. Il n'y avait rien, pas une trace. Quelqu'un d'autre allait souffrir à ma place.

Je fis un signe de la tête au majordome qui commençait à traîner les bagages, et j'entrais dans le Manoir, qui était incroyablement silencieux, comparé à l'extérieur. Il était plus d'une heure du matin, c'était normal que personne ne soit réveillé. À moins que... Non, cette fille dormait. Ou du moins, elle était dans un état proche du somnambulisme. C'était une jeune femme brune, habillée d'un pull, qui se tenait droite, le regard fixé sur le miroir accroché sur le mur. Elle devait voir tout un tas de choses intéressantes, la petite chanceuse. Je passais devant le miroir à mon tour, et fis un petit signe de la main en souriant à mon reflet et surtout à ce qui se trouvait derrière, avant de rejoindre mes quartiers privés. Il avait tout un tas d'habitants qui aimaient la nuit, chez moi. Ils n'aimaient pas forcément se montrer, et je les comprenais. Les êtres mortels s'effraient si facilement. Ils valaient mieux être comme nous. J'avais hâte de les rencontrer, et de les voir nous rejoindre. Le Manoir était assez grand pour accueillir de nouveaux habitants. Au pire, j'avais une bête à nourrir. Et besoin de jouets. J'ai toujours eu une préférence pour les vivants, quand je m'amuse. À voir à quoi ressemblaient les nouveaux venus américains. Je n'ai pas envie de m'afficher avec des laiderons sans personnalité. Après tout, tout n'est que beauté.




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


All monsters are human

Hear no evil, speak no evil. And you'll never be invited to a party. - Oscar Wilde


Evelyn Nichols


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE

☞ Surnom : Fanny



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 382
✯ Les étoiles : 542




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Mer 27 Mai 2015 - 0:13

The Phantom Manor...

Hello Jack...


Elle eut à peine le temps de finir de poser sa question que déjà Calliope apparaissait, l’air fatiguée et pas vraiment encline à discuter. Elle parait se coucher. C’était dommage… C’était son rhume qui la mettait dans cet état ? Avec sa chute dans le lac, elle ne l’avait sans doute pas arrangé… Ils prirent alors place dans la grande salle à manger, Pitch à sa gauche, Jamie à sa droite, les deux personnes avec qui elle avait parlé récemment étaient forcément installé à côté d’elle. Vassili n’était pas très loin non plus, à la gauche du fossoyeur. Evelyn sourit lorsque Jasper vint soulever les cloches d’argent, relevant une viande d’agneau savoureuse, dégageant une odeur corsée et épicée. L’Agneau, un des plats traditionnel d’Ecosse, ce n’était pas très étonnant, mais très bien venue. La jolie blonde n’en avait jamais mangé. Elle se servit en viande, en purée et en haricots verts et pris une photo qu’elle envoya à son robot « regarde, on mange typiquement écossais. Je me souviens de la recette, on pourra en refaire ensemble si tu veux », un petit smiley mouton et c’était envoyé. Elle avait décidément du mal à exprimer ses sentiments en émoticônes, mais au moins, le mouton était à propos pour une fois…

Elle rangea son portable dans son sac à main avec un sourire satisfait et pris une bouchée de viance. C’était délicieux, vraiment délicieux… Ce devait être la meilleure viande que n’avait jamais mangée… L’Agneau passait décidément avant le bœuf, le poulet et le porc. Elle se tourna vers Jamie, des étoiles dans les yeux tout en terminant de mâcher et d’avaler, hochant la tête d’un air appréciateur. Puis Jasper fit son entrée, leur demandant s’ils apprécier le repas et tout le monde répondit par l’affirmation poliment. La femme robot en profita pour poser ses couverts, se réssuyer la bouche en lançant un regard furtif au fossoyeur avant de s’adresser au majordome.

- Dîtes-moi Jasper… Je ne suis là que pour étudier les plantes mais il semblerait que certains de mes camarades ait eu d’autres occupations aujourd’hui et ont fait des découvertes, notamment à propos d’une certaine Katrina Van Tassel qui semble liée à ce lieu à en croire un tableau présent dans le manoir… Vous pourriez nous en dire un peu plus ?
- Oh miss Nichols, je crains que ce ne soit pas une histoire réjouissante et sans doute pas la meilleure des anecdotes à raconter lors d’un repas… Mieux vaudrait peut-être reporter cette conversation à plus tard…

Mais face au regard intrigué et curieux de la majorité des convives, il poursuivit :

- Miss Katrina Van Tassel était la fille unique du couple Van Tassel. Elle était réputée pour être d’une beauté à couper le souffle, attirant ainsi les faveurs de nombreux hommes de la région, si ce n’est tous. Malheureusement, son caractère n’était pas… égal à sa beauté si vous me permettez de m’exprimer ainsi… En réalité certains disaient qu’elle était peu facile à vivre, elle était souvent considérée comme une « peste » qui profitait un peu trop de sa beauté pour avoir tout ce qu’elle désirait. Un soir, Miss Van Tassel disparut… elle n’avait que 21 ans… Elle n’a été retrouvée que trois jours plus tard, dans une forêt à des kilomètres du manoir. Habillée d’une robe de mariée, elle avait été décapitée et… éventrée…

Certains eurent un mouvement de recul.

- Je vous l’avez dit, ce n’est pas vraiment une histoire réjouissante…
- Est-ce que c’est elle qui hante le manoir ?

La question avait été posée sans détour. Du pur Evelyn dans toute sa splendeur. Elle n’avait pas bougée d’un poil en écoutant l’histoire, ne semblait pas vraiment choquée et ses grands yeux vides fixaient le majordome. Elle voulait savoir. Elle avait déjà du mal à croire à ces histoires de fantômes, autant tenter d’en connaître l’identité pour essayer d’adhérer à cette théorie… Mais Jasper se contenta de sourire et de répondre :

- Veuillez m’excusez, je crois qu’on me demande en cuisine. Bon appétit à tous.

Evelyn le regarda s’éloigner, haussa les épaules et se remit à manger. Ce n’était pas cela qui allait lui couper l’appétit. L’ambiance finit par se réchauffer, tout le monde finit de dîner et l’heure du couché arriva enfin. La scientifique demanda à Jasper une assiette, elle y déposa une côté d’agneau, un peu de purée et des haricots puis monta se coucher. Avant de rejoindre sa chambre, elle frappa à la porte de Calliope, entra tandis que celle-ci dormait déjà et lui posa l’assiette sur la causeuse. Elle risquait d’avoir faim pendant la nuit et c’était dommage de louper un tel repas. Wall-E ne pouvait décemment pas y goûter, mais elle oui, pourquoi s’en priver ?

….

Une brise légère lui caressa la joue, la réveillant instantanément. Ouvrant grand les yeux, la jolie blonde avait tous les sens en alerte. Elle faisait son possible pour contrôler au mieux son ouïe durant son sommeil, cette histoire de rôdeur ne l’arrangeant pas du tout. C’est en tournant la tête qu’elle le vit… enfin… qu’elle vit une silhouette, là, tout près du lit. Avec une rapidité et une souplesse fulgurante, elle se mit en position assise, les pieds en dehors du lit. Penchant la tête sur le côté, elle fixa quelques secondes l’ombre qui se dessinait avant de se lever et de tendre la main pour le toucher. Mais avant qu’elle ne puisse l’atteindre, la chose s’était évaporée… Elle entendit alors un bruissement de papier puis la feuille tomba au sol. Elle la ramassa et se dirigea rapidement vers la salle de bain. Fermant la porte, elle alluma la lumière et se mit à observer le croquis. C’était elle, une nouvelle fois, endormie, toujours aussi bien croquée… mais il y avait quelque chose de nouveau, quelque chose qui n’était pas présent sur les dessins précédents… Des traces sombres au niveau du cou et du ventre… représentant comme… du sang… c’était du sang… Evelyn froissa le papier et le colla contre sa poitrine : la nuit allait être longue…

Le lendemain matin, au petit déjeuner, elle semblait fraîche et pimpante comme à son habitude, mais elle avait pourtant passée le reste de la nuit, éveillée, assise sur un fauteuil, à scruter l’obscurité. L’homme allait-il revenir ? Mais il n’était pas revenu. Elle était en train de se beurrer une tartine lorsque Calliope arriva, la dernière, mais sans aucun doute avec une meilleure mine que la veille. Elle s’était mise à parler très vite demandant des nouvelles puis les menaçant de ne pas faire la tête et d’être beau au bal sous peine de représailles. Lorsqu’elle parla de trois filles libres, Evelyn sourit en secouant la tête de gauche à droite vigoureusement.

- Non, pas trois, deux. Pitch m’a invité hier soir, il m’a dit que je pourrais danser avec le diable au clair de lune. Ça va être bien non ? Même si je ne crois pas au diable. Tu n’as pas mangé ce que je t’ai apporté ? C’est dommage, c’était très bon. Et je n’ai dormi que deux heures, après, j’ai eu la visite du monsieur qui me dessine et il a fait ça.

Elle posa le croquis sur la table avec force, le laissant à la vue de qui voulait le voir.

- J’ai voulu le toucher mais il est parti avant que je ne l’atteigne… C’est du sang je crois que j’ai sur le coup et sur le ventre… il évolue dans ses croquis…

Elle avait dit simplement, comme si elle parlait de la pluie. Elle croqua dans son petit pain. Elle avait fait une simple analyse de ce qu’elle avait compris. Bien sûr qu’elle avait peur, mais à quoi bon le dire ? Autant se concentrer sur l’important.

lumos maxima

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Et ce n'est pas aussi important qu'on vive heureux pour toujours, ce qui compte c'est être heureux maintenant. De temps en temps, même si c'est rare, les gens vous surprennent. Et une fois de temps en temps, certaines personnes peuvent vous couper le souffle.
by wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Hans Morgan*


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Armie Hammer

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Hans des Iles du Sud

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 164
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 27 Mai 2015 - 16:53

Evelyn me toucha et avoua mon innocence. Un sourire apparu sur mon visage. Pensez à avoir des preuves avant d'accuser. Puis, elle continua son toi de table sans rien dire. Puis, tout le monde se dispersa, certains parlèrent du bal, d'autres partirent plus loin. Pour ma part, je m'assis sur un fauteuil, seul et sortis mon portable. Je jouais à un jeu où un extraterrestre saute tout le temps et il faut le faire monter de plateformes en plateformes. Jusqu'à que Jasper viennent nous informer qu'on allait manger, ce qui me fit perdre ma partie. 'Fait chier. Calliope vint nous voir et nous prévint qu'elle ne mangerait pas ce soir. Puis, elle repartit aussitôt. On nous servit de l'agneau. Je n'aimais pas ça, enfin je pouvais supporter quelques bouchées tout en faisant passer ça car je n'avais plus faim ou une autre excuse bidon du genre. Je pris un tout petit bout d'agneau et mangea le tout jusqu'à que Jasper vint nous demander si l'on aimait. Je me contentais de lui adresser un faux sourire. Evelyn demanda à Jasper l'histoire de Katrina. C'est vrai que ça pourrait être intéressant de la connaître. Mais, quand il arriva à la fin de l'histoire, je déglutissais sans pour autant avoir peur. Elle était vraiment obligée de poser des questions pareilles pendant le repas ? Jasper ignora d'ailleurs complètement la question suivante de la blonde. Nous finîmes le repas tranquillement sans que l'histoire de Katrina n'ait pu enlever ma faim. Quand ce fut l'heure de se coucher, une idée me vint ! Je n'avais qu'à faire un sandwich ! Je n'avais qu'à attendre que tout le monde soit dans leurs chambres. ! Et, tant pis pour Solal, il ne s'inquiéterait pas pour moi, au contraire. Une fois tout le monde partis, je me dirigeais vers les cuisines quand je vis quelque chose dans le salon. Je m'approchais, intrigué. Alors que je passais la porte du salon, je vis que c'était une femme très jolie qui était là. Et quand je dis jolie, je veux dire plus canon que Calliope, Kiana et Evelyn. Et Blonde. Elle me vit à son tour et s'approcha. Je repris mes esprits. Mais, que faisait une aussi belle jeune femme ici à une heure aussi tardive ? C'était quand même assez flippant... Elle était arrivée à ma hauteur.
-Je vous ai fait peur ? Excusez-moi, j'étais pensive...
Elle devait avoir remarquée la tête bizarre que j'avais fait à sa vue, comme une crise cardiaque consciente... Mais qui était-elle ?
-Mais, ce n'est pas grave ! Je peux vous raccompagnez jusqu'à... Vous venez d'où en fait...
C'est vrai ça, je ne savais rien d'elle. Elle sourit et posa son doigt sur mes lèvres...
-Ça n'a pas d'importance... Pourquoi vouloir si vite partir et rompre ce moment intime ? Nous pourrions rester un peu plus longtemps ensemble...
Elle était en train de me draguer ouvertement où je rêvais ? Même si ça ne me posait aucun problème... Elle était drôlement mignonne et je n'allais pas passer cette chance...
-Ce serait avec plaisir...
Elle caressa ma joue, charmeuse.
-Dis-moi, comment t'appelles-tu, beau gosse ?
Devait-elle savoir mon nom ? Je ne savais pas trop... Mais, en voyant son jolie visage, je ne pus m'empêcher de me présenter.
-Hans. Et vous, qui êtes-vous ? J'imagine que votre nom n'a que d'égal à votre beauté...
Je lui fis un baisemain et elle rigola doucement. Elle avait un magnifique rire.
-L'important, ce n'est pas moi, c'est toi.
Elle se mit sur la pointe des pieds et m'embrassa. Drôlement bien, d'ailleurs. Enfin, au moins, elle était directe. Ce qui ne me déplaisait pas. Je fermais les yeux et bien sûr accepta le baiser. Quand je les rouvris, rien. Il n'y avait plus rien. Avais-je rêvé ? Était-ce un fantôme ? Il était trop tard pour y réfléchir. Je repartis me coucher.


Le lendemain matin, je partis à la salle à manger pour le petit-déjeuner. Tout le monde était là sauf Calliope qui arriva une ou deux minutes après moi. Elle avait meilleure mine que la veille. Pour lui faire plaisir, j'arrêtais de tourner ma cuillère dans mon café tout en pensant à "l'incident" de hier soir. Evelyn avait apparemment eu la visite de son croqueur cette nuit. Le croquis était plus glauque que la veille, Super...
-Tu n'es pas la seule à avoir vu des choses bizarres. Je me suis relevée cette nuit et, j'ai croisée une jeune femme blonde. Elle m'a draguée puis m'a embrassée puis...plus rien. Elle s'est volatilisé. J'ai bien essayer de lui soutirer des infos sur son identité mais, en vain. Je ne sais pas qui c'était ni qu'est ce que c'était.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Oui, je suis papa. Et cet enfant va souffrir. Tu n'aurais jamais dû croiser mon chemin, petite enfant...

               
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20018-terminele-manipulateu

Pitch Black


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pitch Black

☞ Surnom : Brioche

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 173
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 27 Mai 2015 - 22:43

Pitch passa à table après avoir passé un agréable moment avec le duo de robot et Jamie, hum, ils étaient de charmante compagnie, je devais l'admettre, même si Jamie se montrait encore légèrement méfiant à mon égard je savais que j'avais fais des progrès en brisant la glace, du moins, je l'espérais. Mais l'heure du repas arrivait, et je devais admettre que toute cette aventure m'avait ouvert l'appétit. Mais oui, c'était la première fois depuis bien longtemps que je m'étais ouvert à des inconnus comme cela, c'était rafraîchissant, et l'occasion se présentait parfaitement en ce moment. Bon, bien sûr, il y avait la montagne de squelette qui se cachait dans chaque placard de ce manoir, mais je m'y attendais, et sincèrement j'avais hâte de voir le rideau se lever, j'étais curieux et enthousiaste à la fois. L'inquiétude viendrait si nécessaire le moment venu, mais pour l'instant j'avais simplement envie de me profiter de cette ambiance presque chaleureuse qui n'allait pas durer.
Pitch écouta avec attention la triste histoire de Katrina, et bien, il semblerait que quelqu'un ait trop jouer avec le cœur des hommes pour son propre bien. L’ego pouvait facilement être la raison de notre chute, comme j'en avais fais les frais maintes fois. Abusé de sa beauté pour obtenir ce qu'elle voulait était... Lourd de conséquences, malheureusement. Quand à la réaction de Jasper lorsqu'Eve demanda si c'était elle l'esprit qui hantait les lieux... Pitch se retint de l'attraper dans son sable et de le pendre au plafond pour lui faire cracher des réponses, mais cela ne serait pas très joueur de ma part. Après tout, j'attendais avec impatience la venue du maître des lieux pour commencer officiellement la partie, entre gentleman, j'étais certain que nous allions pouvoir jouer tout notre saoul. Et puis, en tant que fossoyeur, il était hors de question que je laisse une âme errer en peine de cette manière.
Le croque-mort rejoignit donc Jamie dans la chambre commune, s'installant dans une chaise qu'il avait placée devant la fenêtre pour l'occasion. Pitch soupira lorsqu'il aperçut que la Lune était cachée par les nuages, cela arrivait de temps à autre et je n'avais aucun pouvoir sur la météo, c'était bien triste. Admiré la Lune était ma méthode de méditation favorite, car ses rayons ne déclenchaient nullement de la haine en moi, ils me rappelaient la douceur des baisers partagés avec Diane. Mais c'était un ciel sans étoile qui s'offrait à moi, sans Lune. Pitch se détendit sur le dossier de sa chaise, n'étant pas d'humeur pour s'occuper des cauchemars des habitants du manoir et des environs ce soir, non, il allait somnoler paisiblement en attendant que la nuit passe...
Le croque-mort ne frissonna pas lorsqu'il sentit la fraiche brise secouer ses cheveux, il ignora tout cela...

Seulement pour être réveillé au son de la musique et des lumières éblouissantes qui baignaient la pièce.
Un orchestre jouait sur la scène principale, et je pouvais admirer la virtuosité avec laquelle les joueurs animaient la pièce. Tout était recouvert d'une impeccable clarté, et les invités riaient et s'amusaient dans une salle de bal qui n'était nullement ma chambre. Et je me tenais là, au milieu des danseurs, un sourcil levé devant ce changement de scène, personne ne semblait remarquer la personne en costume noir qui se tenait au milieu de la scène, et comme pour prouver ses doutes un couple de danseur masqué traversa le fossoyeur comme s'il était... Un fantôme.
L'ironie était palpable.
Pitch n'eut pas le temps de se demander où est-ce qu'il se trouver que plusieurs murmures s'élevèrent dans la foule, "elle arrive", "la voilà", ainsi que plusieurs visages choqués où légèrement rêveurs se tournèrent vers la grande porte. Le croque-mort se retourna, curieux, avant de tomber sur un visage familier. Katrina. Et je devais admettre, ce tableau ne lui avait nullement rendue honneur, elle était plus belle encore, tout le monde dans la pièce l'observait avec un mélange d'adoration et de jalousie peint sur leurs visages. Et en effet, Katrina se savait reine de ce bal masqué, et profitait de chacun de ses regards dans une robe rouge très prude et pourtant qui généreuse, son masque de renard, surement fait de vraie fourrure, lui allait à merveille. Soulignant un sourire qui faisait chavirer bien des cœurs. Pitch était prompt à la détente, et comprit aussitôt qu'il assistait à une réminiscence du passé de la jeune femme, pauvre enfant... Elle allait très mal tourner. Je le savais. Cependant en voyant la joie de vivre dans ce sourire qui souleva les traits de son délicat visage, je ne pouvais m'empêcher de me dire qu'elle ne méritait nullement son sort tragique, même si elle était manipulatrice. Mais quelque chose me disait que c'était autre chose, et ce quelque chose était un minuscule îlot de ténèbres dans ce lieu baigné de lumière, dans l'un des recoins de la pièce se dressait une figure sombre, je ne pouvais pas me déplacer, alors son visage m'échappa. Mais pourquoi se cacher et observer la jeune femme d'aussi loin... Seul, éloigné de tout, comme s'il ne voulait pas être vue. Pitch vu la silhouette sourire et la scène se brouilla. Comme si quelqu'un venait de renverser de l'eau sur une peinture fraîche...

"KATRINA! TU IMAGINES LE DÉSHONNEUR SUR NOTRE FAMILLE? SUR NOTRE SANG?! A QUOI EST-CE QUE TU PENSAIS PAUVRE IDIOTE? "

Nouvelle scène, bien moins charmante cette fois, Katrina avait la lèvre tremblante mais le regard provocateur, gardant une main protectrice sur son ventre bombé. Et je pouvais voir que se tenir debout la fatiguait bien plus que cette conversation, deux personnes qui devaient surement être ses parents étaient rouges de colère et de honte. Stupide ingrat, ce genre d'individu me dégouttait, personne ne devait traiter sa fille comme cela. Qu'importe la raison. L'honneur ne valait rien contre la joie de son enfant, et son père semblait plus être encroûté dans ses apparences de riche porc qu'autre chose. Mais une nouvelle personne entra dans la scène, une personne qui terrifiait la famille, tous, mais Katrina en particulier. Qui recula pour s'éloigner de la forme grotesque qui venait d’apparaître. Une vieille femme, très vieille, tellement ancienne qu'elle semblait échapper au griffes de la mort depuis bien trop longtemps, courbée et penchée sur une canne noueuse faite d'un bois qui m'échappait. L'ancienne s'approcha en ricanant doucement, sûre qu'elle avait toute les cartes en main... Le père et la mère se tournèrent vers elle, attentif malgré le soupçon de dégoût et de crainte que je voyais dans leurs yeux globuleux.

"Il reste... Une solution ma chère enfant.. Ce nouveau né sera... Offert à la Bête de la Lune le jour de sa naissance..."

Un silence lourd de conséquence suivie cette révélation, Katrina tourna des yeux implorants vers ses parents qui ignorèrent son regard, a l'intérieur, Pitch bouillonnait comme il avait rarement bouillonné. Sa colère ne s'accentuant avec les larmes qui commencèrent à couler sur les joues de la jeune femme. Et le père reprit de nouveau:

"Faites, tant que cette misérable erreur disparaît de ma vue."
-NON, JE NE LE PERMETTRAIS PAS!"

Un vase vola, s'écrasant contre le visage du père qui jura en trébuchant, le vase éclata au sol, l'eau se versant au sang qui commençait déjà à couler. La femme hurla en se précipitant auprès de son obèse de mari qui semblait en train de faire une crise de panique. Katrina venait de sécher ses larmes, pointant un doigt haineux vers la vieille dame.

"ET VOUS, VOUS, APPROCHEZ VOUS DE MON ENFANT ET JE VOUS ÉVENTRERAI MOI-MÊME!"

Pitch sourit devant la colère justifiée de la jeune femme qui quitta la pièce en claquant la porte, laissant des parents trop choqué pour réagir et une vieille femme bien trop souriante pour être honnête. Et Pitch s'étonna d'une chose, il ressentait cette colère, une colère tellement intense qu'elle lui donnait des envies de meurtres. De fuir et de quitter ce lieu maudit qu'était le manoir familial. Je ressentais sa colère, la colère d'une mère qui voulait protéger son enfant, la colère d'une fille devant la médiocrité de ses parents, la colère de Katrina contre le monde entier. Quelque chose tilta dans l'esprit de Pitch, comme si une nouvelle pièce de puzzle venait de s'ajouter au grand jeu. Et la scène se brouilla de nouveau. Bien plus qu'auparavant...

Une nuit sans lune, les ténèbres, il n'y avait que les ténèbres. J'avais froid, j'étais seule et j'avais peur... Ma robe de mariée se prenant dans les racines et les ronces, mais je devais courir, je devais courir même si mes jambes brisées hurlait à chacun de mes pas, je devais avancé, par pitié, il ne devait pas me rattraper. Je... Je voulais vivre, je ne voulais pas mourir maintenant... Le sang, mon sang, tachait ma robe autrefois d'un blanc pur comme la neige, j'étais été tellement heureuse... Mais... Mais tout cela n'était que mensonge, qu'un voile de brume, alors je luttais. Je sanglotais, les larmes s'échappant de mes yeux rouges, mais mes jambes cédèrent sous mes pieds alors que mes sanglots redoublèrent. Je tombais dans un magnifique champs de fleur bleu, je savais qu'elles étaient bleues, je venais souvent ici... Autrefois... Il y a tellement longtemps.

"Je... Je suis désolé mon frère..."

Ma voix n'était plus qu'un murmure briser tandis que je le sentis approcher, dans un dernier effort, je leva mes mains vers le ciel, implorant une quelconque divinité de me venir en aide... De m'éviter ce sort.
Le premier coup de poignard se planta dans mon dos, la lame s'enfonça dans ma chair et déchirant mes organes dans son sillage, j'hurlais, j'hurlais de douleur, j'implorais et je suppliais, je sentis le sang s'écouler sur le sol, hors de moi. Non, je voulais vivre, je ne voulais pas mourir ici et maintenant. Par pitié...
Le second coup de poignard ressortit de sa cage thoracique, et un unique rayon de lune permit me permit de voir le bout de la lame sortir de mon buste ensanglanté, ma voix se transforma en un gargouillement sinistre et misérable, alors que la douleur et la fatigue me firent lentement partir...
Ces fleurs... Étaient magnifiques...

Pitch se réveilla en transpirant, il porta instinctivement sa main sur son torse, s'attendant encore à sentir la lame planté dans son dos. S'attendant à sentir la morsure de l'acier dans sa chair et la vie le quitter. Et il se tenait là, devant sa fenêtre. Transpirant de tout ses pores. J'avais... J'avais vécut ses derniers moments, j'avais vu sa chute, cela soulevait tellement de question, qui était la bête de la lune et cette vieille femme? Katrina avait un frère? Pourquoi l'avoir tuée? Qu'était devenu l'enfant?
Le fossoyeur inspira un grand coup, calmant ses nerfs, et remit son costume en place. Il regarda l'heure pour s'apercevoir que Jamie était déjà descendu prendre le petit déjeuner. Pitch se regarda dans la vitre, mettant ses pensées au clair, avant d'en tirer une conclusion. Il n'avait plus envie de jouer. Pas habité par tant de colère et de remords de la part d'une mère assassinée, d'une fille morte trop tôt. Elle m'avait fait vivre ces derniers sentiments, ces dernières minutes. Et j'étais entièrement d'accord avec elle. Cette famille était pourrie jusqu'à l'os. Et j'allais tuer cette bête de ma main.

Le Roi Cauchemar mit en place son masque stoïque et descendit dans la salle à manger, trouvant tout le monde parler d'un carnet représentant le cadavre macabre d'Eve une nouvelle fois, le sang du fossoyeur ne fit qu'un tour de nouveau, mais il se contint et s'installa à la table, prenant quelques pancakes qui étaient, ma foi, fort délicieux ( et apparemment fait par Solal) et commençant son petit déjeuner, écoutant à moitié le rêve d'Hans. Trop occupé à surveiller autre chose, car un certain majordome venait de rentrer dans la pièce.
Pitch reposa son pancakes, s'essuyant légèrement la bouche avant d'annoncer sur un ton parfaitement calme:

"Dites moi, mon bon Jasper, saviez vous que Katrina avait un frère? Et que son enfant lui a été arraché pour nourrir votre bête de la Lune?"

Le silence ce fit sur la salle à manger, et une servante laisser tomber son plat, Pitch se tourna vers elle, son aura de peur se faisant plus épaisse à chaque secondes qui passaient, les lumières de la pièce vacillèrent alors que la température descendit en flèche. Le regard de Pitch perça la servante comme une vrille, et la pauvre femme défaillit aussitôt, les autres servantes commencèrent à hurler en se prenant la tête entre leurs mains, leurs pires cauchemars assaillant leurs esprits alors que Pitch se leva, l'air toujours stoïque, son ombre s'allongeant contre les murs, devenant de plus en plus sombre et imposante.

"Je... Je ne vois pas de... De quoi vous par..."
-Avec tout le respect que je vous dois, ce qui se résume à rien, fermez votre putain de gueule, Jasper.

Pitch commença à avancer vers le majordome alors que les cris de servantes se transformèrent en gémissement misérable, il tenta de fuir, ma la porte de referma violemment devant lui, et Pitch continua de s'approcher lentement du majordome, parfaitement calme malgré ses insultes. Le noir total se fit dans la pièce, a l'exception faites d'une pale lumière d'un portable qui s'alluma devant Calliope, pour éviter qu'elle ne panique dans le noir complet. Pitch... Était énervé. Et à juste titre. Il continua de s'approcher de majordome qui tambourina contre la porte en gémissant avant de se retourner pour affronter l'ombre au yeux d'ors perçants qu'était devenu Pitch.
Une main grise et glaciale s’éleva des ténèbres et attrapa le majordome à la gorge, le plaquant contre la porte et le soulevant comme s'il n'était qu'un frêle enfant. Une voix aussi ancienne que la peur s'éleva, froide et terrifiante, sortant du plus profond abysse terrestre comme le grognement d'une bête assoiffée de carnage.

"J'ai vu cette vieille dame, Jasper, je l'ai vu proposer l'enfant de Katrina à votre Bête de la Lune. J'ai vu ses parents acceptés et j'ai sentit sa colère... Mais tu sais ce qui est pire encore? Je l'ai vu mourir, j'ai sentit chaque coup de poignard transpercer ma chaire, j'ai sentis le sang s'écouler de ses plaies... Je l'ai entendue s'excuser à son frère... Katrina... Pauvre Katrina... Et vous, vous vous croyez en sûreté avec toute vos manigance et vos secrets. Ces carnets ne sont pas le fruit d'une sombre plaisanterie, ton maître dois déjà se délecter de notre sort... Alors je vais te demander de passer un message à ton cet imbécile que je compte croiser au bal... "

Pitch frappa violemment le majordome contre la porte, la faisant exploser et faisant passer le sombre individu à travers, la lumière révéla un Pitch parfaitement normal, seul ses yeux d'ors brillaient de colère alors que Jasper leva un visage horrifié vers lui, oui, sa peur, je pouvais la sentir et je profitais de la moindre miette. Le Roi Cauchemar jeta un regard dégoutté au majordome avant de prononcer d'une vois qui avait un écho féminin... Alors qu'une silhouette dans une robe de mariée rouge de sang et translucide apparue dans les ténèbres, sa voix résonnant dans celle du fossoyeur:

"Sa Ma vengeance arrive, et elle il s'appelle Pitch Black"

La lumière revint dans la salle, alors que Pitch se retourna sans remarquer la silhouette qui disparue dans les ombres mourantes, avant de s’asseoir de nouveau à sa place, enjambant une servante prostrée, pour reprendre une bouchée de son pancake, ignorant les regards ébahit de ses compagnons de voyage, avant de dire en s'essuyant de nouveau la bouche.

"Mes félicitations Solal, tes pancakes sont à tombés."

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 4 sur 8
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

[Fe] The Phantom Manor †





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ L'Europe