« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

-40%
Le deal à ne pas rater :
TOSHIBA 55UA4B63DG – TV LED 4K UHD 55 » à 369,99€
369.99 € 620.54 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
+2
Théophile Lockwood
Dyson R. Parr
6 participants
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage


Dyson R. Parr
« Cours Dydy, cours ! »

Dyson R. Parr

|  Crédits : Eilyam
|  Avatar : Tom Holland

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Sans_t15

|  Métier : Aventurier, super-héros, en contrat de libraire chez Alexis et vendeur de chocolat chez Aster... et surfeur parfois

|  Conte : Les Indestructibles
|  Dans le monde des contes, je suis : Dashiell Robert "Dash" Parr

La coalition se forme pour trouver à Aster son véritable amour
[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 CAFL

|  Autres Personnalités : Icare J. Skellington - Léon Adonis - Ahsoka Tano

|  Statut Social : Célibataire

| Cadavres : 7303



[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 _



________________________________________ Mer 10 Aoû 2022 - 16:12 « Cours Dydy, cours ! »





Disclaimer : La production Disney Asylum RPG a demandé à John Constantine, un PNJ de l'intrigue Super-Justiciers, de vous faire un topo, un rappel ET une présentation pour le RP qui va suivre. Elle n'a alors pas mesuré que Constantine est d'humeur désagréable et n'en a généralement rien à faire des gens. La production s'excuse donc pour le ton un peu agressif que cette introduction pourra porter.
D'ailleurs, Disney interdit tout tabagisme dans ses productions depuis quelques années, mais Constantine a déclaré "je suis de DC Comics, on appartient à la Warner donc je fume si je veux, connard". Nous nous excusons pour l'odeur de cigarette qui se dégarera de cette lecture.


Alors, puisque votre Maître du Jeu tient absolument toujours à relier l'entièreté de l'univers dans chaque histoire tordue qu'il mène sur ce maudit RPG qui, entre nous, n'a absolument plus AUCUN sens depuis des années; je suis bien obligé de prendre le temps de remettre les choses en place pour contextualiser l'histoire.

J'espère juste que ça ira moins loin que Magic League 5, une aventure dans laquelle il a trouvé bon d'inclure une centaine de PNJ issus de comics pour construire une fausse réalité à la con dans laquelle Flèche a perdu ses pouvoirs. Mais au moins Anna a commencé à devenir Batgirl dans cette mission donc on aura pas eu que des râtés.

Au début de l'été 2022, le RP Super-Justiciers #1 a commencé à établir une chronologie qui s'étend de 2019 à de nos jours, donc déjà pour ceux qui veulent rattraper ça commence aussitôt à devenir casse burne, mais on va faire simple.

Lors de la dernière aventure de la Magic League en décembre 2019, nous avons découvert le Dernier Monde des Contes, situé au centre de l'univers enchanté, devenu une poubelle lorsque le nuage du Sort Noir l'a encerclé, sans pouvoir l'emporter dans la malédiction, se transformant plutôt en portails vers tous les mondes possibles. Lors de cette aventure, un enfoiré du nom de Thunderbolt (j'ai oublié son nom civil donc on se contentera de ce surnom de bouffon, sachez juste qu'il avait la tête de Nick Fury mais avec deux yeux) a trahi Dyson et la clique. Avec le pouvoir d'incarner son esprit dans les animaux, il a pris la possession d'un gigantesque dragon blanc en pierre qui protégeait l'Anus de Satan (un portail qui mène vers Storybrooke, j'ai trouvé le nom). Avec ce dragon, il attaqua Storybrooke épaulé d'une armée dont personne ne se souviendra dans les livres d'Histoire, forçant la Magic League a agir au grand jour.

Je vous raconte ça pour contextualiser mais cette guerre on s'en fout. J'ai juste rappelé Thunderbolt parce que c'est un connard qui reviendra dans l'intrigue Super-Justiciers. J'étais pas censé le dire, mais comme personne ne se souvient de ce type, j'ai essayé de reparler de lui subtilement. Bref, allez vous faire foutre les scénaristes.

A la fin de cette guerre, deux choses se sont produites :
Premièrement, je suis arrivé à Storybrooke, avec Ana Keough et Jorgie Howell. Ana Keough est une jeune femme que j'ai protégé longtemps lorsqu'elle était prisonnière des Arènes du Dernier Monde (j'vais pas expliquer, fallait être là en 2019). Dotée de pouvoirs surprenants, elle était arrivée là après avoir détruit son monde, mais on y reviendra. Jorgie Howell était un jeune garçon quand il est arrivé sur le Dernier Monde. Je l'ai adopté.

Ouais, John Constantine est devenu père adoptif. J'vous emmerde.

Deuxièmement, la Magic League s'est servie des restes de la Malédiction autour du Dernier Monde pour donner forme humaine au Dragon-Thunderbolt (comme le Sort transforme parfois les animaux en humains, vous avez compris, merci). Je reparle évidemment de ce bouffon parce que ça aussi c'est un indice subtil que vous êtes censés garder en mémoire sans que je vous le dise. Et aussi pour dire que cette histoire de Cendres, personne la connaissait alors que ce jour là, vous les avez utilisé, bande de débiles. On en reparlera dans le RP, je suppose.

Depuis 2019, on essaye de s'intégrer. J'ai pas eu de mal, je fais ma vie. Mon fils, Jorgie, non plus. Adorable, généreux, sociable. Ana par contre, toujours hantée par les démons de son passé, est beaucoup plus réservée. Mais une bande a fini par se former. Lisa, la tarée de la Magic League qui est amie avec Dyson. Dyson, donc. Louie, le connard de mafieux qui tient un casino, il sert pas à grand chose dans l'intrigue mais on le verra quand même parfois. Jorgie, Ana et moi. On se voyait souvent, parfois au casino de l'autre con. Jorgie et Dyson ont fini par sortir ensemble. Ils étaient vraiment amoureux.

Quand à l'été 2021 Jorgie s'est fait tuer, ça a brisé toute cette dynamique idyllique. On a pas su pendant longtemps qui a fait ça. En revanche, tout le groupe, ainsi que quelques autres amis de Jorgie, ont couvert Ana qui n'avait étrangement pas d'alibi. Mais le shériff Jessie a fini par l'arrêter six mois plus tard à cause de preuves trop lourdes contre elle. Elle s'est enfui.

Et encore quelques mois plus tard, quelques proches de Jorgie ont disparu à leur tour. Ils se sont retrouvés enfermés dans une fausse réalité, une ville du nom de Bleak River, gouvernée par Ana. Malgré leur amnésie, le groupe s'est réuni à l'aide des hommes mystérieux de la Cour des Hiboux dans laquelle se trouvait une version de Jorgie. Leur cheffe, la femme en violet sur la bannière stupide en haut de ce texte, a parfois engueulé ce Jorgie pour se montrer trop familier envers ce fameux groupe, et surtout envers Dyson.

Mais il leur a quand même dit la vérité. Qu'ils viennent tous de Storybrooke et que leurs identités sont complètement fausses. Dyson et Anna (avec deux N, la rouquine de La Reine des Neige, pas l'autre Ana) ont été approchés par cette Cour des Hiboux et leur Ergot (un homme-hiboux étrange) pour devenir respectivement l'Aile de la Nuit et leur Chauve-Souris. Nightwing et Batgirl, quelle coincidence. Ces bouffons s'appelaient Henry Junior Robinson et Joan Infantino dans cette réalité merdique.

Avec leur groupe, ils ont donc affrontés Ana avant de se souvenir d'elle à leur libération, réalisant qu'elle ne voulait probablement pas les torturer dans sa fausse réalité. Les révélations étaient quand même choquantes : Ana n'a jamais créée la Cour des Hiboux dans cette fausse réalité. C'est une véritable Cour qui a envahi son monde, autrefois. Et Jorgie... Et bien Jorgie était réel aussi. Il n'a pas été assassiné.

Ce monde convoité par la Cour des Hiboux est un Monde Vierge, comme l'a expliqué Doctor Fate, un type au casque doré qui guide les Idées. Les Mondes Vierges sont des mondes entièrement blancs, vides, jusqu'à ce que des Idées y naissent, y prennent vie, et donnent forme à ce monde. Ana en était une, sur son monde, et lorsque les Idées foireuses qu'était la Cour des Hiboux ont commencé à foutre la merde chez elle, ses pouvoirs se sont emballés, et elle a tout effacé, tout détruit, avant d'être aspirée dans le Dernier Monde. (Dernier Monde qui, au passage, s'est révélé être également un Monde Vierge au départ).

Manifestement, la Cour des Hiboux n'a pas été éffacée. Mais pourquoi ils ont fait tout ça ? C'est à cause d'eux qu'Ana a été accusée du faux meutre de Jorgie, pour la pousser à revenir dans son monde et créer Bleak River. Et pourtant, ils y ont emmené Dyson, Anna et les autres pour les aider à détruire Bleak River.

Tout ça, c'était pour les Cendres. Mais ça, je l'expliquerai plus tard, démerdez vous. Au pire, vous avez lu le synopsis dans le sujet de flood donc vous en avez une idée. Sinon, fermez vos gueules et attendez. Pour patienter, voilà les nouveaux bouffons qui vont découvrir ce que sont les Cendres.


[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 SJ2banni-re-Anna

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 SJ2banni-re-Dyson

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 SJ2banni-re-Honey

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 SJ2banni-re-Pitch

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 SJ2banni-re-Th-ophile

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 SJ2banni-re-Violette

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Signature-Dyson
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91249-termine-de-retour-en- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91319-dyson-walters-fleche-parr-dyson-parr-dashiell-parr-tu-m-as-connu-sous-quel-nom#1316130 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91319-dyson-walters-fleche-parr-dyson-parr-dashiell-parr-tu-m-as-connu-sous-quel-nom#1316130


Dyson R. Parr
« Cours Dydy, cours ! »

Dyson R. Parr

|  Crédits : Eilyam
|  Avatar : Tom Holland

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Sans_t15

|  Métier : Aventurier, super-héros, en contrat de libraire chez Alexis et vendeur de chocolat chez Aster... et surfeur parfois

|  Conte : Les Indestructibles
|  Dans le monde des contes, je suis : Dashiell Robert "Dash" Parr

La coalition se forme pour trouver à Aster son véritable amour
[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 CAFL

|  Autres Personnalités : Icare J. Skellington - Léon Adonis - Ahsoka Tano

|  Statut Social : Célibataire

| Cadavres : 7303



[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 _



________________________________________ Mer 10 Aoû 2022 - 23:37 « Cours Dydy, cours ! »





Il y a bien longtemps, dans un monde inconnu

Le Professeur monta doucement les marches de la bibliothèque. Lentement, selon ce que son pauvre corps douloureux et fatigué lui permettait. Son invité se précipita à ses côtés.

Professeur, ne vous fatiguez pas, dîtes moi ce que je dois chercher, je vous l'apporterai ! S'inquiéta-t-il.

Le plus âgé repoussa sa main poliement. Mon grand, lorsque je ne pourrai plus accéder à mes propres registres, c'est que je serai mort.

Le jeune homme n'insista pas, n'osant pas manquer de respect à la grande et honorable personne qu'était le Professeur. Il n'était même pas certain qu'il puisse mourir, d'ailleurs. Sa sagesse et son histoire donnait au monde l'impression qu'il était éternel. Cela dit, les signes de fatigue qu'il montrait l'inquiétait tout de même.

Ils arrivèrent en haut des escaliers, et marchèrent silencieusement quelques longues minutes entre les nombreuses étagères remplies d'ouvrages en tout genre. Le Professeur s'engouffra dans une des dernières allées, qui traitaient des légendes et de la magie.

Un de mes amis de longues dates, John Constantine, m'a un jour parlé d'un homme qui pourrait peut être répondre à tes questions, dit-il enfin, perçant le silence alors qu'il retirait un vieux livre noir de l'étagère.

John Constantine, le sorcier rebelle des Arènes du Dernier Monde ? Demanda le jeune homme, étonné que le Professeur cite un tel homme parmi ses amis.

Le Professeur eut un sourire amusé en croisant son regard. John Constantine ne fréquente pas que des créatures magiques. Il a tendance a avoir contacts avec de grandes personnes. Cela veut sans doute dire que j'en suis une également.

Evidemment pensa son invité. Il retint sa pensée et baissa les yeux vers son livre. Le Professeur l'ouvrit et le feuilleta jusqu'à s'arrêter sur l'image d'un château qui semblait issu d'une histoire d'héroic fantasy.

Es-tu familier avec le rêve conscient, mon garçon ? Demanda-t-il.

Il réfléchit un instant avant de répondre. C'est une pratique ouverte à tout le monde avec un peu d'entrainement il me semble, elle n'a rien de magique, se rappela-t-il alors, intrigué. Si on s'entraîne, en quelques mois nous pouvons savoir que nous rêvons, sans se réveiller, et prendre le contrôle de ce rêve. On m'a raconté quelques tests à faire. Essayer de regarder l'heure qui n'est jamais la même, d'observer ses mains qui n'auront pas le bon nombre de doigts, essayer de lire car c'est impossible en rêve...

John disait qu'avec encore plus d'entrainement, pour les personnes comme nous, il est même possible de prendre tellement contrôle de ses rêves qu'on peut briser les murs de son propre espace pour atteindre le château d'où les songes proviennent, expliqua le Professeur en pointant l'image dans le livre.

Le garçon ne répondit pas, regardant l'image, fasciné et surpris.

Retiens bien cette image avant de t'endormir. Pense au château jusqu'à ce que ton corps se repose enfin. Et alors, selon Constantine, peut être auras-tu le droit d'arriver jusqu'à lui.

"Lui", Professeur ? Demanda-t-il en levant les yeux vers lui.

Tu sauras lorsque tu y seras, répondit-il simplement.

Alors c'est ce qu'il fit. Intrigué, perdu, sans certitude de pouvoir y arriver, il rentra chez lui, et le soir, il suivit les conseils du Professeur. Il se coucha avec le livre ouvert sur cette mystérieuse illustration, qu'il fixa jusqu'à avoir l'impression que le dessin se gravait dans ses pupilles.

Et lorsqu'il finit par s'endormir, il rouvrit les yeux sur un pont, dans un paysage qu'il n'avait jamais vu. Dans une grande plaine, à l'horizon lointain et la nature dominante, le pont s'élevait au dessus de l'eau sur de grandes mains de pierres qui semblaient bouger et sortir directement de la surface.

Perdu, il prit un temps pour regarder ce paysage étonnant. Au fond de lui, une certaine excitation s'éveillait, mais qu'il essaya aussitôt de contenir : il comprenait qu'il rêvait consciemment, et il avait lu que les personnes qui y parvenaient la première fois avaient tendance à se réveiller tout de suite à cause de l'excitation.

Il se tourna sur sa gauche, et au loin, par delà le pont, il le vit. Le grand château du livre donné par le Professeur. Il commença ainsi à marcher vers le château, dans un trajet qui lui parut étonnement court, surement grâce aux distances relatives des rêves. Ainsi, en quelques secondes à peine il se trouvait devant les portes de l'édifice, intimidé par trois créatures de légendes qui s'élevaient au dessus de sa tête, mais qui ne semblaient pourtant pas hostiles.

Alors il s'avança, et monta de nombreuses marches. Il croisa quelques personnes, se demandant à chaque fois si l'une d'entre elles était ce "Lui" dont parlait le Professeur. Il croisa même un épouvantail dont la tête était une citrouille, animé, qui semblait entretenir l'endroit. Mais le Professeur avait été formel : lorsqu'il serait devant "Lui", il le saurait. Alors, tant qu'il doutait, il continuait à monter.

Puis, il parvint dans une grande salle en longueur au bout de laquelle se tenait un grand trône au dessus de quelques marches et sous trois vitraux en mosaïque qui semblaient bouger. Sur le trône, la silhouette imposante d'un homme, à la fois terrifiant et fascinant, intimidant et attirant en même temps.

C'était "Lui".

Bonjour monsieur, je ne veux pas vous importuner, mais je suis venu demander votre aide.

Dis moi ce dont tu as besoin... Henry Junior Robinson.

|| * || * || * ||

Dyson se réveilla brutallement à cause du son de la sonnette. Il se redressa sous le sursaut avant de prendre une grande inspiration. Il ferma les yeux et se massa les tempes. Henry Junior Robinson...

Il se leva, prit le temps d'enfiler quelque chose de descent, avant d'aller ouvrir à Lisa. Salut...

Wow, il est 14h, ça te ressemble pas du tout de te réveiller à cette heure là, s'inquiéta-t-elle.

J'ai encore fait un rêve sur Junior, grommela-t-il.

Le type que tu croyais être à Bleak River ? A chaque fois que tu rêves de lui depuis que t'es sorti de cette ville, t'es encore plus fatigué qu'avant que tu t'endormes, faudrait demander à Ana s'il reste de sa magie sur toi, non ? Réfléchit Lisa, concernée.

Non. Les restes de sa magie, John nous l'a expliqué, ce sont les Cendres que la Cour a volé. Je crois juste que ça hante mes pensées. Pour une bonne raison, puisque j'ai vu mon petit ami décédé dans cette ville avant que j'apprenne qu'il était en vie et que j'étais avec lui sans même savoir que c'était lui., répondit Dyson, pas vraiment de bonne humeur.

Ouais, désolée... s'excusa Lisa, embarassée. Constantine vient d'appeler. On peut retourner sur le Dernier Monde, il a peut être un tuyau pour trouver Thunderbolt.

Dyson soupira et sortit complètement avant de fermer la porte derrière lui. Fatigué ou pas, il devait y aller. Plus vite ils trouveraient des réponses, plus vite ils pourraient libérer Jorgie et arrêter la Cour des Hiboux (avec certainement quelques coups au passage qui ne seraient pas signalés à la police, par pur vengeance).

Ils trouvèrent Constantine dans son manoir, déjà équipé de la poussière de fée dont ils auraient besoin. En croisant le regard de John, Dyson se souvint alors d'un élément de son rêve : le vieil homme qui parlait à Junior avait mentionné Constantine. Ce n'était pas improbable, dans la mesure où John avait une place dans l'histoire de Jorgie, le cerveau de Dyson pouvait très bien mélanger ces éléments en rêve. Alors il ne s'attarda pas davantage là dessus.

Les peuples des anciennes écuries de l'Est auraient peut être quelques tuyaux sur Thunderbolt, annonça Constantine. Accrochez vous, ceux de l'Est sont les plus vicieux et ne parlent qu'en énigme.

Il lança la poussière de fée... et Lisa, John et Dyson n'arrivèrent pas du tout dans le Dernier Monde. Ils se tenaient tous les trois sur un étrange pont en pierre qui tenait sur des sculptures de mains géantes.

C'était pas comme ça dans mes souvenirs, l'Est, commenta Lisa.

Hé ! J'ai... j'ai vu cet endroit en rêve tout à l'heure ! S'écria Dyson sous la surprise, en se tournant vers le château au loin.

C'est parce que c'est le Monde des Rêves des Mondes Vierges. Cela dit, c'est surprenant qu'on y soit arrivé par téléportation... Et d'habitude, il n'y a que les Idées qui rêvent dans ce monde. Peut être que ton séjour à Bleak River t'y a donné un accès, suggéra John.

Dyson resta silencieux là dessus, mais il fit un pas vers le château. Y a quelqu'un là bas qui peut nous aider, n'est-ce pas ?

John hôcha la tête. Un ami de longue date. On aura peut être pas perdu notre temps.

Le trio s'avança alors, et marcha jusqu'au château. Dyson envia ses rêves pour la première fois depuis qu'ils avaient commencé : au moins, cette nuit, il (ou plutôt Junior) n'avait pas eu à se taper une randonnée pour atteindre son objectif. Après un peu moins d'une heure cependant, ils parvinrent aux pieds du château. Si Lisa s'arrêta par méfiance et surprise en voyant les trois gigantesques monstres au dessus de la porte, John et Dyson s'avancèrent sans douter. John par habitude, et Dyson parce qu'il avait déjà fait ce trajet en rêve.

C'est plutôt vide, non ? Commenta Lisa alors qu'ils montaient dans l'immense bâtiment sans croiser personne.

Dyson en était surpris aussi. Dans son rêve, il avait croisé plusieurs personnes avant d'arriver à la salle du trône. Mais là, tout était silencieux.

J'ai un mauvais pressentiment, lâcha John, inquiet. Tout ce monde est vide... plus aucune Idée ne rêve.

Sans rien ajouter, le trio continua sa marche jusqu'à la salle du trône. Et ils virent enfin quelqu'un. Sauf qu'au lieu d'aller vers lui et de solliciter son aide comme dans le rêve de Dyson... John recula aussitôt.

Il me rappelle quelqu'un, s'étonna Lisa. Dyson ne répondit pas, mais il avait aussi l'impression de le connaître. Et surtout, il n'avait pas le même visage que dans le rêve.

Ce n'est pas lui. Il faut qu'on s'en aille immédiatement ! S'écria John avant de lancer la poussière pour les faire revenir à Storybrooke.

Ce n'était pas le Roi des Cauchemars ! Reprit-il alors. Il était à sa place, dans sa tenue, mais ce type c'est le petit ami d'Artémis !

La brioche ! S'écria Dyson qui remit enfin un "nom" sur ce visage. Je veux dire Pitch. Mon boss me parle souvent de lui à moi et Anna, il le déteste !

Premièrement, je me retiens de rire pour la Brioche, mais je vous promets que j'oublierai jamais ça. Deuxièmement, pourquoi un habitant de Storybrooke était...

Elle s'arrêta en croisant le regard de John. Ils eurent la même théorie avant même de la dire à haute voix. Ils se tournèrent vers Dyson qui comprit alors.

Oh non... il est victime des Cendres de la magie d'Ana, c'est ça ? Il est devenu quelqu'un d'autre, comme moi y a quelques mois. C'est pour ça qu'il fallait partir rapidement, parce que la Cour des Hiboux était surement derrière tout ça ! Verbalisa-t-il enfin la pensée silencieuse qui s'était partagée entre eux.

On a finalement trouvé nos ennemis plus rapidement que ce qu'on pensait, conclut John, une lueur de rage dans les yeux.

De rage, car les ennemis en question avaient son fils, après lui avoir fait croire à sa mort pendant une année entière. Et honnêtement... Dyson partageait aussi cette rage.

Sauf qu'une autre pensée le calma aussitôt. Mais attends... tu connais cet homme. Pas Pitch, le vrai, celui que tu pensais voir dans le château. Si Pitch est devenu quelqu'un de réel... et si Henry Junior Robinson était réel lui aussi ? Que je ne rêve pas la nuit, mais que j'ai des souvenirs de lui ?

Dyson, désolée de t'interrompre, mais y a quelque chose de grave, fit Lisa en regardant son téléphone.

Dans sa poche, le téléphone de Dyson vibra plusieurs fois. En allumant l'écran, il vit plusieurs appels manqués de sa mère au cours de la dernière heure. Il leva la tête vers Lisa.

On n'a plus de nouvelle de Violette non plus. De nouvelles personnes ont disparu.

Et ça recommençait... Pitch Black, Théophile Lockwood et Violette Parr manquaient à l'appel.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Signature-Dyson
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91249-termine-de-retour-en- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91319-dyson-walters-fleche-parr-dyson-parr-dashiell-parr-tu-m-as-connu-sous-quel-nom#1316130 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91319-dyson-walters-fleche-parr-dyson-parr-dashiell-parr-tu-m-as-connu-sous-quel-nom#1316130


Violette Parr
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Violette Parr

| Avatar : maya hawke

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 1aa1648696fdcf5f63512d97a72f75e747e083b5
Ordinaire à ma manière...
[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Tumblr_p75fwexnG01trnuupo2_r1_640

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Sans_t19

| Conte : les indestructibles
| Dans le monde des contes, je suis : : violette parr

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Wqav

| Cadavres : 81



[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 _



________________________________________ Jeu 11 Aoû 2022 - 20:24

• • • •• • • •

Je m’appelle Invisible. Je suis ce qui est le plus communément appelé un cauchemar. Capacité cauchemardesque de me dissimuler telle une véritable ombre et apparaître sous la forme idéale, celle qui pourra hanter vos songes sans que vous ne puissiez y faire quoi que ce soit. Cependant, après avoir fait tout ça pendant longtemps, il y a eu la rebellion. Ma rebellion. Je voulais plus que ça. Je voulais être plus qu’uniquement Invisible, ne vivant que des les songes, n’ayant pas ma vie à moi, ne pouvant pas être libre. Cependant, lorsque j’ai ouvert les yeux, je me suis réveillée sur le sable. Une plage qui m’est trop bien connue. Me relevant pour me trouver à genoux dans le sable, je perçois la mer qui s’étend jusqu’à l’horizon et le sable qui étend toute sa longueur jusqu’au lointain.

Les portes du monde des rêves. Vouloir fuir ce monde ne voulait pas dire vouloir y revenir. J’avais cette impression d’y être enchainée. Mais j’en avais plus qu’assez.

« Non…non…non… » soupirais-je « je veux sortir d’ici, pas y retourner… »

Une voix parvient jusqu’à mes oreilles, la voix d’une personne se trouvant derrière moi, m’obligeant à me lever pour me retourner et lui faire face.

« Ça tombe bien, plus personne ne reste ici. »

Mon regard scrute l’homme en face de moi. Un homme avec un masque blanc sur le visage, un masque sans aucuns traits, juste deux simples ouvertures pour les yeux.

« Qui êtes-vous vous ? » demandais-je, sur mes gardes.

Il tapote son masque de son index.

« Vous devez vous y connaître, un homme masque retient son identité. »

Il se met à avancer vers moi.

« La vraie question que vous devriez vous poser c’est comment suis-je capable de voir la fameuse Invisible, n’est-ce-pas ? »

C’était effectivement une question pertinente à se poser. Restant silencieuse pendant plusieurs minutes, essayant de mettre mes idées en ordre, je finis par croiser à nouveau son regard.

« Pourquoi ? Pourquoi vous êtes là ? Et pourquoi vous me voyez ? Les personnes ne peuvent pas me voir. Non… » énonçais-je alors « Je ne répondrais pas. Il vous fallait juste prendre mesure de mon importance. Je suis ici pour vous offrir le moyen de sortir d’ici définitivement, en échange d’un dernier service de cauchemar. »

Soupirant, je reprends la parole.

« Comment ça ? Si je veux partir d’ici, c’est justement pour ne plus être un cauchemar…pas que ça…mais plus que ça. »

J’en avais assez d’être l’Invisible au regard du monde.

« Croyez moi, lorsque nous aurons fini, nous aurons assez de pouvoirs pour vous faire devenir tout ce que vous voulez. Mais il vous faudra être coopérative pour arriver à cet objectif. »

Tout ce que je veux…La tentation se fait trop grande. Il était ma porte de sortie.

« Si c’est pour moi le seul moyen de partir d’ici, d’accord. » énonçais-je alors « Il y a un jeune homme qui s’est un peu trop réveillé à notre goût, qui aurait besoin d’un cauchemar doté de tes pouvoirs pour le ramener dans le rang. » « Qui est-ce ? » « Son nom est Jorgie Howell. Il est capable de tout faire s’effondrer si on ne le calme pas. Auprès de lui, tu devras t’afficher comme l’un des hommes qui pourraient le convaincre de te suivre. John Constantine. »

Je prenais note mentalement de ce qu’il me disait.

« D’accord. Et après ça, vous me donnerez le moyen de quitter cet endroit pour de bon ? » « Après ça, tu auras même un foyer. »

Rien que cette idée fait naître un sourire rassuré sur mon visage. Il sort une photo et me la tends. Je la saisis et observe le jeune homme blond qui se trouve dessus. Jorgie. Auprès d’un homme plus âgé. Le fameux Constantine, sans nul doute.

« Jorgie Howell n’a pas accès à nos rêves, alors c’est Eveillée que tu devras le guider. Il est actuellement retenu dans le monde au centre de tout. Le Dernier Monde. Ta mission sera de le convaincre d’aider la Cour des Hiboux s’il veut obtenir ce qu’il veut. Que ce soit vrai, ou non. Et ne quitte surtout pas le visage de Constantine. » « D’accord. »

Le sable de la plage se met à m’entourer avant que je ne sois téléportée.

EST DU DERNIER MONDE

Un espace entièrement noir. Jorgie, attaché au centre par des chaines invisibles. Il ne semble pas me voir. Restant Invisible, je l’observe un long moment avant de finalement choisir de me montrer, prenant l’apparence de John Constantine. Il réagit doucement avant de comprendre.

« Papa !! » « Bonjour. » répondis-je simplement « Papa, c’était moi ! A Bleak River, je disais à Dyson que j’étais faux, je le pensais, mais c’était vraiment moi ! » « Qui t’as dit que tu étais vrai ? Penses-tu vraiment l’être ? » « Parce que Bleak River est détruite, et j’en suis sorti malgré tout, avec la Cour des Hiboux. Ils m’ont fait croire que je n’étais que la reproduction de moi-même avant que je me réveille après Bleak River. C’est vraiment moi, papa ! »

Respirant profondément, je reprends rapidement.

« Tu veux rester avec moi ? » « Ramène moi à Storybrooke, on doit avertir Dyson ! » « Dyson t’as déjà oublié tu sais. Tu n’a jamais vraiment compté pour lui. Il ne t’aime plus, mais nous oui. » « Arrête d’être aussi amer ! Revenons à Storybrooke, allez ! »


Les instructions de l’homme mystérieux se répercutaient dans mon esprit. Il fallait qu’il accepte d’aider la Cour des Hiboux.

« A quoi cela pourrait te servir ? Tu veux souffrir en te retrouvant là-bas ? Il a quelqu’un d’autre dans sa vie et ils sont très heureux. Restons ici, ça vaut mieux pour nous. » « Que t’es-t-il arrivé à Storybrooke bon sang ? » « Je crois que j’ai trouvé ma place ici, tout comme toi. Nous sommes ensembles, ce n’est pas ce que tu voulais ? » « Bon, qu’importe ce qu’il t’es arrivé, on peut régler ça plus tard, d’accord. Mais au moins, on doit se débarrasser de la Cour ! » « Pourquoi tu veux t’en débarrasser ? Qui t’as dit qu’ils sont tes ennemis ? » « Parce qu’ils me retiennent de force depuis un an ! C’est eux qui ont fait ça !! » « Viens avec moi. »

Il soupire et se défait de ses chaînes. Apparemment, j’étais arrivée à temps parce qu’il était manifestement sur le point de s’enfuir.

« Je te suis. Montre moi ce que tu as à me montrer, on discutera de ce qu’il t’es arrivé quand on aura fini avec cette histoire. »

La Guerre des Cendres ⎪Super-Justiciers #2 ✦ Dyson • Anna • Honey • Pitch • Théophile

KoalaVolant

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Together
together, we are super.

KoalaVolant
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91542-normal-je-reve-c-est- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91543-les-liens-de-violette#1318543 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91545-les-rp-de-violette#1318545 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91546-violette_parr#1318547


Anna D'Arendelle
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Anna D'Arendelle

| Avatar : Soso Turner :love:

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 3uge

HERE WE GO AGAIN

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 CAFL

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Anna_m10


| Conte : La Reine des Neiges
| Dans le monde des contes, je suis : : Anna

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 480751anna

| Cadavres : 802



[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 _



________________________________________ Dim 14 Aoû 2022 - 17:41





La guerre des cendres

Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre.

Les gens ne s’en rendaient peut-être pas compte mais être chocolatière ce n’était pas nécessairement de tout repos. La seule période de l’année qui était plutôt calme c’était l’été, déjà il y avait pas de fêtes particulières en dehors des potentiels anniversaires. Les mariages se faisaient plutôt au printemps par exemple. De plus, les gens partaient en vacances et cela incluait les habitants de Storybrooke. J’adorais mon taff et quoi qu’Elsa puisse en penser, je le lâcherais pas pour rejoindre son club de tête couronnée entretenue. Il y avait une grosse différence entre avoir besoin d’aide pour joindre les deux bouts ou parce que se trouver un travail c’était la galère et volontairement refuser de le faire sous prétexte qu’on était une reine, une princesse ou je ne sais quoi d'autre. Mais si j’aimais ce que je faisais, ça ne voulait pas dire que je n’appréciais pas un peu de calme de temps en temps. D’ailleurs ce calme n’était que temporaire et je me composais bien vite une attitude professionnelle lorsque la clochette de la porte retentit laissant entrevoir une cliente particulièrement enjouée se diriger vers moi :

“Bonjour, vous allez bien ?”


- Bonjour, très bien merci et vous ? Besoin d'aide ?

J’appréciais les clients qui prenaient le temps d’être polis et sympathiques. Après ça venait peut-être du fait que contrairement à Aster je souriais quasi constamment. Mais je me disais toujours que si la première chose vue par un client était un sourire alors il serait plus enclin à revenir que si on lui tirait la tronche.

“Tout à fait, je vais bientôt demander ma femme en mariage.” Dit-elle sur le ton de la confidence en se penchant vers moi “Les boites de chocolat, c'est un truc récurrent entre nous, alors je voulais glisser la bague dans la boite parfaite pour l'occasion. Peut-être pourriez vous me conseiller ?”

- Avec plaisir ! m’exclamais-je d’un ton enjouée. Ça c’était une des parties de mon travail que je préférais, en plus des chocolats offerts pour les anniversaires, ou la fête des pères, des mères et j’en passe. En fait dès qu’il s’agissait d’un cadeau personnel. Ça voulait dire que j’allais pouvoir conseiller les clients, et souvent ils revenaient me dire comment la personne avait réagi ce qui me motivait encore plus dans mon travail. Le mieux serait de partir sur un assortiment des chocolats préférés de votre femme, non seulement elle aura la surprise avec la bague mais en plus de ça, ce sera ce qu'elle préfère. On a des boites spéciales qui sont généralement utilisées pour mettre sur les tables lors des cérémonies. A titre personnel je les trouve très jolie. Comme une demande c'est quelque chose de spéciale, je peux peut-être vous montrer à quoi elles ressemblent

“Oh si c'est possible de les voir, ce serait parfait oui !” Répondit-elle manifestement ravi

Fouillant sous le comptoir, je ressortis le fameux type de boîte dont j’avais parlé. Celle-ci était blanche avec des arabesques argentés en guise de motif :

- On a aussi une version dorée et une version rosée si vous préférez. Et pour agrémenter le tout on les ferme avec un ruban de la même couleur.

Je sortis les trois types de rubans afin qu’elle se fasse une idée des deux autres couleurs mentionnées au cas où.

“C'est parfait ! Je pourrais glisser la bague dans un des rubans, j'adore !”


J’enfilais un des gants de la boite qui se trouvait toujours à côté sous le comptoir. Comme à chaque fois que je devais faire des ballotins, j’allais devoir le manipuler en fonction des indications du client. Les gants étaient donc indispensables pour une question d’hygiène.

- On a les trois sortes de chocolats, au milieu c'est ceux au lait, à droite les noirs et à gauche les blancs. Ils sont tous fourrés, certains ont des ganaches, d'autres du pralin. On en a avec et sans alcool tout dépend des goûts expliquais-je tandis que je la laissais m’indiquer ceux qu’elle souhaitait et que je remplissais la boite.

“Merci beaucoup ! Et en plus de ça, je vais vous prendre un seul chocolat de plus, si possible. Votre préféré !”

Je restais pensive quelques instants. Ce n’était pas la première fois que l’on me demandait quel était mon chocolat favori parmi ceux que l’on faisait. Mais c’était toujours dur de choisir parce que je participais à leur confection. Souvent les clients se disaient que si c’était le favoris du chocolatier alors c’était une valeur sûre mais leurs goûts pouvaient être totalement différents des miens si bien que ce genre de conseil ce n’était jamais un exercice facile et d’une manière générale je préférais jouer la carte de l’honnêteté.

- Ça va vous paraître bête, mais j'ai toujours énormément de mal à choisir. Admis-je avec un rire gêné. On découvre tellement de nouvelles choses, et on cherche toujours à mieux satisfaire les clients qu'en choisir un juste un est toujours compliqué mais en ce moment, j'avoue que j'ai un faible pour les noirs avec une pâte d'amande au caramel. On dirait pas comme ça, mais les deux se marient très bien et en plus avec le chocolat noir ça apporte un peu d'amertume pour ne pas que ça ait un goût trop sucré.

C’était Aster qui les fabriquait ceux-là, ça avait été son idée de combiner deux ventes qui étaient toujours parmi les favorites des clients de la boutique pour créer un nouveau chocolat. Le chocolat noir s’était imposé comme une évidence, la pâte d’amande et le caramel étant tous les deux sucrés il fallait quelque chose pour éviter l’excès et que ça en devienne écoeurant.

"Alors je vous prend un chocolat noir avec une pâte d’amande au caramel." Dit-elle avec un sourire tendre.

Terminant la boite, et nouant le ruban, je mit le dernier chocolat demandé au dessus, pensant que c’était pour elle. C’était souvent comme ça que ça se passait quand on me demandait mon préféré. C’était avant tout pour goûter. On devrait mettre un écriteau un de ces quatre pour dire que s’ils veulent goûter ils peuvent nous le demander ils sont pas obligés de payer le chocolat pour ça. D’ailleurs je ne comptais pas le lui facturer, les ballotins c’était au poids et les tarifs étaient déjà fixés. Pianotant sur l’écran, j’enregistrais la vente dans le logiciel et annonçait le prix pour l’assortiment avant d’encaisser l’argent.

“C’est pour vous. Régalez vous, c’est en remerciement de votre aide ! Souhaitez-moi bonne chance maintenant !”
Dit la cliente en déposant le chocolat sur le comptoir.

Je lui adressais un grand sourire tout en levant mes deux pouces en l’air. J’espérais qu’elle reviendrait pour me dire comment ça c’était passé. Mais en tout cas, ça m’avait donné l’énergie suffisante pour affronter le reste de la journée. J’hésitais un peu avant de manger le chocolat, devais-je le dire à Aster ? Le connaissant, je pouvais parfaitement anticiper sa réponse à savoir “fait ta vie rouquine”. Ce n’était ni la première ni la dernière fois qu’un client avait ce genre d’attention pour nous remercier et même mon ronchon de patron savait être touché quand ça lui arrivait. Et puis avec la chaleur qu’il faisait même si la boutique était légèrement climatisée pour maintenir les chocolats à une température suffisante pour qu’ils ne fondent pas et la vitrine pour les ballotins réfrigérée, le mieux c’était de ne pas trop attendre.

Le restant de la journée fût à l’image de cette période de l’année. Les quelques rares clients qui bravaient la chaleur ne perdaient pas trop de temps à discuter mais rien qui n’entachait ma bonne humeur. A l’heure de la fermeture, je tournais le panneau indiquant que nous étions ouvert sur le sens fermé et fit un brin de ménage, avant de dire à Aster que j’y allais. Il grommela un “bonne soirée” de l’arrière boutique où il serait encore un moment étant donné que c’était son tour de faire l’inventaire. Quant à moi, je franchis la porte d’entrée et me retrouvai complètement ailleurs. Au lieu de la rue, j’étais dans le poste de police de Bleak River. Sauf que la ville était censée ne plus du tout exister.

- Nan sérieux soupirais-je. Ça va pas recommencer cette histoire.

J’étais clairement blasée et un peu sur la défensive il fallait l’admettre. Particulièrement lorsque dans le bureau du chef de police j’apperçu la même femme qui m’avait acheté une boîte de chocolat plus tôt dans la journée :

- C'est à vous que je dois ma présence ici ? Demandais-je en croisant les bras sur ma poitrine

Sur la défensive et quand même un peu hostile mais franchement on pouvait pas m’en vouloir vu la ville dans laquelle je vivais. Elle eu l’air surprise, mais pas choquée, plutôt intriguée étant donné sa manière de nous détailler le décor et moi.

“Tiens donc, intéressant. Ton esprit ayant été touché par la magie originale, les Cendres agissent plus doucement sur toi.” Elle esquissa un sourire malicieux avant de continuer “Tu es toujours à Storybrooke. En train de digérer un chocolat qu’il était si facile de te faire manger. Parlez de mariage à une princesse et elle vous fera aveuglément confiance.”

Là j’avoue que j’ai pas pu retenir mon rire moqueur

- C'est mignon de penser que c'est parce que je suis une princesse mais je vais corriger. Parlez de chocolat à une chocolatière et elle va en toute bonne foi penser qu'elle a une cliente devant elle.

“Si ça te permet d'être fière de t'être faite avoir facilement, soit, excuse moi.” Dit-elle en esquissant une moue.

Mais parce que QUI en voyant une nana débarquer à l’endroit où elle bosse, pour venir acheter une boite de chocolat -aka le produit vendu- va se dire “ohlala, celle-là elle est totalement dérangée il y a clairement un truc qui va pas” ? Personne, pas même à Storybrooke. La ville est peut-être la moins normale des Etats Unis mais il y a quand même des trucs que les gens respectent un minimum. Particulièrement lorsqu’il s’agit de manger un chocolat fabriqué par nos soins dans NOTRE boutique encore une fois. Sérieux faut quand même atteindre le même degré de paranoïa qu’un complotiste pour se dire que la cliente sympa était en fait une grosse tarée. Et c’est grave quand même d’en arriver là même dans une ville comme Storybrooke. Bon en revanche le coup de me tourner autour à la manière d’un loup prêt à bondir sur sa proie ça me plaisait pas des masses. J’espère qu’elle était consciente que je prenais des cours d'autodéfense depuis un moment maintenant.

“Te sens-tu endormie ? Étourdie ? Fatiguée ? Ton cerveau se sent-il... dépassé ?”

- Huuuum. Dis-je en faisant mine de réfléchir. Nan, c'est pas de bol hein ? C'est généralement ce qui arrive quand on vit dans une ville de tarés.

On était plus dépassés par rien et on développait une capacité de résignation hors du commun. Merci Storybrooke.

“C'est très bien Anna, au contraire. Ne pas être du même camp ne signifie pas que j'essaye de te faire du mal. Non, c'est très bien.” Affirma-t-elle avec un sourire

Ouaiiiis c’est ça et la marmotte elle met le chocolat dans le papier allu, tout le monde le sait. Apparemment pas perturbé par mon hostilité fraglante elle m'attrapa la main et je sentit subitement quelque chose de lourd peser dans la mienne comme si elle faisait apparaître quelque chose entre nos deux paumes.

“Lorsque tu seras là-bas, voilà de quoi retrouver tes équipements. Ensuite et bien... l'Ergot a vu en toi la Chauve-Souris pour une bonne raison, tu sauras quoi faire, je n'en doute pas.”

Je fronçais les sourcils en regardant la clé en pierre qui se trouvait maintenant dans la paume de ma main. Ils étaient encore focus sur ces histoires “d’élu” par l’ergot et je ne sais quoi ? Je croyais pourtant que ça avait été débunké quand on avait retrouvé nos véritables identités.

- Là-bas ? Relevais-je les sourcils toujours froncés


“Les Cendres de la Transformation ont d'étonnantes capacités. Souviens-toi Anna : je ne cache pas (enfin... plus maintenant, désolé pour le chocolat) que nous sommes de deux camps opposés. Mais nous ne sommes pas des destructeurs. Notre idéologie est seulement la Création, et pour se faire, il nous faut vous renforcer. Alors quand il s'agira des armes que tu trouveras grâce à nous, tu pourras nous faire confiance et les prendre. L'Ergot ne choisit qu'une Chauve Souris, tu es la seule qui puisse porter cet équipement.”
Elle s’éloigna et reprit “Et aussi... désolée de te retirer de ta journée. Mais tu connais Storybrooke, certaines missions sont prioritaires. Vous avez sûrement une jurisprudence pour ça, avec le temps, non ?”

Pas vraiment non. On finissait tous complètement blasé à se dire qu’on allait encore subire et déguster et que plus vite ce dans quoi on s’était ENCORE retrouvé embarqué se terminait, plus vite on pourrait reprendre une vie normale selon les standards locaux et ce jusqu’au prochain truc qui nous tomberait dessus.

Mon interlocutrice disparu complètement pendant que je sentais comme une espèce me recouvrir le corps -et ce alors que je ne voyais rien de la sorte. L’instant d’après je me retrouvais dans les gradins d’une arène en pierre sous un ciel ensoleillé. Au centre de l'Arène se trouvait une silhouette en train de méditer. Silhouette que je reconnaissais bien puisque c’était celle de L’Ergot. Je préférais ne pas m’approcher, je savais pas que les tarés de la Cour des Hiboux croyaient mais j’avais pas envie d’entrer dans leur jeu. Apparemment pas besoin de bouger puisque c’est lui qui le fit. Il se leva et se tourna vers moi avant de pointer une direction, à droite de l’arène. En regardant dans la direction indiquée, je remarquais une personne à l’entrée des gradins. C’était Jorgie !

Ignorant l’Ergot, je dévalais les gradins quitte à me casser la figure et me mit à courir après Jorgie, criant son nom quitte à me coller une extinction de voix. Sauf qu’il ne semblait pas m’entendre, continuant son chemin pendant que je lui courais après à moitié essoufflé. Il avait l’air de parler mais personne d'autre n’était avec lui. Je savais bien que certaines personnes se parlaient toute seule et après tout chacun faisait ce qu’il voulait, moi aussi ça m’arrivait quand un truc m’agaçait de me parler à moi-même.

Evidemment il fallut que l’Ergot apparaisse pile au milieu du chemin, en me bloquant le passage. Je supposais que si je tentais de le forcer il trouverait mille et un moyens de me barrer la route. Ouais, ils commençaient vraiment à me taper sur le système l’espèce de secte chelou. Il m'indique le chemin de droite, celui au bout duquel comme par hasard se trouvait une porte avec le symbole de la Cour des Hiboux et au centre une serrure de pierre. Bah ça alors, quelle étrange coïncidence j’avais justement une clé en pierre avec moi.

- Eeet c'est maintenant que je suis sensée me servir de la fameuse clé je suppose. Dis-je pour moi-même.

J’lavais dit, quand j’étais agacé, c’était là que je parlais toute seule. Je mit donc la fameuse clé dans la serrure et en poussant la porte, je me retrouvais sur un grand espace blanc, sous un ciel noir. Et hormis cet espace blanc il n’y avait absolument rien, a part peut-être cette silhouette face a moi

“Je ne t'ai pas vu naître parmi les Idées, Anna d'Arendelle. Et pourtant, aujourd'hui, il est formel : tu en es devenue une.” Dit-il en me regardant

- Euuuuuuuh merci ? Dis-je sans trop savoir s’il s’agissait d’une bonne ou d’une mauvaise chose. J’avais toujours été nulle aux charades de toute façon.

“Ne me remercie pas. Ta présence écrase celle d'une autre. Joan Infantino cesse d'exister au fur et à mesure que…” Il agita la main vers moi et l’instant d’après, la tenue de justicier que je portais à Bleak River avait remplacé mes vêtements normaux. “Batgirl s'élève.” Termina-t-il

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Dark Knights Rises

KoalaVolant


Honey Lemon
« Science is magic that works. »

Honey Lemon

| Avatar : Emily Bett Rickards

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Eroshoney

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 T45i

| Conte : Big Hero 6
| Dans le monde des contes, je suis : : Honey Lemon

| Cadavres : 6357



[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 _



________________________________________ Mar 23 Aoû 2022 - 19:41 « Science is magic that works. »

Un jour du mois d'août, vers 14 heures.

Au risque d'enfoncer des portes ouvertes, la vie d'une jeune maman célibataire n'est pas de tout repos et cela faisait en effet deux mois que Honey en faisait l'expérience. Comme toutes les mamans (je crois), elle aimait sa petite fille du plus profond de son être et avait déjà commencé à faire passer ses besoins avant les siens, parfois presque au point de s'écrouler de fatigue. Mais le manque de sommeil, les cernes, l'impression de peser mille tonnes, les affres de l'après accouchement n'étaient rien en comparaison du bonheur immense et intarissable que sa petite chérie lui apportait jour après jour, heure après heure, seconde après seconde. Ca et le fait que Honey avait toujours été très entourée et qu'une demi-douzaine de personnes s'étaient déjà proclamées tante ou oncle préféré.e, comme si les bébés avaient un pouvoir étrange, celui de rendre tous les adultes (ou presque) gagas.
Honnêtement, Honey n'avait pas pris le temps de creuser cette question. En fait, du temps, en ce moment, elle n'en avait plus vraiment et, en cette belle après-midi d'été, au lieu de profiter du soleil et d'un bon cocktail, elle était dans la nurserie aménagée dans son bel appartement du centre-ville, seule avec son bébé qu'elle pouponnait amoureusement depuis... un certain temps dont elle n'avait plus vraiment conscience. Aujourd'hui, Cassiopée avait décidé de prendre tout son temps avant de s'endormir pour la sieste et Honey devait faire preuve de patience - et de la patience, ça tombe bien, elle en avait à revendre ! Toutefois, la jeune femme ne fut pas mécontente de constater qu'enfin Cassiopée dormait pour la déposer délicatement dans son berceau, l'entourer de ses doudous préférés et s'éloigner, soudain morte (façon de parler) de fatigue, elle aussi.
A croire que ces choses-là étaient contagieuses ou que les berceuses marchaient aussi sur les adultes.
Une nouvelle fois, Honey ne prit pas le temps de s'interroger sur ce point. Elle sentait que si elle ne cessait pas toute activité, là, maintenant, tout de suite, elle allait s'endormir sur place, comme un Sims arrivé au bout de sa jauge d'énergie. Heureusement, Cassiopée était déjà dans son berceau et Honey dans son fauteuil roulant. Alors la jeune femme se contenta de rouler jusqu'à la fenêtre de la chambre où elle aimait bien se reposer et laisser, au choix, la bise ou les rais du soleil lui caresser la joue.
Moins d'une seconde plus tard, Honey s'endormit profondément.
Et quelques instants seulement après elle se réveilla.
Mais cette fois Honey n'était plus dans sa nurserie. Elle s'était réveillée assise devant un bureau de bibliothèque décorée dans un pur style début du XXe siècle. Perplexe, la jeune femme se tourna vers l'endroit où le berceau de Cassiopée aurait dû se trouver et y découvrir une fille d'une vingtaine d'années, assise à un autre bureau, une encyclopédie dans les mains, qui la regarde patiemment.
Un ange passa pendant lequel le cerveau de Honey fit énormément de connexions neuronales pour essayer de comprendre la situation et émettre au moins une hypothèse.
- Rassure-moi... Tu n'es pas Cassiopée avec vingt ans de plus et je n'ai pas fait un bon dans le futur sans le vouloir, n'est-ce pas ? Parce que j'aime bien, hein, Retour vers le futur, Doctor Who etc, mais à la télé pas dans la vraie vie, finit par demander la jeune femme dont les réflexions n'avaient pas abouti plus loin.
La jeune fille en face d'elle rit de bon coeur.
- J'aime bien ce prénom ! Mais je ne suis que l'Eleve
, expliqua-t-elle. Et vous êtes le Professeur. J'attendais que vous finissiez votre méditation pour que nous puissions reprendre, ajouta-t-elle d'une voix aussi douce qu'une berceuse.
Evidemment, c'était logique. Tellement que l'esprit de Honey, pourtant peu prompt à l'ironie, aurait soudainement pu commencer à s'y mettre.
- En fait je crois que je dormais mais OK, marmonna Honey avant que son visage ne s'illumine : maintenant, elle se sentait pleinement réveillée. Eh bien reprenons, chère élève ! déclara-t-elle en tapant dans ses mains. Au fait... on en était où déjà ? demanda innocemment la jeune femme. Ca me fait toujours ça, les méditations, ricana-t-elle nerveusement.
C'était faux, naturellement. Mais Honey avait toujours l'air d'une ahurie et se disait que cette réaction étrange pouvait sans doute passer pour naturelle - tout en lui permettant de ne pas avoir l'air d'une ignare.
- On est chez vous ! Le grand Registre des Idées, rappela l'Elève. Celles qui naissent, qui sont nées ou qui vont naître. Vous les accueillez, les répertoriez, et parfois, vous veillez sur elles.
Ca par contre ça avait l'air bien trop philosophique et métaphorique pour être réellement le travail de Honey qui n'y comprenait déjà rien. Mais puisque l'Elève semblait croire qu'elle était au bon endroit, la jeune femme n'avait pas à coeur de la détromper. Pas tout de suite, en tout cas. Pas avant d'avoir mieux compris sinon elle savait qu'elle n'en dormirait pas de la nuit. Il n'y avait, en effet, rien de pire qu'un mystère pour rendre Honey folle - presque littéralement.
L'Elève, de son côté, se leva et contourna le bureau :
- C'est l'heure, Professeur. Vous devez retrouver les Idées qui ne rêvent plus.
Lentement Honey opina, totalement perdue.
- Ah bah oui, répondit-elle quand même bien qu'elle soit totalement perdue, en regardant sa montre bracelet. En tout cas elles ne sont pas près de la bibliothèque, d'après ce que je peux voir, plaisanta-t-elle maladroitement histoire de donner le change et ne pas (trop) montrer qu'elle ne comprenait rien à ce qui se passait (une fois de plus).
L'Elève ne prêta pas attention à ce commentaire et marcha rapidement jusqu'au tout dernier rayon de l'étage qui donnait une vision imprenable sur sur les étages inférieurs par l'ouverture au milieu du bâtiment, qui semblait immense.
Une fois arrivée, l'Elève prit le premier livre du rayon, une énorme encyclopédie et mit de côté celui qu'elle qu'elle avait en sa possession jusqu'à présent avant de finalement tendre le volume à Honey.
- Ce sont celles-ci, déclara-t-elle. Dès que vous les aurez retrouvées, j'écrirai leur nouveau monde.
- Entendu, accepta Honey en ouvrant le livre pour commencer à le feuilleter.
Même si elle n'entendait toujours rien à ce qui se tramait, elle savait que feuilleter un livre était largement dans ses cordes. Pour ce qui était d'écrire un nouveau monde à des idées qui ne rêvaient plus, elle laissait l'Elève gérer. Aujourd'hui, ça serait travaux pratiques (pour la jeune fille).
Dans le livre Honey trouva des listes interminables de noms, des textes, parfois illustrés, parfois pas. C'était comme si l'ouvrage regroupait les vies de centaines sinon de milliers de personnes de tous horizons. A force de feuilleter les pages, la tête de la jeune femme fut progressivement envahie par plein de sons différents, allant des cris, aux pleurs en passant par des mots inintelligibles, mais aussi des flashs de quantités de visages inconnus qui semblaient apparaitre autour d'elle. De quoi donner le tournis à n'importe qui, pied marin ou pas. Insidieusement, elle commença à ressentir les présences d'êtres qui venaient à elle de toutes parts. C'était aussi étourdissant qu'oppressant, qu'on soit du genre social ou pas.
L'Elève, toujours silencieuse, se rapprochait aussi de Honey. Elle aussi sentait qu'il se passait quelque chose.
- Vous y êtes ! Dîtes moi ce que vous percevez, racontez moi ! la pressa-t-elle, avide de savoir.
- Je... Houla... est-ce qu'on s'habitue vraiment à ressentir tout ça ? demanda Honey d'une façon faussement rhétorique. Je vois tellement de visages, je ressens tellement de présences, comme si j'étais traversée par mille vies, mille peurs, mille espoirs... Dommage, je ne comprends pas tout ce qu'ils me disent, regretta la jeune femme, mine contrite.
- Vous pouvez le faire, elles ont toutes besoin de...
L'explication de l'Elève fut brutalement interrompue par un impressionnant coup d pied que Dyson lui asséna au milieu de la figure. En plus de tout le reste, le jeune homme venait de se matérialiser dans la bibliothèque et d'assommer l'Elève devant une Honey particulièrement surprise. Jamais ô grand jamais elle n'avait envisagé que la violence soit une solution pour éduquer les apprenants. Mais tandis que l'Elève s'écroulait sur le sol, Lisa apparaissait à son tour pour arracher le livre entre les mains de Honey et le jeter plus loin, ce qui rendit à Honey la pleine possession de ses sensations et uniquement de ses sensations.
Soulagée, elle soupira.
Je me disais bien que c'était étrange tout ça, songea-t-elle.
De son côté, Dyson avait pris le dessus sur l'Elève. Il l'avait plaquée au sol où elle gémissait, peut-être de peur, sans doute de douleur. Honey s'apprêtait à lui demander des explications quand Lisa court-circuita son plan en la secouant violemment par les épaules. Criant presque, elle demanda :
- Dis moi que tu te souviens de ton prénom, je t'en supplie !
Cette fois, Honey papillonna des yeux. Finalement, elle n'allait peut-être pas tout comprendre de cette affaire tout de suite.
- Evidemment que je m'en rappelle. Pourquoi j'aurais oublié ? Quand même ! Honey Angela Lemon, ça s'oublie pas, si ? s'écria-t-elle. Salut, au fait, ça fait plaisir de vous voir tous les deux même si j'y comprends rien. Donc l'Elève c'est une méchante et vous venez me sauver ? Je chauffe un peu ? tenta la scientifique afin de poursuivre sa quête de réponses.
Lisa soupira de soulagement et lui répondit plus calmement cette fois :
- En fait, avec ces ennemis là, oublier ce genre de choses est plutôt récurrent. Mais dans l'idée, c'est ça. Ferme les yeux, arrête de respirer ! demanda-t-elle en se relevant avant de jeter de la poussière brillante au visage de Honey.
Par chance, quand ses amis lui donnait un ordre, notamment dans une situation aussi bizarre que celle-ci Honey était du genre à obéir et à poser les questions plus tard. Derrière ses paupières closes, la jeune femme perçut une vive lumière et jugea plus sage de les garder closes jusqu'à ce que la lueur se dissipe, après quoi elle constata qu'elle était de retour à la case départ, dans la nurserie de Cassiopée. Lisa et Dyson y apparurent devant elle dans les secondes qui suivirent. Dyson retenait toujours la jeune femme masquée en serrant ses mains dans son dos mais ce que Honey nota surtout c'était que Casiopée ne dormait plus dans son berceau !
Paniquer ou ne pas paniquer ? Telle aurait été la question si John Constantine n'était pas entré dans la pièce pile à ce moment-là avec le bébé dans ses bras mal à l'aise.
- Bon, parfait. Vous avez ramené Honey, et j'ai sauvé le bébé en envoyant un type en enfer juste devant ses yeux. Reprenez la par pitié, supplia-t-il en la tendant en direction de Dyson qui la récupéra tendrement dans ses bras avant de la rendre à sa maman qui, instinctivement, commença à la bercer de nouveau.
- Est-ce que ça va ? reprit à l'intention de Honey. C'est la première mission de sauvetage où on arrive pas trop tard, c'est historique. Encore un peu et tu devenais... euh...
- Bibliothécaire ? suggéra Lisa. Bizarre.
- Oh vous savez j'aime les livres alors bibliothécaire, j'aurais pu m'y faire ! répondit tranquillement Honey. Quel type a été envoyé en enfer devant elle, à propos ? demanda-t-elle nonchalamment en relevant la tête pour croiser le regard de Constantine.
Avant de répondre, il observa la jeune fille entravée sur le sol de la nurserie. Oui, c'était un curieux spectacle, Honey en convenait aussi.
- Un de ses potes. Ou ses frères, ou copains, j'ai aucune idée de l'ordre relationnel qu'il y a dans leur secte. La première s'occupait de toi, le deuxième enlevait le bébé pour en faire une recrue.
Par chance, ce n'était pas arrivé. Ca tombait bien, Honey ne voulait pas qu'on embrigade déjà sa fille dans quelque chose. Elle n'avait que deux mois !
- Et par envoyer en enfer, tu veux dire... ? demanda Dyson en arquant un sourcil.
- Je veux dire que je me suis pas contenté de le menotter ! Il gaspille mon temps, alors je le vire. Bref. Vous avez parlé d'une bibliothèque, pourquoi ? Vous étiez où ? demanda John pour recentrer le débat.
- Dans une bibliothèque du siècle dernier avec un livre qui m'a fait entendre et ressentir mille vies à la fois, assez littéralement, d'ailleurs. J'étais le Professeur et la jeune femme était l'Elève. Je devais... "retrouver les idées qui ne rêvent plus", cita Honey de mémoire après un temps pour se souvenir. Et elle devait leur attribuer un nouveau monde. Franchement, déclara-t-elle, je sais pas de quoi elle voulait parler. J'ai fait semblant de comprendre alors que j'étais totalement perdue.
Ca faisait du bien d'enfin pouvoir l'admettre ! C'était comme si un poids s'enlevait de sa poitrine.
Dyson, aussi perdu que Honey (ce qui rassurait l'intéressée), se tourna vers John. Lisa aussi : manifestement, il était le seul à pouvoir y comprendre quelque chose. Alors Honey se tourna aussi vers lui.
Les expressions du visage de John confirmèrent rapidement cette théorie qui se concrétisa lorsque, souriant, il s'approcha pour se mettre à la même hauteur que Honey et expliquer :
- Le Professeur ! Ils allaient te faire devenir cette vieille branche, évidemment ! J'aurais parié sur Doctor Fate mais il doit être hors de portée.
Honey ne comprit pas cette dernière remarque mais décida de laisser tomber l'information. Sans doute de la culture geek hors de sa portée, à elle.
- Et ça veut dire... ? demanda Dyson en se penchant vers John.
En guise de réponse, c'est Jorgie, le fils disparu, qui apparut derrière John, Lisa et Dyson et qui, naturellement, attira toute l'attention de Honey.
- Jorgie ! s'écria-t-elle à la fois ravie et surprise. Mais t'avais pas disparu depuis une douzaine de mois toi ?
A ces mots les trois autres se tournèrent en sursaut et cherchèrent du regard à qui Honey parlait. Oups, songea-t-elle. Voilà qu'elle avait des visions. Elle s'en serait bien passée. Jorgie, lui, ne bougeait pas, en tout cas d'après ce que Honey voyait. Il avait l'air un peu faible et effrayé mais par dessus tout il était inquiet.
- Jorgie ?! Tu as vu Jorgie ?! s'écria Dyson pour rompre le silence ahuri qui avait pris place dans la nurserie.
John, lui souriait et son sourire semblait avoir encore grandi, si c'était possible. Honey ne l'avait jamais vu aussi heureux.
- Il n'est pas là. Vous avez fait mieux que sauver Honey..., commenta-t-il.
- C'est pas sauver Honey le meilleur objectif ? demanda Lisa, perplexe, devançant l'intéressée qui aurait sensiblement posé la même question.
- Non. C'était de sauver Honey au dernier moment, avant qu'elle n'oublie qui elle est... mais juste au moment où elle obtenait les pouvoirs du Professeur, révéla John, mutin.
Il s'approcha une nouvelle fois de Honey et posa amicalement sa main sur son épaule.
- Honey. Tu es devenue la meilleure chance de retrouver mon fils, déclara-t-il solennellement. Et tout un peuple qui a disparu.
- Waouh, commenta la jeune femme après un temps nécessaire à son cerveau certes surpuissant pour assimiler toutes ces informations. Pas de pression du tout... Bon, bah du coup, on s'y met ? proposa-t-elle tout de même résolue, malgré l'ampleur de la tâche, à aider un autre parent à être réuni avec la prunelle de ses yeux.
- On peut pas, répondit Constantine, embêté.
Déçu, le sourire victorieux et optimiste qui avait commencé à gagner les lèvres de Honey s'affaissa aussi vite qu'il était apparu. Dyson et Lisa aussi étaient déçus et l'observaient d'un air ahuri. Tout ça pour ça ? semblaient s'écrire leurs mines.
- Il faut trouver cette bibliothèque. Sinon tu risque de perdre la tête et d’avoir ton esprit déchiré pour l’éternité dans les méandres des mondes, poursuivit John sans prêter attention aux réactions des uns et des autres.
- Bon eh bien dans ce cas ne perdons pas de temps parce que, je sais pas si vous avez eu l'info, mais je ne tiens VRAIMENT pas à "perdre la tête" et avoir "l'esprit déchiré pour l'éternité dans le méandre des mondes", cita Honey qui gardait son calme malgré cette perspective peu réjouissante.
- Tu es la seule à savoir où est la bibliothèque, indiqua John.
Lisa soupira, frustrée.
- Tu veux pas donner tous les problèmes d’un coup ? s'impatienta-t-elle.
- J’ai une idée, j’aurais besoin de toi Lisa, répondit John en ignorant la vraie question de Lisa. Dyson, tu l’accompagneras. N’oublie pas Honey, seule toi connaîtras la direction, rappela-t-il des fois qu'elle n'ait pas déjà suffisamment la pression.
Et comme pour corroborer l'importance capitale de Honey dans cette nouvelle mission bizarre, un homme aux ailes noires apparu dans l'encadrement de la porte et lui indiqua de le suivre.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76583-honey-honey-oh


Théophile Lockwood
Dis moi, qu’est-ce que tu désires vraiment ?

Théophile Lockwood

| Avatar : Tom Ellis

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 FQc7DL

King of the Underworld.

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Tumblr_pr6qwtQFV81tw9sbmo2_500

| Conte : Jurassic World
| Dans le monde des contes, je suis : : l'Indoraptor

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 SJ2banni-re-Th-ophile

| Cadavres : 57



[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 _



________________________________________ Jeu 25 Aoû 2022 - 0:41 Dis moi, qu’est-ce que tu désires vraiment ?

La guerre des cendres

Super-Justiciers #2 Dyson, Anna, Honey, Pitch & Violette



Passant une main dans ses cheveux, il parcourait les pièces de son immense palais. Tout semblait si calme mais étrangement, il ne s'était pas posé plus de question à ce moment-là. Traversant donc les couloirs pour arriver à sa salle du trône d'où il pouvait avoir un certain point de repère et voir l'immensité de son royaume. Il n’était pas rien… Non, bien au contraire, il se trouvait être Lucifer ! Gouverneur du monde des idées mortes… la ou les démons résidaient et les âmes atterrissaient. Esquissant un sourire malicieux, il appréciait entendre le bruit, les hurlements. Il était le seul maître à bord depuis… depuis qu’il avait été châtié du paradis. Au fond de lui, il avait toujours cette rancœur dans son être mais il ne regrettait pas ce qu’il avait entrepris. Malgré que son royaume soit sinistre et rempli de démons. Des démons qui appréciaient de torturer et d’avoir de nouvelle personne à torturer. Peu de personne s'autorise à venir l’emmerder ici bas, la dernière visite remontait, serrant son poing, cette dernière visite était Dream. Dream était le roi des rêves et des cauchemars, il incarne l’inverse de ce qu’il est. Il ne l’aimait pas… il voulait encore et toujours se venger. Depuis, leur dernière altercation où il avait perdu face à un duel ayant été désigné par l’un de ses démons. Par ailleurs, ce démon a été détruit par la suite. Il voulait détruire Dream mais d’un côté il était ravi d’avoir un nouveau passe temps à faire. Après tout, il répondait au nom de Lucifer et on lui avait donné un rôle à tenir non ? Lui qui était l’ange préféré de Dieu… qui a été déchu, il avait été si puissant. Aujourd’hui Morningstar s'ennuyait, le monde d’en bas ne lui donnait plus autant d’entrain. L’ange déchu n’était pas en meilleure forme, il sentait que quelque chose clochait son énergie n’était pas au meilleur de sa forme. Et le bruit manquait.

Ses ailes étaient toujours rétractées. Marchant. Jamais personne quand on en a besoin.. Comme je dis, on est toujours mieux servi que par soi même. Déambulant dans son palais pour aller à son balcon. S’avançant donc pour regarder l'extérieur. Il comprenait beaucoup mieux la raison qui le poussait à être aussi fatigué…Aucune vie, du moins de bruit ou même de choses.. il n’y avait rien. Tout était désert ? Pourquoi ? Intérieurement Morningstar rageait, continuant donc son ascension, il déploya ses ailes pour descendre. Son monde était bien trop calme et… vide. Ou sont-ils tous passés ? Lucifer emprunta donc un lieu ou les démons avaient l’habitude de passer pour voyager ces derniers s’inclinant à son passage. Le dirigeant s’y était donc rendu , continuant donc sa marche, Luci remarque qu'il ne trouvera aucun mort... les âmes des idées décédés avaient belle et biens disparu. Pourquoi ? Qu'est ce qu'il pouvait se tramer

Qu'est...Je veux bien qu'on soit chez les morts mais c'est peut-être un peu trop calme que ce passe t'il ici... Continuant son chemin, histoire de tomber sur une personne du moins l'un de ses démons pour l'occasion. Son regard se porta un peu plus loin sur une personne qu'il ne connaissait pas du moins ce n'était pas l'un de ses sous-fifres.La silhouette avait un hibou sur son épaule. Qui oserait avoir un hibou sur son épaule ? Encore un pseudo Dream avec son pigeon près de lui ? L'homme et son pigeon en question se trouvait sur l'une de ses montagnes plonger sur l'horizon. Lucifer déploya ses ailes et s'y rendit. Bien sur, comme Lucifer ne le connaissait pas, il resta tous de même sur ses gardes. Qui etes vous et que venez vous faire dans mon royaume sans y être au préalable invité ?

- Tu te demandais pourquoi ton royaume est vide, tu ne cherches pas à virer ceux qui s'y trouvent, je suppose. Sous prétexte qu'il se demandait qui avait fait ça, il envoyait un messager ? Qui sont père ? Fronçant les sourcils. Bon pour l'heure, il n'allait pas le mettre dehors, il avait besoin de renseignement et cet homme pouvait lu en fournir. Il verrait bien ce qu'il fera par la suite de cet homme. Parce que tu connais la réponse alors ? Avait-il dit en haussant un sourcil.Je suis l'Ergot, les Yeux Toujours Ouverts. Je vois tout.

L'Ergot ? ce nom ne lui était pas inconnu... Il avait déjà entendu cela quelques part mais il ne savait plus à quel endroit et puis ça n'avait guère d'importance pour le moment.
Oh my dad ! Dans ce cas... dis moi ce qu'il c'est passé et ou son passé toutes les âmes… Après tout s'il connaissait quelques chose autant lui dire rapidement avant qu'il ne perdent patience.

Ton royaume n'est pas le seul duquel elles ont disparu. Plus aucune Idée ne meurt, ne rêve... ne vit. Leur existence est mise en pause... sauf pour certaines, comme ta présence peut en témoigner. L'homme daigne enfin tourner son regard sur sa royal personne délaissant donc son regard imperturbable de l'horizon. Laissant aussi l'occasion à Lucifer de prendre en considération l'ampleur des dégâts. Il pouvait donc voir qu'il était encore là. Et il devait y avoir une raison mais laquelle ? Une existence mise en pause... Une impression de déjà vu. Plusieurs personnes cherchent les réponses dont tu as besoin. Mes élus, la Chauve-Souris et l'Aile de la Nuit, sont respectivement sur les traces du Gardien et du Professeur. Leur chemin se croiseront au même endroit, là où tu vas devoir te rendre... si tu es capable de mettre ta rancoeur de côté et d'accepter le prix. Il n'était donc pas le seul dans cette merde monumental. Des élus ? Voyez vous ça.. On sait tous comment peuvent finir les élus. Et vu le noms.. c'était à mourir de rire. Parce qu'en plus, il doit se déplacer en personne ? Il se retenait de soupirer.

Mh.. Et pour qu'elle raison suis-je encore là ? Finissant par croiser les bras... ok. Serieusement ? des élus ? Et pour qu'elle raison dois-je mettre ma rancoeur de coté ? Et quel prix dois-je accepter... ? Il aurait sans doute même demander la raison pour laquelle, il devait y aller et pas les laisser dans la merde ? Après tout, il avait moins de travail ainsi.

Les événements à venir sont cruciaux pour le futur des Idées. Les piliers de ces événements sont indissociable à ce qu'il se passe. Tu fais partie de ces piliers. Mh. donc il n'avait pas le choix d'y participer, il était l'un des pilliers. L'homme reporta une nouvelle fois son regard sur l'horizon. Le seul endroit où les possibilités sont infinies, l'endroit où l'espoir construit tout. La croisée des chemins des différents protagonistes de cette nouvelle histoire se situe dans le monde des Rêves, ton antonyme.

Mh, ca en revanche, c'était un peu plus intéressant. Très bien.. J'accepte en revanche, il serra les poings à l'évocation de Dream. Néanmoins un sourire se dessina sur ses lèvres. C'était l'a l'occasion ou jamais pour se venger non ? Mh.. Dans le monde de Dream.. Ca promet d'être intéressant.. Il avait déjà une idée derrière la tête, on ne pouvait pas éliminer autant de tension entre eux d'un claquement de doigts.

L'homme au hibou passa donc devant lui pour marcher. Les piliers en questions sont fait d'antagonistes. C'est ce qui fait un monde. Le prix à payer sera la fierté. Car pour arriver à vos fins, il vous faudra vous entendre sans jamais perdre de vue le rôle que vous avez.
Mhh.. Ma fierté va très bien. Pardon ? m'entendre avec lui ? Après cela, il disparu devant lui sans laisser son reste. Ni même un tchao monsieur dames. Il leva les yeux au ciel. Quel vulgarité.. sans même un adieu... Je dois en déduire que nous n'avons pas été élevé dans le même monde. Haussant les épaules et parlant à lui même. Je n'oublie pas mon rôle à jouer dans tous cela... Il rit. Et bien.. à nous deux Dream.. je sens que ça va être amusant.

Un passage c'est don crée, un chemin menant au pays des rêves qui menait tout droit dans le royaume de Dream. Il s'avance, ses ailes déployer pour se rendre dans son royaume tout en chantonnant. Quelques instants plus tard, il arriva donc à destination. Je ne mettrais pas plus de 3 étoiles pour le voyages... Le service laisse à désirez. Il se trouvait donc devant le royaume de Sandman. Son monde aussi était vide... et même s'il ne l'appréciait pas de voir un monde sans rien... était désolant. Il s'avança pour se rendre dans le chateau...
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91540-une-creature-du-futur http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91555-les-liens-du-viandosaure#1318634 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91556-les-rp-du-voleur-indomptable#1318638


Pitch K. Black
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Pitch K. Black

| Avatar : Ben Barnes

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Gi3h

Sandman, I'm so alone
Don't have nobody to call my own
Please turn on your magic beam
Mr. Sandman, bring me a dream

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Wo7c










| Conte : Les cinq légendes
| Dans le monde des contes, je suis : : Pitch Black

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 W9b2

| Cadavres : 202



[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 _



________________________________________ Jeu 25 Aoû 2022 - 19:09

La guerre des cendres

Mr Sandman... bring me a dream

Morpheus, Oneiros, Marchand de Sable, je suis connue sous plein de nom, possèdes même des titres, mais je suis avant tout Dream, troisième Eternels à être né parmi mes 6 autres frères et sœurs. Je suis le roi du monde des Rêves et des Cauchemars, un monde fantastique remplis d'espoir et de peurs, où les idées peuvent vivres des aventures, affronter ces même peurs ou même leur fantasmes; c'est aussi un monde remplis d'avenir et de possibilités. Je suis la personne qui créer et contrôles tous les rêves et les cauchemars, pour que rien de mal n'arrive aux Idées et pourtant, ce jour-là, alors que j'étais installer plus ou moins confortablement sur mon trône, la tête ailleurs, je constatais enfin que ce sentiment de vide intérieur avait une origine, en effet en regardant l'intérieur de mon palais je notais qu'il n'y avait plus personnes, plus aucune idée en train de rêver, tout était vide. Me redressant sur mon siège, je me lève et descend les marches, tout ceci n'avait aucun sens, mon monde d'habitude si vivant était à présent vidée de tout signe de vie, il ne restait plus que moi et Matthew, mon fidèle corbeau; celui-ci se trouvait en bas des marches en train de se nettoyer l'aile mais s'arrêta quand il remarqua ma présence à ses côtes, il leva sa tête dans ma direction et il put voir mon air perturber.

"Quelque chose ne va pas...plus aucune idée ne rêve."Expliquais-je, mon regard balayant la pièce, cherchant le moindre signe qui pourrait m'indiquer ce qui aurait bien pu se passer.

"Oui, je sais, mais vous voulez que je vous dise ? Je préfère les choses comme ça. C'est beaucoup plus calme."Je baissais les yeux vers Matthew, fronçant les sourcils, ne comprenait il donc pas à quel point la situation était préoccupante ? voir même urgente ?

"Beaucoup plus calme ? Ce monde n'a plus aucun sens si plus personne ne rêve."Répondais-je tout en désignant les alentours, ce monde ne servirais plus à rien, je ne servirais plus à rien.

"Mmh... ou alors l'Apocalypse est arrivée. Ils sont tous morts et vous, vous êtes à la retraite. Enfin je suppose que ça marche comme ça, l'apocalypse, non ?"

"Si c'était vraiment l'Apocalypse et si tout le monde était mort, je ne serais plus là non plus."J'aurais même déjà été réunis avec ma famille, peut-être même avec mes parents, mais non, j'étais encore là et il n'y avait pas la moindre trace d'un de mes frères et soeur dans les parages. "Tout ceci n'a aucun sens, je dois comprendre ce qu'il se passe "Mais comment ? A qui demander ? Les mères du destin ? Destiny en lui-même ? Je fus sorti de mon questionnement intérieur par Matthew qui croassa et s'envola vers le vitrail pour regard dehors, poussant un soupire.

"Il y a quelqu'un. Une dernière personne. Donc vous n'êtes pas à la retraite je suppose... et moi non plus donc."Quelqu'un ? Il y avait quelqu'un ? Enfin un peu d'Espoir dans tout ce tourbillon de détresse; marchant d'un pas rapide, je quittais mon palais pour me rendre à l'extérieur et rejoindre cette personne qui venait d'arriver, peut être que celle-ci aurait des réponses. Plus je m'avançais en direction de cette personne qui se trouvait près des portes géantes marquant l'entrée de mon monde, plus je remarquais que quelque chose n'allait pas, soudain la personne tomba au sol tout en se tenant la tête, j'accélérais l'allure pour la rejoindre, reconnaissant mon ami Le Professeur, ce vieil individu charger de la bibliothèque où se trouvait le registre de toute les Idées. L'espoir commençait à se dissiper et mon humeur à se ternir de plus en plus, que se passait-il donc à la fin ?!

"Professeur ? Que vous ait-il arriver ?"Je m'accroupissais à ses côtés, mes mains se posant sur lui, une lueur d'inquiétude traversa mon regard, allait-il mourir ? Allait-il me quitter à son tour ? Était-ce vraiment la fin ?

"Je... je me suis perdu..."Me dit-il, levant sa tête, ses yeux clignotais d'une lumière dorée. "Ils ont voulu... m'enlever à l'existence..."Encore plus de questions défilèrent dans mon esprit, je formulais rapidement l'une d'entre elle à voix haute.

"Qui sont-ils ?"Un nom, il me fallait un nom, un responsable pour tout ce qui allait de travers aujourd'hui, était-ce un coup de Desire ? Ou même quelqu'un d'autre d'insoupçonné ?

"Des idées renégates ils ont échappé au royaume de Lucifer..."Il s'effondra mais je le rattrapais de justesse pour éviter qu'il ne se fasse mal et mon visage se renferma, Lucifer, bien sûr, ça ne pouvait être que lui. "Le processus s'est arrêté mais je n'ai plus mes pouvoirs. Ils sont quand même sur le point de réussir..."

"Réussir ? Réussir à quoi ? Est-ce pour ça que plus personnes ne rêves ?"Demandais-je avec toute l'urgence que la situation demandais, sa main s'agrippa à la mienne et il la serra.

"Les idées ne sont pas mortes... elles sont toutes réécrites..."Et ses yeux se fermèrent, non ! ce n'était pas le moment ! pas tout de suite, pas maintenant; je le secouait gentiment, espérant, peut être que ce n'était pas trop tard.

".... Réécrites ?! Comment ça ?"Mais il n'y eut aucune réponse de la part de mon vieil ami, seul le silence me répondit; son corps se mit à luire avant de simplement se changer en poussière dorée, le Professeur n'était plus. Je sentais mes yeux me piquer alors la poussière glissais entre mes doigts, quelques larmes glissèrent le long de mes joues."Adieu mon ami..."Murmurais-je si bas que personnes n'aurais pu entendre mes mots.

" Et bien lui par contre, il est mort."Commenta Matthew mais je l'ignorais, trop plonger dans ma peine pour noter ses paroles, et puis une colère sourde, celle-ci m'envahis petit à petit, un sentiment que je n'avais pas ressenti depuis longtemps; le coupable était tout trouver, à présent, il me fallait lui faire payer.

"Lucifer."Avais-je dit à voix haute, calmement, froidement, toute trace de tristesse à présent disparue de mon visage.

"Et bien je sais pas à quel point ça arrange vos affaires, mais il est arrivé juste devant votre château, à l’instant."Et sans même perdre une seule secondes je me traversais la distance qui me séparait de l'Archange déchu.

"Lucifer Morningstar." Pas la moindre salutation, pas la moindre banalité échanger, je voulais des réponses et vite. "J'espère que tu viens avec des explications sur ce qui s'est passé."



luckyred.


Dyson R. Parr
« Cours Dydy, cours ! »

Dyson R. Parr

|  Crédits : Eilyam
|  Avatar : Tom Holland

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Sans_t15

|  Métier : Aventurier, super-héros, en contrat de libraire chez Alexis et vendeur de chocolat chez Aster... et surfeur parfois

|  Conte : Les Indestructibles
|  Dans le monde des contes, je suis : Dashiell Robert "Dash" Parr

La coalition se forme pour trouver à Aster son véritable amour
[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 CAFL

|  Autres Personnalités : Icare J. Skellington - Léon Adonis - Ahsoka Tano

|  Statut Social : Célibataire

| Cadavres : 7303



[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 _



________________________________________ Jeu 25 Aoû 2022 - 21:56 « Cours Dydy, cours ! »





Il y a 37 ans - Dernier Monde des Contes

L'Apocalypse avait plusieurs formes dans les histoires. Un rideau de feu qui s'abattait sur la Terre après une catastrophe. Un ciel rouge ou à l'inverse obscure. Un horizon brouillé par les silhouettes de milliers de créatures venues extérminer la population. Une vague gigantesque submergeant les territoires habitables et habités. Tout ceci avait quelque chose en commun : il fallait regarder vers le ciel et le voir couvert ou transformé. Lorsque le ciel se couvrit d'une lugubre teinte violette ce jour là, les habitants du monde paniquèrent en y voyant un cataclysme apocalyptique.

John Constantine ne s'en était pas inquiété. Pas immédiatement du moins. Les Idées qui habitaient ce monde étaient souvent chaotiques, et le démonologiste avait affronté beaucoup de dangers différents. Il avait pactisé avec Lucifer pour lutter contre le cancer dû à son tabagisme. Il avait exploré le Monde des Rêves en était éveillé. Il avait lu les livres du Professeur sans avoir succombé à la folie de la connaissance. Il avait provoqué la Sève, s'était combattu contre le Gardien... Constantine était connu pour avoir fait face à de milliers d'interdits.

Mais lorsque John vit le Gardien apparaître face à lui (celui qui serait surnommé, des années plus tard, Doctor Fate par Lisa), John commença à avoir peur. Car si le Gardien venait à lui pour savoir ce qu'il se passait, c'est que même les Idées Constantes ne pouvaient pas connaître la nature du danger.

Il trouva ainsi Thunderbolt, le héros de ce monde, qui prit possession d'un phoenix que Constantine monta pour atteindre le ciel, et ainsi comprendre la magie à l'oeuvre, avant de revenir donner ses conclusions au Gardien.

Nous avons besoin de l'aide des Idées Constantes, annonça-t-il. Cette menace ne vient ni d'ici, ni d'aucun Monde Vierge.

Le Gardien parut impassible derrière son casque doré, mais il était tout de même inquiet. Quelle est la nature de cette menace ? Demanda-t-il avant d'accepter ou de refuser la sollicitation des Idées Constantes.

Cette magie s'appelle le Sort Noir. Une des malédictions les plus puissantes écrites il y a des siècles et des siècles, que personne avant n'a réussi à lancer, jusqu'à aujourd'hui. Mais ce n'est pas une Idée qui y est parvenue.

Thunderbolt ne parut pas comprendre, alors John se sentit obligé de faire un cours avancé de l'univers. Cet univers est habité de milliers de mondes remplis d'histoire. Des "mondes des contes", si tu veux. Certains d'entre eux sont des Mondes Vierges, forgés par les Idées, mais plein d'autres ont évolué par eux même, par la vie et la magie. L'un de ces mondes a forcément vu naître une sorcière qui est parvenue à payer le prix du Sort Noir. Il se tourna alors à nouveau vers le Gardien. Cependant, le notre est le Dernier de cet univers. Au centre de toutes ces étoiles. Alors le Sort se referme sur lui même au dessus de notre atmosphère, sans réussir à nous toucher, mais il ne se dissipera pas. Toute magie puissante laisse derrière elle des Cendres, une forme plus diminuée du sort original. Et comme ces Cendres se retrouvent autour de nous, elles vont prendre une forme qui nous mettra en danger. Le Sort Noir est un portail (entre autres). Bientôt, des tunnels vers tous les mondes vont se créer et relacher sur nous des débris, des vestiges... des populations. Les Idées de ce monde vont faire face à des dangers qu'elles nont jamais connu avant.

Et pourtant, la réponse du Gardien glacèrent le sang au démonologiste et au héros. Je ne puis solliciter l'intervention des Idées Constantes, annonça-t-il.

Quoi ?!

Si vous n'allez pas subir la malédiction, le reste en va des événements qui participeront à l'évolution de ce monde, même s'ils ne résultent pas d'idées. Je ne peux rien faire pour vous. Merci pour tes informations.

Et le Gardien disparut.

Une première explosion rompit le calme inquiétant qui régnait sur le Dernier Monde. John et Thunderbolt se tournèrent pour voir plus loin un chaos se soulever. Le Joker... il profite du chaos pour attaquer. Occupe-t-en, je vais voir ce que je peux faire pour les tunnels qui vont s'ouvrir.

Thunderbolt reprit possession du phoenix et s'envola, alors que John s'avança, les yeux vers le ciel. Celui-ci, prenant des teintes violettes de plus en plus fortes, commençait à s'agiter. Et une première ouverture se créa, lâchant sur le monde les ruines d'un château. John utilisa sa magie pour abriter les pauvres idées qui allaient bientôt se retrouver avec les vestiges de mondes inconnus sur la tête, mais il n'arriverait pas à fermer ces tunnels. Pas tout seul...

Une fusée tomba d'un autre.

Une église d'encore une autre.

Un vaisseau décola poursuivi par le phoenix : le Joker avait vu ces tunnels aussi, et parvint à s'échapper sans que Thunderbolt réussisse à l'en empêcher, revenant alors sur le sol.

Puis des premiers êtres vivants commençèrent à arriver contre leur gré. John se téléporta pour réceptionner la première personne qui arriva. C'était une jeune fille, déboussolée, aux yeux encore brillants, dorés, par une magie qu'elle avait dû affronter avant d'arriver ici. John reconnut l'énergie qu'elle avait dans son esprit : Tu es une Idée...

Je... je m'appelle Ana. Mon monde a été détruit mais j'ai pu fuir quand... marmona-t-elle, encore en état de choc.

Quand le Sort Noir t'a ouvert un tunnel vers notre monde, compléta John.

Ils levèrent tous les deux les yeux vers le ciel et virent de nombreux autres vestiges et innocents arriver dans ce monde. Près d'eux chuta un jeune garçon, duquel John s'approcha prudemment. L'adolescent, aux boucles blondes, avaient l'air terrifé. Tremblant.

John lui tendit la main. Cet enfant s'appelait Jorgie.

[Ce passage possède plusieurs références à Magic League qui ne sont pas importantes pour notre histoire, mais j'ai mis des explications dans ce post si vous êtes interessés]

_____________________________________________________________
Aujourd'hui
John Constantine - Lisa Queen - Ana Keough


Et c'est comme ça que tu as adopté Jorgie, comprit Lisa, recoupant l'histoire à ce qu'elle savait de John.

Après avoir quitté Honey et Dyson, puisque John avait une idée pour laquelle il avait besoin de Lisa, le duo se rendait au manoir Constantine en voiture, conduit par la jeune femme puisqu'elle avait préféré éviter la téléportation : ils avaient essayé de se téléporter plus tôt dans un autre monde et s'étaient retrouvés à la place dans les Rêves des Idées avec à leur tête un imposteur. Donc elle ne voulait pas faire confiance à la magie, là tout de suite.

J'ai aidé Ana à utiliser ses pouvoirs, elle m'a raconté plus tard qu'elle avait détruit son monde juste avant l'arrivée de la malédiction, à cause de la Cour des Hiboux, expliqua John. Elle m'a aidé à affronter Ra's Al Ghuul du Monde Noir, c'était une très bonne élève... lorsqu'elle n'était pas submergée par ses émotions et ses doutes. Je suis tout de même content d'avoir eu Ana pour lui transmettre mon savoir : ça m'a permis d'éloigner Jorgie de la magie. Je crois que si je n'avais eu que lui, je ne me serai pas empêché de la lui apprendre, et ça l'aurait mis en danger.

Il soupira. Enfin. Plus en danger que maintenant.

Lisa tourna un oeil compatissant vers lui. Puis, déterminée, elle reporta son regard sur la route. J'ai passé des années à faire le tour du monde pour retrouver le moindre complice de mon frère à l'époque de la première Magic League. Alors que je n'appréciais pas ces types là. Hors Jorgie, lui, était un très bon ami. Alors je te garantis que je compte le retrouver.

John ne répondit pas. Lui possédait la même détermination. Mais il ne comptait pas avouer qu'il comptait massacrer de sang froid la Cour des Hiboux, pour les tuer lentement non sans une torture longue et affreuse, pour avoir fait subir ça à Jorgie. C'était le prix à payer pour s'en prendre à un membre de sa famille.

Ils arrivèrent au manoir, où ils trouvèrent Ana Keough. Après l'aventure il y a quelques mois, Ana n'était plus accusée du meurtre de Jorgie, maintenant qu'on le savait en vie, quelque part. En revanche, pour ses actes à Bleak River et pour avoir malgré tout fuit la police pendant une interpellation, elle était assignée à résidence quelques mois. Une peine qu'elle avait accepté, heureuse de voir que la shérif Jessie croyait enfin en elle.

John lui expliqua la situation. La Cour des Hiboux frappe à nouveau. Comme je le pensais, après avoir récolté les Cendres de ton sortilège d'illusion à Bleak River, ils en avaient pas fini. Quelque soit leur objectif, ils ont frappé à nouveau, je pense qu'ils ont utilisé tes Cendres pour transformer trois nouvelles personnes.

Ca a réussi pour deux. On a pu sauver Honey de justesse, mais elle est à moitié touchée, elle a besoin qu'on l'aide, compléta Lisa.

Je peux faire quoi ? Demanda Ana, inquiète.

J'ai compris que la Cour utilise ta magie non pas pour transformer les gens au hasard, mais pour leur faire devenir des Idées qui existent déjà. Et cette fois, elles s'attaquent à des Idées plus grandes : les Constantes.

Les quoi ? On n'a jamais parlé de ça, tenta de comprendre Lisa.

Il existe de nombreux Mondes Vierges. Et leurs peuples sont les Idées, qui naissent sur leur propre monde, indépendemment des autres mondes. Mais elles sont toutes reliées par les Idées Constantes : des Idées qui régissent la vie sur tous les Mondes Vierges. Le Gardien, que tu appelles Doctor Fate, les voit naître. Sandman ou Morphée guide leurs rêves et leurs cauchemars, en les inspirant. La Mort les emmène dans des Enfers communs sous la gouvernance de Lucifer Morningstar. Le Professeur garde une trace de leur existence pour qu'une idée ne s'éteigne jamais. La Sève construit les formes de vie non conscientes qui font un monde...

Ana soupira. D'accord... c'est un peu le Panthéon des Mondes Vierges. Mais où j'interviens là dedans ?

Cet équilibre est mis à mal, je ne sais pas comment la Cour des Hiboux a fait pour y arriver, mais elle l'a fait. C'est même difficile d'atteindre un Monde Vierge avec la poussière de fée de la mairie. Mais si la Cour a utilisé les Cendres de ta magie pour y parvenir...

Alors tu pense qu'en reproduisant la même magie, je peux atteindre les Idées Constantes, comprit Ana.

John acquiesça. Attention toutefois... la plupart sont fachées contre moi. Alors en ces temps troublés, ils seront probablement encore de moins bonne humeur.

Lisa haussa un sourcil. Et donc tu avais besoin de moi pour les calmer, c'est ça ? Et bien...

_____________________________________________________________
Dyson Parr - Honey Lemon - Louie Bandar-Raaja

Ok, j'avoue que je suis plutôt excité de te voir avec des pouvoirs mystiques. En plus ça te correspond bien, ce titre de "Professeur". Mais si j'ai bien compris ce qu'il se passe, c'est sans doute mieux si on arrive à rétablir les choses, avoua Dyson en emmenant Honey au dernier endroit où il pensait l'emmener un jour. Evidemment, la pauvre Honey se retrouvant un peu de force dans cette aventure, Dyson avait pris le temps de lui expliquer que la Cour des Hiboux était leurs ennemis, responsables de ce qui était arrivé à Jorgie, et qu'ils essayaient de faire... on ne sait pas trop quoi avec des Cendres de la magie d'Ana.

Essaye juste de retenir ces... visions le temps d'un instant. Si elles nous disent où aller pour trouver ta Bibliothèque magique, il nous faut juste trouver quelqu'un avant ça. Et... avoir de l'aide d'un type dont je ne te recommande pas la fréquention...

Ils arrivèrent au Casino de la Fleur Rouge. Avant d'entrer, Dyson expliqua rapidement à Honey la situation de cet établissement : géré par Louie Bandar-Raaja, un mafieux important, celui ci était pourtant un de leurs alliés depuis que la Cour des Hiboux avait orchestré le faux meurtre de Jorgie chez lui. Puisque c'était un mafieux, les regards de la police ont mis à mal ses affaires. Sans compter le fait qu'il appréciait Jorgie, Louie s'est donc proposé d'accueillir le groupe de "super-justiciers anti-hiboux" pour leurs opérations.

Et ce n'est pas son seul avantage... On va devoir lui acheter ce qu'il vend, j'en ai bien peur. Bon sang, pourquoi Anna ne répond pas ?

Il avait appelé Anna plusieurs fois. Même s'il la savait au travail, la situation urgente l'aurait sans doute encouragé à venir prendre part à l'aventure pour retrouver leur ami encore prisonnier de la Cour. Il lui avait donc laissé un message, pour lui dire de les retrouver au Casino, mais Dyson commençait à s'inquiéter.

Anna a disparu en mangeant un chocolat, annonça Louie en venant vers eux quand ils entrèrent dans le casino.

Dyson en sursauta presque. Quoi ?!

Je refuse d'être encore victime d'une surprise de la Cour, alors j'ai mes hommes, mes bandar-log, un peu partout en ville. Ils voient beaucoup de choses, nottament ce qui arrive à mes amis. L'un d'eux a vu Anna manger un chocolat... et disparaître.

Dyson serra le poing. Non ! La Cour des Hiboux l'a eu aussi ! Louie, on a besoin de ta poussière de fée de contrebande, rapidement !

Louie leva un sourcil et arqua un sourire content. Toi, un client de mon nouveau marché de la nuit, tiens donc ? Tu sais que plusieurs cartels ont reproduit cette poussière, mais que nous avons des... effets indésirables, n'est-ce pas ? Je te préviens puisque tu es un ami, estime toi chanceux.

Je sais tout ça, mais on a pas le choix. On essaye d'atteindre un monde vers lequel les chemins sont corrompus par une magie utilisée par la Cour. Alors je me suis dit que ta poussière à toi, avec ses effets "indésirables" comme tu dis, pourra peut être la contourner. En fait, j'ai pas d'autres options.

Très bien, très bien ! Inutile de t'affoler. Mais je ne viendrai pas avec vous. Je vous offre le QG, mais pas de main supplémentaire, prévint-il en tendant deux sacs de poussière.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Signature-Dyson
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91249-termine-de-retour-en- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91319-dyson-walters-fleche-parr-dyson-parr-dashiell-parr-tu-m-as-connu-sous-quel-nom#1316130 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91319-dyson-walters-fleche-parr-dyson-parr-dashiell-parr-tu-m-as-connu-sous-quel-nom#1316130


Honey Lemon
« Science is magic that works. »

Honey Lemon

| Avatar : Emily Bett Rickards

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Eroshoney

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 T45i

| Conte : Big Hero 6
| Dans le monde des contes, je suis : : Honey Lemon

| Cadavres : 6357



[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 _



________________________________________ Dim 28 Aoû 2022 - 12:44 « Science is magic that works. »

Honey n'avait jamais été du genre à croire à ces histoires de poussière de fée et autres phénomènes magiques que la science ne parvenaient pas à expliquer. Alors commencer à croire au bon fonctionnement d'une poussière de fée artificielle dont le créateur ne vantait pas spécialement la fiabilité, c'était beaucoup plus demander. Cela dit, s'ils voulaient pouvoir se rendre dans "sa" (le possessif aussi la laissait dubitative, même si posséder une bibliothèque était quelque chose que la jeune femme parvenait bien plus facilement à imaginer) bibliothèque qui existait dans l'un des Mondes Vierges dont la scientifique découvrait à peine l'existence, ce n'était pas comme s'ils avaient trente-six autres solutions possibles. La jolie blonde s'était donc fait une raison sur la question et suivait le mouvement en daignant croire que les probabilités de succès étaient de leur côté (puisque ça avait toujours été le cas dans leurs missions plus ou moins suicidaires).
D'ailleurs, pour le moment, tout se passait bien.
Après avoir utilisé la poussière, Dyson et Honey avaient disparu et venaient de réapparaitre dans une agréable clairière entourée d'une forêt si dense qu'elle donnait l'impression (à ce moment-là pas encore vérifiée) qu'il était impossible de quitter la clairière. C'était à se demander si l'endroit n'avait pas été muré non pas par de la brique mais par des arbres. Et pourtant il n'était pas dépourvu d'une certaine beauté, curieuse, certes, surtout si on levait les yeux pour apercevoir alors des racines géantes qui montaient de toutes parts vers le ciel, défiant par ce seul fait les lois de la biologie.
Hormis le duo, la clairière était déserte. A leur gauche se trouvait un frêne et à leur droite un olivier, deux jeunes arbres qui dépassaient les humanoïdes d'à peine une tête, contrairement à leurs confrères plantés sans logique apparente, comme pour illustrer la biodiversité de toutes les forêts de la terre en une place. C'était magnifique en un sens et aussi plutôt classe. Honey observait l'endroit avec une certaine fascination.
- C'est quand même pas banal, finit-elle par souffler. Vous pensez qu'il y a une symbolique dans tout ça ou c'est juste du décor ?
Dyson se gratter pensivement la tête, l'air embêté - et pas par la question hors sujet de son amie.
- Je n’ai absolument aucune idée d’où est-ce qu’on peut être… , avoua-t-il sans pour autant que Honey décide de paniquer.
Ca tombait bien car il se tourna justement vers elle avant de poursuivre :
- On peut espérer qu’une chose, qu’on soit bien dans un Monde Vierge et que… tu trouve ta bibliothèque dans les 20m2 à notre disposition. Ça va être sympathique ça encore, ironisa-t-il.
Honey lui adressa un sourire contrit, d'autant plus que s'il y avait eu une bibliothèque dans la clairière, ils auraient dû la voir, non ? Or cela paraissait difficile au vu de la description de l'endroit qui vient de vous être faite. Sauf que l'endroit était semble-t-il plus vivant que n'importe quelle forêt et que chacun de ses arbres se transforma en êtres humains de toutes les ethnies, de tous les âges et de toutes les tailles. Ca aussi c'était fascinant et carrément inattendu, aussi. Seuls l'olivier et le frêne conservèrent leur aspect d'origine mais ni cette non transformation ni tous les autres changements ne firent réagir Dyson. Et ça, quand on connaissait un peu le jeune homme, c'était étonnant. Honey, pour sa part, ressentait à présent toutes les angoisses de ces êtres. La sensation était bouleversante, au sens premier du terme. C'était comme si les êtres happaient Honey dans un tourbillon d'émotions dont elle craignait de ne pouvoir s'extraire.
- Dis-moi, tu as vu les arbres se transformer en êtres de toutes sortes ou pas ? Parce que moi... Je ressens plein de choses présentement, mais toi, t'as quand même l'air un peu ... passif devant tout ça, grimaça Honey pour s'excuser du choix de vocabulaire. Je continue de me dire que le frêne et l'olivier représentent quelque chose car ils n'ont pas changé d'aspect, poursuivit-elle en raisonnant à haute voix.
Pour tester sa théorie, la scientifique s'approcha donc de l'olivier non sans continuer de surveiller les réactions de Dyson qui, surpris, observait les arbres. Puis la surprise laissa place à une forme d'angoisse qui étonna Honey (alors qu'elle aurait en fait dû s'étonner de voir des arbres se transformer en êtres humains ce qui n'avait provoqué que de la fascination en elle).
- Je vois rien. T'es en train de me dire qu'ils sont hantés ?
- Je suis en train de te dire qu'ils se sont transformés en êtres de toutes sortes, j'ai jamais utilisé l'adjectif "hanté", précisa Honey incertaine de voir où Dyson voulait en venir. Tu penses qu'ils sont hantés, toi ? Parce que j'imaginais pas ça comme ça, un endroit hanté. Mais après, mon truc c'est la science, pas les esprits. Moi j'y connais rien, t'as peut-être raison, c'est peut-être hanté, analysa-t-elle tranquillement tout en analysant l'olivier dont elle s'était approchée.
- Ben... des fantômes et des démons qui se cachent dans certaines choses, c’est des êtres de toutes sortes aussi, fit remarquer Dyson.
Honey ne sut quoi répondre à cette remarque et reporta son attention sur l'olivier. Ses feuilles avaient commencé à bouger dès que Honey avait décidé de l'observer et, finalement, lui aussi venait de prendre une forme, celle de Dyson, à la différence qu'il était habillé tout en noir, contrairement au vrai Dyson qui ne regardait pas non plus Honey avait cet air si grave et respectueux que l'olivier Dyson avait et qui faisait penser à une sorte de révérence.
- Hmmm... Réflexion faite, pas sûre que ce soit hanté, ou alors pas tout, reprit Honey en se tournant vers le vrai Dyson. Parce que l'olivier est devenu toi et aux dernières nouvelles tu es encore en vie. Les endroits hantés sont hantés que par les morts, non ? Tu te sens vivant, pas vrai ? demanda la jeune femme en écarquillant les yeux, songeant que, face à la potentialité de la mort de Dyson, il fallait quand même réellement s'inquiéter et ne pas traiter la question avec la nonchalance d'avant.
Le jeune homme haussa un sourcil, les yeux rivés à l'olivier qui, manifestement, avait toujours l'aspect d'un olivier à ses yeux.
- Cet arbre c’est moi ? Je… suis pas sûr de trouver ça super cool comme identité, commenta-t-il.
- Oh pourtant ça a une belle symbolique l'olivier, expliqua Honey. La paix, la victoire ou encore la force. Et même les Jeux Olympiques pour les couronnes en branche d'olivier ! s'enthousiasma la jeune femme. Je trouve ça flatteur comme symbole !
Mais le Dyson olivier secoua négativement la tête, ce qui fit perdre de sa superbe à la jeune femme. Manifestement, ils n'avaient pas compris.
- Prends ça comme tu veux mais l'arbre a l'air de dire qu'il n'est pas toi, transmit Honey, incertaine, dont le regard allait alternativement de l'un à l'autre des Dyson.
Cette remarque le fit beaucoup réfléchir et Honey ne l'interrompit pas, sentant l'épiphanie proche.
- Henry Junior Robinson ? demanda-t-il après un moment avec une pointe d'inquiétude dans la voix.
Cette fois l'arbre approuva en hochant la tête, ce qui n'avança pas Honey car elle ne connaissait pas la personne en face d'elle.
- L'arbre confirme, annonça la jeune femme, perplexe.
Dyson avala alors de travers et Honey sursauta.
- La Cour des Hiboux m'a donné son identité de force... je savais pas qu'il était réel à ce moment là..., expliqua-t-il.
Et alors le silence retomba, Honey ne se sentant pas de le défaire. Après un instant gênant où il ne se passait rien, Dyson tourna la tête vers son amie pour continuer de lui parler, bien qu'il soit toujours perturbé :
- J'ai rêvé de lui dans une bibliothèque y a pas longtemps, il saurait pas où c'est, à tout hasard ?
Cette fois Honey n'eut pas besoin de traduire la question : l'arbre Dyson commença à parler en signe à Honey afin de lui indiquer qu'elle devait se calmer et se concentrer pour cesser de "tout" voir et essayer de voir seulement ce qu'elle cherchait : la bibliothèque.
- Il a l'air de pouvoir m'aider à savoir où c'est, souffla Honey avant de fermer les yeux pour faire le vide dans son esprit (en récitant mentalement les décimales de Pi).
La jeune femme garda les yeux fermés et le silence un long moment, s'abandonnant à sa requête : trouver la bibliothèque.
- Honey ! T'as fait apparaître le SFIT dans la forêt ! s'écria Dyson après un instant dont la jeune femme n'aurait su estimer la durée.
Cette bonne nouvelle (car Honey adorait cet endroit où elle avait passé les meilleures années de sa vie) eut un effet immédiat et la jeune femme rouvrit brutalement les yeux pour s'en rendre compte d'elle-même. Effectivement, ils étaient dorénavant devant les grandes portes de l'Institut de Technologie de San Fransokyo posées toutes droites dans le sol au bord de la clairière. Le reste du bâtiment n'était pas apparu dans la forêt mais puisque les portes étaient en verre, ils pouvaient apercevoir le reste de l'institut en transparence.
- Allons-y ! s'élança Honey, confiante que rien de trop mal ne pourrait lui arriver dans un endroit aussi réconfortant pour elle.
Dyson la suivit non sans un dernier regarder désolé vers l'olivier. Alors quand il arrivera à sa hauteur, la jeune femme lui pressa amicalement l'épaule pour lui faire comprendre qu'il n'était pas réellement responsable de ce qui était arrivé à cet olivier. Enfin, ça, c'était ce que Honey pensait, du moins.
Puis ils passèrent les portes de l'institut et le trouvèrent exactement comme la vraie université que Honey avait fréquentée, ce qui, étant donné les circonstances, était un peu étonnant, quand même. Ceci dit, une différence majeure se fit voir bien rapidement : tout le décor était rempli de livres. Des centaines voire des milliers de livres. Ce n'était pas spécialement pratique pour y faire réellement cours mais les amateurs de livres ne pouvaient pas nier que cette bibliothèque avait de la gueule, surtout parce que les livres étaient tous extrêmement bien rangés. Quant au chemin qu'ils venaient de prendre, il venait de se refermer. En se tournant vers la porte d'entrée, Honey constata effectivement que les portes étaient devenues opaques.
- C'est vraiment incroyable, souffla-t-elle en tournant sur elle-même. Par contre, ça va être compliqué s'il faut trouver un seul livre.
- Le Professeur sait toujours où se trouvent les livres dont il a besoin ! s'écria une voix sans corps pour le moment.
Honey sursauta et commença à chercher son origine. Elle finit par apercevoir un vieil homme assis à une table que Dyson ne tarda pas à reconnaitre (le vieil homme, pas la table) :
- Le Professeur ! J'ai rêvé de vous ! s"écria-t-il à son tour.
- Je crois que c'est elle, le Professeur, à présent, sourit le vieillard.
Honey lui rendit son sourire. Elle commençait à bien aimer ce nom d'héroïne.
- Et... ça vous dérange pas ? demanda Dyson, étonné.
- Je suis à présent un fantôme. Et je trouve ça particulièrement excitant ! répondit l'intéressé en haussant les épaules.
Honey ne put s'empêcher de pouffer, pas parce qu'il était devenu un fantôme, mais parce qu'avec une réaction pareille il aurait pu être Albus Dumbledore déguisé, ce qui aurait été excitant aussi.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 SJ2banni-re-Honey
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76583-honey-honey-oh


Violette Parr
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Violette Parr

| Avatar : maya hawke

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 1aa1648696fdcf5f63512d97a72f75e747e083b5
Ordinaire à ma manière...
[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Tumblr_p75fwexnG01trnuupo2_r1_640

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Sans_t19

| Conte : les indestructibles
| Dans le monde des contes, je suis : : violette parr

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 Wqav

| Cadavres : 81



[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 _



________________________________________ Dim 28 Aoû 2022 - 23:54

• • • •• • • •

Finalement, Jorgie avait accepté de me suivre alors que j’étais sous l’apparence de cet homme à qui il semblait véritablement faire confiance. Chargée d’une mission, je le conduis jusqu’à l’homme masqué de la Cour des Hiboux. En sortant de sa cellule noire, on se retrouve dans les couloirs d’un Colisée. Quittant le fameux Colisée, je pose mon regard sur l’homme masqué qui nous attends.

« Merci beaucoup…Invisible. »

Jorgie me regarde, surprise avant d’avoir un mouvement de recul.

« Invisible ? C’est quoi comme nom ça ? Je savais que quelque chose n’allait pas ! »

Je tourne la tête vers Jorgie.

« Je voulais juste avoir le droit à la liberté. » « Et lorsque cela sera fini, tu feras partie d’un monde en tant qu’être libre. En tant qu’être à part entière. Mais il y a quelqu’un dans cette arène qui a une toute autre idée de ta liberté : une personne qui a pour but de te faire disparaître. »

Fronçant les sourcils, je ramène mon regard sur l’homme masqué.

« Quoi ? Qui ? » « C’est une justicière de notre Cour, Batgirl, notre Chauve-Souris. Mais son esprit a été corrompu, elle pense être quelqu’un d’autre. Et elle pense que tu ne devrais pas être celle que tu veux être. Elle essaiera de te faire croire à quelqu’un d’autre, uniquement pour t’effacer. Maintenant que tu m’as ramené ce jeune homme, occupe toi d’elle le temps que nous réglions nos affaires. » « D’accord. »

Levant la tête, je me dirige vers le centre du Colisée. Arrivant à sa hauteur, je la fixe, restant silencieuse.

« Violette ? Toi aussi t’es là ? » demande la Chauve-Souris, incrédule.

Je la fixe, les sourcils froncés.

« Qui ? Je ne vous connais pas. » « Okay, on est pas hyper proche. Mais quand même ! » répond t’elle « Il m’a dit que vous alliez essayer de me manipuler. Je ne vous fais pas confiance. » « Il ? Qui ça il ? Non parce que en terme de manipulation, je suis un zéro pointé. Moi je suis plutôt celle qui se fait manipuler et qui se retrouve avec un sociopaths pour fiancé » Notez que ma joueuse était clairement morte de rire en lisant ça « Celui qui m’a promis la liberté que j’attends depuis bien trop longtemps » Me rendant invisible, je me rends derrière elle avant de la propulser plus loin avec un champ de force. Toujours invisible, je reprends la parole « Et je veux être libre. »

« Tu le serais si tu te rendais compte de qui tu es ! » réponds Anna en se relevant tout en regardant autour d’elle, me cherchant « Tu t’appelles Violette Parr pour info ! Comme t’as l’air d’avoir subit un lavage de cerveau. » Restant silencieuse, je ne la quitte cependant pas des yeux. Me rendant à nouveau visible « Je suis Invisible ! » Et c’est là que vous avez le droit de rire. Générant un champ de force plus puissant, je frappe Anna de plein fouet « Ça c’est du chiqué ! » réponds t’elle « Ton vrai nom c’est Violette Parr, tu viens d’une famille de super héros et c’est pour ça que tu peux te rendre invisible et générer des champs de forces ! Tu as un frère, Dyson avec qui je suis amie. C’est pour ça que je te connais. » « Il m’a dit que…Il m’a dit que tu allais…que tu allais m’effacer. Il m’a dit de ne pas t’écouter, que tu allais chercher à me corrompre… » soufflais-je.

« Attaque moi si tu veux. J’ai pas l’intention de répliquer. Je ne ferais pas de mal à la soeur d’un ami et ils se sont plantés de soeurs niveau pouvoirs. Bien qu’Elsa ait pas la capacité d’effacer qui que ce soit non plus. Quoi qu’il en soit, je refuse de jouer le jeu de ces tarés. » « Je…je ne comprends plus rien… » « J’essaie pas de te manipuler. En revanche, celui qui t’as sois disant promis d’être libre LUI te manipule. Moi aussi j’ai été projeté dans un nouveau monde avec aucun souvenir il y a pas si longtemps que ça. On nous a monté contre une amie, nous faisant croire qu’elle était l’ennemie alors qu’en fait, ce sont nos soit disant alliés, la cour des Hiboux, leur Ergo et je ne sais quoi d’autre qui compose leur secte de cinglés qui tiraient les ficelles depuis le début. » « Pourquoi m’aurait-il menti ? »

Je n’arrivais pas à lui faire confiance mais ce qu’elle disait se tenait malgré tout…

« Probablement pour les mêmes raisons que celles les ayant poussés à nous mentir à ceux qui étaient avec moi la dernière fois. Je ne sais pas pourquoi ils ont l’air si intéressés par les habitants de Storybrooke mais sans souvenir de qui on est, on est forcément plus malléable et plus enclin à faire ce qu’ils veulent. Ils nous ont menti à moi, à Dyson et à ceux qui étaient avec nous la dernière fois. Et ils n’ont pas hésité à utiliser des moyens détournés pour me faire venir ici. Alors le reste ça ne doit pas être bien compliqué à faire. Je ne sais pas quel est leur véritable motif mais je refuse de les laisser manipuler d’autres personnes à leur guise pour y arriver. »

Me pinçant la lèvre inférieure, je reste silencieuse quelques instants. Il m’avait promis la liberté mais si elle avait raison et que je n’y aurais jamais droit ? Peut-être qu’elle pourrait me permettre de l’atteindre cette liberté tant méritée. Il fallait de toute manière que je fasse un choix.

« Je ne dis pas que vous fais cent pour cent confiance mais je veux bien vous suivre, vous avez pas l’air aussi dangereuse qu’il le disait. » énonçais-je alors.

Mais alors que je m’apprêtais à la suivre, elle s’endort et tombe au sol, assoupie. Alors non, c’est pas le moment qu’elle aille dans le royaume des rêves. Je reste là silencieuse, les poings serrés, poussant un soupir, consciente que cette liberté tant souhaité ne semblait clairement pas être pour tout de suite.

La Guerre des Cendres ⎪Super-Justiciers #2 ✦ Dyson • Anna • Honey • Pitch • Théophile

KoalaVolant

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Together
together, we are super.

KoalaVolant
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91542-normal-je-reve-c-est- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91543-les-liens-de-violette#1318543 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91545-les-rp-de-violette#1318545 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91546-violette_parr#1318547


Contenu sponsorisé




[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2 _



________________________________________

 Page 1 sur 4
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

[Fe] La Guerre des Cendres | Super-Justiciers #2





Disney Asylum Rpg :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Les autres mondes :: ➹ Divers Mondes