LE COFFRE
A JOUETS

AOUT 2019
de Fanny


PRACTICALLY
IMPERFECT

JUILLET 2019
de REGINA


AMAZONBIE
JUILLET 2019
de ANYA



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Le Coffre à Jouets ☆ Evénement #114
Une mission de Fanny - Depuis le 21 août 2019
Vers l'Infini et au-delà !

Partagez
 

 [FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage

Lisa Queen / Killer Frost


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Lisa Queen / Killer Frost


╰☆╮ Avatar : Danielle Panabaker

Ѽ Conte(s) : Intrigue Super-Héros
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Killer Frost

✓ Métier : Super-villains... ou Avengers
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 13 Avr 2019 - 15:01

UNIVERS

PERDU
Héros
et
Justiciers








« Le soleil brillera de nouveau sur nous. ».
Δ Avengers

Terre-3
Debut janvier 2019
Grande Prison

Cela fera bientôt 4 mois que les habitants de Terre-2 étaient enfermés dans les prisons de Terre-3. Comment 14 milliards d'habitants pouvaient tenir dans des prisons d'un autre monde qui contenait aussi 14 milliards d'habitants ? Lisa ne le savait pas. Dans sa section, elle ne voyait pas tout le monde, elle n'était pas réellement sûre qu'Ultraman avait pris en otage tous les habitants de Terre-2 comme le dictateur kryptonien l'avait promis. Si ça se trouve, il avait pris les plus intéressants et gardait Terre-2 sous son règne de terreur (si c'était le cas, ça faisait beaucoup de dictatures mondiales en l'espace de deux ans, entre le Joker, Brainiac et lui maintenant). Sa section contenait quelques super-héros et méchants, qui venaient autant de Terre-2 que de Terre-3, mélangés et partagés dans des cellules à deux, et qui ne se rencontraient qu'aux heures de repas.

Ce matin, Killer Frost se réveillait en grommelant, à cause de quelques lueurs de lumière qui venaient déranger ses paupières fermées. Qu'est-ce que tu fous ? grogna-t-elle en se redressant, à l'intention de son compagnon de chambre sur le lit du dessus.

Il est 11 heures, répondit Miles calmement, assis sur son lit devant son livre. Je croyais que la terrible Killer Frost s'en fichait de dormir, pour pouvoir être prête quand elle pourra tuer les types qui l'ont capturé ?

Lisa eut un sourire amusé alors qu'elle se levait, et s'accoudait sur le lit de Miles pour le regarder. Je m'accorde une nuit de sommeil et je cherche à les étouffer le reste du temps. Tu peux causer, Spiderman, je répète ma question, qu'est-ce que tu fous avec un livre ? C'est la meilleure chose que tu as trouvé à faire là ?

Miles haussa les épaules. Tu as une meilleure activité ? Une autre tentative d'évasion ? On a essayé tous les deux, déjà trois fois, on n'a jamais réussi.

Où tu l'as trouvé ce bouquin ?

C'est un des gardiens qui vient avec des livres, la seule chose qu'Ultraman nous autorise à avoir. Je suis certain que tu trouverais ça intéressant. En plus, toi tu viens d'une autre Terre, qu'on a nommé la première. Faudrait que j''en parle avec toi pour savoir si vous avez ces légendes aussi. Mais...

Frost soupira en exagérant une lamentation, mimant une corde pour se pendre. Alerte neeerd...

Hé ! Arrête de te moquer de moi ! T'es une super ingénieur du mal qui a crée un robot meurtrier tellement dingue que le méchant le plus intelligent des deux univers en était intéressé ! Nous sommes une cellule de nerds. Juste que moi, je dessine. Toi, tu... fais ça.

La femme glacée leva les yeux au ciel. Ok, ok, alors il parle de quoi ton livre super intéressant, mon cher ami nerd numéro 2 ?

C'est super intéressant, parce que j'ai parlé à plusieurs personnes de Terre-2 à la cantine, et je me suis rendu compte que eux aussi ont la même légende que ma Terre. J'ai cru comprendre qu'on a énormément de choses en commun, mais je trouve ça dingue que même les cultures se répètent dans les deux mondes. C'est la légende de la Terre-X. Dans votre "monde réel", vous avez la légende de la Terre-X ?

Toutes vos histoires sont des comics chez nous. Y en a un sur la Terre-X. C'est un monde ou tous les super-héros sont des méchants nazis.

Miles la regarda bizarrement pendant un instant. Des méchants nazis ? Mais what the... Non ça n'a rien à voir là. Chez nous, c'est une légende qui repose sur le fait que l'univers est en constant mouvement, et qu'un jour notre galaxie pourrait en percuter une autre. Selon la légende, un monde frappera la Terre de plein fouet, mais au lieu de se détruire, les deux planètes fusionneraient, et modifieraient les vies qui y étaient pour les reformer ensemble.

Cette fois-ci, ce fut autour de Lisa de le regarder bizarrement. C'est totalement n'importe quoi...

Miles fronça les sourcils, froissé. Et vous vous avez une BD sur des super-héros nés nazis, tu peux parler !

Leur discussion fut interrompue par la porte de la cellule qui s'ouvrit toute seule, comme habituellement à cette heure-ci. Dans le couloir des cellules, du bruit se leva causée par la foule qui sortait calmement des chambres. C'est l'heure de manger, l'araignée de bibliothèque, range moi ça.

C'était une routine maintenant. Lisa et Miles partageaient la même cellule comme de nombreuses autres paires formées aléatoirement par les gardiens de prison dans laquelle ils étaient retenus captifs, sortaient pour aller manger avec les autres, revenaient, discutaient ou essayaient de s'échapper, la même routine en 4 mois. Elle, ancienne super-méchante du monde réel, qui a aidé pour vaincre Brainiac sur Terre-2, et lui, homme-araignée de Terre-3, devenant un super-héros avant que Ultraman et son syndicat du crime n'y installent un règne de terreur. Ils avaient tous une histoire. Mais c'étaient eux deux qui nous intéressaient aujourd'hui.

Ils s'apprêtaient à quitter enfin cette routine. Alors qu'ils déjeunaient, Lisa était silencieuse comme toujours, alors que Miles avait tendance à discuter, à elle, tout seul, ou à d'autres. Frost, elle, était très observatrice en mangeant, et finit par froncer les sourcils en remarquant un détail inhabituel. Elle donna un coup de coude à Miles. Quelque chose ne va pas. Il y a toujours cinq gardes à chaque porte, et cinq autres de l'autre côté. Nous sommes pour la plupart des surhommes, même avec leurs bracelets anti-mutation, nous sommes dangereux. Et pourtant, là, il n'y a aucun garde.

Miles haussa les sourcils en tournant la tête vers les portes. Personne d'autre ne semblait l'avoir remarqué pour l'instant, mais Lisa avait raison, ils n'avaient aucun surveillant. Il leva alors la tête, et remarqua les caméras de surveillance, toutes éteintes. Les anti-mutations bloquent mon spider-sens, mais j'en ai pas besoin pour avoir un mauvais pressentiment... hé tu fais quoi là ?! Il se leva alors rapidement, en voyant Lisa le faire, et se diriger sans stress vers la porte principale. Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée... lui souffla-t-il.

Elle ne répondit pas. Elle passa la porte, lui derrière, et le reste du refectoire le remarqua enfin. Frost s'avança vers le panneau de contrôle des portes, et pianota sur l'écran pour fermer toutes celles de la cantine. Tu as raison, ce n'est peut être pas une bonne idée, alors autant faire en sorte de ne pas agiter tout le monde. Sur ces mots, elle s'avança à travers les couloirs du grand bâtiment sans fenêtre, jusqu'à aller plus loin que la prison, alors que Miles était bien moins confiant qu'elle. Finalement, au bout de quelques minutes, ils virent au bout d'un couloir une forte lumière bleue sortir d'un mur de verre qui donnaient au-dessus une grande salle, un grand atelier d'ingénieurie.

Miles et Lisa baissèrent la tête, sourcils froncés, pour observer Ultraman, Superwoman et Owlman, principaux "héros" maléfiques du syndicat du crime, contreparties de Superman, Wonder Woman et Batman dans nos histoires. Ceux-ci étaient aux côtés de Pepper Potts..., reconnu Frost en voyant la femme blonde, terrifiée d'être avec eux. C'est la femme de Tony Stark, elle vient aussi de Terre-2. J'ai cru comprendre qu'Ultraman cherchaient des gens intelligents. Stark a du refuser, il doit être retenu captif quelque part pour faire pression sur Pepper.

Ils ont besoin des compétences de cette femme pour quoi alors ? C'est quoi, la source de lumière au milieu ?

Ils ne la voyaient pas très bien, Ultraman encore devant, mais celui-ci finit par faire quelques pas et dégager la vue. Lisa fronça les sourcils. Le Tesseract ! Mais Miles ne comprit pas le sens de ce mot. Elle prit un temps bref pour expliquer. C'est une pierre d'infinité, un truc puissant né avec cet univers, celle là contrôle l'espace, elle est au coeur de ce cube bleu. Il avait été détruit par Thanos il y a quelques mois, je ne sais pas pourquoi ils l'ont reformé.

Pour faire beaucoup de mal, retentit une voix à côté d'eux, qui les fit sursauter. Ils se retournèrent aussitôt, pour voir une femme que semblait reconnaître Lisa.

Vous êtes...
Non, l'interrompit l'inconnue. Je lui ressemble, je ne suis pas elle. Mais nous aurons besoin de l'appeler pour avoir son aide, c'est urgent. Mais bientôt, ça ne sera plus possible si Ultraman met son plan à execution.

Lisa et Miles clignaient des yeux. Mais... vous êtes qui ?
Je suis envoyée par quelqu'un de puissant pour empêcher l'inévitable. Nous avons très peu de temps pour parler. Mon visage suffirait à vous convaincre.
Ouais, peut-être...
Très bien. Il faudra agir vite, plus le temps pour la discrétion : il faut entrer, et leur prendre le tesseract. Mais le caisson de verre dans lequel il se trouve est très lourd. Trop lourd. Il y a un chariot au fond de la salle. Il faut distraire les trois dictateurs pendant que...
Je peux faire mieux. Y a quelqu'un dans la cantine qui est assez fort pour le porter à main nue.

Non. Je suis déjà là, fit la voix de Caïd, un des ennemis de Spiderman, derrière eux. Devant la surprise de Miles, le géant se mit à rire. Tu crois vraiment que je te laisserais fuir la prison sans te suivre ? Je vous aiderai. Pas pour aider je ne sais pas qui. Quelque chose que j'aime plus que le pouvoir, c'est ma vie, et je n'ai pas prévu de la perdre.

La femme inconnue fronça les sourcils, et posa son regard sur Miles. Peut-on lui faire confiance ?
Lui ? J'en connais pas un qui n'aime pas sa vie plus que lui.

Alors la femme regarda Caïd, et hocha la tête. On doit agir vite. Si on les laisse faire et qu'on subit ce qu'ils sont sur le point de faire, on ne pourra jamais obtenir de l'aide pour nous libérer.

Caïd ne se fit pas prier : il s'approcha de Lisa et Miles, et écraser ses mains sur leurs bracelets. Leurs pouvoirs n'étaient plus bloqués désormais. Il sauta contre la vitre pour la briser violemment, et tomba à pieds joints dans la salle, derrière les trois super-méchants, si lourdement qu'il en fit trembler la salle. Ultraman et ses deux acolytes se retournèrent alors, mais le kryptonien se fit geler par une salve de glace lancée par Killer Frost, qui descendait dans la salle avec Miles et l'inconnue sur un un chemin bleu.

Bien sûr, Ultraman se libéra aussitôt. Il leva les yeux vers la mutante, mais Miles lui lança une toile sur les yeux. Puisque la distraction était assurée, Caïd passa devant Pepper et s'empara du lourd caisson de verre qui contenait le Tesseract. Et j'en fais quoi, maintenant ?

Retire le ! Cria l'inconnue en plein combat.

Je viens de le retirer !

Voilà où était le problème : le Tesseract venait d'être retiré de leur machine, et pourtant celle-ci tournait encore à plein régime. Comme leur aide mystérieuse était occupée à se battre contre Superwoman, Caïd se tourna vers Pepper, en retrait. Mais elle finit par ouvrir la bouche et s'avancer du géant. Il doit y avoir une autre source d'énergie. Mais ils ne m'ont rien dit là-dessus, je...

C'est trop tard alors. Si on ne peut pas l'éviter, il faut sortir d'ici, immédiatement. L'inconnue s'avança, avec Lisa et Miles, alors que les trois ennemis étaient gelé, assommé et entoilé. Mais ce ne serait que temporaire, ils n'avaient que quelques secondes.

Pourquoi, ça va exploser ? Il est hors de question d'abandonner tous ces gens dans un batiment qui va expl...

Si. On part. Comment on fait ?

Pepper hésita un instant, jaugeant le groupe sans être très certaine de la confiance qu'elle devait leur accorder. Mais finalement, elle s'approcha, et posa sa main sur l'une des poignées du caisson du Tesseract. Tournez la deuxième poignée en même temps que moi.

Les poignées tournées, tous se tinrent par la main ou les épaules, et tous disparurent dans un flash bleu. Quelques secondes plus tard, l'endroit explosa aussitôt.
©️ Gasmask




Storybrooke
1er juin 2019
Q.G. de la Magic League


« Alerte. Erreur détectée sur la base de données. »


[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu ML4-IMAGE-INTRO

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu Magic-League-Banni-re

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
white heartmy blood is cold
my soul is hurt


Dyson L. Walters


◊ Un génie, milliardaire, play-boy et philanthrope. ◊


Dyson L. Walters


╰☆╮ Avatar : Tom Holland

Ѽ Conte(s) : Oswald, le lapin chanceux
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Oswald

✓ Métier : Gérant et serveur du Comics Burger ✗ Leader de la Magic League ✗ Adjoint du maire ✗ Scénariste pour le cinéma
[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu Weqp

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 18190

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu _


Actuellement dans : ◊ Un génie, milliardaire, play-boy et philanthrope. ◊


________________________________________ Dim 14 Avr 2019 - 17:05


UNIVERS

PERDU
Héros
et
Justiciers








« Le soleil brillera de nouveau sur nous. ».
Δ Avengers

1er juin 2019
Queens

La douce sensation des bras de Mattéo entourés autour de moi, alors que je m'endormais doucement, blottit contre lui. La chaleur réconfortante qu'il me partageait, comme à chaque fois que j'étais contre lui, ou que je lui tenais la main. Juste lui, et moi.

Et d'un coup, cette sensation se brisa violemment, disparut sans transition. C'est alors que je m'étais réveillé.

Je m'étais redressé immédiatement, frappé par la première évidence qui m'avais sauté aux yeux : ce n'était pas mes draps, ce n'était pas ma chambre, et même le caleçon que je portais pour dormir n'était pas le mien. Je tournais la tête, essayant de reconnaître quelque chose, en vain. Rien de ce qu'il y avait autour de moi m'étais familier. J'eus un sursaut au bruit du réveil qui venait de retentir sur la table de chevet à côté de moi. 7h, je m'étais réveillé juste avant l'alarme. Alors que j'éteignais l'appareil, je vis le téléphone à côté. Encore une fois, ce n'était pas le mien. Je l'allumais, pour essayer de voir où j'étais, mais lorsque l'écran s'activa, c'est le fond d'écran qui me frappa aux yeux d'abord. C'était moi dans des vêtements qui n'étaient toujours pas les miens, aux côtés d'un garçon que je ne connaissais pas non plus. Et pourtant, sur la photo, on aurait dit deux meilleurs amis, bras sur les épaules, pour faire une photo mémorable, nos deux visages radieux et souriants.

Qu'est-ce qu'il m'arrive encore... marmonnai-je dans un murmure, alors que je me concentrais sur l'indication qui se trouvait sous l'horloge : New-York, Queens. Je fronçais les sourcils. Je m'étais déjà rendu à New-York (mais à Manhattan), pour arrêter les derniers complices de John Queen et les ramener à la police de Storybrooke. Mais c'était il y a plus d'un an désormais, et je n'avais jamais vécu (ou mis les pieds) dans le Queens.

C'était comme si je venais d'échanger ma vie avec celle d'un autre, en conservant les souvenirs que j'avais de ma première existence.

Je me levais du lit pour tirer les rideaux, et observer la vue que j'avais des rues du Queens derrière l'escalier de secours. C'était bien New-York, bien trop grand et imposant pour être Storybrooke. Je m'étais donc retourné, pour essayer de fouiller la pièce dans laquelle je me trouvais. Le lit n'avait qu'une place, contrairement à celui dans lequel je m'étais endormi, avec Mattéo, hier. Sur le mur, il y avait un grand poster AVENGERS, que je ne me souvenais pas avoir vu pour la promo d'un des quatre films de la saga déjà sortis. Que je ne me souvenais pas avoir acheté non plus, d'ailleurs.

Je vis un sac près de la commode, un sac à dos simple, comme ceux que j'avais parfois. Mais vous l'aurez compris, en fouillant le sac, je remarquais bien que ce n'étais pas le mien non plus. A l'intérieur, il y avait un ordinateur, avec plein de stickers en tout genre collés dessus. Dans une poche du sac, j'en tirais des informations plus interessantes : une carte d'étudiant pour une université de technologie, qui était bien à mon nom, WALTERS Dyson Lucky. Avec elle, j'en tirais un porte-feuille, duquel je trouvais une pièce d'identité. Selon elle, je m'appelais bien Dyson Lucky Walters, mais j'avais 21 ans, et j'étais né ici, dans le Queens.

J'allais chercher davantage, des informations dans l'ordinateur sur cette école, ou sur le garçon de la photo, ou même les contacts que j'avais dans mon téléphone, prêt également à appeler quelqu'un pour comprendre ce qu'il se passait, mais je fus coupé dans mon élan lorsque j'entendis du bruit. Je n'étais pas seul dans la maison.

Je me redressais alors, et ouvrit la commode, sans perdre mon temps. Je pris une chemise et un jeans, pour ne pas m'afficher en caleçon quand j'ouvrirais la porte. Ne prenant pas la peine de prendre des chaussures, je me retournais, avant de voir une veste jaune déjà repassée sur une chaise, accompagnée d'un papier sur lequel était écrit à la main " Salut Dyson,
Ta veste est sortie du pressing toute propre, tu n'as plus d'excuse maintenant, alors j'espère que tu viendras au championnat, l'équipe a vraiment besoin de toi (et de Richard). On compte sur toi (vous).
Bisous, Liz ~
"

Encore des noms, et des mots, que je ne connaissais ni ne comprenais pas. Sans aucune piste, je reposais le papier sur la chaise avec la veste, et tournais la tête vers une batte de baseball posée à côté de la porte, qui était alors la meilleure chose que j'avais sous la main. Glissant "mon" téléphone dans ma poche arrière, je pris la batte, et tournais la poignée de la chambre. La porte fit du bruit, annonçant ma présence à l'inconnu qui était dans l'appartement.

Dyson ! Tu t'es réveillé trop tard, la mère de Liz est passée ce matin, elle est géniale, elle a récupéré toutes nos vestes pour les déposer chez chacun d'entre nous. Et toi tu as un mot de Liz avec, j'suis désolé j'ai pas pu m'empêcher de lire. Je te l'ai dit que cette fille est dingue de toi !

Pendant qu'il parlait, je m'étais approché avec précaution de la pièce d'où il parlait, la cuisine. Il me connaissait donc, et me parlait comme si je faisais parti intégrante de cette vie, comme les photos ou les cartes me l'indiquaient. Le garçon qui parlait était de dos, devant la gazinière, une poêle à la main pour cuisiner des œufs pour un petit-déjeuner anglais. Je ne voyais pas encore son visage, mais de dos je pouvais déjà supposer qu'il pouvait bien être celui qui était sur la photo du téléphone avec moi.

Qui es-tu, bon sang ? Demandai-je simplement, la batte toujours à la main, encore très méfiant.

Il se retourna alors surpris, et le fut encore plus en me voyant armé de la sorte face à lui, même étonné que je ne le connaissais pas. Il fronça les sourcils, me regardant bizarrement plutôt qu'avec peur. Je peux savoir ce qu'il te prend ? Tu t'es mal réveillé ou quoi ? Ah tu fais pas une de ces crises de sommeil bizarre dont ils parlaient en cours la dernière fois ? Je préférerais pas, je sais pas gérer ça moi.

Juste... réponds à ma question. Je ne te connais pas. Qui es-tu, où je suis, et qu'est-ce qu'il se passe ?

Il hésitait un instant, alors que je vis de l'inquiétude s'éveiller dans ses yeux, comme s'il comprenait petit à petit que j'étais sérieux. Euh... tu me fais peur là, Dyson. Me dis pas que tu fais une crise d'amnésie juste avant le championnat. T'es le plus intelligent du groupe, on a... Il s'interrompit en regardant mon regard s'intensifier. Ok... euh, tu t'appelle Dys...

Je sais comment je m'appelle. C'est toi que je ne connais pas.

Ah. D'accord. Et bien, je m'appelle Richard, et je suis ton colocataire, on est dans notre appartement dans le Queens, et tu vas te faire tuer par le groupe du décathlon si tu les lâche pour le championnat. Liz comprendrait si tu fais une sorte d'amnésie hyper sérieuse, mais elle serait déçue. Oook il t'en faut plus. Euh et bien... On est étudiants-ingénieurs dans l'université du coin et on peut se payer cet appartement en plein Queens grâce à la superbe bourse de Star Industries depuis qu'on a impressionné Tony Stark. Pitié, dis moi que ça te revient, parce que ça commence à me faire flipper grave là.

J'haussai les sourcils, en reconnaissant enfin un nom là-dedans. Tony Stark ? On est sur Terre-2 ?

Richard semblait encore plus perdu qu'avant. Terre... 2 ? C'est quoi ça encore ?

Ce qui était étrange. Tous les habitants de Terre-2 savaient qu'on appelait leur monde comme ça depuis 2017 maintenant, et tous ceux de Terre-3 connaissaient Terre-2 depuis que leur dictateur s'en était pris à elle. Ce qui voulait dire une chose, non je n'étais pas dans l'un des deux mondes que j'essayais de sauver de la terreur d'Ultraman.

Euh, écoute Richard... dis-je en baissant la batte de baseball et me dirigeant vers la fenêtre de la pièce de nouveau pour observer Queens, et surtout devant l'immeuble. Je ne suis pas tout ça. Je m'appelle bien Dyson, mais tout le reste de ma vie ce n'est pas ça. Je viens d'ailleurs, je suis plus âgé que ça et je ne suis pas étudiant. Quelqu'un m'a emporté ailleurs et fais en sorte de me plonger dans une autre existence, je sais pas trop comment expliquer ça, mais ça doit être Ultraman. Enfin, j'imagine, peut être. C'est... un homme qui vient d'une autre planète, qui est surpuissant et qui est un grand dictateur. Et vu que je connais rien d'ici, j'aurais besoin de ton aide.

Plus que jamais, Richard était vraiment perdu désormais. Je... euh... tu es sûr ? Les Avengers sont super efficaces là dessus, ça fait des années qu'il n'y a plus de guerre grâce à eux, plus de méchants, tout va bien en fait, je crois.

Je me retournais vivement vers lui. Les Avengers ? Genre... Iron Man, Hulk, tout ça ? Richard hocha la tête, toujours inquiet. Et ils ont une tour à New-York ?

Euh, ouais à Manhattan. C'était la tour Stark, qu'il a réaménagé pour accueillir le Q.G. des Avengers y a quelques années.

J'eus un sourire, me rappelant de quelques mots qu'on m'avait dit il y a quelques temps, sans que je ne les comprenne. Et je crois les avoir enfin compris. Je crois que je sais où aller. J'aurais besoin de ton aide.

© Gasmask



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Amoureux perdus - Si les lourdeurs du coeur sont celles qui nous tueront, alors, mon amour, je n'ai pas de chance de survie. Mon cœur est rempli de souffrances : celles du passé, et celles causées à l'idée de te perdre.
En ligne

Evelyn Nichols


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Evelyn Nichols


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu ZHNKp2

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 599

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Lun 15 Avr 2019 - 22:01


MAGIC LEAGUE 4 : L'Univers Perdu
Le sentiment de bien être qui courait dans tout son corps lui donnait presque l'impression de flotter. Depuis quand n'avait-elle plus été heureuse de la sorte ? Sans aucun doute une éternité, une éternité qui lui semblait ne jamais pouvoir faire une boucle, ne jamais revenir à son point de départ. C'était bien avant que Wilson ne tombe en poussière, ça elle en était persuadée. A un moment parfait où ils étaient encore réunis, un moment qui provoquait en elle un rayonnement puissant, comme le jour de la naissance d'Iris. Elle se revoyait encore exténuée mais débordante d'une joie indescriptible, proche d'une dose de drogue qu'elle ne savait identifié. Un éclat parfait, une parenthèse d'allégresse où elle voyait encore son visage à lui et ses yeux à elle, qu'elle découvrait pour la toute première fois, les mêmes que ceux de son père...

Mais cette douceur de vivre se brisa brusquement, la ramenant à la dure réalité de sa vie. Ses yeux s'ouvrirent alors d'un seul coup et Evelyn put constater avec un froncement de sourcils qu'elle n'était plus chez elle. Le lit sur lequel elle était étendue était plutôt inconfortable, le décor de la pièce était sommaire, la chambre petite. Dans un coin, elle pouvait apercevoir un lit à barreau où Iris était assise et la regardait avec des yeux ronds. Elle aussi avait ressenti la même chose ? Elle pouvait voir que sa fille portait une espèce de tunique de lin et lorsqu'elle repoussa ses draps, elle constata qu'il en était de même pour elle.

D'un mouvement brusque, Evelyn se releva et se dirigea vers la fenêtre de la pièce, sous laquelle se tenait un bureau. Dehors, la vue ne ressemblait à rien qu'elle ne puisse connaître à côté de Storybrooke.

- Maman ?
- Oui, mon coeur.

Le coeur battant à tout rompre, elle s'approcha de sa fille et la prit dans ses bras. Elle n'avait aucune idée de comment elle avait pu atterir là ni comment communiquer avec une personne qu'elle pouvait connaître. Sur le côté des espèces de chaussons attendaient sur un tabouret. Des chaussons dignes de ceux utilisés pour les arts martiaux. Puisqu'ils étaient à la taille d'Iris, elle les enfila à sa fille et apperçut alors la même paire, à sa taille cette fois-ci, proche de son lit. Après les avoir enfilé, elle se hâta de sortir de la chambre et de s'engouffrer dans le dédale de couloirs, Iris toujours dans les bras.

A pas rapide, elle finit par tomber sur une grande salle toute de bois vernisoù se tenait quelqu'un en son centre, également vêtu d'une tunique de lin. En s'approchant, elle constata que c'était Alfred.

- Oh, vous êtes réveillée. Bonjour, Evelyn.

Incertaine, légèrement désarçonnée de le voir ici et si calme, elle osa tout de même :

- Alfred? Mais qu’est ce que vous faites la ? Qu’est qu’ON fait là...
- Boujour Alfed...

Elle observa Iris qu'elle remonta sur son épaule d'un geste souple avant de replonger ses yeux dans ceux du majordome de façon plus féroce :

- Qu’est ce qu’ELLE fait là ? Je ne supporterai pas que ma fille soit en danger d’une quelconque façon !

Elle avait l'impression qu'elle avait été appelée par la Magic League, sans doute après l'appel qu'elle avait reçu de la part de son double lorsqu'elle était allée retrouver Dyson. Mais l'idée que l'enfant soit liée à ça la rendait hors d'elle. Ils n'avaient pas le droit de faire ça, elle avait promis de faire tout son possible pour aider mais Iris ne devait pas être mêlée à tout cela. L'homme eut l'air embarrassé :

- A vrai dire, j'attendais que vous soyez réveillée pour vous poser la question. Je suppose donc que vous vous êtes également réveillée ici sans aucune idée de la façon dont nous sommes arrivés ici ? J'ai eu le temps d'explorer un peu, il n'y a absolument personne d'autre ici.

Elle soupira avant d'ajouter avec un sourire en coin :

- Mon bon vieux Alfred, j’ai l’impression qu’on est lié vous et moi...

A chaque fois qu'il avait été question d'être projeté dans un autre monde, c'était toujours lui qu'elle retrouvait en premier.

- Bon.... s’il n’y a personne ici alors sortons...

Elle avait précisé cela tout en s'approchant d'une étagère sur laquelle reposait une grande écharpe en lin. Avec douceur, elle posa la petit au sol avant de commencer à s'en draper autour de la taille et dans le dos, puis elle récupéra Iris et termina de nouer le tissus afin que l'enfant tienne fermement assise sur son dos, sans risquer de tomber ou de la perdre. Voilà qui serait plus simple pour se mouvoir si un danger rôdait.

Une fois prêtes, les deux femmes et Alfred sortirent de l’espèce de temple pour se retrouvées dans les rues étroites, bondées et poussiéreuse de ce qu'Evelyn identifiait comme Katmandou d'après sa base de donnée. La ville était vivante, remplie de gens et de boutiques en tout genre. Il faisait chaud et Evelyn chipa sur l'une des étales les moins protégé un petit chapeau qu'elle tendit à sa ville qu'enfonça sur sa tête aussitôt. Elle était aussi blonde que sa mère et aussi pâle que ses deux parents, elle ne manquerait pas de prendre un méchant coup de soleil à la première occasion et elle n'avait rien pour l'en protéger. Mais c'était un autre mal qui inquiétait Alfred. Il avait levé les yeux pour apercevoir un drone en vol stationnaire devant eux, en hauteur, un peu plus loin dans la rue. Une lumière roue clignotait dessus.

- Faites demi-tour. Il faut qu'on revienne à l'intérieur.

Sans se le faire dire deux fois, elle rebroussa chemin, refusant de plonger sur le danger et de mettre sa fille dans une situation délicate.

- Qu'est-ce que que c'était ? Qu'est-ce qu'ils nous veulent ?

Pourtant, aussi vive qu'à son habitude, Iris avait quand à elle suivit des yeux l'engin avant qu'ils ne se pose sur quelque chose d'autre, autrement intéressant. Elle sentit alors la petite main de sa fille lui claquer la joue à trois reprises :

- Maman, monsieur avec lunettes. Pas Wilson! Pas wilson !!!

Elle pointa son petit index dans une direction et Evelyn put appercevoir effectivement un homme avec des lunettes de soleil qu semblait les suivre.

- Alfred, suivez-moi, courez. Iris, tiens-toi à maman.

Elle sentit l'enfant placer ses bras autour de son cou et Evelyn détala aussi vite qu'elle le put, son petit paquet d'amour sautant à chacun de ses pas avec des "aïe aïe aïe" significatifs.

- Reste tranquille chérie, maman n'a pas le choix.

Elle pointa alors une ruelle sombre où ils s’engouffrèrent. Lorsque l'homme les eût rejoins, Evelyn se tenait prête. Accrochée aux poutres de bois, elle retomba derrière l'homme et arma directement son bras en position canon électromagnétique.

- Vous avez deux minutes pour nous dire qui vous êtes et ce que vous voulez après je tire.

Mais un cercle de lumière se plaça entre l'homme et la jeune femme et un homme en tunique bleue, doté d'une cape rouge et d'un pendentif en forme d'oeil autour du coup en sorti.

- Je dirais plutôt que c'est à vous de répondre à ces questions.
- Bon sang...

Alfred avait haussé les sourcils avant se frapper le pied sur le sol, ce qui forma un mur de glace. Entre les femmes et leurs assaillants. Evelyn sentit alors qu'il posait sa main sur son bra,s l'incitant à courir de nouveau vers la porte du temple par laquelle ils étaient sortis. Un nouveau portail lumineux s'ouvrit alors mais le majordome fut plus rapide et jeta un jet de glace à l'intérieur, refermant le passage. Une fois dans le temple, l'homme créa un mur de glace derrière eux avant de lui montrer du doigt le chemin à suivre. Ils arrivèrent à une grande salle avec trois portes visibles dans le fond. Au milieu trônait un piedestal au-dessus duquel s'affichait une projection très réaliste.

- Alors, si je me souviens du film...

Alfred réfléchissait à haute voix. Il ouvrit l'une des portes à la volée et la pressant à y entrer. Evelyn constata qu'ils étaient à présent dans un sanctuaire avec une grande vitre qui avait la forme du symbole gravé autour de la terre dans la projection qu'elle venait de voir.

- Vite, il ne faut pas qu'ils nous retrouvent.

Il la mena dans un grand escalier qui les mena à la sortie du bâtiment et à ... New York ou, plus précisément, une ruelle sombre et sale de Manhattan. Au fond de la rue, elle pouvait apercevoir une grande tour qui ne lui était pas si inconnue.

- Je crois que nous sommes sur Terre-2. Mais Terre-2 a un gros problème.
- Si vous voulez mon avis, il n'y a pas que Terre-2 qui a un problème...

La gorge serrée, Evelyn déglutit, récupérant sa fille vers l'avant, resserant le drap pour qu'elle prenne appuie sur son ventre. Elle lui embrassa la tête tandis que l'enfant lui sourit, apparamment bien plus paisible que les deux autres réunis.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Je t'attendrai, là où l'aube naît
by wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Chris L. Brooke


« Toon pour un
et un pour toons ! »


Chris L. Brooke


╰☆╮ Avatar : cняιs εvαηs ♒ ♥

Ѽ Conte(s) : ℓε мση∂ε ∂ε ηεмσ & ∂σяү ♒
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : cяυsн, ℓα тσятυε ℓα ρℓυs яαρι∂ε ∂υ cσυяαηт εsт αυsтяαℓιεη ♒

✓ Métier : αηcιεη мιℓιтαιяε. ρσℓιcιεя ∂ε sтσяүвяσσкε ♒
[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu Y0l2

☞ Surnom : cяυsн ♒
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3407

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu _


Actuellement dans : « Toon pour un et un pour toons ! »


________________________________________ Mar 16 Avr 2019 - 23:53

L'univers Perdu
I tried so hard And got so far. But in the end, It doesn't even matter. I had to fall to lose it all. But in the end it doesn't even matter.

Il aimait cette chaleur qui se dégageait de son corps. La même sensation qu'il ressentait lorsqu'il passait du temps avec sa famille. Ces rares sorties en famille qu'il avait fait dans son passé ou les quatre cent coups qu'il s'était amusé à faire avec sa jumelle, Candice. Le soutiens qu'une famille pouvait lui donner. Les amis étaient important mais là famille, elle, était là du début jusqu'à la fin. Une famille s'agrandit, évolue et s'améliore avec le temps. La preuve, tous les matins ils pouvaient voir James et Althéa rire et jouer ensemble. Pour lui, c'était ça le bonheur et rien d'autre.

La famille, il n'y avait rien de plus important pour Chris et pourtant cette douce sensation disparut. Laissant place à un mal être qu'il n'arrivait pas à d'écrire. Une sensation de vide et de solitude. Chris ouvrit brusquement ses yeux poussant presque un cris de terreur, comme si il venait de se réveiller d'un mauvais cauchemar, ce qui était sûrement le cas. Enfin.. c'était ce qu'il pensait avant de regarder autour de lui. Un hôpital ? Il ne se souvenait pas avoir été blessé hier ou encore avoir un soucis de santé et pourtant il était maintenant assis dans un vieux lit d'hôpital. Hôpital qui ne semblait pas d'être de cette époque d'ailleurs. Le blond fronça les sourcils avant de baisser son regard vers son corps. Il était vêtu d'un jean comme à son habitude, même si normalement il ne dormait qu'en sous-vêtement. En haut, il portait un t-shirt qui lui moulait clairement les muscles. Mon dieu, Chris aimait toujours porter des t-shirt plus grand que sa taille alors pourquoi il portait un t-shirt qui ne le mettait pas du tout à l'aise. Mais ce qui attira vraiment son attention fût la radio qui commenta un match.

« C'est un jour merveilleux aujourd'hui au Evans Field. Les Phillies ont réussis à bloquer le quaterback des Dodgers. »

Chris fronça un peu plus les sourcils avant de finalement poser ses pieds nus sur le sol froid de l'hôpital, ne faisant plus trop attention à la radio. Il regarda pendant un long moment la porte de sa chambre avant de s'en approcher, il voulait bien sûr quitter cet endroit qui lui était inconnu. Il posa sa main sur la poignet de la porte et l'ouvrit brusquement ce qui effraya l'infirmière qui se tenait devant lui. Elle rattrapa tant de bien que de mal le verre d'eau avant de se racler la gorge et d'afficher un petit sourire. Elle aussi avait un style vestimentaire des années 40. Le blond fixa alors longuement la jeune femme.

« Je peux savoir ou on est ici ? Qu'est ce qui se passe ? »


L'infirmière regarda Chris pendant un long moment et de la tête aux pieds. Comme si elle n'en revenait pas de le voir en face d'elle. Le policier fût perturbé par son comportement et décida de reculer de quelques centimètres seulement. Il était vraiment mal à l'aise dans ce t-shirt beaucoup trop moulant.

« Vous... vous êtes réveillé ! Je vous prie de rester ici, je dois les en informer. C'est un honneur de vous rencontrer en vie, Captain. »

Les informer ? Informer qui ? Et pourquoi venait-elle de l'appeler Captain. Encore une mission de Magic League ? Non ce n'était pas logique, Dyson l'aurait mit au courant. Vu que maintenant les deux se reparlaient. Le blond resta figeait devant la jeune femme pendant un long moment avant de secouer négativement la tête, montrant à l'infirmière qu'il ne comprenait rien.

« Qui vous devez informer ? Et pourquoi vous m'appelez Captain ? Ce n'est pas mon nom.. »

« Nos hôtes sont indéterminés, mes programmes ne fonctionnent plus correctement depuis mon réveil ici. »

Chris reconnut rapidement la voix de Vision, il eut confirmation quand il se tourna vers l'intelligence artificielle qui avait maintenant une apparence de super-héros depuis quelques temps maintenant. Mais l'intelligence qui se tenait à l’intérieur du corps du Vision était OMEGA, le cerveau de la Magic League depuis sa création en quelque sorte. Pur création de notre cher Dyson. Mais maintenant OMEGA était dans un corps humanoïde et s'appelait Vision. Chris avait peut être raison, à chaque fois que Vision traînait dans les parages, cela voulait dire qu'il y avait une terre à sauver ou ce genre de conneries. Un soupir sortit alors de la bouche de Chris croisa ses bras contre son torse tout en écoutant l'intelligence artificiel parler.

« Je ne sais pas s'ils ont des intentions hostiles à notre égard, ni qui ils sont, mais ils n'ont pas montré de mauvaises intentions, pour le moment. Je n'ai rencontré que du personnel, tel que cette agent devant vous. Je n'ai pas encore vu ceux qui dirigent cet endroit. »

Une agent ? Il comprenait mieux maintenant. Cette chambre n'était qu'une mise en scène dans un petit studio, ce qu'il ne comprenait pas, c'était.. Pourquoi les années 40 ? Chris faisait si vieux que ça ? Il vit alors un sourire se dessiner sur le visage de l'agent.

« Ne vous inquiétez pas, ça ne saurait tarder. »

Ne pas s'inquiéter ? Comment faire alors qu'il venait clairement de voir l'agent quitter les lieux en ouvrant une porte blindée pour la refermer devant ses yeux. Pourquoi une porte aussi grosse ? Il avait une tête à être Hulk ? Un autre soupir sortit de sa bouche tandis qu'il se tourna vers Vision, il fixa l'intelligence pendant un long moment avant de hausser les épaules.

« A chaque fois que tu es là, quelque chose de mauvais ce trame. Tu portes la poisse, Vision. »

« Je ne pense pas que ce soit la cause de notre présence ici. Je me suis réactivé dans ses locaux, je n'ai pas l'historique nécessaire pour déterminer la façon dont nous avons été emmenés dans cet endroit. »


Chris ne pût s'empêcher de sourire quand il comprit que Vision ne comprenait pas le second degré, pas étonnant de la part d'une intelligence artificiel. Il posa simplement délicatement sa main sur l'épaule de son ami avant de baisser une dernière fois son regard sur son accoutrement.

« J'ai l'impression d'être quelqu'un d'autre dans ses vêtements. J'ai un mauvais pressentiment. »


Vision fit un geste qui surpris Chris vu que ce dernier posa délicatement sa main sur l'épaule du blond à son tour. Le policier posa son regard sur l'intelligence avant de sentir une vibration sur son corps. Chris baissa son regard et remarqua rapidement que Vision venait de lui changer ses vêtements pour un jean et un haut moins serrés, pour son style de vêtement en faite. Il était toujours pieds-nu mais ce n'était pas grave, il était plus à l'aise. Chris hocha doucement la tête pour remercier son ami avant d'écouter ce qu'il avait à dire.

« Je peux passer à travers les murs, alors j'ai exploré cet endroit juste un peu. Nous sommes dans une tour, à un étage assez élevé, qui semble se trouver à Manhattan, à New-York. Je n'ai habituellement pas de mal à me repérer, mais mes programmes sont dysfonctionnel depuis notre arrivée ici. Je n'en sais pas plus : je ne me suis pas aventuré bien loin pour ne pas m'éloigner trop de vous, sans savoir ce qu'ils auraient pu vous faire encore inconscient. »

Il remercia Vision d'avoir veillé sur lui avant de se rapprocher de la fenêtre de sa fausse chambre. Sans surprise, c'était une fausse fenêtre. Il se mordit nerveusement la lèvre inférieur. Rien n'avait de sens dans ce qui était en train de se passer.

« New York ? Mais j'étais à Storybrooke hier. Et pourquoi m'avoir mit dans un décor des années 40 ? Je comprends plus rien. »

La porte blindée s'ouvrit une nouvelle fois, laissant place à l'infirmière qui était maintenant en uniforme.

« Vous allez être reçu, vos questions trouveront enfin leurs réponses, si vous voulez bien me suivre. »


Chris jeta un regard à Vision un peu hésitant mais il vit que l'intelligence était prêt à suivre cette inconnue alors le blond fit de même. Il marcha, pied-nu dans un lieu qu'il ne connaissait pas. Un lieu qui n'avait rien à voir avec la petite chambre d'hôpital des années 40, un lieu ou la technologie était la bienvenue apparemment. Le blond se rapprocha doucement de Vison n'aimant vraiment pas cet endroit. Déjà qu'un simplement ordinateur le mettait mal à l'aise..

« Vous nous menez à qui ? »


Elle s'arrêta dans un couloir, devant une porte plus précisément avant de simplement répondre : A lui. Seulement elle ne rentra pas dans la pièce, faisant simplement signe à Chris de le faire. Le blond lança un regard noir à la jeune femme, il était méfiant, avant de rentrer dans cette pièce qu'il ne connaissait pas. C'était une très grande salle, qui avait sa mezzanine. Il y avait un bar, des canapés, grande table basse. Le mur du fond était entièrement fait de vitres qui donnaient une vue magnifique de Manhattan : comme Vision l'avait dit, ils étaient dans une tour. Au centre de la pièce se tenait une personne qu'il connaissait très bien : Thor. L'homme ouvrit grand les bras en affichant un immense sourire quand il vit Chris.

« Captain America ! Et.. l'étrange alien qui était avec lui dans la Valkyrie. Tous les habitants de Midgard vous admirent, Captain, presque autant que moi ! Presque, je suis tout de même un dieu. Mais votre réputation suit juste derrière. »


Tout ce qu'il venait de dire n'avait aucun sens.. Le Thor qu'il connaissait n'était pas un Dieu.. Il parlait de Midgard comme dans la mythologie mais le Thor qu'il connaissait vivait sur Asgard, un île qui se trouvait sur la Terre, Thor n'était qu'un terrien mystique pas un Dieu. Puis il venait de parler de la Valkyrie mais cela ne disait rien au policier. Chris avait vraiment l'impression d'avoir volé l'identité de quelqu'un d'autre.

« Thor de quoi tu parles ? La Valkyrie ? Ça ne me dit rien du tout et puis.. tu n'es pas un Dieu.. Mais un terrien comme moi.. » il passa sa main sur son visage. « J'ai vraiment l'impression de vivre dans un mauvais rêve. »

Thor fixa Chris pendant un long moment tout en gardant son silence avant d'exploser de rire devant le visage du policier. Le blond gonfla légèrement ses joues avant de croiser ses bras contre son torse, agacé par le comportement de Thor.

« Excusez moi, c'était vraiment déplacé de ma part de me moquer. Vous avez eu un sacré choc. 70 ans dans la glace, je comprends, vous les mortels n'êtes pas faits pour de telles conditions. Heureusement que vous soyez un super soldat ! Hum, laissez moi vous expliquer tout ça et vous rappeler d'où vous venez, on sait jamais ce que vous auriez pu oublier, n'est-ce pas ? »


70 ans dans la glace ? HEIN ? Chris déglutit difficilement avant de venir s'asseoir automatiquement sur le canapé à côté de Thor sans demander son reste, il avait besoin de temps pour digérer tout ce qu'il venait d'apprendre. Ou il venait de rater 70 ans de sa vie ou cette vie n'était vraiment pas la sienne.

« Alooors. Vous aviez été brave, si je me souviens de l'histoire qu'on m'a raconté. Un super soldat pour la guerre, vous avez aidé contre Hydra et débarassé le monde du Crâne Rouge, avant de vous sacrifier, en plongeant l'avion de ce type, la Valkyrie, dans la mer glacée pour qu'il ne percute pas New-York. Tout ça n'existerait pas sans vous ! Et bien sachez que vous n'êtes pas mort - vous l'aviez deviné je parie -. On vous a retrouvé avec cet alien - c'est votre ami ? - et on vous a décongelé. Puisque vous êtes un super soldat, vous êtes certainement plus résistant au froid, j'imagine. Et bien pendant ce temps là, le monde a crée les Avengers. Des héros, humains, surhumains, aliens, ou... dieux, héhé, si efficace, qu'on a tous réussi ensemble à éradiquer la guerre dans ce monde ! Alors la question Chris Brooke, est-ce que vous êtes partant, maintenant que vous êtes pas mort et que c'est plutôt une bonne nouvelle, pour rejoindre les Avengers ? Ils m'ont chargé de vous parler, puisque moi aussi j'ai du m'adapter à Midgard du 21ème siècle quand je suis arrivé ici ! Une histoire de punition par mon père, ça vous intéresserait pas. Alors ? »

Cette fois ci ce fût au tour de Chris d'exploser de rire. Il se racla rapidement la gorge quand il vit que Thor avait l'air d'être très sérieux. Le policier fixa un moment Vision qui restait de marbre, debout devant eux. Difficile à croire comme histoire.

« Tu es sûr que ça va Thor ? Une mouche t'a piquée ? Les seules choses qui sont vrai dans ce que tu viens de dire c'est que Vision est mon ami et que je m'appelle Chris Brooke. C'est tout. Sinon je ne suis pas cet homme qui a sauvé New York. Je ne suis pas un super soldat. »

Thor n'avait pourtant pas l'air de le croire. Puis c'était quoi cette histoire pour faire partie des Avengers.. James lisait énormément de comics sur eux. Il connaissait un peu mais ce n'était pas non plus quelque chose qu'il maîtrisait. Il aurait bien besoin du soutiens de Vision mais ce dernier ne semblait pas vouloir dire quelque chose, dommage. Il devait écouter Thor raconter n'importe quoi.

«  Ouch. Le crash d'avion a grillé trop de neurones, ils ont dit que le cerveau fonctionnait encore pourtant ! »
Thor se tourna vers la porte avant de crier comme un sauvage. « Appelez Banner ! Il a raconté n'importe quoi, le Captain a un handicap moteur ! »

Handicap moteur ? Oh le salaud ! Il avait osé lui dire ça ? Chris serra violemment sa mâchoire. Puis c'était qui ce Banner ? Roh il s'en fichait. Il voulait partir d'ici. Le blond poussa un soupir d'agacement avant de se lever du canapé pour finalement se rapprocher de Thor.

« En attendant l'handicap moteur, il rentre chez lui ! Trouvez vous un autre Captain America, un autre super soldat qui aimait devenir un glaçon vivant mais moi, je reste pas ici ! »

Le blond fit demi-tour se rapprochant de Vision pour lui dire de partir d'ici mais un homme plus âgé que lui, se mit devant lui. Il semblait plus aimable que Thor en tout cas mais c'était encore une tête qu'il ne connaissait pas. Chris arrêta alors de marcher et fixa longuement l'inconnu.

« Attendez, monsieur Brooke, s'il vous plait ne partez pas. J'ai conscience que tout cela est déstabilisant. Cela fait de nombreuses décennies que vous avez quitté votre monde, et l'amnésie serait une conséquence naturelle d'un tel choc. Vous n'êtes pas obligé d'accepter la brusque proposition de Tony, que Thor vous a transmise, mais laissez moi vous aider médicalement. Je suis le docteur Bruce Banner, je veux m'assurer que vous soyez en parfaite santé, votre cas de cryogénisation est sans précédent, elle n'est peut être pas sans risque. »

Chris garda le silence pendant un long moment avant de simplement hausser les épaules. Il posa son regard sur Vision une nouvelle fois et eut soudainement une idée. Le blond se racla alors doucement la gorge avant de hocher la tête pour montrer qu'il était d'accord pour rester ici.

« D'accord, je peux savoir ou sont les toilettes ? »


« On vous indiquera les toilettes. Prenez votre temps. Le monde dans lequel vous vous trouvez, monsieur Brooke... est un monde dans lequel vos proches et votre famille ne sont plus. Sachez que vous aurez tout le soutien nécessaire ici. »


Chris remercia le docteur avant de suivre le chemin des toilettes qu'on lui avait donné. Sur le chemin, il croisa un téléphone portable qui traînait sur un meuble. Il le prit avant de s'enfermer dans les toilettes. Il composa sans difficulté le numéro de Dyson avant de s'asseoir sur les toilettes tout en mordant l'intérieur de sa joue.

« Réponds, Dyson.. Vite... »

« Le numéro que vous avez composé, n'est pas attribué. »

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
La rose et l'armure - Suivant la longue métamorphose qui m'éloigne de mon passé j'ai croisé une rose qui ne pouvait pas avancer pas qu'elle n'ose pas la chose mais n'y avait jamais pensé. Alors j'ai mis la route en pause à ses cotés me suis posé puisque cette rose semblait morose d'être seule au jour achevé.

Honey Lemon


« Don't be Evil »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4163

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu _


Actuellement dans : « Don't be Evil »


________________________________________ Mer 17 Avr 2019 - 22:13

Comme quoi, le bonheur, ça ne tient pas à grand chose. Etre en vie, quoique plus ou moins fonctionnelle. Avoir des amis fidèles. Un toit sur sa tête. Un travail satisfaisant et stimulant. Des perspectives d'avenir. Un amoureux et les parents les plus aimants du monde (ou devrait-elle dire "des mondes" ?).
Honey Lemon savait des tas de choses. Certaines, la plupart, en fait, elle les avait apprises soit dans les livres, soit par l'expérience. D'autres - rares mais précieuses - étaient une évidence. L'amour inconditionnel de ses parents (ainsi que celui qu'elle leur portait) était de ces choses rares et précieuses.
Honey dormait et bien qu'elle n'y songeât pas réellement, si elle avait eu le loisir d'y penser, elle aurait su qu'elle était en train de sourire dans son sommeil en pensant à ses parents.
Puis tout s'arrêta.
Brutalement.
Si brutalement qu'elle s'en trouva éveillée et attrapa de sa main droite, dans un geste machinal, ses lunettes de vue pour les visser sur son nez avant toute autre chose.
La jeune femme se redressa à l'aide de ses deux bras, un peu déboussolée par la cessation soudaine de production en masse de sérotonine. Honey était dans une immense chambre grandiose et dernier cri qui n'était de loin pas la sienne. C'était surprenant. Elle n'avait pas souvenir de s'être endormie ailleurs que chez elle.
La taille du lit aussi était surprenante, maintenant que Honey l'observait de plus près. Il était, à en juger par le nombre d'oreillers, prévu pour deux personnes mais aurait tout aussi bien pu en accueillir le double. Quant aux fenêtres en face d'elle, il s'agissait de baies vitrées teintées de noir.
Et l'observation de Honey s'arrêta ici, quand une voix digitalisée prit la parole :
- Bonjour, Honey Lemon.
A ces mots, les vitress perdirent leur teinte noire et laissèrent filtrer les rayons du soleil.
- Bonjour, la voix qui m'a dit bonjour, répondit Honey pour qui la politesse restait importante.
Au même instant, des indications apparurent sur le coin supérieur gauche des fenêtres :
Californie, Malibu. Ensoleillé, 21° C
1er juin 2019

- Tiens. Ca tombe bien, j'étais jamais dans ce coin.
Honey n'était même pas sûre de pourquoi elle faisait ces remarques : allait-on lui répondre ? Elle aurait pu se contenter d'une réflexion mentale mais elle avait la (mauvaise ?) habitude de parler à haute voix souvent, d'autant plus quand elle était plus ou moins seule. Elle avait du mal, parfois (souvent), avec le silence.
- Tony Stark vous attend dans son bureau, quand vous serez réveillée et habillée, répondit la voix digitale (et masculine, je l'ai pas dit avant car Cyril vient de me le dire donc voilà c'est peut-être un détail pour vous mais pour lui ça veut dire beaucoup).
- Oh. On est chez Tony ? Enfin... Monsieur Stark ? Je ne crois pas que nous soyons suffisamment familiers pour que je l'appelle Tony. Sauf s'il préfère, hypothèse à prendre également en compte. Vous savez, vous ?
Tout en parlant, Honey se transféra dans son fauteuil roulant, une action qui lui prenait moins d'une minute tant elle était rodée.
- Vous l'appelez régulièrement Tony, d'habitude, mademoiselle Lemon. Vous vous vouvoyez, cela dit, et il vous appelle par votre prénom également.
- Et je vais dire : il a bien raison de faire ça ! Ah, soupira Honey, encore heureuse (mais moins) de ce qui avait dû être un délicieux rêve. Vous n'imaginez pas à quel point j'étais bien dans ce lit, ça a dû me faire momentanément oublier comment on s'appelle lui et moi.
C'est en opérant ce transfert qu'elle aperçut, sur la table à chevet, un téléphone portable lui aussi dernier cri qui lui fit pétiller les yeux d'excitation : il était composé d'une plaque transparente, dont l'écran s'activeait quand on le prenait en main (ce que Honey fit seulement une fois dans son fauteuil), pour une qualité d'image surprenamment belle. Le fond d'écran était une photo du système stellaire Capella A, situé à 42.2 années lumières de la Terre.
- Il est vachement cool, ce téléphone, vous trouvez pas ? Enfin... vous me voyez, pour commencer ? demanda-t-elle en regardant le plafond avec un grand sourire.
- Il s'agit du dernier modèle de smartphone crée par Stark Industries, que monsieur Stark vous a offert pour votre anniversaire le mois dernier. Je ne vous vois pas, Mademoiselle Lemon, les capteurs de la maison me permettent de vous guider et vous répondre, mais je ne me permettrais pas de vous filmer à votre insu.
- Ca c'est bien vu, enchaina Honey en roulant vers la garde robe. Sinon ça ne serait pas très conforme à la loi RGPD.
La jeune femme acheva sa phrase en ouvrit un placard où s'alignait des dizaines et des dizaines et encore des dizaines de jolies robes de couleur et de talons très très hauts. Elle irradiait de plaisir. Qu'est-ce qu'il l'avait bien cernée, ce Tony Stark, quand même ! Ca avait dû lui coûter une fortune mais il s'était procuré pile ce qu'elle aimait porter.
Honey opta donc pour une jolie robe rouge adaptée à la température et choisit les escarpins carmins qui allaient avec. Puis elle roula vers la gauche, ouvrant une porte qui donnait à une salle de bains adaptée.
- Le temps de me brosser les dents, je m'habille, je me nettoie mes lunettes, je me coiffe et je suis à vous. Enfin à Tony. Pas littéralement. Je n'appartiens à personne mais vous avez saisi.
- Très bien, je préviens Monsieur Stark, répondit la voix avant que la porte ne se referme sur Honey.
Très polie, cette intelligence artificielle, songea la chimiste.

***

Honey sortait à peine de la chambre lorsqu'un ascenseur s'ouvrit, ce qui avait l'air d'être une meilleure solution que le grand escalier qui se trouvait juste à côté. L'ascenseur emmena la jeune femme au dernier niveau, : le -1, le sous-sol, et ses portes s'ouvrirent sur un immense laboratoire high-tech avec en son centre Tony Stark qui se tourna vers elle.
- Aah, Honey, vous voilà. La surprise était fausse, puisque JARVIS m'a prévenu de votre arrivée, mais ça faisait plus courtois. Enfin, vous y êtes habituée. Bien dormi ? Nous allons justement parler d'un gars qui a plus que bien dormi, puisqu'il vient de se réveiller au bout de... 70 ans ? 80 ans ? je ne sais plus vraiment, plusieurs décennies que sommeil dans de la glace quoi. Vous vous souvenez de l'attaque de Hulk en Antarctique il y a quelques semaines ?
- Le moins que l'on puisse dire, Tony, c'est que vous ne perdez pas de temps pour attaquer dans le vif du sujet directement. Plusieurs questions me viennent : 1) a-t-on vérifié les constantes de cette personne récemment sortie de son hypothermie prolongée ? 2) de quelle attaque parlez-vous ? Il y a quelques semaines,... voyons voir... Non, je n'ai pas souvenir qu'il se soit passé quelque chose de similaire. Je devrais ?
- Premièrement, je suppose que Banner s'est assuré de tout ça avant de m'appeler, oui. Il doit continuer les tests cela dit, précisa Tony.
Les informations étaient rassurantes. Honey opina ce qui l'invita à poursuivre.
- Vous devriez vous en souvenir, l'armure anti-Hulk est totalement détruite depuis et je dois la reconstruire avant que Banner ne s'énerve de nouveau, continua-t-il donc en faisant une moue (déçue ? c'était dur à dire, il s'agissait peut-être aussi de contrariété). Quoiqu'il en soit, quand Hulk a fait sa crise sur la glace, ses pieds l'ont frappé tellement fort qu'il en a remué l'océan, au point d'en soulever un objet enfoui depuis la seconde guerre mondiale : l'avion allemand d'Hydra de la Valkyrie. Vous voyez où je veux en venir ?
Plus il parlait et plus Honey se demandait si elle était bien la personne qu'il cherchait. Elle n'en avait pas l'intuition mais tentait néanmoins de faire les connexions logiques qu'il espérait afin de l'aider, d'une façon ou d'une autre.
- Totalement, il n'y a plus d'armure mais il a toujours Monsieur Banner qui pourrait s'énerver et l'armure pourrait être utile dans ces cas là ! Cela dit, je ne suis pas armurière, je suis astrophysicienne et chimiste, crut bon de préciser Honey.
- Non, ce n'est pas ce qui nous importe ici, corrigea Tony.
Honey haussa les épaules. Alors elle ne savait pas. Par chance, il éclaira sa lanterne :
- Ils ont retrouvé Captain America en vie, conservé dans la glace de l'océan, y ayant survécu grâce à ses aptitudes de super-soldat ! J'ai donc chargé Thor de lui proposer une place chez les Avengers. Il nous faut ce type, c'est l'emblème de l'Amérique, il est parfait, à ce qu'en disent les musées. Mon père était un de ses amis, il a une place de choix, rien que pour ça. Alors nous partons à New-York pour le rencontrer. Heureuse ?
Honey cligna des yeux. Elle avait loupé une saison, c'était à présent certain. Elle était passée du Red Wedding à la résurrection de Jon Snow sans passer par tout ce qui se passait avant. Mais Tony avait l'enthousiasme communicatif.
- Si vous êtes heureux, je le suis !
Il faudrait quand même qu'elle lui dise qu'elle n'était pas la meilleure personne pour l'aider - tout en lui assurant qu'elle était disposée à l'aider autant que possible.
Pour l'heure, il était entendu qu'ils allaient partir. Tony jeta un regard vers sa montre puis reprit :
- JARVIS, nos valises sont-elles prêtes ?
- En effet, monsieur Stark. Elles vous attendent dans le jet, répondit aussitôt l'IA.
- Pepper n'est toujours pas revenue, alors vous serez ma seule compagnie pour ce voyage. Vous pourrez toujours gérer votre boulot depuis New-York, Stark Industries peut bien se passer de la présence de sa directrice des ressources scientifiques pour quelques jours. Ils se passent toujours de la mienne, reprit Tony en lui accordant de nouveau sa pleine attention.
Honey opina lentement, comme les personnes qui essayent de rester dignes en encaissant un choc. Ceci n'était définitivement pas sa vie. Mais pour comprendre ce qu'il se passait, pour le moment elle jouait le jeu.
- Vous savez, des fois j'ai l'impression que je pourrais mener ma vie même en en étant à des années lumières et le moment actuel est l'une de ces fois, j'ai l'impression, fut la seule chose qu'elle trouva à dire.
Je suis sur Terre numéro combien ? se demanda-t-elle en roulant aux côtés de Tony.
- Parfait, cela vous permettra donc de rencontrer l'homme de 101 ans actuellement le plus canon de sa génération, conclut Tony, satisfait.
Honey gloussa et le laissa prendre les devants de la marche vers le jet privé qui était à l'image de la démesure de la villa qui surplombait Malibu et qui était sienne.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Las Palabras de Amor
 
Let me hear the Words of Love. Despacito mi amor. Love me slow and gently.
   

Anna D'Arendelle


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


Anna D'Arendelle


[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu 378254admin

╰☆╮ Avatar : Soso Turner :love:

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anna

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu 480751anna

☞ Surnom : Didi ou Marine
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1251

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu _


Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Jeu 18 Avr 2019 - 20:57





Magic League : Le monde perdu

J'crois qu'il y a erreur sur la personne en fait

Tout était parfait. La sensation de bien être que je ressentais, me rappelait les moments passés avec Elsa. En pratiquement deux ans, depuis que nous avions recommencé à devenir proche, d’énormes progrès avaient fait des deux côté. Et nous passions de plus en plus de temps ensemble, tous les moyens étaient bons pour rattraper le temps perdu. Je ne me lassais pas, de cette sensation. J’avais tellement attendu et espéré, qu’a présent j’en profitais pleinement. Il n’y avait rien de meilleur au monde, de voir qu’après tous ces efforts, Elsa et moi étions de nouveau de vrais sœurs.

Malheureusement, cette sensation ne dura pas. Et elle partit si brusquement, que je me réveillais d’un coup. Prenant quelques instants, pour laisser les dernières traces du sommeil s’en aller, j’en profitais pour visualiser un peu mieux l’endroit où je me trouvais. Le premier truc qui vint à l’esprit c’est : « comment est-ce que j’avais pu dormir dans un endroit pareil ? » Niveau confort, il y avait mieux comme endroit pour piquer un somme. Là j’étais assise sur une caisse et adossée au mur. C’était un miracle que j’ai pas déjà des courbatures. Le seul bon point, c’est qu’au moins, j’avais pas l’occasion de me battre avec mon oreiller et ma couverture résultant à avoir un pétard monumentale dans les cheveux au réveil.

Bon, déjà, ça c’était pas normal. Après, ce qui l’était encore moins c’était la femme à la peau verte en train d’affûter son épée devant moi. Il s’était passé quoi encore ? Je savais que Storybrooke avait sa propre définition de la normalité, mais à un moment ça commençait à devenir gonflant :

- D’a...ccord
dis-je en regardant autour de moi il y a encore quelqu’un qu’a décidé de mettre le boxon à Storybrooke, c’est ça ? Bon, c’est quoi ce coup-ci, quelqu’un a trouvé ça hyper chouette de nous faire rentrer dans un film ? 

Non, parce que là j’avais manifestement débarqué droit dans un marvel. Donc, soit on avait encore un crétin finit qui avait décidé de faire mumuse avec ses pouvoirs, soit j’étais en train de rêver. Mais comme, apparemment j’étais déjà endormie auparavant, ça me semblait exclu. En tout cas, j’avais fait de net progrès. Avant, je me serais énervée, maintenant j’étais juste blasée. Même si ça me saoulait toujours autant, parce que pendant que j’étais là. J’avais aucune idée de qui s’occupait de Matthew. Je priais juste, pour que ce soit pas Elsa ET François, parce que sans ça, mon fils pouvait toujours attendre, ils seraient trop occupé à se rentrer dans le lard.

La femme, elle me regarda pendant un moment avant de froncer les sourcils, j’eus carrément l’impression de voir un ange passer, avant qu’elle ne se mette à crier à l’intention de ce que je supposais être une tierce personne :

« Rocket, moins violent sur les sauts, Anna ne les supporte pas encore, elle divague. »

J’allais parfaitement bien, merci. Je ne « divaguais » pas. J’avais plutôt l’impression qu’ils me confondaient avec quelqu’un d’autres. La femme, reporta son attention sur son épée, tout en continuant la discussion

« Mantis peut calmer tes émotions si tu veux. »

- Je n’ai pas besoin que l’on m’aide à calmer mes émotions, je suis très calme. Ce qui est même assez étonnant venant de moi.

J’avais marmonné cette dernière phrase, que je ne destinais à personne en particulier, plus à moi même en fait.

« Tant mieux » répondit-elle

Elle se leva, et plaça son épée dans son dos me permettant d’avoir un aperçu de la tenue qu’elle portait et plus particulièrement du logo. Il se trouvait que j’avais exactement la même : de la couleur bleu et rouge, à la matière jusqu’au logo tout était identique.

« Parce qu’on a peut-être échoué pour cette mission, mais il va quand même falloir que tu remplisse le formulaire de Stark pour qu'il détermine si la division des gardiens est faite pour toi. Et si c'est ce que tu veux, je pense que tu n'as pas de soucis à se faire, tu es plutôt douée pour une débutante. Rocket n'a pas l'air de t'apprécier, mais ça viendra. Je lui ai botté les fesses à notre première rencontre, après tout. »


Okay...Je captais plus rien. Là, ce qu’elle me racontait c’était du charabia. Généralement, quand je captais rien j’utilisais la bonne vieille technique du on secoue la tête avec un air concerné, acquiesçant à tout ce qui est dit, pour faire genre j’ai suivit le truc...Sauf que là, j’avais pas hyper envie de le faire. J’étais je sais pas trop où, avec des gens qui me prenaient manifestement pour une personne que je n’étais pas. Et, ça devenait de plus en plus chelou à mesure que le temps passait. J’voulais bien passer pour la débile de service, mais à un moment il y avait aussi des limites. Il était peut-être temps d’éclaircir les choses non ? Qu’ils comprennent une bonne fois pour toute, que j’étais pas la personne qu’ils pensaient que j’étais. CQFD.

- Je suis super rassurée répondis-je mais j'crois qu'il y a erreur sur la personne, vraiment. Et non je ne divague pas, cela n'a rien à voir avec un « saut » continuais-je en mimant des guillemets avec mes doigts. Mais la dernière fois que j'ai checké ma vie n'avait rien à voir avec tout ça.


Froncement de sourcils le retour, et moi je commençais doucement à être frustrée par tout ça. Elle se pencha vers moi, probablement pour vérifier que j’allais bien. Ou alors, pour vérifier si j’étais vraiment moi. C’est que ça devenait un peu compliqué tout ça en fait

« Qu'est-ce que tu nous fait ? De l'amnésie ? Peut-être que tu ne devrais pas valider ton stage avec nous si les voyages spatiaux t'effacent la mémoire. Dommage, Rocket vient de finir ton costume de Batgirl. Je suppose que tu pourras quand même l'avoir. Tu te souviens de quoi ? »


Là, c’était à moi de les froncer mes sourcils. Parce que, aux dernières nouvelles, la personne qui avait fait ce costume ne s’appelait absolument pas Rocket. Il n’y avait donc plus qu’une solution possible. Cela faisait plusieurs mois, que je m’entraînais afin de rejoindre les rangs de la Magic League, en tant que Batgirl justement. Tout ceci, ne devait donc qu’être une épreuve, un entraînement supplémentaire, un genre d’évaluation quoi.

- C'est un test c'est ça ? Un truc dont j'étais pas au courant et que Dyson a décidé de concocter pour voir si je pouvais m'en sortir.


J’veux dire, soyons logique. Il y avait plus que ça comme explication plausible. Et apparemment, non toujours pas vu que la femme à la peau verte eu l’air totalement paumée. Gé-nial.

« C'est pas de l'amnésie ça... Qu'est-ce qui ne va pas ? Tu étais normale quand nous cherchions Marvel hier. Qui est "Dyson" ?" »


Booon, eh bah on était pas sortie de l’auberge manifestement. Là, on était tous en train de se paumer

- On a un soucis parce que a) quand vous me dites Marvel moi je vous réponds comics ou studio cinématographique et b) si moi je vous dit que Dyson est le leader de la Magic League j'pense que ça s'apparente à du chinois pour vous.


Vu sa manière de me regarder, apparemment ouep. C’était du chinois. On allait pas s’en sortir, ça faisait dialogue de sourd tout ça. Hors, j’avais qu’une envie, tirer cette histoire au clair fissa et rentrer chez moi. Ça va, c’était drôle cinq minutes mais là, ça commençait doucement à me taper sur les nerfs.

« Ok, on va plutôt réunir l'équipe, je ne comprends rien à ce que tu dis. Gardiens ! Il y a un problème avec la stagiaire ! »

Elle a un nom la stagiaire ! Sérieusement, on se croirait dans l’un de ces stages en entreprise imposés à la fin du collège, où de toute façon on sait que t’es là que pour une semaine, donc on s’en fou de t’appeler par ton nom ou pas. De mauvaise grâce, mais essayant quand même de faire profile bas, je la suivit jusqu’à une table. Le vaisseau ralentit, étant donné sur son pilote -un raton laveur humanoïde- venait de quitter son poste et arrivait en marmonnant manifestement insatisfait. Il pouvait marmonner autant qu’il voulait, ça allait rien me faire de plus, j’étais plus occupé à regarder par les fenêtres qui donnaient sur du noir et des étoiles. Au moins, j’aurais des trucs à raconter quand je serais revenu, genre que j’avais une ballade improvisée dans l’espace. J’arrêtais le fil de mes pensées quand trois autres créatures non humaines approchèrent, un type au moins aussi baraqué, voir plus qu’Aster à la peau grise et rouge, une femme avec des antennes sur le front, et un homme arbre :

« Je s’appelle Groot », annonça d’ailleurs ce dernier

Je préférais ne rien dire, puisqu’il y avait un nouveau truc qui me chiffonnait. Aux côtés, de la femme verte, se trouvait un type manifestement humain avec une veste rouge, qui m’était familier. J’le connaissais pas personnellement, mais son visage était placardé dans le Q.G de la Magic League. Il s’agissait de Peter Quill, aka Star Killer. Sauf, que techniquement, monsieur Quill a passé l’arme à gauche en début d’année, et ne devrait donc pas être là.

« Qu'est-ce qu'il y a comme "problème" ? Mis à part que les Gardiens de la Galaxie viennent de rater une mission pour la toute première fois alors que c'était certainement la plus simple. »

« Si on arrêtait de critiquer ma façon de piloter, et qu'on ne mettait pas d'Avengers stagiaire dans une mission officielle, on aurait réussit. » Enchaîna celui que j’identifiais comme Rocket.

Et mon point dans sa figure il voulait voir s’il était réussit ? Pas étonnant, qu’ils l’aient foiré leur mission s’ils étaient sans arrêt à se chamailler les uns les autres. Ça va les râleurs, et les grognons je savais parfaitement gérer, je bossais depuis plusieurs années déjà avec le champion du monde. Et j’voulais pas dire, mais Aster était quand même vachement plus intimidant que Meeko là.

« Ça suffit maintenant. Il y a un problème. Anna se prend pour une autre. » intervint la femme verte

- Je ne me prends pas pour une autre, c'est vous qui me confondez avec une autre personne, nuance. Crus-je tout de même bon de corriger Vous connaissez pas le principe du «  On a tous un sosie quelque part dans le monde ? »

Un blanc, mais genre très grand le blanc. Tout le monde était en train de me dévisager l’air surprit. Et moi, bah je prenais mon mal en patience, en me disant qu’Elsa aurait été fière de moi, pour avoir fait taire ma foutu impulsivité. Enfin, ça c’était avant que Rocket/Meeko ne se décide à exploser de rire :

« Enorme ! On avait bu autant que ça sur Xandar ? »

Preuve, irréfutable selon moi, qu’il me prenait pour une autre. Parce que je ne buvais JAMAIS. L’alcool me rendait malade. Et malheureusement, je ne passais pas par la case pompette ni même bourré avant d’y arriver. Et comme, ma famille par alliance si on pouvait dire, comportait le dieu des excès, je mettais un point d’honneur à ne pas toucher une goutte d’alcool. Généralement, François ne se contentait ni d’un seul verre, ni même d’une seule bouteille de vin. Je sursautais, légèrement lorsque la femme aux antennes me toucha l’épaule, et que le bout de ses antennes s’illuminèrent dans la foulée.

« Elle est confuse. Ce n'est pas l'alcool, elle a vraiment d'autres souvenirs. »

Haaaalleeeellujaaaah. Non vraiment, dans ma tête il y avait cette musique qui se répétait à l’infini. POURQUOI, est-ce qu’ils avaient pas fait intervenir la personne capable de débloquer la situation plus tôt ?

« D'où viens-tu alors, selon ces autres souvenirs ? » Me demanda finalement la femme à la peau verte

- De Storybrooke, dans le Maine. Cherchez pas sur une carte elle s'y trouve pas. C'est une ville crée de toute pièce par Regina Mills

Ah de nouveau les regards confus, zut. Même si maintenant, ils se tournèrent tous en direction, de Peter

« Me regardez pas comme ça, je ne saurais même pas situer le Maine sur une carte. Mais si une ville avait un nom aussi pourri que "Storybrooke" je pense que je pourrais m'en souvenir. »

Héééé, c’était un nom très chouette d’abord Storybrooke. Et beaucoup plus original, que celui de la plupart des villes. Et puis, en plus quand on avait pour pseudonyme « Star Killer », on faisait pas franchement de commentaire. On dirait le pseudo d’un ado boutonneux qui ouvrait son premier skyblog. Et on faisait encore moins, de commentaires quand on était sensé être mort depuis le début d’année.

- Il y a définitivement un truc qui cloche. Parce que je suis positive en disant que c'est là d'où je viens.


La conversation, s’arrêta là. Un écran sur le mur gauche bipa, signalant apparemment une communication entrante. Rocket l’ouvrit et un visage dans ce qui semblait être un avion privé étant donné le décor à l’arrière s’afficha

« Ceci est un message à tous les Avengers tout autour de la Terre... et d'ailleurs. Ici Tony Stark, votre super leader qui a une super nouvelle a vous annoncer. Captain America, le héros de la seconde guerre mondiale, vient de se réveiller d'un dodo glacé de plusieurs décennies. C'est merveilleux pour la Terre, la science, les super-héros, et pour le marché des produits dérivés qui vont tripler leurs ventes quand on va annoncer la nouvelle publiquement. C'est pourquoi je souhaite convier tous les Avengers à New-York au quartier général, pour que Monsieur Brooke apprenne à vous connaître et que l'organisme au complet soit présent pour la conférence médiatique qui va le présenter. Merci à tous, fin de transmission. »

J’avais pas vraiment prêté attention, à ce que ce Tony Stark racontait, en fait je venais de tomber sur un visage encore plus familier que celui de Quill, puisque c’était celui de Honey. Comme, me mettre à sautiller partout, parce que j’étais hyper contente de pas être la seule embarquée dans cette galère était pas forcément une bonne idée. Je me contentais de cacher pour mon sourire hyper ravi, lorsque la femme à la peau verte se tourna de nouveau vers moi

« Ça tombe bien pour toi, si nous devons retourner sur Terra. Il sera plus facile de comprendre ton problème là-bas. »

Ouais, et avec un peu de chance, on réussirait un moyen de retourner chez nous avec Honey. J’avais pas été trop nulle, lors de notre dernière aventure ensemble -même si je maintiens que j’avais eu l’impression d’avoir du pudding à la place du cerveau pendant un certain moment- alors, on réussirait peut-être à savoir le pourquoi du comment on était ici.

« Rocket, musique ! On met le cap sur ma bonne vieille planète bleue ! »

Aussi tôt dit, aussi tôt fait, cette dernière s’enclencha pour le reste du voyage de retour.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Great clouds roll over the hills
But if you close your eyes, does it almost feel like nothing changed at all ? And if you close your eyes, does it almost feel like you've been here before ? How am I gonna be an optimist about this?


Dyson L. Walters


◊ Un génie, milliardaire, play-boy et philanthrope. ◊


Dyson L. Walters


╰☆╮ Avatar : Tom Holland

Ѽ Conte(s) : Oswald, le lapin chanceux
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Oswald

✓ Métier : Gérant et serveur du Comics Burger ✗ Leader de la Magic League ✗ Adjoint du maire ✗ Scénariste pour le cinéma
[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu Weqp

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 18190

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu _


Actuellement dans : ◊ Un génie, milliardaire, play-boy et philanthrope. ◊


________________________________________ Ven 19 Avr 2019 - 18:53

UNIVERS

PERDU
Héros
et
Justiciers








« Le soleil brillera de nouveau sur nous. ».
Δ Avengers

Storybrooke et le Queens n'avaient absolument rien à voir. Cette dernière était bien plus immense, et les rues plus bruyantes. Mais... je le ressentais dans le bon sens du terme : elles étaient plus vivantes. Storybrooke avait ce charme de petite ville au style un peu rétro, un style que j'aimais bien, d'ailleurs, mais il fallait avouer que New-York était aussi vachement cool. Beaucoup de gens dans les rues, oui, mais on se sentait au plein cœur d'une capitale de vies où tout s'entremêlaient. J'aimerais bien y emmener Mattéo et Milo un jour. C'est en pensant à ça que je me rendais compte à quel point je voyageais peu. Quand je sortais de la ville, c'était toujours pour une mission. Et aujourd'hui, me voilà dans le Queens. Alors oui, ça allait être une mission aussi, mais m'y retrouver comme si j'y vivais, sans avoir eu à penser y remplir une tache pour y aller, me faisait penser à quel point ça donnait envie, parfois, de sortir un peu. Peut-être que Mattéo aimerait bien m'accompagner pour quelques vacances en dehors des horizons que nous connaissions si bien.

Tu es vachement souriant pour un type qui se retrouve dans le corps d'un autre, nota Richard à mes côtés lorsque nous étions sorti de notre immeuble, pour me laisser prendre une bouffée d'air et sourire en remarquant à quel point le coin donnait envie d'y vivre vraiment.

Rien n'a essayé de me tuer depuis pas mal de temps. Je profite, c'est assez rare, lui répondis-je dans le même sourire qu'il partagea. Je ne suis pas dans le corps d'un autre, d'ailleurs. C'est bien mon corps... normalement. J'espère. Mais c'est ma vie qui ne correspond pas tellement

J'aimais bien cette veste jaune qui nous habillait tous les deux. Ce n'était pas un vêtement de tous les jours, encore moins avec le logo du club de décathlon de notre université, mais elle rajoutait une touche assez classe sur le dos de Richard et sur le mien. Uniformes d'étudiants, sac à dos remplis, deux garçons qui marchaient dans les rues du Queens, on s'y croirait presque. On ne fit que quelques pas seulement avant que Richard ne s'arrête devant un vendeur de hot-dog de rue, en demandant deux avant de tendre un billet. J'haussai les sourcils.

Un hot-dog à cette heure ci ? C'est que le début de la matinée !

Richard haussa les épaules. On en prend toujours un avant d'aller en cours. Tu n'en veux pas ?

Je possède un restaurant de Burger et la faculté de ne pas prendre du poids, bien sûr que j'en veux un, m'étais-je retenu de lui dire. Il avait eu la gentillesse d'accepter l'étrange situation que je lui avais imposé au réveil, comme quoi je n'étais pas celui qu'il croyait, et avait fait de son mieux pour comprendre et pour m'aider, je n'allais pas lui rajouter en plus les détails encore plus particuliers de ma vraie vie. J'avais beau avoir 300 ans, l'âge que me donnait ma carte d'identité ici correspondait davantage à mon physique.

Je m'étais contenté d'accepter, sans la culpabilité de manger comme ça à cette heure-ci (le Dyson de cette vie n'en avait manifestement pas de toutes façons), et bon sang qu'est-ce qu'il était bon ! Richard avait donc remercié le vendeur par son prénom, puisque manifestement, nous connaissions son prénom et il avait l'air de bien nous aimer, alors j'avais joué le jeu et l'avais salué sur le même ton.

Euh, j'ai de l'argent sur moi ? Il nous faut un taxi pour aller à Manhattan.

Richard me regarda, surpris. Attends, tu veux te rendre à la tour Avengers maintenant ? Mais le bus scolaire vient nous chercher dans quelques instants, on va à Washington pour le championnat du décathlon ! On est les derniers élèves que le bus vient chercher, il ne va pas tarder.

Je hochai la tête de gauche à droite. Mais je ne peux pas aller à Washington ! Il faut vraiment que je comprenne pourquoi je suis ici, et la seule piste que j'ai, c'est cette tour !

Il fronça les sourcils, sans vraiment comprendre. Ta seule piste ? Pourquoi c'est une piste ?

Le grand méchant qui veut essayer de me tuer a kidnappé beaucoup de gens, dont une amie à moi, qui m'a contacté en début d'année pour que je la retrouve. Elle n'a pas pu me dire où elle se trouvait, puisqu'elle était en cavale et ne voulait pas donner d'informations que ses poursuivants pourraient entendre, elle m'a juste donné une phrase qui devrait m'aider : elle m'a dit de me rappeler de la façon dont Gordon s'était sacrifié.

Richard ne comprenait toujours pas. Ce qui était normal. Et bien Gordon était un grand héros qui a du se sacrifier pour désactiver une machine meurtrière, l'année dernière, qui l'a tué en explosant. Et cette machine se trouvait au sommet de la tour Stark, qui a été détruite au passage. Alors comme cette tour est toujours debout dans cette version du monde, c'est tout ce que j'ai pour m'aider.

Mon colocataire fit mine de réfléchir un instant avant de répondre. Bah j'sais pas ce qui pourrait t'aider à la tour Avengers... et ça sera pas facile de fouiller. La partie visitable est un musée, donc blindée de gens, et le reste de la tour est interdite et très surveillée.

Mince. Mais détail logique, en même temps. Mais je crois que j'ai une idée pour pouvoir nous y rendre sans attirer les soupçons ! Tu vas devoir trouver un moyen de trouver ce que tu veux trouver, mais déjà, je sais comment y aller.

Et comme si c'était pour illustrer sa parole, un bus scolaire new-yorkais passa dans la rue et s'arrêta devant nous. A bord, tout un groupe d'étudiants habillés de la même veste jaune que Richard et moi portions. Un homme plus âgé devait certainement être notre professeur. Et au volant.... Géo ?!

Tu appelles le chauffeur du bus par son prénom ? Oooh c'est un autre comme toi ?

Je ne pris pas le temps de lui répondre, puisque j'avais couru vers le bus pour m'approcher de la fenêtre de Géo, dont il baissa la vitre. Géo Trouvetou, le mécanicien de la Magic League, et membre de ma famille. C'était le seul visage, en dehors du mien, que je reconnaissais depuis que j'étais ici.

Pitié, dis moi que tu te souviens de qui tu es...

Il me gratifia d'un sourire rayonnant. Je me souviens de qui je suis, et content de voir que c'est réciproque, me dit-il dans un murmure pour qu'on ne l'entende pas. Je me suis réveillé dans un appartement que je ne connais pas du tout. Des notes dans l'agenda du téléphone que j'ai trouvé m'ont indiqué que je conduis un bus et qu'aujourd'hui je devais emmener des étudiants à Washington. En voyant ton nom sur la liste, j'ai pas hésité !

Et bien, j'ai la même version, mais du côté étudiant. Oh et lui, c'est Richard, mon colocataire étudiant, qui sait que je ne viens pas d'ici comme il le croiyait. Mais tu as joué le jeu auprès des autres, c'est probablement mieux comme ça.

Dyson, Richard, vous rentrez ? Nous devons partir ! Appela le professeur depuis l'intérieur du bus. En me tournant vers Richard, il m'adressa un regard confiant, et m'indiqua de le suivre à l'intérieur du bus.

M'sieur, on a dit qu'on partirait avec quelques heures d'avance pour visiter le Washington Monument avant le championnat, mais j'ai une autre idée. Visitons le musée des Avengers à la place.

Je pinçais les lèvres en remarquant le groupe d'élèves qui se moqua de la proposition. Ryder veut faire sa fangirl dans le musée des super-héros ?

Richard le foudroya du regard. Non Flash, j'avais juste envie de voir des hommes vraiment virils avant de devoir me contenter d'un voyage avec... toi. Même moi, j'ai rigolé. Ledit Flash en revanche, n'en riait pas autant. Richard regarda de nouveau le professeur. A vrai dire, on y est jamais allé. Ca fait parti des monuments qu'on a juste à côté de chez nous et qu'on va jamais voir juste parce que c'est là. Et au final, l'endroit dans lequel on vit fait parti de ce qu'on connait le moins. Je trouve ça bête.

Vu la lueur qui se réveillait dans le regard du professeur, je pouvais en déduire que c'était assez pour le convaincre. Un sourire s'afficha sur mon visage, félicitant et remerciant mon nouvel ami du regard. Tu as raison, Richard. C'est bien dommage de nous efforcer à découvrir nos voisins quand on ne connait même pas ce qu'il se trouve dans notre jardin. Alors si le groupe est d'accord... il se retourna pour regarder le groupe, qui hochait la tête à l'unisson (à part le jeune Flash encore vexé au fond). C'est décidé ! Monsieur Trouvetou, nous allons au musée Avengers !

Je glissais un regard entendu à Géo pour lui indiquer que ça faisait parti du plan, et qu'il aurait des explications plus tard, tandis que Richard glissait à mon oreille : Liz c'est la fille devant le siège de Flash. Si tu veux pas éveiller les soupçons, assieds toi à côté d'elle. Vous vous appréciez bien. J'ai envie de vous gifler tous les deux pour tourner autour du pot aussi longtemps, mais aujourd'hui je te permets de continuer.

Oh. Opération flirter avec une fille que je ne connaissais pas, donc. Et puisque Richard me lachait comme ça pour s'asseoir à côté d'un certain Ned, je suppose que je n'avais pas le choix. Sale lâcheur, lui exprimai-je dans un regard foudroyant qu'il me rendit avec un regard amusé. Je suppose que c'était une vraie amitié qu'il y avait entre lui et le moi qu'il connaissait.

C'était donc hésitant que je m'étais alors assis sur le siège libre à côté de la prénommée Liz. Celle-ci m'adressa un sourire. Alors, quelle mouche vous a piqué ce matin, toi et Richard, pour vouloir visiter le musée Avengers ?

Ah oui, il fallait réfléchir à cette question aussi, pour trouver une excuse. Et bien... on n'a jamais assez d'honorer les héros de notre pays, n'est-ce pas ? Si l'excuse pourrie était une récompense aux oscars, je l'aurais eu.

L'avantage, c'était que j'étais vraiment gêné à l'idée de devoir flirter avec elle. Donc c'était assez crédible pour le rôle du garçon gêné de parler à la fille sur qui il flashe. Et bien... tant mieux ?

Liz rigola. Tu n'es vraiment pas un homme ordinaire, Monsieur Walters..

Un frisson parcourut mon corps quand elle prononça cette phrase. Je suppose que mon jeu d'acteur fonctionnait alors... une certaine tristesse m'envahit. Cette phrase, c'était exactement la phrase que j'avais prononcé à Mattéo le soir où je l'ai rencontré. Quand j'ai commencé à tomber amoureux de lui. Vous n'êtes vraiment pas un homme ordinaire, Monsieur Solano. J'étais triste de ne pas être avec lui, en fait. New-York avait beau avoir ses charmes... je réalisais enfin que j'étais une fois de plus loin de chez moi, sans savoir quand est-ce que je pourrai revenir.

Ca ne va pas ? S'inquiéta Liz en remarquant mon visage qui avait perdu son éclat. Une mine que je m'efforçais de reprendre.

Oh, si si ça va super ! En fait j'ai vraiment hâte d'aller au musée. Ca fait longtemps que j'ai envie d'y aller.

Elle souriait de nouveau. Dyson, le plus grand fan d'Iron Man que le monde ait jamais connu, rigola-t-elle. C'est un exploit que tu te sois retenu aussi longtemps de ne pas y aller. Il t'a même accordé une bourse, c'est dingue.

Oh, j'étais surtout fan de Spiderman, mais soit. Iron Man était pas mal non plus, faut dire. Je notais cependant que j'étais supposé être "le plus grand fan d'Iron Man que le monde ait jamais connu", si je voulais rester crédible dans ce rôle. Avant de quitter l'appartement, Richard m'avait donné le maximum d'informations importantes que je devais connaitre pour être leur Dyson sans trop me griller, mais il n'avait pas pu me détailler toute ma vie, de toutes évidences.

Et toi ? De qui tu es la plus grande fan que le monde ait jamais connu ?

Tu vas le découvrir bientôt je suppose. Nous sommes arrivés.

En effet. Du Queens, nous étions arrivés à Manhattan, devant l'imposante et rayonnante tour Avengers. Comme promis par Richard, il y avait en effet du monde déjà à cette heure-ci, et je pouvais voir des gens qui semblaient venir du monde entier, des touristes de tous les horizons qui venaient observer la mémoire des héros qu'ils vénéraient tous. Selon mon colocataire, les Avengers avaient réussi à éradiquer toutes formes de guerre sur Terre et dans les planètes alentours. Pas étonnant que tout le monde les adore, jamais personne n'a réussit un tel exploit dans les mondes que j'ai exploré avant. Ni même dans celui dans lequel je vis.

Nous étions descendus du bus, et accueillis chaleureusement par le personnel qui avait manifestement l'habitude de recevoir des groupes d'étudiants en sortie scolaire. Et en rentrant... j'avais émis un sifflement de surprise, qui n'était pas pour le jeu d'acteur que je me devais de tenir : j'étais réellement impressionné. Rien que la première salle, le hall, était immense. D'innombrables statues à l'effigie de tous les Avengers étaient alignées et devaient faire une dizaine de mètres de hauteur chacune.

De nombreux présentoirs exposaient sous vitrine des reliques des héros ou de leurs anciens ennemis, avec des plaques pour raconter l'histoire qui les accompagnaient. De grandes affiches racontaient celles de chaque vengeur, et des écrans sur les murs diffusaient des séquences filmée de leurs combats.

Et bien, je ne t'ai jamais vu aussi émerveillé, nota Liz en regardant mon visage illuminé, bouche bée.

Tu as sans doute raison, cet endroit mérite qu'on soit autant émerveillé... Liz rigola.

Le professeur dut réunir les rangs, et se mit en tête du groupe pour nous faire visiter, et faire notre guide improvisé, tandis que Richard me tirait pas le bras en arrière. Je m'excusais d'un regard auprès de Liz, avant de le rejoindre. Alors ? Tu sais quoi faire ?

J'hochai la tête négativement. Je n'ai jamais connu cet endroit, et y a tellement de coins à explorer... je ne sais pas vraiment où commencer non.

Il n'eut pas le temps de me répondre, puisque les hauts parleur diffusaient un message pour demander l'attention de tout le monde. Le brouhaha des centaines de personnes présentes cessa alors, le musée finalement plongé dans un silence surprenant, tandis que les écrans affichaient un visage que je connaissais : celui de Tony Stark.

Bonjour à tous. J'ai l'immense honneur de m'adresser au monde entier pour vous annoncer la meilleure nouvelle de tout ce siècle. Une nouvelle qui va changer la face du monde, et ravir tous les jeunes enfants, ou les plus nostalgiques de nos aînés. Je vous prie de prendre ce message au sérieux, ce n'est pas une blague. Disparu depuis la seconde guerre mondiale alors qu'il s'est sacrifié pour sauver la ville de New-York, le docteur Bruce Banner et les équipes de la tour Avengers ont fait l’immense exploit de retrouver Chris Brooke, plus connu sous le pseudonyme de Captain America, grand héros de la guerre, conservé dans de la glace et... ENCORE VIVANT ! Le bruit reprit de plus belle alors que l'excitation et la surprise gagnait la foule. Le serum que monsieur Brooke a prit pour faire de lui un super-soldat aussi impressionnant que Captain America l'a en effet permis de survivre toutes ces années dans la glace de l'océan Atlantique. Aujourd'hui, il s'est réveillé, en pleine forme, et bientôt, vous aurez tous l'immense privilège de le découvrir à mes côtés.

Alors que l'écran changeait pour diffuser des images de Captain America dans la seconde guerre, mon visage rayonnant s'était tourné vers Géo, qui partageait mon sourire. Richard le remarqua. Vu la façon dont tu as réagis, je suppose que tu le connais ?

Oui, c'est l'un de mes amis. Il est quelque part ici donc, il faut à tout prix que je le retrouve et...

Les images de Chris s'interrompirent soudainement, pour un message complètement différent cette fois-ci. Appel à témoin. Ces deux individus aperçus dans les rues de New-York ce matin sont recherchés par les forces de l'ordre d'Avengers. Ils sont potentiellement dangereux, et la femme est armée. Une jeune fille se trouve avec eux. Si vous les apercevez, nous vous demandons de ne pas agir et d'appeler immédiatement les autorités. Nous vous remercions de votre coopération.

Le message se répéta alors, et les images des deux individus recherchés s'affichaient. Un nouveau frisson parcourut mon corps. Attends... eux aussi ? Mais vous êtes combien comme ça ?

Je m'étais rapproché de Géo. Géo, prends le bus, et essaye de retrouver Evelyn et Alfred. Tu as reconnu la rue sur les images qu'ils ont pris ? Ce n'est pas loin d'ici. Je ne sais pas pourquoi ils sont recherchés, mais rien ne fonctionne correctement dans ce monde.

Géo hocha la tête et tourna immédiatement les talons pour trouver son bus. A vrai dire, je ne savais plus vraiment si je devais me réjouir, ou m'inquiéter de ce que voulait signifier ce monde...

Euh... on fait quoi maintenant ? Demanda Richard, perdu.

On infiltre la tour Avengers.

©️ Gasmask



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Amoureux perdus - Si les lourdeurs du coeur sont celles qui nous tueront, alors, mon amour, je n'ai pas de chance de survie. Mon cœur est rempli de souffrances : celles du passé, et celles causées à l'idée de te perdre.
En ligne

Evelyn Nichols


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Evelyn Nichols


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu ZHNKp2

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 599

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Sam 20 Avr 2019 - 17:51


MAGIC LEAGUE 4 : L'Univers Perdu
Evelyn et Alfred déambulaient de rues en rues, la jeune femme avait le regard partout, paniquée à l'idée de tomber de nouveau sur ces individus qui leur voulait sans aucun doute du mal mais sans qu'elle ne puisse savoir la raison. Leur tenue avait rapidement attiré le regard des New Yorkais, peu habitués à voir des gens en tenue de lin dans leur cité. Le majordome était donc parti quelques minutes pendant lesquels Evelyn s'était approché d'un distributeur de boissons fraîches. Avec une précision chirurgicale, elle avait ouvert la machine en deux à l'aide d'un laser à la place de son doigt et en avait sorti une bouteille d'eau qu'elle avait donné à sa fille.

- Tu as faim, chérie ?
- Non...

Elle n'avait peut-être pas faim mais elle engloutissait la bouteille d'eau à une allure hallucinante. Il fallait vite se ressaisir et la mettre en sécurité, là où elle pourrait manger, boire et dormir à son aise. Alfred était revenu avec des habits entassés dans un sachet plastique, habits qu'il avait vraisemblablement """empruntés""" pour une durée indéterminé. La jeune femme enfila sans demander son reste le haut noir, la veste grise et le jean qui lui était destiné, regrettant qu'il soit troué. Elle enfila ensuite les chaussettes et les baskets blanches, ressemblant désormais à une New Yorkaise lambda. Elle trouva également des lunettes de soleil noir qu'elle se dépécha d'enfiler. Une fois sa transformation terminée, elle sorti la petite robe blanche à rayures qui était destiné à sa fille, lui enfila les petites chaussettes assorties et un petit gilet bleu pâle afin qu'elle n'est pas froid. Elle attacha ses cheveux sur le haut de son crâne et garda tout de même le tissu en lin pour la porter sur son dos.

- Merci Alfred.
- Meci.

Elle avait toutes les deux la même tête décidée lorsque le majordome, qui s'était retourné pour leur laisser de l'intiité, croisa leur regard. Ils reprirent leur route et ce ne fut qu'au bout de quelques minutes qu'elle senti de nouveau la petite main d'Iris se coller à sa joue.

- Souris !
- Non, Iris, des rats à la limite mais il n'y a pas de souris dans ce centre-ville.
- Chiiiiiiize !

Elle tourna la tête vers la petite qui souriait de toutes ses dents en tirant sur la commissure de ses lèvres. Elle lui avait précisé qu'il fallait rester discret si elle voyait quelqu'un de louche et un seul regard dans le vide sur sa droite lui permit de comprendre que l'enfant avait repéré un autre homme aux lunettes noirs, qui les prenaient en photo.

- On est repérés... Qu’est-ce qui se passe à la fin ? Qui était ces types tout à l’heure et pourquoi certains semblent nous surveiller ?

Alfred lança un signe de tête en direction de la tour Avengers.

- Eux, surement. Le type qui ouvrait des portails, Docteur Strange. Ce n'est pas n'importe qui. Du moins de ce que les histoires de notre monde en disent. Pourquoi les "Avengers" feraient ça en revanche... Quelqu'un a changé ce monde, et je suppose que ce n'est pas pour le mieux.

Evelyn fronça les sourcils.

- Les Avengers sont de notre côté... c’est nous.... pourquoi brusquement changer de camp ? Et pourquoi...

Elle soupira bruyamment, perdant patience sur toute cette histoire qui commençait sérieusement à l'angoisser autant qu'elle lui tapait sur les nerfs.

- Je ne sais pas. Ils ne sont peut être pas contre nous, après tout. A moins qu'on a fait quelque chose, on ne se souvient pas de notre arrivée ici après tout. Pour le moment, je me méfie simplement de ceux qui nous suivent discrètement dans une rue, ce n'est pas un comportement qui pourrait faire baisser ma garde.
- Vous avez tenté de joindre l’un des nôtres ? Ce sont peut-être des doubles maléfique... il y a une autre Guêpe dans un autre monde et... je crois que c’est moi...

Elle lui ressemblait fortement en tout cas. Elle prit une profonde inspiration et expliqua une nouvelle fois tout ce qu'elle avait vécu dans l'appartement de Dyson. Bien entendu, le majordome le savait déjà mais elle avait demandé à ce que rien ne soit inscrit informatiquement pour éviter un nouveau piratage. Cela lui permettait aujourd'hui de vérifier qu'elle était bien du bon côté, qu'Alfred était bel et bien ce qu'il disiat être et que les méchants se trouvaient du côté de Strange. A son grand soulagement, elle vit à l'air du majordome qu'il savait déjà tout de cette histoire et qu'elle ne s'était donc pas laissée bluffer par un double maléfique.

- Êtes vous certaine qu'il s'agit de vous ? Parce que si c'est le cas, "vous", d'une façon ou d'une autre, dans un temps ou dans l'autre, nous avez peut être donné la piste à suivre. Alors peut-être qu'on doit s’intéresser à la tour Avengers. Cette tour ne doit pas exister, justement à cause du sacrifice de Gordon. Par contre, s'ils nous recherchent et qu'on s'y rend, ce serait se jeter dans la gueule du loup...

Désespérée, elle regarda autour d'elle à la recherche d'un indice ou d'une idée. Le photographe avait disparut quand ils avaient changé de rue mais rien ne disait qu'ils étaient désormais sains et sauf.

- Il nous faut de l’aide.
- Moi j'aide.

L'enfant avait répondu avec une force si féroce qu'elle se voyait presque à travers elle. Evelyn éclata de rire et tourna son châle une fois de plus pour qu'Iris se retrouve accrochée à son ventre. Elle l'embrassa sur le front avant de poser ses bras autour d'elle.

- Ils ont pris ma fille aussi cette fois... je ne peux pas prendre autant de risque... on devrait se trouver un endroit plus discret pour réfléchir...
- Je suis d'accord.

L'ancien robot sursauta en entendant cette voix familière venir de la route. Géo Trouvetou était installé à bord d'un car scolaire vide.

- Des avis de recherche sur vous trois sont diffusés partout, depuis la tour Avengers, en vous décrivant comme dangereux, vous ne devriez pas rester dans la rue, montez ! Nous ne sommes pas les seuls piégés dans ce monde étrange. Dyson et Chris sont là aussi.

Alors ils n'étaient pas seul. Cela la soulagea un court instant. Elle voulu demander quelque chose à propos de ses compagnons également présent mais une autre information lui sembla plus important :

- Sur nous trois ? Mais c’est un bébé !!
- Suis pu un bébé !

Iris semblait décidée à faire partir de l'équipe mais sa mère ne l'entendait pas de cette oreille. Elle s'engouffra dans le véhicule jaune en même temps qu'Alfred et s'intalla sur une des banquettes près du chauffeur, sa fille à ses côtés.

- Comment vous êtes arrivés là ? Comment vont Dyson et Chris et surtout pourquoi ils ne sont pas considérés comme dangereux eux ?
- Je me suis réveillé ce matin en découvrant que je suis un chauffeur de bus. Rien ne correspondait à ma vie. Dyson m'a dit la même chose. Vous aussi, je suppose ? Ils ne sont pas considérés comme dangereux parce que Dyson est un civil lambda que personne ne connait, comme moi, et Chris est considéré comme... Captain America. Pas le Captain America qu'il est depuis un an, mais celui des films. Tout le monde parle du fameux Chris Brooke, héros de la seconde guerre mondiale, qui vient de se réveiller de son sommeil glacé. Mais alors pourquoi vous vous êtes dangereux... Vous vous êtes réveillés où ?

Evelyn prit le temps de réfléchir à tout ce qu'elle venait d'entendre. Dyson un Civil et Chris semblait être le héros de ce lieu, avoir une sorte de vie similaire à ce qu'elle connaissait de celle de Captain America par les films.

- Nous nous sommes réveillés à Katmandou et je n’ai pas l’impression que ma vie a été « échangée » à moins que justement... c’est ça notre « changement »... nous sommes des criminels ici... ça n’a aucun sens !

Elle s'était pris les cheveux dans les mains, la tête vers le bas, les coudes posés sur les genoux. La petite main d'Iris apparut dans son champ de vision pour lui tapoter la cuisse d'un air compréhensif.

- Katmandou ? C'est à l'autre bout du monde ça, Dyson, Chris et moi sommes réveillés ici, à New-York... oh donc il y en a peut être d'autres ailleurs.

Il prit le temps de réfléchir un instant et la blonde fit de même. S'il y en avait d'autres et ailleurs, comment les retrouver ? Ils devaient être aussi apeurés qu'elle ou dans une totale incompréhension comme avait dut le ressentir Dyson ou Géo. Il valait encore mieux qu'ils soient glorifiés comme Chris, cela voulait dire qu'on risquait d'entendre parler d'eux dans les médias et ils seraient plus simples à retrouver.

- Alors je sais où nous irons. Dyson et Richard s'occupent de la piste de la tour Avengers. Oh, Richard c'est... une longue histoire. Pour le moment, on peut se concentrer d'aller en lieu sûr et comprendre plus de choses de notre côté. Comme qui êtes-vous selon eux, par exemple.

Le bus démarra, roulant sur des rues peu fréquenté. A mesure que le temps passait, ils s'éloignaient de Manhatan et Evelyn put apercevoir qu'ils entraient à présent dans le Queens. Iris était debout sur la banquette, les mains collés à la vitre et observait aussi au dehors, cette ville qu'elle n'avait jamais vu. Le véhicule s'arrêta devant un cybercafé et Géo enleva sa casquette pour l'offrir à Alfred avait de tendre à Evelyn un sweat à capuche qu'elle enfila rapidement avant de mettre la capuche. Elle retira ensuite ses lunettes de soleil pour les coller sur le nez de sa fille, histoire qu'elle ai également le visage un peu dissimulé. Mais c'était peine perdue, elle avait bien conscience qu'une petite fille blonde avec un homme et une femme attirerait forcément ses ennemis, peu importait le déguisement.

Une fois à l'intérieur du Cybercafé, elle posa Iris et se mit à rapidement pianoter sur le premier PC en face d'elle afin de comprendre le crime dont on les accusait. Elle ne trouva rien en tapant le nom d'Alfred mais parvint à trouver quelque chose avec son propre nom. Le passage n'avait pas été simple, il avait fallu passer par le site des Avengers mais elle entra à l'intérieur du système à l'aide de ses connaissances spéciales, hackant au passage les mots de passe et firewall pour arriver sur leurs dossiers privés. Le dossier portait son nom, "Evelyn Nichols" et la première chose qu'elle y vit était une photographie. Elle avait beau avoir les yeux cerclés de noir et les cheveux tirés en arrière dans un savant chignon asiatique, elle put se reconnaître très clairement, dans une tenue qu'elle n'avait jamais portée. (HJ, note de l'auteur : oui oui, je sais ça va être dur de pas faire l'amalgame mais ce n'est pas Aloysius qui porte ce costume, bien Evelyn. RIP Aloy, tu es peut-être un autre méchant dans ce monde [FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu 4114364782)

La photo avait été prise en plein action et on en ressentait toute la violence. Elle se tenait face à Doctor Strange et des éclats de lumière sortait de ses mains, en position clairement offensive. Alfred observa l'image, complétement perdu :

- Tu es... une sorcière recherchée par les Avengers pour avoir affronté Dr. Strange ?

Et c'était donc pour cela que le majordome et Iris étaient également recherchés, parce qu'ils étaient avec elle. L'enfant essayait d'ailleurs, les mains posées sur le rebord du bureau, d'observer à son tour l'image, se mettant sur la pointe des pieds tout en mordant sa lèvre inférieur mais Evelyn lui cacha les yeux.


- Géo, tu veux bien jouer avec elle un tout petit peu plus loin ? Je ne veux pas qu'elle voit ça.


Le scientifique s'éxecuta et Evelyn en profita pour faire d'autres recherches. Le dossier scanné était maigre. Il portait le nom "La sorcière de Katmandou - Identifiée par Bruce Banner - Aucun annihilateur de pouvoir enregistré". A ses côtés, Alfred avait pris un autre ordinateur et faisait des recherches subsidiaires sur Bruce Banner. Il tomba alors sur une vieille photographie qui datait vraisemblablement de du jour de son diplôme. Toute la promo était présente, souriante et dans le groupe de femme sur la droite de la photo, souriant à pleine dents, Evelyn se reconnu. Le choc fut tel qu'elle sentit une boule se former dans son estomac. Alfred se retourna vers elle :

- Sur ce que tu as trouvé, il y a écrit "identifiée par Bruce Banner". Ca veut dire qu'ils ne savaient pas qui c'était, sur la photo que tu as trouvé, jusqu'à ce que Banner reconnaisse Evelyn Nichols, qui a été dans sa promo à l'université. Je crois donc que les deux "Evelyn" sur ces photos ne sont pas les mêmes. Quand bien même nos identités sont remplacées, on a toujours nos pouvoirs, tu n'es pas une sorcière. Alors je pense que toi, dans ce monde ton identité a été remplacée par celle de cette docteur qui a été diplômée en même temps que Bruce Banner, et ils pensent tous que tu es cette sorcière... qui doit être "l'autre" toi dont tu parlais. Tu me suis ?

Oui elle le suivait. Et pourtant elle était restée silencieuse. Parce qu'elle était déjà à l'étape suivante. La main sur la tour de son PC, elle enregistra toutes les données qu'elle avait sur ce monde et se leva d'un geste brusque, reprenant sa fille dans ses bras.

- Alors il faut trouver Banner.
- Vous allez certainement le rencontrer durant votre procès.

C'était la voix de Doctor Strange. Il leur faisait face, le visage sombre, entouré de nombreux hommes en noir. Evelyn eut un mouvement de recul et replia ses bras instinctivement sur sa fille pour la protéger au maximum. Aussi calme qu'elle pouvait l'être, elle précisa sans un seul geste brusque :

- Ce n'est pas ce que vous croyez, je ne suis pas celle que vous croyez... je viens d'un autre monde, je n'ai rien à voir avec tout ça ni même les mêmes pouvoirs...

Elle était prête à prouver sa bonne volonté mais avant qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit ou ajouter un mot, deux hommes levèrent leur arme et tirèrent immédiatement dans sa direction. Elle sentit alors quelque chose lui piquer au niveau du coup et la réaction d'Alfred lui confirma qu'il avait ressenti la même chose. Portant sa main à sa gorge, elle put facilement imaginer que c'était un annihilateur de pouvoir.

- Maintenant, certainement pas en effet.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Je t'attendrai, là où l'aube naît
by wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Chris L. Brooke


« Toon pour un
et un pour toons ! »


Chris L. Brooke


╰☆╮ Avatar : cняιs εvαηs ♒ ♥

Ѽ Conte(s) : ℓε мση∂ε ∂ε ηεмσ & ∂σяү ♒
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : cяυsн, ℓα тσятυε ℓα ρℓυs яαρι∂ε ∂υ cσυяαηт εsт αυsтяαℓιεη ♒

✓ Métier : αηcιεη мιℓιтαιяε. ρσℓιcιεя ∂ε sтσяүвяσσкε ♒
[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu Y0l2

☞ Surnom : cяυsн ♒
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3407

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu _


Actuellement dans : « Toon pour un et un pour toons ! »


________________________________________ Dim 21 Avr 2019 - 19:14

L'univers Perdu
I tried so hard And got so far. But in the end, It doesn't even matter. I had to fall to lose it all. But in the end it doesn't even matter.

Chris fixa son téléphone pendant un long moment sentant comme une boule se former dans son estomac. Ce n'était donc pas un cauchemar ? Il se retrouvait dans la vie de quelqu'un qu'il ne connaissait pas et entouré de personnes qu'il ne connaissait pas non plus. Pourtant dans ce monde il s'appelait Chris Brooke aussi mais c'était la seule chose qui collait, tout le reste n'avait aucun sens. Il n'avait ni 99 ans et sa famille n'était pas morte, il n'avait pas tout perdu. Il déglutit avant de balancer le téléphone par terre dans les toilettes, il ne savait pas à qui été ce téléphone mais tant pis, il sortit enfin des toilettes et qu'elle ne fût pas sa surprise quand il vit le fameux dieu Nordique juste devant la porte. Le blond lui passa à côté sans rien dire avant de se diriger vers la salle principal, là ou se trouvait le docteur Banner. D'ailleurs Bruce insista pour que Chris fasse des tests médicaux avec lui et étrangement le policier ne dit pas non. Toutes ses conversations lui avait un peu flanqué la trouille. Une fois fait, il se rassit sur le canapé de tout à l'heure, juste en face de Banner qui était en train de vérifier les résultats de ses tests sur les écrans. Bruce afficha un petit sourire avant de faire disparaître les écrans en un simple geste.

« L'IRM est plutôt rassurante, vous n'avez aucun problème, monsieur Brooke. Il y a-t-il quelque chose qui vous préoccupe, sur votre état ? »

« J'ai une question à vous poser docteur. Si je suis un super soldat, pourquoi je ne possède aucune force surhumaine ou endurance surhumaine ? »

« Vous pensez ne pas en avoir ? Vous avez essayé ? »
demanda alors Bruce.

Le docteur fronçait les sourcils ne semblant pas comprendre la remarque de Chris. Ingénieux de sa part dans un sens quand même, il devait prouvé qu'il n'était pas Chris Brooke, enfin si mais pas celui de ce monde remplit de super-héros. Il était loin d'en être un, loin d'avoir fait la seconde guerre mondiale, loin d'avoir dormi 70 ans dans un glaçon et il voulait le faire comprendre à Bruce. Thor semblait être encore plus bête que celui qu'il avait connu alors lui prouver quelque chose ne servirait à rien. C'est vrai que le blond n'avait pas essayé mais il connaissait son endurance physique, elle était très bonne mais pas aussi bonne qu'un super soldat, loin de là. Il secoua alors négativement la tête.

« Non, pas vraiment. Je viens de me réveiller mais j'en suis persuadé. C'est impossible de dormir 70 ans dans la glace sans vieillir ou sans mourir. Et je suis né en 1983. »

« Euh, et bien la question de la cryogénisation est plus complexe, dans votre cas rendue possible grâce au serum, mais c'est un autre débat... vous avez le souvenir d'être né en 1983 ? Ça c'est plus curieux... de quoi vous souvenez vous ? »

Un petit soupir sortit de la bouche de Chris. Il était épuisé de devoir parler de sa vie. Puis cela servait à quoi ? Dans cette immense immeuble, ils avaient tous l'impression qu'il était le grand Captain America mais ce n'était pas lui. Il finit par se lever du canapé tout en croisant ses bras contre son torse. Il fixa étrangement l'endroit ou Bruce avait fait disparaître les écrans. Décidément la technologie c'était vraiment pas fait pour lui. Il posa alors son regard sur celui du docteur.

« Je ne vais pas vous parler de ma vie, vous n'allez pas me croire. Mais je ne suis pas Captain America. Je suis un simple humain. Je n'ai pas de pouvoir, je suis juste Shérif dans ma ville et père de deux enfants. Je ne connais ni de Crâne Rouge, ni de vaisseau, ni des 70 années passés dans la glace! »

« Je... je ne comprends pas ce qui peut causer cela. Peut-être que les plus magiques d'entre nous sauraient mieux s'y prendre pour trouver l'origine du problème, comme Dr. Strange mais... je ne sais pas, c'est étrange. »


Chris haussa simplement les épaules, il n'avait pas d'autre explications à donner, ce n'était pas lui et pourtant quand Banner afficha les images de 1943 en grand, il vit Captain America avec son visage. C'était vraiment son visage. Sans barbe et mieux coiffé mais c'était lui.. Le blond fronça les sourcils, il ne comprenait plus rien. Il se recula un petit peu des images se sentant légèrement étrange, comme si les événements le dépassé, ce qui était vraiment le cas dans un sens. Il se tourna vers le docteur complètement perdu tandis que ce dernier reprit la parole.

«  Vous ne vous souvenez vraiment pas être Captain America ? » demanda t-il avec une point de tristesse. « Notre monde aurait bien eu besoin de l'espoir que le retour de Captain America aurait pu lui donner. L'idéal d'un monde sans guerre n'est pas celui auquel on pense. Les doutes, les rebellions, la crainte d'un retour au crime... Lorsque Tony m'a annoncé que la rage de Hulk avait fait remonter l'avion du Captain, j'ai souri, j'ai su que l'inspiration de la paix, la motivation pour le monde et ses innocents de ne plus avoir peur, était arrivée à nos côtés. J'aurais compris que vous refusiez de rejoindre les Avengers. Vous méritez le repos d'une retraite plutôt que le retour à une vie de soldat. Mais... beaucoup de gens aurait eu de nouveau beaucoup de foi en le monde et en sa sécurité s'il savait que les plus beaux vestiges de notre histoire ne se noient pas forcément à un certain moment. » il se tourna vers Chris, un air toujours triste sur le visage. « Vous... Pensez-vous vraiment, ne pas être Captain America ? »

Le cœur de Chris se serra quand il vit le visage du docteur. Ce Captain devait être important pour les États-Unis. Mais alors ou était-il ? Pourquoi Chris se retrouvait à la place du grand héros des USA. Il afficha une petite moue avant de baisser son visage. Il ne pouvait pas dire non pour le coup, par peur d'en décevoir beaucoup, surtout le docteur. Mais il ne pouvait pas voler l'identité de quelqu'un alors il ne pouvait pas dire oui non plus. Surtout qu'il n'avait pas ce sérum en lui. Il vieillissait comme tout le monde, saignait facilement.

« Je ne sais pas.. Je sais plus docteur. Pardon, je ne voulais pas vous faire de la peine.. Je .. Vous avez un endroit ou je pourrais tester ma force physique ? J'ai besoin d'en être sur... »

Il voulait être sur de savoir qu'il n'avait aucun pouvoir et aucun sérum en lui parce que les photos lui avait clairement mit le doute mais la tour se mit à trembler. Apparemment, il n'aura pas sa réponse maintenant vu que quelque chose était en train de se passer à l'extérieur. Pas des super-vilains, pas des super-vilains. Il n'était clairement pas prêt. Mais ce ne fût qu'un jet qui atterrie sur la piste de la tour enfin que .. Un vaisseau spatial fit son entrée à son tour et descendit du ciel. Plus loin des rayons de lumières apparurent faisant place à d'autres avions. Aie aie, les ennuies. Chris déglutit difficilement, il avait presque envie de s'enfuir d'ici.

« Les Avengers au complet sont arrivés. Tony voulait que tout le monde soit présent pour le plus beau message d'espoir qu'on pouvait apporter au monde : vous, en présentant votre retour au grand public. Tony est là pour vous rencontrer. Il... bon, il aurait aimé que vous rejoignez les Avengers, mais sachez que vous n'avez pas à accepter. Pour le moment... monsieur Brooke, acceptez vous d'être cet espoir ? Je vous promets qu'on essayera de comprendre le problème qui vous touche. L'espoir doit venir d'abord de ses héros pour pouvoir le transmettre à ceux qu'ils protègent. »

Banner lui demandait clairement de dire que Captain America était de retour mais.. Ce n'était pas le cas ! Il se prenait une balle dans le ventre et il mourrait comme tout le monde. Le blond posa son regard complètement perdu sur le scientifique alors qu'il eut soudainement la nausée. Il se sentait pas bien du tout. Il recula de quelques pas tout en fixant tous les avions qui se trouvait sur la piste de la tour. Tout ce monde pour un homme qui n'était même pas ici.

« Comment je peux annoncer ça alors que je ne sais même pas si j'ai de ce sérum en moi. Vous me demandez de mentir, docteur ? Je.. 
» Ses mains se mirent à trembler et il essaya de les cacher derrière son dos. « Je.. Regardez moi. Je ne suis pas présentable en plus.. Pas coiffé et pas rasé... »

Il essaya de trouver des excuses pour repousser ce moment ou il devra mentir. Soudainement, il sentit une main se poser sur son épaule. Il se crispa dans un premier temps avant de rapidement remarquer que ce n'était que Vision. C'était rassurant de savoir qu'il avait quelqu'un qu'il connaissait à côté de lui.

« Puis-je lui parler un instant, docteur Banner ? »

Le docteur hocha bien évidemment la tête et le blond eut une étrange impression. Pourquoi il sentait que l'IA allait lui demander de jouer le jeu. Chris avait une tête à être acteur ? Non et pourtant il ne se trompa pas. Une fois isolé, Vision prit la parole.

« Mes programmes ne fonctionnent pas, pour une raison que j'ignore, mais je crois détecter une, ou peut être plusieurs, présence familière. Je ne peux pas activer de contact avec qui que ce soit, mais si vous acceptez l'annonce qu'ils attendent de vous, vous pourriez peut être nous permettre de trouver nos amis, s'ils sont bien proches d'ici comme je le crois. »

Chris claqua immédiatement sa langue contre son palais quand il comprit qu'il ne pouvait plus faire demi-tour. Jouer le jeu pour retrouver ses amis, ce n'était pas bête comme plan mais risqué. Le blond ne répondit pas à l'intelligence artificielle, il se contente de revenir vers le docteur tout en restant silencieux. Il s'arrêta devant Bruce Baner avant de hocher doucement la tête.

« Annonçons cette nouvelle alors. » finit par dire Chris tout en jetant un petit regard à Vision.

« Je vous promets qu'on comprendra ce qu'il ne va pas. » lâcha le docteur en affichant un petit sourire reconnaissant.

Après ça, Banner lui indiqua une chambre de la tour, là ou se tenait de vieux vêtement sur le lit. Et aussi des cartes collections de Captain America. Chris fixa un moment les photos des cartes, choqué à cause de la ressemblance qu'il avait avec cet homme. Dans un premier temps, il décida de se rendre présentable pour ne pas perturbé les spectateurs. Sans hésiter, il rasa toute sa barbe et se coiffa correctement avec du gel avant d'enfiler sa tenue. Un vieux pantalon rayé qu'il passa au dessus de sa chemise à carreaux avant d'enfiler sa veste en cuire marron. Il se regarda dans le miroir et avait presque du mal à se reconnaître mais il aimait bien le style. Chris sursauta quand il entendit quelqu'un toquer à la porte. Il se racla la gorge avant d'ouvrir la porte de voir un homme brun devant lui. Tony Stark...

« Quand Banner m'a dit que vous étiez en excellente forme, je m'imaginais pas que ce soit autant le cas. »

Tony tapota alors les pectoraux de Chris et ce dernier le regarda complètement perdu. Tony était différent de celui qu'il connaissait aussi, celui semblait plus.. Mec ou les deux, il ne savait pas vraiment mais il ne se sentait pas très à l'aise étrangement.

« Bienvenue dans le 21ème siècle, Captain. »

« Euh.. Merci.. Beaucoup ? Tony Stark c'est ça ? »

Le blond leva sa main pour serrer délicatement celle du milliardaire qui se tenait en face de lui.

« Vous pouvez m'appeler Tony. Je peux vous appeler Chris ? Vous devez être déstabilisé depuis votre réveil, et je comprends. Vous avez de la chance de vous être réveillé dans l'endroit le plus sûr de ce monde, pour vous aider à vous y faire, à votre rythme. Et... je suppose que Thor et Banner vous ont fait comprendre à quel point votre présence est une chance ? Il y a des centaines de personnes qui attendent la preuve que la légende américaine n'est pas éteinte. »

Chris se racla une nouvelle fois la gorge avant d'afficher un petit sourire forcé. Que pouvait-il dire à ce Tony ? Qu'il n'était pas cette légende que tout le monde attendait. Qu'il n'était une chance ou encore de l'espoir pour ce monde.. Non il se contenta de sourire comme un imbécile avant de finalement baisser doucement sa tête tout en haussant doucement les épaules.

« Je suis un peu rouillé. Je me souviens pas de grand chose à vrai dire. Mais c'est gentil de me garder ici. En espérant décevoir personne.. »

Si Captain America pouvait l'entendre.. Il s'excusait d'avance pour tout le massacre qu'il allait faire.

« Décevoir ? Vous avez défié la mort, comme personne d'autre parmi eux, alors ça sera assez dur de décevoir. Venez, il est temps que je vous fasse rencontrer les Avengers. »

Ils quittèrent alors la pièce, Tony avec le sourire et Chris avec une boule dans le ventre. Il aurait franchement préféré voler la vie d'un simple civil. Non il fallait qu'il soit un héros que tout le monde connaissait. Le blond suivit le milliardaire sans rien dire mais avant de faire la rencontre d'une première personne en fauteuil roulant.. Une personne qu'il connaissait très bien d'ailleurs, Honey Lemon..

« Voici Honey Lemon, l'une des deux personnes les plus importantes de ma société Stark Industries, la seconde étant malheureusement absente. »

Chris n'écoutait plus vraiment Stark, trop concentré à voir si cette jeune femme était vraiment celle qu'il connaissait. Après tout, elle pouvait faire partie de ce monde ou jouer la comédie tout comme lui. Il essaya de décoder les expressions sur le visage de la blonde pour voir si elle avait l'air surprise mais Chris ne savait pas lire sur les visage. Tant pis, il tenta le pire pour le pire. Si ce n'était pas vraiment elle, il ferait le coup de l'amnésie.

« Honey, c'est toi ? Tu.. me reconnais ? »

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
La rose et l'armure - Suivant la longue métamorphose qui m'éloigne de mon passé j'ai croisé une rose qui ne pouvait pas avancer pas qu'elle n'ose pas la chose mais n'y avait jamais pensé. Alors j'ai mis la route en pause à ses cotés me suis posé puisque cette rose semblait morose d'être seule au jour achevé.

Honey Lemon


« Don't be Evil »


Honey Lemon


╰☆╮ Avatar : Emily Bett Rickards

Ѽ Conte(s) : Big Hero 6
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Honey Lemon

✓ Métier : Astrophysicienne et chimiste
☞ Surnom : Hon/ Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4163

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu _


Actuellement dans : « Don't be Evil »


________________________________________ Lun 22 Avr 2019 - 23:10

Honey aurait pu tiquer suite à la question de "Captain America" mais c'eut été compromettre ce qui désormais était sa couverture et elle s'y refusait. C'est pourquoi elle opta pour une autre tactique qui, elle l'espérait, s'avérerait tout aussi efficace pour passer le message à Chris. Lui offrant son plus beau sourire, la jeune femme s'exclama d'une voix enjouée :
- Oh Captain America, c'est tellement génial de vous voir en vrai, je vous aurais RECONNU entre mille ! Est-ce qu'on peut faire un selfie ? enchaîna-t-elle presque sans reprendre sa respiration, le téléphone dernier cri qui n'était pas sien déjà entre ses doigts. C'est pour ajouter à ma STORY... Un seflie avec monsieur BROOKE, c'est une occasion qu'on n'a qu'une fois dans sa vie ! assura-t-elle à l'attention des autres et plus particulièrement de Tony dont elle connaissait déjà l'enthousiasme.
Avant tout, ce discours à double entendre signifiait à Chris qu'elle venait bien de son monde et qu'il n'avait qu'à se pencher pour prendre ce selfie (dont la Honey de Terre 2 était de toute façon friande, ce qui était peut-être le cas de cette Honey là) pour qu'ils échangent leurs informations, élaborent un plan ou simplement se sentent rassurés d'être dans la même galère - même s'ils n'étaient pas littéralement sur un bateau.
- C'est quoi un selfie ? demanda Chris, sans doute pour se mettre dans la peau de son personnage qui ne pouvait pas connaitre ce type de technologie.
Parfait ! songea Honey, si fort qu'elle eut l'impression de le crier - ce qui, heureusement, n'était pas le cas.
Dans tous les cas, sa tactique semblait fonctionner : Tony achetait leur petite impro. Il tapa amicalement l'épaule de Chris en s'écriant, amusé :
- Il y a de nombreuses choses que vous devez apprendre de notre monde.
- C'est comme une photographie sauf qu'on a changé le nom et l'appareil pour la prendre, répondit Honey avec bienveillance.
Quand il se pencha près d'elle, Honey prit touuuuut le temps nécessaire afin de régler tous les paramètres à portée de main pour que, comme elle l'annonça à la cantonade, l'air radieux "la photo soit parfaite". Mais il fallait aussi ne pas jouer avec les nerfs des uns et des autres, c'est pourquoi, tout en procédant aux règles puis à la prise de photo en elle-même, Honey chuchota, desserrant à peine les dents pour maintenir son sourire :
- Je me suis réveillée dans une chambre qui était pour moi, comme j'aurais pu l'aimer mais qui n'était pas à moi et je me suis découverte associée de Tony Stark - toujours dans la branche scientifique. Aucun souvenir de quand et comment je suis arrivée.
Cet exercice de rapidité forçait Honey à la concision et, comme de toute façon elle n'avait pas plus à dire, c'était un mal pour un bien.
- Tony m'a déjà annoncée ton retour au monde des vivants suite à l'attaque de Hulk en Antarctique, si tant est que cette partie ait du sens, ajouta-t-elle après une courte pause.
Honey n'avait cependant pas toutes les informations mais Chris s'empressa de les lui fournir, à voix basse également : lui aussi s'était réveillé ici, au détail près qu'il était en compagnie de Vision. Pour le reste, leur expérience était semblable.
De toute façon, comme la scientifique l'avait évalué, ils n'auraient guère eu le temps d'échanger plus longuement ; l'alibi du selfie avait déjà assez duré et comme pour le confirmer, Tony, qui s'était éloigné pour écouter ce que lui disait la voix dans l'oreillette, revint vers eux pour leur donner son entière attention :
- On me dit que tous les Avengers sont arrivés, il est temps de présenter Chris à cette formidable équipe, si la fan numéro 1 de selfie le veut bien, bien sûr.
Honey lui adressa un clin d'œil entendu :
- La star est à vous, confirma la jeune femme.
Vision, Chris et Honey entrèrent alors dans une grande salle de conférence en suivant Tony et dans laquelle ils trouvèrent nombre très impressionnant de super-héros dont Thor que Honey aurait pu reconnaitre si elle l'avait rencontré (ce qui n'est pas le cas, j'essaye juste de caser toutes les infos que je reçois de Cyril). Et plein d'autres, certains humains, d'autres vraisemblablement pas. Certains dans des tenues modernes, d'autres dans celles des siècles passés. L'assemblée était, pour ainsi dire, composée d'une panoplie de personnes particulières.
Mais pas toutes inconnues car l'œil vif de Honey aperçut Peter Quill, connu par la Magic League sous le nom de Star Killer, qui, aux dernières nouvelles, était mort à Storybrooke en début d'année, et surtout, dans son groupe, une jeune femme rousse ressemblant beaucoup à Anna d'Arendelle ! Au point peut-être (probablement, même, songea Honey en prenant en considération sa rencontre avec Chris)qu'il s'agissait aussi de la Anna avec laquelle elle s'était un peu trop littéralement perdue sur internet.
De ce groupe, justement, surgit une femme à l'épiderme vert qui se pencha vers Honey pour l'informer d'un point important, empêchant par là même Tony d'en placer une :
- Nous avons un problème. Plus... dérangeant que l'échec de notre mission. La stagiaire, Anna, elle s'est réveillée tout à l'heure en déclarant être une autre que celle qu'on connait. Ce n'est pas juste de la folie, Mantis nous l'a confirmé, ses souvenirs sont différents.
- On peut réellement sonder les souvenirs d'une personne aussi précisément ? s'étonna Honey, se disant qu'au pire, ce n'était pas son domaine d'expertise donc qu'elle avait le droit, a priori, de l'ignorer. Je... C'est fascinant, pas vrai ? Inquiétant, certes, mais fascinant néanmoins ! Je sais que c'est Captain America la vedette du jour mais CA, ça m'intéresse. Tu sais ce que Mantis a trouvé exactement ?
- Elle n'a pas pu sonder ses souvenirs, elle les a juste ressentis, et a su qu'ils sont réels. Ce qui n'est pas censé être le cas. Selon Anna, elle viendrait d'un autre monde et n'a jamais été la stagiaire des Avengers. Une ville du nom de... Story Cité ou quelque chose comme ça.
- C'est grave ? intervint Tony, blasé au possible. La moitié des héros dans cette pièce a une histoire beaucoup trop étrange pour ne pas se poser de question, après tout.
- En tout cas, ça n'a pas l'air de l'affecter biologiquement parlant. Elle m'a l'air en pleine forme. La vraie question me parait être : pourquoi ? Et comment ? Ca fait deux questions, au final. J'émets deux hypothèses : soit cette Anna s'est vue effacer la mémoire, soit cette Anna a été échangée avec votre Anna. Dans le premier cas il faut se demander qui a les moyens, l'opportunité et le mobile pour échanger ses souvenirs. Dans le second cas il faut se demander : où est votre Anna si celle-ci ne l'est pas, pourquoi les avoir échangées, comment et bien sûr, qui a fait ça. Dans tous les cas ça fait beaucoup de questions, observa Honey, désolée.
- Très exact, bien observé, approuva Tony après quelques instants de réflexion. On a qu'à la mettre avec Dr. Strange qu'il fasse ses trucs de sorcier sur elle et il trouvera bien quelque chose... il est où d'ailleurs ? Tous les Avengers devaient être ici.
Honey ne connaissait pas ce docteur étrange ([FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu 3392629739) et n'était pas rassurée par l'idée qu'il puisse potentiellement faire des "trucs de sorcier" sur Anna. Mais elle n'eut guère le temps d'intervenir qu'une voix derrière lui les coupa :
- J'étais occupé, à vrai dire.
Maintenant on savait où il était ! On savait aussi qu'il avait une façon de s'habiller bien à lui, nota silencieusement Honey en se tourna vers le docteur.
- Et je le suis toujours, poursuivit-il en regardant tour à tour Tony et Chris. Bonjour monsieur Brooke, ravi de vous voir parmi les vivants. J'ai retrouvé Evelyn Nichols. La sorcière était avec trois complices, un certain Alfred et un Géo. Une fille était avec elle également. Ils ont été arrêtés, placés sous annihilanteur, et attendent leur sentence. La nouvelle de monsieur Brooke est réjouissante, mais le cas de nos criminels est important.
Honey blêmit. Par chance, le discours alarmé du Docteur Strange lui donnait une raison crédible - de leur point de vue - de blêmir sans éveiller les soupçons. Ils la penseraient probablement intéressée par la criminelle et ses acolytes quand, en fait, Honey se demandait si cette Evelyn était la "sienne" ou pas. Deux amies qui avaient des ennuis (plus ou moins sérieux, certes) dans la même journée, ça commençait à faire beaucoup !
Mais il ne fallait pas perdre la face. Honey tâchait de respirer calmement. Pour l'heure, tout allait bien, personne n'avait (encore) parlé de tuer Evelyn. Bien que le terme "sentence" ne soit pas encourageant, cela laissait un peu de temps à la scientifique pour tirer l'affaire au clair. Et comme Anna n'était a priori pas en danger de mort, après un dernier regard dans sa direction via lequel elle avait tenté de lui faire passer un message (semblable à "coucou, c'est bien la vraie moi, celle que tu connais, mais comme y a du danger ailleurs, je vais devoir te laisser pour le moment ne m'en veux pas trop, bisous") dont elle ne capterait sans doute pas tout car personne ne peut lire autant d'informations que ce qu'elle aurait voulu faire passer en un seul regard, Honey déclara :
- Eh bien dites donc ! Ca nous fait deux affaires absolument fa-sci-nantes ! Pour ne rien vous cacher, je trouve cette journée totalement DINGUE - dans tous les sens du terme. Dites moi, Docteur, est-ce que ça vous ennuierait de me laisser vous accompagner pour le jugement final d'Evelyn Nichols, Alfred, Géo et la fillette ? Je crois que Tony a l'affaire Captain America parfaitement bien en mains et comme j'ai déjà obtenu mon selfie et lancé mes hypothèses concernant Anna, je ne suis peut-être plus utile ici ?
Avant que Strange ne puisse accepter, Tony intervint :
- Avant d'emmener ces individus en procès, interrogez-les. Et vous devriez prendre Honey avec vous. Elle s'en sort bien, avec les gens, généralement.
Honey lui adressa un sourire radieux mais reporta bien vite son attention sur le docteur :
- Il dit ça parce que je m'en sors bien avec lui, je pense, cela dit, j'ai lu des tonnes de choses sur le système judiciaire du pays et les sciences sociales et sur un tas d'autres sujets qui ne nous serviront à rien dans le cas présent, maintenant que j'y pense. Pour en revenir au fait, je pense pouvoir vous aider à démêler le vrai du faux et je suis même disposée à me proposer comme avocate de la défense ! conclut-elle avec entrain.
- Très bien, accepta simplement Strange, toujours dans son ton sage et neutre.
Il posa une main sur le fauteuil de Honey. Elle avait à peine cligner des yeux qu'ils étaient dans un tout autre endroit, dans une salle d'interrogatoire où se trouvait aussi Evelyn, Alfred et Géo menottés, un point gris clignotant sur leur nuque. La petite Iris, un peu plus loin, était surveillée par un agent.
La chimiste se sentait oppressée dans cet environnement mais tâchait de faire bonne figure.
- Salut ! s'exclama-t-elle, la gorge un peu nouée. Je suis Honey Lemon, auto-proclamée avocate de la défense et... euh... Dites, sans vouloir vous commander, ajouta la jeune femme en se tournant vers l'agent qui tenait Iris, vous avez pas l'air très à l'aise avec les bébés et je crois qu'elle n'a pas l'air très à l'aise avec vous non plus... Je peux ?
A ces mots, Honey ouvrit les bras, prête à récupérer Iris.
- J'ai déjà gardé des enfants de cet âge, annonça-t-elle des fois que les gens soient sceptiques quant à ses références. En fait, j'ai une super super bonne copine qui a une fille de cet âge. C'est marrant les coïncidences, non ?
Personne ne sembla trouver ça particulièrement fun, mais l'agent ne parut pas mécontent de déposer Iris dans les bras ouverts de Honey qui s'arrangea ensuite pour croiser le regard d'Evelyn. Elle lui caressa affectueusement les cheveux de la petite qui semblait allait bien et dit encore :
- C'est fou, c'est comme si on se connaissait déjà ! Mais je vous en prie, continuez, c'est là qu'on annonce les charges retenues, non ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

           

   
Las Palabras de Amor
 
Let me hear the Words of Love. Despacito mi amor. Love me slow and gently.
   

Contenu sponsorisé







[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 5
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

[FE] Evénement #108 : Magic League 4, L'Univers Perdu





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde enchanté :: ➹ Les autres mondes :: Terre-2