Ombres
& Poussières
de seb

Réunion
d'Outre-Tombe
de Dyson

Universal Show
de Robyn Candy


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ The Universal Horror Show ☆ Evénement #91
Une mission de Robyn Candy - Ouverture : 20 février 2018
« Aryana, Sasha, Gaston, Arthur, Emmet & Robyn partent se faire éclater la tête ! »

Partagez | .
 

 [Fe] Les Chevaliers de l'Ordre - Evénement #51

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage

Kai Gon Jinn


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Freddie Highmore

Ѽ Conte(s) : Star Wars : Knight of the old republic
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : un padawan Révanite

☞ Surnom : Machin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 19
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 25 Nov 2015 - 16:34

"Arrrrgghh", il s'est passé quoi bordel.
Je suis où. Une cellule. What the fuck. Mais qu'est ce qui s'est passé. Attends
...
Ca me revient, on s'est téléporté ici, la reine, enfin l'ancienne reine, maire, ouais bon l'ancienne quoi, est partie parler à un garde - je sais pas bien pourquoi d'ailleurs - et on je me suis retrouvé par terre à convulser. Promis je me moquerais plus jamais des épileptiques. Sans déconner, trembler comme ça c'est pas le plus agréable du monde, je vous le dis.
Et après, le trou noir. Et moi qui aime pas les réveils, me voilà servit. Avec la tête dans le fondement comme un lendemain de nouvel an. Le truc dur quoi.
Bon alors, ok, on va d'abord faire l'étape à genou avant de tenter le debout, hein, ca me parait être une bonne idée.
...
On y est. Parfait, on a réussi l'étape 1. Alors, ok on est tous en cellule sauf l'ancienne. Bon concentrons nous. Attend, c'est bizarre ça, je ressens pas la présence de l'ancienne dans le bâtiment. Et les autres je ne les ressens que très faiblement, pourtant ils ont l'air d'aller bien. Qu'est ce que ?

"Résumons donc, vous ne pouvez pas utiliser la magie, et ..." pas la magie, alors peut être que ces menottes atténue mon lien avec la force. Ceci dit, au moins je l'ai toujours. Bon je vais déjà me concentré sur mes menottes, on verra bien ensuite.

Une aura argenté entoure notre jeune jedi, entrant en méditation pour faire communier son esprit avec la force. Malgré l'effort supplémentaire que lui impose les bracelets il arrive à retirer les entraves qui lui serrent les poignets dans un petit cliquetis très faible que seul lui pouvait entendre, espérait-il en tout cas.

Wow c'est plus dur que d'habitude, ces bracelets sont quand même sacrement relous. Alors l'homme qui est en train de parler avec le garde, il a demandé de l'aide, du coup je vais essayer de faire s'ouvrir ses menottes. On se concentre, ressens la force, voilà doucement, non ne pense pas à un cappucino ....
Ok voilà concentre toi. Le loquet là, il saute, celui là et hop, ok en douceur.

"M'sieurs, c'est Kai, l'ado du groupe, j'ai déverrouillé vos menottes, mais vu l'effort que cela m'a demandé, je vais devoir me reposé, ces bracelets sont très entravant, même pour moi. J'espère que ca pourra nous aider que l'on soit deux libre."

Merde, je sais pas si ce sont les bracelets, le coup de tazer façon gueule de bois ou le combo des deux, mais ca m'a demandé énormément de simplement faire ça. J'espère que ca aura été utile. En attendant, je vais rester comme ça. Bon on va éviter l'aura, histoire de pour me griller, je vais juste me reposer. Qu'est ce que je donnerais pas un lit bien douillet. Enfin je me suis engagé, et j'irais jusqu'au bout.
Niveau de fatigue : 20%

Alexis E. Child


« Nous tendons vers toi
notre nez mouché,
et pas mouché »


avatar


╰☆╮ Avatar : Kaya Scodelario

Ѽ Conte(s) : Aucun


☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4612
✯ Les étoiles : 271




Actuellement dans : « Nous tendons vers toi notre nez mouché, et pas mouché »


________________________________________ Mer 25 Nov 2015 - 22:28




In gods I trust




J’avais vu le visage d’Eavan au-dessus du mien. Je lui avais souris faiblement tandis que je sentais sa main, tel un roc, me soutenir, moi, pauvre cerf-volant au milieu de la tempête. J’avais senti son pouce effleurer ma joue avec douceur, j’avais entendu de loin, très loin, son invitation au sommeil, j’avais cligné des yeux plusieurs fois et tout était devenu noir.

J’avais fini par me réveiller sans aucune notion du temps. Quelle heure était-il ? Depuis combien de temps je dormais là ? Où était Eavan ? Oui… C’était ça la question. OU était Eavan ? Je déglutissais avec difficulté : ma gorge était toujours aussi sèche et je mourrais de soif. Chaque muscle qui s’éveillait m’envoyait un signal de douleur et je grimaçais à plusieurs reprises tandis que je tentais de me redressais en position assise, non sans mal. J’entendis alors des bruits de pas se rapprocher mais j’étais trop faible pour me précipiter vers les barreaux afin de voir ce qui était en train de se passer. Je me contentais alors de relever la tête et mon visage s’anima soudain en voyant Regina apparaître derrière les barreaux, puis dans la cellule. Je ne savais pas si je devais être heureuse de la voir… Etais-je encore en train de rêver ou tout cela était-il bien réel ? Pourtant, tout avais l’amertume de la réalité… Je pouvais m’estimer heureuse de la voir, d’avoir une véritable Maman à mes côtés, quelqu’un qui m’aimait vraiment et tenait à moi, pour surmonter cette épreuve. Mais je ne pouvais m’empêcher de penser que si elle était là, c’était qu’elle était autant en danger que moi et j’aurais mille fois préféré qu’elle ne sache rien… Qu’elle soit en sécurité à Storybrooke… Storybrooke… Mais oui… Tout me revenait… Plus personne n’était en sécurité désormais là-bas… Il fallait que je trouve un moyen de les sauver… tout était de ma faute…

- Maman !

Je la laissais me prendre dans les bras, grimaçant cependant lorsqu’elle me serra un peu trop fort. Je remontais sur son dos, mes bras aussi haut que mes muscles me le permettaient pour l’étreindre à mon tour.

- Je vais bien oui… Enfin, je suis en vie, c’est ce qui faut que je me dise mais j’ai mal partout… Jai subit une explosion, une décharge électrique ou un truc du genre…

Plus elle me posait ses questions et plus je me sentais coupable et stupide. Les larmes au yeux, je commençais à bredouiller des explications :

- Je… Je… Si je leur ai parlé de nous… Mais parce que… Ben… J’avais confiance… Je ne pensais pas… Je ne savais pas…. Je ne comprends pas pourquoi il ne comprend pas que vous n’êtes pas dangereux… Je ne comprends pas pourquoi il a peur de ce qui est différent.

Face à son regard d’incompréhension, je me dis qu’il était temps de m’expliquer un peu plus.

- Le président… Le président des Etats-Unis, c’est de lui que je parle. Parce que… Ben… C’est lui… C’est lui mon père, Eavan l’a retrouvé lui et Sophia… Je pense que Child est son nom de jeune fille… Je sais pas pourquoi je n’ai pas le même nom que Fitzgerald mais… voilà, c’est mes parents…

Je grimaçais, un peu gênée :

- C’est bizarre hein ? Puis ils m’ont demandé comment j’avais vécu toutes ces années alors je leur ai parlé de vous, de Storybrooke, du fait que tu m’avais élevé… Mais visiblement ils savaient tout ça déjà… Ils veulent me guérir parce qu’ils pensent que j’ai été contaminé et puis… y’a cette boîte qui va s’ouvrir toute seule aujourd’hui…. Ils pensent que c’est dangereux et que j’ai le pouvoir de l’ouvrir mais je sais pas comment faire, y’a un code en fait !

C’était complétement incohérent, je balançais tout ce que je savais en ne me souciant pas vraiment de si elle arrivait à me suivre ou pas. C’était sans doute dût au choc… C’était dur d’avoir les idées en place après tout ça !

- Où est Eavan ? Tu l’a vu ? Il était avec moi avant que je m’endorme et maintenant il n’est plus là ? Tu sais où il est ?

Je baissais les yeux vers mes bracelets.

- Ces trucs sont censés canaliser nos pouvoirs mais… Je vois pas comment mon père pourrait maîtriser un truc pareil et sans doute pas les pouvoirs d’une déesse-magique, pas vrai ?

Je tentais de me concentrer. Retenant ma respiration, mon visage devint alors écarlate sous la concentration mais rien ne vint… Ce truc était plus fort que mes propres pouvoirs… comment était-ce possible qu’un humain ai cette capacité ?! Pour soudain, l’illumination à la vue des bracelets de Regina :

- Mais au fait ! Tu es arrivée comment ici toi ? Tu vas bien ? Ils t’ont pas fait de mal hein ? Tu as vu mon père ou ma mère ?

Je l’entendais me raconter son récit peu réjouissant. Elle n’était pas seule… ils étaient venus à plusieurs sur l’invitation de quelqu’un… On avait cherché à les piéger ? Ou on avait vraiment voulu m’aider moi ? Une chose était sûre, on était désormais tous en danger et il fallait sortir de là au plus vite… Il fallait que j’atteigne le poste de commandement afin de débloquer les cellules… rien de sorcier… enfin… SIII en fait... A moi que…

- Héééé ! Fitzgerald ! Tu m’entends ?! Je crois savoir comment l’ouvrir ta boîte !! Ca me revient maintenant !!

Sauf que non, échec total, personne de l’autre côté pour entendre mes demandes… J’aurais essayé au moins… Lorsque soudain, j’entendis des bruits de talons raisonner dans le couloir. Une femme couriait vers nous…

- SOPHIA ?!

Complétement ahurie, je la regardais les yeux ronds tandis qu’elle m’intimait de parler plus doucement. Je la regardais alors se dépêcher d’ouvrir la cellule tout en plissant des yeux. Je ne lui faiais pas confiance, pas une seule seconde. Elle ne m’avait jamais montré un intérêt incroyable depuis mon retour dans sa vie, pourquoi soudainement elle serait une « super-maman » ?! C’était louche tout ça, trop louche… j’étais encore dans une simulation finalement ou un truc du genre ? Elle me demandait de sortir de là, de prendre Regina avec moi et j’hésitais encore quelques secondes avant de bouger de mon lit et de franchir la porte… Quand une alarme se déclencha. Je la fusillais du regard pour cette trahison mais la première dame semblait aussi surprise que nous. Ce n’était pas ma sortie qui avait déclenché ça visiblement, c’était sans doute :

- Les autres ! ça se trouve ils ont fait une grosse bêtise ! Et ils vont pas tarder à rappliquer ! Ils faut qu’on les retrouve et qu’on se tire d’ici ! Sophia !

J’avais dit tout cela en direction de Regina, ma VERITABLE mère, sauf le prénom, que j’avais prononcé en me tournant vers elle :

- Comment on enlève ça ? Tu peux nous les enlever ?!

Visiblement non… Et en plus de ça elle avait entendu Papa dire que c’était dangereux… Super… plus qu’une solution qu’elle nous offrait… Le labo… pour les retirer ? On avait un autre choix que de lui faire confiance ? Pas vraiment à vrai dire et même si ça m’enchantait pas des masses, il fallait bien tester car si elle disait vrai, nous pourrions sans aucun doute aider les autres avec nos deux pouvoirs… Prenant la main de Regina et sans un regard pour la première dame, je lançais :

- Viens !

Avant de me mettre à courir, malgré mon corps meurtri. L’alarme résonnait toujours dans les couleurs, ce qui rendait la concentration d’autant plus difficile… Arrivé à l’angle d’un couloir, je me plaquais contre le mur avec Regina avant de risquer un regard vers l’intérieur du couloir : truffé de garde… super… pas par-là visiblement mais par…

- L’ascenseur !!!

Je lui avais montré du doigt de manière frénétique avant de la tirer vers le bras pour rejoindre l’engin et d’écraser mon doigt plusieurs fois sur le bouton pour qu’il arrive à nous un peu plus vite. Les portes finirent par s’ouvrir et je me ruais à l’intérieur avec ma mère avant que les portes ne se referment. Je poussais alors un grand « ouf » de soulagement :

- T’es prête ? A mon avis on a le comité d’accueil quand on arrive en bas…

On avait déjà eu de la chance de ne pas se faire repérer ni de tomber nez à nez avec un garde, on n’allait pas réitérer notre coup de bol n’est-ce pas ? Ce serait bien trop beau…


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

VITRIOL


Visite l'intérieur de la terre et, en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée | ©️ FRIMELDA

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19802-n-oublie-pas-qui-tu-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20958-once-upon-a-time-alexis-stories

Angus Clydesdale


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Benedict Cumberbatch

Ѽ Conte(s) : Rebelle
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Angus

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 128
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 26 Nov 2015 - 19:30

Angus fut surpris. L’étreinte sur ses mains était étrangement moins lourde. Il n’y avait plus d’entrave. Quelle ne fut pas sa surprise quand il vit que le jeune Kai avait réussi à se défaire de ses menottes. Et à le libérer par la même occasion. Il resta pour autant froid dans sa manière d’exprimer des émotions. Pour autant, ses sentiments commençaient à bouillir à l’intérieur de son cerveau. Il avait beau réfléchir, il ne comprenait nullement la coïncidence qui aurait permit à l’armée américaine de mettre la main sur des habitants de Storybrooke sans savoir à qui ils avaient affaire. Et s’il savait quelque chose ? L’ancien cheval ne tenait qu’à quelques personnes dans la ville. Et si elles disparaissaient ? Et si Merida était… ? Angus se refusa d’envisager cette possibilité. Il tenta de rester calme et posé. Scrutant le garde du regard, il étudia la situation. Kai semblait fatigué de son effort mais si besoin est, il faudra de nouveau faire appel à lui. Et le garde était très proche de sa cellule. Il portait une arme. Angus fut patient et attendit. Il attendit que le garde se retourne. Une minute ? Dix ? Il ne sut combien de temps il était resté ainsi. Mais quand le moment fut venu, il n’hésita pas à attraper le garde à la gorge et à prendre son arme. Il cria ensuite : “Tous à couvert !” Puis il tira trois fois sur ce qu’il pensait être un panneau de contrôle. Les portes s’ouvrirent en un éclair tandis que le panneau crachotait des éclairs.

Angus sortit de sa cellule et assomma d’un seul coup le militaire qui ne sut pas quoi faire dans une telle situation. Sans doute avait-il eu peur d’eux ? L’ancien cheval n’aurait su dire. Il prit de suite la direction d’un couloir tout en aidant Tara et Emma à s’enfuir, les deux jeunes femmes étant toujours entravées. L’adrénaline empêchait Angus sur le moment de paniquer, mais il avait surtout peur de ce que ces gens étaient capables de faire à Storybrooke. Et à Mérida. Il était trop près de la solution pour s’abandonner à la mort. Il tendit l’arme du garde de toute à l’heure à Emma alors qu’ils étaient dans le couloir.
“Vous saurez mieux vous en servir que moi. Il doit encore rester des balles, je ne sais pas combien de fois j’ai tiré.”

La suite ne fut pas des plus relaxantes. Au contraire, la situation empirait. L’alarme venait de sonner. Elle hurlait dans les tympans de l’ancien cheval qui s’efforçait de l’ignorer pour réfléchir. Mais ceci demandait du temps, ce qu’ils n’avaient pas. Un garde fit son entrée et, en un seul geste, tira sur le groupe. Il ne s’agissait nullement de balles. Mais de fléchettes. La pauvre Tara en subit les conséquences, le bras gauche totalement paralysé et pendant comme une queue non rétractile. Angus se mit alors à couvert avec le groupe, tentant toujours de réfléchir pour garder son calme. La tension l’achevait presque. Il voulait des réponses. Entendant les bottes des militaires tapoter le sol de manière vive et violente, l’ancien cheval tenta de ne pas craquer. “Mlle Swan. Vous avez un pistolet. Et vous jeune homme, votre pouvoir surpasse les bracelets. Il faut la jouer fine si on ne veut pas retourner dans nos cellules ou pire encore. Tara, restez en retrait.” Il leur fallait un plan, et vite.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
*
JUST A SMILE... A STRANGE SMILE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t12277-fer-a-cheval-f

Tara Duncan


« Murmure leur
qu'ils floodent trop ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6193
✯ Les étoiles : 8403




Actuellement dans : « Murmure leurqu'ils floodent trop ! »


________________________________________ Ven 27 Nov 2015 - 19:49


In God, we Trust


Et c’est parti pour de nouvelles aventures. Espérons que ce petit endroit soit tout aussi sympa que Disneyland. Ce qui m’étonnerait beaucoup en passant. Quoi qu’il en soit, je m’approche de Regina pour qu’elle nous téléporte de nouveau. Pour cette fois ci, elle ne va surement pas se faire prier. Surtout pour sa fille. Une boule s’installe peu à peu dans mon ventre alors que je redoute ce que l’on risque de trouver. Je ferme les yeux une fraction de seconde, le temps de la téléportation. Lorsque je les ouvre de nouveau, le paysage a bien changé. Un magnifique fort et surtout… des dizaines de personnes armées, pas super accueillante. J’écarquille les yeux en louchant sur une arme presque plus grosse que moi avant que Regina nous pousse dans un lieu plus tranquille. Là, je pense que c’est clair, je ne mets pas un pied là-bas. Qui serait assez suicidaire pour le faire. Je lève les yeux vers Regina, choquée. Elle rigole ? Elle va y aller… Les mains dans les poches. Simplement parce que sa téléportation ne marche pas ?

- Non mais tu rigoles ? Ils vont te tirer une balle entre les deux yeux si tu y vas comme ç… Eh mais attend !

Trop tard, la brune commence déjà son trajet à la vue de tous les tireurs d’élites. Malade. Elle est complètement malade. Il va bien falloir qu’on l’aide. Mais comment ? Je n’ose même pas utiliser ma magie, si quelque chose la fait court-circuiter, je risque de faire plus de dégâts qu’autre chose. Surtout si quelque chose ne marche pas avec celle de l’ancienne méchante reine. Je regarde Regina alors qu’un cri étouffé par ma main m’échappe. La brune s’écrase par terre après un coup de taser. Je me tourne vers les autres, paniquée. Je baisse les yeux vers Kai et Emma, déjà au sol. Si j’avais eu le temps, j’aurai surement crier une nouvelle fois, mais une décharge électrique me coupe, me faisant ressentir chaque nerf de mon corps. La dernière chose que j’aperçois son mes mains, étonnement terne. Sans halo bleue comme habituellement dans ce genre de situation. Enfin, ce genre de situation, je n’en vis pas tous les jours, mais comparé au degré de panique, j’aurai du provoquer quelque chose autour de moi… Ou au moins aveuglé les hommes.

Le trou noir. Un mal de tête, une sensation de froid et d’aveuglement désagréable m’attendent à mon réveil. Je m’assois lentement, le temps de reprendre mes esprits. Disney, Harry Potter, le Vermont… Trop de choses se bousculent dans ma tête. Je lève les yeux pour regarder autour de moi. Une cellule. Je pose mes mains sur les barreaux, en regardant autour de moi. J’ai toujours détesté être enfermé. Mais là, c’est encore pire. Je regarde Kai, encore inconscient et je croise le regard d’Angus. Je le fixe, inquiète et incrédule. Il n’a pas plus de réponses pour moi. Je me tourne vers Kai qui se réveille. Il a l’air dans le même état que moi. Emma est réveillée elle aussi, et tout aussi mal en point. Je fixe ensuite les bracelets, me demandant comment ils ont atterris là. Je tente de les retirer, en forçant de toutes mes forces, puis en essayant d’utiliser ma magie. Rien ne se passe, absolument rien. Un sourire me monte aux lèvres. Chic ! Je n’explose plus ! C’est pas une nouvelle géniale ça ?!

Comme par hasard, ça n’arrive pas au bon moment. Alors que je tente par tous les moyens possibles et imaginables de retirer ces foutus bracelet de fer, je lève les yeux vers Kai qui vient de déverrouiller ses menotes. Incrédule, je m’approche de lui, malgré le fait que des barreaux nous séparent.

- Comment t’as fait ? Tu peux enlever les bracelets aussi ?

Chuchotais-je pour éviter d’attirer l’attention des gardes. Mais Angus a l’air de les occuper tout autrement. Il saute sur l’un d’entre eux pour attraper son arme et tirer dans le mécanisme des cellules. Les portes s’ouvrent alors que j’en sors en courant pour rejoindre les autres. Il faut absolument qu’on se dépêche avant que les renforts arrivent. Il tendit l’arme à Emma, ce qui me soulagea légèrement. Au moins, elle avait une arme et savait s’en servir, ce ne serait que bénéfique pour nous. L’alarme se mit à hurler, attirant d’autres gardes. Alors que nous nous précipitons vers un mur pour nous protéger, les premiers arrivent. Une première, puis une deuxième fléchette s’enfoncent dans mon bras gauche. Un cri de douleur m’échappa avant que celle-ci ne s’estompe aussi vite. Comme la sensation d’avoir un bras. Une fois derrière le mur, choquée, j’appuie sur mon bras plusieurs fois sans ressentir la moindre chose. Je lève des yeux paniqué vers les autres.

- J’ai plus de bras….

Les neurones de mon cerveau ont du mal à se connecter, je souffle avant de reprendre.

- Je peux plus bouger mon bras… Je le sens plus du tout…

Bon, d’accord, dans la situation, c’est un peu ridicule… Mais mon bras gauche ! Il pourrait encore me servir ! C’était horrible. Voyons le positif, ça aurait très bien pu être une balle. Déjà blessé, je me mets en retrait pour analyser la situation et laisser mes trois autres compatriotes gérer la situation. Je regarde autour de moi un échappatoire avant de poser les yeux sur une trappe d’aération. Notre porte de sortie ! Je me penche discrètement pour voir ou sont les gardes avant de rapidement me mettre debout. Ils arrivent, et de plus en plus nombreux. J’interpelle les trois autres en montrant de ma main valide la bouche d’aération.

- Là ! On peut partir par-là !

Je pousse Angus au niveau du mur avant de lui monter dessus.

- Bouge pas, je l’ouvre et j’essaie d’y rentrer. Les blessés et handicapé de guerre en premier !


Je pose mon pied dans ses mains, puis sur ses épaules, ce qui n’était pas nécessaire en soit vu la hauteur, mais comme ça, j’étais sûre d’être stable. Lui était surement assez grand… Mais peut-être pas assez musclé pour arriver à rentrer dans la bouche tout seul. J’enlève la grille, la posant à l’intérieur.

- La voie est libre c’est bon !

J’entends les bruits de pas se rapprocher, si on continue comme ça, on ne pourra jamais y rentrer tous sans attirer l’attention. Je fais demi-tour, difficilement avant de regarder les autres.

- Ils sont loin ? S’ils approchent, ils vont savoir par où on est passé… Emma tu peux tuer les premiers ? Je ne sais pas, ou quelqu’un de valide peut faire diversion ? Il y a surement d’autres bouches d’aérations !

C’était horrible de se dire que l’on devait laisser quelqu’un derrière nous. Mais… Non, je ne pouvais pas m’y résoudre. Il y avait bien un autre moyen de passer, une autre bouche, une trappe. On ne pouvait pas laisser quelqu’un derrière. S’ils sont assez loin, peut être que nous avons une chance de nous en sortir sans qu’ils nous voient.

- Vite, vite, montez ! Quelqu’un trouve un autre endroit pour fuir en cas de pépin ? Parce que là-dedans, ça va être dur de les semer !

Les bruits de pas se rapprochent dangereusement. Je souffle un bon coup en regardant Emma. Il faut faire diversion. Il faut avoir le temps que tout le monde monte. Je la regarde en désignant le pistolet.

- Ouvre le feu, il faut les ralentir pour qu’on ait tous le temps de monter… Vide le chargeur, de toute manière, on en aura pas besoin morte !

Je tends la main au prochain pour l’aider à monter, je recule pour lui laisser de la place alors que j’entends des coups de feu retentirent. Les bruits de pas s’arrêtent progressivement, le temps que tout le monde monte. Les coups de feu s’arrêtent aussi et Emma monte en dernière. Je regarde la trappe avant de reprendre la parole en chuchotant.

- Referme, ils ne sauront pas par où on est passé comme ça. Ou ça nous laissera le temps de mettre de la distance entre nous.

Je me retourne… Ce qui, dans un petit conduit comme ça est presque impossible, puis commence à avancer doucement. Le quatre pattes avec un bras en moins, c’est très très compliqué je vous assure. Je me retrouve à pousser sur mes jambes pour faire glisser mon bras doigt et ne pas trop faire de bruit. Certes, ce n’est pas très rapide, mais au moins, on ne fait pas de bruit. Je m’arrête brusquement alors que le chemin se divise en deux. Je sens quelqu’un me rentrer dans les fesses en ronchonnant.

- Roooh, attention derrière !

Râlais-je en chuchotant. Je me retourne, pensant prendre appuis sur mon bras gauche. Ce dernier se dérobe sous mon poids et m’éclate la tête contre le fer de la bouche d’aération en grimaçant. Génial, la discrétion, le maître mot. Je me relève difficilement grâce à mon bras droit avant de me remettre à réfléchir, fixant les deux chemins devant moi. Un descend, en mode toboggan, l’autre… N’a rien de particulier. Il continue sa route, surement vers le bureau du président. J’avoue que l’idée de retrouver le président ne m’enchante pas plus que cela. Surtout qu’il nous manque Regina. Ah mais oui ! Regina ! Elle n’est plus avec nous. Sous le stress et la rapidité des évènements, je l’avais complètement oublié. Elle a peut être retrouvé sa fille… Dans tous les cas, il faut la retrouver avant d’agir. Et puis… Qu’est-ce qu’on pourrait faire face au président ? A part se faire taser.

- Bon, y’a deux choix… Dont un toboggan. Ça vous tente ? Faut bien faire un choix, et puis, on doit retrouver Regina, personnellement, je n’ai pas envie de trouver le président maintenant.

En fait, le choix n’est pas vraiment motivé, mais je pense que tout le monde est d’accord sur le fait qu’avant de faire des bêtises et de faire du bruit en passant au-dessus de la tête du président, autant essayer les autres options. Et puis, y aller aussi démuni… Non, tout me porte à croire qu’il ne faut surtout pas commencer par se diriger vers la menace première. Le toboggan, c’est la meilleure solution. Je m’assoie donc difficilement, en courbant la tête pour rentrer, laissant mes jambes descendre vers le vide.

- Bon… Je suppose que je dois ouvrir le bal… Attendez avant de descendre, je vous dis si la voie est libre.

Je prends une bonne inspiration avant de me laisser glisser, tout en bouchant mon nez. Sait-on jamais qu’on finisse dans de l’eau ou autre liquide, au moins je serai prête. Je ferme aussi les yeux, tant qu’à faire, si je meurs, je mourrais sans avoir d’horribles visions. Et puis, c’est plus rassurant. Ou pas.

Je me laisse glisser, quelques secondes avant de rouvrir les yeux. C’est… Plus long que prévu. J’aurai peut-être mieux fait de ne pas les ouvrir. Je vois une grille se rapproche de moi à une vitesse hallucinante. Je me mets en boule, priant pour la faire céder et non m’écrabouiller dessus. Le choc me fait me mordre l’intérieur de la joue, mais la grille cède tout de même, me laissant continuer ma chute, légèrement moins rapide. J’avale difficilement le sang qui commence à couler, gardant les yeux fermés pour finir par… Une chute plutôt confortable. J’ouvre les yeux, fixant le matelas venant de me réceptionner tout en douceur. Parfait, la grille n’était qu’un mauvais souvenir. Le bruit de la grille a dû les alerté puisque j’entends un petit « Tout va bien ? » lointain. Je descends du matelas en me frottant les fesses.

- C’est bon, j’ai dégagé le passage, vous pouvez descendre, rien de dangereux.

Je me tourne vers la salle avant de soupirer.

- Génial, une nouvelle cellule, ça faisait longtemps.

Une cellule d’ailleurs bien plus grande que ce que je pouvais imaginer. Une cinquantaine de lit disposé à côté des uns et des autres en plusieurs rangées égales, certains avec une couverture dessus, d’autre sans. L’éclairage grésille, me donnant un mal de tête pas possible. Je me tourne vers les autres, un air interrogateur.

- Je me demande où est-ce qu’on a pu atterrir…

D’un pas lent, je me dirige vers la porte de la cellule. Cette dernière n’a pas l’air d’être occupée, peut être que la porte n’est pas verrouillée.

- Priez pour que ce ne soit pas verrouillé… Les cellules, ça finit par être lassant.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Un noël pas comme les autres...
Hope is the little voice you hear whisper "maybe" when it seems the entire world is shouting "no !"


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Regina Mills


« Le Brocolis
c'est exquis ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Lana Parrilla / Malina Wessman

Ѽ Conte(s) : Blanche Neige et les Sept Nains ✦ Rumplestiltskin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Méchante Reine ✵ La petite fille du Meunier

✓ Métier : Mère Maquerelle de La Maison Rose


☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6395
✯ Les étoiles : 812




Actuellement dans : « Le Brocolisc'est exquis ! »


________________________________________ Sam 28 Nov 2015 - 14:07



Les Chevaliers de l'Ordre


Malgré tout ce que je venais de vivre, j’étais contente de revoir Alexis, et lorsque j’arriva dans la cellule, je la pris dans mes bras, heureuse de la sentir en vie, près de moi. Je la serra contre moi, évitant tout de même de lui faire mal et je lui demanda si tout allait bien et elle m’énonça que oui et ajouta qu’elle avait subi une décharge électrique ou une explosion, j’arqua les sourcils, consciente que je n’étais pas la seule à avoir subi quelque chose de bizarre. Je demanda à ma fille si elle avait parlé de nous à toutes ces personnes, si elle leur avait dit qui nous étions et si elle leur avait parlé de Storybrooke :

« Que…Que veut tu dire ? »

Alexis m’expliqua alors en détail ce qu’elle voulait dire vu que je la regardais avec une certaine incompréhension. Elle m’expliqua que son père était le Président des Etat Unis, elle me parla d’une certaine Sophia et finit par me dire que c’était ses parents biologiques. Je lui fis un léger sourire et la jeune femme continua de m’expliquer que le Président avait peur de nous, de Storybrooke, qu’il avait trouvé une drôle de boîte, qu’il voulait guérir Alexis parce qu’il pensait qu’elle avait été contaminé, et qu’elle était la seule à pouvoir ouvrir la boîte mais que y’avais un code. Je dois avouer que je ne comprenais pas tout mais lorsqu’elle parla de la boîte, cela me parut quelque peu suspect, une boîte qui leur faisait peur ? Une boîte avec un code ? Je me mordis la lèvre :

« D’accord…Il est temps de remettre les choses en place alors ! » lui dis-je avec un léger sourire « Prouvons leur que nous ne sommes pas des monstres, prouvons leur juste qu’il ne faut pas jouer avec le feu car on finit par se brûler. »

Finalement, elle me parla d’Eavan, elle essaya de savoir si je l’avais vu mais alors que j’allais lui répondre, elle commença à parler des bracelets, je posa mon regard sur les siens avant qu’elle m’explique qu’ils étaient un moyen pour stopper nos pouvoirs mais qu’elle doutait comment son père pouvait contrôler tout ça :

« Oui c’est vrai que c’est étrange qu’il puisse réussir à stopper nos pouvoirs…Mais je me demande si c’est vraiment ton père qui est à l’origine de tout ça…Enfin des bracelets je veux dire… »

Puis finalement, son attention se ramena sur mes bracelets et elle me demanda comment j’étais arrivée là, si j’allais bien … Je lui expliqua donc qu’on était plusieurs à être venue, qu’on était allés à Disneyworld et qu’on était arrivés ensuite ici. Puis les choses allèrent plus rapidement que je ne le croyais, je me leva à la suite d’Alexis et entendit des bruits de talons dans le couloir avant de voir une jeune femme nous faire face et vu le prénom que venait de dire Alexis, c’était sa mère biologique. Je leva les yeux et la regarda avant de la voir essayer d’ouvrir la porte de notre cellule, ce qu’elle finis par réussir et nous sortâmes donc toutes les deux de la cellule avant qu’une alarme ne s’enclenche. Je tourna le regard vers la première dame avant de comprendre qu’elle n’y étais pour rien et que les autres avaient sans doute fait une connerie.

Alexis demanda à Sophia si elle pouvait nous enlever nos bracelets. Cette dernière nous expliqua qu’elle ne pouvait pas et qu’en plus, le Président lui avait dit qu’ils étaient dangereux, ok vachement rassurant. Cette dernière nous proposa le labo pour les enlever, quoi de mieux que lui faire confiance ? Avec l’alarme, les gardes allaient rapidement tous rappliquer. Je pris la main d’Alexis et la suivit donc en courant, tandis que nous étions suivies par la Première Dame mais apparemment, le couloir n’était pas le meilleur moyen, on se plaqua contre le mur avant qu’Alexis ne trouve le moyen de l’ascenseur. Pas toujours la bonne idée dans ce genre de situation mais le seul moyen de leur échapper…

Alexis me tira par le bras pour la suivre et on arriva rapidement jusqu’à l’ascenseur, elle appuya comme une dingue sur le bouton pour qu’il arrive plus vite et une fois les portes ouvertes, on se rua à l’intérieur avant qu’elles ne se referment, nous séparant de la Première Dame. Je posa mon regard sur Alexis et respira longuement :

« Ou peut être qu’on aura la chance de s’en sortir indemne, encore… »

Il fallait que je lui parle d’Eavan, elle m’avait posé la question, je lui avais pas répondu. Le temps que l’ascenseur se rouvre, je soupira longuement et répondit finalement :

« Lexie, avant qu’ils ne m’amènent dans ta cellule, je me suis réveillée dans un laboratoire ou un truc du genre, mais peu de temps avant, j’étais dans le désert avec Eavan, y’avait un homme en costume cravate qui avait l’air vraiment coincé qui s’en est pris à nous puis après il m’a tirée dans le bras mais la seconde d’après j’avais plus rien, il a fait apparaître une arme dans ma main et m’a demandé de tirer sur Eavan mais j’ai refusé alors il lui a tiré dessus et il est tombé sur le sol inconscient avant qu’il ne me demande si c’était moi qui avait crée Storybrooke et je lui ai répondu que oui avant de sentir une décharge et de me réveiller dans le labo, ils m’ont détachée et m’ont amenée jusqu’à ta cellule mais j’ai pu voir qu’Eavan était aussi inconscient sur une table et que la sonde reliée à son cœur faisait une ligne droite, je ne sais pas comment il va, la dernière fois que je l’ai vu, il était inconscient mais je suis sûre qu’il va s’en sortir… »

J’avais dit tout cela en manquant de m’étouffer vu que je n’avais pas repris ma respiration et posa un regard maternel sur Alexis avant que les portes ne s’ouvrent et qu’on ne fasse face à un couloir. Je tourna le regard vers ma fille avant d’hausser les épaules :

« Bon au moins, on a pas le comité d’accueil comme quoi c’est toujours mieux de descendre que de monter…Allez viens. »

Je l’a pris par la main avant qu’on avance dans le couloir et qu’on ne se retrouve face à une porte du même genre que les porte de salle de bain, vous savez, celles où on voient rien là ben c’était exactement le même genre… Je pose ma main sur la poignée, de toute façon autant l’ouvrir plutôt que de rester là sans rien faire puis les chuchotements que j’entendais derrière m’intriguais. Je soupira longuement avant de bouger la poignée et d’ouvrir la porte avant qu’on ne se retrouve face à…

« Tara ? Vous êtes tous là ? »

Je regardais autour de nous, tout le groupe, on était tous dans la même pièce. Alexis referma la porte avant que je ne les regarde :

« Je dois avouer que je suis vraiment contente de vous revoir et euhm…j’ai retrouvé Alexis. »

Je regarda autour de nous avant de me rendre que y’avais au moins une cinquantaine de lit dans la pièce où nous étions, j’arqua un sourcil et posa mon regard sur les poignets de tout le monde et remarqua que niveau bracelets trop moche, on faisait tous la paire. Soupirant, j’essayais de comprendre ce qu’il se passait :

« Comment vous êtes arrivés là ? C’est vous qui avez déclenché l’alarme ? »

Mais alors que je pose mon regard sur tous les lits avec les couvertures, j’entends soudainement des bruits étranges, des bruits qui ne viennent pas de nous mais bien des lits. Je m’approche tout en restant quelque peu en retrait avant de lever la couverture et de me retenir d’hurler, je recula légèrement et me rendis rapidement compte que les autres m’avaient rejointe. Je me retins de partir en courant en voyant l’homme qui se cachait en dessous de la couverture, ses oreilles pendait dangereusement, son nez était totalement déformé, ses bras étaient totalement affaisés et il hurlait mais il n’avait plus de bouche pour se faire entendre. Je serrais la main d’Alexis dans la mienne. Un autre bruit se fait entendre au loin, puis un autre, on se croirait dans un mauvais film d’horreur. Je regarde les autres et me recule légèrement avant de les regarder tandis que les bruit continuaient, je me dirigea vers un autre lit et souleva la couverture avant d’en voir un autre totalement déformé, il lui manquait une oreille, son nez était totalement tordu, ses yeux étaient étrange et il hurlait mais on ne pouvais pas l’entendre non plus vu qu’il n’avait plus de bouche et l’un d’entre nous souleva une autre couverture pour en trouver un autre. Je me recula, suivit rapidement par les autres, tant qu’on n’était pas trop proche des lits, ça allait.

Je tourna les yeux vers la porte mais compris qu’on ne pouvait pas faire marche arrière parce que les gardes étaient sans doute déjà dans l’ascenseur. Les gémissements devenaient presque effrayants :

« Si quelqu’un à une solution je suis preneuse parce que je crois que…Je crois qu’on les as réveillés… On doit trouvé un moyen de sortir d’ici, je resterais pas ici une minute de plus ! »
© TITANIA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Long live... badass Regina ?
« Chez les Mills, la badassitude, c'est de famille » by Wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t51403-regina-on-ne-nait-pas-mauvais-on-le-deviens#487677

Emma Swan


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jennifer Morrison

Ѽ Conte(s) : Once upon a time
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la fille de Blanche et Charmant

☞ Surnom : Marjo
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3140
✯ Les étoiles : 1680




Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Dim 29 Nov 2015 - 18:11


Les chevaliers de l'ordre

Feat Alexis,Eavan,Tara,Regina,Kai & Angus
Du bruit venant de la cellule de Kai me fit tourner la tête dans sa direction,il semblerais que les bracelets ne bloquais en aucun cas les pouvoirs de ce jeune homme car il pu se libérer et faire de même avec les bracelets d'Angus,je l'observais assez stupéfaite,me demandant quel genre de magie il pouvait bien utiliser pour que cela puisse fonctionner,en tout les cas il semblait bien fatigué après cette effort,alors il ne fallait pas compter sur lui pour me libérer moi et Tara.Il y eu encore du mouvement et tout d'un coup Angus cria et un coup de feu retentis,je m'étais recroqueviller dans un coin de ma cellule,un bruit de porte qui s'ouvre me fit lever la tête et je remarquais que les portes de toute les cellules étaient ouverte,ni une ni deux je me relevais pour sortir avant que les gardes ne se rendent compte que les portes étaient ouverte."Merci."Disais-je a l'adresse d'Angus avant de récupérer le pistolet que je gardais en main au cas ou j'aurais besoin de m'en servir.

Une alarme stridente ce déclencha,j'affichais une grimace de douleur a cause du volume avant de me planquer avec le reste du groupe quand les gardes finirent par débarquer pour savoir se qu'il c'était passer.J'entendais Tara nous dire qu'elle ne pouvait plus sentir son bras,il semblerais que les fléchettes tirer soit paralysante,au moins ils n'avaient aucune envie de nous tuer pour le moment,se qui n'avait rien de rassurant soit dit en passant.Je me précipitais en direction de la bouche d'aération avec les trois autres ,vue que Regina ne semblais pas être avec nous,avant de pointer mon arme en direction des gardes qui semblait avancer dans notre direction,croisant les doigts pour que les autres grimpes le plus rapidement possible,je n'avais aucune envie de tuer qui que se soit sauf si je n'avais vraiment pas le choix.

Et je n'eut pas le choix car les gardes se rapprochèrent rapidement,je tirais dans leur direction pour les ralentir tandis que les autres grimpais a l'intérieur de la bouche d'aération,je fut la dernière a monter,fermant la grilles quand Tara me l'indiqua avant de pivoter sur moi même,non sans difficulté,avant de commencer a avancer le plus doucement possible,avant de me stopper quand les autres arrêtèrent de bouger,je tentais de lever la tête pour voir se qu'il se passait,mais dans un si petit conduit se n'était pas simple,alors je tendis l'oreille pour écouter se que Tara avait a dire."Le toboggan."Chuchotais-je assez fortement pour que les autres m'entendent.Tara s'élança donc dans le tuyaux qui glissait,avant de nous indiquer que la voix était libre,je laissais donc les hommes passer avant moi,avant de prendre position a mon tour,m'élançant dans le vide,je me retenais le plus possible de ne pas crier ,tellement c'étais rapide.

"Sa ne ressemblais pas a une prison pourtant."Disais-je en regardant autour de moi,il y avais beaucoup de lit autour de nous,sa ne pouvais pas être une prison car les cellules la bas n'étais jamais assez grande pour contenir beaucoup de monde,alors qu'ici on aurait pu mettre beaucoup d'habitant de Storybrooke,si c'étais sa leur plan c'étais assez tordus.La porte s'ouvris,sans même prendre le temps de réfléchir je pointais mon arme en direction de la personne qui l'avais ouverte mais ne tirais pas."Regina ? Alexis ?."Je baissais mon arme avant de la ranger,m'avançant en direction d'Alexis."Tu va bien ?."Demandais-je tout en l'observant de la tête au pied,avant de tourner la tête quand des bruits étrange retentirent.

"Quoi encore ?."

Les lits semblait faire du bruit,se qui était très étranges,m'avançant vers l'un d'eux je soulevais une couverture avant de me reculer,ok je n'avais pas spécialement envie de voir se genre d'horreur."Mais qu'est-ce que c'est que se foutoir ?"Sifflais-je entre mes dents,les poings serrer,qui avait bien pu faire ça et pourquoi ? Avec précaution je soulevais une nouvelle couverture ,observant le matelas,je ne savais pas comment réagir,j'avais presque envie de vomir,mais ce n'étais pas le moment,il fallait qu'on s'en aille,l'homme ou la créature continuais de geindre,j'avançais ma main avant de la déposer sur "lui",il m'attrapa la main avec force,j'avais beau tenter de me dégager,il n'y avait rien a faire,sa force était vraiment impressionnante."Qui êtes vous ?."Il tourna lentement sa tête dans ma direction,prenant se qui semblerais être sa dernière inspiration avant de dire dans un souffle."Em...ma"Je me reculais quand sa main me lâcha le poignet,mes yeux s'agrandirent ,horrifié.

Je me précipitais sur le matelas suivant,retirant la couverture."Comment connaissez vous mon nom?."Mais aucun ne répondit a ma question,a la place ils se mirent tous a prononcer mon nom d'une voix fatiguer,on ne pouvait presque plus s'entendre sous ce concert "d'Emma"."Il y a-t-il une autre sortie ?."Demandais-je avec urgence.""Sauvez vous... Partez... Fuyez... Ne les laissez pas vous prendre..."Je tournais les talons pour regarder les autres,le bruit de l'ascenseur nous indiquaient que les gardes seraient bientôt la,il fallait qu'on se débarrasse des bracelets."Alexis tu veut bien m'aider."J'avais eu une idée,je ne savais pas si sa allait marcher mais autant essayer."On est deux déesse magique,peut être que si on combine nos pouvoir on pourrait faire quelque chose contre ses bracelets,on est plus puissante que de simple sorcière."C'étais la seule solution que j'avais trouver pour qu'on puisse se libérer des bracelets.


Code by Fremione.


Alexis E. Child


« Nous tendons vers toi
notre nez mouché,
et pas mouché »


avatar


╰☆╮ Avatar : Kaya Scodelario

Ѽ Conte(s) : Aucun


☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4612
✯ Les étoiles : 271




Actuellement dans : « Nous tendons vers toi notre nez mouché, et pas mouché »


________________________________________ Dim 29 Nov 2015 - 23:13




In gods I trust




Je m’étais approchée d’Emma, un peu mal à l’aise. Elle voulait qu’on combine nos pouvoirs… J’avais jamais fait ça moi ! Je me souvenais du super travail d’équipe qu’elle avait fait avec Elsa et comme elles avaient à elles deux explosés le dôme que Regina avait créé… C’était grandiose et moi le grandiose, ben c’était pas ma spécialité. La blondinette avait dû sentir mon malaise puisqu’elle m’avait pris les mains avec un sourire engageant. Ok Alex’… tout allait bien se passer. Fallait que je me calme, que je respire et le tour était joué ! Une chaleur agréable s’était alors mise à envahir mon corps et j’avais compris qu’Emma avait activé sa puissance, il était donc temps que je fasse de même. Quelques secondes après, je pouvais observer des flammes qui s’étaient formées tout autour de la main que tenait ma nièce, elles ne me brûlaient pas cependant, me caressait tout au plus. Autour de sa main à elle, on pouvait observer de nombreux petits éclairs bleutés aller et venir, signe que nous étions bien unies l’une à l’autre, bien en communion. Je me forçais à ne pas me déconcentrer, tout en serrant les dents, lorsque je l’entendis enfin, ce bruit de délivrance : clic ! En un instant, nos bracelets s’étaient ouverts et étaient tombés lourdement sur le sol, comme ceux qui des autres dans la pièce. J’amorçais un début de sourire joyeux en direction d’Emma lorsqu’une nouvelle alarme retentit :

- Mais c’est pas vrai, ils vont pas se calmer avec leurs alarmes !


C’était sans doute les bracelets qui avaient déclenchés celles-ci… comme si elles étaient reliées à des capteurs ou comme si… on nous observait. Tout en suivant le fil de ma réaction, j’avais levé les yeux pour finalement rencontrer une caméra de sécurité. La mine renfrognée, je lâchais un éclair dessus et celle-ci explosa instantanément. Je réitérais l’action sur toutes celles que je voyais… Il fallait agir et vite, la cavalerie n’allait pas tarder à arriver. Je ne voulais pas laisser les mutants ici, à leur triste sort… J’avais la désagréable impression que ces gens avaient été normaux à un moment donné et que quelqu’un leur avait fait ça… On ne pouvait pas les laisser là mais comment transporter tout le monde ? C’était impossible. Me précipitant vers l’un deux en tâchant de contenir ma répulsion au mieux, je tentais de hurler par-delà l’alarme :

- Vous êtes qui ? Comment vous êtes arrivés jusque-là ? Et qu’est-ce qu’on vous a fait ?!
- Emma… Emma… Emma…

Ils répétaient tous cela en boucle, comme s’ils avaient bugés ! Il n’y avait rien à en tirer et le temps filait à une allure folle :

- Bon y’a pas d’autre issu alors cachez-vous ! On a nos pouvoirs maintenant alors on va tenter de les prendre par surprise ok ? Dès qu’ils arrivent, on charge et on court dehors ! Compris ? Ceux qui n’ont pas de pouvoir ou de moyen de vous défendre, vous restez bien cachés surtout !


J’eus juste le temps de disparaître derrière un des lits d’hôpital lorsque la porte s’ouvrit à la volée, pour laisser entrer des gardes aux bottes claquantes et aux armes chargées.

- Les mains en l’air ! Sortez immédiatement de vos cachettes !

C’est ça, compte là-dessus et bois de l’eau fraîche ! Je vis alors celui qui venait de parler porter la main à son oreillette. Il demanda alors une confirmation d’ordre et avant de faire un geste à ses copains. C’était maintenant ou jamais :

- MAINTENANT !

PAN !

Je m’étais relevé très vite, tandis que mes compagnons en avaient fait de même pour attaquer. Mes les soldats avaient été plus rapide et s’ils avaient tous fait pour ne viser ni Sophia, ni moi, ce n’était pas le cas des autres…

- EMMA !!!

J’avais hurlé en voyant celle que je considérais comme ma nièce vaciller et se coller contre le mur, le souffle court. Elle venait de se faire toucher par une balle, un peu au-dessus de l’aisselle. S’en était trop. Poussant un cri vengeur et sans vraiment me rendre compte de ce que j’étais en train de faire, je dirigeais mes mains vers les soldats dans un mouvement circulaire. Ma rage était telle que l’éclair en était aveuglant. On ne touchait pas à ma famille, on ne touchait pas à mes amis ! Ces gens venaient de MON monde à MOI, c’était eux qui m’avaient aimé et élevé et il était hors de question qu’un père biologique de mes deux détruise tout ce à quoi je tenais. Ma force de frappe fit s’effondrer tous les gardes d’un coup, paralysés. Mais ce n’était pas eux que je regardais, je m’étais précipité vers Emma, les yeux humides de tristesse et de douleur pour l’aider à se soutenir :

- Ça… ça va aller… ça… ça va aller Emma, je te le promets ! D’accord ? On va sortir de là, on va rentrer à la maison et tout va rentrer dans l’ordre, tu vas voir ! Il faut juste que tu restes consciente, d’accord ? On va y arriver !

Mes larmes s’étaient mises à couler tandis que je parlais de manière saccadées. C’était de ma faute, tout ça c’était de ma faute. Si je n’avais pas été aussi égoïste, si je n’avais pas voulu retrouver mes parents, on en serait pas là à l’heure actuelle, on serait tous heureux, en vie et en bonne santé. Mais ce n’était pas le cas, à cause de moi et à cause de LUI… Mon regard s’était assombri instantanément à cette pensée. J’avais un compte à régler et j’allais le régler ! J’allais lui faire bouffer sa boîte de mes deux ! J’étais pas sa fille, il était pas mon père et désormais, plus rien ne jouait en sa faveur.

- On bouge, ils vont pas tarder à arriver les autres. Aidez-moi !

J’avais commencé à soutenir Emma sous son épaule mais Angus et Kai m’avaient fait comprendre qu’ils s’en chargeaient. C’était sans doute mieux que ce soit les deux hommes qui la soulevaient, non ? Ils auraient sans doute plus de force ? Oui, c’est ce qu’il fallait que je me dise… Je regardais Tara et Regina :

- Ça va vous ?

Ça avait l’air d’aller oui… Ce n’était que la deuxième fois de ma vie que je voyais Tara, la première avait été à Las Vegas… à chaque fois on été dans les pires des situations… elle devait vraiment commencer à penser que je ne devais pas être fréquentable. Mais ce n’était pas le moment d’y penser. Je m’étais mise à avancer d’un pas décidé en passant devant Sophia :

- Tu nous suis ?

Elle avait eu un hochement de tête et j’étais sortie de la pièce sans un regard de plus. Je ne savais pas vraiment si je devais la détester autant que Fitz et pour le moment c’était le cadet de mes soucis. Arrivée dans le couloir, j’explosais les caméras avant de montrer une porte de secours :

- Si on prend l’ascenseur ils vont nous attendre à chaque palier ! On prends les escaliers de secours ! Vous y arriverez les garçons ?

Ils me confirmèrent que oui et j’ouvrais la marche. Je sortais un palier plus loin pour exploser d’autres caméras et… envoyer une décharge contre l’ascenseur. Je l’avais entendu se mettre en marche, il devait être bourré de soldats… autant que ceux-ci restent coincés dans cette boîte métallique non ? Je le chargeais donc en électricité jusqu’à attendre le bruit significatif de la panne et revenait sur mes pas pour retrouver le groupe dans les escaliers. On pouvait se faire la malle maintenant, mais il en était hors de question pour moi. Pourquoi ? Parce que j’avais un compte à régler avec Mister President et parce qu’il restait… Eavan. Mon cœur s’était violemment serré dans ma poitrine lorsque Regina m’avait expliqué ce qu’elle avait vécu avec lui. J’avais senti que je partais, qu’un terrible vertige m’envahissait mais j’étais parvenue à rester forte en me convaincant de l’idée stupide que ce mec était immortel… l ne pouvait pas mourir, pas vrai ? N’empêche que mon géniteur avait eu des bracelets capables de neutraliser nos pouvoirs et qu’Eavan le portait au moment où…

- Il faut que je trouve Eavan.

C’était sorti comme ça, de but en blanc. J’étais venue avec lui, je repartais avec lui, il fallait qu’il reste en vie parce que… parce que je ne voyais pas comment je pouvais survivre à sa perte. C’était très con comme sentiment, ce n’était juste que mon « employé », ma « tête chercheuse » et pas des plus sympathiques mais je m’étais habituée à lui, à son air stoïque… il était le pilier dont j’avais besoin dans ma vie.

- Vous, continuez. Montez ! Regina finira par retrouver l’entièreté de ses pouvoirs et pourra vous téléporter à un moment ou un autre. Emma a besoin de soin ! Continuez ! Moi je vais chercher Eavan et je vous rejoins, d’accord ?
- Je viens avec toi.

Je m’étais arrêtée sur ma lancée pour fixer Sophia, qui venait de parler, avec des yeux ronds. Ce n’était pas une proposition, je n’avais pas vraiment mon mot à dire, ça s’entendait dans sa voix : elle venait et c’était tout. Point. A la ligne. Après quelques secondes de silence à la dévisageait, j’haussais les épaules :

- Ok, on y va !

Je me retournais vers Regina :

- Si tu nous vois pas revenir, tu te téléporte ! PROMETS-LE-MOI !

J’avais élevé la voix en l’entendant protester.

- Je m’en sortirai, je te le promets, mais vous êtes tous en danger, Emma a besoin de soin et Storybrooke est la prochaine cible. On a besoin de vous tous là-bas ! Il me fera pas de mal, j’en suis sûre ! Après tout, aucun des gardes n’a cherché à me tirer dessus ! Il a besoin de moi !

J’appuyais mes paroles d’un regard qui en disait long pour la convaincre. Je serrais ma main dans la sienne quelque secondes avant de souhaiter bonne chance à tout le monde et de sortir au prochain palier, Sophia sur les talons.

- Les espèces de mutants qu’on a vu dans le labo, c’était quoi ? Il faut que tu m’expliques Sophia, s’il te plaît !

Emma : 50%



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

VITRIOL


Visite l'intérieur de la terre et, en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée | ©️ FRIMELDA

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19802-n-oublie-pas-qui-tu-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20958-once-upon-a-time-alexis-stories

Sophia R. Taylor


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : ♠ Bellamy Young

Ѽ Conte(s) : ♠ USA
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ♠ La Première Dame des Etats Unis d'Amérique

☞ Surnom : ♠ Mumu / Sophie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 30 Nov 2015 - 0:49

Chevaliers de l’Ordre
Fitzgerald & Alexis

I have a mind of my own, and i will use it…

Un jeu du chat et de la souris...

C’était ce dans quoi ils étaient tous plongés, comme des pantins sans ficelles attendant juste de savoir à quelle branche s’accrocher. La fourberie, les manipulations, les mensonges et les batailles qui se suivaient sans fin. Ils étaient tous entremêlés qu’ils le veuillent ou non, et ne sachant pas toujours dans quel camp ni pourquoi. Elle était peut-être la seule à le savoir à vrai dire… Le réveil était révélateur. Une fois dans cette pièce aux intonations si froides, une de perdue comme un caneton abandonné sur la rive, et un autre qui se rhabillait sans sourire victorieux, simplement blasé, agacé. Il avait échoué. Elle l’avait laissée passer sans rien ajouter, elle serait raccompagnée dans sa cellule. Avec un pas aussi lourd qu’il paru léger, elle était auprès de lui, une main sur son épaule tandis qu’il réfléchissait. L’esprit… parfois c’était ce qu’il y avait de plus terrifiant.

Alors elle s’était résolue à faire ce qu’il fallait. Désactivant les caméras de sécurités avant de venir ouvrir la cellule. Sophia… Comme c’était étrange prononcé avec cette voix là, comme une partition qui sonnait faux. Et la Reine à qui elle jeta un regard qui voulait tout dire et rien à la fois. Elle avait peut-être perdu cette aptitude, transmettre ses émotions. Le temps paraissait si lointain où elle ne réfléchissait pas avant de sourire ou pleurer. Il fallait croire que certaines choses se perdaient moins on les utilisaient. Courant derrière elles jusqu’à l’ascenseur, et restant en retrait. Ce n’était pas sa place. Une fois à l’intérieur du petit espace confiné, elle remit en place son tailleur en tirant sur les pans de sa veste fermement. Elle récupéra son souffle et calma son rythme cardiaque presque en lui ordonnant simplement. Encore une question d’habitude probablement. L’esprit pouvait parfois être une chose si dangereuse. - A mon avis on a le comité d’accueil quand on arrive en bas… Pas nécessairement. Elle se positionna devant les deux femmes sans leur adresser un regard supplémentaire ni dire un mot, juste devant les portes de l’ascenseur. Personne de censé n’oserai s’en prendre à elle sans demander une confirmation quelconque. Et de toute façon, elle saurait quoi dire pour obtenir ce qu’elle voudrait. Quelques mèches s’étaient échappées de son chignon si bien coiffé, elle n’était pas à ça près. Les couloirs étaient déserts à cet étage, peut-être que les caméras s’étaient réinitialisées… Elle n’était pas à ça près non plus. Si elle avait tout bien calculé, les gardes restants seraient partis à l’opposé. Mais dans ce genre de situation, peut-être que la logique n’entrait plus en ligne de compte.

Les portes s’ouvrirent sur un couloir désert. Elle laissa de nouveau sa place aux deux femmes tandis qu’elles ouvraient la voie. Choisissant d’ouvrir une porte qui ne paraissait pas cacher tant de choses.

Tous les autres étaient là…

Elle resta en retrait silencieuse tandis que les deux déesses usaient de leurs pouvoirs pour se libérer de leurs entraves. Une très bonne chose qu’elles y parviennent, ces objets étaient dangereux et moins elles les porteraient mieux ça serait. Ils étaient en train de se remettre d’aplomb lorsque l’alarme retentit à nouveau. Elle porta instinctivement son regard sur la caméra à côté d’elle. Impénétrable. Elle fut détruite peu après par un éclair violent, qui décima toutes celles présentes dans la salle. Ils seraient là bientôt. Un dernier mouvement sur l’échiquier. Elle se détourna pour voir tout le monde tenter de sortir ou, chercher à comprendre ce qu’étaient, avaient été, ces gens figés sur leurs lits. Une chose de plus qui ne saurait être dite. Pas ici, pas maintenant on tout cas. Elle s’éloigna de la porte, s’accroupissant derrière un chariot d’infirmier, tandis que les gardes arrivés plus rapidement qu’elle ne l’aurait cru entraient en trombe dans la pièce. Comme elle s’en doutait, ils ne cherchèrent même pas à la viser. Elle n’était pas une cible après tout… Elle resta où elle était tendis que les coups de feu retentissaient au dessus d’elle, accompagnés de bruits de métal et d’électricité statique. Un nom presque imploré lui fit lever les yeux pour voir Emma Swan blessée et écroulée au sol en train de perdre son sang. Peut-être qu’elle s’en tirerai, tout dépendrai de là où était allée se loger la balle.

Les gardes furent mis hors d’état de nuire peu après, leur laissant le temps de s’organiser pour faire sortir tout le monde par petit groupes. Elle hocha simplement la tête pour signaler son intention de les suivre. Il n’y avait pas d’autre chemin à suivre après tout. Elle continuait à regarder la porte vide d’activité, et la pièce qu’ils venaient de quitter, tandis qu’ils s’affairaient derrière elle. Elle ne les rejoignit que quelques secondes plus tard dans les escaliers. Elle ne fut pas si surprise lorsque l’homme sans tête vint dans la conversation. Elle se doutait qu’elle ne partirait pas sans lui. Elle s’était faite à cette idée et ce qu’elle impliquait. « Je viens avec toi. » Elle la regardait sans comprendre, trois petits mots pourtant si simples. Et comme elle l’avait dit, il n’y avait pas d’autre chemin à suivre après tout… Que les autres sortent, elle n’avait pas terminé ici. Et elle ne laissait le choix à personne sur la manière dont elle allait agir. Elle la laissa donner les instructions. Elle n’avait pas ce pouvoir sur ces gens là. Avant de s’éloigner sans un regard supplémentaire pour eux. Il n’y avait qu’un seul endroit où aller…

- Les espèces de mutants qu’on a vu dans le labo, c’était quoi ? Il faut que tu m’explique Sophia, s’il te plait ! Elle continua en direction de la salle principale, celle où tout se déroulait le regard fixé devant elle. « Des habitants de Storybrooke. » Oui, ces personnes à l’histoire écrite dans les livres. Lorsqu’ils étaient entrés dans la pièce un peu plus tôt...

Ils étaient tous là

« Les expériences n’ont pas été particulièrement réussies. » Le résultat était flagrant, des échecs à la chaine voilà tout. Elle restait impassible en parlant. Elle n’avait pas le luxe de se permettre d’y réagir d’une façon ou d’une autre. Arrivés devant les portes battantes, elle s’interrompit ; passant une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille ; avant de pousser la porte calmement. Toutes les pièces de l’échiquier étaient place. Fitz accompagné de ses gardes personnels les attendaient et les mirent en joue, tandis que sur une table en métal, l’homme au regard de glace reposait. Le roi, la reine, la tour, le cavalier et les pions… Ne manquait que le fou mais, à vrai dire, il était l’essence même de cet endroit. Un échiquier guidé par un fou tout simplement. La voyant bouger devant elle en direction de l’un ou de l’autre, elle l’interrompit simplement. « Alexis... » Elle s’interrompit instantanément pour la regarder. Peut-être que c’était du au fait qu’elle n’avait pas prononcé son nom bien souvent depuis son arrivée, ou à la manière indéfinissable dont elle l’avait dit. Elle la regarda simplement sans rien ajouter, sans sourire ni gronder comme un chien muselé, simplement… la regarder. Avant de lui indiquer la porte du regard, le dos à leur comité d’accueil. Certaines batailles n’étaient pas faites pour être combattues par n’importe qui. Il y avait deux hommes importants dans cette pièce et elle ne lui autorisait qu’à prendre la seule décision qui s’imposait. Il n’y avait qu’un seul chemin… Elle cligna des yeux…

…Et reporta son attention sur Fitz, s’approchant de lui sans accorder la moindre importance aux armes braquées sur elle, les autres personnes dans la pièce, ou l’alarme en fond sonore. Son regard dans le sien. Tout ça n’avait plus d’importance. Une seule chose était importante…

Code by AMIANTE


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


In God We Trust


Angus Clydesdale


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Benedict Cumberbatch

Ѽ Conte(s) : Rebelle
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Angus

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 128
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 30 Nov 2015 - 22:40

Des conduits d'aération. L'endroit rêvé pour y croiser tout un tas de cochonneries. Seulement, Angus avait totalement oublié ses TOCs sur le moment. Même s'il paraissait très froid au premier abord, des sentiments commençaient à bouillir en lui. De la peur sur le moment. Mais il faisait tout pour garder son calme et se contrôler, même s'il commençait à tapoter sur le mur. Ses TOCs lui revenaient un peu. Pas encore totalement. L'ancien cheval était plongé dans ses réflexions et n'en fut sortit que lorsque qu'une balle faillit le toucher. En un éclair, il se faufila dans les conduits, mais fut vite stoppé par la marche laborieuse à travers les conduits poussiéreux. Tels des vers de terre, chacun tentait tant bien que mal de suivre les militaires, armés jusqu'aux dents. Mais le simple fait qu'ils n'utilisent pas de balles pour les tuer conforta Angus dans l'idée qu'ils tenait à tout prix à les garder. Mais pourquoi ? Pourquoi vouloir les maintenir en vie ? Il s'agissait d'une base militaire où tout intrus était éliminé sans merci. Ceci n'avait donc tout simplement aucun sens.

Lorsque finalement ils sortirent de ce paradis de poussière, Angus put enfin respirer calmement. Mais cela ne l'empêcha pas d'observer une nouvelle fois les alentours. Des lits disposés de manière quadrillée était disposé tout autour d'eux. Seul un large espace coupait le groupe de lits en deux. Etonnament, le silence qui régnait et la vue des draps blancs ne rassurait personne. Regina, accompagnée de la fameuse Alexis et la première dame, firent leur éruption. L'ancien cheval ne nota que le regard froid de la part de cette dernière. Non. Il s'agissait plus que cela. Il s'agissait du regard de quelqu'un ne se permettant aucune réaction trahissant la moindre émotion. Angus venait de trouver quelqu'un à sa mesure. Il déporta son regard sur les lits. La forme donnait l'impression de voir des dizaines de cadavres sous un magnifique drap immaculé. Un mystère qui aurait pu rester secret. Seulement, lorsque Regina prit la décision de voir ce qu'il y avait en dessous, la vérité éclata sans crier gare et prit Angus d'horreur en un instant. Des visages déformés, voulant crier sans le pouvoir. Des êtres que l'on pourrait croire tiré de la fantasmagorie d'un bon écrivain ou peut-être d'un fou.

Ces êtres difformes se réveillèrent de leur long sommeil, tout en révélant les tourments de leur chair meurtrie en criant le nom de la Sauveuse. Une lugubre harmonie qui résonna dans la tête d'Angus tel un chant funèbre. Lorsqu'Alexis et Emma firent sauter leurs bracelets, une pluie d'éclairs fit place, explosant les caméras aux alentours, tandis que l'alarme retentissait comme jamais. Mais ceci ajouta encore plus à l'horreur de l'ancien cheval qui n'arrivait tout simplement pas à décoller l'image des mutants de sa rétine. Les gardes arrivèrent, mais la puissance d'Alexis était telle qu'aucun ne put résister longtemps à la pluie de foudre s'abattant sur eux. Il revint à lui quand il vit Emma Swan, à terre, gisant dans son propre sang. A ce moment, Angus eut le réflexe tout bonnement humain d'aller à son aide. Lui qui prenait toujours soin d'étudier une situation venait de briser cette règle. Il fit signe à Kai de l'aider puis prit la Sauveuse par les épaules.
"Je vous remercie pour tout Mlle Swan. Mais je pense qu'il faudra bientôt mener une contre-attaque." Il prit la direction d'un couloir puis emprunta un escalier de secours sous la direction d'Alexis. Il leur fallait un endroit où trouver des bandages. Et une pince pour retirer la balle si elle était restée. Angus continua de descendre doucement mais sûrement les marches.

Tout ceci lui parut interminable mais il tenu bon. Les images des déformés défilaient sous ses yeux. Il aurait juré en reconnaitre certains. Mais le moment qu'il saisisse l'horreur de la chose, ils furent déjà en bas. Nulle trace de quoi que ce soit pouvant les aider à soigner la sauveuse. Angus prit donc la peine de l'allonger un instant.
"Jeune homme, il est temps de prouver que vous savez vous battre." Sur ces mots, il prit sa chemise et la déchira pour ensuite bander la pauvre Emma. "Kai, vos pouvoirs incluent-ils la guérison ? Ou au moins l'extraction de balle ?" Il fallait se dépêcher avant que des gardes s'amènent pur mieux les rendormir. Voire même les tuer. Surtout après une telle démonstration de force.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
*
JUST A SMILE... A STRANGE SMILE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t12277-fer-a-cheval-f

Fitzgerald Taylor


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : ❥ Tony Goldwin

Ѽ Conte(s) : ❥ USA
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ❥ Le Président des Etats Unis d'Amérique

☞ Surnom : ❥ seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 2 Déc 2015 - 9:29





    J'avais éteins l'écran qui se trouvait devant moi. On pouvait y voir une dernière fois la boite avec toujours le même jour d'affiché dessus. L'heure avait tournée, ça allait être le grand moment. Tout ça n'avait plus d'importance. Sur un autre écran, une caméra de surveillance nous montrait toute la scène de la trahison de ma femme.

    Puis, plusieurs minutes après, ils étaient arrivés par les portes battantes et mes gardes les avaient mis en joue. Quand à moi j'étais toujours assis sur ce fauteuil, un coude appuyé contre le bureau, les yeux perdus dans le vide. J'avais légèrement tourné la tête, sans les regarder et j'avais juste pu apercevoir la main de Sophia retenir... Alexis.

    Elles étaient puissantes, autant qu'on me l'avait dit, peut-être même plus. Les expériences sur les habitants qui avaient quittés la ville ces dernières années n'avaient pas marchés. On n'avait toujours pas la capacité de reproduire leur pouvoir, ni même de le leur retirer. Ils venaient d'un monde étrange qui nous était encore incompréhensible. Ce n'était peut-être juste pas encore le bon moment pour percer leurs mystères. A moins qu'on avait déjà perdu et qu'on ne pouvait rien y changer. Toutes ces années pour se préparer à quelque chose d'inévitable.

    D'un geste de la main j'avais indiqué à mes gardes de baisser leurs armes. Il était inutile de combattre. On pouvait encore entendre l'alarme résonner dans toute la montagne. L'une des vidéos de surveillance indiquée que le groupe était en train de monter vers la surface. J'avais appuyé sur le bouton pour éteindre cet écran et je m'étais levé, boutonnant les boutons de mon veston.

    "Laissez nous." avais-je demandé aux gardes, qui après un regard hésitant et un autre regard de ma part pour leur indiquer qu'il ne s'agissait pas d'une demande, mais d'un ordre, ils avaient quittés les lieux. Il ne restait qu'Alexis, Sophia et cette chose allongée sur la table vers laquelle je m'étais avancé.

    "Je comprend que tu ais tentée de la protéger. La seule chose que je n'arrive pas à saisir c'est pourquoi tu l'as fait sans m'en parler ?"

    Je n'avais pas eu besoin de tourner la tête vers Sophia pour lui faire comprendre que c'était à elle que je m'adressais. Après autant d'années de mariage, il y avait une certaine complicité qui se créée. On pouvait se comprendre sans même ouvrir la bouche. Je pensais pouvoir toujours lui faire confiance. Deux moitiés de la même personne. Mais elle s'était détournée de moi, me poussant à certains choix que j'aurai préféré éviter. Ma main s'était posée sur celle d'Eavan.

    "C'est la troisième fois qu'on le tue aujourd'hui. Il est plus résistant que les autres. Son souffle est lent, mais il récupère vite."

    Je lui avais lâché la main avant de me tourner vers Sophia et Alexis et de dénouer un peu le noeud de ma cravate.

    "Storybrooke est une ville dangereuse. On aurait pu la rayer de la carte il y a des années de cela, mais on a voulu étudier ses habitants. Tenter de comprendre, de leur laisser une chance. Mais à chaque essai, ils se sont toujours montrés plus agressifs, plus dangereux... Ils n'ont aucune pitié. Tu n'en as aucune." avais-je achevé en regardant bien droit dans les yeux la jeune femme.

    "Tout aurait pû être différents avec d'autres choix par le passé. Je n'aurai jamais dû t'abandonner. Mais il est trop tard pour revenir en arrière."

    J'avais observé quelques instants Alexis, sans doute pour la dernière fois, avant de regarder ma femme et de ne porter mon attention que sur elle.

    "La peur nous pousse parfois à faire de mauvais choix. Tu ne m'avais jamais quittée depuis qu'on se connaissait. Cette ville ne prend pas que nos hommes, elle prend aussi nos coeurs."

    "Préparation de l'auto destruction achevée. Destruction totale de l'infrastructure dans 30, 29, 28, 27...

    J'avais déjà enclenché l'auto destruction avant l'arrivée de ma femme et de ma fille. Il fallait au moins cinq minutes pour rejoindre la surface. Il nous en restait une vingtaine de secondes. La peur pouvait nous conduire à bien des choses. Celle là je la voyais comme un moyen de protéger ma famille. On aurait pas à subir ce qui allait arriver demain. On n'avait pas à endurer cela. J'avais déjà servis la nation, j'avais fait mon maximum. Désormais le sort de Storybrooke serait entre les mains de mon successeur.

    "Je t'ai toujours aimé, Sophia. Toujours."

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


“Le prix de la liberté c’est la vigilance éternelle.”

Bientôt dans : Les Chevaliers de l'Ordre


Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 4 sur 5
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

[Fe] Les Chevaliers de l'Ordre - Evénement #51





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Les Etats Unis