Ombres
& Poussières
de seb

Réunion
d'Outre-Tombe
de Dyson

Universal Show
de Robyn Candy


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ The Universal Horror Show ☆ Evénement #91
Une mission de Robyn Candy - Ouverture : 20 février 2018
« Aryana, Sasha, Gaston, Arthur, Emmet & Robyn partent se faire éclater la tête ! »

Partagez | .
 

 [Fe] Les Chevaliers de l'Ordre - Evénement #51

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage

Regina Mills


« Le Brocolis
c'est exquis ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Lana Parrilla / Malina Wessman

Ѽ Conte(s) : Blanche Neige et les Sept Nains ✦ Rumplestiltskin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Méchante Reine ✵ La petite fille du Meunier

✓ Métier : Mère Maquerelle de La Maison Rose


☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6395
✯ Les étoiles : 812




Actuellement dans : « Le Brocolisc'est exquis ! »


________________________________________ Mer 18 Nov 2015 - 1:07



Les Chevaliers de l'Ordre


Quand j’avais lu la nouvelle énigme, je cru que j’allais faire exploser le parc, je n’en pouvais plus de ces foutues énigmes mais ça continuait et que je le veuille ou non, il fallait bien avancer. J’approuva donc l’affirmation d’Emma sur le fait que du château, on pouvait tout voir et que de la Tour de la Terreur aussi. Je suivie donc le groupe pour nous rendre jusqu’au château de la Belle au bois Dormant avant qu’Angus ne commence à me parler, je tourna le regard vers lui « Vous avez l’air aussi inquiète que je pourrais l’être. Cette histoire est trop belle pour être vraie. », je me contenta de lui faire un léger signe de la tête mais il avait compris ce que je ressentais, j’étais inquiète, inquiète car tout cela n’avait aucun sens et je n’aimais pas vivre quelque chose qui n’avait pas de sens.

Nous arrivâmes au château et nous constatâmes qu’il n’y avait rien, tout du moins c’est ce que j’avais fini par comprendre mais Angus fit rapidement le rapprochement avec la rose…Une rose…Aurore. Mais oui bien sûr, comment avais-je pu être aussi bête pour ne pas y penser ? Tandis qu’Emma continuait ses achats dans la boutique, nous montâmes jusqu’à la salle des vitraux dans la tour la plus haute et je regardais autour de moi, ouvrant de grands yeux. Il est vrai que les vitraux étaient vraiment magnifiques, parfaitement dessinés…Mais Angus me sortit de ma rêverie lorsque je le vis s’approcher d’une petite statuette de la Princesse Aurore avant qu’on ne le suive tous dans un trou derrière une tapisserie. Une lettre tomba à ses pieds…une lettre qui m’étais destinée.

« Votre célèbrité à dépassée les frontières de Storybrooke pour une raison qui m’échappe encore. », je m’approche de lui « Il faut croire que je devrais être flatée mais je crois plutôt que je suis inquiète… », ce dernier lut à haute voix ce que contenais l’enveloppe et mon teint devint rapidement blanc, Alexis…Elle était en danger, je savais que je n’aurais jamais dû la laisser partir. Je devais la sauver, elle m’appelais à l’aide, je devais aller à son secours, comme une mère le ferais. Angus tapa les coordonnées sur son ordinateur et énonça qu’on devrait sans doute se téléporter. Je ne dis rien et me rua à l’extérieur de la pièce ou nous étions avant de descendre les marches à toute vitesse. Je devais la sauver, je m’en voulais tellement de l’avoir laissé partir, je ne voulais pas les mettre en danger, je devais y aller seule mais apparemment ce n’était pas le cas de la Sauveuse qui venait de m’arrêter et à qui j’expliqua rapidement la situation avant qu’elle ne me fasse comprendre que toute seule, je n’y arriverais pas, que j’avais besoin d’eux comme ils avaient besoin de moi.

Les autres nous rejoignirent et je soupirais avant de les regarder uns à uns « Les vacances sont terminées ! Ma fille est en danger, la sauver est ma priorité ! ». On se dirigea tous vers un endroit à l’abri des regards et je nous téléporta jusqu’au lieu énoncé sur le message. On réapparaît dans une bibliothèque, sans doute à Orlando d’après Angus et je me dirige donc dans un rayon avant de commencer à chercher tandis que les autres font de même dans les rayons voisins. Je devais trouver des réponses, je devais aidé ma fille ! Une femme s’approche soudainement de moi, je pose mon regard sur elle, elle a tout l’attirail de la gentille bibliothécaire dans les films à l’eau de rose « Puis-je vous aider ? », je la regarde et m’approche d’elle avant de poser mon regard sur le livre qu’elle porte dans ses bras, les Contes de Perrault, sérieusement ?

« Je doute que vous puissiez m’aider Madame mais c’est gentil d’avoir proposé. », se montrer avenante et bien élevée, voilà qui est fait. Je la regarde posé le livre à côté de nous et repartir comme si de rien n’était. Je fais signe aux autres de venir voir avant de ramener le livre vers moi « La femme de tout à l’heure vient de le poser sur la table », je l’ouvre et pose mon regard sur un code inscrit sur la première page du livre, je me retiens d’hurler vu qu’on est dans une bibliothèque et regarde les autres « Une nouvelle énigme… », je pose mon regard dessus et la lis « HP - CH26 - P696 - L23 - M1 », je me mords la lèvre avant de regarder les deux premières lettres de l’énigme. Je me lève et me rends dans le rayon des livres fantastiques avant de revenir avec les sept tomes d’Harry Potter avant de les poser lourdement sur la table en face de mes collègues de route. « Je suis sûre que JK Rowling à la solution, je ne sais pas pourquoi mais j’ai comme l’impression qu’elle va nous être d’une grande aide… », au bout d’une demi heure de feuilletage de livre, je lève les yeux et regarde les autres faire de même avant de soupirer longuement « Quelqu’un est en mesure de résoudre cette énigme ou je me jette tout de suite par la fenêtre ? » dis-je, le tome d’Harry Potter et la chambre des secrets en main.
© TITANIA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Long live... badass Regina ?
« Chez les Mills, la badassitude, c'est de famille » by Wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t51403-regina-on-ne-nait-pas-mauvais-on-le-deviens#487677 En ligne

Eavan Lochlainn


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Cillian Murphy

Ѽ Conte(s) : Folklore (Dullahan)
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Cavalier sans Tête



☞ Surnom : Mumu / Sophie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 90
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 19 Nov 2015 - 20:47

Chevaliers de l’Ordre
Tara, Regina, Emma, Angus, Kai, Alexis & Eavan

Who trust in God anyway…

Il était de nature patiente. Si si.

Les gens en doutent parfois à cause de son côté hyperactif en période de pleine lune, mais sinon, il était foncièrement désintéressé par rapport au temps ou aux réactions des gens. De plus en plus il se mettait à remettre en cause cette affirmation. Tout ça ne serait pas arrivé si elle l’avait écouté et était restée dans la voiture. Au lieu de ça elle avait fait sa rebelle et tenté de… il n’était même pas sûre de ce qu’elle avait voulu faire. Toujours est-il que les carcasses des véhicules fumaient tandis qu’il observait Alexis avec un regard sérieux. Elle ne réalisait pas l’ampleur de ce dont elle était capable pas vrai ? Jusqu’à en être témoin il ne réalisait pas pleinement non plus à vrai dire. - De l’eau !!! Il nous faut de l’eau !! Il faut les sauver !! Il reporta calmement son regard sur les véhicules dont les pneus même étaient en train de fondre. Ouais, je pense pas que ça aide à ce stade. Mais allez dire ça au rouge-gorge qui n’était vraiment pas prête pour ce genre d’expérience et qui… déclencha une averse ? Elle pouvait nous faire tomber la pluie maintenant ? Il se pinça l’arrête du nez en fermant les yeux. Il sentait poindre un début de migraine. Même en étant incapable d’en avoir. Et maintenant elle paniquait encore plus. Ils avaient une chance sur deux pour que les voitures aient été vides comme la première, mais apparemment il ne fallait jamais compter sur la chance en présence du rouge-gorge. Elle était assise sur le bord de la route, probablement en état de choc (manquait plus que ça), se balançant imperceptiblement d’avant en arrière en marmonnant. « Il faut qu’on y aille... » Ils ne pouvaient pas rester ici. Et il était bien conscient qu’elle n’était pas en état, mais elle allait devoir prendre sur elle si elle voulait avoir une chance de s’en tirer.

Quand elle se mit à parler du sheriff et des trucs comme avouer et se rendre, il sentit l’agacement le saisir. « C’est pas une option rouge-gorge. » Autant son ton était à peu près calme, presque doux la première fois, autant cette fois il était ferme. Il n’accepterait pas d’opposition. Mais elle s’imaginait quoi ? Ils n’étaient pas seulement dans la merde pour eux-mêmes, ils l’étaient aussi pour tout Storybrooke. Il ne se sentait pas d’une loyauté sans borne pour la ville et ses habitants, mais… c’était la sienne. Et si les ennuis les suivaient jusque sur son territoire, l’endroit serait définitivement plus difficile à vivre. Il tenta de la relever mais elle refusait de bouger. Le pick up ronronnait doucement au même endroit où ils l’avaient abandonné, et le son lui permit de prendre sa décision. C’était fini, il était temps de mettre un terme à tout ça. Sans prendre de gant avec elle, il saisit Alexis comme cette fois devant la Maison-Blanche, la portant sur son épaule comme si elle ne pesait rien, tandis qu’elle s’agitait dans tous les sens. Ce voyage, cette… quête le long de l’arbre généalogique ? Il était temps d’y mettre fin. Elle devait rentrer avant de se faire tuer, il y avait des choses contre lesquelles il pouvait probablement la protéger, mais c’est elle-même qu’elle commençait à être la plus dangereuse pour son propre avenir. Il lui fallut quelques pas avant de réaliser… Ils n’étaient plus au même endroit. Et cette fois, il était toujours conscient et il n’y avait pas eu d’explosion pour lui faire perdre ses repères. Il était positif qu’ils n’avaient pas bougés. Il observa tout autour de lui, calculant les dangers potentiels. Peu importe où ils étaient là tout de suite, l’important c’était d’en partir vite.

Il reposa doucement la brunette sur le sol. Dans deux secondes elle allait de nouveau flipper il le sentait. - Mais c’est quoi ce bordel ?!- J’ai tué personne ?! Il lui coula un regard indéchiffrable avant de porter son attention partout sauf sur elle. Avoir bougé ne signifiait pas forcément que c’était une illusion. Les sorcières se téléportaient tout le temps, les Dieux aussi. Qu’ils soient déplacés sans intervention d’une personne physique ne voulait pas forcément dire que ce n’était pas un truc comme ça. Il failli réagir instinctivement lorsqu’elle l’agrippa pour le forcer au sol, mais se retint de justesse et se laissa tomber à côté d’elle. L’eau… traversait les gens. Il avait un très mauvais pressentiment. Comme si tout ce qui s’était déjà passé n’était qu’un détail avant de passer aux choses sérieuses. L’arrivée du Président en personne le conforta dans son hypothèse. L’arrivée du Président en personne sans le moindre service de sécurité le conforta dans l’hypothèse qu’ils étaient au milieu de plus gros et plus important que ce qu’ils s’étaient imaginés. Et il avait déjà Alexis enrobée comme un cadeau de Noël sous la main. Il ne pouvait pas l’empêcher de faire ce qu’elle voulait, juste rester calmement où il était en l’observant avec une expression neutre. A laquelle l’autre lui répondit juste avec un « Faîtes-le disparaître. » qui fut la dernière chose qu’il enregistra avant que tout devienne noir…

Lorsqu’il ouvrit de nouveau les yeux, il était encore dans un endroit différent. Sauf que cette fois-ci il était sûr à 80% d’être… au bon endroit ? Il n’avait que son instinct qui le lui soufflait et aussi son corps qui le lui faisait remarquer, il pouvait sentir ses muscles se crisper sous le coup de la douleur. On ne pouvait pas inventer ce genre de sensation. Il avait assez morflé dans sa vie pour reconnaître exactement quand son corps avait été endommagé. Le souci c’était… que la douleur ne partait pas. Il ouvrit lentement les yeux pour s’habituer à la luminosité, il connaissait ça… qu’est ce que c’était déjà… le contrecoup d’une électrocution ? Ça y ressemblait. « Douloureux ? » La question, froide, et posée comme un glaçon sur un bord de fenêtre en plein hiver, lui fit tourner la tête vers la direction dont elle provenait. Pas comme s’il y avait beaucoup d’options dans une petite cellule en béton armé ne possédant qu’une seule entrée. Ou sortie. La première dame lui faisait l’honneur de sa visite. Ô combien charmant. Il força son corps endolori à s’asseoir correctement, apercevant au passage plusieurs bleus éparpillés ici et là… ainsi que des bracelets en métal autour de ses poignets qui n’étaient absolument pas présents auparavant. Il en montra un à la femme en face de lui en levant vaguement la main au niveau de son visage, le message clairement « c’est vous ça ? ». Parce qu’outre l’accessoire de mode, il était à peu près sur qu’ils avaient découvert un truc nouveau capable de lui enlever ses pouvoirs de régénération. Et ça c’était pas une bonne chose pour qui que se soit. Lui le premier.

« Nous devions prendre toutes les mesures qui s’imposaient. » Pas un cheveux de travers, pas une seule expression à tirer de son visage. Cette femme était possiblement aussi impossible à lire que lui. Elle n’avait jamais été tendre avec eux, et c’était clair qu’elle trouvait leur présence incommodante, mais si elle voulait chasser sa fille il y avait probablement des moyens moins tordus. Il reposa son dos contre le mur, assis nonchalamment, son expression aussi neutre que possible. Il l’observait simplement, la douleur dans ses membres se faisant oublier petit à petit, tandis qu’il en prenait l’habitude. Depuis qu’il les avait rencontrés il n’avait jamais su si il devait plus se méfier de la femme ou du mari. A eux deux, pas étonnant que la Maison-Blanche tourne comme sur des roulettes. « Et Alexis ? » Il vit passer quelque chose rapidement dans son regard. Presque indétectable. De la colère. Pure et absolument incandescente. Peu importe à quel point elle l’avait vite dissimulé, c’était une émotion avec laquelle il était assez familier pour la reconnaître partout. Elle lui offrit un vrai sourire de politicienne dont elle avait le secret avant de lui faire un petit signe de la main. Comme si elle l’invitait dans son salon pour boire le thé. « Juste à côté. Si vous voulez bien vous donnez la peine. »

Il fallait avouer qu’il fut surpris d’entendre l’invitation à sortir, mais en se relevant normalement et s’approchant il put voir plusieurs homme armés qui attendaient dans le couloir, des militaires. Avec la perte des ses pouvoirs ils pensaient sans doute que c’était suffisant pour ne plus faire de lui une menace. Et pour l’instant c’était probablement le cas. L’envie de rester en vie qui l’avait poussée il y a si longtemps à devenir ce qu’il est aujourd’hui était toujours vraie, plus que jamais. C’est fou ce que l’instinct de survie peut débiter comme trucs pour se justifier. Il la suivit calmement à travers les couloirs d’un complexe à première vu imposant, escorté par plus de mecs des forces spéciales qu’il n’était nécessaire dans la situation. Donc ils se méfiaient quand même en fait. Deux hommes en costume noir ouvrirent une double porte de sécurité juste sur leur passage. Ceux là c’étaient la garde personnelle du Président, il ne fut donc pas particulièrement surpris de le trouver à l’intérieur. Ce qui le surprit véritablement fut de trouver Alexis allongée sur une table en métal, inconsciente, avec un objet planté dans la nuque. Là où se trouvait son tatouage un peu plus tôt. Qu’est ce qu’ils lui avaient fait ? Il voulu s’approcher, mais un garde se mit sur son passage… Lui il va perdre des dents bientôt. Il fut assez distrait pour ne remarquer qu’après que le paternel était en train de remettre sa chemise, apparemment venant juste de se réveiller du même genre de table juste à côté. « Ne lui gâchez pas son plaisir... » La première dame venait d’ajouter sa remarque à côté de lui, sur le ton de la confidence, un léger sourire amusé aux lèvres comme s’il s’agissait d’une bonne blague. Mais son regard… son regard était absolument implacable, et il était prêt à parier que ça n’avait rien d’une confidence mais plutôt d’un ordre direct.

Il se contenta de la regarder impassible. Peu importe, il n’allait pas perdre son temps avec l’un ou l’autre, tout ce qu’il voulait c’était que son rouge-gorge se réveille et qu’ils se barrent d’ici le plus vite possible. Parce que quoi préparent ces deux là, ils avaient sérieusement un grain quelque part. Et franchement c’était pas ses oignons…

Code by AMIANTE


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
knock knock
who is there ?
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15594-eavan-don-t-lo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18544-eavan-waiting-in-the-car#174005

Tara Duncan


« Murmure leur
qu'ils floodent trop ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6193
✯ Les étoiles : 8403




Actuellement dans : « Murmure leurqu'ils floodent trop ! »


________________________________________ Jeu 19 Nov 2015 - 23:36


In God, we Trust


D’accord, mon idée sur le château hanté était vraiment nulle. Enfin, château, manoir, le trajet à l’intérieur m’avait paru tellement long que transformer ce manoir en autoroute aurait eu le même effet dans ma tête. Mais nous étions enfin sortis. Je lançais un regard reconnaissant à Emma qui avait fait une tentative pour me rassurer. Paniquée comme j’étais, cela avait été bien plus positif que ce que j’imaginais. J’aurai aussi aimé voir quelqu’un aussi trouillard que moi, mais apparemment, on avait trouvé l’équipe courageuse et forte. A l’exception d’une. L’homme brun, Angus si je ne me trompais pas, ne semblait pas apprécier mes intentions et mes… Non, en fait, il n’avait pas l’air de m’apprécier du tout. De toute manière, je n’avais et il n’avait pas le choix de rester en ma compagnie. Il allait devoir faire avec. Malgré tout, son idée se rapprochait furieusement de la mienne, c’est qu’elle ne devait pas être si bête que ça. Il y avait des tonnes de peurs et surtout des tonnes de manèges exploitant ces différentes peurs.. En soit, une personne pouvait très bien avoir peur d’un personnage Disney, et tester tous les manèges ayant des attractions Disney était carrément suicidaire. Je restais dans l’idée qu’il s’agissait de nos peurs. Ou plutôt, je l’espérais fortement, sinon, nous n’allions pas finir notre séjour de ci tôt. Et lui aussi, d’après ce que j’avais compris. Un passage secret entre parenthèse ? Je ne sais pas les autres, mais même si un passage secret avait été présent dans le manoir, surmonté de néon disant « ici se termine votre énigme » je n’aurai pas pu le voir. Et il est hors de question que je refasse une telle atrocité.

On se remit à se balader dans Disney, mais malgré une force mentale très développé pour me contrôler, je ne pouvais empêcher mes yeux de briller d’excitation. Je redevenais une petite fille de minutes en minutes. C’était un endroit parfait pour moi, pourquoi n’avais-je pas pensé à faire un métier de princesse ? Comme les animatrices présentes pour les enfants ? La vocation d’une vie. Quand on vieillit, on a juste à passer à une méchante. Mes rêveries me mènent jusqu’au rocher d’Arthur. Le rocher d’Arthur ? Quel rapport avec les peurs ? Non, là, il va falloir m’expliquer. Le pire, c’est qu’il ne tente même pas d’enlever l’épée comme la plupart, voir la totalité des gens présents. Toujours aussi excitée, je me retiens difficilement de ne pas sauter sur l’imitation d’excalibur pour tenter de l’extraire de son rocher. Kai me devance et tente. Je le regarde, me demandant si l’épée peut vraiment sortir de son rocher, ce qui m’étonnerait. Il se prend en vidéo, ce qui me fait légèrement pouffer de rire, j’aurai surement fait pareil à sa place. Tout d’un coup, il se baisse et.. Ouvre le rocher.

- Je crois qu’on a notre roi… C’est pas le rocher qu’il faut enlever, juste l’épée.


Le taquinais-je en souriant. Il sort une rose en métal d’environs 5 centimètres avant de nous regarder. D’accord, donc, quelqu’un a vraiment peur de l’épée ? Parce qu’il semblerait que ce soit la bonne piste. Plus le temps passe, plus ces petites énigmes m’inquiètent. Je lance un coup d’œil vers le rocher qui s’est refermé comme si de rien n’était.

- Je sais pas si c’est censé nous rassurer, mais ces coïncidences commencent à m’inquiéter.

L’ado lance la rose à Angus et s’éloigne pour allumer une cigarette. Très bonne idée de s’éloigner, je n’ai jamais aimé l’odeur de la cigarette. Sans parler de l’haleine qu’elle donne à son fumeur. Et les dents jaunes. Mmmmh.. Le charme particulier des fumeurs, toute une histoire que je ne comprendrais jamais. Regina s’approche et prend la rose des mains d’Angus pour l’analyser de plus près, surement. Je me rapproche d’elle pour la voir. Regina la fait tourner dans ses mains pour finir par… L’ouvrir et en sortir un papier roulé.

- C’est pire que les poupées russes ce truc…


Non mais c’est vrai quoi, quelque chose dans un rocher, une rose, puis quelque chose dans la rose, un papier… Et puis, pourquoi pas une clé dans la rose ? Au moins, ça nous rapprocherait de l’énigme de base grâce à la porte. Regina lit la phrase inscrite sur le papier. Qui est plutôt explicite. Comme la majorité du groupe, je lève la tête pour regarder de quel point de vue l’homme pourrait nous voir. Je redescends les yeux vers Regina en les écarquillant. La chose la plus visible ne me donne pas du tout envie. Mais alors vraiment pas.

- Oh non.. Sérieux.. Pas la tour. On ne voit pas le château d’une princesse d’ici ? C’est quand même carrément plus calme…

Je tourne la tête vers Emma qui propose de commencer par le château. C’est définitif, maintenant je l’adore. Si chacun pouvait prendre des décisions comme ça, ce serai le voyage parfait. Quoi que l’épée était plutôt soft niveau sensation, j’approuvais également. Ah, qu’elle merveilleuse idée. Au moins, j’avais une chance de ne pas faire la tour, ou au pire, j’aurai une belle image dans la tête avant de mourir. C’était bien aussi.

Nous prîmes la direction du château. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi ressemblant, il était vraiment magnifique. L’objectif était toujours le passage secret, mais ça me permettait de ne pas perdre une miette du conte de fée. Chaque salle fut explorer, juste pour le bien de noter mission bien sûr, mais malheureusement, le bilan fut plutôt négatif. Et la suite beaucoup moins marrante.

- La tour ? Vraiment ? On va être obligé de monter ?

Peut-être pas qui sait ? Un passage secret, ça ne se trouve pas dans les airs, alors on garde un petit espoir qu’il soit sous la tour et que nous n’ayons pas à faire l’attraction. Ce serait vraiment une bonne nouvelle. Et puis on est en mission, pas le temps de s’amuser. Non, non, ce n’est pas l’hôpital qui se fou de la charité. Je vous assure. Alors que le groupe s’apprêtait à repartir pour la tour, Angus se mit à rire, ce qui attira mon attention. Il nous regarda ensuite, nous disant qu’il avait trouvé la solution. La solution ? Dans le château ? Mais c’était carrément une bonne nouvelle ! Il parla de la belle au bois dormant, d’une rose une nouvelle fois, puis couru à l’intérieur du bâtiment. Même si je n’avais pas entièrement compris ce qu’il voulait nous dire, je le suivis à mon tour. Si il pensait avoir trouver, il fallait au moins essayer.

- C’est magnifique !

De nouveau dans le château, et plus particulièrement dans une salle remplis de vitraux, je tournais sur moi-même pour ne rater aucune miette du paysage. Les dessins, les décors étaient absolument magnifique. Il se dirigea ensuite vers une statue de la Belle au bois dormant pour y découvrir un trou. Nous le suivirent à l’intérieur, tous avide de savoir ce qui pouvait bien se cacher ici. Une lettre. C’est ce que nous avons trouvé, une lettre adressé à Regina. Ce qui était pour le moins étrange. Mais le contenu était encore plus choquant. Une lettre nous informant clairement que notre ville était connue. Et plus particulièrement Regina. Je me doutais qu’il ne s’agissait pas de ses talents de maire ni de ses talents de cuisine. C’était en rapport avec notre histoire. Nos contes. Et… Alexis ? Qui était Alexis ? Vu la tête de l’ancienne maire, cela devait être quelqu’un d’important pour elle.

- Regina attend !


Je n’avais jamais vu l’ancienne maire dans un tel état. Elle sortit rapidement, voire carrément comme un coup de vent de notre petite cachette, dévalant les marches pour sortir du château. Emma lui fit clairement comprendre qu’elle n’y arriverait pas seule… Comment pouvait-elle le savoir ? Au-delà de ce questionnement, je me demandais ce qui allait nous attendre pour qu’une femme aussi puissante que Regina ne réussisse pas à s’en sortir seule. J’écarquillais les yeux en l’entendant parler. Sa fille ? Mais… Je pensais qu’Henry était son seul enfant. J’avoue ne pas me mêler de la vie personnelle des gens, mais apprendre que Regina a un autre enfant m’a déstabilisé. Comment quelque chose d’aussi gros avait pu m’échapper. Et… Ce prénom d’Alexis me disait vaguement quelque chose… Quelque chose à Las Vegas si je ne m’abuse.

On était maintenant à l’abri des regards. Sans tarder, Regina nous téléporta à l’endroit qu’Angus nous avait indiqué. Et c’est… Dans une bibliothèque que nous sommes venus à atterrir. Une bibliothèque ? Je m’attendais à un lieu sombre, glauque, effrayant… Mais pas à ça. Du tout. Une bibliothécaire nous accosta, très avenante. Malheureusement pour elle, elle ne tombait pas au bon moment. Quoi que.. Elle déposa un livre non loin de Regina avant de partir. Un acte anodin pour une bibliothécaire, mais qui dans notre contexte sous entendait plein de chose. Regina l’ouvre, nous dictant une nouvelle énigme. Tout de suite, les initiales « HP » nous oriente.

La jeune femme revient d’ailleurs avec les sept tomes. J’en pioche un premier, le feuilletant tout en gardant en mémoire les indications. Regina continue de parler, mais je reste concentré sur le livre que j’ai sous les yeux. CH26 - P696 - L23 - M1.. J’écume quatre livre avant d’arriver au bon. Je reste muette, ne retenant que le nom marqué. Il aurait très bien pu s’agir d’une coïncidence, mais non. J’en étais sûre ? Instinct ? Pas du tout. A la fin de ce livre, un mot était écrit. « Gore ». Je lève les yeux vers les autres en souriant. Chacun est en train de chercher, je m’éclipse donc prendre un livre de géographie pour chercher le lieu de notre prochaine énigme. Cela ne peut être qu’un lieu. Après une dizaine de minutes de recherche, je reviens, entendant Regina désespéré. Je m’avance en tendant le livre et en désignant le mot écrit à la main.

- J’ai notre première destination. Le mot a trouvé était Avery, et à la fin de ce livre, le mot gore était inscrit. Si je ne me trompe pas, Averys Gore est un lieu aux Etats Unis et plus précisément dans le Vermont.

Je me déplace pour attraper une carte des états unis qui m’avait servis de guide d’assez loin. Chaque état est indiqué et je tombe rapidement sur celui que je cherche. Je pose le doigt ici.

- Ça, c’est le Vermont, et dedans, il y a l’Averys Gore. Une toute petite zone. Ca devrait être assez précis pour qu’on trouve vite la suite. Regina ?


Elle n’allait surement pas rechigner maintenant, elle allait nous emmener dans cet étrange petit pays. Ou ville devrais-je dire. En réalité, je n’en avais aucune idée.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Un noël pas comme les autres...
Hope is the little voice you hear whisper "maybe" when it seems the entire world is shouting "no !"


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Alexis E. Child


« Nous tendons vers toi
notre nez mouché,
et pas mouché »


avatar


╰☆╮ Avatar : Kaya Scodelario

Ѽ Conte(s) : Aucun


☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4612
✯ Les étoiles : 271




Actuellement dans : « Nous tendons vers toi notre nez mouché, et pas mouché »


________________________________________ Ven 20 Nov 2015 - 20:11




In gods I trust



En quelques secondes le décor avait changé… et ma réaction aussi. J’étais prête à exploser, à le secouer, à m’énerver pour qu’il me rende Eavan et à présent, j’étais figée sur place, les yeux grand ouvert, bouche bée. Je reconnaissais cette maison. Je l’avais déjà vu… Mais elle me semblait plus grande avant, si grande, tellement grande… Comme si je faisais plusieurs bons centimètres de moins que maintenant… C’était sans aucun doute l’effet que ça faisait à chaque enfant de 4 ans. C’était là que j’avais vécu, là, sous ce porche fleuri, dans cette maison blanche immaculée, aux rosiers impeccables, à la peinture d’une blancheur de neige. La maison restait souvent floue dans mon esprit, il était difficile de garder en mémoire tous ce qu’on vivait bambins, surtout quand on avait autant cherché à l’occulter que moi, pour moins ressentir la douleur de l’abandon. Mes mains s’étaient misent à trembler sous l’émotion, j’avais osé un pas en avant, mais pas un second, comme si la demeure restée à mon sens inaccessible, coincée dans mon passé, loin, bien loin. J’y entendais encore le rire de Maman, comme un écho… un rire que je n’avais pas entendu une seule fois sortir de la gorge de Sophia lorsque je l’avais retrouvée. J’entendais loin, très loin « je t’aime mon bébé », comme si ce qui était bloqué au fond de mes pensées se débloquait un petit peu, et raisonnait dans ce lieu. Il y avait une jardinière sur le perron, avec des lys d’un blanc immaculée et des roses d’un rouge écarlate… C’était beau, très beau… Mais ça n’était plus à moi. Etrangement, je me souvenais de Maman, d’avoir couru dans ce jardin, d’avoir jouer sur ce perron, mais je peinais à avoir des souvenirs de Papa, comme s’il présent que rarement… Je m’appelais Child… Pas Grant. Child… C’était sans doute grâce à ça qu’Eavan avait tout compris, et il ne m’avait encore rien expliqué. Pourtant, face à cette maison, quelque chose sonnait comme une évidence… Sophia… C’était Sophia qui s’appelait Child… Sophia Child Taylor… je portais le nom de jeune fille de ma mère… Un peu bizarre… Non ?

Fitz’ me proposa un bonbon que j’acceptais… A la framboise… je ne refusais jamais rien à la framboise… je me demandais si pour lui c’était pareil, si on avait un point commun là-dessus, si lui aussi aimait la framboise… C’était con mais c’était comme ça… je l’écoutais me parler tout en enfournant la sucrerie dans ma bouche. J’avais failli m’étouffer en l’entendant m’avouer presque tout naturellement qu’il connaissait Storybrooke depuis quelques temps maintenant. Je le regardais avec des yeux ronds tandis qu’il terminait sa tirade. Je m’étais toujours rassurée avec l’idée que mes parents n’étaient peut-être jamais venu me rechercher car ils n’avaient pas pu trouver la ville mais il semblait évident à présent que non seulement ils savaient où elle était mais en plus de ça, ils savaient que j’étais dedans… ben oui ! Tu ne mets pas une surveillance accrue sur une ville sans éplucher les dossiers de toutes les personnes qui y habitent, surtout quand t’es président des Etats-Unis !

- Donc vous avez toujours su où j’étais ? Pourquoi est-ce que vous n’avez jamais cherché à me retrouver ?

Mais visiblement il n’avait pas vraiment envie de répondre à la question, ce qui ne me donnait plus du tout envie de savoir la réponse bizarrement, trop effrayée à l’idée de souffrir. J’avais terminé mon bonbon en silence tandis qu’il parlait d’éradication… on se croyait presque en 1933… ça prenait une tournure des plus effrayantes et je ne comprenais absolument pas pourquoi il réagissait comme ça… Peut-être parce qu’il ne les connaissait pas ? L’humain réagit toujours violemment à l’inconnu… je tentais de le tempérer :

- Tu sais… Ils ne sont pas mauvais… Ce sont même des gens gentils, adorables. Ils m’ont tout de suite accueillis quand je suis arrivée, ils ont cherché à m’aider, ils m’ont donné un toit, une famille, des amis, je suis même allée à l’école, comme tout le monde ! Certains sont dangereux mais c’est comme partout, dans notre monde aussi on a des dangereux… Tu comptes faire quoi exactement ? Parce que… je les aimes beaucoup… je veux pas qu’on leur fasse du mal…

Je repensais à ce type en noir sur la route du départ. En m’installant à la maison blanche, j’avais fini par me dire que le type en question était un garde du corps du président ou un truc du genre mais à présent je n’en étais plus aussi sûre… il m’avait demandé de ne pas y aller, de rebrousser chemin, que si je ne le faisais pas « je mettrais nombre de gens en danger », comme s’il savait ce qui allait se passer… Mais il se contenta de poursuivre en parlant de mon pouvoir… comme s’ils m’avaient contaminer, que c’était un agent destructeur pour moi et donc… étranger à eux… Un peu déçue, je baissais mes yeux pour observer la paume de mes mains. J’avais eu l’espoir que mon pouvoir vienne de ma famille, c’était la seule hypothèse qui nous restait avec Elliot. Une Déesse Magique était MAGIQUE à la base et déesse par la suite… mais moi j’étais pas une MAGIQUE j’étais une humaine normale, j’étais une Déesse Humaine Normale… SAUF si l’un de mes parents était du monde des contes ou un magique… mais ça ne semblait absolument pas le cas… retour à la case départ et sans cartouche cette fois…

- Donc... ça ne vient pas de vous ? J'ai pensé que... que peut-être... c'était parce que... l'un de vous deux était... "spécial"...

Il me regardait attentivement, comme s’il attendait que je poursuive alors je me lançais dans une explication :

- Avec mon meilleur ami Elliot on a tenter de comprendre, de faire des recherches, son père aussi m'a un peu dit ce qu'il connaissait de nous même s'il s'y connait pas des masses... Je suis pas sûre que tu puisses me l'enlever... j'ai été choisie... mon pouvoir est presque divin ou il l'est totalement... 'fin j'en sais rien en fait... Mais toutes les filles qui ont été choisies pour... pour être les reines d'Elliot - c'est compliqué (j’avais dit ça très rapidement, je voulais aps m’étendre, c’était déjà assez gênant comme ça ! Et j’avais eu – rare avantage dans ma situation – l’occasion de grandir sans père, à l’abri des discussions gênantes de la puberté et de « tu sais, les garçons ils pensent qu’à ça au début mais ils ne pensent jamais à la capote… »… C’était franchement pas pour qu’on se la fasse maintenant !) - viennent du monde magique... sauf moi... pour l'instant... et Neil... mais c'est sa fille donc.. Bref... c'est aussi pour ça que... que je voulais vous retrouver...je veux comprendre ce qu'il m'arrive..."

Un long silence s’en était suivis durant lequel je l’avais observé. Il regardait ailleurs, l’air triste, comme si je l’avais vexé ou je ne sais pas quoi avant de me dire :

- Je pensais que tu comprendrais. Il n'y a pas de personnes spéciales. Tu es juste malade Enora. Et on peut te soigner.
- Mais non ! Non non ! Je suis pas malade ! Ces gens sont spéciaux ! Ils viennent d'un autre monde, un monde qui raconté chez nous par des livres de contes ! Regarde Regina par exemple - c'est ma mère adoptive - c'est la méchante reine dans Blanche Neige !

Je me rendais compte que je m’enfonçais et je poursuivais brusquement :

- Mais elle est pas vraiment méchante hein !! Enfin si un peu avant mais maintenant je te promets qu'elle est gentille ! Elle ne m'a jamais fait de mal !

Il me regardait toujours. Il avait ouvert sa veste et avait posé ses mains sur ses hanches,il réfléchissait, maître de sa situation visiblement. Après cela, il reprit un peu ce qui l’avait intéressé tout en tentant de me rassurer :

- Je ne souhaite pas qu'on te retire ton pouvoir Enora. Je veux te soigner, je veux t'aider. Ta mère le souhaite aussi, afin qu'on reprenne une vie normale en réparant les erreurs commises. Mais avant cela, il va falloir te montrer forte, car on a un ennemi en commun. Ces gens... et le message qu'ils nous envoyés n'est pas de bon augure.

Je fronçais les sourcils d’incompréhension et il m’indiquait, pour toute réponse, la maison. Je déglutis et hésitais quelques secondes avant de finalement le suivre. Quitte à faire un bon dans le passé, autant le faire entièrement… C’était fou comme les sentiments étaient reliés aux odeurs que l’on sentait. J’avais l’impression que j’allais fondre en larme, une grosse boule de nostalgie au fond de la gorge. La maison était belle, richement décorée, l’odeur de Maman régnait dans toute la maison. Visiblement, elle était identique à mon passé, comme si personne n’y avait rien touché depuis… Comme si la maison avait cessé de vivre dans l’esprit de mes parents après mon abandon… Avaient-il quittés la maison ? Il y avait des photos sur une étagère… chose qui me frappait subitement : il n’y avait pratiquement aucune photo de Fitz’, juste une, le jour de ma naissance. Ils étaient plus jeune sur la photo, Maman semblait épuisée mais radieuse, malgré ses cheveux en bataille et sa tenue d’hôpital. Je semblais si petite au milieu des couvertures, endormie bien à l’abri dans ses bras. Et il y avait Papa, qui enlaçait Maman avec un grand sourire… Nouvel élément perturbant… L’alliance… Il portait une alliance, pas celle qu’il avait actuellement, en or blanc mais une autre, en or jaune… Et maman n’en portait pas… C’était quoi ce délire ?! Papa était-il marié à une autre à cette époque ? Pourquoi je portais le nom de Maman ? Et pourquoi il n’y avait aucune autre photo de lui dans la maison ?

Préférant garder le silence pour le moment, je croisais un Youpala sur mon chemin avant de rejoindre Fitzgerald qui m’attendait dans le salon. Son regard se posa sur une boîte posée sur une table basse et je fronçais une nouvelle fois les sourcils d’incompréhension. C’était quoi cette boîte ?! C’était ça le message ?! J’espérais juste que c’était pas encore un truc divin dangereux genre « Boîte de Pandore » parce que ça devenait pas gérable sinon… Mais pourquoi me montrer ça dans un monde qui semblait pas réel ? Je commençais à avoir la migraine à force de me poser des milliards de questions… La boîte semblait ancienne, dans un métal indéfinissable et il y avait dessus une série de chiffre 13/11/2015… C’était aujourd’hui, non ?

- Cette chose vient de chez eux. On l'a trouvée à proximité. On pense qu'elle mettra un terme à notre monde et leur permettra d'amener le leur à nous d'une manière plus... radicale et définitive. Il y a eu des moments ces derniers temps où la ville a disparue, on ne pouvait plus voir ce qui s'y passé. Comme si quelque chose pouvait les protéger de ce qui arriverait et qu'ils en avaient des tests auparavant.

Il parlait du dôme du 14 février là ? Il fallait que je rectifie alors…

- Aaaah ça ! Ah mais non, tu n'y es pas du tout !! Crois-moi, c'est plus cette ville qui est en danger qu'elle n'est un danger pour les autres. C'est Regina qui a créé ce dôme, elle voulait protéger la ville parce qu'elle pensait que la menace venait de l'intérieur alors elle a voulu les éjecter... dans notre monde... Mais c'était pas contre nous... c'est juste que... ben elle savait pas quoi faire d'autre...

J’avais vraiment l’impression de donner une mauvaise image de Regina, de la ville tout ça et il arrivait presque à me faire douter… et si j’étais vraiment malade ? Il ne se priva pas de poursuivre :

- On pense que ton pouvoir est lié à cette chose. Dès que tu l'arrêteras, on fera tout pour te ramener à nous, pour te guérir Enora.

Il fallait vraiment me guérir ? C’était vraiment une maladie ? Je savais plus où j’en étais, c’était trop d’information pour le même jour, je savais plus quoi faire… La boîte me semblait cohérente avec le reste, après tout, y’avait toujours des trucs bizarre de ce genre à Storybrooke, mais je refusais de croire qu’il avait raison pour le but de ce truc :

- Je pense pas que la boîte soit là pour faire basculer le monde dans le leur tu sais... On a souvent eu des problèmes similaires à celui-là et les choses ne sont jamais ce qu'on croit... mais tu veux que je fasse quoi en fait ? Que j'explose la boîte avec la foudre ? Et pourquoi est-ce qu'elle serait liée à moi ? ça n'a aucun sens...


Oui, bien sûr que ça n’avait aucun sens ! Il l’avait découvert quand déjà cette boîte ? Il fallait que je pense à demander… Et puis pourquoi c’était moi la clé ? J’étais une fille ordinaire à la base, pas de provenance du monde des contes, « juste » la fille du président… mais si c’était ça le lien, pourquoi pas directement donner ce pouvoir au président lui-même ?! Puis soudain, je réagis à quelque chose qui me tenait bien plus à cœur :

- Mais... il va se passer quoi pour Regina... pour toute ma famille là-bas ? Vous m'avez manqué mais... je les aimes... je... je veux pas les quitter pour toujours... Je pourrais toujours les voir ?

Il s’approcha de moi, le regard tendre, et posa sa main sur mon bras :

- Enora... Ne t'en fais pas pour eux. Ce n'est plus un problème maintenant. La seule chose qui compte, c'est de protéger les nôtres. Tu fais partie des nôtres et ton ami aussi.

Eavan ? Eavan faisait partie des nôtres ? Plus un problème ? Comment ça ? Je le regardais droit dans les yeux pour y trouver une réponse mais rien. Il poursuivit :

- Ce qu'on veut avec ta mère, ce n'est pas que tu détruises cette boite, mais que tu l'ouvres. Dans quelques heures elle s'ouvrira sans doute d'elle même, mais si on peut l'ouvrir avant, on pourra sans doute mieux la comprendre et empêcher cette chose de tout détruire.

Ouais… ça se tenait comme demande…

- Tu dois me faire confiance Enora. On est de la même famille. Et...

Eeeeeet ?

- Je t'ai déjà perdu une fois à cause de ma stupidité. Je ne veux pas te perdre une fois de plus. Tu es ma fille. En dehors de ta mère, rien n'est plus précieux à mes yeux que toi.

Je commençais à en avoir le vertige à force d’être dans l’ascenseur émotionnel. Je n’aurais jamais imaginé que mon père puisse me dire ça un jour, même si je l’avais tant espérer. Je déglutis avec difficulté, mes yeux me piquant, mon cœur battant à tout rompre… je ne savais même pas quoi dire !

Je finissais par inspirer et expirer bruyamment avant de m’approcher et de la regarder sous toutes ses coutures. J’hésitais quelques secondes avant de la toucher mais rien ne se passa lorsque je créais le contact, je tentais de l’ouvrir mais pas moyen. Et enfin, après une bonne observation, je finis par lui dire :

- Il faut un code ! Là tu vois ?

Je me redressais pour lui montrer de quoi je parlais.

- Il faut entrer un code pour l’ouvrir ! Par contre je ne le connais pas… tu es sûre que tu n’as pas eu un truc de genre au moment où t’as reçu le code de la bombe nucléaire par exemple ? J’ai pas de code moi !

Il soupira alors, visiblement très déçut et regarda le sol en se massant le front. La boîte toujours dans les mains, je le regardais un peu surprise. Je voulais bien comprendre que c’était pas une bonne nouvelle mais de là à réagir comme ça… on savait même pas ce qu’il y avait dans cette boîte ! Et on avait des dieux avec nous ! Ça allait aller, non ?

- C’est bon, on arrête là !

Il avait dit cela froidement, plus à lui qu’à moi à vrai dire et en deux secondes, non, ça n’allait plus. Mais alors plus du tout. Je me sentais suffoquer, j’avais horriblement de mal à respirer, j’aurais eu envie de tousser sans vraiment le pouvoir. Chaque parcelle de mes muscles me brûlait atrocement, tout mon corps semblait prendre feu, comme si je me faisais d’un coup frapper par de la foudre. Je n’avais plus le contrôle de moi-même, j’avais l’impression que j’allais mourir et pour toute réponse à cette question… J’ouvris les yeux…

La douleur était juste insoutenable, j’avais l’impression de ressentir pleinement chaque partie de mon corps, comme si elles étaient toutes plus douloureuses les unes que les autres. Je respirais avec une difficulté incroyable. Que s’était-il passé ?! La lumière au-dessus de moi était d’une blancheur crue si forte qu’elle m’obligeait à plisser les yeux, des ronds noirs dansant devant mes yeux. Un bruit dérangeant retentit et je sentais qu’on me redressait. J’avais si froid à présent, comme si j’étais posée sur une plaque de métal…Je me redressais pour finir en position assise et voir autour de mois des hommes en blouse blanche, des scientifiques sans doute et de nombreux gardes du corps. J’avais l’impression d’être un rat de laboratoire.

- Qu’est-ce qui se passe ?

Ma voix était terriblement rauque, comme si je n’avais pas parlé depuis longtemps… Et ce que j’avais soif ! Fitzgerald était en train de reboutonner sa chemise, il avait dut être torse nu quelques secondes auparavant. Il avait quitté l’espèce de siège/table métallique à côté de moi. Je pouvais voir ma mère qui nous observait avec un sourire figé mais pas de trace de…

- Eavan ?

Ma voix était faible…

- Ramenez-là auprès de lui…

Adieu le ton touché et touchant, un ordre lancé, rien de plus et moi qui ne comprenait toujours pas. Deux hommes s’approchèrent de moi pour me porter et ils me mirent en chaise roulante. Je passais devant ma mère qui s’écarta sans un regard pour moi, les yeux fixés devant elle. Puis, quelques secondes plus tard, on me plaçait dans une cellule où je le retrouvais enfin… Il était là… Mais il était pas bien en point… Son visage était rayés de traces de sang, il semblait amoché, mais sans doute moins que je ne l’étais vu ma difficulté à rester consciente. Il portait des bracelets à ses poignets, les mêmes que les miens… en métal. Les hommes qui m’avaient amené me portèrent pour me poser dans un lit. Avec un faible sourire, je murmurais à mon compagnon :

- Salut…

J’étais véritablement heureuse de le voir… Il semblait clairement mon seul ami ici… même si je ne parvenais pas encore à faire monter toutes les informations au cerveau. Une chose était sûre, on était en prison… Mais je n'avais même plus la force de comprendre pourquoi, ni de me sentir trahit par Maman et Papa. Je voyais le regard inquiet d'Eavan, je le voyais s'approcher de moi, mais je n'avais plus la force d'entendre ou de garder les yeux ouvert... Je voulais juste sombrer dans le noir et que tout finisse ainsi...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

VITRIOL


Visite l'intérieur de la terre et, en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée | ©️ FRIMELDA

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19802-n-oublie-pas-qui-tu-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20958-once-upon-a-time-alexis-stories

Kai Gon Jinn


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Freddie Highmore

Ѽ Conte(s) : Star Wars : Knight of the old republic
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : un padawan Révanite

☞ Surnom : Machin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 19
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 20 Nov 2015 - 20:56

QUEL EST LE FUCK ?! Attends Attends, je refais ce qui vient de se passer histoire de vraiment comprendre. On est d'accord qu'en moins d'une heure je me suis retrouvé à suivre un ombre bizarre encapuchonnée qui a trouvé rigolo de poser une rose en bas de chez moi. Après ça, j'ai été téléporté par l'ancienne maire, accessoirement l'ancienne méchante reine, accompagné de l'ancienne shérif, accessoirement la sauveuse et un groupe de gens que je n'avais jamais vu ni d'Eve ni d'Adam. Et téléporté ou ? Je vous le demande, à DISNEYWORLD.
Alors au début, j'ai trouvé ça plutôt génial. Même carrément trop cool. C'est quand même plus sympa que se faire chier en cours. Mais après c'est parti clairement en sucette.
On a couru partout dans le parc, pour résoudre des énigmes qui nous ont conduit dans une bibliothèque je sais pas trop où dans le pays à chercher des solutions, au mieux des indices, dans les livres Harry Potter format poche. Et je vais être honnête, ce qui me perturbe le plus, c'est que TOUT le monde trouve ça NORMAL.
Mais c'est juste pas possible, ils courent tous dans les rayons pour trouver des indices, comme si c'était une situation logique. Bah oui, pour sauver la fille de quelqu'un on cherche dans des bouquins et on téléporte des randoms avec nous.
Rassurez moi, je suis pas tout seul à trouver ca tordu, improbable, incompréhensible, flippant ?

...

Bon, focussons. Je n'ai rien suivi aux énigmes, j'étais clairement trop concentré à essayer de comprendre ce que je foutais là. Honnêtement, sur ce coup la, je ne peux absolument pas aider. Alors je me pose pas trop loin du groupe. Je m'agenouille et médite.
Oui, c'est peut être pas le meilleur moment, mais je vais me calmer comme ça. J'y verrais plus clair après. De toute manière c'est pas l'aura grise argent autour de moi ne va pas les choqués ou alors je ne comprends vraiment pas leur fonctionnement. Bah voilà, à penser à ça je me marre tout seul.

J’ai notre première destination. Le mot a trouvé était Avery, et à la fin de ce livre, le mot gore était inscrit. Si je ne me trompe pas, Averys Gore est un lieu aux Etats Unis et plus précisément dans le Vermont.

Hum, la plus jeune du groupe - après moi je sais - à apparemment trouvé la solution. Je sens qu'on est parti pour un autre voyage magique. Je me lève donc, m'approche de Regina, qui généralement nous téléporte.

- Bon je n'ai rien compris à ce qui s'est passé. Je sais juste que votre fille est en danger. Alors voilà, je vais vous aider du mieux que je peux.
Mais qu'est ce que je raconte moi, elle doit en avoir rien à foutre de ce que je dis.

Hum, oui bon je sais, ca fait con dit comme ça, mais je sais faire deux trois trucs sympa, donc si il y a besoin, voilà quoi

Moi qui voulait faire genre, je suis un jedi ma gueule, je suis utile et sur de moi, je viens de passer pour le mec qui se la joue et qui se rend compte au fur et à mesure du ridicule de la situation. Bon, au moins j'aurais essayé. Mais avant qu'on se foute de ma gueule je vais m'éloigné, hein, les laisser parler en essayant de me faire le plus invisible possible.

Regina Mills


« Le Brocolis
c'est exquis ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Lana Parrilla / Malina Wessman

Ѽ Conte(s) : Blanche Neige et les Sept Nains ✦ Rumplestiltskin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Méchante Reine ✵ La petite fille du Meunier

✓ Métier : Mère Maquerelle de La Maison Rose


☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6395
✯ Les étoiles : 812




Actuellement dans : « Le Brocolisc'est exquis ! »


________________________________________ Sam 21 Nov 2015 - 16:14



Les Chevaliers de l'Ordre


On s’était retrouvés tous à la bibliothèque d’Orlando pour suivre la fameuse énigme qui devait me mener jusqu’à ma fille. Puis tout s’était ensuivie, la bibliothécaire qui pose un livre de contes à côté de nous, l’énigme aux initiales du célèbre sorcier aux lunettes rondes et du coup, j’avais pris les sept tomes et je les avaient posés sur la table avant de commencer à en feuilleter le premier puis le second avant de péter un câble et de faire comprendre que j’espérais que quelqu’un trouve la solution. Tara par un don du ciel trouva la solution et je compris très vite que lorsqu’elle parla du Vermont ect… que j’allais encore servir de moyen de téléportation. Je soupire, le deuxième tome d’Harry Potter toujours en main. J’allais encore nous téléporter ailleurs. Je sens rapidement le regard des autres sur moi et ferme le livre avant de me lever et de regarder les autres « Bon… », je bouge légèrement la main et nous téléporte tous jusque dans le Vermont.

On réapparaît à quelques mètres de Fort Avery Gore et je repousse tout le monde pour qu’on ne soit pas à vue. Je regarde rapidement au loin et me rends compte qu’on fait face à un grillage avec des militaires lourdement armés, qu’il y a de nombreux véhicules et qu’une porte blindée fait peau neuve sur le bâtiment. Je regarde les autres et sens que quelque chose ne va pas « Je suis sûre qu’Alexis est dans ce foutu bâtiment ! Il est temps que j’aille la chercher ! », je regarde les autres avant de me téléporter mais de sentir comme un blocage et réapparais devant les autres comme si je n’avais jamais bougée. Je regarde Emma, Tara et les autres… « Alors ça c’est bizarre… »

Je me demandais si y allait tranquille était une bonne solution, après tout, les pancartes « No Trepassing » un peu de partout nous prévenez qu’un truc sonnait faux non ? Puis si la magie ne marche pas alors on avait un truc en moins pour nous défendre non mais rien n’allait m’arrêter, je voulais sauver Alexis et toutes les énigmes nous avaient menées jusqu’ici donc je savais qu’elle était là dedans ! Il fallait vraiment qu’on fasse quelque chose, je tourna le regard vers les autres avant de respirer longuement « Alexis est là dedans, j’en suis certaine. Je dois aller la sauver, si la magie ne fonctionne pas, on doit tenter autre chose, envoyez quelqu’un… Je me propose pour y aller, après tout, je peux me montrer persuasive sans mes pouvoirs, n’est-ce-pas Emma ? » dis-je en regardant la Sauveuse en souvenir de mon comportement avant la rupture de la malédiction « Si on y va tous en même temps, ça peut paraître louche… »

J’attends une réponse des autres et finalement, je leur promets de ne pas faire de bêtises et respire un bon coup avant de finalement me diriger vers le fort, vérifiant qu’ils sont encore câchés et arrive devant le grillage avant que les militaires en grand nombre ne me visent de leurs mitraillettes « Oh oh… », ils me visent tous et commencent à s’exiter grave, faudrait qu’ils pensent à détendre la ficelle de leur strings un peu « N’avancez pas ! », « Ne bougez plus ! ». Je lève les yeux et me rends rapidement compte que la porte du grillage s’ouvre avant que les militaires ne continuent d’avancer et que d’autres n’arrivent « Euh…je crois que j’ai fait une connerie. » dis-je à moi-même avant de lever la main par instinct mais de la baisser finalement me rendant compte qu’user de la magie devant eux n’est pas une bonne idée.

Je lève les mains avant de regarder les militaires « Ok…Tout doux… », je vois l’un des militaires portait la main à son oreille, sans doute reçoit t’il des ordres et au moment d’après, je reçois une décharge électrique et tombe au sol avant de convulser. Je les voient approcher et entends simplement l’un d’eux dire « Envoyez des patrouilles, y’en a peut être d’autres… », je me maudis intérieurement et c’est le noir complet…
© TITANIA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Long live... badass Regina ?
« Chez les Mills, la badassitude, c'est de famille » by Wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t51403-regina-on-ne-nait-pas-mauvais-on-le-deviens#487677 En ligne

Angus Clydesdale


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Benedict Cumberbatch

Ѽ Conte(s) : Rebelle
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Angus

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 128
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 21 Nov 2015 - 22:59

N’ayant jamais lu quoi que ce soit sur Harry Potter, Angus resta en retrait. Mais finalement très peu de temps car la jeune Tara trouva la solution. La réponse est donc dans le Vermont. Une région où ils pourront retrouver la fille adoptive de la méchante reine et enfin savoir pourquoi on leur avait envoyé des roses. Encore une fois, Regina du les téléporter et encore une fois, Angus révait de pouvoir inventer un téléporteur de manière totalement scientifique. Mais il dut penser à aute chose quand son groupe et lui furent devant un bâtiment militaire hautement sécurisé. Bien sûr, si l’ancien cheval avait une ligne internet, il aurait au moins put tenter quelque chose pour savoir ce qu’il y a dedans, mais il s’agissait aussi d’une question de temps. Ce qu’il n’avait pas si la vie d’une femme était en jeu. Regina décida de partir devant mais à peine eut-elle le temps de faire quoi que ce soit que des militaires étaient déjà présent. Par principe, Regina n’avait pas utilisé sa magie afin d’éviter de se faire remarquer. Seulement, les militaires n’ont pas hésité des tazzers pour la maitriser. Les autres membres du groupe et lui y passèrent eux aussi, prit par surprise par d’autres soldats embusqué. Angus s’écroula dans le noir complet en comprenant à peine ce qu’il lui arrivait.

Il vit plusieurs fois une chevelure rousse voler dans le ciel. Avant de se réveiller avec un sentiment de nostalgie. Menotté et sans son ordinateur. Bien vite cependant, il vit à quel point il ne s’agissait pas de simples menottes que l’on pourrait trouver dans les séries télés. Non, il s’agissait de menottes à l’allure plutôt futuriste. Aux alentours, des murs gris et froids. D’un gris métallique rappelant étrangement les prisons que l’on pourrait voir dans une production Marvel. La lumière intense lui fit mal aux yeux tant et si bien qu’il du s’habituer à cette lueur pendant quelques minutes avant de penser à vérifier ce qu’il y avait devant lui. Il y avait devant sa cellule un garde et un autre devant la cellule en face de lui. Il pouvait voir d’ici Tara et dans celle d’à côté Emma Swan qui semblait ne pas être encore réveillée. Angus tenta de rester le plus froid possible à la situation comme il en avait l’habitude. Il fallait garder la tête froide en ces circonstances car le moindre écart pourrait lui coûter la vie. Il constata alors que Regina n’était pas parmi eux. Et que les barreaux étaient plutôt simples.


“Ces menottes sont faites pour éviter de nous enfuir si je comprends bien ?” Aucune réponse d’un des gardes présent. Cette question de rhétorique était là pour tenter d’avoir ne serait-ce qu’une seule information sur leur situation. Et heureusement pour les autres, Angus savait être agaçant sans forcément le vouloir. “Où est Regina ? Pourquoi enfermer des personnes d’âge et de sexe différent avec des menottes aussi étranges ? Pourquoi ne pas nous tuer tout simplement ? L’Amérique tue bien un tas de personne alors serions-nous des êtres exceptionnels ?” Il continua ainsi pendant une dizaine en enchainant avec des théories improbables, des complots à tout va comme celui des reptiliens ou tout simplement des questions sur ce qu’ils recherchent.

Angus en eut finalement assez et encouragea Tara, Emma et Kai à continuer la conversation, étant donné qu’il avait besoin de faire refroidir son disque dur, comme il le décrivait si bien. Mais il n’était pas dupe. Il commençait à comprendre à quel point la situation était problématique. Et qu’un moment ou à un autre, il devrait songer à faire ses adieux à ce monde sans pouvoir dire au revoir à Merida. Et aussi peut-être à Mélissandre, qui a eu le mérite de s’intéresser à lui.
“Résumons donc, vous ne pouvez pas utiliser la magie, et nous n’avons aucun outil sous la main. Alors que pouvons-nous donc faire pour sortir d’ici ?” Angus restait assis par terre à réfléchir comme un forcené et continuait de parler de manière agaçante tout en cherchant de l’aide de la part de ses compagnons d’infortune. Pendant ce temps, le soldat regardait l’ancien cheval avec méfiance.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
*
JUST A SMILE... A STRANGE SMILE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t12277-fer-a-cheval-f

Eavan Lochlainn


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Cillian Murphy

Ѽ Conte(s) : Folklore (Dullahan)
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Cavalier sans Tête



☞ Surnom : Mumu / Sophie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 90
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 22 Nov 2015 - 20:26

Chevaliers de l’Ordre
Tara, Regina, Emma, Angus, Kai, Alexis & Eavan

Who trust in God anyway…

La cellule lui rappelait son passage à l’asile. Les murs d’un blanc éclatant et l’endolorissement permanent. La seule différence probablement le fait que les parois ne soient pas capitonnées. Pour l’avantage que ça lui donnait…

Il avait du la laisser là-bas, branchée à leur truc. Pas moyen de la récupérer dans la situation où ils se trouvaient. Il crispait et décrispait ses poings assis dans la même position qu’il avait vu la Première Dame un peu plus tôt. Celle-là… qui l’avait emmené jusque là-bas juste le temps qu’il soit sûr qu’elle allait bien, et l’avait viré sans plus de cérémonie vers un laboratoire où ils avaient essayés de prendre son sang. Il en avait eu marre (sérieux il y a des limites aux conneries qu’il peut supporter quoi) et avait commencé à essayer d’arracher les yeux aux médecins (pas sa faute s’il a un problème avec les docteurs). Inutile de dire que la présence renforcée des militaires n’avait pas perdu de temps à se faire connaître. La crosse d’une arme dans sa temps et des coups dispensés juste pour le fun plus tard il était de retour dans sa cellule, du sang volontairement en moins dans une fiole quelque part, et involontairement en train de lui dégouliner régulièrement le long du visage (au moins il était à peu près sûr d’avoir réussi à arracher un bout d’oreille à quelqu’un ça le contentait pour l’instant). Dans l’impossibilité de faire autre chose qu’attendre. En une autre période il aurait probablement commencé à faire des trucs bizarres, genre mettre les meubles à l’envers ou se frapper la tête contre la paroi jusqu’à s’en fendre le crane. Une bonne chose qu’il soit assez lucide franchement, parce que sans régénération il se serait fichu un traumatisme pour rien. Il n’était pas un fan de l’enfermement de toute façon, mais alors là en plus avec l’incertitude sur ce qui se passait dans l’autre pièce c’était vraiment à lui donner encore plus envie de bouger pour faire un truc, n’importe quoi.

Il venait de commencer un rythme désordonné en tapotant son genou du bout des doigts lorsque la porte s’ouvrit enfin… Et qu’il aurait préféré que ça ne soit pas le cas. Il fut sur ses pieds avant de réaliser qu’il avait bougé, passant son regard de la brunette aux deux gardes qui la transportaient en posant leurs mains partout sur elle. L’un deux le gardant constamment en vue au cas où il tenterai quelque chose de stupide. Probablement une bonne idée. Son rouge-gorge était dans un pire état qu’un peu plus tôt. Ils lui avaient brisés les ailes et rien que de la voir il sentit une bouffée de fureur le saisir. Quelqu’un comme lui, peu lui importait, il avait l’habitude d’être amoché. Mais elle quoi ? Ils pensaient qu’elle allait répliquer peut-être ? Sans pouvoirs elle n’était même pas capable de se défendre contre une contravention. - Salut… Il oscillait sur ses pieds, se retenant à grande peine de se jeter sur eux, toujours sous le contrecoup de la montée d’adrénaline précédente, mais sachant pertinemment que de toute façon ça ne lui apporterait rien.

C’était chiant de pas pouvoir faire ce qu’on voulait.

A la seconde où ils furent dehors, il s’était approché d’elle, juste à temps pour la voir sombrer dans l’inconscience. Il évalua rapidement les dommages, elle n’était clairement pas au mieux. Il prit brièvement son pouls, rapide et inégal. Elle ne supporterai pas ce genre de traitement longtemps. Il allait falloir trouver rapidement un moyen de sortir où il allait la perdre dans un coin paumé du Vermont. La cellule était impénétrable, il avait déjà essayé tout ce qui lui était venu à l’esprit pendant qu’elle n’était pas là, pas un seul point faible dans l’infrastructure ou la sécurité. Leur meilleure chance résidait au moment d’ouverture et de fermeture, mais jusqu’à maintenant ils avaient anticipés toute tentative de leur part. Il était toujours accroupi près d’elle, perdu dans ses pensées lorsqu’elle ouvrit de nouveau les yeux. Arrivant difficilement à garder son attention sur quelque chose, elle était toujours dans les vapes mais paraissait en peu plus alerte que tout à l’heure. Il la sentait s’agiter, cherchant à se relever pour faire va t’en savoir quoi encore. Sa main qui était toujours contre son cou, la maintint légèrement à sa place pour l’empêcher de bouger, caressant imperceptiblement du pouce la jonction de son cou et sa mâchoire. « Dors. » La voix basse portant juste assez pour elle seule, il ne voulait vraiment pas qu’elle fatigue le peu de forces qu’elle avait pour rien. Le sommeil serait réparateur, au moins pour lui rendre un semblant d’énergie. Ça allait définitivement lui être utile par la suite. A sa légère surprise il sentit son pouls se calmer sous ses doigts, tendis qu’elle refermait les yeux lentement. Tout en essayant de ne pas le quitter du regard. Calmer quelqu’un n’était habituellement une réaction qu’il obtenait simplement en le demandant, surtout avec elle, mais il fallait croire qu’elle était trop éprouvée par les événements pour réagir de manière cohérente.

Une fois sa respiration étant devenue régulière, il s’éloigna lentement… avant de s’asseoir juste au pied de là où elle reposait. Exactement comme un peu plus tôt, face à la porte, mais cette fois avec Alexis dans son dos, recommençant son rythme… paresseux et régulier cette fois, sur son genou. Une heure ou deux passa sans nouveauté, et il dut avoir sous-estimé ses propres blessures (ouais quand t’es habitué à cicatriser, gérer sur la durée c’est plus un truc familier), parce que lorsqu’il ouvrit les yeux en se réveillant il était dans un endroit complètement différent.

Sans Alexis. Encore. Bordel.

Assis sur une chaise en métal… sans les bracelets. Et sans aucune de ses blessures précédentes. Il posa son regard tout autour de lui. Une table devant lui, une sorte de salle d’interrogatoire ? Mais pourquoi être assez stupide pour lui enlever le seul avantage qu’ils avaient… Un type apparut d’un côté de la salle et vint s’installer juste en face. Costard impeccable, chaussures cirées : avec une position élevée. Cheveux gris et présence… pas trop mauvaise. C’était clairement pas un simple homme de main. Il déposa un dossier sur la table, avant de croiser les mains pour poser sa tête dessus avant de faire un signe des yeux en direction du dossier. D’un côté il a une excellente occasion de tenter quelque chose, mais de l’autre, ils doivent probablement n’attendre que ça dans l’immédiat. Autant savoir ce qu’il voulait encore. Le brun ouvrit le dossier devant lui, dévoilant une série de photos, des habitants de Storybrooke pour ce qu’il pouvait en juger. Il ne connaissait pas tout le monde, mais Regina était plus que reconnaissable et certains autres lui paraissaient familiers. Pas impressionnée pour deux sous et se demandant juste où il venait en venir, Eavan reporta son attention sur l’homme face à lui en haussant un sourcil d’interrogation passive. Genre « Ouais t’as des photos, c’est bien, et alors quoi ? ». L’autre continuait de l’observer en silence, avant de se décider à baisser ses mains sur le dossier et en séparer une photo des autres. Celle de Regina. Et de là pousser devant lui.

Oui, mais encore.

Il n’était pas fan de la Juge, ex-mairesse, ex-méchante reine, mais concrètement c’était celle qu’il connaissait le mieux du lot. Et alors ? Le mec sapé comme un ministre l’observait toujours, le jaugeant en silence. S’il essayait de faire un concours de celui qui se tait le plus longtemps, il était mal parti, Eavan avait un record de plus de 500 ans dans le domaine alors ouais... Pas super efficace comme technique. Au bout d’un moment, jugeant probablement quelque chose que le brun n’avait ni l’envie ni la patience de connaître, il finit par se lever et sortir de la pièce. Juste comme ça. Ben c’est sympa, ça avait été super instructif tout ça, faudra recommencer à l’occasion tiens ! Il secoua la tête imperceptiblement, les mecs des agences gouvernementales franchement. Il posa la main sur la photo de Regina dans l’intention de la pousser avec les autres vers le dossier qui était resté là…

…et se retrouva en plein milieu d’un désert, avec Regina juste derrière lui.

Il la regarda un instant surpris. Non mais qu’est ce qu’elle foutait là ! Et… la première chose qui lui vint à l’esprit c’est qu’il était de nouveau au même endroit qu’un peu plus tôt avec Alexis… mais sans elle. Elle était toujours dans la réalité, et ils avaient été séparés pendant qu’il s’était endormi. Il fronça les sourcils d’agacement. Ils n’étaient pas ensembles, et d’un côté il en était reconnaissant. Il pouvait supporter tout ce qu’ils lui enverraient, elle, il n’était pas sur de ce qu’ils lui avaient fait subir, mais ça ne devait pas être digne d’une simple petite balade dans le parc. La première question à sortir de la bouche de Regina fut pour sa fille, logique ils étaient partis ensemble, elle voulait des renseignements de celui qui avait le plus de chance d’être au courant. « Elle est en vie. » Il ne se voyait pas lui donner les détails de sa condition exacte (il tenait à sa tête, où qu’elle puisse être), et au moins ça la calmerait un moment. Un bruit au loin ramena son attention aux alentours, un moteur… plusieurs moteurs. Trois voitures arrivaient dans leur direction à vive allure. L’idée de fuir ne lui traversa même pas l’esprit. D’une ils étaient au milieu d’un désert sans véhicule ni lieu pour se retrancher, et deux il n’avait personne à protéger (oh la sorcière se trie ok, c’est pas une œuvre de charité). En plus il en avait marre de ne pas pouvoir se défendre correctement parce X raisons se mettaient en travers de son chemin. Il faisait ça d’ailleurs, il se mettait en travers du chemin. Trois bagnoles ou pas ils allaient pas le gonfler longtemps.

Il était prêt à répondre à leur attaque, lorsque sans prévenir… les voitures partirent en fumée. Il regarda tout autour de lui… Non mais pas encore bordel ! C’était quoi ça, un nouveau jeu pour le rendre cinglé parce qu’il ne valait mieux pas réussir franchement ! Le mec d’un peu plus tôt apparu de nulle part au loin, et se mit à marcher vers eux tranquillement. « Eavan Lochlainn. Ou plus précisément un cavalier. Un cavalier sans tête. » Il fronça les sourcils en l’observant, sans répondre. C’était pas de nature publique ce qu’il pouvait être, pour un paquet de raisons qui n’étaient pas à déballer devant une sorcière. Il continuait d’avancer comme un maitre zen, cette fois en portant son attention sur Regina. « Regina Mills. Une Reine. La responsable de la venue de cette ville chez nous. » Une reine ? Genre même pas la méchante reine non ? C’est cool les titres chez eux. Puis il disparut… pour réapparaitre derrière eux. Les bras le long du corps, les fixant intensément. « Vous représentez une réelle menace pour notre nation. » Sans dec’ ? On s’en doutait pas depuis le début dis-donc ! Le bruit d’un détonation le fit se retourner brusquement. Pendant qu’il étaient distraient par le discours à deux balles du chef, deux sous-fifres en costards s’étaient approchés d’eux par derrière. Un cri à côté de lui lui fit jeter un coup d’œil rapide en direction de son compagnon d’infortune. Elle s’était pris une balle dans l’épaule. Elle n’avait pas autant de bol que le chef qui se tenait toujours là, les balles l’ayant traversé comme s’il n’était même pas là.

Laissant sur place la brune qui n’allait pas servir à grand chose dans l’immédiat, il laissa de côté le chef pour s’attaquer directement aux sous-fifres. Il leur fonça dessus pour les percuter de plein fouet… et les voir de nouveau disparaître en fumée. BORDEL DE-- Le bruit de quelqu’un applaudissant lentement se fit entendre, c’était le chef. Amusé comme tout le connard. Eavan remarqua au sol une des armes des deux types qui était toujours là, il la récupéra tranquillement sans quitter le chef des yeux. C’est pas comme s’il pouvait se le farcir ici de toute façon. L’autre se tourna de l’autre côté avant d’ajouter : « Elle n’a pas l’air très en forme. » Ah ouais… Et Regina était là à pisser le sang, elle avait pas un truc pour se guérir ou je sais pas quoi. Le brun reporta son attention vers le chef, avant de hausser les épaules, désintéressé. Quoi, ça arrive. Chacun ses problèmes dans la vie.

Code by AMIANTE


Eavan : 100%
Regina : 90% (désolée )

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
knock knock
who is there ?
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15594-eavan-don-t-lo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18544-eavan-waiting-in-the-car#174005

Regina Mills


« Le Brocolis
c'est exquis ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Lana Parrilla / Malina Wessman

Ѽ Conte(s) : Blanche Neige et les Sept Nains ✦ Rumplestiltskin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Méchante Reine ✵ La petite fille du Meunier

✓ Métier : Mère Maquerelle de La Maison Rose


☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6395
✯ Les étoiles : 812




Actuellement dans : « Le Brocolisc'est exquis ! »


________________________________________ Lun 23 Nov 2015 - 17:09



Les Chevaliers de l'Ordre


Bon je vous résume le truc en un mot : grosse connerie. Ah non, ça fait deux en fait… Fin’, je me suis réveillée et j’ai trouvé une rose sur mon palier, j’ai suivi une silhouette noire jusqu’à une ruelle vers la Tour de l’Horloge où j’ai retrouvé Emma qui était dans le même cas que moi puis on a été rejointes par d’autres personnes avant qu’on se rendent tous à Disneyworld, on a suivi des énigmes de merde pour finalement se retrouver dans le Vermont où je viens sans doute de nous foutre dans la…enfin vous voyez ce que je veux dire. Bon sinon, après avoir été tasée, je crois que j’ai dû dormir plutôt longtemps parce que je me suis réveillée dans le désert. Bon au début, j’ai pas tout compris ce qu’il se passait puis je me suis retournée et j’ai fait face à Eavan, le « copain » d’Alexis.

Tout de suite, la première question que je lui posa fut de savoir si Alexis allait bien et ce dernier me répondit qu’elle était en vie, ce qui me rassura quelque peu, oui un peu parce que je sentais que ce que l’on était en train de vivre était plutôt bizarre et je pèse mes mots, je vous assure. J’ai mis un peu de temps à me rendre compte que je savais pas du tout ce qui m’était arrivée mais pour le moment, le plus important, c’était de savoir où j’étais exactement. Bref, les voitures noires qui arrivaient vers nous, je les sentais pas trop et mon instinct me trompe rarement. Mais alors que j’allais tenter quelque chose, les voitures partirent en fumée, ce qui me surpris légèrement. Alors que je nous pensais tranquille, un mec vêtu d’un costard qu’il lui allait pas du tout d’ailleurs vint vers nous.

Je le fixais du regard et ce dernier énonça fièrement qu’il savait qui était Eavan, le cavalier sans tête ? Sérieux ? Bon…Lorsque le mec en question se tourna vers moi et me dit exactement que j’étais reine et patati et patata, j’haussa les sourcils…Une Reine ? Sympa de savoir qu’au moins chez eux, ils oublient le terme que tous les « storybrookiens » m’ont fait porté pendant longtemps, voir même très longtemps, méchante, oui voilà parce qu’à la base, je suis la Mechante Reine quoi, c’est pas rien… La réplique de Monsieur Coincé disparut avant de réapparaître derrière nous, les bras le long du corps « Vous représentez une réelle menace pour notre nation. ». Sérieux ? A la base, j’en avais un peu rien à foutre du reste du monde, on faisait chier personne dans notre petite ville non ? Mais alors que j’écoutais le discours de Monsieur Coincé, j’entendis une détonation et hurla lorsque je sentis une balle me traverser l’épaule avant de tomber à genoux, me tenant l’épaule avec mon autre main, me rendant rapidement compte que ça saigne plus que raisonnable.

Je me mordais la lèvre pour ne pas pleurer parce que c’est pas que ça fait mal mais un peu quand même, en même temps, tu te prends une balle dans l’épaule, tu vas pas faire la danse de la joie… Lorsque Monsieur Coincé fit la réflexion que j’avais pas l’air bien en forme, je passa ma main sur la blessure et ne réussis pas à la faire disparaître mais au moins, la douleur était un peu moins lourde. Je me releva et posa mon regard sur Monsieur Coincé « Moi ça va merci. ». Je ne le quittais pas du regard avant qu’une arme n’apparaisse dans ma main et que Monsieur Coincé pose son regard sur moi « Vous seriez prête à faire quelque chose pour moi ? », non mais mec, tu crois pas que je suis à tes ordres quand même ? Il me veut quoi lui ? J’hausse un sourcil et le regarde « ça dépends de ce que vous voulez de moi mais je dois vous tuer, ce sera avec un immense plaisir. » dis-je avec un sourire à la Evil Queen mais apparemment, c’était pas l’idée qu’il avait….

« Je pensais plutôt à lui. » dit-il avec un petit sourire avant de se pousser pour que je vois Eavan. A ok, il voulait que je bute Eavan ? Bah là, il pouvait se mettre le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Je porta la main à mon épaule et me rendis compte qu’un pansement était apparu. Alors là, je dois avouer que j’y comprends plus rien. Je regarde Eavan puis Jim « Ma fille me tuerait si je lui faisais quoi que ce soit donc non, je ferais rien…et euh…C’est de vous le pansement ? »

Il me réponds pas et se contente d’hocher la tête avant de me regarder « Dommage », il s’empare d’une arme sous son costard et je ne peux rien faire qu’il tire trois balles dans le torse d’Eavan avant que je ne le vois s’effondrer sur le sol, me faisant lâcher l’arme au passage. Je porte la main à ma bouche devant le choc et comprends rapidement que c’est eux qui contrôlent si on meurs ou pas, enfin dans ce monde là… « Ca va vite cicatriser. Si on le souhaite bien entendu. Ou alors vous pourriez simplement finir comme lui. », ok et c’est qui rigole pas en plus…Je fais un pas en arrière avant de ressentir quelque chose à mon épaule et me rendre compte que y’a plus de pansement et plus de blessure, tout est nickel comme si j’avais rien. Bon là, j’ai droit de commencer un peu à flipper non ? Le mec bizarre me regarde avant de sourire de nouveau « Vous avez créé cette ville, n'est ce pas ? Uniquement celle là ? »

Il sous entendait quoi là ? Si y’avais d’autre villes que Storybrooke ? Je n’avais crée que Storybrooke, il n’y avait pas d’autre ville que la notre, enfin…Après tout j’avais bien appris pendant mon voyage en 1865 qu’une ville avait été là avant Storybrooke et que Rumple m’avait mentit…Je leva le regard et répondis sûre de moi pour ne pas montrer mon doute « Oui j’ai crée Storybrooke, et uniquement Storybrooke. Pourquoi ? », je pose mon regard sur Eavan et me rends rapidement compte qu’il se vide de son sang et que je peux rien faire d’autre que le regarder, ça me ferais presque de la peine… Il me regarde et me souris de nouveau sans répondre à ma question, non mais si ça tenait qu’à moi, je lui aurais explosé sa sale tête de mec coincé « Parfait. C'est tout ce que nous voulions savoir. », oh euh…Je ressens soudainement une décharge dans tout mon corps et tombe dans les pommes. J’ouvre les yeux et les teintes grises de ce qui m’entoure me prouve que je suis plus dans le désert.

Je regarde autour de moi et me rends rapidement compte que je suis sur une table d’opération, genre métallique. Bon ok et le sourire du mec bizarre qui est au bout de la salle commence à me sortir par les trous de nez. Bougeant légèrement, je me rends rapidement compte que je suis attachée et les deux bracelets métalliques que j’ai autour des poignets, j’ai comme l’impression qu’ils…J’essaie de me téléporter mais sans succès…Bon apparemment, les bracelets occultent mes pouvoirs…Sympa, je lève les yeux et aperçois que je suis entourée de médecins, militaires et que Monsieur tête à claque me souris encore avant de sortir.

Je reprends entièrement conscience de où je suis et les militaires viennent me détacher avant de me conduire en cellule. Pendant le chemin, je tourne la tête et me rends rapidement compte qu’Eavan est lui aussi allongé sur la même table que moi je l’étais il y a quelques instants, il est toujours inconscient et l’appareil relié à son cœur fait une grande ligne droite, serait-il réellement ?... Je me mords la lèvre, espérant que je me trompe avant qu’il n’ouvre la cellule et ne me pousse dedans comme une malepropre, si j’avais pas mes bracelets, je les auraient réduits en cendres depuis un bon moment. Je tourne la tête et me rends rapidement compte qu’Alexis est là. Je m’approche d’elle et prends ses mains dans les miennes « Lexie…Je suis là…Tu vas bien ? », elle me regarde, je la serre dans mes bras, pas trop fortement mais maternellement, lui caressant les cheveux « J’ai eu tellement peur, j’ai cru que tu…mais tu es là, je suis tellement heureuse de t’avoir retrouvée. », un instant de silence avant que je ne regarde ma fille « Dis…Tu leur as parlé de nous ? Je te demande ça parce qu’ils savent l’existence de Storybrooke et ils savent qui je suis… Ils ne t'ont pas fait de mal au moins ? »
© TITANIA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Long live... badass Regina ?
« Chez les Mills, la badassitude, c'est de famille » by Wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t51403-regina-on-ne-nait-pas-mauvais-on-le-deviens#487677 En ligne

Emma Swan


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jennifer Morrison

Ѽ Conte(s) : Once upon a time
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la fille de Blanche et Charmant

☞ Surnom : Marjo
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3140
✯ Les étoiles : 1680




Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Lun 23 Nov 2015 - 22:56


Les chevaliers de l'ordre

Feat Alexis,Eavan,Tara,Regina,Kai & Angus
Même pas besoin d'aller a la tour,la suite du mystère étais sous mes yeux,mais il m'avait tout simplement échapper,après mon achat de dernière minute j'avais rejoins les autres au moment ou Angus lisais les mots a l'adresse de Regina,mon teint devint livide,Alexis était en danger,comment pouvait-elle être en danger ? Pourquoi ? Je fronçais les sourcils et Regina se dirigeais déjà rapidement a l'extérieur,surement prête a faire payer la personne qui avait oser faire du mal a sa fille.

"Tu n'y arrivera pas toute seule."Avais-je dit avant qu'on se retrouve de nouveau dans une cachette pour qu'on puisse de nouveau se téléporter a l'endroit indiquer,a peine arriver que je regardais dans tout les coins,mais Alexis n'étais pas la,je me demandais qui pouvais bien nous aider a la retrouver,surement pas la personne qui lui voulais du mal,sa ne serait pas logique.Nous étions dans une bibliothèque et la solution se trouvais dans les livres d'Harry Potter,curieuse façon de nous aider,mais efficace.

Tara trouva la solution puis le nom de la ville ou nous devions nous rendre et nous revoilà repartie a nous téléporter ailleurs,mon regard se posa sur le bâtiment hautement militaire qui avait l'air très sécuriser,il ne fallait pas plus d'une demis seconde pour comprendre que nous n'étions pas autoriser a rentrée sans une invitation.Je reste silencieuse ,sachant pertinemment que rentrée dans ce genre de bâtiment ,près a tout casser n'étais pas la solution et encore moins de se téléporter.Une expression de surprise apparu sur mon visage,nous ne pouvions pas nous téléporter a l'intérieur,peut importe la personne protéger ,celle-ci savais aussi comment se protéger des individus magique,se qui n'avais aucun sens pour moi,comment quelqu'un de lambda aurait pu savoir comment se protéger de la magie a moins d'être magique lui même ?.

"Je ne suis pas sur que se soit une bonne idée."Je savais comment était Regina avec sa magie,même sans magie,on ne cherchais pas des noises a celle-ci sans en payer les conséquences,ma mère en avait fait les frais pendant de longues années.Mais bien sur c'étais comme parler dans l'oreille d'un sourd,Regina était déjà partie et quelque instant plus tard,ce fut le noir complet pour moi aussi.

Des images me revenais en tête,dans le laboratoire de Victor,Emeric était au dessus de moi a me fixer,scalpel en main,il me disait que tout irait bien,que sa serait bientôt terminer,il allait juste me trancher la gorge et je ne ressentirais plus la douleur,d'un geste net et précis il me trancha la gorge et je me réveillais en sursaut."Hein ?."Je reprenais mon souffle tout en levant les yeux,j'étais enfermer dans une cellule ,les poignets attacher,je me souvenais rapidement de ce qui c'étais passer,je lâchais un grognement de douleur tout en gigotant sur place.

"Vraiment pas une bonne idée."Murmurais-je a moi-même tout en me concentrant sur les bracelets pour tenter de les faire fondre,mais je rencontrais une résistance,bien aucune magie pour nous sauvez,il fallait faire cela a l'ancienne donc,je regardais les autres qui étaient eux aussi dans leur propre cellule,eux aussi ne semblait avoir aucune solution pour nous aider pour le moment.J'entendis des bruits de pas près de ma cellule,un garde entrant dans mon champ de vision."Puis-je parler a votre chef s'il vous plais ?.Il se contenta de simplement me sourire avant de reprendre ses cents pas,je levais les yeux au ciel.



Code by Fremione.


Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 3 sur 5
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

[Fe] Les Chevaliers de l'Ordre - Evénement #51





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Les Etats Unis